Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > C’est vous qui consommez, c’est nous qui respirons

C’est vous qui consommez, c’est nous qui respirons

De petits riens gâchent une nuit, une journée, une existence. La propension de nos concitoyens à laisser leur moteur tourner pour le plaisir m’a toujours laissé pantois. Le prix du carburant n’est-il pas encore asssez haut ?

Les nuits d’avril 2007 sont particulièrement chaudes. C’est donc fenêtres entrouvertes que le citadin peut goûter un peu de la douceur nocturne.

En ville, beaucoup de choses peuvent entraver votre repos mais, hier soir, c’est une vraie, une belle odeur de gasoil qui me tira du sommeil où j’étais. Je me levai donc pour voir par la fenêtre d’où venait ce bruit de vieux Merco qui claquait à mes oreilles, comme à celles de tout le quartier assoupi. Trois citoyens faisaient leurs adieux à leurs amis mes voisins. Tout le monde avait l’air joyeux et, donc, même le moteur tournait pour le plaisir.

Je me suis souvenu alors de tous ces cars pris dans mon enfance, vrombissant sur le parking en attendant les voyageurs et l’heure du départ. En essayant de retrouver le sommeil, m’est revenue en mémoire cette scène absurde, vécue avec ma femme et ma fille que je portais encore en écharpe. À notre descente matinale du train Rome-Paris en gare de Bercy, nous rejoignîmes la file d’attente d’une trentaine de personnes qui espéraient toutes un taxi, à cette heure de pointe où ils sont plutôt rares. Un petit car de ramassage d’enfants handicapés est alors venu se garer là, juste devant la queue des voyageurs à peine réveillés, à jeûn, et les embauma de suie noire. Personne ne bronchait. Je suis allé demander au chauffeur de gentiment éteindre les gaz, après un léger moment de nausée. Malgré sa stupéfaction, il reprit conscience qu’il vivait dans le même monde que nous. Peut-être que la vue du nourrisson endormi sur moi le fit s’éxécuter de bonne grâce. Cinq minutes passées derrière son camion avaient suffi à nous gazer. Le chauffeur était bien au chaud et ne se rendait compte de rien.

Je me suis donc souvenu de tous ces lecteurs distraits, de ces touristes perdus, de ces galants discrets, qui n’osent pas, ne veulent pas ou ne peuvent pas éteindre leur moteur à explosion sans que cela prenne une signification particulière.

Certes, à raccompagner une dame éteindre le moteur est équivoque. Elle ne se sent pas libre de descendre... C’est très curieux. Mais qu’est-ce qui empêche en revanche tel chauffeur de camion, tel coursier, tel voyageur de tourner la clef ? Pas le prix du litre de carburant, en tout cas. Qu’est-ce que ce petit geste simple peut induire comme sensation, si désagréable, que les amis de mes voisins en arrivent à oublier le bruit de leur camion, vers une heure du matin, et à déranger le repos de toute une rue de Paris ? Depuis un siècle que les moteurs explosent, le silence est devenu un luxe, pensai-je en essayant de retrouver le sommeil.

Un professionnel de la route me confiait que la force de l’habitude, le ronron du moteur, les réflexes de conduite sont des éléments de réponse à ce mystère. Combien reconnaîtraient qu’il y a une connotation négative attachée à l’arrêt du moteur ? De l’arrêt du moteur à l’arrêt cardiaque, il n’y a qu’un pas symbolique ; même un chauffeur de bus écolo peine à en avoir conscience.
Francis Lemarque dans sa chanson "Les Routiers" disait : "Le jour se lève et décline/ Sur la route qui chemine/ Il doit pousser sa machine/ Car c’est là qu’est son usine...". Peut-être alors que le routier aurait l’impression de chômer si son usine s’arrêtait de fumer. L’usine qui s’arrête, le souffle qui s’éteint.

Moins poétiques sont les raisons simples qui enjoignent le chauffeur d’un car de touristes à laisser son moteur tourner pendant la visite du Louvre : frileux l’hiver, ils suffoquent l’été. Les clients exigent ou le chauffage ou la clim’... Les passants, eux, n’ont qu’à passer.

Il fut un temps où les moteurs diesel avaient besoin de chauffer avant de fonctionner normalement. Le gasoil gelait facilement à cette époque et des habitudes furent prises. Un camion qui refroidissait manquait souvent de ne plus repartir. C’est ainsi que le charbonnier livrait ma grand-mère et remplissait sa facture sans éteindre son camion. Cela lui fournissait aussi un prétexte tout trouvé pour repartir aussi sec et refuser la goutte de Calva que chaque client livré se faisait un honneur de lui offrir. Le carburant ne gèle plus désormais et, mieux, les adjuvants qui entrent dans sa composition sont autant de particules polluantes supplémentaires.

Alors que faut-il ? Faudra-t-il longtemps continuer ce gazage généralisé ? Avons-nous bien conscience que nous sommes déjà en phase de déplétion pétrolière ? Chacun à notre mesure, combien de tonnes de pétrole pourrions-nous épargner en adoptant un comportement responsable ? En serait-il autrement si le litre de carburant passait à 3,50 € par litre ? Pas si sûr.

À Tokyo, dans les années qui précédèrent la mise en place du tout GPL, les automobilistes coupaient le contact au feu rouge. C’était une question de survie. En sommes-nous si loin, alors que les effets toxiques spécifiques au diesel sont connus, en particulier l’effet allergisant des microparticules issues de la combustion de ces hydrocarbures ? Nos pompes au GPL ont vu leur nombre chuter en dix ans. Et la pile à combustible ? Le premier bus à hydrogène roule déjà à Londres. (source Métro janvier 2005 n°647).

PHOTO

AUTOBUS LONDONIEN Mercedes-Benz équipé d’une pile à combustible
Ballard. Il roule depuis janvier 2004 dans le cadre du projet européen "Cute" (clean urban transport for Europe) qui prévoit trente bus dans 1dix métropoles en deux ans. Dans l’ordre : Madrid, Londres, Porto, Luxembourg, Hambourg, Barcelone, Stuttgart, Stockholm, Amsterdam.

Paris ou Lyon, villes irrespirables, ne sont pas au programme. Que font nos députés européens ? En France, des recherches ont lieu, notamment au CEA. On conçoit des produits, par exemple chez Axane (filiale d’Air liquide). Renault et PSA participent à un des programmes européens. Subventions encore et toujours. Mais ces volontés seront-elles plus fortes que le lobby pétrolier ?

À l’avenir, les constructeurs automobiles vont-ils imaginer des pots d’échappement (la partie honteuse d’un véhicule) dirigés vers un collecteur de gaz, ou les fabricants de poussettes vont-ils adapter le masque à oxygène pour bébés des grandes villes ?

Je sais que le parcours dans l’existence tient quelquefois à peu de choses. Je ne sais pas si le voisin du troisième a retrouvé le sommeil cette nuit-là, après le départ du vieux Merco. Je m’en inquiète, car je sais que le matin suivant il devait passer un concours pour un emploi stable, et que son jeune enfant, asthmatique et couvert d’eczéma, lui donne quelque souci.

Lire l’excellent article "Le diesel en question" de Patrice Miran

Documents joints à cet article

C'est vous qui consommez, c'est nous qui respirons

Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • maxim maxim 1er mai 2007 11:51

    alors je vous explique pourquoi les poids lourds doivent tourner au ralenti ..... ces vehicules sont equipés de freins à air comprimé ,et aprés un arret prolongé ,il faut recharger les bouteilles d’air à l’aide du compresseur ..... lorsque la charge est atteinte ,un temoin s’eteint au tableau de bord et le vehicule peut partir ..... de plus un diesel doit etre à temperature pour fonctionner de maniere optimum ,un temps de chauffage est necessaire ....

    idem pour les moteurs essence des voitures sportives ,il faut un moment de chauffe jusqu’à ce que l’aiguille du compte tours se stabilise entre 800 à 900 t/m suivant le modele ..... c’est ce qui est préconisé dans le manuel d’utilisation de ma voiture ,un modèle sportif de chez Renault ( que je garde en collector sa fabrication etant arretée ).....en plus pour une utilisation optimum ,il faut amener la temperature entre 85/95°centigrades .....

    idem pour les modeles turbos ,ou il faut mettre le moteur en route avec un temps de point fixe pour lubrifier le turbo ...

    idem pour l’arret ou il faut laisser tourner le moteur quelques instants pour ne pas interrompre la lubrification du turbo en question.....

    pour une voiture commune ,il est recommandé egalement de ne pas couper son moteur tout de suite aprés un long parcours ,il faut laisser la pression d’huile se stabiliser au ralenti avant de stopper net le moteur .....


    • tvargentine.com lerma 1er mai 2007 13:48

      Vous avez perdu les élections (snif snif !!!!!!)

      Oui,vous irez pleurer chez vos amis hezbollas verts qui nous empêchent de circuler librement dans Paris

      PS : N’oubliez pas de leur demander de couper le moteur de leur superbe 4x4 ,car cela pollu ! smiley smiley


      • Jimd Jimd 2 mai 2007 09:57

        @lerma quel rapport avec les elections ??? pourquoi ces sarcasmes... circuler librement : prennez le bus ou le metro ! ces mesures sont prises pour liberer la circulation des transports en commun. La voiture n’a pas forcement sa place en ville, ou du moins, le partage de l’espace avec les pietons et les modes de transports collectifs est un sujet de debat qui merite mieux que quelques sarcasmes manicheens.


      • mimur 1er mai 2007 15:24

        J’ai cru aussi pendant un certain temps qu’il était plus mauvais qu’autre chose de couper et redémarrer le moteur. Cela dit, même avec cette croyance, j’avais du mal à laisser mon moteur allumé plus de 2 minutes pour rien ! Et un constructeur automobile a fabriqué la voiture qui s’arrête toute seule pour passer à l’électrique ! Tout d’un coup je me suis senti moins coupable de couper mon moteur dès que je n’en avais pas besoin.

        Je suis tombé sur cet article par hasard, et j’avoue avoir éprouvé un certain plaisir (honte à moi qui ne suis pas propriétaire de voitures de sports, ni de voitures diesel...j’ai la faiblesse de rouler au GPL) de lire que je n’étais pas le seul à éprouver ce sentiment.

        Oh je me sentirais sans doute toujours un peu coupable de déranger la majorité bien pensante qui me fait un caprice parce que je fume ma cigarette à moins de 3 km d’eux, mais qui se permet de m’enfumer de leur odeur noséabonde de diesel.


        • Jimd Jimd 2 mai 2007 10:01

          @Seb59 je ne souscris pas a l’argument de la collusion et des amitiees entre etat et constructeur. certains constructeurs innove dans ce domaine et le moteur de certains modele se coupe a l’arret, automatiquement. Je pense qu’il faut associer les constructeurs de facon la plus constructive possible a l’elaboration de solutions ecologiquement viables. Si il y a un marche, des debouches ils adhereront.


        • supertux 4 mai 2007 17:50

          Moi je propose une solution pour mieux respirer et faire des économies : roulez a l’huile végétale ! Cette solution et interressante de 2 points de vue :  smiley-économique : elle fait travailler des agriculteurs locaux et n’engraisse pas les petroliers ... Et en plus est moins chère que le petrole !!!  smiley-écologique : la combustion de l’huile ne rejete que du co2 qui à était absorbé par la plante au cours de sa croissance donc le cycle du vo2 et bouclé contrairement au petrole quu rejete du co2 absorbé il y a des millions d’années et plein d’autres polluants ... De plus elle évite le transport de petrole et donc les marées noire !!

          Pour plus d’information aller visiter ce site http://www.echomeca.com/ qui vous propose des solutions durable pour rouler à l’huile végetale et des transphormations de votre vehicule pour qu’il soit compatible avec l’huile...

          Sachez que le premier moteur Diesel a été conçue pour marcher a l’huile puis ce sont les lobbies petrolier qui ont fait pression sur les constucteur pour que leurs moteur ne soit compatible qu’avec leur « gazoil et sans plomb » smiley smiley


          • BMD 10 mai 2007 14:49

            « Roulez à l’huile végétale »Pour le CO2 peut-être encore que le gain soit moins important que l’on essaie de le faire croire. Pour les autres polluants( oxydes d’azote, suies ,hydrocarbures et aldéhydes cancérigènesetc. ;) cela ne représente aucun progrès.Et pour les polluants apportés lors de la mise en culture, chapeau !


          • supertux 4 mai 2007 17:51

            Moi je propose une solution pour mieux respirer et faire des économies : roulez a l’huile végétale ! Cette solution et interressante de 2 points de vue :

             smiley-économique : elle fait travailler des agriculteurs locaux et n’engraisse pas les petroliers ... Et en plus est moins chère que le petrole !!!  smiley-écologique : la combustion de l’huile ne rejete que du co2 qui à était absorbé par la plante au cours de sa croissance donc le cycle du co2 et bouclé contrairement au petrole qui rejete du co2 absorbé il y a des millions d’années et plein d’autres polluants ... De plus elle évite le transport de petrole et donc les marées noire !!

            Pour plus d’information aller visiter ce site http://www.echomeca.com/ qui vous propose des solutions durable pour rouler à l’huile végetale et des transphormations de votre vehicule pour qu’il soit compatible avec l’huile...

            Sachez que le premier moteur Diesel a été conçue pour marcher a l’huile puis ce sont les lobbies petrolier qui ont fait pression sur les constucteur pour que leurs moteur ne soit compatible qu’avec leur « gazoil et sans plomb » smiley smiley


            • Tarouilan Tarouilan 13 mai 2007 23:45

              Pourquoi la voiture en ville, je fais plus de 30 Km quotidien à Paris en vélo, le deux roues motorisé me permet des trajets plus longs hors agglomération si nécessaire,..... la voiture, c’est inutile en ville, la vitesse moyenne en 7 ans est passée de 22 Km/h à 15 à Paris....... avec un peu d’entraînement tout cycliste se déplace nettement plus vite qu’une voiture ... smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès