Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Ce qui se tram à Paris

Ce qui se tram à Paris

Le tramway des Maréchaux, qui sera inauguré samedi 16 décembre par Bertrand Delanoé, est le fruit d’une bataille politique où ni la gauche, ni la droite n’ont respecté les règles démocratiques.

15 juillet 2003. A six heures du matin, les riverains du boulevard Jourdan, au Sud de Paris, sortent difficilement de leur torpeur. Au lendemain de la fête nationale, la langueur estivale et le soleil écrasant rebutent encore, à cette heure, les rares passants. Pourtant, sur les trottoirs du boulevard, un groupe d’hommes s’assemble auprès des arbres qui bordent la chaussée. Des agents municipaux, munis de tronçonneuses. En un instant, soixante-quinze arbres sont coupés, déracinés, et les trous aussitôt bétonnés. Les travaux du tramway des Maréchaux viennent de commencer...

Projet phare de la mandature Delanoé, le tramway T3 est présenté comme la vitrine mobile des verts et des socialistes. Pourtant, l’arrivée du tram à Paris n’est pas le fait du maire actuel, mais celui de son prédécesseur, Jean Tibéri. Avec ses adjoints, il s’est engagé à ce que cette infrastructure soit inscrite au contrat de Plan 2000-2006, qui lie l’Etat et la région Ile-de-France. Ironie de l’histoire, Jean-Paul Huchon, le président socialiste de la région, qui plaide désormais pour un prolongement à l’Est de Paris, s’était d’abord montré très rétif à l’argumentaire de l’ancien maire.

Certes, M. Tibéri l’a pensé, mais M. Delanoé, lui, le fera, et qu’importent les moyens à mettre en oeuvre. Les travaux dits « préparatoires », comme l’abattage des arbres boulevard Jourdan, débutent avant même que le budget du tramway ne soit octroyé par la région. Une manière de placer ses partenaires devant le fait accompli. « Je vous ai déjà dit que ces travaux sont non finançables par la région », se défend le maire, face à l’opposition, lors du Conseil du 22 septembre 2003. « C’est tellement vrai que l’Etat, lui, participe au financement. »

Les travaux n’ont pas été subventionnés par la région, mais ils étaient, de droit, subventionnables. «  Ces travaux préparatoires, d’un montant de 11, 06 millions d’euros (hors taxe) sont financés exclusivement par l’Etat (2 M€) et la ville de Paris (9,06 M€), cette dernière prenant en charge la part de la Région Ile-de-France sur ces travaux, soit 4,40 M€. » Sur les 214 millions d’euros du chantier, la ville devra verser, en plus des 49 millions convenus, une part de la contribution de la région. Le contribuable parisien payera donc comptant une politique du fait accompli, que personne ne semble pouvoir arrêter.

Le tramway des Maréchaux n’a d’ailleurs pars reçu l’aval de la préfecture d’Ile-de-France. Après l’enquête publique, réalisée entre février et avril 2003, le préfet dispose normalement d’un an pour déclarer le projet d’intérêt public. Ce qu’il n’a pas fait, jusqu’à ce jour. Le tramway des Maréchaux n’a jamais reçu le sceau de l’utilité publique, pourtant indispensable. Une telle déclaration est le seul élément susceptible d’être attaqué en Justice...

L’opposition municipale s’est pourtant essayée à enrayer la mécanique du maire. D’abord, en se montrant sourcilleuse des procédures, comme le président de l’UMP au Conseil de Paris, Claude Goasguen. Celui-ci a réclamé un contrôle de légalité en juillet 2004, sur des marchés supposés frauduleux : la préfecture de Paris n’a pas donné suite.

La droite s’est également servie de ses dissensions internes pour faire dérailler le projet de tramway. En janvier 2001, avant que Bertrand Delanoé ne soit élu maire, Laure Schneiter, du mouvement écologiste indépendant, introduit un amendement apparemment anodin. Celui-ci prévoit, lors des concertations avec le public, d’examiner le projet du tramway sur les boulevards des Maréchaux, mais aussi sur le parcours alternatif de la petite ceinture ferroviaire, plus en amont dans Paris. Les élus de droite comme Jacques Toubon brandiront sans cesse une telle référence pour condamner la partialité de la Mairie en place, qui n’examine à dessein qu’une seule des alternatives.

Des associations prétendument apolitiques ont enfin mené une guérilla juridique contre la Mairie, en faveur de la droite. En juin 2004, le Tribunal administratif de Paris donne raison à quatre associations, annulant la délibération municipale, déclarant l’intérêt général du tramway. Parmi ces quatre associations figure Orbital, dont le président est Didier Lourdin. Actuel membre du Parti radical, affilié à l’UMP, il était, en juin 2004, sur la liste européenne de Charles Pasqua. Quant au Comité d’initiative du quartier de Rungis (CIQRU), qui figure parmi les plaignants, il trouve dans Pierre Gény, ancien maire RPR du 13e arrondissement, un zélé porte-parole. Cette plainte fut vaine, car ne portant que sur la forme, la Cour administrative d’appel a finalement donné raison à l’édile socialiste. Malgré tous ces incidents de parcours, le tramway demeure bien sur les rails, boulevard des Maréchaux.



Moyenne des avis sur cet article :  4.13/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • pierrarnard (---.---.86.85) 15 décembre 2006 10:19

    Je ressort vite mes commentaires a propos du tram de Clermond_Ferrand le 21 octobre !!! Le tramway avait disparu de nos villes parce qu’il etait rigide, obsolète, laid et bruyant. J’ai toujours entendu dans mon enfance les gens autour de moi se plaindre des accidents engendrés par les trams pour les cyclistes, les piétons et les automobilistes balbutiants.Sans compter les sifflements métalliques des roues sur les rails et les glissades par temps de pluie....et les fils electrifiés partout... Remettre dans nos villes d’aujourd’hui alors que l’on y recherche de la souplesse et de la modularité,des engins aux trajectoires rigides et désespérement invariables relève de l’hérésie et de l’archaisme... Une voiture en panne ? ? ? un tram en panne ? ? ? une poussette oubliée, un bout de plastique sur le rail et le système se bloque alors qu’un bus( un véhicule autonome...)évite, contourne ou double... Et vous les accros de l’ésthétique, remettre des caténaires au milieu des carrefours, vous qui révez d’enterrer les lignes éléctriques, vous trouvez cela cohérent, meme avec de la pelouse dessous ? ? ? ? ? ? ? La seule explication cohérente que je vois a cette gabegie c’est que c’est un chantier pharaonique aux budgets et délais totalement incontrolables puisqu’il n’y a pas de concurrence sur ce marché marginal.Comme c’est pour la bonne cause écologico-developpementdurabilesque personne n’y met le nez et cela permet d’assurer haut la main le blanchiement d’argent autrefois dévolu aux bureaux d’etudes fantoches tels Urba et consorts. Bref un belle pompe a fric locale pour assurer la subsistance de nos édiles sur le dos du contribuable heureux encore une fois que l’on prenne son avenir en main pour le prix d’une tonte somme toute modique... Et dans dix ans on recommence pour démonter les trams ? ? ? ? ? La genèse du tramway, c’est a dire un véhicule sur rail circulant en ville est liée au confort. Il s’agissait dans les années 1800 de supprimer les cahots des vehicules hippomobiles sur les pavés et autres nids de poules, et aussi d’assurer une regularité de freinage dans les descentes. Les véhicules disposaient d’une voie fiable dans le temps et le roulement de meilleure qualité permettait d’economiser les chevaux, ou donc de charger plus la voiture. Bien avant que la technique ne permette de créer des vehicules autonomes, les premiers moteurs ont permis rapidement de se debarrasser des chevaux capricieux et ce fut l’age d’or du tramway avec toutes les motorisations possibles(vapeur, explosion, electrique..) Dans les années 1950 on a vu les limites du système et l’augmentation de la circulation individuelle a conduit a l’abandon de ce produit trop rigide dont la raison d’etre (le confort en traction hypomobile ) avait disparu.En effet les bus assuraiente le meme service avec une plus grande modularité.On a donc a grands frais démonté les rails et dépendus les caténaires symboles du passé.Finis les chevilles tordues et les talons cassés dans les rails ou les roues de vélo coincées, ou les glissades impromptues des voitures sous la pluie. Mais aujourd’hui on réinstalle des voies de chemin de fer dans nos rues pour lutter contre les bus et les maudites automobiles qui puent ? ? ?On racroche des jolis fils a haute tension au dessus de nos tetes pour la bonne cause ? ? ? Et en plus j’apprend avec stupeur qu’on colle a nos néotrams un bon gros diesel pour qu’ils rentrent au bercail !!!!!!! Nous avons donc a faire a des bus diesels sur rail qui fonctionnent electriquement a grand renfort de cable dans les zones urbaines et qui coincent des qu’un chien est couché au milieu des rails.....Dites moi, et elecrifier les bus dans ces conditions(ça existe...) ça ne couterai pas moins cher que 15 ans de terrassements, voirie,raillages et deraillages, mises au points et autres raouts inauguraux de sous prefets aux champs ? ? ? ? On ne nous prendrait pas un tout petit peu pour des contribuables ? ? ? On ferait pas un peu de surfacturation dans tout cela ? ? ? ? parce que le métro est plus cher mais beaucoup moins rigolo pour jouer avec nos finances(on connait le prix d’un metre de ligne supplémentaire a l’euro pres) alors que deplacer des arbres pour les mettre en jauge 5 ans a l’inra,et les replanter ensuite ça c’est du juteux !!!!!et là le prix n’est pas connu d’avance....


    • (---.---.242.125) 15 décembre 2006 13:04

      Pierrarnard,

      ton commentaire est plus intéressant que l’article. smiley

      Le tramway est une MODE, tu viens de le montrer. smiley


    • Jojo2 (---.---.212.195) 16 décembre 2006 11:25

      « Le tramway avait disparu de nos villes parce qu’il etait rigide, obsolète, laid et bruyant. »

      Non. C’est parce qu’il génait les bagnoles dont la vente était en expansion. Raison purement commerciale faisant fi de toute préoccupation urbaniste et environnementale. On a vu ce que ça a donné...


    • Bourricot Zerth 16 décembre 2006 14:58

      Le tramway a certainement disparu parcequ’il présentait des problèmes comme vous l’aviez indiqué mais aussi surtout et plus que tout en parallèle de l’arrêt du développement en général des transports en commun dans toutes les grandes villes, pour laisser la place à l’automobile ! En effet, de 1960 à 1995, le transport individuel avait acomplètement pris le pas sur le transport collectif. Pour Paris, la vraie reprise du transport collectif a été la construction de la ligne 14 du métro inaugurée en 1998. Une chose tout de même, le tram d’aujourd’hui ca n’a plus rien à voir avec le tram d’hier. Et un objectif affiché par PLM(Paris, Lyon, Marseille) est clairement de bouter la voiture hors de ville. Tous les chantiers de ces villes vont clairement dans ce sens, et il faut s’attendre à ce que dans une grande dizaine d’années, la zone non voiture sera de plus en plus étendue. Note, le chantier du T3 à Paris est le plus gros chantier depuis 1970, lors de la construction du périphérique. C’est dire...


    • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 15 décembre 2006 13:51

      L’article aurait pût intéressant, mais il est trop succins, on aurait préféré un peu plus d’approfondissement dans les points cités.

      A contrario celui de pierrarnard est plus intéressant.


      • Bourricot Zerth 16 décembre 2006 00:42

        « Le tramway des Maréchaux n’a d’ailleurs pars reçu l’aval de la préfecture d’Ile-de-France. Après l’enquête publique, réalisée entre février et avril 2003, le préfet dispose normalement d’un an pour déclarer le projet d’intérêt public. Ce qu’il n’a pas fait, jusqu’à ce jour. Le tramway des Maréchaux n’a jamais reçu le sceau de l’utilité publique, pourtant indispensable. Une telle déclaration est le seul élément susceptible d’être attaqué en Justice... »

        Point sur le droit...Depuis la première loi de décentralisation, la préfectue n’a plus à déclarer un projet d’utilité publique pour que celui-ci puisse être mené. En effet, la préfecture n’exerce désormais plus qu’un contôle de légalité de l’acte. Si le préfet juge l’acte légal, il n’y a aucun préalable au projet, en revanche si un doute survient, l’acte st évalué par le tribunal administratif. Cette modification a été apportée dans le pouvoir préfectoral dans l’optique de conférer pleinement la légitimité aux élus, qui à contrario de l’autorité préfectorale sont élus. DOnc ceci est un point important à mettre à jour dans votre artcile. Attention aux informations !


        • Laurent Checola (---.---.243.188) 17 décembre 2006 15:37

          Après vérification, je me range pleinement à l’amendement que vous avez exposé sur mon article. A tort, je n’ai pas fait le distingo entre Enquête publique, et enquête de type Bouchardeau.

          L’enquête du Tramway des Maréchaux Sud était en réalité une enquête conjointe, à celle de déviation des canalisations souterraines. Elle a reçu un avis favorable, avec réserves.

          Toutefois, je voulais souligner un problème posé par cette absence de DUP. Vous mentionnez l’esprit de la loi, qui souhaite donner plus de pouvoir aux élus locaux. Il est néanmoins problématique, lorsqu’une enquete Bouchardeau émet un avis défavorable, que les élus puissent faire comme si de rien n’était.


        • moniroje moniroje 16 décembre 2006 15:18

          Je vois dans ce tram qu’un moyen de réduire le trafic des voitures dans Paris.Sans apporter plus qu’un autobus pour faciliter la circulation dans Paris.

          Ah si, un plus dans la dépollution grâce à l’électricité (nucléaire) ? un autobus aussi peut rouler à l’électricité ou du moins au gaz.

          Alors tous ces travaux, tout cet argent, tout ce temps pour un résultat aussi minime !!

          Peut-être que Delanoë veut laisser une trace glorieuse de son passage à la mairie ???

          On verra dans 5 ans : combien d’accidents ?? combien d’agressions ? combien de tags ?? Mais déjà on voit la médiocrité du projet : joli, tout neuf mais un autobus sur rail, quoi.

          Perso, à une oeuvre aussi pharaonique, je m’attendais à un résultat plus moderne qu’un tramway carossé 2006 ; des micro-trams à sept ou quatre places, automatiques, pas plus gros qu’une berline, qui s’arrêteraient devant l’usager une fois que celui-ci aurait glissé son ticket dans une borne ? Ou pas automatiques mais conduits par l’usager (avec permis de conduire) et le rail ?

          Ou bien, autant de travaux pour un trottoir roulant comme dans les stations de métro ? Trottoir à deux voies dans un sens : une voie lente et une voie rapide ; l’usager accélèrerait ou ralentirait en passant d’une voie à l’autre, la différence de vitesses étant assez faible pour être sécurisante ?

          Ces deux exemples pour dire que Paris du XXI° siècle méritait une idée aussi innovatrice que fut le métro pour le Paris du XX° siècle. Et que ces deux suggestions émises le temps d’écrire, je pense qu’une équipe de grosses têtes pendant quelques mois auraient pu nous sortir une idée plus originale et plus novatrice qu’un tramway !!!


          • maxim maxim 16 décembre 2006 20:16

            celui là on ne peut pas dire que c’est un tramway nommé desir....

            les maréchaux étaient un issue de secours bien pratique quand le periph etait bouché les après midis....et puis quelle utilité ,un moyen de transport sans souplesse,une mere de famille qui doit recuperer ses gosses,avec les course ....(à titre d’exemple) et tant d’autres...

            actuellement,il ne parcourt qu’une petite distance,mais après...il y aura certainement une prolongation...des travaux incessants,bref le bordel pour quelques années ,tout ça pour flatter l’égo de quelques gugusses qui ne savent plus quoi inventer pour emmerder l’automobiliste......


            • 2-26-40 (---.---.91.200) 17 décembre 2006 08:35

              Hier, premier jour de circulation « officielle » du tran des maréchaux, ce que l’on n’a pas osé monter : les embouteillages monstres aux environs... Pensez-donc, à raison d’un tram toutes les 4 à 5 minites dans chaque sens, cela provoque une impossibilité de franchir les voies environ toutes les 2 minutes et demie... Le tram consomme peut-être moins d’énergie que des bus, mais les sbires dits « écolos » qui ont poussé à la décision ont oublié de compter l’engendrement supplémentaire de la pollution due aux autres véhicules que ce tram, immanquablement bloquerait dans des embouteillages sans précédent. La plus élémentaire des cohérences aurait peut-être consisté à installer des zones de stationnement bon-marché aux portes de Paris afin de permettre à ceux qui s’y rendent de pouvoir ensuite ne pas être obligés de chercher à se garer derrière ce nouveau « rideau de fer ».


              • Danino (---.---.85.79) 17 décembre 2006 10:19

                Enfin un peu de lucidité dans ce concert de louanges pour une infrastructure certes réussie esthétiquement mais à quel prix... (plus de 300 millions d’euros à ce que j’ai entendu ! En équivalent crêches et équipement à vocation socio-culturelle, ça fait combien ?). Sans compter les trois ans de chantier et ceux que l’on promet aux Parisiens pour l’avenir ! Je ne suis pas opposé, loin de là, aux transports en commun dont je suis moi-même un utilisateur régulier mais je trouve moi aussi que la solution bus « en site propre » aurait été infiniment moins coûteuse et plus rapide à mettre en oeuvre.

                Cela dit, je ne doute pas que ce nouveau couloir de verdure au sud de Paris aura un effet plus que bénéfique sur le prix du mètre carré habitable et suscitera un engouement de la part des promoteurs immobilier pour de nouvelles résidences haut de gamme. Ce qui contribuera à éloigner encore les foyers les plus pauvres de notre capitale. Et c’est une municipalité « rose-verte » qui a porté ce beau projet à bout de bras ? Cherchez l’erreur...


                • Pierre (---.---.219.21) 1er janvier 2007 01:30

                  Pour info : le bus PC1 possédait un site propre tout neuf (1999)


                • Brch90 (---.---.189.8) 17 décembre 2006 12:41

                  Eh bien moi, même si je ne suis pas à Paris, pense qu’il faut encore et encore développer les transports en communs dans toute la France. Je ne parle pour aucun courant politique à part celui du bon sens.

                  Alors forcément au début cela dérange, ceux qui sont en province aussi, les bus, trams et autres amménagements emmerdent mais si je pouvais me passer d’automobile ...

                  Une auto cela coute beaucoup d’argent, cela pue, pollue et prend de la place et qu’est ce que l’on se sent plus libre si l’on peut boire 3 verres de vin, bouquiner etc (sans être pour autant alcolo) et rentrer le sourire au lèvres et décontracté. La fréquence des trajets apporte flexibilité et pour la sécurité c’est l’affaire de tous : on peut se faire attaquer en auto. Pour la technique : je serais curieux de vérifier l’état de toutes les automobiles qui circulent...

                  Bous devons changer pour avoir encore de l’air à respirer plus tard et pas se retrouver avec des cancers à gogo : plaquettes de freins à l’amiante, au carbone et autres.

                  De toute façon lorsque l’essence aurra encore doublée voire triplée seul l’électricité, pour l’instant, sera encore disponible. Dans ce cas les plus pauvres pourront encore se déplacer et pas seulement les milliardaires, alors les raisonnements sur les riches et les pauvres : réfléchissez avant !

                  Pourtant 300 millions (vos chiffres) cela fait élevé et on peut se demander si on aurait pas pu tout de même économiser. Mais les routes cela coûte combien ?

                  Voila c’est tout, ne vous fachez pas et restez Zen, Cordialement.


                  • laurent (---.---.20.115) 17 décembre 2006 13:06

                    Ce projet n’a pas l’objet d’une enquete dans le cadre d’une déclaration publique mais dans le cadre d’une enquete publique type Bouchardeau puisqu’il n’y a pas eu d’expropriations. Donc le préfet n’a pas à faire de décret d’utilité publique .. Révisez votre droit administratif !


                    • maxim maxim 17 décembre 2006 13:18

                      cher ami les avis sont partagés sur ce sujet.....

                      dans les zones rurales ’beaucoup ne sont desservies par aucun moyen de transport,la sncf à meme supprimmé des lignes non rentables..(souvent les petits reseaux desservis par autorail).... les gens doivent obligatoirement avoir 2 voitures,celui qui va travailler et qui n’a pas d’autre choix,et le conjoint,qui doit emmener ses gosses à l’école ou au lycée,faire les courses etc....

                      bien cordialement.....

                      mème à une cinquantaine de kms de PARIS et d’autres grandes villes,il n’y a rien et celui qui n’est pas motorise est handicapé....

                      oui on peut se faire attaquer en voiture,mais un peu plus dans les transports publics,et ce n’est pas une revelation...

                      les plaquettes de freins ne sont plus en amiante depuis quelques années...

                      en buvant trois verres de pinard par jours on risque un cancer digestif ou une cirrhose ,c’est au choix....

                      et en definitive j’aime mieux etre zen dans ma bagnole (j’ai une bonne installation audio)...plutot que m’emmerder dans les transports en commun....

                      demandez donc à ceux qui sont emmerdés par les grèves à repétition ce qu’ils en pensent....


                      • Bourricot Zerth 17 décembre 2006 13:28

                        Pour la sncf c’est pas nouveau.

                        Je fais ainsi la navette entre la province et Paris. Jusqu’à maintenant il y avait encore un train direct pour aller dans ma petite ville. Aujourd’hui rien du tout, tous les directs on t été supprimés. La Région se voit maintenant obligée de prendre le relais avec les ter. Le choix de la sncf est depuis longtemps clair : c’était soit on développe le TGV et on ne dessert donc qu’une partie du teeritoire mais à la pointe de la technologie soit on démocratise sur tout le territoire un transport ferroviaire équitable mais performant. Aujourd’hui nous avons quelques lignes de tgv très performantes certes mais de grands territoires sont encore à avoir des trains au fioul et à voie unique. Nous avons opté pour l’excellence technologique mais avec le prix nous n’avons fait que renforcer les disparités de service sur le territoire. Et ce n’est pas près d’être changé. Oui ils ont fait une erreur avec le tram. Ils auraient mieux fait de réfléchir pour les intersections. Sur Orléans beaucoup d’intersections sont ainsi suréelevés pour le tram pour éviter ainsi le trafic automobile.


                      • brch90 (---.---.189.8) 17 décembre 2006 15:36

                        Vous avez raison on pourrait :
                        - édifier des élévations pour ne pas bloquer forcément l’automobile
                        - faire rouler les trams sur pneus, avec quelques batteries ils pourraient éviter les obstacles : infrastructures moins chères et travaux moins long.

                        Les concepteurs ...


                      • brch90 (---.---.189.8) 17 décembre 2006 15:55

                        En effet elles sont en carbone, c’est écrit dans mon commentaire ! D’autres maladies se profilent à l’horizon (attendons quelques années), avec du carbone ou autre chose ...

                        Je n’ai jamais dis qu’il fallait boire tous les jours, je suis désolé... 8-)

                        Si vous contractez un cancer digestif ou une cirrhose du foie avec quelques verres de vins quelquefois (1 verre=33 cl), je vous précise l’ordre de grandeur, je vous conseille de marcher dans la rue avec un masque pour protéger votre santé fragile.

                        Et surtout d’arrêter de croire tous les reportages à 1 centimes d’euros de la télévision. Même un médecin vous dira que boire quelque fois (modéré !) est moins mauvais que d’absorber vos 8 sucres contenus dans votre Coca Cola ou le reste plein de sel, de sucre, de graisse ou avec des ogm.

                        En tout cas moins grave que de respirer des merdes toute la journée. Au moins vous avez le choix.

                        Les grèves n’y changent rien, quand tout le monde prend sa voiture vous n’avancez pas plus vite.

                        Si l’on prend le nombre de gens qui marchent dans la rue et qui se font agresser en pourcentage et que l’on compare au nombre de gens qui roulent stressés et ont un accident, je peux hélas vous dire que vous êtes moins en sécurité dans votre automobile qu’en marchant tranquillement. Mais il est vrai les élections présidentielles approchent !

                        Vous pouvez acheter un baladeur mp3 pour vous distraire dans les transports en commun ou un livre (cf mon commentaire).

                        Vous avez aussi raison : il n’y a rien qui est fait pour les handicapés et/ou pour les campagnes.


                      • Pierre (---.---.219.21) 1er janvier 2007 01:37

                        Pour info : le tramway des maréchaux à même entrainer la suppression d’un passage souterrain (Porte d’Italie), et en entrainera d’autre si le projet ce poursuit à l’Est (en particulier à moyen terme, le viaduc de la Porte de Vitry).

                        Ce tram a été conçu pour géner la voiture selon propos de D. Baupin. Tout est fait pour cela (et rien pour le transport en commun !)


                      • Jeff (---.---.2.245) 17 décembre 2006 16:18

                        Et oui, le tram parisien est une vaste connerie du bobo de service Delanoé... Non, seulement, ça ne sera pas vraiment mieux que les bus, mais ça risque surtout d’être pire. Et aux polutions dues aux travaux, il faudra ajouter les polutions dues à une circulation automobile rendue volontairement plus que difficile (que ceux qui n’en sont pas convaincus aillent faire un tour sur les maréchaux... !).

                        Le pire en fait, c’est qu’il existait une solution bien moins chère et qui aurait permis de faire le tour de Paris à peu de frais, sans travaux gigantesques puisque le site existe déja, et qu’il existe depuis plus d’un siècle, à savoir LA PETITE CEINTURE DE PARIS. La plateforme, les tunnels, et mêmes les stations existent... Il ne restait plus qu’a tout rénover et y faire circuler des trains (ou des tramways d’ailleurs) ; le tout sans les nuisances pendant et après les travaux des maréchaux... ! Seulement voila, cela n’aurait pas couté assez cher (mon fils). Et comme en plus ça n’aurait pas permis de faire fonctionner le système de pompe à fric, on a fait un tram à grand frais (public) et on s’en fout puisque c’est vos impots... Et dire que les écolos (bobo) voulaient un tram et que ce tram à fait abattre quelque chose commme 80 arbres pour passer... Une vraie réussite écologique, et je ne parle pas des trois ans de polution du fait des travaux ! On vit vraiment la tête à l’envers !!!


                        • Laurent Checola (---.---.243.188) 17 décembre 2006 16:57

                          J’etais étonné de ne point encore entr’apercevoir le commentaire avisé d’un partisan de la petite ceinture ferroviaire.

                          A ce propos, j’aimerais rétablir certaines vérités. C’est Jean Tibéri qui a inscrit le tramway sur le boulevard des Maréchaux au contrat de plan.

                          Par ailleurs, une étude du Syndicat des Transports parisiens (ancien STIF) a établi en 2000 un comparatif exhaustif entre la petite ceinture, et le parcours sur les Marechaux. Qu’en ressortait-il ? Des différences minimes, sur la vitesse de la désserte, ou l’acces aux stations.

                          Ce qui a enjoint les élus locaux à choisir les boulevards au sud de Paris, n’est donc pas une raison technique. Mais politique. Réseau Ferré de France, qui gère le patrimoine de la SNCF, a fait savoir en 2000 que "l’Etat entend rester propriétaire des emprises à travers RFF, car la petite ceinture constitue un potentiel pour l’avenir ».

                          Un protocole d’accord a été dès lors mis en place dès 2001 entre la mairie de Paris et RFF, pour savoir comment il fallait aménager la petite ceinture ferroviaire. C’est seulement à la fin de cette année qu’il a été signé. La petite ceinture pourra faire l’objet d’un réaménagement, à condition que les modifications ne soient pas « irréversibles ». Quoi qu’en disent les partisans de la petite ceinture ferroviaire, cette alternative était, en réalité, une impasse.


                        • Jeff (---.---.2.245) 18 décembre 2006 08:03

                          Oui, oui. Je connaissais l’argument de RFF. En fait, quand on ne veut pas, on dit que ce n’est pas possible. Il faudra pour être crédible à ce sujet m’expliquer en quoi l’aménagement de la ceinture se serait opposé au maintient de son intérêt stratégique. Si on veut s’y attarder, cela aurait plutôt été l’inverse, car à l’heure actuelle, elle n’est plus utilisée du tout, ne rapporte rien, se délabre doucement mais sûrement et servirait plutôt de dépotoir où tags et immondices s’accumulent, mais peut-être est-ce voulu. Il est vrai qu’on ne la voit pas... Donc tout le monde s’en fout. Mieux vaut des conneries dispendieuses qui se voient et sur lesquelles ont peut communiquer que des actes réfléchis et préservant l’intérêt des finances publiques mais moins « vendeurs ». Triste mentalité !!! Mais bien dans l’air du temps.

                          Pour Tibéri, il est vrai que la connerie a démarrée avec cet expert en magouilles politiciennes... Mais c’est bien le sieur Delanoé et sa majorité verdâtre qui en ont fait leur vitrine, non ??? Par ailleurs, il est amusant de voir que la région (et l’Etat) ne voulait pas vraiment financer le Tram... Jusqu’a Delanoé ! Tiens, c’est curieux, il est du même coté que le président de la région...

                          Enfin, et je n’ai pas vérifié les chiffres, il est évident que la petite ceinture aurait constitué une alternative bien plus intéressante tant en terme de desserte qu’en terme de libre circulation de tout ces horribles personnages qui ont l’idée bien saugrenue de se déplacer autrement qu’en tramways (sans travaux ni modification débilitante des carrefours, les maréchaux aurait ainsi conservés leurs capacité à diffuser le trafic automobile parisien.). Ce qui touche aussi ceux qui habitent dans Paris et qui auraient par moments l’envie ou le besoin d’en sortir. Je ne voudrais pas qu’il le prenne mal, mais je me demande si Mr Laurent Checola est de Paris..., je veux dire si sa connaissance du problème n’est que théorique ou si il en a une expérience concrète et liée au terrain. Plus rapide à mettre en oeuvre, vitesse plus importante (le double, voir plus à mon avis, une paille !), une capacité en voyageurs bien plus grande et extensible, et surtout la possibilité de rénover l’intégralité de la plateforme et faire ainsi le tour de Paris, dans à peu près le même temps de travaux que celui qui a été nécessaire pour le Tram des maréchaux (sans les nuisances des travaux de voirie et peut-être aussi le même budget la plateforme existant déjà à part le pont du Garigliano qui aurait pu être reconstruit plus tard...). Aujourd’hui, le financement du prolongement du tracé fait tousser tout le monde ; et le tour de Paris n’est pas pour demain. En plus, si c’est pour foutre la même merde qui a été foutue pour ces quelques kilomètres ; vaudrait peut-être mieux s’abstenir ! Il est décidemment bien difficile d’accorder du crédit à la manière dont nos chers élus tiennent les comptes, nos comptes !

                          Encore un point pour souligner l’argument d’un adjoint au maire actuel (Anne Hidalgo si je me souviens bien) qui avait justifié l’adoption finale du tracé des maréchaux en prétextant que la petite ceinture en était trop éloignée... Et le tout sans rire ! Pour les non parisiens, aller faire un tour sur une carte locale et vous vous rendrez immédiatement compte à quel point le foutage de gueule est orchestré depuis longtemps (par les majorités municipales successives comme par la région et l’Etat.). ...L’impasse ??? Idéologique, oui ! On est en plein dedans... Et on n’est pas prêt d’en sortir Hélas !


                        • maxim maxim 17 décembre 2006 18:15

                          ce n’est pas de ma faute,je hais les transports en commun c’est comme ça...... le coca c’est de la merde ...je vous l’accorde,je n’en bois jamais...ni alcool d’aucune sorte d’ailleurs...

                          ce sont les disques qui peuvent etre en carbonne,sur les voitures de tres haute performance..... là n’est pas la question....ce ne sont pas quelques mesurettes totalement inadaptées,qui coutent cher au contribuable,et qui en definitive n’apportent que des désagréments....bouchons supplementaires entre autres,qui ne font que rajouter à la pollution ambiante....

                          les ediles éclairées de la mairie de Paris vont bien nous en remettre une petite couche....quelques kms de plus......

                          il y a effectivement le tracé de la petite ceinture qui aurait pu etre réamenagé,mais ça ne se serait pas assez vu....

                          il faut laisser des traces de son oeuvre,pour rentrer dans la posterité.


                          • D.Villamos 17 décembre 2006 18:15

                            Laurent Checola écrit : « Par ailleurs, une étude du Syndicat des Transports parisiens (ancien STIF) a établi en 2000 un comparatif exhaustif entre la petite ceinture, et le parcours sur les Marechaux. Qu’en ressortait-il ? Des différences minimes, sur la vitesse de la désserte, ou l’acces aux stations. »

                            Ben voyons « Des différences minimes, sur la vitesse de la desserte » ! J’aimerais bien savoir comment la vitesse moyenne d’un TRAIN comme la Petite Ceinture pourrait être aussi faible que celle du TRAM ! Le tram c’est 34 minutes (hier c’était plutôt 40’) pour effectuer les 7,6 Km de trajet soit 13,4 km/h de moyenne : normal même avec la priorité aux feux il doit s’arrêter à certains carrefours : un tram urbain n’ira jamais aussi vite qu’un métro ou tram express, le prétendre est du même ordre qu’affirmer qu’on peut réaliser les mêmes temps de parcours sur une départementale que sur une autoroute.... Le métro parisien c’est 27 km/h de moyenne avec un tracé tortueux et des interstations courtes qui limitent les performances la petite ceinture s’apparente par ses caractéristiques à des lignes de banlieue du style Paris Sévres. Sur cette ligne on pouvait escompter une vitesse moyenne de 40km/h si des « experts » ont dit le contraire c’est qu’ils ont bidonné les chiffres... Alors dire que les différences sont minimes lorsqu’on est sur des temps de parcours variant du simple au double, c’est se moquer du monde ...


                            • Laurent Checola (---.---.243.188) 17 décembre 2006 19:39

                              Monsieur,

                              j’ai expérimenté comme vous, hier, les lenteurs du tramway. Mais une collection d’expériences ne saurait asseoir la scientificité d’un fait. C’est pourquoi - puisque vous me demandez (avec un ton assez discourtois) d’être plus exhaustif, je vous fournirai les chiffres comparés les plus significatifs de l’étude du Stif de 2000.

                              - 14 stations pour la petite ceinture ferroviaire (PCF), contre 17 pour le tramway des maréchaux sud (TMS).

                              - temps de parcours : 17 minutes pour la PCF, contre 24 à 32 minutes pour le TMS (selon priorité aux carrefours)

                              - vitesse commerciale : 28 km par heure (PCF), contre 15 à 20 km par heure pour le TMS.

                              - coût total : 270 ME pour la petite ceinture, contre 320 pour le TMS

                              - nombre de correspondances avec le métro et RER : 7 stations pour la petite ceinture, contre 9 pour le TMS,

                              etc.

                              Pour être complet, je tiens à indiquer que le Stif avait également envisagé une « variante mixte », qui avait aussi de nombreux avantages.

                              Je n’ai pas cité la liste de tous les paramètres examinés. Il appert néanmoins que la balance penche - légèrement - pour le tracé de la petite ceinture. Pourquoi donc Jean Tibéri et non Delanoë, a-t-il préféré les Maréchaux à la petite ceinture ? Une fois encore, parce que RFF et la SNCF, en un mot l’Etat, ne voulaient pas envisager une telle hypothèse. L’alternative était donc la suivante : faire un tramway sur les Maréchaux, ou ne pas en faire du tout. M. Tibéri s’est prononcé pour. Libre à vous de le critiquer.


                            • Julien (---.---.218.176) 17 décembre 2006 19:30

                              Ceux qui ont circulés vers la porte d’orléans, el savent, pendant 2 ans les travaux du tram ont été un cauchemard.

                              Ne s’agit-il pas d’un volonté de supprimer la voiture à Paris.

                              Le futur péage pour entrer dans Paris (et proposé par Villepin) va dans le même sens.

                              Paris va devenir une ville musée, sans dynamisme. Mais c’est sur que ca ne dérange pas le député qui habite dans le 7ème ou Mr michu, haut fonctionnaire installé près de Bercy.

                              Ne vous tracassez pas trop pour le tram, ca ira vite dans quelques années pour bétonner les rails et démonter les cables.

                              Je n’ajoute pas de conclusion, je ne suis pas en mesure de parler poliment de Mr le maire de paris.


                              • Stephane Klein (---.---.183.168) 17 décembre 2006 22:56

                                Je ne reconnais aux transports en commun, dont le tramway, que les avantages de desengorger les axes a condition qu’ils les partagent avec les autres modes de transport et aussi celui de transporter a moindre frais les personnes les plus modestes.

                                Par contre, ecologiquement parlant, la politique de confrontation entre tram-transport en commun et voiture ou bus est stupide car un fois les alternatives au moteur a carburant fossile trouve, la politique de la mairie actuelle apparaitra definitivement pour ce qu’elle est : crispatrice et archaique.

                                Je ne cesserai d’ailleurs de me desoler de cette tendance toute socialiste de monter les gens ou les solutions les uns contre les autres. Voyez d’autre villes etrangeres comme Geneve ou Bale, vous y avez trams et voiture partageant le meme espace tandis qu’en France c’est l’un contre l’autre.

                                Pourquoi n’a-t-on pas pu amenager des axes de trams ’roulables’, pour le plus grand bien des contractants ?


                                • Arone (---.---.186.223) 18 décembre 2006 13:45

                                  Que la France est triste ... c’est ce que je me dis en lisant les commentaires contre le tramway.

                                  Vous proposez quoi ? tout le monde en voiture ? en voila un moyen de transport flexible... atterrant.

                                  Voyagez un peu ! Pas besoin d’aller loin, en Allemagne la moindre ville moyenne possède un réseau dense et efficace de tramway, complété par un réseau tout aussi dense (et sûr) de pistes cyclables.

                                  Tout ceci n’est pas fait au détriment de la voiture, les habitants sont autorisés à se garer au centre ville, les autres payent plein pot sans rien dire. (le bon sens veut qu’ils prennent le Tram ou le vélo).

                                  Je reviens de Dresde, vous savez une « pauvre ville » de l’ex RDA, Dans cette ville vous trouverez pas moins de 13 lignes de Tram, desservant tous les quartiers de la ville + la banlieue, sans oublier les centres commerciaux « à la française .. » installés au milieu des champs ou des zones industrielles. Ce réseau est toujours en extension, la ville profite des travaux du Tram, pour améliorer l’espace urbain.

                                  Le tram coûte de l’argent c’est vrai, mais le résultat en vaut vraiment la peine. Ce qui se fait à Dresde peut se faire a Paris non ??? Il suffit juste de changer nos habitudes.

                                  En tout cas, moi, si je quitte la France, ça ne sera pas pour des raisons fiscales ... mais plutôt pour quitter un pays qui,décidément, marche sur la tête ...


                                  • Julot (---.---.78.247) 18 décembre 2006 14:16

                                    Le fait qu’on ait déjà eu le tram à paris et qu’on l’ait viré ne t’interpelle pas ?

                                    Prolonger les lignes de métro ne te semble pas plus judicieux ? Deux stations par ex sur la ligne 12 de Mairie d’issy jusqu’à clamart ?

                                    Deux de plus pour Villejuif -> Thiais ?

                                    Ca couterait cher, mais la par contre, ca changerait la vie du tout au tout. Alors que le tram, qui ira moins vite qu’un bus PC lorsque’il y aura une poussette sur la voi, ou qu’un voyou aura planté une planche entre les rails...

                                    Je suis pour le progrès qui sert. La c’est juste un argument électoral pour se faire réélire.


                                    • Arone (---.---.175.10) 18 décembre 2006 19:20

                                      Ce qui m’interpelle c’est que l’on ai abandonné complètement le Tram à un moment donné !

                                      Dans la plupart des villes on a abandonné le tram pour de mauvaises raisons, moderniser le matériel existant coutant trop chère, on a opté pour de bon vieux bus diesel.. mes poumons apprécient.

                                      prolonger des lignes ou créer des lignes de metro ne sont pas des solutions a tout.

                                      Quand à l’argument électoral ... si vraiment ce tram est une mauvaise chose, ce dont je doute, les habitants vont vite d’en rendre compte, et pourront sanctionner les responsables en conséquences.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès