Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Ces poissons étranges au bout de l’hameçon

Ces poissons étranges au bout de l’hameçon

On le répète depuis longtemps, la mer est la poubelle naturelle de l’Homme. Pneus, pétrole, déchets radioactifs et autres en tous genres, le sixième continent n’est pas né tout seul. Maintenant, bien naïfs sont ceux qui pensent que manger du poisson ou des fruits de mer, est toujours aussi bon pour la santé. Si la grande bleue est polluée, ses habitants le sont tout autant. Voici des informations surprenantes sur des pêches étranges au quatre coins du globe.

La visite commence au Canada, à Hamilton plus précisément, dans la province de l’Ontario. La semaine dernière, un pécheur a eu la surprise de prendre au bout de son hameçon, un poisson pour le moins intriguant. Une tête et deux corps !
La photo a fait le tour des réseaux sociaux, chacun y apposant un commentaire, en fonction de son ressenti. Photoshop, montage, « fake », tous les arguments (ou presque) ont été avancés face à ce spécimen pour le moins inattendu.

Redescendons maintenant un peu plus bas, pour se rendre en Argentine. Il y a quelque temps, les pêcheurs ont eu une surprise de taille. Lors d’une pêche de nuit, près d’une centrale nucléaire dans la province de Cordoba, Julian Zmutt et ses collègues, ont remonté un poisson loup à trois yeux dans l’un des réservoirs de la centrale. Ce poisson ressemble à s’y méprendre, à Blinky, le poisson à trois yeux de la série « Les Simpson » ! Pour la petite histoire, Burns, le patron de la centrale où travaille Omer, explique l’existence de ce poisson en indiquant qu’il s’agit d’une étape de l’évolution et non le résultat d’une mutation quelconque, due à l’industrialisation et surtout à la centrale. Néanmoins, lorsque Blinky lui est servi pour diner, il refuse catégoriquement de le manger. Tout comme Burns, les pécheurs n’ont pas souhaité manger ce spécimen et l’ont gracieusement offert à la science afin que celle-ci détermine si la transformation de ce poisson est une « anomalie naturelle » ou bien le fruit d’une pollution exacerbée par la centrale nucléaire.

Traversons maintenant l’atlantique pour se rendre en Norvège, la terre sainte du Saumon. Voici que le 4 novembre dernier, un élevage complet de Saumons, à Gulen a été touché par l’ISA (Anémie Infectieuse du Saumon). Etant d’un risque très élevé, cette maladie a été prise très au sérieux par les autorités Norvégiennes de sécurité des aliments. Le virus se propage très rapidement et est aussi infectieux que celui de la grippe. De ce fait, les 180 000 poissons de l’élevage (sans exception aucune) ont été abattus.
Cette maladie déclenche des hémorragies internes chez les poissons et étant très contagieuse, il a été préférable d’éradiquer toute la ferme. Cette décision a été prise afin d’éviter la contamination de fermes voisines d’après les autorités.

Redescendons enfin vers la Suisse où du poisson contaminé au césium de Fukushima a été retrouvé dans les supermarchés ! Le 23 octobre, le 20Mins a affirmé dans sa version allemande (lire l'article ici) que le poisson contaminé a bel et bien été retrouvé en magasin. La Radio 105 a procédé à une expérience toute simple. Elle a acheté au hasard, deux morceaux de thon qu’elle a transmis au laboratoire de Bale. Après une expertise de radioactivité, les deux échantillons ont révélés être contaminés au césium 137 et 134. Cette substance est présente uniquement dans les centrales nucléaires, ce qui en résulte tout naturellement, que Fukushima est fortement suspecté responsable. D’après les analyses, les isotopes sont comme une signature, ce qui permet d’affirmer que les deux poissons ont été en contact avec de l’eau radioactive de la centrale, même s’ils ont été péchés aux Philippines. D’autres poissons ont été ainsi « testés » mais aucun résultat n’a été communiqué pour l’heure.

Afin de savoir si un poisson est radioactif ou pas, il faut procéder à des analyses très poussées et très coûteuses en laboratoire. Le simple fait de les passer au compteur Geiger pour évaluer la teneur en Becquerels ne suffit pas. De ce fait, sachant qu’il faut en moyenne 40 ans pour évacuer la radioactivité de l’eau après Fukushima et sachant que les vents et les courants ne cessent de transporter les eaux contaminées autour du monde, il est fort à parier que bon nombre de poissons déjà en vente ne soient pas totalement sains. Le tout est de savoir, quand les médias en parleront de façon unanime et honnête. Faudra-t-il attendre une nouvelle vague de maladies étranges sur l’espèce Humaine au détriment de la chute d’un système économique bien huilé (surtout à l’approche des fêtes) ? Quel risque courons-nous réellement ? Et quels seront les effets sur nos enfants dans les prochaines années à venir ?

Pour retrouver l'article initial : http://www.facon2parler.com/# !des-poissons-tranges-au-bout-de-lhame/c1v95
Sources : 
naturealerte.blogspot.fr
Facebook
documystere
20mins.ch 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.77/5   (52 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 21 janvier 2014 11:20

    arretons de surencherir sur le cas dieudonné, valls suffit amplement.
    sinon voici un texte de militants propalestinien pour clarifier certaines choses :

    voir : Y’ AURRA PAS DE VALLS AVEC DIEUDONNE


    • Façon2Parler Façon2Parler 21 janvier 2014 11:50

      Vous êtes sûr de ne pas vous être trompé de sujet ??.... Il n’est nullement question de Valls ou Dieudonné ici...



    • bourrico6 21 janvier 2014 12:50

      Dieudonné a fait fondre les plombs à certains.

      Ou alors il a mangé trop de poisson... smiley

      Je vais quand même dire une chose, la contamination est une chose, mais montrer qu’elle est responsable des malformations citées en est une autre.
      La raison en est simple, les veaux à deux têtes, les siamois et autres étrangetés de la nature, qui étaient auparavant des attractions de cirque ou des contenus de bocaux, étaient la bien avant nos centrales.


    • Façon2Parler Façon2Parler 21 janvier 2014 13:46

      Vous avez tout a fait raison ces phenomenes sont observes depuis longtemps. il n empeche que ces peches etranges augmentent...sans parler des poissons contamines vendus sur les etals des poissonneries. je reste tres surprise du prix du poisson qui n a que tres sensiblement augmente en ce debut d annee alors que les commercants s en donnent a coeur joie avec la hausse de la tva...

      cela sans compter qu il ne faut pas avoir fait un nombre incalculable d etudes pour se rendre compte que l ocean est devenu une immense poubelle en tous genres. malheureusement.

    • kéké02360 21 janvier 2014 14:35

      allez vous fâchez pas c’était un poisson d’Avril smiley


    • boris boris 21 janvier 2014 14:20

      De toute façon toute la chaîne alimentaire est polluée.

      Perso je préfère les produits de la mer que je choisis avec soin que la bidoche, qui pour cette dernière est à mon avis bien plus dangereuse encore pour la santé, pesticides, antibiotiques et traitements allopathiques divers et variés sont là pour nous le rappeler.

      Sinon il existe des élevages de poissons bio qui ont toujours le mérite d’être un peu moins infectés et un peu plus contrôlés.

      La seule possibilité c’est d’acheter au minimum bio, d’avoir un potager ou aller se servir directement au fermier du coin, mais ce sera là qu’une simple mesure de bon sens, sachant que l’on trouve des traces de pesticides en plein coeur du continent Antarctique.

      La marge de manoeuvre est de plus en plus étroite pour ne pas dire quasiment nulle, bien se nourrir devient une gageure.


      • Croa Croa 21 janvier 2014 19:14

        Avec les légumes et les céréales le risque est contrôlable, donc bien se nourrir n’est pas difficile sauf pour ceux qui tiennent à consommer de la bidoche. C’est dans la viande et dans le poisson que se concentrent les substances nocives : à éviter donc, au maximum !

        Finalement c’est simple ! (Sauf pour les malheureux travailleurs obligés de manger à la cantine de la boite.)


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 21 janvier 2014 15:43

        Çà alors !! un poisson à deux têtes, exactement comme Dieudonné M’bala M’bala...
        Cet homme est sans aucun doute un mutant !


        • lionel 21 janvier 2014 21:37

          Merci pour cet article !
          Il rend hommage, involontairement, à Dieudonné M’Bala B’ala, mes enfants métisses comme lui. Les psychopathes détruisent le monde, nous nous éveillons, sans peur, avec humour et humour... On vous emmerde !!!!!!


          • lionel 21 janvier 2014 21:39

            Messieurs, que les choses soient clair, on vous emmerde et ce sera ainsi jusqu’à la fin....


          • Corinne Colas Corinne Colas 21 janvier 2014 22:33

            @l’auteur


            Ne vous méprenez pas sur les commentaires, l’agoravoxien, par nature taquin, se met facilement en mode « M’bala » à la lecture de certains mots ! 

            Mais par exemple, les Norvégiens très professionnels, ont aussi une pointe d’humour puisqu’ils n’hésitent pas à écouler chez nous, une marchandise qu’ils déconseillent aux autochtones :

            C’est dire que votre sujet est sérieux et qu’on alerte certainement de façon insuffisante puisque « 7 saumons sur 10 consommés en France proviennent de Norvège » 

            Source : http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2610_saumon_elevage_Norvege.php

            Comme celle-ci représente 60 % de la production mondiale, on a une petite idée de la catastrophe en cours ...sans compter la réalité de l’élevage ailleurs et pas uniquement du saumon. On peut évoquer celui des crevettes : des animaux filtreurs (! !!!), pangas (beurk), truites etc.


            Les poissons sauvages avec des anomalies... ne sont rien à côté de ceux certifiés en pisciculture et représentant un désastre à la fois environnemental et sanitaire.

            Bonne continuation !


            • alinea Alinea 21 janvier 2014 23:25

              Bonsoir Corinne,
              À part la colère, personne n’est triste de savoir que plus jamais il ne pourra manger du poisson, en se régalant et en sachant qu’il se fait du bien ?
              Tristesse, voilà...
              Prête pour le grand voyage ?


            • Corinne Colas Corinne Colas 22 janvier 2014 14:54

              Coucou Alinea

              ... hé oui quelle tristesse tout ça ! Nos références se modifient en même temps que notre environnement : hier on nous conseillait de manger du poisson, aujourd’hui, on nous recommande de ne pas en manger plus de deux fois par semaine ... doux euphémisme ! 
              De même, nous sommes tous obligés d’être en permanence aux aguets afin d’éviter (tant bien que mal) de nous faire avaler par plus gros que nous, ex le lien plus bas concernant la loi sur la contrefaçon. 

              Une ambiance anxiogène mais n’oublions pas non plus un autre mauvais coup prévu ce jour : « La Commission Européenne s’apprête à rendre, le 22 janvier prochain, des recommandations très peu contraignantes pour les Etats membres qui souhaiteraient exploiter les gaz de schiste. »


              (... sinon bientôt à l’eau smiley )


            • soi même 21 janvier 2014 23:28

              Merci pour ce dossier, malheureusement il y a forte change de passer inaperçus aux près des principaux conformateurs !


              • Hijack Hijack 22 janvier 2014 00:35

                On vous avait assez prévenus du danger que représentait Dieudonné ... en effet, ce poisson que l’on pourrait facilement appeler le m’blambala ... lol !

                .
                 smiley

                En effet, autour de notre humoriste préféré, tout a été tenté, même de criminaliser un simple geste ... posons-nous les bonnes questions.

                .

                Et désolé pour cet aparté, l’auteur, que je remercie pour ce sujet intéressant.


                • gaijin gaijin 22 janvier 2014 09:30

                  dommage que des trolls soient venus déverser leurs déjections sur votre article ....
                  comme tous les vrais sujets il est a la fois trop grave trop énorme et trop sans solutions ...... on a tout pollué ....tout ...... !
                  et on est juste au début de commencer a voir les conséquences, marquées non pas par l’apparition ici où là de quelques chimères mais par une dégradation de l’espérance de vie en bonne santé ( détectée depuis longtemps dans les cabinets et depuis peu par les études statistiques )
                  ..........
                  voilà maintenant on doit payer l’ addition ....et elle va être salée .....
                  histoire de ne pas se flinguer le moral ( en plus ) :
                  http://www.google.fr/imgres?newwindow=1&hl=fr&biw=902&bih=411&tbm=isch&tbnid=s-qeA4I4ZsDIEM%3A&imgrefurl=http%3A%2F%2Fwww.organigames.org%2Forganisation.html&docid=UFPZZJaU5ET65M&imgurl=http%3A%2F%2Fwww.organigames.org%2FIMAGES%2FASTERIX.jpg&w=792&h=488&ei=EoHfUrPiMufD0QX92IHwAQ&zoom=1&iact=rc&dur=1116&page=1&start=0&ndsp=9&ved=0CGYQrQMwBQ


                  • kéké02360 22 janvier 2014 10:46

                    Urgent , à partager + + + + + + + +

                    http://www.reporterre.net/spip.php?article5300 

                    http://www.reporterre.net/spip.php?article5027 

                    COMMUNIQUE DE PRESSE

                    DES PAYSANS ET DES PAYSANNES JEÛNENT

                    POUR INSCRIRE L’EXCEPTION AGRICOLE DANS LA LOI CONTREFAÇON

                     

                    Une centaine de paysan(ne)s de la Conf’ a pris possession tout à
                    l’heure de l’immeuble du GNIS (Groupement National Interprofessionnel
                    des Semences), 44 rue du Louvre, à Paris. Nous demandons qu’une
                    exception agricole soit ajoutée au texte de la loi Contrefaçon qui
                    sera votée le 4 Février. La reproduction par des paysans de leurs
                    semences, de leurs animaux et de leurs préparations naturelles ne doit
                    pas être considérée comme une contrefaçon. C’est le métier de paysan
                    que ce texte remet en cause. Des paysans jeûnent à partir de ce soir
                    pour obtenir une décision politique allant dans ce sens.

                    Avec cette loi, les paysans qui voudront produire leur propre semence
                    seront sous la menace constante de poursuites en contrefaçon, saisie
                    voire destruction de leurs récoltes. Pour y échapper, ils devront
                    prouver qu’ils n’ont reproduit aucune variété protégée et que leur
                    semence n’a été contaminée ni contient naturellement un gène breveté.
                    Et il en sera de même pour les animaux ou encore pour les ferments,
                    levures et autres micro-organismes porteurs de gènes brevetés.

                    L’objectif de ce texte est de permettre aux industriels semenciers de
                    s’enrichir en étant les seuls à détenir le droit de vendre ce qui est
                    indispensable aux paysans et à la nourriture des populations : les
                    graines, les plants, les semences animales, les ferments et levures…
                    Tous ces éléments seront donc désormais dans les seules mains des
                    industriels. Or, échanger, ressemer, sélectionner, ou élaborer ses
                    ferments, levures et autres préparations naturelles, c’est ce que font
                    les paysans depuis des millénaires, c’est l’essence même de leur
                    métier. C’est aussi la base de la biodiversité et le fondement de
                    l’agro-écologie. Le droit des paysans sur les semences, c’est le droit
                    à l’alimentation pour tous ! Nous ne nous laisserons pas faire !

                     

                    CONTACTS :

                    _GUY KASTLER, RESPONSABLE DE LA COMMISSION SEMENCES, JEÛNEUR : 06 03 94 57 21_

                    _JOSIAN PALACH, SECRÉTAIRE NATIONAL EN CHARGE DU PÔLE ENVIRONNEMENT :
                    06 86 16 57 26_

                    _LAURENT PINATEL, PORTE-PAROLE NATIONAL : 06 80 58 97 22_


                    • courageux_anonyme 23 janvier 2014 00:58

                      Le vrai désastre c’est la surpopulation humaine :
                      7 milliards au lieu d’1 ou 2 grand max.
                      C’est les chinois qui ont vu le truc arriver, mais à eux seuls, ça ne suffit pas.


                      • mortelune mortelune 23 janvier 2014 14:53

                        On mange des poissons plus que douteux, on se fait plumer par les banques et les libertés sont dévorées par les gouvernants. On se tape la tête contre les murs des capitalistes libéraux et le nouvel ordre mondial que ces fumiers mettent en place. Ceux qui résisteront à ça seront capables de résister à tous. Pour les illuminatis il doit en rester 700 millions en tout et pour tout sur la globe, donc...


                        • mortelune mortelune 23 janvier 2014 15:06

                          On mange des poissons plus que douteux sans compter le reste, on se fait plumer par les banques et les libertés sont dévorées par les gouvernants. On se tape la tête contre les murs des capitalistes libéraux et le nouvel ordre mondial que ces fumiers mettent en place. Ceux qui résisteront à ça seront capables de résister à tous. Pour les illuminatis il doit en rester 700 millions en tout et pour tout sur la globe, donc ça secoue un peu c’est normal.


                          • kéké02360 23 janvier 2014 19:50

                            D’accord avec toi , mais combien d’entre nous s’investissent dans les élections municipales 2014 pour essayer de changer le système !!!???


                          • mortelune mortelune 29 janvier 2014 08:07

                            Pour s’investir dans les municipales il ne faut pas voter, c’est simple. Les urnes sont l’unique moyen pour les élites de justifier leurs pouvoirs et ceci même aux municipales.


                          • mycapaf mycapaf 23 janvier 2014 17:19

                            Sincèrement qu’il y ait une évolution des espèces est une chose, mais la pollution a un impact considérable sur l’état de l’eau et donc sur les espèces animales. Quand on voit l’état de la mer méditerranée par exemple, il ne faut pas s’étonner que la chaîne alimentaire soit contaminée. Entre le pétrôle, le nucléaire, les déchets en tous genres dont le plastique, je pense qu’il faut vraiment réfléchir à deux fois avant de consommer du poisson...

                            www.keldoc.com


                            • kéké02360 23 janvier 2014 19:50

                              pour les anglophones un site à visiter

                              http://grist.org/series/panic-free-gmos/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès