Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Comment le « Service d’information du Gouvernement », découvre (...)

Comment le « Service d’information du Gouvernement », découvre indirectement la perversité du capital vu par Marx !

Revenu de vacances loin du web, je vais faire un peit tour de mes sites favoris (dont Médiapart) pour voir ce qui a bougé en 3 semaines et là je tombe sur le site de Jean-Marc Jancovici, Manicore, qui fait une revue de presse sur son dernier Opus : « C’est maintenant !
3 ans pour sauver le monde »

Et oh surprise ! je découvre que Jean-Marc Jancovici et Alain Grandjean ( économiste ) font une présentation du fonctionnement du capital et de sa perversité tel que Marx lui-même l’a défini. ( mais ils se gardent bien de le citer pour n’effrayer personne) .

 

SIG.jpg

Nouvelle surprise ce livre se trouve mis en note de lecture sur le DÉPARTEMENT RESSOURCES D’INFORMATIONS (SIG) du gouvernement, qui indirectement donc, se retrouve à être assez d’accord sur des fondamentaux "marxistes

 

Extrait de l’OPUS de Jancovici : Ainsi, quand nous croyons acheter un verre, nous n’achetons pas un verre. Ce que nous payons réellement, c’est juste la succession des revenus des gens qui ont contribué à sa fabrication en partant de ressources gratuites. Nous payons le travail humain qui correspond à l’extraction du sable d’une carrière, le salaire des gens qui ont construit et exploitent le four, puis le salaire des personnes qui ont fabriqué et exploité, le camion transportant le verre jusqu’au magasin, etc. Mais à aucun moment nous n’avons payé le résultat de plusieurs milliards d’années de réactions nucléaires dans la génération d’étoiles qui a précédé le soleil, et qui a abouti à l’apparition des constituants du sable et des métaux permettant de faire un four à verre,créées.


En vérité, ces ressources sont gratuites pour tout le monde. Leur prix n’est que le salaire de leur extraction, ou du consentement à s’en défaire quand l’Histoire a fait de vous leur propriétaire.

 

Et voila la définition du Capital donné par Marx (version issue de Wikipédia ) :

Marx : L’enrichissement vient de la création de la richesse. Cette création de la richesse vient du travail (la valeur-travail). L’employé vend sa force de travail à un patron qui utilise celle-ci à sa guise.

Le prix de la force de travail est le salaire. Le travail permet de dégager une valeur supplémentaire, qui sera récupéré par le patron, c’est la plus-value. Ce n’est pas à proprement parler un vol : le salaire sert à couvrir les moyens de subsistance de l’employé, pour lui permettre de régénérer sa force de travail.

Ce mécanisme de production de capital va se concentrer par la circulation du capital : Les patrons dans leur ensemble dégagent un bénéfice, peuvent réinvestir et bénéficie ainsi d’une croissance infinie en capital.

Cependant, certains feront faillite, réduisant le nombre de capitalistes. Ils rejoindront la classe ouvrière et permettront d’augmenter la force de travail employable pour les capitalistes. Ce phénomène de concentration du capital est constant, et a nécessairement une limite, au-delà de laquelle la société capitaliste disparaîtra.

La classe ouvrière selon Marx est la classe des personnes qui travaillent pour un capitaliste. On dirait aujourd’hui que cela représente l’ensemble des salariés.

Un cadre en informatique est un "ouvrier" selon Marx, un dirigeant salarié d’une entreprise en est un aussi : il travaille pour les actionnaires, qui sont eux les capitalistes. Un employé d’une boulangerie n’est pas un capitaliste, mais son patron en est un. Selon l’analyse marxiste, le capital lié à l’activité des boulangeries, comme tout capital, se concentre.

On pourrait ainsi estimer que l’apparition des réseaux de distribution de pains moderne (comme l’entreprise Banette (entreprise)) fait partie du sens de l’Histoire. Les anciens boulangers propriétaires disparaissent, et rejoignent la classe ouvrière, alors que le capital se concentre.

---------------------------------------------------------

Nous voila donc revenu aux fondamentaux, recommandé à la lecture par le Service d’Information du Gouvernement (SIG)

Ceci dit, je ne suis absolument pas certain, que journalistes, élus de la nation et Jancovici lui même fassent ces rapprochements.

Je n’en suis tellement pas certain que cet opus, qui propose ni plus ni moins que de mettre le capitalisme sous tutelle d’état, de l’Europe, de l’ONU, etc... fasse ces rapprochements et pourtant...

Les propositions citées sont assez révolutionnaires : " Si l’on veut faire baisser la demande, il faut souvent aussi investir. Pour un ménage, cela pourra être l’investissement dans l’isolation du logement ou dans une voiture moins consommatrice.

Pour la puissance publique, ce peut être dans le financement de ces dépenses, ou la formation des acteurs qui savent faire.

En matière énergétique, l’État considérait jusqu’à présent que son domaine d’intervention était dans l’augmentation de l’offre. Il est urgent qu’il intervienne désormais dans le financement, éventuellement massif, de la baisse de la demande.

Autre citation des auteurs et reprise par le fameux "SIG" :  Il y a quelques mois, la BCE, comme la Fed américaine, a créé des centaines de milliards d’euros pour sauver le système bancaire.. Il s’agit, écrivent les auteurs, de faire sortir quelques centaines de milliards de la planche à billets pour sauver la planète, au lieu juste de sauver son système bancaire.

 

La Conclusion finale qui est une interrogation :

La crise financière a failli donner cette opportunité de tout repenser pour éviter l’effondrement sur crise de ressources.
Mais tout le monde semble attendre la petite particule qui fera tout cristalliser et sans laquelle rien n’est possible. Il faut se dire au contraire qu’il n’y a strictement rien à attendre de plus, que les signaux sont tous au rouge pour peu qu’on veuille bien les regarder, et qu’il est urgent d’y aller sans plus attendre.

Que nous manque-t-il ? Juste un citoyen consentant, parce que conscient des risques, et l’offre politique qui va avec

----------------------------------------

Et la je pense qu’une grande partie de cet opus, qui ne fait que dire qu’il ne faut plus laisser la direction des affaires économiques et donc de création de richesses entres les mains des seuls intérêts capitalistes, car le systèmes conduit à sa propre perte et le Monde avec,

ne va pas jusqu’au bout de la logique qui est de prononcer au nom de la survie de l’humanité la fin du dogme de l’économie libérale et le rétablissement du choix démocratique de société par les citoyens, choix bafoué depuis la seconde guerre mondiale et encore plus bafoué depuis la chute du Mur de Berlin ou l’économie capitaliste a imposé sa loi du profit maximum à l’ensemble de la planète.

Intéressant quand même de voir cet opus repris par le SIG, ce qui en dit long sur le désarroi idéologique de nos hommes politiques (de tous bords d’ailleurs), à qui soudain le monde demande de faire de la Politique, donc des choix de société, et non plus de se contenter d’être les "commis" des Grandes Multinationales chargés d’administrer les Etats à leur profit, moyennant commission.

(ceux qui trouvent que j’exagère, sur ce sujet, feraient bien de regarder de près ou officient les anciens Ministres et Chefs d’Etat du Monde dit libre. C’est quand même assez édifiant ! )


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • JL JL 15 juillet 2009 10:46

    Très bien. Je note : «  prononcer au nom de la survie de l’humanité la fin du dogme de l’économie libérale et le rétablissement du choix démocratique de société par les citoyens »

    Mais quand j’entends aux Infos que les 3/4 des Vélibs de Paris ont été volés ou sabotés je me demande où est la solution. 


    • Kalki Kalki 15 juillet 2009 10:58

      Très bien sauf que la poursuite de l’édification d’une utopie marxiste est tout aussi aliennante que l’aliennation du travail dans un systeme purement capitaliste ...

      OH Et quelle diffèrence pour le « travailleur » ? Encore de la chère a canon ... il n’est surement pas question de sa liberté, et de son autonomie.


      • JL JL 15 juillet 2009 11:07

        L’erreur est de présenter les choses en « tout ou rien » : A ou non A.

        Entre les idéologies il y a place pour le bon sens. Entre les intégrismes il y a le juste milieux.

        Ni chair à canon, ni chair à profits (et à canon, au bout du compte), mais des hommes libres et des inégalités décentes : voilà un objectif modeste, me semble-t-il.


      • christian 15 juillet 2009 11:12

        Et cela ne vous arrive jamais de vérifier les infos, ou effectivement tout est présenté, blanc ou noir et si c’est pas blanc c’est noir, un peu de jugeotte SVP avant de réagir, merci !


        • JL JL 15 juillet 2009 11:29

          « un peu de jugeotte SVP avant de réagir, merci ! »

          J’ignore si c’est à moi que s’adresse cette injonction, mais il me semble qu’elle se retourne aisément contre vous ! Je vous la renvoie donc, avec mes civilités.


        • christian 15 juillet 2009 11:40

          « Mais quand j’entends aux Infos que les 3/4 des Vélibs de Paris ont été volés ou sabotés je me demande où est la solution.  »

          C’est à cette phrase que s’adressait ma remarque, cette affirmation est plaisante, elle doit être appuyée par des sources fiables et mise en perspective avec d’autres villes ou se développe la location de vélo à l’heure ou à la journée, semaine.

          Ceci pour conclure que cette affirmation est péremptoire, elle illustre en effet parfaitement, le style des informations qui sont délivrées à logueur de temps sur Franceinfo, LCI, TF1, France2, France3, etc...

          Vous êtes vous posé une minute la question sur la fabrication de l’info dans notre beau monde démocratique ?

          Certainement puisque vous êtes ici sur Agoravox, alors pourquoi de telles affirmations, que vous apportent-elles ? qu’apportent-elles au débat d’idées SVP ?


        • JL JL 15 juillet 2009 12:13

          « Qu’apportent-elles au débat d’idées SVP ? »

          Ceci : le système politique c’est une chose. L’homme en est une autre. Ce qui fait échouer le libéralisme c’est, entre autres, la présence dans le poulailler, à la fois des poules et des renards. Ce qui a fait échouer les socialismes c’est la même chose. Et ça, personne ne sait le résoudre.

          Quant à l’info sur les vélibs, je l’ai entendue ce matin sur France inter Mais on peut effectivement douter de tout. Dans ce cas on n’écoute plus personne. Je ne regarde plus depuis longtemps, les journeaux télévisés, et je ne supporte pas la pub à la radio : ça restreint !

          A Rennes on a aussi des vélibs. Je ne crois pas qu’il y ait autant de vandalisme ici.

          Je pense que la chose gratuite ne plait pas pour la bonne raison qu’elle est ressentie par certains comme une double peine : Il faut la finacer sur fonds publics, donc des taxes ou impôts, et surtout, elle occupe un marché.

          C’est cela le problème : si l’on ne fixe pas d’autorité que, disons 50 % du PIB doit être du ressort de la démocratie (les services publics), alors les extrèmes se disputeront : pour les uns ce sera 0%, pour les autres, 100%.


        • taktak 15 juillet 2009 11:55

          Bon article. On assiste ne effet avec la crise à un retour sur le devant de la scene du marxisme, seule explication des crises et de leurs causes.
          Pour autant, et comme vous le mentionnez justement, il n’est fait aucune référence à l’origine des raisonnements qui sont tenus ici.

          Et pour cause, si nos dirigeants -et même les capitalistes- n’ont aucun scrupules à reconnaitre toute la vérité de l’analyse économique de Marx, ce n’est en aucun cas pour en tirer les conséquences utile à la collectivité. C’est bien pour pouvoir mettre en oeuvre de nouveau mécanismes propre à renforcer l’extraction de plus value.

          un exemple la taxe carbone : sous pretexte de faire payer le prix des ressources naturelles, on reporte la fiscalité de l’entreprise (revenus indirect du travail) sur le consommateur, accroissant ainsi les revenus du capital. A aucun moment ce processus ne rémunère l’utilisation de matière première ou l’endommagement de l’environnement.

          Comme vous le faites remarquer, tirer les conséquences de ce raisonnements, c’est redonner le pouvoir aux citoyen de faire des choix politiques : sur l’utilisation de l’environnement et la priorisation des besoins par exemples. Et cela s’oppose frontalement à notre mode de choix qui repose minoritairement sur des choix de consommation (le marché) et très largement sur les volontés du capitalistes. Et en aucun cas sur des choix démocratique conscients.

          La révolution économique et écologique que tout le monde s’accorde à trouver nécessaire à l’heure du rechauffement climatique et de la crise économique mondiale doit passer par une révolution politique : la fin de la liberté totale de choix du capitaliste dans la gestion de son capital. Il faut que le peuple recouvre tout moyen de décision, en un mot établir une dictature du prolétariat sur le capital.


          • HELIOS HELIOS 15 juillet 2009 19:05

            Vous dites.... :

            l’État considérait jusqu’à présent que son domaine d’intervention était dans l’augmentation de l’offre. Il est urgent qu’il intervienne désormais dans le financement, éventuellement massif, de la baisse de la demande.

            mon propos va peut etre vous paraitre hors sujet, mais il y a une sacré difference entre un gouvernement qui fait augmenter la demande et un qui fait baisser la consommation !

            Dans le premier cas, l’encouragement a la demande se traduit par une augmentation du bien etre, et du luxe, mais ne peut pas fair l’objet d’une quelconque contrainte. vous ne consommez pas si vous ne voulez pas.

            Dans le second cas la baisse de la demande se traduit par une contrainte, une privation. Et comme vous le savez les contraintes ne sont que tres rarement volontaires. cela veut donc dire, que le gouvernement va imposer des economies.

            C’est dans ce cadre, que je conteste par avance les choix de ceux qui vont nous imposer quelque chose, l’arbitrage va etre strictement subjectif. Peu importe a ceux qui ne craignent pas le froid, par exemple de limiter a 16 degres certaines pieces. Peu importe a d’autre de se deplacer en velo... oui, mais voila, tout le monde n’a pas la même perception de l’economie et des choix.
            Quand j’entends, les ecologistes nous expliquer ceci ou cela et se preparer a nous imposer leurs regles, quelqu’en soient les raisons, je ne suis plus d’accord du tout. Les dogmes, dont celui là, ne me conviennent pas !!!

            Alors, voila, vous comprendrez pourquoi je ne voterai pas Cohn-Bendit et Cie, bien qu’une majorité de leurs idées me conviennent sur le fond, mais m’effraient sur la forme. La gestapo de la nature, non merci !


            • la truie qui file 15 juillet 2009 21:32

              Effectivement il y a un malaise dans les services publics à ce sujet
              Et même il n’y en a pas qu’un et ceci ouvre un droit de reponse sur cette suggestion délibérée de fin du monde .
              Cette crise est une escroquerie ainsi que ceux qui veulent sauver le monde en ne sauvant que les intérets d’une minorité . Et ceci n’est pas compatible avec la constitution republicaine , c’est une dangeureuse alienation des idées fondatrices .

              D’abord l’auteur , ce monsieur n’a jamais répondu pour cause à l’un de mes courriers sur l’un de ses themes de prédilection : le rechauffement climatique qui est un excellent alibi pour une série d’analyse digne de la technocratie et d’un systeme de modélisation qui ne nourrit que les ceux qui popularisent des idées fausses et qui plus est dangeureuses pour tout le monde seulement pour aider à mettre en place une dictature. 

              Et quand ces idées sont leurs source de revenu (vente de bilan CO2 ) ce procédé n’est plus vraiment compatible avec l’ethique requise pour publier sous les auspices républicaines.

              D’abord l’argumentaire du rechauffement :
              Pour bien des spécialistes qui sortent du moule de la pensée unique le C0 2 n’est pas plus la cause du rechauffement que le méthane de la digestion des vaches. Et ce monsieur qui fait partie des 6 milliards de gens qui produisent du méthane par leur digestion .
              Il devrai probablement faire un regime ...et il existait des tres bon etablissement en Sibérie sous Staline puisqu’il aime tellement populariser des idées Marxistes hors de leur contexte.
              Il n’y a pas de rechauffement actuel pour la cause anthropique soulevé . C’est une manipulation pour freiner le développement des pays pauvres et lever un nouvel impot scandaleux .

              En matière de ressources , c’est un systeme à deux (ou N ) vitesses qui est proposé. Freiner la croissance seulement pour les pauvres et si possible dans le futur purement et simplement les éliminer apres avoir ponctionné leurs acquis. Et les taxes de toutes sortes sont la pour cela en plus assortie de la mauvaise conscience .

              Le citoyen lambda est floué il se sent coupable et va payer pour l’enrichissement d’une fausse élite comme cet auteur
              Une caste de technocrates qui veut abuser de ses prérogatives d’une science qui n’en est plus une . Et d’une philosophie politique de manipulateur .

              Quand on lit ce document , on à l’impression d’avoir affaire à une secte et non à des scientifiques formé dans une grande école publique et donc supposés dotés d’un solide bon sens . La manière peine voilée preche pour la mise en place de lois autoritaires sur des faux arguments et des analyses douteuses .

              Admettons que le libéralisme économique à atteint ses limites .

              Celles ci viennent tres certainement des manipulations mafieuses d’une clique incompétents , opportunistes et sans scrupules qui sévissent depuis des décennies.

               Une dictature ferait donc l’affaire comme autant de precedents historiques qui se terminent douloureusement en gardant ces memes individus avec des privilèges accrus ?
              Et quand les conseillers des tyrans sont aussi peu scrupuleux , c’est au plus une tyrannie du genre de celles des bandits de bagdad .
              Un tel régime possede sa propre condamnation en soi, c’est la décadence de la civilisation , le gouffre et le retour à l’obscurantisme . Si c’est cela que veulent ces individus , la veritable civilisation comme la puissance souverainne de la vie se passera d’eux !

              Pour la limite des ressources , il s’agit surtout de l’imagination et des facultés d’analyses d’une science qui n’en n’est plus une .
              Ce n’est pas sur 100 ans de dogme que l’on peut baser des certitudes en matière de prévision quand on livre le monde à des technocrates incompétents ou mafieux !
               
              Durant une courte époque les sciences et techniques ont fait des progres vertigineux et ceci à l’epoque ou les chercheurs n’etais pas à la recherche de financement plus que de la vérité .

              L’univers pas plus que la vie n’a livré tous ses secrets , et ce n’est pas avec des individus qui veulent mettre des bandeaux aux autres qu’elle à des chance de le faire !

              Il serait temps d’abord de faire le ménage avec des individus qui professent de idées alarmistes à la mode et cela uniquement pour leur prestige et les moyens dont ils contestent l’utilisation et la possession chez les autres ! :


              • moebius 15 juillet 2009 21:33

                c’est aux plus pauvres de baisser leur consommation ? l’état laxiste et libéral s’y emploie déjà . Par contre l’état laxiste et libéral s’emploie aussi a augmenter en même temps la consommation des classes moyennes.
                 Nous devons tout à l’état n’est ce pas ? L’état chez nous fait la pluie et le beau temps.
                La fonction de l’état c’est pas de réguler ou d’inciter, sa fonction essentielle c’est de nous faire croire à une volonté collective, c ’est de nous faire croire qu’un destin collectif transcende la somme des volontés particulières qui s’affrontent.
                 La fonction de l’état est de de l’ordre du mythe, de l’explicatif, pas du décisionnel


                • tvargentine.com lerma 15 juillet 2009 22:55

                  médiapart ??? le site des bobos troskystes ???

                  Rappelez moi c’est bien le type qui a coulé « Le Monde » avec ses « conseils yaka » dans des éditos pompeux ???

                  Si c’est pour vous une référence,pour nous c’est une mauvaise référence et soyons certain que ce « journal en ligne » va bientôt déposer le bibi le bilan (a moins qu’il ne dispose de soutien auprès de banquiers amis ???

                  http://www.tvargentine.com/villa-mercedes.html


                  • fourreau 16 juillet 2009 01:09

                    Détendez-vous ! ouvrez ce lien ça vaut le détour ! http://www.agoravox.tv/article.php3?id_article=23234


                    • chmoll chmoll 16 juillet 2009 10:10

                      Extrait de l’OPUS de Jancovici : Ainsi, quand nous croyons acheter un verre, nous n’achetons pas un verre. Ce que nous payons réellement, c’est juste la succession des revenus des gens qui ont contribué à sa fabrication en partant de ressources gratuites. Nous payons le travail humain qui correspond à l’extraction du sable d’une carrière, le salaire des gens qui ont construit et exploitent le four, puis le salaire des personnes qui ont fabriqué et exploité, le camion transportant le verre jusqu’au magasin,

                       ha bon il a compris ça, il peut s’inscrire sur l’site de l’auto entrepreneur alors


                      • la fee viviane 16 juillet 2009 11:03

                        je constate encore une fois que la plpart des gens parlent d’un article, d’un livre, d’un film, ou autre sans avoir lu ou vu ou entendu, le reportage ou les textes dans leur entier. Qui d’entre vous a lu « le capital » de K. Marx ? A vous lire, personne. N’oubliez pas non plus le contexte. La seule raison qui fait qu’aujourd’hui nous en sommes là, c’est à dire au pied du mur, c’est que l’on fait travailler l’argent et non plus les gens. La richesse créee ainsi est illusoire, l’argent papier n’a plus aucune valeur intrinsèque. Marx préconisait l’emploi de la règle des trois tiers, les plus values étant partagées à part égale entre actionnaires, salariés et outil de production. Si ce système est respectés à la lettre, le capitalisme fonctionne et très bien. Le respect de ces règles doit cependant être contrôlé démocratiquement dans chaque entreprise et aussi par l’état citoyen qui doit établir l’impôt permettant de rétablir l’égalité des citoyens puisque chacun avec ses moyens et sa génétique est différents de l’autre, seule la loi peut rétablir une certaine égalité afin d’aider ceux qui en ont besoin à vivre décement. Lisez le capital, après on en reparlera.


                        • la truie qui file 16 juillet 2009 14:16

                          Merci La Fée Viviane , c’est tres juste mais à propos de Karl Marx il faut l’adapter à notre époque dans un sens encore plus limitatif .
                           
                          En effet maintenant la majorité des entreprises qui font des profits le font d’une manière qui n’existait pas à l’époque à ecrit
                          Les entreprises délocalisent des emplois dans des pays pauvres en faisant des bénéfices faramineux tout en ruinant les economies locales et en gaspillant de l’energie pour le transport
                          et en diminuant souvent la qualité et surtout l a maintenabilité.
                          Donc c’est inique à tout points de vue .

                          D’autre part en reprenant l’argument de maintenabilité il apparait un critère dont personne ne parle :

                          Il existe un train et un bateau à aube en autriche qui datent de la fin du 19 eme siecle en fonctionnant toujours . Connaissez vous des mécaniques qui fonctionnent sans interruption pendant plus de 120 ans ? Et c’est cela l’avenir !

                          Et tout simplement car ces machines étaient concues pour durer .

                          Maintenant ces deux auteurs d’un article qui font du plagiat intellectuel hors contexte ne sont meme pas capable de refléchir ou de trouver des arguments sérieux . C’est exactement la meme démarche que ceux qui fabriquent ou font fabriquer des matériels jetables . C’est de la pensée de la meme nature que celle qui remplit les camion bennes .

                          Donc dans les décharges , s’entassent des détritus dont personne ne sait quoi faire sauf les entasser dans des sites comme la foret de brocéliande ...

                          Ensuite d’autres technocrates assorties d’un agrément préfectoral autorisent l’extension de tels sites. Puis ils inventent une taxe d’ordure ménagère puisque c’est maintenant des sociétés privés qui monnayent le droit de polluer .

                          Et à la source on gaspille donc des matières premières en quantité phénoménale, de l’energie à n’en plus finir pour avoir fabriqué dans des pays pauvres des objets qui vont cesser de fonctionner très vite . Et cela uniquement pour alimenter des profits faramineux mais aussi la fiscalité . Donc l’etat est largement complice comme pour les carburants .

                          En effets on prend par exemple les moteurs à combustion interne améliorés par injection de vapeur ( moteur dit à eau / reacteur pantone ) , l’economie représente un manque à gagner en TIPP , donc il n’y a en ce moment que des recherches privées dans ce domaine pour cause !

                          Au niveau des pays comme le notre il y a un gaspillage de savoir faire réel pour inciter simplement à consommer des choses inutiles voire dangeureuses comme avec les abus de médicaments , ou des additifs alimentaire carrément dangeureux pour la santé : Gaspillage la encore mais avec des impots qui rentrent dans les poches de l’etat et un faux deficit des institutions maladies puisque les maladies sont des sources de profits .

                          Faisont le ménage des parasites de la technocratie et non des pauvres qui ne sont que des victimes . Arretons les procédés crapuleux d’empoisonnement de la population, le lavage de cerveau TV et médias et tous les autres mensonges , l’education bradée par des programmes scolaires de QCM et d’abrutissement , des arts plastique n’incitant qu’a la laideur , des sciences réduites au service de l’industrie du profit ou à des recherches qui délibérement ne doivent pas aboutir !

                          Croyez moi il n’y aurai plus de SDFs dormant par terre et plus de pauvres dans le monde si des personnes cénsées et intègres s’y attelaient .Et dans ce pays comme dans les autres il en reste encore et disposé à se lever si on les laisse faire !

                          Et pour commencer autant commencer par regarder la source de tous les probleme : la recherche du profit spéculatif qui doit être supprimé et rendre tout ce qui à ete volé rendu au plus grand nombre .

                          Il n’y a meme pas ici une critique des fondements du capitalisme mais le constat d’une escroquerie gigantesque .Alors il est tant qu’elle s’arrete et que les responsables recoivent les chatiments dont ils veulent faire profiter les pauvres . Privez ces voleurs de tous leurs biens , et laissez les croupir dans la misère et que ceci ensuite serve de lecon à tous ceux qui veulent se livrer au pillage en se servant sur des institutions et des lois qu’ils ont dévoyées de leur mission fondamentale :

                          Cette mission se résule à ceci :
                          Le service du peuple et ceci est vrai pour n’importe quel regime politique !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès