Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Bénin : les « Zemidjain », taxis-motos pollueurs mais nourriciers

Bénin : les « Zemidjain », taxis-motos pollueurs mais nourriciers

Les taxi-motos au Bénin ont souvent été accusés de contribuer à la pollution de l’environnement, sans oublier qu’ils font vivre de nombreuses familles dans ce pays.

Pour aller au travail, au marché, à l’école, les béninois, utilisent les moyens de transport les plus rapides et les moins coûteux : les Zémidjan, ces taxis-motos polluant et qui pullulent dans tout le pays. Zémidjan signifie, « prends-moi vite » et ce nom a été attribué à ces taxis-motos pour leur souplesse et leur rapidité dans la circulation intense qui se remarque dans la ville de Cotonou, capitale du Bénin. Tous les gens qui sont pressés de partir sur leurs lieux de travail, aux marchés, aux rendez-vous importants, empruntent ce moyen de transport. Le développement de cette activité est la conséquence du chômage des années 1980 pendant lesquelles une grande partie du personnel de la fonction publique en Afrique de l’Ouest, ne parvenait pas joindre les deux bouts à la fin du mois. Ils avaient décidé de faire "l’extra muros" (cumul des fonctions) pour parvenir à vivre. Ces taxis-motos sont visibles dans toutes les villes de l’Afrique de l’Ouest, de Cotonou, à Yaoundé au Cameroun, de Lagos au Nigeria, à Lomé au Togo. Il existe plus ou moins trente milles taxis-motos dans la seule ville de Cotonou et le tarif pour les déplacements interurbains est abordable pour l’ensemble de la couche de la population urbaine ; le tarif interurbain est de 150 francs CFA par personne et le chiffre d’affaire journalier peut varier entre 2500 FCFA et 3000 FCFA, soit 2 dollars US ce qui est nettement supérieur au salaire moyen journalier d’un cadre de la fonction publique ou du secteur privé. Mensuellement, les chauffeurs propriétaires des taxis-motos gagnent 90.000 FCFA et les taxis en location perçoivent la moitié de ce revenu soit 45.000 FCFA parce que le tarif mensuel de location d’un taxi-moto, est de 45.000 FCFA. Le revenu de ces taxis-motos est largement supérieur au salaire mensuel d’un cadre d’une société privé qui gagne en moyenne, 80.000 FCFA soit 240 dollars US par mois. Les revenus issus de ce mode de transport, permettent de nourrir, de soigner sa famille et de supporter les frais scolaires des enfants. Cependant, la présence de ces taxis-motos dans la ville de Cotonou, a augmenté le taux de CO2 ce qui est nuisible pour la santé de nombreux habitants de la ville : plusieurs cas de toux et de bronchites sont signalés dans les hôpitaux de la Capitale. Le Gouvernement, à travers la Mairie de la Capitale, avait instauré une taxe de 20 CFCA par journée de travail pour créer des petits garages destinés à faire la vidange régulière des moteurs afin de diminuer la fumée provoquée par ces taxis-motos dans la ville.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • (---.---.55.24) 22 août 2006 10:57

    pourquoi publiez ici ? il suffit de lire certains commentaires pour voir s’afficher un racisme néo-colonial de plus en plus décomplexé de la part des blancs !

    L’afrique à mieux à faire que d’étaler sa vie à la gueule de gens qui la sucent et lui crachent à la figure !

    il y a des sites africains et afrocentrés où je pense votre prose sera utile.


    • gem (---.---.117.250) 22 août 2006 18:07

      ben pourquoi pas ? les blancs n’ont pas droit à la prose des noirs (si tant est que l’auteur soit noir ... d’ailleurs c’est en importance) ?

      L’Apartheid c’était pas terrible, il parait, alors pourquoi proposer un tel cloisonnement ? Pour faire plaisir au racistes néo-coloniaux (blanc ou pas, Cf. l’histoire du Liberia) ?

      Allez, merci l’auteur, et tant pis pour le commentaire


    • Alexandre Santos Alexandre Santos 23 août 2006 13:32

      Quelle idée ridicule de ne publier que dans des sites africains parce qu’on est africain.

      Et que faites-vous des échanges avec les autres ?

      Des lecteurs stupides, il y en a partout, mais ça ne doit pas décourager les contributeurs. D’ailleurs leur stupidité est souvent le produit de leur ignorance, et c’est en continuant à publier des informations qu’on diminuera cette ignorance.

      Personnellement j’aime beaucoup entendre des nouvelles des pays africains, et je ne vois pas pourquoi il faudrait les exclure d’AgoraVox.

      Votre solution c’est le repli, et le repli entraîne la méfiance. Cela ne ferait qu’empirer la situation.

      D’ailleurs, pourquoi lisez-vous AgoraVox, si vous croyez à ce que vous dites ? Restez donc dans les sites mono-culturels, si le contact avec les autres vous effraie autant.


    • mjmb (---.---.36.55) 22 août 2006 13:48

      Un très bon article. Ingéniosité , débrouillardise, soif de vivre : ce sont des choses qui font l’Humanité, et qui commencent à nous manquer ici.

      Continuez à publier car c’est aussi de la connaissance que nait le respect mutuel. (Mon texte est mièvre, mais pas nécessairement faux...)

      Bien a vous.


      • fredleborgne (---.---.37.114) 22 août 2006 14:48

        Et bien moi aussi je le trouve sympa ce texte.

        Y compris la conclusion sur la mesure prise pour encourager la vidange du véhicule afin qu’il pollue moins, ce qui démontre un certain sens pratique.

        Néanmoins, la sauvegarde de notre atmosphère devant être un problème commun, je préconiserai la suppression de la légalité des brevets, et la mort de la propriété intellectuelle, permettant ainsi aux pays moins avancés d’utiliser les brevets permettant de fabriquer entre autres des véhicules moins polluants.

        Cette solution, scandaleuse pour certains, disproportionnée pour d’autres, permettrait aussi d’avoir le cerveau moins pollué par l’argent et un développement social plus harmonieux.

        Et nous pourrions peut-être nous aussi profiter de cette force de vie et de cette débrouillardise africaine dont cet article se fait agréablement l’écho.


        • Rocou (---.---.169.9) 25 août 2006 09:40

          Suppression des brevets, oui sans aucun doute. Mais l’article parle de taxi-motos et pour ma part, j’aimerais bien une libéralisation de ce secteur en France. Pourquoi faut-il une « licence » qui coute les yeux de la tête (150 000 euros !). Pourquoi seuls les taxis de Marignane ont-il le droit de prendre des passagers à l’aller ET au retour de l’aéroport de Marignane. Les taxis marseillais n’ont pas le droit de prendre de passager à l’aéroport ce qui implique un retour à vide. Bonjour la pollution... On pourrait multiplier les exemples à l’infini.

          Pour en revenir à l’article, il ne faudrait pas gober la justification officielle de la taxe. Une taxe est une taxe. Elle a été mise en place en raison du nombre important de taxi-motos qui laissait présager une recette importante.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès