Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Code : « qui n’en veut »

Code : « qui n’en veut »

Le nucléaire, comme chacun sait, produit des déchets, et malgré les offres mirifiques que l’ANDRA fait aux municipalités pressenties, la quasi-totalité des communes opposent un refus franc et massif.

Il faudra bien tout de même régler un jour ce problème préoccupant, devenu urgent.

Auparavant, on ne se posait pas trop de question : 100 000 tonnes de déchets ont été balancés sans le moindre scrupule dans la mer, dans des containers prévus pour durer 500 ans, mais pour des déchets qui sont actifs durant des milliers d’années.

Ce petit jeu dangereux a cessé en principe en 1982, mais depuis, à part le stockage, il n’y a pas de réelle solution.

Les plus audacieux ont imaginé envoyer ces déchets toxiques dans l’espace, mais l’addition risque d’être salée.

Une fusée Ariane 5 coûte 150 millions d’euros, et elle ne peut embarquer à chaque voyage que 10 tonnes maximum de déchets à mettre en orbite solaire.

Pour 34 lancements par an, la tonne embarquée revenant à 15 millions d’euros, il faudrait compter par an une dépense de plus de 5 milliards d’euros, afin de se débarrasser de seulement 340 tonnes de déchets nucléaires par an.

Sauf que nous savons aujourd’hui selon l’ASADR 67, (association de sauvegarde des déchets du Rohrbach) qu’il y a 1 million de tonnes de déchets nucléaires à éliminer, et que ce chiffre sera doublé d’ici 2020.

Chaque année, en France, nous produisons 1200 tonnes de combustibles irradiés, 6000 m3 de déchets et résidus contaminés, 4 millions de tonnes de résidus de minerais d’uranium, 7000 tonnes d’uranium appauvri.

On constate donc que notre fusée Ariane V ne pourrait en éliminer qu’une minuscule partie, même avec 34 lancers par an, et pour un prix faramineux.

Selon Hervé Kempf, dans un article du monde du 2 octobre 2008, il faudra 1000 milliards de dollars pour traiter l’héritage nucléaire.

Déjà en 2004, Michele Laraia, de l’agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) affirmait qu’il faudrait mille milliards de dollars pour décontaminer tous les sites, et que ce chiffre augmentera avec l’inflation.

Alors les instances nucléaires commencent à mettre la main à la poche :

Le CEA a provisionné 7 milliards d’euros, EDF, 7,8 milliards, et AREVA 10 milliards.
Avec à peine 25 milliards d’euros, on est bien loin du compte.

Depuis peu, l’ANDRA propose à plusieurs villages l’enfouissement, garantissant qu’il ne posera aucun problème.

Mais comment croire qu’il n’y ait pas de risques ?

Selon Rémi Verdet, responsable du réseau Sortir du Nucléaire, « les enfouir est trop dangereux ! qui se souviendra encore dans un siècle qu’ils ont été enterrés là ?

16 associations du réseau SDN Champagne Ardennes demandent un moratoire .

Les experts de l’IRSN estiment que l’entreposage de déchets radioactifs des années 50/60 sont à l’origine de contamination du sous-sol et parfois des nappes phréatiques.

3115 communes de 20 départements avaient jusqu’au 31 octobre 2008 pour faire acte de candidature.

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on ne se bouscule pas au portillon.

Pourtant les promesses de l’ANDRA sont mirifiques : pour le site de Soulaines Dhuys, dans l’Aube, l’ANDRA propose une taxe foncière de 2 millions d’euros par an, et une taxe professionnelle de 1,6 millions d’euros par an.

Mais les candidats se font rares.

Pire, les populations descendent dans la rue pour faire connaître leur hostilité.

400 manifestants à Gondrecourt-le-Château (Meuse), 100 à Rocamadour, d’autres à Cahors, des communes se regroupent pour prendre des délibérations contre le projet, à Avricourt, c’est définitivement « non ».

A Vanault-les-Dames, (357 habitants) en pleine région de Champagne le député maire Charles Amédée de Courson, par 5 voix pour, et 4 contre, vient d’accepter que son village devienne une « poubelle nucléaire », et depuis tout le village est en émoi, Les habitants affirment n’en avoir rien su !

« On voudrait être informés » clame Evelyne, 40 ans, dont 21 passés dans la commune, « pourquoi ne nous a-t-on pas demandé notre avis ? Pourquoi n’en a-t-on jamais parlé ? »

Attendons donc la fin du feuilleton, car comme disait un vieil ami africain :

« On peut tout sonder, sauf le silence d’un homme
 ».

Moyenne des avis sur cet article :  3.75/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • sisyphe sisyphe 26 mars 2009 12:01

    Mais enfin, Cabanel, puisque les pro-nucléaires ne cessent de nous assurer que c’est l’énergie la plus propre, la moins polluante, la moins chère (on attend krolik sur ce fil smiley ), qu’est-ce que vous avez, sans arrêt, à venir jouer les trouble-fête ? 
    Ils sont tous d’accord pour les prendre dans leur jardin, les déchets...
    (le problème, c’est qu’il leur faudra de grands jardins, et que les riverains risquent de ne pas forcément être jouasses)

    Vous ne voulez pas d’un avenir où chacun irradiera de bonheur ? 
     smiley


    • olivier cabanel olivier cabanel 26 mars 2009 15:42

      Sisyphe,

      ne vous inquiétez pas, notre pourfendeur antinucléaire, surnommé krolik (vous ne trouvez pas que ce pseudo a un coté un peu néanderthalien ?) ne tardera pas a signaler sa présence sur ce fil, porté par la mission qui est la sienne, défendre le nucléaire a tout prix,
      (généralement il apparait une fois que tous les débatteurs ont marqué le fil de leur présence,
      pour quelle raison un tel décalage ?
      je m’interroge.)

      n’a t-il pas affirmé que c’est grace a lui que l’epr européen a vu le jour ?
      peut on en être fier ?
      la est la question,
      car lorsque l’on fait la promotion d’un produit de consommation, on songe, en principe, a gérer les déchets qu’il va laisser.


    • Axel Axel 26 mars 2009 23:14

      Mais peut-être que "Saysayphe" et Cabanel ont tous deux la solution miracle ?


    • sisyphe sisyphe 27 mars 2009 01:18

      @ Axel (double ou triple piqué ?)

      Vous avez entendu parler des énergies propres et renouvelables ? 
      Le solaire, l’éolien, la biomasse, l’hydraulique, la marémotrice, la geothermie, ? 

      Allez, un petit lien pour vous informer...

      Ne me remerciez pas ; pleasure is all mine...
       smiley



    • Axel Axel 27 mars 2009 02:41

      Ohhh plaisir partagé cher Sisyphe...
       smiley
      Et le cout pour le développement de telles infrastructures capables d’égaler en production l’énergie nucléaire (ou fossile) ? Il me semble que énergie renouvelable n’est pas forcément synonyme d’énergie propre (notamment les panneaux solaires, qui demandent dans leur fabrication l’utilisation d’un gaz nocif pour l’environnement).

      Pour sûr que l’énergie renouvelable est l’énergie du futur, cela dit il faut être réaliste, nous serons dépendant des centrales nucléaires pendant encore quelques décennies et je vous prie de croire cher Sisyphe que j’en suis le premier désolé...

      De plus, des recherches sont actuellement menées sur la faisabilité de la fusion contrôlée, une énergie non polluante et quasi-illimité, ouvrant à l’humanité une ère de paix et de prospérité....... :-)


    • Pierrot Pierrot 26 mars 2009 12:11

      Il n’y a aucune urgence à trouver une solution définitive pour les déchets nucléaires.

      Ils représentent, en France, un très faible volume (moins d’une demi-piscine olympique) augment ent de 1700 m3 par an, grace au traitement et recyclage de 96 % des matières contenues.

      Ils sont conditionnés dans une matrice de verre (ressemblant à de l’obsidienne) qui a une durée de plusieurs millions d’années vis à vis du risque de léxiviation.
      Ils sont entreposés sur le site de La Hague et un peu sur le site de Marcoule.

      Les envoyer dans l’espace serait particulièrement stupide et non responsable.
      En effet, il faudrait que le tir des fusées soit sur à plus de 10 millions de tirs (valeur habituellement prise en compte pour un risque).
      Si la fusée explose, les substances nucléaires se disperseront alors que le principe général est le confinement des matières ...

      Quant aux déchets nucléaires à haute activité et à vie longue, il s’agit d’une formule trompeuse.

      En effet, un radioélément qui a une longue période est par définition à très faible activité puisqu’il décroit très lentement et émet peu de radioactivité alpha, bétâ ou gamma.

      Un radioélément à haute activité est par définition à très courte période, par exemple quelques jours ou mois pour la plupart des produits dits de fission.
      Ils émettent beaucoup et disparaissent très vite.

      Les déchets nucléaires dits "à haute activité et à vie longue" décroissent de telle sorte que au bout de 300 ans ils sont moins radioactifs que le milieu où ils ont été issus (mines d’uranium).

      Les recherches concernant la transmutation des radioéléments les plus dangereux (américium 241, 243, curium 242 et 244, neptunium 239 ... sont très encourageants (recherches menées par le CEA dans l’installation Atalante de Marcoule).


      • plancherDesVaches 26 mars 2009 12:37

        Pierrot : "Les déchets nucléaires dits "à haute activité et à vie longue" décroissent de telle sorte que au bout de 300 ans ils sont moins radioactifs que le milieu où ils ont été issus (mines d’uranium)."
        Non, Pierrot.
        Lorsque je travaillais sur Marcoule, nous estimions leur durée de vie entre 10 000 et 100 000 ans, grâce à l’enrichissement obtenu. Mais ces déchets sont faibles en quantité. Ce qui sauve un peu.
        Le pire n’est pas là. Le pire est dans tous les équipements qu’ils contaminent. Et là, les chiffres cités sont loin du compte car ils ne s’appuient que sur l’équipement hors production. (outillage temporaire, combinaisons, pièces de production remplacées, tous les contenants de transport et de transfert en interne, les fluides...
        Le pire se trouve dans les équipements de production qui restent en place lorsqu’on arrête la production.
        Si quelqu’un pouvait d’ailleurs me dire si les réacteurs R1 et R2 ont enfin été détruits (ils sont visibles (batiments bleus ciel) lorsqu’on longe Marcoule le long du canal du Rhone)
        Oui, c’est le démantellement qui est reculé pour mieux "sauter" dans les budgets.


      • Pierrot Pierrot 26 mars 2009 15:25

        à plancher des vaches,

        Des radionucléides ont de très longues périodes, supérieures à plusieurs millions d’années et même milliards d’années pour l’uranium 238 (non fissile) fréquents sur nos trottoirs à Paris et ailleurs.
        L’activité du 237 Np est très longue et sa décroissance est quasi nulle au bout de 300 ans, mais s’il représente moins de 0,001 % de la radioactivité des déchets à haute activité cela importe peu.

        Comme tous ces radionucléides sont mélangés dans les conteneurs de verre, vous admettrez que seule la moyenne compte.


      • Pierrot Pierrot 26 mars 2009 15:30

        à plancher des vaches,

        Le réacteur dit G1 (et non R1) à Marcoule a été complètement démantelé.

        Les réacteurs G2, G3, visibles du bord du Rhône sont partièlement démantelés (c’est à dire que les combustibles et les parties les plus radioactives ont été retirées et décontaminées.

        Reste la structure du bâtiment qui servait de bureaux pour les salariés de l’IRSN avant leur déménagement pour la banlieue d’Avignon.


      • olivier cabanel olivier cabanel 26 mars 2009 15:47

        Pierrot,

        moi qui m’inquietais !
        heureusement vous etes là, et vous nous avez tous rassuré.
        il n’y a donc aucun probleme,
        on se demande d’ailleurs pourquoi l’andra à lancé cette opération de séduction auprés de plus de 3000 communes, avec des offres financières si alléchantes,
        au fond, si je vous lis bien, cette offre représente un gaspillage financier énorme,
        vous devriez entrer en contact avec eux, pour leur signaler cette érreur,
        en ces temps de crise, ce n’est pas très responsable de proposer autant d’argent a des municipalités !
        puisque comme vous le dites, la situation est sous controle, et que tout va bien ;

        a moins que vous ne vous soyez trompé ?
        je n’ose pas l’imaginer.


      • olivier cabanel olivier cabanel 26 mars 2009 16:48

        Plancher des vaches,

        les chiffres utilisés sont en quelque sorte une moyenne de toutes les données auxquelles j’ai eu accès,
        c’est vrai qu’il y avait des chiffres encore plus pessimistes...

        mais deux millions de tonnes à l’horizon 2020, c’est quand même énorme.
        non ?
        il faut arreter le plus vite possible l’énergie nucléaire,
        afin de se donner une ultime chance de laisser une vie possible aux générations futures.


      • plancherDesVaches 26 mars 2009 16:51

        Pierrot, je m’excuse de vous demander pardon.
        J’ai AUSSI participé à la construction du PPP (Putain de Projet Pourri entre ingénieurs) et en réalité, mise en production de cette unité de 8 milliards de francs à l’époque.. Soit production de MOX (uranium-plutonium) juste voisin de R1 et R2.
        Ce que vous dites m’intéresse au plus au point. Donnez moi le poids total de déchets issus de G1. Et surtout, le coût engendré par ce démantellement.
        Sachant que "G1" est dérisoire face à "G2".
        Bien à vous, et surtout aux générations futures qui devront assumer le "reste".
        Putain, je les plains.


      • plancherDesVaches 26 mars 2009 16:56

        Cabanel, je m’excuse de devoir vous le dire, mais là : ça se passe entre lui et moi. Veuillez rester discret. Merci.


      • olivier cabanel olivier cabanel 26 mars 2009 16:58

        plancherdesvaches,

        juste pour vous indiquer qu’il y a sur ce site deux farouches pronucléaires
        à mon avis, vous en avez trouvé un.
        la bonne foi n’est pas toujours présente dans leur commentaire.
        enfin, vous jugerez.


      • plancherDesVaches 26 mars 2009 17:12

        Cabanel. Vous n’avez rien compris.
        Ainsi, c’est en laissant parler ceux qui connaissent que l’on peut vraiment juger de ce qui se passe dans un milieu (quel qu’il soit) et que l’on peut enfin essayer d’avoir la moindre information.
        Pourquoi croyez-vous que tous les gouvernements de droite ont récupérer l’écologie à leur bénéfice... ????
        Il se trouve que j’ai des informations. Et cruciales. Mais IMCOMPLETES.
        Vous me détruisez dans ce que je veux faire, soit, de façon impartiale, dire ce qui se passe réellement.

        Est-ce vraiment cela que vous voulez.. ??????


      • plancherDesVaches 26 mars 2009 17:50

        Bon. Sinon.
        Il ne faut pas arrêter l’énergie nucléaire, mais la rendre plus responsable.
        Responsable... rien que le mot fait peur, non ?
        Et pourtant...
        Pourtant, il existe des gens responsables sur la planéte. Peu nombreux, certes, mais il y en a.

        Ces gens ne sont pas obsédés par l’argent, ou la gloire, cette dernière valeur en perdition qui n’est plus que l’appanage des scientifiques dont le dernier fût Einstein. Pauvre de lui qui regretta tant d’avoir contribué à l’arme atomique.
        Un truc à vouloir rester con ou obsédé du fric.

        Revenons au nucléaire.
        Donnez-moi, Albanel, une source d’énergie qui soit, pour l’instant, aussi puissante que le nucléaire. Sachant que pomper l’énergie du soleil demande un investissement tel que peu d’humains serfs peuvent se l’offrir...


      • olivier cabanel olivier cabanel 26 mars 2009 18:32

        plancherdesvaches,
        je n’interviendrais pas dans votre débat avec Pierrot,
        je respecte votre demande,
        mais comme, à votre tour, vous me questionnez sur les façons de sortir du nucléaire,
        me voila bien obligé de vous répondre...

        le solaire, qu’il soit thermique ou photovoltaique n’est qu’une minuscule partie des solutions pour se passer du nucléaire,

        il faut d’abord gérer l’énergie possible différemment,
        un programme intelligent sur la base d’une meilleure gestion de l’énergie pourrait permettre d’économiser pres de 50 millions de tonnes équivalent pétrole par an
        consommer sur place l’énergie produite,
        isoler mieux industries et habitation,
        éclairer différemment les rues de nos villes,
        changer de politique de transport,
        rendre le recyclage plus performant,
        etc etc...

        ensuite se tourner vers les énergies propres et renouvelables,
        le bois, l’hydraulique, le solaire, l’éolien, la géothermie (exploitation des nappes d’eau chaude), la biomasse...
        il y a potentiellement de quoi se passer du nucléaire.
        il suffit d’une volonté politique.


      • Lord_Mahuf Lord_Mahuf 26 mars 2009 12:15

        D’où viennent les chiffres ?

        Je ne comprend pas bien :

        sur Wikipedia on trouve pour la France les chiffres suivants :

        En France, la quantité des déchets radioactifs « de procédé » - pour la production d’électricité - est la suivante :

        • produits de fission (PF) : quantité nette = 63 tonnes/an (1,0 g/an/habitant) ;
        • actinides mineurs (AMin) : quantité nette = 1,85 tonne/an (0,035 g/an/habitant).

        Un fois conditionnés dans du verre et emballés la masse nette produite est grossièrement cinq fois supérieure, soit :

        • PF = 340 tonnes/an (5,5 g/an/habitant) ;
        • AMin = 9,3 tonnes/an (0,15 g/an/habitant).
        Expliquez nous.

        • olivier cabanel olivier cabanel 26 mars 2009 16:08
          lord mahuf
          wikipédia, comme vous le savez, est une encyclopédie citoyenne,
          et il arrive que des erreurs se glissent,
          wikipédia le signale régulièrement,
          en tout cas, voici ce que l’agence reuter écrit aujourd’hui :

          Les déchets, enjeu clé de l’avenir du nucléaire

           
          Reuters - 26/03/2009 - Une opposition généralisée au stockage géologique des déchets radioactifs les plus dangereux en France entraînerait la fin de l’industrie nucléaire nationale, estime Bertrand Barré, conseiller scientifique auprès d’Areva. Issus du traitement des combustibles usés des centrales nucléaires, les déchets radioactifs de haute activité sont actuellement entreposés à l’usine Areva de La Hague (Manche) mais une loi de juin 2006 a ouvert la voie à leur stockage en formation géologique dans une zone de 200 km² située au nord du laboratoire de Bure (Meuse) à l’horizon 2025.

          Le projet rencontre cependant la résistance de nombreuses associations locales, tandis que le réseau Sortir du Nucléaire et Greenpeace s’y opposent en estimant que le principe de précaution est remis en cause et ou en évoquant une "bombe radioactive à retardement". "Une opposition (...) dans toute la France serait de nature, à terme, à tuer le nucléaire. Mais il y a de bonnes raisons de penser que cela ne se produira pas parce que, petit à petit, cela se fait ailleurs", a déclaré Bertrand Barré à Reuters lors d’une interview.

          Il a ainsi cité les exemples d’un centre de stockage de déchets radioactifs militaires et issus de la recherche aux Etats-Unis, implanté dans le sud-est du Nouveau-Mexique et opérationnel depuis 1999, ainsi que des travaux en cours en Finlande. "En fonction des connaissances qu’on a aujourd’hui, le stockage géologique est la meilleure solution", a ajouté Bertrand Barré. "Dans la population française, on ne peut pas dire que les déchets nucléaires soient une hantise", a-t-il également estimé.

          Areva, spécialiste de la fabrication de combustible nucléaire, indique sur son site internet que la production de déchets radioactifs pour chaque Français s’élève en moyenne à un kilo par an, dont cinq grammes de déchets de haute activité, c’est-à-dire dont la durée d’activité pourrait atteindre, selon Bertrand Barré, "100.000 à 200.000 ans".

          BURE... OU AILLEURS

          "Le problème de la gestion des déchets n’est en rien un problème de quantité de matière, c’est un problème de temps de confinement. Aujourd’hui, pour la première fois, on veut garantir que quelque chose ne bougera pas sur des périodes très longues", a souligné Bertrand Barré. Les recherches se poursuivent actuellement à Bure dans la perspective d’une demande d’autorisation de création d’une zone de stockage en 2015 et une mise en service en 2025.

          "Si les gens de Bure disent ’pas chez nous’, ce serait bien le diable si on ne trouvait pas quand même - sur tout le bassin géologique parisien -, un autre endroit où les gens disent ’okay, mais vous nous donnez un dédommagement’. Ils vont demander des emplois", a estimé Bertrand Barré. "Dans ces endroits-là, ce qui les désole, c’est de voir les enfants partir et ne pas rester au pays. Trouvez des emplois au pays, fixez des gens au pays et vous pourrez bien mettre ce que vous voulez sous terre."

          Un stockage à proximité du laboratoire de Bure se ferait ainsi dans une couche d’argile et empêcherait, selon Bertrand Barré, que des éléments "reviennent à la surface terrestre avant que leur radioactivité ait tellement diminué que cela n’aurait plus d’importance". Les centres de stockage de déchets sont exploités par l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs). Les déchets de très faible activité, principalement issus du démantèlement des installations nucléaires et affichant une radioactivité de l’ordre de quelques becquerels par gramme, sont stockés en surface dans un centre à Morvilliers (Aube).

          Ceux de faible et moyenne activité à vie courte ont été stockés dans le département de la Manche puis, à partir de 1992, dans le centre de Soulaines (Aube). Concernant les déchets "de faible activité à vie longue" l’Andra a démarré en juin 2008 la recherche d’un site de stockage pour lequel le gouvernement, après consultations au niveau local, doit arrêter son choix fin 2010, l’ouverture étant prévue pour 2019. Réagissant à ce projet, 16 associations des régions Lorraine et Champagne-Ardenne ont demandé mercredi un moratoire sur l’enfouissement des déchets nucléaires.


        • sisyphe sisyphe 26 mars 2009 13:25

          Ca y est, Cabanel : on voit rappliquer à vitesse grand V les lobbyistes pro-nucléaires...
          Dès qu’on donne un coup de pied dans la termitière, ça s’affole dans tous les sens, et ça déboule, avec des monceaux de chiffres, de stats, d’arguments pseudo-scientifico-statistico-mathematico-embrouilleurs, qui vont vous prouver, par a + b que le nucléaire, finalement, c’est bon pour la santé...

          C’est qu’Areva a les moyens de financer son lobby....
           smiley


          • olivier cabanel olivier cabanel 26 mars 2009 15:53

            Sisyphe,

            bien sur on les attendais,
            et ils ne nous déçoivent pas,
            c’est interessant de voir les arguments déployés,
            les quantités ne sont pas celles indiquées,
            les produits ne sont pas si dangereux,
            bientot, ils vont nous affirmer qu’on devrait s’en servir pour empierrer des zones industrielles, des parkings, des stades...
            ce qui ne servirait a rien, puisque c’est déjà fait.
            à se demander pourquoi cela provoque un si gros scandale.

            bienvenu dans leur société avec des ogm qui "vont sauver l’Afrique de la famine"*
            bienvenu dans leur société qui grace aux pesticides nous permettrons de manger des fruits et des légumes que les insectes n’auront pas attaqués,
            (pas si fous)
            ils nous laissent le soin d’en subir les conséquences,

            pauvre France.


          • foufouille foufouille 26 mars 2009 15:10

            en realite on peut les envoyer dans l’espace
            il suffirait de construire un canon electromagnetique
            mais ca demanderait de trop grand effort pour les lobby spatial et nuke
            quel malheur ! moins de pognon a gratte ! moins de clients pour les labos pharma !


            • olivier cabanel olivier cabanel 26 mars 2009 16:02

              Foufouille,

              je n’ai pas entendu parler de cette possibilité,
              merci de développer, stp
              cordialement,


            • foufouille foufouille 26 mars 2009 16:55

              @ olivier
              en fait, il s’agit d’un projet "sf"
              comme pour un accelerateur de particules, on utilise des champs electromagnetiques tres puissants
              un attire et l’autre repousse la "balle", les militaires appelle ca un canon gauss
              en pratique pour atteindre la vitesse de liberation, il faut plusieurs km et une montagne pour faire un angle de depart
              ca cosomme bien sur pas mal d’energie mais c’est possible d’envoyer des des oontainers non sensibles aux rayonements electromagnetiques
              ce qui exclu les etres vivants et l’electronique, sauf si le vehicule comprend un contre champ. mais la ca devient tres complique puisqu’il faut trouver un point zero
              ce truc est derive de la magnehydrodynamique


            • olivier cabanel olivier cabanel 26 mars 2009 18:36

              Foufouille,
              cela a -t-il un rapport avec HAARP ?
              il y a des installations aux usa, en russie, qui produisent des champs électro magnétiques pour détruires d’éventuels missiles, ou meme modifier le temps.
              j’avais d’ailleurs écrit un article la dessus l’an dernier.


            • foufouille foufouille 26 mars 2009 18:50

              @ olivier
              non rien a voir
              il s’agit de champ diriger pour haarp
              la c’est de la mhd (voire jean pierre petit et les ovnis)
              c’est comme les aimants, le pole negatif pousse le positif, sauf que que c’est electrique


            • Pierrot Pierrot 26 mars 2009 15:37

              à Laure Maluf,

              Ces valeurs sont exacts.
              Je préfère leur traduction en volume ce qui est plus significatif que les tonnages.

              A ces valeurs il convient d’ajouter les déchets à "haute activité et à vie longue" des autres origines :


              - les déchets provenant des gaines de combustibles de zirconium/niobium


              - certains déchets technologiques "non suceptibles de stockage de surface" car à radioactivité trop élevée ou contenant des radioéléments à période supérieure à 30 ans.

              Pour en savoir plus, à mon avis, le site le plus clair dans ce domaine est celui de la sfen.


              • olivier cabanel olivier cabanel 26 mars 2009 16:00

                PIerrot,

                ne le prenez pas mal,
                je préfère utiliser des sites non partisans,
                lorsque l’exploitant fait lui même sa propre expertise, il arrive que l’on se pose des questions.
                en allant sur un moteur de recherche, n’importe lequel,
                perso, j’ai privilégié google,
                on trouve des informations bien différentes de celles que vous proposez.
                et a mon avis moins sujette a caution,
                comme on dit, dans ces cas là.


              • Trick Trick 26 mars 2009 15:50

                Il ne reste plus qu’à relancer la surgénération...(sic)


                • olivier cabanel olivier cabanel 26 mars 2009 15:56

                  Trick,

                  vous avez certainement du entendre parler du fameux "super" phénix,
                  celui qui était censé se nourrir des déchets nucléaires (pour faire court)
                  c’était a Malville,
                  çà a couté une fortune,
                  çà a fonctionné quelques semaines sur plusieurs années,
                  et depuis près de dix ans, on s’emploie a le démanteler,
                  les francais payent l’addition,

                  à mon avis, ils préfereraient mettre leur argent ailleurs.


                • foufouille foufouille 26 mars 2009 16:59

                  en theorie, superphenix pourrait marcher ............. sauf que la rente est moins grande
                  plus de dechet a enfouir, ni d’uranium a importer
                  la theorie basique est la meme. les trucs radioactifs chauffe l’eau et font tourner une turbine
                  ils ont dut faire expres de le faire foirer


                • olivier cabanel olivier cabanel 26 mars 2009 17:25

                  Foufouille,

                  sauf qu’entre la théorie et la pratique, il y a parfois un monde,
                  pour superphénix, le modèle s’appelait phénix, et il était beaucoup plus petit,
                  la "gigantisation" du super phénix a montré ses limites,
                  on a eu droit a toute la panoplie des erreurs :
                  fuite de sodium,
                  pannes électriques,
                  mauvais diagnostics des ingénieurs lors de la fuite,
                  accidents à répétition sur le chantier qui auraient du normalement provoquer de repartir à zéro ou presque,
                  mauvais choix des matériaux,
                  bref toute la panoplie pour générer un gaspillage monstrueux,
                  et la fin d’un rêve pour les nucléocrates trops optimistes.


                • foufouille foufouille 26 mars 2009 18:53

                  @ olivier
                  c’est volontaire. comme pour les fuites ou les vaccins contamines par accidents
                  c’est la meme technique, legerement differente, donc ca devrait marcher
                  mais c’est sur que c’est moins rentable pour eux


                • olivier cabanel olivier cabanel 27 mars 2009 08:15

                  Foufouille,

                  je n’irais pas jusqu’à prétendre qu’ils ont fait express de tout faire foirer,
                  quel serait l’interet final ?
                  ils ont reconnu que la qualité du métal de la cuve posait problème,
                  il aurait fallu tout arreter, et refaire une nouvelle cuve...
                  déjà que les dépassements de budget ont été considérables, un peu comme pour l’epr actuellement, et qu’aujourd’hui on continue de payer chaque jour, vu que le démantelement commencé il y a déja pas mal d’années n’est toujours pas fini...


                • foufouille foufouille 27 mars 2009 10:14

                  olivier,
                  l’interet est economique. au cas ou ca marche le court de l’uranium chuterait et la demande aussi
                  et plus dechets a enfouir
                  moins de transport aussi
                  donc le gateau de pognon devient plus petit

                  un peu comme les protypes de voiture qui consomme un litre au 1000km et qui reste des proto


                • Lord_Mahuf Lord_Mahuf 28 mars 2009 01:47

                  foufouille, parfois vous me faites peur...


                • olivier cabanel olivier cabanel 28 mars 2009 06:56

                  Foufouille,

                  désolé, mais çà ne me convainc pas,
                  je crois plutot que s’ils avaient pu réussir superphénix, ils auraient été ravis,
                  ils prenaient l’argument massue que c’était une manière de gerer une partie du problème posé par les déchets du nucléaire,
                  en faisant l’impasse sur les déchets encore plus dangereux qui auraient été générés,
                  donc, désolé, mais je ne crois pas à ta théorie,


                • circell 31 mars 2009 22:05

                  je crois qu’il manque un paramètre nocif indirect. lors du processus de refroidissement la centrale rejette une eau dont la température est supérieure à celle prélevée en amont. si on se penche sur les paramètres physico-chimiques des cours d’eau, on peut noter qu’à augmentation de température conséquente (par ex ajoutée à celles estivales), l’amonium des effluents présent dans le cours d’eau peut se transformer en amoniaque, mortel notamment pour la faune piscicole... smiley


                  • olivier cabanel olivier cabanel 1er avril 2009 08:11

                    Circel

                    merci d’avoir rajouté cette information,
                    on oublie souvent en effet de mentionner cette élévation de la température de l’eau des fleuves, suite aux rejets d’eau chaude, et évidemment, cela pose de gros problèmes pour la faune et la flore,
                    les fleuves n’en demandaient pas temps,
                    déjà touchés par les pesticides, les rejets d’eau usée, et d’autres cochonneries chimiques,
                    encore merci.


                  • Gui 3 avril 2009 10:50

                    @Axel

                    La théorie économie, technique et politique ... C’est trés beau

                    Vous habitez a combien de kms d’une installation ? avec les vents dominants ...

                    Moi c’est 15kms de Flammanville, 25 de la Hague et environs 15 kms de l’arsenal militaire de Charbourg
                    et bien donc à 15kms de l’EPR sous les vents dominants ...

                    Ma vison "humaine" et genre "pourquoi pas moi" de la vie. En tant qu’égoïste, je rêve de voir grandir mes deux jeunes enfants dans une petite maison en bois peu gourmande en énérgie avec des petits légumes du jardins et non pas le stress permanant de savoir d’une part si les communiqués "officiels" - si rassurant- ne sont pas les prémice d’une catastrophe sanitaire annoncée et si le Cotentin ne finira pas en no man’s land pour les prochains millénaires ...

                    Vous avez une vision pour MES soixantes prochaines années ?
                    Vous habitez Où ?
                    Vous feriez quoi à ma place ?

                    Ps : j’oubliais la ligne de 400 000volts qui va déchirer mon beau pays !

                    AYEZ CONNFIANCE, C’EST POUR VOTRE BIEN QUE L’ON SE FAIT TANT D’ARGENT !

                    INTOLERABLE !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès