Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Comment convertir les émissions de CO2 en biocarburant

Comment convertir les émissions de CO2 en biocarburant

Philippe a attiré mon attention sur GreenFuel Technologies Corporation, une compagnie américaine qui est en train de développer un concept assez révolutionnaire, je trouve.

Il s’agit tout simplement de récupérer les émissions de CO2 des grosses industries, de les faire passer dans un bioréacteur à algues, qui va faire croître des algues soigneusement sélectionnées par photosynthèse associée au CO2 barbotant dans l’eau.

Ce bioréacteur va convertir le CO2 en biomasse, libérant simplement de l’azote et de l’oygène dans l’atmosphère. Ensuite, il suffira de séparer les algues de l’eau pour la recycler dans le réacteur.

La biomasse d’algues ainsi produite pourra être distillée en éthanol, méthanol, biodiesel. Les reste sera valorisé en protéines végétales. Le process est détaillé étape par étape ici.

Ainsi, on réussi d’un coup à éliminer les émissions de CO2 dans l’atmosphère, à produire des biocarburants et à générer des sous-produits valorisables ! Et tout cela grâce à une solution biologique. Normal : on est sur une planète vivante !

Pour en savoir plus :
1. GreenFuel Technologies Corporation
2. Emissions-to-Biofuels ? technology (GreenFuel Technologies Corporation)
3. Interactive Flow Diagram (GreenFuel Technologies Corporation)

Crédit image : GreenFuel Technologies Corporation


Moyenne des avis sur cet article :  4.61/5   (123 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • Stephane Klein (---.---.19.227) 18 décembre 2006 14:38

    Et combien de carburant fossile faut-il bruler pour generer ce barbotage et tout le processus qui s’y rattache ?


    • t-h (---.---.4.219) 18 décembre 2006 15:04

      Je n’ai pas compris ce commentaire ? Il faut du carburant pour faire pousser des algues ?


    • (---.---.70.180) 18 décembre 2006 15:10

      @T-h

      laisse tomber , le monsieur doit certainement être contre la cogénération smiley


    • (---.---.72.19) 28 décembre 2006 13:56

      Non pas du tout, Stephane Klein a bien raison : ce système ne pourra jamais fonctionner en circuit fermé, et il faudra donc toujours une source de carburant initiale... Tout ceci n’est, littéralement, qu’une usine à gaz !


    • eugène wermelinger eugène wermelinger 18 décembre 2006 15:33

      L’idée est intéressante. Mais il faut effectivement faire un bilan énergétique global. A première vue il me semble que le CO2 dégagé par l’industrie humaine et transformé en bio-éthanol ou bio-carburant et autres sous-produits, soit à nouveau brûlé dans des moteurs rendant alors le CO2 originel. Donc, un cycle dont j’aimerais connaître le bilan. Mesdames Messieurs les scientifiques, merci pour vos explications.


      • parkway (---.---.18.161) 19 décembre 2006 12:33

        à wermelinger,

        Déjà, dans le 1er lien, l’entreprise parle de REDUIRE le co2 et non de l’éliminer complètement ;

        Je n’ai pas été plus loin dans la lecture anglaise...

        c’est peut-être intéressant.


      • Fabio (---.---.72.19) 19 décembre 2006 13:13

        Eugène a parfaitement raison : cette capture de CO2 est totalement inutile vu que le CO2 capturé sera relâché plus tard par les automobiles qui consommeront ledit biocarburant !!

        Il n’y a donc au final absolument AUCUNE réduction des émissions de CO2 du moment que l’origine du CO2 est fossile.

        Je l’ai déjà dit dans un commentaire à un autre article qui traitait du même sujet : pourquoi s’evertuer à faire compliqué alors qu’il y a tant de voies plus simples !!??

        Les lobby pétroliers finançent des projets pour soit disant réduire les émissions de CO2 pour se donner bonne conscience, mais ce ne sont que des écrans de fumée (subtil ou pathétique jeu de mots... ?), car la seule et unique solution pour réduire les émissions de CO2 dans l’atmosphère, c’est de réduire l’utilisation de carburants fossiles ! Il n’y a absolument aucune autre solution, même pas un tout petit peu, rien, que dalle, nada ! Et pas besoin d’être chimiste ou physicien pour le comprendre, il suffit juste d’ouvrir les yeux.


      • (---.---.149.245) 19 décembre 2006 13:30

        D’accord, mais tout de même on aura plusieurs fois obtenu de l’énergie mécanique avec la même source. Donc solution intermédaire heureuse, avant de passer aux choses sérieuses telles qu’énergies libres et inépuisables sans polution.


      • parkway (---.---.18.161) 19 décembre 2006 13:45

        Fabio, « ouvrir les yeux » pour les professionnels de la pollution, ça coûte cher, trop cher.Vaut mieux être aveugle !


      • ubu (---.---.178.38) 4 janvier 2007 00:30

        en plus d’un bilan énergétique il faudrait voir si l’azote produit ne compense pas le bénéfice obtenu sur le co2, car je crois savoir que l’azote aussi est un gaz à effet de serre.


      • rjolly (---.---.227.38) 18 décembre 2006 15:55

        Quel est le rendement par hectare comparé à un champ de colza / betteraves ? et comparé à des arbres (bien que ces derniers peuvent difficilement être utilisés comme carburant, plutôt comme solution de chauffage).


        • Forest Ent Forest Ent 18 décembre 2006 21:58

          Il y a déjà un truc comme ça que l’on trouve parfois encore à l’état naturel, mais qui a heureusement été breveté par un fonds d’investissement il y a quelque temps. On appelle ça un « arbre ». Mais il n’y en a plus beaucoup : on enlève actuellement les derniers, beaucoup plus vite que l’on ne saurait les faire repousser.


          • gem gem 19 décembre 2006 13:41

            forest, je ne sais pas où tu vis, mais certainement pas en France, en tout cas. Parce que chez nous des arbres on en plantent de plus en plus. Ca bouffe moins d’espace agricole que les pavilions, les route, les salles des fêtes et autres parking de supermarché, certes, mais quand même pas mal...

            Mais c’est vrai qu’on peut faire plus simple que ce procédé pseudo-écolo.


          • Forest Ent Forest Ent 19 décembre 2006 18:31

            La surface mondiale de forêts se casse la gueule à grande vitesse. Ce n’est pas le fait d’ajouter quelques bacs à algues qui va compenser cela. On ferait mieux de commencer par préserver ce qui reste.

            C’est vrai que l’on a pas mal de forêts en France, mais elles ne sont pas exploitées, et dans le même temps on arrive à importer du bois d’autres pays, y compris des espèces classées. J’attends de voir un reportage sur Direct8 à propos des « plantations » en Afrique. smiley


          • Calvino Pranef 18 décembre 2006 22:16

            Quoi qu’il en soit, le principe est le bon et la recherche ne va pas dans le sens unique « comment gagner plus d’argent », même si je reste persuadé qu’un processus tel que celui-ci s’avérant efficace et utile fera gagner de l’argent d’une façon ou d’une autre.

            Maintenant, je ne comprends pas pouquoi les critiques sont si dures, à croire que vous ne voulez pas que la consommation énergétique évolue dans le bon sens ...

            De plus, je ne comprends pas la comparaison avec le colza ???

            Calvino


            • rjolly (---.---.227.38) 19 décembre 2006 12:43

              La comparaison avec le colza, c’est qu’on peut en faire du biocarburant.


            • Norbs (---.---.6.75) 18 décembre 2006 22:34

              Effectivement intéressant.

              Voir également la société Canadienne CO2 Solution qui étudie un système similaire à base d’enzymes qui convertit le C02 en bicarbonate au travers d’un bioreacteur. Déjà plusieurs prototypes en fonctionnement.

              http://www.co2solution.com/

              A suivre...

              Norbs


              • TitSeb (---.---.40.227) 19 décembre 2006 12:37

                Je ne comprend pas les commentaires agressifs au regard de ce que ce type de techno peut apporter...

                Il est vrai qu’elle est peut etre encore immature, mais c’est pas un raison pour la décourager...

                Thomas Edison n’a pas inventé l’ampoule à économie d’énergie telle que nous la connaissons aujourd’hui que je sache... et pourtant on se sert toujours d’ampoules pour s’éclairer !!!! Imaginez que quelqu’un l’ait découragé de la sorte... smiley

                Pour en revenir au sujet, j’avais déjà eu vent de cette technologie et il semble que le rendrement ne soit pas tres grand (je crois me souvenir de l’ordre de 60% à 70% car il faut entretenir les algues)... Mais qu’importe, ce type de « bio-filtre » permet de diminuer de facon drastique les émissions de CO2 voire même de puirifier l’air pour peu qu’un « usine de recyclage de l’air » existe... Cela nous permettrait de rééquilibrer la balance de l’effet de serre, c’est à dire de réparer un peu les dégats qu’on a déjà fait à la nature avec nos émissions passées en recréeant de l’énergie...

                Il faut juste perfectionner un peu le système pour auguementer le rendement !

                M’est avis que si on sort un techno du genre, on règle le problème de Kyoto en 2 coups de cuillères à pot


                • rjolly (---.---.227.38) 19 décembre 2006 12:42

                  Le problème c’est combien de piscines à algues il va falloir construire, avec combien de béton, et nous reste-t-il encore assez d’énergie fossile pour les fabriquer avant la déplétion.


                • Fabio (---.---.72.19) 19 décembre 2006 13:29

                  ha-ha-ha.

                  Mais ouvrez un peu les yeux bon sang ! Regardez bien le schéma ci-dessus !

                  Vous ne voyez pas la très grosse erreur dessus ????

                  En bas à droite, on voit une petite flèche qui part en direction d’un gros camion...

                  Un tel système de récupération du CO2 ne pourra être utilisé QUE si on a affaire à un circuit totalement fermé ! Et encore, il y aura toujours des pertes !! Donc la déperdition de carbone devra toujours être compensée ! Et où ira-t’on chercher le carbone manquant, mmmmmhhh ??

                  Je me tue à le dire, et je continuerai inlassablement avec l’espoir que ça devienne contagieux un jour : la seule et unique voie qui donnera des résultats dans la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre, c’est d’abandonner totalement les énergies liées au carbone !

                  énergie solaire => photolyse => hydrogène => énergie.

                  Mais bon, tant qu’il y aura des gens pour dire « l’hydrogène coûte cher » (c’est vrai qu’avec les milliards de litres d’eau de mer qu’on a sur terre, plus le prix où sont facturés les Wh en provenance du soleil...), ou « l’hydrogène c’est dangereux » (parce que c’est vrai que l’essence, ça gérit du cancer et ça augmente l’espérance de vie !), ou encore « on ne maîtrise pas encore assez ces technologies » (tout comme les premiers constructeurs automobiles de la fin du 19ème siècle ont attendu plus de 40 ans à se tourner les pouces avant de vendre leurs premières voitures, histoire « d’être sûrs qu’on maîtrise suffisamment ces technologies », c’est bien connu...)

                  Ouvrez les yeux !!

                  ps : et arrêtez de couper les arbres aussi ! Je soutiens Forest Emt dans ce qu’il dit.


                • rjolly (---.---.227.38) 19 décembre 2006 13:51

                  Il en faut un peu quand même, du CO2 dans l’athmosphère, sinon les plantes ne pourraient pas vivre, et il n’y aurait pas assez d’effet de serre (la planétologie nous apprend que sans effet de serre il ferait -30° sur terre compte tenu de sa distance au soleil). Donc rejeter du CO2 avec son camion ne pose pas de problème à partir du moment où on le recycle, ce que permet ce système basé sur les algues. Par rapport à l’hydrogène, la logistique d’un truc hautement inflammable est quand même plus réaliste liquide que gazeux...


                • AVEVA 26 décembre 2006 21:23

                  Derrière votre propos ironique on devine une méconnaissance du sujet ! Pour fabriquer de l’hydrogène il faut et faudra toujours de l’eau pure (pas de l’eau de mer) !!

                  NOUS N’AVONS PAS d’ENERGIE DE SUBSTITUTION AU PETROLE (L’hydrogène n’est pas une source d’énergie mais un vecteur énergétique dont la fabrication nécessite des hydrocarbures, du gaz ou de l’électricité de toutes origines...) consultez : http://www.annso.freesurf.fr

                  Dans la décennie à venir les marchés financiers vont faire prendre conscience au monde qu’il ne peut plus brûler « l’or noir » à tout va ! Dés 2015 la tep (tonne équivalent pétrole) devra atteindre 3500€ soit le baril (159l) 500$ (50$ en 2005, +30%/an) de même pour 1400m3 de GNL ou 1 tec (tonne équival. charbon) c’est la condition sine qua non pour préserver la planète du réchauffement climatique.

                  Nos modes de vie en seront bouleversés. Il est important d’utiliser ce délai d’à peine 10 ans pour prévoir et engager un plan d’action au niveau de l’urbanisme, de l’aménagement des villes, du territoire, de l’infrastructure routière, des transports.

                  Par exemple !

                  Organiser progressivement la ville pour des moyens de transports à alimentation filaire (tramway, trolleybus), autonomes à énergie embarquée (batteries, air comprimé) bus électrique, véhicules de services, transport de proximité, etc.


                • Fabio (---.---.72.18) 28 décembre 2006 14:27

                  AVEVA, je pense connaître le sujet mieux que ce que vous pensez ! Renseignez-vous un petit peu, et vous verrez qu’on peut fabriquer de l’hydrogène à partir d’eau de mer de façon simple, avec l’aide de bactéries, ou encore par photolyse, ou électrolyse avec certains nouveaux nano-matériaux résistants à la corrosion. Il n’y a absolument pas besoin d’avoir de l’eau pure. Et puis décrivez-moi donc la technique la plus courante utilisée pour obtenir de l’eau pure, qu’on rigole !

                  L’hydrogène EST l’énergie de substitution, et tous les opposants à ce fait ne pourront rien y changer, quelle que soit leur opinion ! Tous les plus grands constructeurs automobiles l’ont déjà bien compris d’ailleur. BMW a déjà commercialisé la toute première voiture de série fonctionnant à l’hydrogène (mais avec un moteur thermique traditionnel adapté, dont le rendement reste très mauvais), Honda est sur le point de commercialiser sa FCX Coupé à pile à combustible en 2008, GM a plusieurs modèles en préparation qui doivent arriver sur le marché entre 2012 et 2015, VW a dernièrement clairement indiqué que ses objectifs sur le long terme concernaient tous l’hydrogène, les coréens et les chinois vont bientôt attaquer le marché... etc... Les français et les italiens auront 5 ans de retard sur le marché au minimum, et ce sera bien fait pour eux...

                  ça va devenir ma phrase fétiche je sens : Ouvrez les yeux !

                  En Californie, des bus et des véhicules légers à l’hydrogène circulent déjà depuis 2000. Le projet d’autoroute de l’hydrogène a été lancé, avec un réseau de distribution étendu et fonctionnel qui devrait être terminé avant 2010.

                  Depuis fin 2003, les projets CUTE ( Clean Urban Transport Europe) et ECTOS ont permis de mettre en place une trentaine de bus à pile à combustible DaimlerChrysler dans 10 villes européennes et ailleurs dans le monde des bus à hydrogène sont déjà en service depuis longtemps, comme à Vancouver et Chicago.

                  L’Islande a déjà commencé son projet de devenir complètement indépendante du pétrole à partir de 2030. Utilisant ses ressources géothermique et hydroélectrique en plus de l’hydrogène.

                  L’Union Européenne prévoit monter la production d’énergie renouvelable à 20% de la demande en énergie d’ici 2020.

                  Et pour rappel, l’électricité n’est pas une énergie renouvelable, c’est là aussi juste un vecteur, au meme titre que l’hydrogène ! Seulement l’hydrogène présente lui l’avantage de pouvoir être stocké et transféré d’un conteneur à un autre de façon très rapide, contrairement à l’électricité. Une nouvelle filière énergétique de l’hydrogène permettrait de partir directement sur de bonnes bases, comme de l’hydrogène tiré du réformage des gaz de décomposition des déchets, de la photolyse, de l’électrolyse à partir d’électricité éolienne, de production bactérienne, etc, etc... les moyens sont vraiment très nombreux.

                  Mais rendez-vous dans 20 ou 30 ans, quand l’humanité n’aura plus le choix, vous verrez bien ce qu’elle choisira.


                • gem gem 19 décembre 2006 13:35

                  Ne rêvez pas : la photosynthèse à un rendement global très médiocre (1 à 2 % grand max), ça n’est pas ça qui va équilibrer le bilan carbone de l’industrie concernée (à moins qu’elle soit déjà très peu consommatrice et qu’elle dispose d’énormément de surface exposée au soleil).

                  Par contre, ça peut ne pas être nul sur le plan de la dépolution (dans les gaz il y a rarement seulement du CO2...).

                  Et puis c’est top en terme d’image (...), les écolo-bobos se pâment devant ce truc smiley


                  • Jean-Pierre An Alré (---.---.28.89) 19 décembre 2006 23:42

                    Même si je trouve cette idée intéressante, on peut se demander si ce n’est pas le genre d’endroit idéal pour des bactéries genre salmonellose.

                    Jean-Pierre


                    • rené (---.---.220.67) 24 décembre 2006 10:28

                      Hé, j’ai déja ça depuis 15 ans dans mon aquarium


                      • rené (---.---.5.191) 24 décembre 2006 15:12

                        La photosynthèse a peut-être un rendement médiocre mais c’est quand même elle qui « engrange » tout ce que nous appelons maintenant carburants fossile dans le sol sous forme de gaz, charbon ou pétrole ,c’est ce que nous pourrions appeler un des cycles du carbonne,le moyen disons,le petit étant celui de la combustion lente ou rapide-co2-atmosphère-photosynthèse,le grand étant:combustion-dégagement de co2-captation par l’eau de l’océan puis formation de carbonates-formation des sédiments -calcaires ensuite au cours des âges géologiques ce même carbone est renvoyé dans l’atmosphère via les volcans ,savez vous même que si il n’y avais pas eu de mouvement dus a la tectonique des plaques continentales tout le calcaire et donc le carbone se serais trouvé piégé au fond de l’océan(raison peut-être de la mort de Mars)Il nous reste a gérer ce stock de carbone qui fait notre richesse finalement et pas de ne pas se faire étouffé dessous.


                        • bafos (---.---.111.151) 6 janvier 2007 18:19

                          Je ne comprend pas qu une bonne idee puisse succiter autant de reactions negatives. En fait, il n existe pas une energie de substitution mais plusieures : la solution n est donc pas unique. Bien sur si le CO2 utilise au depart provient d energie fossiles, le probleme n est pas regle mais par contre si on reutillise l ethanol cree par la biomasse pour realimenter le reacteur ca change tout. Je ne pense pas qu il faille voir ce procede comme la solution mais comme une des solutions... Pour info et pour les inconditionnels de l hydrogene, ce procede n est interessant que si l energie utilisee pour creer de l hydrogene est une energie propre...


                          • NRG.TIC (---.---.83.50) 26 janvier 2007 19:15

                            Je dois dire que la présentation est bien faite de ce processus qui tend à laisser penser qu’il s’agirait de la décourverte majeure d’un nouveau cycle de la nature : transformer le C02 en biocarburants par la génération de biomasse.

                            Il faut tout de même rappeler que transformer du CO2 en biomasse, c’est ce que font toutes les plantes de la planète tous les jours, y compris effectivement les algues. Transformer cette biomasse en carburant suit ensuite le processus plus ou moins classique mais connu de la filière des biocarburants.

                            Rien de très nouveau sous le soleil donc, mais un processus astucieux -qui mérite certainement le detour et d’être perfectionné- pour faire croitre les algues un peu plus vite que d’habitude, peut-être aussi vite que le bois, le colza ou les tournesols...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès