Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Après les abeilles, les hommes ?

Après les abeilles, les hommes ?

« L’homme n’était pas destiné à faire partie d’un troupeau comme un animal domestique, mais d’une ruche comme les abeilles » écrivit un Emmanuel Kant admiratif devant le caractère industrieux et social de cet insecte qui ne cesse de fasciner les hommes. Ces derniers étant aussi trop heureux de pouvoir se délecter du fruit doré de son labeur. Cela fut ainsi depuis que l’homme apprit à s’approprier ce que la nature pouvait lui offrir de meilleur, exploitation qui par son avidité et son altération va le mener à moyen et long terme à le priver d’une situation qu’il pensait éternelle.

L’abeille attaquée sur tous les fronts

Car ce sympathique apidé vit des moments troubles et sombres pour son existence. Souffrant à la fois de menaces provenant de la main de mère nature comme de celle de l’homme, sa capacité de résistance depuis des millions d’années risquant d’être battue en brèche par la violence et l’ampleur de celles-ci.

Les chiffres sont dramatiquement effarants : en 10 ans, de 1995 à 2005, la production nationale de produits issus de l’apiculture a chuté de 30% obligeant 15 000 apiculteurs à cesser leur activité. Ces chiffres d’un écroulement vertigineux de l’activité apicole sont répertoriés sur tous les continents [1] et témoignent d’un bouleversement réel de l’environnement des abeilles.

La typologie desdites menaces est la suivante :

  • la varroase produite par un acarien, le varroa destructor
  • les prédateurs nouveaux comme l’espèce invasive du frelon asiatique importé en France par exemple
  • les pesticides et insecticides
  • l’uniformisation des cultures affaiblissant la biodiversité ainsi que l’ensilage à grande échelle
  • transhumances répétées des ruches

La question des organismes génétiquement modifiés est aussi posée et nécessite des études complémentaires.

Y a le feu à la ruche

Certains seraient enclins à se poser la question de savoir en quoi le fait d’être privé de miel pour ses tartines serait catastrophique pour l’Homme, d’autant que ce dernier a aussi à redouter leur dard ?

Tout simplement parce que l’abeille a une place déterminante au sein de l’agencement naturel de l’écosystème par le procédé dit de pollinisation. Le transport du pollen par ces insectes voyageurs participant en effet à la fécondation des fleurs, fruits et légumes (selon les chiffres avancés de façon récurrente cela concernerait 70% des cultures !).

Un monde sans abeilles nous condamnerait à terme à un monde maintenu artificiellement en vie avec des efforts colossaux (la Chine est déjà confrontée à ce problème massif, l’obligeant à recourir à la pollinisation manuelle). Il sonnerait surtout le glas d’un environnement sain comme varié. En somme le déclin des abeilles précèderait celui des hommes.

Res, non verba

Du 15 au 20 septembre vient de tenir à Montpellier le salon Apimondia (avec le slogan sonnant fort juste de « L’abeille sentinelle de l’environnement ») réunissant non seulement des acteurs professionnels du secteur de l’apiculture mais aussi et surtout des chercheurs de tous les continents appelés à la rescousse au chevet d’une abeille bien mal en point. Les premières conclusions qui se dégagent ne sont aucunement réjouissantes car le phénomène apparaît bien planétaire, et si l’on s’oriente vers une multiplicité des facteurs, l’intervention néfaste de l’Homme est attestée parmi celles-ci.

Il est indispensable de forcer les pouvoirs publics à prendre en charge ce dossier de première urgence car si les effets immédiats ne sont pas visibles, à long terme ils risquent de devenir irréversibles pour la biodiversité et le rendement des récoltes nécessaires à l’espèce humaine. Les politiques, plus souvent proches des frelons improductifs que des abeilles industrieuses peuvent encore prouver avoir une relative efficacité sur les affaires de leur temps en répondant positivement aux mesures préconisées pour sauver ce qui peut encore l’être.

[1] Article du Monde en date du 18/09/2009 :

Aux Etats-Unis, le taux de pertes a atteint 30 % à la sortie de l’hiver dernier. Le Canada a également perdu quasiment un tiers de ses populations d’abeilles. En Europe, les chiffres varient entre - 10 % et - 30 %. En France, l’enquête effectuée par le Centre national de développement apicole (CNDA) devrait aboutir à un chiffre compris entre 20 % et 25 %. Au Moyen-Orient, les mortalités atteignaient, en 2008, environ 20 % du cheptel en Jordanie et au Liban, et allaient de 22 % à 80 % selon les régions étudiées en Syrie et en Irak. Des surmortalités ont également eu lieu au Japon, en Argentine et au Brésil, mais elles n’ont pas été quantifiées

Crédit photo : Photobscure


Moyenne des avis sur cet article :  4.88/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 21 septembre 2009 10:15

    Excellent et nécessaire article. Bravo à l’auteur.
    Car on ne dira jamais assez à quel point les abeilles sont indispensables à la pollinisation et par conséquent à la survie de certaines espèces végétales, elles-mêmes indispensables à la survie de certaines espèces animales.

    Ce sont bel et bien les équilibres de nos écosystèmes qui sont menacés par cette surmortalité des abeilles, beaucoup plus inquiétante qu’il n’y paraît de prime abord. Nous devrions tous, sinon nous mobiliser pour cette cause, du moins en prendre conscience.


    • LE CHAT LE CHAT 21 septembre 2009 10:28

      Autres pollénisateurs durement touchés , les bourdons , dont certaines variétés nord américaines sont en voie de disparition .


      • JL JL 21 septembre 2009 10:28

        Pas mieux que Fergus.

        Sur la question des plantes génétiquement modifiées, il y a peut être deux volets :

        - L’impact des plantes GM sur la population des abeilles.

        - L’impact de la disparition des abeilles sur l’intérêt des plantes GM.


        • PAS GLOP PAS GLOP PAS GLOP PAS GLOP 21 septembre 2009 11:37

          Bonjour
          JL vient de soulever une question qui mérite d’être approfondie.« L’impact de la disparition des abeilles sur l’intérêt des plantes GM. » Il est certain que celui qui contrôle l’alimentaire contrôle le monde. Monsanto est bien dans cette optique. Le fait que les espèces naturelles finissent par disparaitre faute de fécondation et donc de reproduction est une chose qui ne peut que les servir. 


        • Croa Croa 21 septembre 2009 20:19

          Concernant les abeilles,
          les organismes génétiquement modifiés constituent certes un problème mais plus grave encore est l’impact des insecticides systémiques.

          (J’ai vu un film sur le sujet mais, désolé, je ne me rapelle plus son titre.)


        • ZEN ZEN 21 septembre 2009 10:29

          Alertez la planète !
          Opportun avertissement

          -"Insecte pollinisateur majeur, l’abeille est indispensable au fonctionnement des écosystèmes, à la biodiversité florale et faunistique et à l’agriculture.L’abeille s’avère également un indicateur biologique exceptionnel, une véritable sentinelle de la qualité de notre environnement.« (B.R-M)___________________

          -Sans les insectes, rien ne marche. Ils sont la colonne vertébrale des écosystèmes terrestres.  »Ce sont les grands oubliés du monde animal, déplore Marie-Pierre Chauzat, membre de l’équipe abeille de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa). Ils n’ont pas les grands yeux du panda, les belles plumes des oiseaux, la jolie fourrure des bébés phoques.« 
          __________________________________________________
          -
           »80 % des plantes ont absolument besoin des abeilles pour être fécondées, et sans elles, il n’y a plus de production de fruits ou de légumes possible. Rien qu’aux Etats-Unis, où le nombre de ruches en « vie » s’est effondré de 2,4 millions à 900, 90 plantes destinées à l’alimentation humaine sont exclusivement pollinisées par les butineuses, ce qui représente une valeur annuelle de 14 milliards de dollars« .____________________________

           »Francesco Panella se remémore très bien le jour où il a découvert cinquante de ses plus belles ruches désertées par leurs occupantes. « C’était le 28 avril, raconte-t-il dans un excellent français ourlé d’accent italien. Cela faisait plusieurs jours que j’étais complètement débordé, je recevais sans cesse des appels de mes collègues. » M. Panella est président du Syndicat des apiculteurs professionnels italiens. Ses interlocuteurs lui décrivent le même étrange phénomène. Les ruches, qui débordaient d’abeilles au sortir de l’hiver, se sont brutalement vidées...

          • Paul Muad Dib 21 septembre 2009 10:52

            Salut a l’auteur, intéressant , même si personnellement je ne suis pas fasciné par les abeilles, comme je suppose les abeilles ne sont pas fascinées par l’humain..encore un constat négatif a notre charge....pollution, et autres causes humaines..l’abeille n’a pas besoin de l’humain, l’humain si ,.......
            vous parlez des politiques, ces misérables pantins arrogants, bouffis de leur suffisance et de leur auto admiration, je ne crois pas qu’ils aient des capacités autre que leur voracité a capter le travail commun , des gros bourdons comme vous dites..
            je fais le pari que sans l’homme cette planète se régénérait rapidement..decidemment a l’origine de chaque problème il y a l’humain qui ne vit pas avec la nature en se laissant guider par elle, mais vit en opposition contre la nature et contre ses congénères..
            que se passe t’il dans notre cerveau malade ? qu’est ce que cet ego ?,ce« moi -je » ,qui pille, vole, détruit, tue, affame ? qu’est ce que la peur ? quelles en sont les conséquences ?etc...
            l’humain n’essaye pas de savoir ce qui ne va pas en lui , ca impliquerait une remise en cause de ce qu’il est et de ses actions...a chaque problème il y a l’humain qui regarde le problème sans jamais le résoudre, alors des abeilles jusque au chômage ,tous les sujets nous ramènent a nous même et que faisons nous depuis des millénaires ??? paralysés par la peur de mourir que notre ego ne peut voir, car fonctionnant dans le connu de sa mémoire tel une unité centrale d’ordinateur , nous passons notre vie a fuir ce que nous sommes, des mortels, et cette fuite va du suicide personnel au suicide collectif a petit feu , ce que nous faisons...
            notre « je » est un outil de survie qui en tant que tel doit être utilise par une autre capacité humaine, que j’appellerais disons ,l’intelligence...nous fonctionnons stupidement en mode automatique , je trouve que c’est un désastre, l’abeille elle a un « programme de survie » plus limite , et ca fonctionne...
            je prétends que nous humains devons regarder intensément en nous même, pas avec notre ego ce qui est de l’analyse des mémoires diverses enregistrées, mais avec d’autres capacités, si on ne les découvre pas , les millénaires a venir seront la continuation des millénaires passes et leurs cortège d’horreur, les abeilles elles seront toujours la ,nous c’est pas sur ......


            • SURVEYOR 21 septembre 2009 13:21

              Peine perdue, après moi le déluge, nous sommes à l’image des états unis, conquérant, égocentrique, destructeur et fier de l’être, l’humain est irrécupérable, désolé.....
              Oui, je sais pas très optimiste l’analyse.
              Mais dites moi, quel miracle pourrait inverser l’ordre des choses, une entité plus forte encore nous obligeant à la raison, on revient au miracle.


              • LE CHAT LE CHAT 21 septembre 2009 14:13

                l’actualité du week end , encore un coup dur pour les abeilles en outre mer !


                • freelol freelol 21 septembre 2009 17:49

                  De toutes les raisons évoquées expliquant la disparition des abeilles la désertification des campagnes, la stérilisation des sols à grande échelle me terrifie. Plus un coquelicot dans les champs de blé.


                  • sisyphe sisyphe 21 septembre 2009 17:58

                    Soutien total à la lutte pour la sauvegarde des abeilles, indispensables à la survie des 3/4 de nos fruits et légumes, donc à la biodiversité, et à notre propre survie : merci pour l’article.

                    « Si l’abeille disparaissait de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre »,
                     Albert Einstein.


                    • sisyphe sisyphe 21 septembre 2009 18:02

                      Il y a des doutes sur l’authenticité de la citation ; mais, quoi qu’il en soit, cette affaire de disparition d’abeilles, ça fout un sacré bourdon...


                    • Lapa Lapa 21 septembre 2009 18:13

                      "Albert Einstein n’a jamais prononcé cette phrase, ou du moins personne n’en a la preuve.

                      En avril 2007, un site internet spécialisé dans le dépistage de rumeurs (www.snopes.com) s’est penché sur le cas « Einstein et abeilles ». Deux rédacteurs ont cherché dans plusieurs sources, dont un recueil de citations du physicien. Ils n’ont trouvé aucune source primaire, et ne purent trouver cette citation avant le mois de janvier 1994. A cette date, elle apparaît dans plusieurs journaux belges, qui eux-mêmes l’ont trouvée dans un communiqué distribué par un syndicat d’apiculteurs, l’Union Nationale de l’Apiculture Française (UNAF), à l’occasion d’une manifestation à Bruxelles contre quelque politique européenne. un peu plus tard, le conservateur des Albert Einstein Archives de Jérusalem, Roni Grosz, affirma dans une interview "qu’il n’y avait aucune preuve qu’Einstein ait jamais dit ou écrit cette phrase« , et quand bien même, »qu’Einstein n’avait pas de compétence particulière ni même d’intérêt pour l’écologie, l’entomologie ou les abeilles". Pourtant, le prestige d’Einstein est le gagne-pain de ce monsieur… Depuis, Wikipedia relaie cette citation dans son article sur les CDD (voir dans le billet précédent), mais avec la mention « citation apocryphe », ce qui change tout. J’aurais pu imaginer que la phrase originelle venait bien d’Einstein mais avait été déformée, ou encore qu’elle était d’un auttre physicien... mais jamais je n’aurais pu concevoir qu’elle serait inventée pour une manifestations d’apiculteurs ! C’était sous-estimer la place d’Einstein dans la culture collective..."

                      le nombre de citations bidons qu’on attribue à Einstein est proprement hallucinant :)


                    • Pierrot Pierrot 21 septembre 2009 22:14

                      Sisyphe, la phrase est attrribue à tort à Einstein et répété par beaucoup.

                      Cependant, elle reste exact.


                    • freelol freelol 22 septembre 2009 19:58

                      Cette citation serait attribuée à Maya, mais sans confirmation


                    • fred 21 septembre 2009 18:20

                      Intéressez-vous aux travaux de Jean-Claude Bourguignon sur Dailymotion et ailleurs. C’est le meilleur... Quand va-t-on juger les responsables ? Croyez-vous qu’on pourra se passer de rétablir la justice dans notre système ? Moi pas !!!!


                      • Pierrot Pierrot 21 septembre 2009 22:09

                        Il n’est pas exact que les effectifs d’abeilles diminuent dans le monde.

                        Bien au contraire, les effectifs ont augmenté d’environ + 20 % de 1960 à ce jour.
                        La décroissance concerne essentiellement l’Europe et les USA.

                        La ou plutôt les causes ne sont pas connues actuellement.


                        • Gnetum Gnetum 22 septembre 2009 00:14

                          ce qui me dérange un peu avec cette histoire d’abeille(s), c’est que l’on en a une vision à la fois déformée (par le crible des médias toujours à la recherche de phrases chocs), mais également extrêmement simplifiée.

                          le seul point de consensus actuel, pour les scientifiques et professionnels de la filière, est que l’on a des causes multiples pour expliquer les baisses de population pour UNE espèce (Apis mellifera) : pesticides, pollution, acariens, champignons, OGMs ? etc ...

                          1. à cela se rajoute un facteur essentiel à mon sens ; à savoir que cette espèce d’abeille a été domestiquée ... cad que l’on a soigneusement sélectionné des races (voir des hybrides dans certains cas) plus productifs en miel à l’échelle planétaire.

                          Et quand on fait de la sélection, on peut potentiellement accroître la sensibilité de l’organisme en question envers tous les facteurs potentiels pré-cités (pesticides, pollution, acariens, champignons, OGMs ? etc ..). Pour faire une comparaison simpliste, amusez-vous à relâcher une vache pie-noire en Inde, au Niger ou au Pérou.

                          Actuellement il est dur de pouvoir trancher sur la question, mais vu que l’on séquence en ce moment le génome de l’abeille, on peut espérer des réponses un peu détaillées de ce côté là. 

                          2. second point (qui m’exaspère un peu) ... seul un intervenant sur ce fil - Le Chat - semble avoir conscience du fait que cette abeille domestiquée n’est qu’une espèce parmi des milliers (voir plus) d’espèces d’hyménoptères (l’ordre d’insectes qui englobe entre autre toutes les abeilles, bourdons, guêpes, fourmis etc ...) pollinisatrices. Les médias nous bassinent (à raison j’espère ?) tous les jours sur la biodiversité alors il serait peut-être temps de se rendre compte que ce n’est pas UNE espèce qui fait tout le boulot de pollinisation sur terre. Il y a des dizaines de milliers d’espèces pollinisatrices (décrites) sur la terre et c’est aussi pour cela qu’il me semble réducteur de tout ramener à une espèce, domestiquée de surcroit.

                          Bref, pour conclure je pense qu’il faut réellement avoir une vision un peu globale de l’ensemble ; on se retrouve réellement face à quelque chose de très complexe en terme d’interactions (je pense qu’un Einstein n’aurait pas eu assez de 100 vie pour en appréhender 1%, le tout avec des moyens modernes), donc par pitié épargnez-nous les déclarations catastrophiques sur la mort de l’humanité ... si elles ne reposent pas sur une démonstration rigoureuse.

                          Pour l’abeille domestiquée, il y a clairement un soucis, mais là encore ce n’est pas TF1 qui trouvera la réponse après un sondage IFOP sur 1000 personnes ... par contre avec un génome complet sous la main là on peut commencer à tester sérieusement des hypothèses au moyen d’outils modernes type PCR quantitative.


                          • Jacques Fabry Jacques Fabry 26 septembre 2009 09:41

                            L’idée la plus dangereuse est de continuer à croire à la chronologie rassurante : les abeilles disparaissent, puis les plantes, puis les humains. Et même si cela était, 4 ans nous dit-on séparerait la disparition des abeilles de celles des hommes. Juste une question alors : depuis combien d’années les abeilles ont-elles commencé à disparaître massivement ? 3 environ !!!
                            La réalité vient d’ailleurs et nous sommes aussi touchés que les abeilles, même si nous sommes dans la phase cachée du cancer. Pour qu’apimondia ne soit pas qu’un coup de dard dans l’eau : http://www.eauseccours.com/article-36335541.html 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès