Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Bon sens écologiquement dangereux

Bon sens écologiquement dangereux

Les gens avec un rythme cardiaque irrégulier ont plus de chances d’avoir un problème cardiaque. Dans les années 1980, le bon sens dicta aux médecins d’administrer un traitement pour réguler le rythme cardiaque de tous les arythmiques. Résultat : la mortalité a été multipliée par deux, voire par trois, pour ceux qui ont une athymie faible ! Le bon sens n’est pas toujours fiable. Il nous dit d’ailleurs que la Terre est plate !


Nous aurions dû nous méfier de lui, mais non, nous lui faisons toujours confiance, comme quand nous nous croyons capables d’anticiper l’avenir. Ces dernières semaines, j’ai lu plusieurs articles qui questionnent le bon sens écologique. Et qui nous montrent combien nous devons être prudents avant d’adopter de nouvelles technologies.

Les éoliennes

Il nous paraît évident qu’elles permettent la production d’énergie propre ; peu importe leur bilan économique. Le bon sens dicte de construire de plus en plus d’éoliennes même si elles gâchent les paysages et massacrent souvent dans leurs pales les oiseaux de passage. Ce risque est connu, il vaut la peine d’être pris. J’ai toujours été de cet avis. En 2005, la production mondiale d’énergie éolienne a augmenté de 43 % pour atteindre 60 000 mégawatts, 12 fois la consommation énergétique de l’Irlande.

Mais faut-il se fier au bon sens avant de prendre une décision ? Quel est le coût réel d’un champ d’éoliennes ? Quelle quantité de CO2 sera dégagée lors de la construction de l’infrastructure, combien lors de la fabrication des éoliennes ? Toutes les pollutions ne doivent-elles pas être comptabilisées ?

Quand on construit un champ d’éoliennes, on cherche des endroits peu peuplés, par exemple dans les tourbières en Irlande. Le coût de l’infrastructure est alors toujours élevé, les travaux sources d’important dégagement en CO2 et autres gaz à effet de serre. Et ils perturbent l’environnement. Suivant les calculs les plus pessimistes de Richard Lindsay, il faut alors 16 ans pour qu’une éolienne, qui a une durée de vie de 25 ans, annule la pollution que sa construction a engendrée !

Face à la complexité, le bon sens défaille. Il oublie de tenir compte de toutes les implications. Il ne peut d’ailleurs y parvenir. Que faut-il faire alors ? Plutôt que construire d’immenses champs d’éoliennes, il est sans doute préférable d’opter pour la micro-génération suggère Richard Lindsay. Plutôt que se lancer dans des projets géants impossibles à maîtriser, il vaut mieux que chacun de nous place une petite turbine sur son toit. C’est un bel exemple qui devrait nous pousser à agir par nous même, localement.

Les arbres

Un autre article, aussi publié dans NewScientist, m’a interpellé. Le bon sens nous incite à planter des arbres pour lutter contre la pollution. Du coup, le traité de Kyoto propose aux pays incapables de réduire leurs émissions d’avoir la main verte.

Est-ce vraiment une bonne idée ? Une étude vient de révéler que les feuillages dégagent du méthane, un des gaz à effet de serre les plus nocifs. Les experts ne sont pas encore arrivés à un accord sur les volumes mais le dégagement est avéré.

Le bon sens est encore une fois mis en question. Les solutions les plus évidentes ne sont pas nécessairement les meilleures. Plutôt que se lancer dans de vastes projets pour réduire les gaz à effet de serre, projet dont personne ne peut maîtriser les tenants et les aboutissements, n’est-il pas préférable d’attaquer le problème à la source, là où se produisent les pollutions, c’est-à-dire chez nous ?

Il est un peu facile de polluer d’un côté et de planter des arbres d’un autre en croyant qu’on règle le problème. Les pollutions doivent être évitées à tout prix. Il n’y a pas de compensations possibles.


Moyenne des avis sur cet article :  3.32/5   (150 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • zen (---.---.222.211) 7 août 2006 12:36

    Article sans intérêt, sans recul et assez simpliste par rapport aux enjeux de l’après-pétrole...On a fait mieux sur Agoravox. Retournez aux archives.


    • Jesrad 7 août 2006 12:39

      Les éoliennes ne massacrent pas les oiseaux. Elles provoquent même moins de décès d’oiseaux par collision qu’un bâtiment de taille comparable qui aurait des fenêtres.


      • Thierry Crouzet Thierry Crouzet 7 août 2006 12:58

        C’est peut-être pas clair mais le sujet de l’article c’est pas les éoliennes ou les arbres mais le bon sens. Dans la logique après-pétrole je dis juste qu’il faut prendre garde de ne pas trop se fier à lui.


        • (---.---.192.30) 7 août 2006 14:13

          Vrai, en lisant, on perd vite pied et on s’éloigne du sujet initial


        • (---.---.192.30) 7 août 2006 13:08

          En dépit du bon sens : les éoliennes ne massacrent pas les oiseaux. Et si c’était le cas, on trouverait un moyen de les faire éviter les champs d’éoliennes.


          • (---.---.15.130) 7 août 2006 13:14

            « il vaut mieux que chacun de nous place une petite turbine sur son toit »

            ah bon ? ca existe ? ca coûte combien ? faut il passer par EDF ?


            • idoine (---.---.189.236) 7 août 2006 13:14

              Je cite + Ces dernières semaines, j’ai lu plusieurs articles qui questionnent le bon sens écologique. Et qui nous montrent combien nous devons être prudents avant d’adopter de nouvelles technologies + Sans vouloir être vexant, savez-vous combien de temps est nécessaire pour avoir une bonne approche d’un problème complexe où le lobbying de la désinformation est plus qu’important ? Oui, c’est vrai, les problèmes concernant l’environnement sont complexes et il faut y réfléchir à deux fois avant de choisir un solution. Le seul problème, c’est que ce n’est pas ce genre d’attitude que nous avons adopté dans un premier temps et que maintenant, il est possible que le seul choix que nous ayons se présente de la façon suivante :
              - garder des solutions très polluantes (et non renouvelable)
              - ne rien faire
              - choisir des solutions moins polluantes (et renouvelable)

              Mathématiquement, et si vous avez quelques notions de statisitique, la logique nous amène à nous orienter vers la solution qui a le plus d’espérance de succès : en l’occurence, l’éolienne me parait bien meilleur que « ne rien faire » ou « utiliser une centrale thermique ». Je ne parle pas de l« énergie nucléaire » car l’étendue des inconnu est encore plus importante et que le problème se complexifie encore plus.

              Donc, et si vous voulez vraiment répondre à ce post, essayer de trouver un tableau comparatif des différentes solutions énergétique.

              PS : je n’ai pas voulu vous contrer sur qlq éléments que je considère comme étant de la pure désinformation (d’autres personnes en font actuellement un relais que je considère suffisant)


              • françois (---.---.59.105) 7 août 2006 16:44

                Dans le même sens : le bon sens nous dit que faire une éoliennne est moins polluante dans sa concéption qu’une centrale thermique et même pire nucléaire... MAis l’article est bon par le raisonnement et par sa cause !


              • JiPi (---.---.155.1) 7 août 2006 13:16

                «  »...il faut alors 16 ans pour qu’une éolienne, qui a une durée de vie de 25 ans, annule la pollution que sa construction a engendrée...«  »

                Mais c’est le cas pour toute installation destinée à produire de l’énergie. Une centrale au fioul doit certainement présenter un bilan très semblable.

                Les panneaux photovoltaïques ne sont pas non plus fabriqués sans pollution.

                Cet article remet le bon sens en question, en effet !!!!


                • Thierry Crouzet Thierry Crouzet 7 août 2006 13:19

                  Pour les oiseaux, lire par exemple cer aticle de la BBC.


                  • Thierry Crouzet Thierry Crouzet 7 août 2006 13:28

                    Est-ce que j’ai dit que les éoliennes étaient une mauvaise chose ? J’ai pas dit non plus que leur rendement était plus mauvais que celui du pétrole ou du nucléaire. J’ai juste insisté sur la nécessité de prendre en compte tous les coûts avant se lancer tête baissée. Si on ne fait pas ça, le nucléaire est la panacée d’ailleurs. Richard Lindsay met juste en garde sur le développement sauvage des champs d’éoliennes, voir l’article de la BBC. Il y a aussi des risques environnementaux avec les énergies dites propres. Et les statistiques ne nous aident en rien dans cette histoire. Que les proba soient bonnes ne nous empêche pas de nous engager dans des voies catastrophiques. Les proba ne nous aident pas à prévoir l’avenir, ni même à estimer les avenirs possibles. Ce servir d’elles pour agir est suicidaire, surtout à l’échelle globale.


                  • idoine (---.---.189.236) 7 août 2006 13:48

                    Disons, que de la façon dont l’article est présenté - la communication, c’est aussi beaucoup l’impression laissée aux lecteurs - il me semble que le sens de l’article engage à se défier des éoliennes. Pour information, je comprends que l’auteur se soucie des oiseaux mais, ... en matière écologique, les journalistes (notemment de la BBC) en sont encore à privilégier la « sensiblerie » de leur utilisateurs à défaut de faire un vrai travail d’investigation scientifique. Si L’auteur, veut nous dire : Eolienne, attention à ne pas faire n’importe quoi ? - je l’admet, c’est utile. Mais manipuler autrui par l’utilisation de titre rédigé dans le plus pure style PNL (ou accrocheur), sans connaitre vraiment son sujet, c’est plus qu’inutile, c’est dangereux.


                  • Fabien. (---.---.240.152) 7 août 2006 16:56

                    Thierry,

                    L’article de la BBC incrimine avant tout la phase de travaux détruisant l’habitation des oiseaux plutôt que le « hachoir éolien ».

                    Fabien.


                  • énerg’éthique (---.---.91.120) 23 août 2006 14:58

                    Les études réalisées en Europe indiquent une moyenne de 0,4 à 1,3 oiseau tué par éolienne et par an. Ce chiffre est très faible au regard d’autres facteurs de mortalité (circulation routière, lignes électriques aériennes, baies vitrées).

                    sources : ADEME

                    Le problème n’est pas seulement celui de la production c’est aussi et surtout le problème de la consommation. Ce que nous ne consommons pas ne coûte rien et ne pollue pas.


                  • Bulgroz (---.---.251.217) 7 août 2006 13:35

                    On peut au moins dire une chose : Thiery Crouzet nous change des habituels ayatollahs anti nucléaires avec qui nous sommes obligés d’abandonner tout bon sens. Bravo pour cet article.


                    • Action (---.---.90.73) 7 août 2006 13:58

                      Bonjour,

                      Prévue pour fonctionner sur des maisons, elle va être testée sur des immeubles parisien : basse vitesse (moins de vibrations et de bruit), robuste, efficace !


                      • Fred (---.---.155.75) 7 août 2006 14:41

                        C’est une technique qui semble interessante ; cependant une generation de 1.3 kW pour des vents de 54 km/h ne me semble pas enorme surtout que peu de regions offrent des vents a ces vitesses.


                      • ISIDOR (---.---.124.205) 7 août 2006 15:21

                        Très intéressant !!! Et comment vous faites pour les sacro-saintes lois sur la conservation du patrimoine, les Batiments de france, les règles de conservation du paysage... Et j’en passe... Un sérieux coup de balai est à donner... Essayez, dans un village du Gard, de poser deux plaques photovoltaïques sur votre toit : on vous les fait retirer !!! Essayez de poser cette éolienne à Avignon ! Vous verrez...


                      • (---.---.126.120) 7 août 2006 20:57

                        Ca fait au moins 40 ans sinon plus que les petites éoliennes individuelles existent... mon père en avait mis une sur son bateau et une autre dans notre jardin, comme de nombreuses personnes à l’époque dans la région. Je crois que j’ai encore la turbine dans une caisse... Cela n’aurait sans doute pas suffi à chauffer la maison à l’électricité évidemment, mais c’était toujours ça de pris - et avec les progrès technologiques on peut surement faire mieux qu’alors.

                        Les petites éoliennes sont certainement bien mieux adaptées dans de nombreux cas, mais je ne crois pas qu’EDF voie d’un très bon œil le phénomène, car la gestion de la production lui échapperait pour une grande part. C’est comme le lobby anti-carburant vert. Il faudrait vraiment faire comprendre à ces forces freinantes qu’elles sont out.

                        Pour ce qui est du problème des oiseaux, oui c’est un problème, en particulier de nombreux jeunes aigles ont été tués par des éoliennes dans certaines régions (je m’intéresse aux aigles de très près) - cependant c’est un problème qui serait très simple à résoudre par des solutions techniques.

                        Mais je viens surtout appuyer le dernier commentaire : habitant dans une « zone classée », il a même été difficile de mettre des double-vitrages ! Nous aimerions mettre des panneaux solaires mais je crois bien que ce n’est même pas la peine de demander. Je suis à 100% pour la protection du paysage, mais à condition qu’il s’agisse vraiment de quelque chose d’intéressant (nous habitons une maison du 19eme dans un bourg extrêmement banal, mais il y a un château à un kilomètre qui n’est pourtant même pas maintenu dans un état médiéval, ni même entretenu correctement) et que cela ne soit pas au détriment de l’environnement comme c’est le cas actuellement.


                      • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 7 août 2006 14:11

                        Salut Thierry,

                        T’in en parlant de méthane,… quelques infos !

                        Dans Google tapez :production de méthane par les ruminants … et on apprend que :

                        Les ruminants contribuent pour une part non négligeable (18% du total) à la production mondiale de méthane

                        … Que les ruminants émettent par éructation dans l’atmosphère du méthane, puissant gaz à effet de serre, et participent ainsi à hauteur de 3% au réchauffement de la planète !

                        Même que rien n’arrête le progrès la preuve : Un vaccin pour réduire la production de méthane des ruminants ,… à lire sur :http://www.sur-la-toile.com/article_pdf_311.pdf

                        Enfin sur ce site ,

                        http://www.populationmondiale.com/

                        On nous dit que nous sommes plus de 6, 5 milliards d’habitants

                        La population mondiale est de - Population of the world is 6 551 565 386 personnes lundi 7 août 2006 à 7 h 55 min et 45 s

                        Ben tout c’beau monde, ça fait zoci pas mal de méthane !!!!!

                        @+ P@py


                        • Stephane Klein (---.---.113.119) 7 août 2006 14:18

                          Vous posez beaucoup de questions, sous-entendez pas mal de choses et n’apportez pas beaucoup de reponses.

                          Au demeurant s’il est vrai qu’il convient de soupeser chacune des solutions energetiques, il ne faut pas oublier un fait de base : toute activite humaines engendre un degat sur la nature, toutes, il convient alors de prendre le moindre mal.

                          Au demeurant votre article recelle peu d’information et cherche la petite bete : veut-on parler du cout energetique de construction des centrales nucleaires ou thermique, de l’approvisionnement en combustible, du cout energetique de demantellement, de couts de canicule et dereglement climatique, des couts de R&D pour trouver un moyen de se debarasser des dechets nuke, du cout de realisation du site de stockage, du cout de stockage et surveillance des dechets ad vitam aeternam ?

                          Au demeurant les solution EnR sont deja mises en place depuis de nombreuses annees dans beaucoup d’autres pays, il y a moyen de tirer des enseignements sans sous-entendre.


                          • mjmb (---.---.38.26) 7 août 2006 14:25

                            Je crois pour ma part que le bon sens se cultive, et que ce très bon article est une occasion pour le faire.

                            Une remarque presque hors sujet : il semble que notre culture ignore tout des arts de l’ingénieur.


                            • Mouton (---.---.101.8) 7 août 2006 14:53

                              Moi je le trouve bien cet article. Et à ceux qui critiquent tue-tête, relisez attentivement pour constater qu’il ne s’agit nullement de critiques infondées et primaires. Avertir sur les défauts des éoliennes ne fait pas de l’auteur un partisant du nucléaire ou un extrémiste anti-éolienne. Relisez-bien, l’article appelle uniquement à la réflexion, à se demander le + souvent possible que le bon sens motive une décision s’il est adéquat ou non.


                              • idoine (---.---.189.236) 7 août 2006 15:16

                                @mouton Cet article est « bizzard », il semble attaché défendre et ne pas défendre, pour nous dire quoi en fait : Attention ...

                                Eh bien dans ce cas, qu’il dise clairement : Eolienne, attention à ne pas faire n’importe quoi ; alors que dans le cas présent, le titre n’est pas approprié, certains arguments,(notamment à propos des oiseaux, sont apportés pour ... au final créer un brouillage inutile au message.


                              • Mouton (---.---.101.8) 7 août 2006 15:58

                                C’est justement ça que je trouve appréciable, et que certains critiquent comme un peu trop flou !

                                Il ne parle ni de génocides d’oiseaux, ni des méfaits des éoliennes-suppots-de-satan, mais il précise juste que les éoliennes qui sont considérées comme positives par le bon sens ne présentent pas que des avantages.

                                Et de manière plus générale il insite juste à douter un peu plus du bon sens. Contrairement à certains articles qui présentent uniquement une ligne de pensée ou un parti pris, celui-la incite seulement à réfléchir à certains principes.

                                Mon avis est surement un peu différent de celui de l’auteur sur l’écologie, mais son approche me paraît seine, de remettre en cause des principes issus du bon sens, de vérifier quelles certitudes on peut avoir, etc ...

                                Et juste un ex qui illustre un peu le propos : arté diffusait une émission intéressante sur des recherches en altitude sur les arbres. On y apprenait notamment que les etats-unis avait fait de la pollution un argument de campagne : plus on libère de CO2 plus les arbres d’altitude seront développés. Logique non ? ;)


                              • Eole (---.---.38.88) 7 août 2006 14:54

                                « Le bon sens dicte de construire de plus en plus d’éoliennes même si elles gâchent les paysages et massacrent souvent dans leurs pales les oiseaux de passage »

                                Deux affirmations purement gratuites. Si les pales des éoliennes tuent quelques fois des oiseaux ou des chauves-souris, on est très loin du massacre que vous suggérez. Comment qualifieriez-vous les 300.000 morts suite au naufrage de l’Erika ou les 174.000.000 d’oiseaux morts à cause des pylônes et lignes électriques, rien qu’aux USA ? Une extinction ? Si vous aviez un peu de bon sens (pourtant l’objet de votre article) vous auriez essayé de vérifier votre affirmation. Je vous invite donc à lire dans le détail l’étude « Impacts on biodiversity of exploitation of renewable energy sources : the example of birds and bats » Hermann Hötker, Kai-Michael Thomsen, Heike Jeromin. Et pour ce qui est du paysage gâché par des éoliennes, ceci est complètement subjectif. Décidement, vos exemples sont très mal choisis...


                                • Thierry Crouzet Thierry Crouzet 7 août 2006 14:59

                                  Je n’ai pas parlé de génocide, tout de même. Et j’ai même dit que c’était pas un vrai problème cette histoire d’oiseaux.


                                • Jean Delors (---.---.101.127) 7 août 2006 23:06

                                  Eole a écrit :Deux affirmations purement gratuites. Si les pales des éoliennes tuent quelques fois des oiseaux ou des chauves-souris, on est très loin du massacre que vous suggérez.

                                  Toujours est-il qu’elles ne semblent pas aussi « purement » gratuites que votre affirmation puisque le gouvernement australien vient par exemple d’annuler la construction d’une ferme d’éolienne de 220 millions $ (!) qui soi-disant risque de menacer une espèce rare de perroquet.

                                  Les batailles d’eco-warriors contre enviro-fondamentalistes ont ce coté comique...


                                • Thierry Crouzet Thierry Crouzet 7 août 2006 14:56

                                  Pour le méthane, l’article dont je parle évoque une première étude qui indique une production pour les végétaux entre 62 et 236 millions de tonnes par ans, donc un volume du même ordre que celui produit par les ruminants et l’activité microbienne. Cette étude est toutefois remise en cause, la production des végétaux serait inférieure...


                                  • Gerard Drouville (---.---.34.65) 7 août 2006 16:16

                                    Bonjour, l’éolien, la biomasse...et tant d’autres solutions ! Vous critiquez les quelques défauts, que ne faites vous de même pour le pétrole, le charbon, le nucléaire car ces sources d’énergies n’ont pas d’impact sur l’environnement, les lignes à tres haute tension ne défigurent pas le paysage, les investissements non démocratiques ne pourraient être mieux utilisés ; ils sont inépuisables, et ils sont si propres,....vos arguments n’en sont pas, vous ne soulevez pas les vrais problèmes, et avec quelle mauvaise foi ! Gerard.


                                    • jean-pierre (---.---.24.122) 7 août 2006 17:03

                                      Bon article. Je partage votre point de vue sur le bon sens et les idées reçues. Mais les réactions épidermiques ici montrent qu’il y a du chemin à faire.

                                      Je serais aussi curieux d’avoir des éléments sur le bilan écologique et économique de la voiture électrique ou de l’électricité solaire. Il faudrait que la calcul soit fait de bout en bout : fabrication, utilisation, maintenance et recyclage.


                                      • Car Avane (---.---.49.193) 7 août 2006 20:12

                                        Je résume : les écolos nous font chier, avec leurs mirifiques projets, prévisions, bonnes intentions et perspectives, sans même savoir pourquoi. A toutes fins inutiles.

                                        Mais on ne les a pas attendus pour savoir qu’on peut tout prévoir, à l’exception de l’avenir. Il est donc grand temps de les ramener à la niche à coups de pompes dans le train.


                                        • Le chien (---.---.189.236) 7 août 2006 20:20

                                          J’aboies

                                          petite apartée, nécessaire pour faire passer la caravane

                                          (rappel : le chien aboie, la caravane passe)


                                        • Praxitèle (---.---.135.3) 7 août 2006 20:15

                                          Article totalement indigent...

                                          Le bon sens ne veux pas dire grand chose, ou seulement que si vous en ètes doté, vous n’avez pas besoin de consulter un psychiatre, et ce sans préjuger de votre capacité ou incapacité à soutenir un raisonnement. On peut être parfaitement idiot et sain d’esprit mais aussi totalement fou et très intelligent.

                                          Le problème majeur de l’énergie éolienne est qu’elle varie considérablement en fonction du régime des vent, par ailleurs notre consommation humaine d’énergie est elle aussi très variable, avec cependant un caractère cyclique.

                                          Il faut alors trouver une source d’énergie qui puisse servir d’amortisseur afin de répondre à la demande, étant donné que l’électricité ce stocke mal, et que nous accepterions mal les coupures de courant quand il n’y a pas ou peu de vent. Que l’énergie éolienne soit fournie par de grands champs ou par des petites unités ne change rien à cet état de fait.

                                          Actuellement le seul amortisseur est la vieille centrale thermique. Donc plus vous augmentez votre parc éolien plus vous devez grossir votre amortisseur.

                                          C’est pourquoi l’Allemagne a augmenté ses rejets de CO2 à mesure qu’elle se couvrait d’éolienne.


                                          • Aldoo (---.---.31.136) 7 août 2006 21:11

                                            A propos du méthane et des arbres : les arbres ne peuvent produire du méthane (CH4) qu’à partir du gaz carbonique (CO2, lui aussi source d’effet de serre) qu’ils ont accumulé. A nuancer donc.

                                            De plus, l’arbre aura plutôt tendance, pendant sa croissance, à utiliser le carbone pour sa croissance que pour dégager du CH4 ! Le dégagement de CH4 viendra en fait des déchets végétaux : feuilles et bois morts. Donc en gros, tant que l’arbre est en croissance, on peut supposer que le bilan est bénéfique pour l’effet de serre.

                                            Quelqu’un parlait de biomasse, un peu plus tôt. Or comme je l’ai dit le CH4 provient de la dégradation des débris végétaux, qui sont justement susceptible d’être utilisés comme source d’énergie. Donc en organisant une sorte de recyclage, on pourrait à la fois éviter de relâcher du méthane, et en plus produire de l’énergie (en relâchant du CO2, certes, qui viendra ensuite nourrir les plantes, et ainsi de suite. Fascinant, n’est-ce pas ?). Enfin bon, tout ça c’est la théorie. Pourrait-on en pratique monter une filière rentable (d’un point de vue éco[logique/nomique] et énergétique) exploitant cette mâne ? Je l’ignore. Il est sans doute plus simple d’exploiter l’énergie solaire (puisque c’est de ça qu’il s’agit) directement grâce à des cellules photovoltaïques.


                                            • Laplumaencre (---.---.62.137) 7 août 2006 21:59

                                              Article intéressant dans le fond, penser avant d’agir...Mais je ne crois pas que les centrales nucléaires soit une solution, il suffit de regarder du côté de Tchernobyle, les dégats monstrueux, et pour combien de siècles encore ? Alors, le fait que « soit disant » les éoliennes massacres !! les oiseaux de passages me fais légérement sourire, c’est pas un mixer non plus. Et vous croyez que la construction d’une centrale nucléaire ne produit pas de CO2 et autres polluants peut être ?! Pour finir qu’il faudrait penser au conséquence ...avant d’écrire.


                                              • FMercier (---.---.0.33) 7 août 2006 22:09

                                                « ARTICLE NUNUCHE... Mais bon ! La démocratie c’est aussi cela ! smiley Pour m’éviter de perdre du temps, un p’tit copié/colé concernant :

                                                IDEE FAUSSE : « LES EOLIENNES SONT DE VRAIS HACHOIRS A OISEAUX. »

                                                De très nombreuses études ont été menées à travers le monde autour des parcs éoliens pour analyser leur impact sur les oiseaux. Tous les suivis démontrent que la mortalité des oiseaux est faible à très faible . Ces suivis montrent également que plus de précautions sont prises dans le choix des sites et dans l’agencement des éoliennes, plus cette mortalité est faible. La Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) s’est d’ailleurs engagée en faveur des éoliennes.

                                                Dans tous les cas, la mortalité liée aux éoliennes est sans commune mesure avec celle liée à la circulation routière, aux lignes électriques, aux baies vitrées, à la chasse, aux pesticides et insecticides, aux marées noires ou à la disparition des milieux favorables aux oiseaux . Une éolienne peut tuer entre 0 et 3 oiseaux par an. Alors qu’une ligne électrique haute tension en tue plusieurs dizaines par kilomètre et par an (100 000 km en France). La chasse est quant à elle responsable de la mortalité de plusieurs millions d’oiseaux chaque année.

                                                Les oiseaux, dont la vue est le sens le plus développé, voient les éoliennes et les évitent. Ce changement de trajectoire à l’approche des éoliennes est observé couramment par les ornithologues.

                                                Par ailleurs, des études ornithologiques sont entreprises avant l’implantation d’éoliennes, dans le cadre de l’étude d’impact obligatoire, et les sites sensibles sont évités .

                                                POUR EN SAVOIR PLUS :

                                                Le site Web d’ABIES, bureau d’études en énergie éolienne et environnement, fournit des résumés de suivis ornithologiques
                                                - source : http://www.planete-eolienne.fr/oiseaux.html


                                                • Jean Delors (---.---.101.127) 7 août 2006 22:18

                                                  Monsieur Crouzet,

                                                  C’est bien de remettre en question le bon sens que tout un chacun prétend savoir appliquer à une affaire aussi complexe que la politique énergétique.

                                                  Par contre, vous tombez dans le meme travers en faisant croire qu’un générateur individuel pourrait etre solution supérieure aux fermes d’éoliennes. C’est malheureusement inexact. Faites une recherche plus poussée au lieu de vous contenter d’une source dithyrambique et vous verrez que les éoliennes au dessus du toit (comme celui du grand démagogue aspirant premier ministre britanique James Cameron) souffrent des memes travers que les éoliennes géantes :
                                                  — cout au kwh au moins 5x plus élevés que l’électricité thermique
                                                  — faible densité énergétique,
                                                  — production capricieuse qui soit demande des batteries couteuses et polluantes, soit pose des problèmes insolubles de qualité du courant si connecté au réseau
                                                  — méfiance du voisinage
                                                  — durée d’amortissement tout aussi élevée (15 à 25 ans)

                                                  Et tout ça avec l’économie d’échelle en moins qui ne peut que faire exploser le cout de fonctionnement. Quiconque a utilisé une éolienne de bateau sait de quoi je parle. N’espérez donc pas grand chose d’une techno qui, après tout, date de plusieurs siècles. Les seuls gros progrès qui ont été faits l’ont été sur des éoliennes de plus de 1 MW.


                                                  • Paldeolien (---.---.113.141) 8 août 2006 01:10

                                                    Hannnnn, mais c quoi ça ?

                                                    Bon l’article insiste trop sur les bestioles à pâles, c’est clair. Mais le bon sens, il imposerait de voir arriver des remarques constructives. Dans absolument tous, et je dis bien tous les forums, sauf ceux dédiés à l’energie et l’environnement, je vois revenir Eolienne, panneaux solaires, nucléaires.

                                                    Vous êtes incroyablement OUT en ce qui concerne la technologie de l’energie. On va apportez un peu de vent frais hein, parce que ça me gonfle de voir en permanence ces seuls mots dont les mass medias de merde vous ont obscurcis les neuronnes.

                                                    Voilà quelques liens.

                                                    http://www.enviromission.com.au/ Il y a une jolie video, il ne faut surtout pas vous priver.

                                                    http://fr.wikipedia.org/wiki/Moteur_Stirling http://www.grc.nasa.gov/WWW/tmsb/stirling.html Là encore c’est riche et abondant profiter du dépoussiérage !

                                                    http://www.rfi.fr/Fichiers/MFI/ScienceTechnologie/1239.asp Mon Dieu, c pas possible ! ça existe !!!

                                                    http://www.jp-petit.com/science/Z-machine/z_machine2.htm Et là l’incontournable...Vous devriez être fièr de cet homme ! Et visiter son site un peu en long en large et en travers.

                                                    http://www.jp-petit.com/science/ITER/fermer_ITER.htm Voilà une petite leçon de bon sens...

                                                    http://www.jp-petit.com/Presse/la_grande_epoque.htm Et puis ça c’est ce qui vous attends, si vous arretez pas de vous chamailler sans jamais vous mettre d’accord.

                                                    Moi je serais de vous, avant de poster et de raconter un peu nawak, je commençerais par aller un tout petit peu voir ailleurs ce qui se passe au lieu de rester bloqué derrière les solutions « officielles » et de commencer a faire des calculs à l’arrache. La moindre des choses c’est de poser le probleme, et le problème, c’est pas le bon sens, le probleme, c’est qu’il n’y a pas de crise d’énergie, simplement une crise d’ignorance.

                                                    J’ai vu une seule remarque pertinente « Et vous connaissez les sciences de l’ingénieur ? » Il est vraiment dommage que vous ne faites pas confiance au génie humain. faites attention, vous êtes derrière un PC, ça polu...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès