Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > ClimateGate : Du Rififi au parlement de Nouvelle Zélande !...

ClimateGate : Du Rififi au parlement de Nouvelle Zélande !...

Le ministre de l’environnement de Nouvelle Zélande passé sur le grill - au sujet des traficotages des relevés de température du NIWA - par le parlement de Wellington.
 
En suite à mon article du 28 novembre sur AgoraVox

Le Parlement de Wellington On se souvient que, quelques jours seulement après le déclenchement de l’affaire du ClimateGate, le premier développement d’envergure avait été l’affaire du NIWA (National Institute of Water and Atmospheric research) de Nouvelle Zélande, affaire à laquelle j’avais consacré un article sur Agoravox
 
Dans cette affaire, le NIWA (j’ai systématiquement utilisé, dans la suite de ce texte, l’abréviation "NIWA") avait été accusé d’avoir artificiellement créé - ou au mieux très largement amplifié - un réchauffement qui n’apparaissait absolument pas sur les données brutes telles qu’enregistrées par les instruments.
 
Depuis cette date, le NIWA a présenté, sur son site web, un mémoire en défense.dont l’argument essentiel est que les ajustements sont "appropriés" et justifiés par le déplacement des stations, tout en n’exhibant qu’un seul cas de déplacement (le site de Wellington, remonté de 125 mètres de Thordon à Kelburn).
 
Le principal reproche qui a été fait, et qui persiste quoi qu’en dise le NIWA, est l’absence totale de documentation des modifications effectuées "à la main" sur la totalité des enregistrements.
On ne sait pas encore si cette affaire prendra un jour un tour judiciaire, cela prendra de toutes les façons du temps. Par contre, elle commence à avoir des conséquences politiques.
 
Ainsi, il y a quelques jours, l’affaire a été évoquée lors d’une séance de questions/réponses au parlement de Nouvelle Zélande le 17 février 2010
 
 

( December 8, 2008 - Photo by Marty Melville/Getty Images AsiaPac)
 
 
Les protagonistes de l’échange sont, dans l’ordre d’entrée en scène :
  • John Boscawen, Parlementaire.
  • Wayne Mapp (Ministre de la Recherche, de la Science et de la Technologie), désigné dans ce qui suit par "Le Ministre", cible des questions, et Ministre de tutelle du NIWA.
  • Rodney Hide, Parlementaire, ministre d’un gouvernement local.
  • Le "Président" du Parlement (le "Speaker"), l’Honorable Dr Lockwood Smith, troisième personnage de l’état, que je désignerai ci-dessous par "Le Président de l’assemblée".
 
The Speaker, Hon Dr Lockwood Smith
 
 
Voici donc ma traduction (je ne suis pas traducteur professionnel, j’implore donc votre indulgence en cas d’erreur ...)
 
John Boscawen :
Le NIWA maintient-il un inventaire à jour de tous les changements opérés, sur les températures brutes, pour obtenir les données officielles "Températures Moyennes de la Nouvelle Zélande de 1853 à 2008", publié sur le site web de NIWA. Sinon, pourquoi ?
 
Le Ministre :
Le "Températures Moyennes de la Nouvelle Zélande de 1853 à 2008" auquel se réfère le parlementaire fait effectivement des ajustements aux données brutes issues des sept stations. La raison pour laquelle cela est nécessaire est que dans certains cas l’emplacement des stations a changé. Par exemple, le site de Wellington a été déplacé de Thordon à Kelburn, qui diffèrent en altitude de 125 mètres. Cela nécessite un ajustement. Toutes les informations qui expliquent la méthodologie utilisée pour l’ajustement des données est sur le site web de NIWA. La méthodologie utilisée a été développée dans la thèse du Docteur Salinger, qui est également disponible au public.
 
John Boscawen :
Etant donné que nous avons examiné l’information à laquelle le Ministre a fait référence, et que nous n’avons trouvé aucun inventaire des ajustements, pourrait-il préciser où, dans cette masse d’informations, cela est-il contenu. S’il ne le peut pas, peut-il s’engager à fournir au Parlement le simple inventaire des ajustements ?
 
Le Ministre :
Le Parlementaire a raison, il y a un grande complexité d’informations sur le site web de NIWA. La méthodologie pour les modifications et publiée dans le journal à comités de lecture "International Journal of Climatology" , auquel se sont référés beaucoup d’interlocuteurs dans cette affaire. L’article particulier est de Rhoades & Salinger, et est intitulé "Ajustement des mesures de températures et de pluviométrie pour les changements de sites". Le gros volume d’information indique qu’il s’agit d’un domaine plutôt complexe.
 
Rodney Hide :
Je souhaite soulever un point d’ordre, Monsieur le Président . Avec tout mon respect, le Ministre n’a pas répondu à la question. La question est très simple. Il n’est pas question de Méthodologie, il est question d’un simple inventaire des ajustements. En réponse à la question initiale, il a dit que l’inventaire était présent sur le site web de NIWA, au sein de cette masse d’information. Nous l’y avons cherché, il n’y a pas d’inventaire des modifications. Alors, on a demandé au Ministre s’il pouvait nous dire où se trouve l’inventaire, pas la méthodologie, et il n’a pas pu. Pourrait-il produire à la chambre l’inventaire des ajustements ? - pas la méthodologie - l’inventaire.
 
Le Président de l’assemblée :
J’ai entendu l’honorable parlementaire, et je suis favorable à son point d’ordre, puisque la question était notifiée. La question demande spécifiquement si NIWA maintient un inventaire à jour des ajustements et de toute modification opérée sur les données brutes. Il n’est pas demandé pourquoi des changements sont faits sur les données brutes, ni comment ces changements sont faits. Cette information devrait être disponible, et je crois que le Parlement mérite une réponse. Je demande au Ministre de donner une réponse au Parlement.
 
Le Ministre :
Comme je l’ai indiqué dans ma réponse, l’information est contenue dans un ensemble large d’informations, plutôt que sur une liste d’une page, ce que semble réclamer le parlementaire. En fait, le parlementaire a déjà été avisé de ce fait. Comme je l’ai indiqué, il s’agit d’un problème complexe. En tant que Ministre, j’ai informé NIWA de bien vouloir fournir autant d’information que possible sur la façon dont les ajustements ont été opérés, de telle façon qu’ils puissent être analysés indépendamment.
 
Rodney Hide :
Je soulève un point d’ordre Monsieur le Président. Avec mon plus grand respect. J’ai deux points. Le premier est que la thèse de Doctorat dont il est question n’est pas accessible au public. Nous avons eu beaucoup de difficultés à l’obtenir, parce qu’elle est couverte par un copyright et n’est pas disponible au public. Le deuxième est que, comme l’a fait remarquer le Président, nous ne parlons pas d’une masse de données, la question est l’existence d’un inventaire des ajustements. Le Ministre a dit qu’elle était quelque part dans les données sur le site web de NIWA. Nous l’y avons cherché, parce que nous savons cela depuis Noël dernier. Nous ne l’y avons pas trouvé, est-il là ou pas ?
 
Le Président de l’assemblée :
Cela ne devrait pas être sujet à débat, mais, encore une fois, je suis favorable au point d’ordre du parlementaire. La question était notifiée. NIWA avait au moins quelques heures pour informer le Ministre sur une question très simple : Existe-t-il un inventaire des modifications, ou non ? La question n’est pas sur le pourquoi et le comment des ajustements, elle demande simplement si les changements sont enregistrés. Ou bien ceci est disponible ou bien cela ne l’est pas. Je pense que le parlement mérite mieux, parce que cette question est intéressante pour le parlement. Je suis également bien disposé envers le Ministre ; si l’information ne lui a pas été fournie, peut-être pourrait-il le déclarer à la Chambre. Mais je crois que sur une question aussi simple, qui était notifiée, aucune agence gouvernementale ne devrait être autorisée à ne pas fournir de réponse - à moins que cela ne soit pas dans l’intérêt du public. Il se pourrait que cela ne soit pas dans l’intérêt du public, et je pourrais l’accepter. J’invite le Ministre à nous dire que l’information existe, ou qu’il ne sait pas, ou quelque réponse que ce soit [interruption]. Nous attendons la réponse.
 
Le Ministre :
Comme indiqué dans ma réponse précédente, l’information ne figure pas sur un document unique de la façon dont c’est indiqué ici. Au contraire, c’est un ensemble de matériaux qui sont tous disponibles sur le site web de NIWA. Effectivement, cela n’est pas dans un inventaire sous la forme d’un document d’une page, mais plutôt sous la forme d’une méthodologie, et j’ai donné les sources d’information de cette méthodologie. Monsieur le Président, je crois avoir répondu à la question exactement dans les termes que vous, en tant que Président, avez réclamé.
 
Rodney Hide :
Je soulève un point d’ordre Monsieur le Président. Je le dis avec précaution parce que je crois que le Ministre traite nos règles à la légère. Vous avez précisé que la question était notifiée, et qu’il s’agissait de savoir s’il existe un registre des ajustements. Le Ministre a dit qu’il y avait beaucoup de données, que ce n’est pas en un seul endroit, ce qui je suppose est une façon de répondre par la négative, mais il se joue de vous, parce que vous avez dit que la question était notifiée : Existe-t-il, oui ou non, un registre des modifications.
 
Le Président de l’assemblée :
Je crois avoir été clair. La question était notifiée, et la réponse demandée est très simple. Il n’est pas question de méthodologie, il est seulement demandé si les données ont été conservées. La question n’est pas de savoir si c’est sur une seule feuille ou n’importe quoi, il s’agit de savoir si l’information est disponible. J’ai tenté d’appuyer le point de vue du Parlementaire aussi loin que cela est raisonnable aujourd’hui. Nous aurons d’autres occasions de questionner le Ministre sur cette question, si c’est une question qui préoccupe les Parlementaires compétents, mais je pense que la Chambre doit poursuivre pour aujourd’hui.
 
John Boscawen :
Le Ministre est-il au courant des révélations qui mettent en cause le prestigieux CRU, qui a été accusé (ndt "has been found") de contrevenir délibérément aux lois sur l’information, d’ajustements arbitraires de données brutes, de cacher les raisons de ces ajustements, et de s’arranger pour perdre les données originelles non ajustées, de telle façon qu’elles ne puissent être vérifiées de façon indépendante ? Est-il préoccupé que la même chose puisse arriver aux données de NIWA, en particulier parce que le Dr Jim Salinger y a travaillé précédemment ?
 
 
Le Ministre :
Oui, je suis au courant de la grande controverse sur ces questions. Puis-je aussi être clair qu’aucun changement n’a été effectué sur nos données de températures originelles. Naturellement, des ajustements ont été faits du fait des variations, mais les données originelles sont disponibles sur la base de données de NIWA, et les Parlementaires peuvent faire réaliser leur propre analyse indépendante, pour vérifier, confirmer, ou bien-sûr réfuter les informations du NIWA.
 
Rodney Hide :
Je soulève un point d’ordre, Monsieur le Président. Avec le plus grand respect, étant donné la difficulté que nous avons eu sur cette question, je voudrais demander la permission à la chambre de poser au Ministre une question supplémentaire.
 
Le Président de l’assemblée :
Laissons à l’Honorable Rodney Hide une question supplémentaire ;.. Pas d’objection ?... Il n’y a pas d’objection !
 
Rodney Hide :
Le Ministre est-il au courant du fait que les données brutes du graphique en question ne montrent aucun réchauffement pour la période en cause - c’est-à-dire de 1863 à nos jours - et que la totalité du réchauffement indiqué par le graphique, qui a été utilisé pour mettre en valeur un réchauffement de 0,92° par siècle dont le NIWA a parlé, est entièrement la conséquence des ajustements faits par les scientifiques, et que ce sont ces ajustements qui doivent être expliquées ?

Le Ministre :
Oui, je suis tout à fait au courant du problème qui a été soulevé par le Parlementaire. C’est précisément pour cela que des ajustements sont faits quand les installations sont déplacées. Par exemple, il y a une différence très significative entre être presque au niveau de la mer et être déplacé à 125 mètres au dessus du niveau de la mer. C’est précisément pour cela que la méthodologie que j’ai cité a du être appliquée pour atteindre le résultat ajusté. Un processus scientifique rigoureux a été mis en œuvre pour atteindre ce résultat.
 
____________ FIN DE L’ECHANGE _______________
 
 
Mon commentaire sur cet extraordinaire échange :
 
Que peut-on retenir de cet échange, qui a du être très éprouvant pour Monsieur le Ministre, obligé de garder son calme en défendant l’indéfendable ?
 
Le ministre ne pouvait pas évoquer l’affirmation du NIWA, lequel se paye même le luxe - pour les gogos - d’avoir, dans sa page de défense déjà citée, une invite "Download the seven station AND adjustement schedule", où on trouve bien des choses, mais pas d’enregistrement des modifications, car il sait, bien sûr, qu’elle est fausse.
 
Il faut donc admirer l’extraordinaire partie de poker-menteur, entre les parlementaires et le président. Les parlementaires savent qu’il n’y a rien, et cherchent à le faire acter par le ministre. Le Ministre sait aussi qu’il n’y a rien, et sait aussi que les autres le savent, mais il doit noyer le poisson, avec une marge étroite, composée d’un seul argument ... vous savez ... c’est compliqué !... qu’il répéterait à l’infini si le Président n’y mettait un terme provisoirement. Il dit, explicitement "On se retrouvera sur ce sujet"
 
Pour nous, qui ne sommes pas partie prenantes - du moins directement - dans les règlements de compte qui résulteront de cet épisode, le principal est la confirmation implicite donnée, au plus haut niveau de l’état Néo-zélandais, à une question dont nous savions déjà la réponse :
On a perdu toute trace des raisons qui ont conduit les employés de NIWA à augmenter ici, diminuer là, peut-être au gré de leur humeur, mais plus probablement dans une intention bien précise !...
 
Et il faut mettre cela en contexte du fait que, ces donnés brutes, elles, étaient censées rester planquées ad-vitam-aeternam dans des coffres forts interdits au public, tellement le NIWA était certain de n’avoir jamais de compte à rendre à quiconque.
 
 
Note : j’ai également publié cet article sur "Le post"
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.49/5   (55 votes)




Réagissez à l'article

110 réactions à cet article    


  • bobbygre bobbygre 24 février 2010 12:10

    Merci de nous faire partager ce savoureux dialogue de sourds... Il faut quand même avoir une sacrée dose de mauvaise foi pour répondre autant à coté de la question et quand même affirmer "je crois avoir répondu à la question exactement dans les termes que vous, en tant que Président, avez réclamé".


    • PapyJako PapyJako 24 février 2010 13:58

      @bobbygre
      A mon avis, le Ministre ne l’emportera pas au Paradis.

      Il faut savoir qu’en Nouvelle Zélande, les pouvoirs d’action du parlement (uni carcéral) sont illimités et qu’aucune institution ne peut en annuler les décisions. C’est par ailleurs le Parlement qui choisit le Premier Ministre.

      Lorsque le Président du Parlement dit

      « ... Nous aurons d’autres occasions de questionner le Ministre sur cette question ... »,

      cela veut dire, au choix

      « Nous réglerons nos comptes plus tard » smiley

      ou

      « gare ta gueule à la récré »  smiley

      Affaire à suivre donc (vous pouvez compter sur moi !...)


    • John Lloyds John Lloyds 24 février 2010 13:50

      Il faut toujours dissocier l’amalgame soigneusement entretenu, par les politiques et leurs suppôts, entre les causes et les effets. Si le réchauffement par lui-même n’est pas contesté (même si la tendance pourrait s’inverser), au moins sur certaines parties du globe et sur une période déterminée, le lavage de cerveaux a été tel, ces dernières années, que ledit réchauffement est immédiatement présenté sous forme de mauvaise conscience implicite, comme quoi l’homme en serait à l’origine, ce qui est pour le moins contestable, voire faux si l’on étudie les corrélation climat/activité solaire depuis le minimum de Maunder.

      Qu’il y ait eu fraude ou non sur le relevé des températures et les modèles annonçant x °C d’ici 2050 ou 2100 change peu à l’affaire. Certes l’escroquerie constatée n’arrange en rien l’image d’une certaine science, celle en collusion avec les petites affaires politiques. Mais il faudra bien arrêter un jour de faire la correspondance médiatico-mécanique entre réchauffement et cause humaine. Revoir les modèles, et réétudier sérieusement l’influence solaire. Le climat s’est également réchauffé sur Mars, qu’on ne l’oublie pas.


      • PapyJako PapyJako 24 février 2010 14:11

        @John Lloyds qui dit :

        « ... Qu’il y ait eu fraude ou non ... change peu à l’affaire ... »

        A l’affaire elle-même certes, ce que l’on « dit » a peu de chances de changer ce qui « est », tout juste en changer la perception pour un certain temps. Les faits sont têtus et, à long terme, la baudruche ne peut que se dégonfler !

        Mais, en tout cas, la fraude, par son ampleur, par sa durée, et par le silence des scientifiques, laissera une victime certaine : la « Science », avec un grand ’S’, celle que nous avions tous appris à respecter, et qui va avoir du mal à remonter la pente.

        Après la « décrédibilisisation » des politiques, et des média, la « décrédibilisation » des Scientifiques est, hélas, en route, à moins que les Scientifiques, les vrais, ne se chargent - vite - du nettoyage des écuries d’Augias.

        Sinon ... à quoi pourra-t-on encore croire ?


      • John Lloyds John Lloyds 24 février 2010 14:32

        Mais je suis bien d’accord, toutefois en ce qui concerne le climat, la fraude concernant les températures, même si elle reste aussi scandaleuse que les propagandes de l’OMS sur la grippe A, reste secondaire par rapport à l’enjeu : quelle est l’origine du réchauffement ?


      • Atlantis Atlantis 24 février 2010 23:00

        @papyjako : les vrais scientifiques, ceux qui ont encore une conscience, ont depuis longtemps quitté les cercles de la science (intituts, facultés, labos, organismes ceci ou cela). Certains font du conseil (et sont reconnus pour la valeur ajoutée de leur travail, se démarquent bien du lot) sur de la base scientifique, d’autres ont zappé à complètement autre chose.
        Ils ne viendront jamais faire le « ménage des écuries d’augias » car ils savent que le système qu’on va leur demander de mettre en place sera pourri à terme comme l’est le système actuel. Pourri par le fric, par les fonds qu’on coupe si on ne plait pas politiquement, par le zigzag politico-commercial que doivent maintenant justifier avec des chiffres les « scientifiques » en place.
        ça revient un peu à poser l’éternelle question « la science/technique est-elle neutre ? ». A partir du moment où il y a un homme pour la faire, et que c’est homme a besoin de fric pour vivre et pour faire son travail, la réponse est évidente : c’est une marionnette et de neutralité il ne peut y avoir.


      • Atlantis Atlantis 24 février 2010 23:55

        Ceci dit la question finale de papyjako est le parfait révélateur de la situation actuelle. Croire ...

        ça n’est pas forcément accessible d’emblée à tout le monde, faut un minimum d’ouverture d’esprit, mais la réponse c’est : votre Conscience mon cher.


      • robin 24 février 2010 13:54

        On croirait un dialogue entre les pro et les anti-version officielle sur les circonstances des attentats du 11 septembre : un jeu de chats et de souris pervers pour cacher la plus grande perversion encore des intervenants.


        • joletaxi 24 février 2010 14:12

          @l ’auteur


          Avez-vous pu participer à l’échange très instructif entre un ingénieur de météo France,et les abonnés de Skyfall,sur les corrections des t° pour l’aérodrome de Pau ?
          A propos, qu’est-il advenu de skyfall ?

          • PapyJako PapyJako 24 février 2010 14:47

            @joletaxi

            Non, je n’ai, pas pu participer ... on ne peut pas être partout !...

            Ce serait bien qu’un « ingénieur de météo France » vienne nous dire si, en France aussi, on manipule les données de température en douce, et pourquoi !...

            Personne ne sait exactement ce qui est arrivé à skyfal. Une synthèse des dernières nouvelles, avec pleins de liens, existe sur le blog de Francis Richard.


          • chria chria 24 février 2010 16:08

            @joletaxi : skyfal est mort, certains anciens tentent en ce moment de refaire un autre site.


          • rastapopulo rastapopulo 24 février 2010 19:29

            bah l’urbanisation ne peut déjà que se traduire par des hausses des stations météo anciennement loin des villes mais de moins en moins.

            Genre l’observatoire de Uccle (Bruxelles sud !) en banlieue de plus en plus urbanisé (gros hôpital, trafique, magasins,...).

            Mais ça n’a pas empêché la moyenne de l’hiver d’être à 3° de moins que les moyennes des 70 à 2000 (et les canicules d’après 2000 ?) !

            http://www.meteobelgique.be/article/79-annee-2010/1435-releves-janvier-2010.html

            Enfin pour bien montrer qu’un Gieco-septique voit très large citons :

            -Un reportage qui pensait que le déplacement du pôle magnétique en s’accélèrent induira des extrêmes de chaud et de froid :
            (si il existe des liens, j’ai du mal à en trouver sauf sur le retournement complet des pôles hors ce n’est pas exactement ça http://forum.aceboard.net/21844-2369-18529-0-retournement-poles-magnetiques-terrestres-cours.htm#id170010 )

            -il y aurait une autre explication plausible pour un coup de froid tout les 23 ans comme expliquer ici :

            http://www.meteobelgique.be/communaute/1439-flash-du-10-fevrier-2010-vagues-de-froid-et-le-rechauffement-climatique-.html

            Avec un jugement sans appel, cela aurait dû être encore plus froid !!!

            Donc avant de se réjouir d’un débat public à demi-ouvert, il faudra rester sur ses gardes.

            Ce sera surtout un refroidissement encore plus fort l’hiver prochain qui serait crucial pour une prise de conscience de la vérité climatique. 


          • PapyJako PapyJako 24 février 2010 23:50

            @alchimie

            Les données brutes ne montrent effectivement aucun quasiment aucun réchauffement.. Voir mon article du 28 novembre.

            Ceci dit, il peut y avoir des cas où des ajustements sont nécessaires pour rendre compte de la réalité. Ainsi, il paraît normal que les données de la station Wellington - qui est providentielle pour NIWA, puisque la seule à être présentée en défense - soient adaptées pour rendre compte de son déplacement ;

            1) Encore aurait-il fallu que la façon dont ont été opérées les modifications sur les données de la station de Wellington aient été débattues entre scientifiques, au grand jour, au lieu d’être opérées à l’abri d’un secret propice à toutes les manipulations.

            2) Encore aurait-il fallu que soient justifiées - ce qui aurait supposé la « traçabilité » - l’ensemble des autres modifications, qui autrement apparaissent arbitraires.

            3) Et la preuve - maintenant apportée par l’incroyable défausse du Ministre qui est relatée ici - que les modifications n’ont laissé aucune trace, ne peut qu’alimenter les doutes de manipulation frauduleuse.

            Normalement, cela devrait se terminer devant des tribunaux.

            Mais la justice est lente, ce qui est le prix à payer pour qu’elle ne soit pas expéditive (F. Mitterand  ?). Il nous faudra donc être patient.

            En attendant, à chacun de se faire son opinion. La mienne est faite.


          • chria chria 25 février 2010 10:39

            L’appel à la transparence se justifie peut-être aujourd’hui. Remarquez, le travail peut-être refait, et tout le monde sera content. Mais je doute que cela change grand chose aux résultats.


          • chria chria 24 février 2010 16:22

            Il existe plein de séries brutes qui montent ou qui descendent, il faut bien entendu les homogénéiser, parce que les séries météorologiques contiennent plein de cassures liées aux changement de postes, changement de capteurs, etc.
            Cela n’est pas fait en douce c’est un procédé connu mais vous ne trouverez nul part la description précise de la méthode. De toute façon cela reste un travail très ardu et il faut une sacré dose de mauvaise foi pour penser que les scientifiques qui font ce boulot sont tous des méchants réchauffistes qui trafiquent les données et complotent.
            De plus il existe beaucoup de séries brutes qui n’ont pas besoin d’être homogénéisées et qui montrent le réchauffement. Et puis pas besoin de série pour savoir qu’il y a eu un réchauffement assez fort dans les années 80, il existe plein d’indicateurs qui le corroborent.
            Mais bon cela n’empêche pas de désirer la transparence. Mais je pense que c’est une fausse piste que de croire qu’on a là un scoop anti-réchauffement.
            La discussion sur skyfal avait tout de même de voir à la fois les limites de cette technique, mais aussi sa validité, disons son caractère indispensable pour suivre l’évolution des températures à long terme.


            • PapyJako PapyJako 24 février 2010 23:52

              @chria
              Voir ma réponse ci-dessus à « alchimie ».


            • chria chria 24 février 2010 16:45

              Paraît que tout est là dedans :
              Fouhy, E., Coutts, L., McGann, R., Collen, B., Salinger, M.J., 1992 : South Pacific Historical Climate Network Climate Station Histories. Part 2, New Zealand and Offshore Islands. NZ Meteorological Service, Wellington. ISBN 0-477-01583-2.


              • PapyJako PapyJako 24 février 2010 23:53

                @chria

                « Parait » ?


              • chria chria 25 février 2010 10:34

                Ben oui paraît voir mon message dessous.


              • jean-michel Bélouve jean-michel Bélouve 24 février 2010 16:58

                Merci pour ce document remarquable. Russie, Australe, Nouvelle Zélande, chaque semaine apporte de nouveux témoignages de falsifications scientifiques. Et nos dirigeant politiques européens et français, impavides, poursuivent leurs politiques ruineuses et liberticides de mesures climatiques.
                Quousque tandem abutere, Sarkozia et Barrosus, patientia nostra ?


                • chria chria 24 février 2010 17:02

                  Des preuves sur les falsifications ?


                • chria chria 24 février 2010 17:00

                  Par contre on peut se gratter pour le trouver : impossible, à moins d’appeler le NZ Meteorological Service.
                  Par contre on trouve un article de Salinger qui parle des stations NZ. Si y’a des motivés...
                  http://hot-topic.co.nz/wp-content/uploads/2008/05/salatmosres1995.pdf
                  En clair, il n’y a pas sur le site les infos sur l’historique des stations.
                  Il est par contre facile de se procurer l’article sur les techniques d’homog développées par Rhoades et Salinger. 


                  • chria chria 24 février 2010 17:03

                    Désolé pour les messages multiples. Les données brutes sont faciles à avoir
                    http://cliflo.niwa.co.nz/


                    • joletaxi 24 février 2010 17:11

                      @Chria 

                      on ne va pas refaire ici le débat tenu sur skyfall sur ce sujet.A vrai dire, je suis resté trés perplexe, pour le moins, de la façon dont ce débat s’est terminé.
                      par contre, vous savez bien qu’il existe des séries de relevés(tout au plus une cinquantaine,) suffisamment longues, homogènes, et continues qui ne montrent pas les mêmes tendances que celles publiées pour les mêmes régions.
                      Vous savez aussi que suite à l’aboutissement des plaintes aux USA,les données ont été divulguées,et le GISS a du corriger ses graphes.Les années les plus chaudes des t° instrumentales du coup se trouvent être les années 30.
                      Réchauffement il y a, et les dernières publications de Spencer ne laissent aucun doute,(cela m’intrigue tout de même au plus au point, sachant que les t° océanes stagnent ,voire baissent, et l’hémisphère Nord a connu une vague de froid)Mais on ne saurait mettre en doute les calculs de Spencer.
                      Le tout est de pouvoir dire si cette montée des t° est exceptionnelles, unique et si la tendance est univoque.
                      Sur ce point, je reste toujours aussi sceptique sur les prévisions, et sur la fiabilité des modèles.

                      • chria chria 24 février 2010 18:09

                        On est bien d’accord sur la conclusion


                      • joletaxi 24 février 2010 21:54

                        @Alchimie

                        Les t° GISS en question concernent uniquement les USA.
                        Dans la cacophonie actuelle sur les t°,on peut peut-être faire confiance aux mesures satellites,et de façon à peu près certaine aux t° des océans.
                        Or depuis quelques années il y a une divergence nette entre t° thermomètre, et satellites.Ces dernières montraient un plateau, ou même une baisse.Or ,paradoxalement, le mois de décembre montre une nette anomalie positive, ce qui justifiait mon commentaire.
                        je fais une grande confiance à Spencer(il faut bien croire à quelque chose)

                      • Lucsaint Lucsaint 24 février 2010 18:03

                        Excellent article d’information merci PapyJako.
                        En 2004 Bjorn Lomborg (statisticien danois) avait été le premier - à ma connaissance - à remettre en cause les méthodes de relevé des températures.avec tableaux et chiffres à l’appui Nombre et emplacement des capteurs, et aussi correction humaine des données. Les gens sont en train de découvrir que les données sont tout simplement manipulées, et qu’on reste loin de toute rigueur scientifique dans cette affaire.
                        le livre : Bjorn Lomborg, l’Ecologiste sceptique, Cherche Midi Editeur (traduit en France en 2004 ou 2005).


                        • PapyJako PapyJako 24 février 2010 20:39

                          @Lucsaint

                          Tout à fait d’accord dur Björn Lomborg. Son ouvrage « The skeptical environmentalist », a effectivement été traduit en Français, avec une préface de Claude Allègre, en 2004, par Anne Terre.

                          Hélas, la version Française a disparu depuis plusieurs années. Je l’ai achetée trois fois ... les deux premiers achats ayant été prêtés à des amis qui ne me l’ont pas rendu smiley
                           
                          Il semblerait, d’après un échange de mail que j’ai eu avec Lomborg il y a deux ans, que les éditeurs Français majeurs ne veulent (voulaient ?) plus le publier !...

                          Dommage, il ne vous reste plus qu’à apprendre l’Anglais. Rien que pour Lomborg cela vaut la peine !


                           


                        • chria chria 25 février 2010 10:43

                          Vous trouverez facilement ce bouquin en français sur les réseaux qu’hadopi essaye de tuer...
                          Et puis je ne comprend pas trop il semble être dispo en français sur les sites classiques (amazon, alapage, etc.).


                        • PapyJako PapyJako 25 février 2010 11:33

                          @chria
                          sur la disponibilité de « L’écologiste sceptique », vous avez raison. Je viens de vérifier, Amazon en a (plus que deux exemplaires, allez-y vite), probablement alapage aussi ...

                          Il se trouve que j’ai, il y a deux ans, eu beaucoup de mal à me le procurer d’occasion, en montant progressivement le prix offert sur « amazon ». Je l’ai ainsi payé trois fois son prix ... j’aurais d’autant mieux fait d’attendre que j’ai la version Anglaise ...


                        • Le péripate Le péripate 24 février 2010 18:36

                          Au prix que coûte cette « science », nous ferions bien d’en revenir aux augures et aux aruspices : quelques poulets éventrés suffisent à de bonnes prédictions, et non contestables : la lecture a lieu en public.

                           smiley


                          • PapyJako PapyJako 25 février 2010 00:12

                            @Le péripate
                             
                            Juste pour rire (jaune), voir la conclusion de l’un de mes posts (La banquise arctique est devenue sourde  !..) où je rappellais deux histoires, absolument véridiques !

                             1) Du chimpanzé qui, en 1999, avait de meilleures performances sur la prévision boursière que les meilleurs experts.

                             2) De la fillette de 4 ans qui obtenait, en piochant au hasard, de meilleures performances qu’un investisseur expérimenté.

                            Il est souhaitable que « La Science » retrouve sa crédibilité. Qu’elle commence par éliminer elle-même les charlatans.


                          • timiota 24 février 2010 18:50

                            Une simple remarque neutre :
                            Si il y a une station sur 7 qui a monté de 125 m et si les autres n’ont pas bougé, l’influence sur la moyenne est de 1/7e. Donc pour une chute standard de 6 à 8 C par mille mètres, l’influence de 125 m est d’environ 1°C. Un peu plus si on sort d’une ville (mais là il faut voir tous les ajustements)

                            Si rien n’a bougé en brut, c’est que le delta négatif de 1°C/7=0.14°C n’a pas eu lieu. On peut donc dire que « s’il n’y avait que ça », le climat s’est réchauffé de 0.14°C. Donc que l’isotherme est remonté de 20 mètres.

                            La solution au réchauffement est peut être tout simplement d’élever la plupart des terres émergées de 50 ou 100 m ? un peu de management du manteau terrestre, et ce sera à portée de la main (il faut injecter des masses légères sous la croûte, que la terre soit localement gonflée avec une hernie).


                            • PapyJako PapyJako 25 février 2010 00:15

                              @timiota

                              C’est original, mais pas franchement pire que certains projets délirants, par exemple d’installation de parasols géants pour protéger la terre des rayons du soleil ...


                            • PapyJako PapyJako 27 février 2010 08:48

                              @agora-intox

                              Je suis en entier accord avec vous.

                              La fermeture définitive de l’UNEP, du GIEC, de la NASA-GISS, qui ont tant fait pour ce que je crois comprendre être pour vous le « soucoupisme », serait une première mesure d’urgence.


                            • tvargentine.com lerma 24 février 2010 19:45

                              Le masque tombe..avec la chute du libéralisme et des idées qui ne cherchaient qu’à justifier des spéculations et des délocalisations

                              Ce n’est qu’un début ,je pense et soyons certain que les citoyens sauront se détourner des « écologistes » aux régionales

                              http://www.tvargentine.com


                              • Popov 24 février 2010 20:45

                                Bonsoir, tennez du nouveau aussi ici, moi qui suit plutôt antiseptique
                                Mr Courtillot et son faux graphique
                                 http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2010/02/all%C3%A8gre-d%C3%A9buggage-3-le-graphique-faux.html


                                • pecqror pecqror 25 février 2010 15:38

                                  Mr Huet s’inspire pour écrire ses articles du site de Mr Mann (realclimate), Mr Mann est connu comme faussaire pour sa célèbre crosse de hockey qui n’a fait aucune ligne dans le Blog « science » de Mr Huet.

                                  Bonjour la Déontologie. smiley
                                  « Le terme déontologie professionnelle fait référence à l’ensemble de principes et règles éthiques (Code de déontologie) qui gèrent et guident une activité professionnelle. Ces normes, sont celles qui déterminent les devoirs minimums exigibles par les professionnels dans l’accomplissement de leur activité. »

                                • Popov 24 février 2010 20:45

                                  avec un n désolé


                                  • Branck2012 24 février 2010 22:15

                                    Je n’arrive pas à comprendre que l’on puisse remettre en cause une version officielle. Pour moi, c’est tout simplement un exercice outré de la démocratie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès