Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > Environnement > Comment favoriser l’utilisation d’isolants écologiques en (...)

Comment favoriser l’utilisation d’isolants écologiques en relançant l’économie française ?

La conférence environnementale a permis d'annoncer une accélération des rénovations thermiques de l'habitat ancien. C'est une bonne nouvelle pour la transition énergétique même si des doutes subsistent sur le financement de cette mesure. Mais le développement de cette filière utilise des matériaux qui ne sont pas toujours propres. Comment éviter que ces rénovations se fassent avec des matériaux polluants fabriqués dans des pays à bas salaire ? Comment développer l'usage d'isolants écologiques ?

Le marché de l'isolation thermique est très important en France et a fortement augmenté depuis 20 ans car 70% du parc immobilier existant ont été construit avant 1975 hors toute réglementation thermique et acoustique. Ce marché est dominé par la laine de verre et -dans une moindre mesure- par la laine de roche. 

Or, le bilan environnemental de ces deux matériaux n'est pas bon. L'énergie grise (la quantité d'énergie nécessaire au cycle de vie du matériau : fabrication, transport, recyclage en fin de vie) est importante. Le bilan carbone n'est pas bon non plus, la confection de ces matériaux émettant du carbone de manière considérable.

De plus, ces matériaux sont fabriqués généralement par des grands groupes industriels qui ont une fâcheuse tendance à délocaliser leurs usines là où les normes sociales et environnementales sont plus favorables à leurs activités.

Il existe, par contre, de nombreux produits fabriqués localement dont le bilan environnemental est bien meilleur : chanvre, fibre de bois, laine de lin, paille de blé, laine de mouton, isolants issus du recyclage. L'énergie grise utilisée est plus faible et souvent ces produits sont des puits de carbone qui conserve le gaz carbonique à l'intérieur d'un matériau dans lequel il va rester stocker pendant des décennies, ce qui est excellent pour la planète ! (*)

Malheureusement, l'écart de prix entre ces isolants écologiques et les isolants industriels les plus courants est très important : Ainsi, la laine de verre coûte environ 10 euros le mètre carré pour 30 à 60 euros pour la majorité des isolants écologiques (à l'exception de la botte de paille, la seule a être concurrencielle en matière de prix).

 

Dans ce contexte, quelle méthode faut-il utiliser pour développer l'usage de ces matériaux ?

Il est illusoire de croire que le changement de réglementation puisse jouer un rôle dans ce domaine. Les lobby industriels arriveront à retarder ou supprimer les mesures les plus contraignantes.

La fiscalité environnementale est la seule suceptible de faire évoluer le secteur. Comment s'y prendre ? La méthode choisie consiste à utiliser deux taux de TVA différents pour les deux types de matériaux. Les isolants utilisant des matériaux issus du sous-sol (laine de verre ou de roche) ou d'origine synthétique (polystyrène) sont séparés des isolants "naturels" d'origine végétale, animale ou issus du recyclage. Cette séparation a le mérite de la clarté : seul les matériaux utilisant 100% d'isolants d'origine "naturelle" aura un taux réduit.

Les premiers adoptent une TVA plus élevée, les seconds une TVA diminuée. L'écart reste au départ faible (d'un point par exemple : 18,5% et 20,5%). Puis, cet écart augmente d'année en année. L'écart de TVA n'a pas pour objectif d'égaliser les prix entre les différents matériaux, ce qui est impossible, car les isolants écologiques resteront plus coûteux. 

Mais par contre, il aura deux effets :

-l'affichage des deux taux va permettre de donner de la visibilité aux isolants écologiques. Cela va devenir un argument de vente pour des consommateurs qui ne regardent pas uniquement le coût du matériau mais cherchent aussi à adopter des gestes écologiques. Cela va constituer une signature efficace pour guider le consommateur qui reconnaîtera immédiatement les isolants 100% "naturels".

-le différentiel entre les deux taux va dégager des ressources puisque la vente d'isolants polluants sera plus importante que celle des isolants "naturels". Ces ressources financières ne seront pas intégrées au budget de l'Etat. Elles seront attribuées à un fond, régionalisé, géré par les acteurs locaux du secteur. Cet argent sera utilisé pour des investissements dans des entreprises désirant se développer dans ce secteur. Monter une petite usine fabriquant des panneaux de bois à partir des ressources locales en déchets forestiers ou de scieries, développer une activité d'utilisation de la laine de mouton ou de chanvre dans des rouleaux isolants pourra être subventionné localement. Le soutien a ces entreprises va favoriser l'emploi et l'activité économique.

 

Ainsi, le développement d'une activité économique écologique sera subventionné directement par la taxation écologique, développant l'emploi local et évitant le recours à des matériaux polluants, venant de pays où les normes sociales et environnementales sont catastrophiques.

 

La fiscalité environnementale, sous la forme de contributions incitatives, comme celle que nous venons de présenter ici, constitue à la fois une manière d'accélèrer la transition écologique mais aussi une manière de lutter contre les ravages d'une globalisation économique qui détruit l'emploi et freine la croissance.

(*) Pour des chiffres précis sur ce bilan environnemental, il faut se référer à l'ouvrage de S Courgey et JP Oliva "l'isolation écologique" (éd Terre Vivante) et à la base de données de référence Baubook.



Sur le même thème

Y a que la paille qui m'aille!
Transparence et intégrité : les nouvelles dérives du lobbying. L’exemple des laines minérales
Pourquoi on meurt
La guerre comme idiotie (7) : le destroyer-centrale électrique... en résine et en bois
Nick Lane. Nouvelles précisions concernant les origines des cellules vivantes


Réactions à cet article

  • Par Txotxock (---.---.---.67) 12 octobre 2012 12:18
    Txotxock

    Reste vraiment à prouver que tous ces isolants naturels soient bien d’origine locale.

  • Par Le péripate (---.---.---.42) 12 octobre 2012 13:39
    Le péripate

    Ben tiens ! Je vais demander à l’état de lever une petite taxe et c’est moi et mes copains qui allons gérer ça à la coule... elle est pas bonne mon idée !

    Il y en a qui ne manque pas de souffle.

  • Par alberto (---.---.---.84) 12 octobre 2012 14:02
    alberto

    Bonjour,

    Quand vous écrivez :«  Ces ressources financières ne seront pas intégrées au budget de l’État. »
    Cela me rappelle une autre promesse dite par un précédent ministre :« l’argent de la vignette auto devrait servir à améliorer le sort des vieux » ! Ce qui bien sûr, encore aujourd’hui fait rigoler tout le monde !
    Un grand garçon comme vous devrait savoir qu’une fois intégré dans le budget général, le ministre du budget a ensuite la haute main sur les affectations des sommes issues des recettes, quitte à s’assoir le plus tranquillement du monde sur les promesses antérieures...
    Votre proposition aurait sans doute un meilleur sort dans un cadre régional ?

    Mais je voudrais aussi savoir comment les matériaux à base de paille, par exemple, sont rendus insensibles à l’action des flammes ?

    Merci pour vos lumières et pour votre article.

  • Par jacques (---.---.---.156) 12 octobre 2012 14:05
    jacques

    Un moyen de développer l’isolation ,arrêter de subventionner la pose des isolants et subventionner le résultat de cette pose mais le problème est qu’il faudrait rendre le poseur indépendant du contrôleur.
    Et vu le pognon en jeu ça serait dur !

  • Par Biloo (---.---.---.153) 12 octobre 2012 14:16

    C’est bien gentil les isolants d’origine naturelle mais ce n’est pas non plus la panacée. Il reste quand même quelques soucis à régler à leurs utilisations.

  • Par jef88 (---.---.---.84) 12 octobre 2012 14:25
    jef88

    Ma maison date (environ) de 1830 !
    une partie du plafond entre chambres et grenier était isolée ..... avec de la paille !
    avec le temps les vingt cm de paille se sont transformés en cinq cm de fumier ou équivalent !
    L’HORREUR quand j’ai nétoyé pour y mettre de la laine de roche ....

  • Par joletaxi (---.---.---.150) 12 octobre 2012 14:32

    Faudra-t-il que nos pays européens touchent le fin fond de la pauvreté,du chomage, que nous devenions un désert économique bien vert visité par les chinois et les indiens, avant que l’on prenne la seule bonne décision :

    se débarrasser de cette clique d’écobobos,d’experts autoproclamés dans tous les domaines,se posant en vigie morale,et dont toutes les initiatives se sont toutes soldées par une gabegie financière, un échec à tous les points de vue quand ce n’est pas une catastrophe humanitaire ?
    Ce qui se passe en Allemagne devrait plutôt nous faire réfléchir.

    Pour ce qui est de l’isolation, un petit article qui remet les pendules à l’heure,qui expose quelques vérités que les hommes de terrain(j’ai participé à la mise sur le marché de maisons soi)disant zéro énergie il y a .... 40 ans) savaient depuis longtemps

    http://www.tandfonline.com/doi/abs/...

    je ne m’appesantirai sur l’imbécilité du bilan énergétique obligatoire( à l’initiative du proprio, ce qui est la porte ouverte à toutes les combines,qui commencent à apparaître d’ailleurs)
    Pour diverses raisons, j’ai été à l’achat et la vente de plusieurs biens immobiliers,ces dernières années ;
    Et les priorités sont la situation, l’architecture, les finitions,le voisinage,les commodités.
    Et quand vous avez enfin trouvé un immeuble qui remplit vos dédidératas sur ces points,ce qui relève d’un vrai parcours du combattant,quand vous avez enfin trouvé cette perle rare, le bilan énergétique... on s’en torche.
    Encore une grande avancée de nos penseurs verts.
    encore une fois un « machin » concocté par un « intellectuel » bien au chaud derrière son bureau, qui n’y connait rien,et qui participe ,car c’est son « fromage » à cette hystérie imbécile CO2

    • Par Roland Franz Jehl (---.---.---.167) 12 octobre 2012 15:16
      Roland Franz

      @joletaxi

      Je suis d’accord avec vous sur deux points :
      - les bilans énergétiques effectués par des bureaux d’études « agréés », ne sont en général qu’une vaste fumisterie.
      - le CO2 participe peut-être au réchauffement climatique, mais n’en est pas le principal responsable.
      La notion d’« énergie grise » a quelque chose de purement idéologique.

      Par contre, isoler sa maison correctement et en assurer une bonne étanchéité permet tout de même de réduire considérablement la facture énergétique.

  • Par foufouille (---.---.---.95) 12 octobre 2012 15:36
    foufouille

    la paille dans l’ancien, on peut oublier
    si c’est en torchis, faut refaire dans le style
    la pierre ca fait deja 50cm minmum

    • Par titi (---.---.---.150) 12 octobre 2012 17:13

      Y’a pas que dans l’ancien ou faut oublier...

      A la campagne y’a des petites bêbêtes : mulot, souris, etc... qui adorent la paille.

      En ce qui me concerne je me suis renseigné des prix pour faire une isolation en chanvre... résultat 120 euros/m2...moralité : la laine de verre a de beaux jours devant elle.

    • Par foufouille (---.---.---.95) 12 octobre 2012 17:45
      foufouille

      tu as aussi plus ecolo
      les vetements recycles en ......... afrique, puis reimportes comme isolant
      tres cher, bien sur

  • Par joletaxi (---.---.---.150) 12 octobre 2012 16:35

    Par contre, isoler sa maison correctement

    vous avez cerné le problème, correctement

    il ne fait aucun doute qu’isoler sa maison vous permettra d’économiser du combustible quelqu’il soit.
    mais tout cette réglementation, absconse et coûteuse ne parviendra jamais à répondre correctement à chaque situation ,qui est la plupart du temps particulière.
    Et faire peser sur le budget de l’état des investissements en isolation, pour des gens qui en ont fatalement les moyens, est une injustice flagrante.
    Chacun ,à son niveau est mieux à même de juger quel est l’investissement qui aura le meilleur « return »
    Il se fait que j’ai en son temps(c’était la première grande crise pétrolière) été impliqué dans l’optimisation de grands ensembles du point vue chauffage.
    mais pour vendre une solution,à l’époque, il fallait prouver que c’était amortissable dans un délai raisonnable.
    Grâce à la mouvance, on est surtout attentif à monter des dossiers qui permettent d’avoir accès au bon argent public, le reste, cela ne les préoccupe guère.
    Et cela est vrai pour tout le secteur énergétique.
    Les allemands ont dépensé 20 milliards dans le photovoltaïque( et c’est un début) pour avoir en retour les bonnes années.. 3% de production, un scandale

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires