Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Chèque-transport : démagogie pré-électorale ?

Chèque-transport : démagogie pré-électorale ?

 

Comment cette proposition s’intègre-t-elle dans une stratégie réfléchie et cohérente du gouvernement ?

C’est la question que je me suis posée quand j’ai appris la mesure réclamée par les syndicats en 2005, promise par Dominique de Villepin et annoncée en cette fin de mois d’août comme moyen d’atténuer l’effet de la hausse du prix du carburant sur le pouvoir d’achat des Français.

Alors j’ai relu la loi d’orientation de la politique énergétique, encore toute chaude de bonnes intentions puisque sortie en 2005. Ce texte annonce entre autres qu’il faudra désormais favoriser la recherche pour le développement de nouvelles énergies, démarche scientifique qu’il faudra coupler à des modifications de comportement pour insuffler chez les Français un transfert modal du « tout automobile » vers les modes de déplacements durables.

Et puis, j’ai relu la loi relative à la solidarité et renouvellement urbains (la fameuse SRU) qui date de 2000. Elle dit que les politiques de déplacements devront favoriser les modes de transport durables au détriment, s’il le faut, du trafic routier, au détriment de la souveraine voiture. Cette loi nous parle aussi de plan de mobilité, concept dont aucune presse ni aucun acteur de la scène politique publique ne s’est fait l’écho, en réponse à ce chèque-transport, et qui pourtant est plus que pertinente.

Vous dites ? Plan de mobilité ?

Le plan de mobilité est une démarche englobant la problématique des déplacements dans son ensemble. Pour commencer, tous les modes de transport sont valorisés, excepté bien sûr... la voiture individuelle. Le premier outil d’un tel plan est la sensibilisation des salariés aux enjeux économiques, certes, mais aussi et surtout sociaux et environnementaux ! Le changement de comportement est provoqué en considérant que les salariés ont une capacité de réflexion et qu’ils n’ont pas que des préoccupations mercantiles (bien que le discours des syndicats nous le fasse croire). Enfin, que découvre-t-on : l’exonération des charges patronales sur la participation aux frais d’abonnement aux transports en commun existe depuis 2000... Grâce à la SRU (voir plus haut !). Les plans de mobilité se font plus fréquemment appeler les PDE pour plan de déplacements entreprise.

L’objectif de la mesure était... ?

Avec tous ces éléments (et vous pourrez excuser ma réponse légèrement tardive par rapport aux évènements, la lecture en a été fastidieuse), je me permets de conclure que le gouvernement, avec cette mesure digne de faire la une des journaux, avait atteint son but : monopoliser l’attention des râleurs. Par la même occasion, il donne l’illusion aux Français que le point de vue prioritaire est celui de l’état de leur porte-monnaie, et ceci à court terme.

Un proche du dossier annonce que l’objectif du chèque-transport est de rendre « plus visible » la possibilité pour l’entreprise de subventionner l’abonnement aux transports en commun de ses salariés en bénéficiant d’exonération de charges. Pourtant, ce qui est mis devant les yeux des employeurs est une démarche obtuse, qui se cantonne à ne prendre en compte que l’aspect financier des problèmes de transport.

Que de réussites !

Le gouvernement réussit au moins deux autres challenges (dont il est coutumier, faut-il croire, pour exceller ainsi).

Il agit en contradiction avec la loi instituée par lui-même en incitant les Français à utiliser la voiture individuelle, tandis que les transports en commun ont besoin de fonds pour être optimisés et que le covoiturage et autres démarches nouvelles pourraient être appuyés.

Il dévalorise tous les plans de mobilité déjà mis en œuvre en France. Ils sont nombreux et pour la plupart efficaces, ce sont eux qui permettront un changement des mentalités ! Une majorité des administrations, au minimum dans les villes de plus de 100 000 habitants, déploient déjà leurs plans de mobilité et subventionnent l’abonnement aux transports collectifs de leurs agents, depuis plusieurs années déjà.

Comment une entreprise peut-elle se sentir confiante dans la mise en œuvre d’un plan de mobilité, y compris celle qui est déjà engagée sur la bonne voie, face à l’attitude du gouvernement ? Il ne manquerait pourtant qu’un coup de pouce pour inciter à cela ; les grands groupes, en tout cas, sont prêts à s’engager.

Plutôt que de déguiser une fausse mesure en "pas de géant", pourquoi ne pas valoriser les bonnes démarches déjà existantes ? Pourquoi ne pas s’appuyer sur les expériences concluantes observées en France et dans toute l’Europe et favoriser leur extension sur tout le territoire ? Ce serait typiquement français, me souffle-t-on...


Moyenne des avis sur cet article :  4.54/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • geradlionel (---.---.54.55) 21 septembre 2006 12:22

    Pourquoi ? Faire savoir plutôt que savoir faire !

    Tel est la vraie fonction des politiciens : communiquer et faire croire !Ils sont dans la représentation et ce sont les cabinets ministériels et les fonctionnaires qui font et gèrent.


    • Rage Rage 21 septembre 2006 18:01

      Très bon article.

      La question avec ce chèque transports-électoral, c’est de savoir avec quelles modalités il va s’appliquer et surtout comment.

      Première remarque : Il me semble que le chèque transports doit prendre en « charge », via le mécanisme connu et sur-utilisé du « le patron paye, mais l’état le rembourse par des allégements de charge » (ce qui signifie au réel, tous les contribuables payent pour que CERTAINS puissent avoir des réductions, très « French model » il paraît), uniquement une moitié des abonnements transports en commun (TC). A la limite, prendre en charge une partie des abonnements TC, pourquoi pas si :
      - La partie prise en compte n’est pas l’autre moitiée DEJA prise en compte par un autre dispositif (PDE par exemple).
      - TOUS les salariés et y ont droit, ce qui éviterait (comme d’habitude) que certains bénéficient des chèques restaurants, chèques vacances et autres chèques transports alors que d’autres n’ont RIEN.
      - L’essentiel des abonnements financés constituent une avancée quantitativement signifiable, autrement dit, pas un effet d’aubaine (ah tiens, on me prend en charge 50%, tfaçon j’étais obligé de le prendre).

      Bref en somme, tout cela serait acceptable si cela n’existait pas déjà pour certains, et que si cela n’avait pas déjà révélé de GROSSES lacunes à savoir qu’il y a ceux qui y ont droit (grosses entreprises/administration) et les autres. Allez bosser en PME en CNE et salariat qu’ils disaient...

      Deuxième remarque : Une prise en charge des abonnements... mais lesquels ? Quand une personne passe du train au TC, elle a plusieurs abonnements (et oui la billetique multimodale c’est long à mettre en place, et coûteux car responsabilité diluée, enfin bref). Alors on rembourse quoi ? 50% de l’un, de l’autre ou des deux ?

      Mais je suis de bonne humeur. Admettons.

      Troisième remarque : Si le dispositif prend en compte les frais de déplacement en voiture. Alors autant dire que là c’est CARNAGE assuré. LA mesure à ne pas faire.

      Si le chèque électoralo-transports prend en compte les déplacements en VP (voiture particulière), alors nous pourrons constater les excès évidents suivant :
      - Celui qui parcoure à priori 100 km et celui qui fait 2km n’auront pas la même « manne » financière en provenance de l’Etat. Donc, sauf barême ultime, c’est inégal.
      - Celui qui touchera ses 50% de frais « déclarés » (qui ira vérifier le contraire du reste), pourra tout aussi bien aller au boulot tous les jours en covoiturage avec sa femme (thune X2) que se faire rembourser soit sur la base d’un 4x4 soit d’une 106. Vous n’avez d’ailleurs jamais remarqué ce « délire » archaïque qui rembourse plus au Km quan on roule en 4x4 qu’en 106, le tout avec évidemment une marge positive pour le conducteur ? Cela s’appelle la prime aux grosses cylindrées.
      - Evidemment quand on abuse, on tappe sur tous les tableaux DONT la feuille d’imposition à la case « FRAIS REELS ». Et hop, voilà que vos 50km couvert à 50%+marge deviennent un jackpot à la déclaration. Et vive la périurbanisation et le 4x4 polluant !

      Mais le meilleur pour la fin :
      - En ne finançant plus les TC (désengagement), en encourageant l’usage de la VP de la sorte, le gouvernement marcherait allègrement sur environ 5 à 7 lois qui disent exactement l’inverse et faîtes par ces mêmes personne. Ce qui signifie qu’on paye des ministres à ne rien glander (on le savait) mais EN PLUS à produire exactement l’inverse de ce qu’il faudrait traiter.

      Alors SI le chèque transports prend en charge les déplacements VP (même partielement), je dis BRAVO à Villepin pour avoir mis à plat 25 de politique de réduction d’excès (LOTI de 1981), pour favoriser la périurbanisation, le trou des finances publiques, la non éthique sociale ET la pollution. Je ne parle même pas des modalités d’application avec sa tonne de formulaires et autres outils de contrôle/paiement pour dispenser à fort prix ce qui pourrait être allégé sur les feuilles de paie...

      BILAN : PRODUIRE autant de MERDES dans une disposition... Il fallait y penser ! La politique anti-rationnelle, il fallait y penser, l’UMP l’a fait !


      • lesigne 22 octobre 2006 00:55

        Il n’y a plus de pilote dans l’avion au sommet de l’état. La France des Français n’est plus gouvernée depuis l’affaire du CPE, tout est stand by avant les élections présidentielles.

        Des réformettes surgissent pour nous faire croire qu’il se passe qq. chose.

        Les dirigeants politiques s’occupent de leur propre business en prenant de graves décisions comme ( EDF...) Ces engagements profiteront à une toute petite minorité de grosses entreprises. Il faudrait étudier ce phénomène pour voir à qui profite le « crime » ?

        Attention nous sommes en période suspecte ce qui se passe n’est pas innocent.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès