Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Canada : Kyoto jugé trop pénalisant pour l’économie !

Canada : Kyoto jugé trop pénalisant pour l’économie !

Le grand désaccord entre les signataires du protocole de Kyoto et les Etats-Unis qui eux refusent de le signer, porte sur l’impact des engagements de limitations des émissions de CO2 sur le développement économique. Les Etats-Unis considèrent en effet que cet impact n’est pas supportable par l’économie et que donc la diminution des émissions repose sur la recherche tous azimuts pour trouver de nouvelles techniques moins energivores que les techniques actuelles.

Les autres signataires de cet accord, et la France en particulier, ont considéré qu’il n’y avait pas d’autres solutions que de se "serrer la ceinture" dans notre consommation d’énergie, ce qu’ils s’engagaient à faire par la mise en place de restrictions règlementaires.Curieusement, personne ne semble avoir évalué l’impact économique éventuel de ces restrictions qui sont néanmoins une ouverture considérable de nos marchés à l’envahissement par les productions des pays en voie de développement, non signataires, eux, de Kyoto. D’une certaine manière, nous avons transféré à ces pays le droit d’émettre en notre place le CO2 dont nous nous sommes engagés à restreindre les émissions sur notre sol.

Le Canada, lors de son changement de majorité récent, avait laissé entendre qu’il ne comptait plus satisfaire aux engagements qu’il avait pris en signant Kyoto. Il est vrai que sa situation est particulière en ce sens que 85 pct des émissions de ce pays faiblement peuplé (33 millions d’habitants pour un pays immense) provient de la production et de l’utilisation de l’énergie et que le développement de l’exploitation des sables bitumineux , très consommatrice d’énergie, se traduit par un accroissement d’émission de CO2 considérable pour une production énergétique qui sera finalement utilisée dans d’autres pays. D’ailleurs les émissions de CO2 depuis la signature du protocole de Kyoto en 1990 au Canada ont augmentée de 25 pct alors qu’elles auraient du diminuer de 6 pct en 2012.

Ce qui est intéressant par contre, c’est que pour la première fois, la Canada, sous l’égide de son ministère de l’Environnement, vient de publier un rapport évaluant l’impact économique qu’aurait eu le respect strict des engagements de Kyoto. Et malheureusement, cet impact apparaît négatif et important.

Le Produit Intérieur Brut, PIB, en aurait été affecté en effet de 6,5 pct par rapport aux prévisions "normales" de 2008 avec un perte de PIB de 48 milliards de dollars US par rapport à 2007. Ceci se tradurait donc par une récession profonde avec une perte d’emplois de 276 000 entre 2007 et 2009 ! Le tout accompagné par une baisse des salaires et revenus d’environ 2,5 pct et par une hausse des prix de l’énergie de l’ordre de 50 pct pour l’électricité et de 60 pct pour le prix des carburants. Au global, un bilan plutôt catastrophique.

Conclusion du gouvernement : nous n’abandonnons pas la lutte contre les gaz à effet de serre mais nous voulons coupler ces efforts avec la préservation d’une croissance durable.

La question qui se pose maintenant à nos gouvernants et à l’Union européenne est : "Quand allons-nous faire une étude équivalente pour savoir où nous allons sur la croissance économique ?" ; et : " Si cet effet est semblable à celui identifié au Canada, comment avons-nous prévu d’en compenser les conséquences éventuelles sur la croissance ?"

A suivre


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • BMD 6 septembre 2007 11:43

    Très curieuses les conclusions du ministère de l’environnement canadien : si je comprends bien, le principal problème provient de l’exploitation des sables bitumineux de l’Athabasca. Je peux comprendre que ne pas exploiter ces sables entraîne une stagnation de l’économie, mais pourquoi une récession ?


    • ripouette ripouette 6 septembre 2007 13:06

      Faut les comprendre les Canadiens, 3 ou 4 degré de réchauffement climatique quand tu te cognes des hivers à moins 40, ç’est pas négligeable !

      Y a pas à dire l’homo économicus est bien le premier prédateur de l’espèce humaine.


      • Goldy Goldy 6 septembre 2007 14:12

        Bah de toute façon, ils seront bien obliger d’en produire moins quand les puits de pétroles seront à sec.

        Vivement que le pétrole soit rationné, j’en ai marre de manquer de me faire écraser toute les 2 min sur mon velib’ smiley


        • seigneur_canard seigneur_canard 6 septembre 2007 21:27

          Donc, pour ne surtout pas gêner la croissance économique, on devrait laisser les préoccupations écologiques de coté. hum... on va aller loin avec cette optique. Polluer, polluer, nous on s’en fout, c’est vos enfants qui payeront la note. Belle mentalité. La soi-disant réalpolitik est décidément bien puante...


          • Bobby Bobby 7 septembre 2007 13:59

            Bonjour,

            Les accords de Kyoto sont utopiques, tout le monde le sait ! (ou presque). C’est à mon sens un geste symbolique qui ne correspond en rien à la réalité des besoins de la planète (personnes et environnement) en termes de dépollution.

            Une certaine réalité économique omniprésente sur notre planète à fait bien des dégâts depuis pas mal de générations. Elle a maintenant des moyens technologiques sans précédant dans l’histoire du monde.

            Il serait peut être temps de réfléchir au moyen de créer une véritable qualité de vie pour tous, ce qui serait un droit fondamental, sans pour cela nécessairement laisser aux plus pauvres, le soin de s’autoréguler en « liquidant » les neuf dixième d’une population de toute évidence en surnombre et continuant de proliférer...

            Confier aux militaires ce rôle me paraît bien dangereux, bien que je voie mal comment éviter cette véritable catastrophe ? Ah nous sommes fort loin de la révolution préconisée par Eric Fromm dans « Avoir ou être » et bien plus proches de « l’heure de s’enivrer » du livre de Hubert Reeves...

            Comme j’aimerais me tromper ! ! !


            • Luciole Luciole 9 septembre 2007 17:48

              La croissance permet à tous les consommateurs de devenir des superconsommateurs :

              Vivre dans le bonheur absolu, c’est peser 120 kg les fesses collées dans un canapé à 1500 euros, devant une immense télé, puis monter dans un énorme 4x4 pour aller manger 2kg de viande de boeuf au cours d’un barbecue. Puis faire ses courses dans un centre commercial en verre et en béton pour acheter 500 euros de fringues pour remplacer celles de l’année dernières qui sont démodées et sont allées brûler à l’incinérateur.

              Les enfants africains meurent de faim et de soif, ...que ne sont-ils pas nés dans les Yvelines ou dans la banlieue de Chicago ?

              La croissance est la pire idée du monde moderne...


              • Fred 10 septembre 2007 09:56

                Et vous que faites vous pour aider ces africains ? Au vu du don prive francais moyen, pas grand chose.

                Franchement, les francais me font rire ; ils sont toujours a parler de la lutte contre la misere mais dans les faits ils ne font pas grand chose pourtant la moitie du pays se declare socialiste ou d’extreme-gauche.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès