Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Condamnation de José Bové : une victoire pour Monsanto

Condamnation de José Bové : une victoire pour Monsanto

José Bové a été condamné à 18 000 euros d’amende ou bien à effectuer près de six mois de prison ferme s’il refuse de s’acquitter de la totalité de la somme. De lourdes peines ont aussi été prononcées à l’encontre de plusieurs faucheurs d’OGM par le tribunal de Toulouse. Ces verdicts sonnent comme des coups de semonce dans une France qui semblait prête à entendre les revendications des écologistes.

C’est d’ailleurs au moment où les grandes firmes productrices d’OGM commençaient à considérer la France comme une terre hostile et peu accueillante vis-à-vis de leurs productions transgéniques que ces verdicts retentissent comme des signes favorables en leur direction.

Cette condamnation est une victoire pour la firme américaine Monsanto. En effet, le plus grand producteur d’OGM, trop habitué à pourfendre les barrières juridiques et politiques, ne tolérait pas que les Français s’opposent à la progression du marché des plantes transgéniques, alors que la plupart des pays avaient fini par s’y soumettre.

Le gouvernement français a d’ailleurs reçu un communiqué en forme d’avertissement au cours du mois d’août 2008 : « Un pays qui laisse une poignée d’obscurantistes saccager sa recherche se prive de toutes les promesses de progrès que celle-ci porte pour le présent et pour l’avenir, et ce au détriment des citoyens et des consommateurs de ce pays ».

« Le progrès pour le présent et l’avenir » dans le langage Monsanto signifie que les sommes d’argent reversées aux régions, pour que les hommes politiques favorisent le développement des OGM, auraient pu disparaître si le gouvernement de Nicolas Sarkozy ne matait pas tous ces « obscurantistes » s’opposant au progrès génétiquement modifié.

Heureusement pour Monsanto, Pioneer et toutes les autres firmes de l’agroalimentaire qui promeuvent les bienfaits du génétiquement modifié, la justice française est en passe de faire passer le goût de la désobéissance civique aux faucheurs.

Le gouvernement joue en effet un double jeu sur la question des OGM et la bande à Copé qui est officiellement liée aux industriels et à la FNSEA n’est pas pour rien dans ces hésitations et ces revirements. Car la clause de sauvegarde imposée par Nicolas Sarkozy n’a pas empêché Monsanto de poursuivre les plantations de maïs MON 810 en France.

Preuve en est le dernier fauchage dans la Vienne par les amis de José Bové qui a vu la destruction le vendredi 15 août de parcelles de maïs MON 810. Monsanto serait-il au-dessus des lois, car le gouvernement avait pourtant interdit la dissémination de maïs 810 en plein champ ? Mais, malgré la clause de sauvegarde imposée par le président et le principe de précaution qui prévaut étant donné que l’inoffensivité des OGM reste encore à prouver, la préfecture de la Vienne a annoncé que le Maïs OGM, détruit par José Bové et les siens, était pourtant cultivé en toute légalité. Car le ministère de l’Agriculture participe avec la firme américaine Monsanto à des expérimentations sur le maïs MON 810, au risque de contaminer l’environnement.

Jean-Louis Borloo, ministre de l’Ecologie, s’agite beaucoup, raconte au Figaro qu’il est un papa concerné par le réchauffement climatique et qu’il passe derrière son fiston pour éteindre l’ordinateur. Quant à sa secrétaire d’Etat, Nathalie Kosciusko-Morizet, elle promet aux journalistes monts et merveilles, chante les louanges de l’écologie aux médias de gauche et casse du sucre sur les écologistes devant la presse de droite, et pendant ce temps Monsanto a le champ libre pour développer ses essais transgéniques et polliniser les terrains avoisinants.

Le gouvernement a appris l’art de donner le change à l’opinion populaire et permet ainsi à la firme américaine de s’installer progressivement sur les terres françaises.

Pour avoir alerté l’opinion publique sur les actions de Monsanto et l’hypocrisie de la politique française, José Bové risque de passer six mois ferme en prison. Confrontés à un « Etat schizophrénique », les faucheurs d’OGM n’ont pour seule défense que la sincérité de leur action qui consiste à refuser qu’une multinationale connue pour le développement de produits comme l’agent orange, les hormones de croissance bovines ou bien le PCB, puisse impunément polluer les cultures conventionnelles et biologiques, contaminer l’apiculture et les consommateurs que nous sommes.

Grâce à la résistance des faucheurs, 100 % des cultures OGM Monsanto auraient été détruites en France, a indiqué la multinationale. Mais à l’évidence, le gouvernement de Nicolas Sarkozy ne semble pas prêt à s’en réjouir, car José Bové devrait également être jugé au tribunal de Bordeaux pour avoir détruit 2 000 tonnes de Maïs OGM.

A n’en pas douter, la justice française favorisera une nouvelle fois le lobby industriel au détriment de la santé publique dont les avocats se font de plus en plus rares.

Laurent Monserrat


Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (177 votes)




Réagissez à l'article

116 réactions à cet article    


  • myph 5 septembre 2008 10:31

    A revoir encore et encore le film le monde selon Monsanto et tous azimuts boycottons tous les produits de Monsanto et de ses filiales.


    • sisyphe sisyphe 5 septembre 2008 11:02

      Pétition de solidarité avec Bové. 
      Halte aux semeurs de mort et aux privatiseurs du vivant
      Honte à ce gouvernement et cette justice d’hypocrites et de corrompus, asservis aux lobbies des fossoyeurs de l’agriculture et des éradicateurs de la diversité. 

      Résistance civique. 


    • JL JL 5 septembre 2008 11:10

      @ Sisyphe : ce lien ne mène pas à une pétition.


    • sisyphe sisyphe 5 septembre 2008 13:42

      Non, effectivement. 
      Je ne sais pas si une pétition a déjà été lancée. 
      Je vais voir du côté des Amis de la Terre et autres ONG. 

      Sinon, on peut également proposer une collecte, où chaque personne, en accord avec Bové et les faucheurs volontaires, pourrait donner 1 €uro, jusqu’à couverture des amendes. 
      On peut facilement recueillir suffisamment de personnes, et démontrer ainsi la solidarité de la population avec la lutte contre les OGM. 

      I €uro contre les OGM, et pour la protection du vivant !


      On va voir comment ça peut s’organiser....


    • JL JL 5 septembre 2008 18:33

      Bonne idée, une collecte.


    • clostra 7 septembre 2008 18:42

      Alors, il faut devenir végétarien, voire végétalien...


    • Pierrot Pierrot 5 septembre 2008 10:33

      Bien fait pour Bové.

      Il y a encore une justice contre les terroristes qui saccagent les biens des autres, sous couvert d’une idéologie obscurantiste se prétendant écologiste.

      Qu’il en parle à son papa expert retraité de l’INRA.


      • Trashon Trashon 5 septembre 2008 10:53

        Tou à fait il devient urgent que l’on découvre l’intelligence génétiquement modifiée afin que l’on puisse vous en faire profiter !!!


      • el bourrico 5 septembre 2008 11:00

        Mon cher pierrot, on m’a toujours dit de ne pas répondre aux imbéciles parce que ça les instruisait.
        Donc.. restez dans vote connerie.


      • Zalka Zalka 5 septembre 2008 11:01

        Moi je dis qu’on doit aider la faucheuse à faucher les gens qui refusent de penser pareil que tout le monde. Au bucher ! Au bucher !

        Tu m’en remet un demi, bébert ?


      • JL JL 5 septembre 2008 11:13

        @ el bourrico : plus précisément, il faut éviter de parler aux imbéciles parce que ça ne les instruit pas. Comme on dit, c’est à ça qu’on les reconnait.


      • Yvance77 5 septembre 2008 13:13

        Pierrot, sortez du corps de lerna svp smiley


      • JL JL 5 septembre 2008 13:34

        Tiens !? Moins 3 ? Dois-je penser que les imbéciles ici, ne sont pas celui auquel je pensais ? Désolé pour El bourrico, dont j’apprécie par ailleurs la pertinence : il y a des choses qu’on nous a appris et qu’il faut remettre en question, comm par exemple : "la curiosité est un vilain défaut". Que ferions nous ici, tous, si nous appliquions ce principe ?


      • ZORBA 5 septembre 2008 17:37

        A lire ce commentaire je ne peux qu’etre tresen colere ,moi qui vis aupres d’un environement paysant au sud de la grece et ou j’entendai hier encore dire qu’il ne falait plus qu’ils utilisent les engrais vu le nombre d’entre eux qui meurent de cancers prematurement.
        au commentaire de pierrot j’ai envie de crier :CONNARD QUE TU ES,le terroriste c’est toi.TU ES UN SEMEUR DE MORT.


      • plume plume 5 septembre 2008 10:58

        trop vite oublié .....

        Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1793 Article 12 (l’arbitraire)

        Ceux qui solliciteraient, expédieraient, exécuteraient ou feraient exécuter des actes arbitraires, sont coupables et doivent être punis.

        Article 35

        Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.


        • sisyphe sisyphe 5 septembre 2008 11:06

          Monsanto, c’est la mort.


          • goc goc 5 septembre 2008 11:07

            courage, on a bien reussi a renvoyer des ministres devant les tribunaux dans l’affaire du sang contaminé, alors pourquoi pas dans l’affaire des OGM
            avec en plus une difference majeure, c’est qu’aujourd’hui ils savent !!!


            • Yifu66 7 septembre 2008 21:10

              Ils sont tous ressortis blanc comme neige, avec un non-lieu généralisé, souvenez-vous. On ne touche pas un ministre en France, de gauche comme de droite. Pas de jurisprudence surtout... Un lampiste, un lampiste !... Comme toujours !...


            • Voltaire Voltaire 5 septembre 2008 11:10

              Chacun est évidemment libre de manifester contre les OGM s’il le souhaite. Le problème est ici la destruction de biens privés, en particulier de biens appartenants à des agriculteurs. Le cas de Bordeaux est emblématique : on imagine la perte financière résultant de la destruction de 2000 tonnes de maïs !
              José Bovais a donc choisi une forme d’action incompatible avec le droit ; Quant à l’argument de santé, il ne tient évidemment pas, puisque ce maïs est destiné à la consommation animale ; il n’y a donc pas de possibilité de justifier ces destructions pas un risque quelconque. Il est regrettable qu’un syndicaliste se laisse emporter dans ce type d’action destructrice, alors que sa popularité lui permet de mener des actions médiatiques de façon légale.


              • Zalka Zalka 5 septembre 2008 11:35

                Plume, quel commentaire mesuré et tolérant !

                Vous avez raison ! José est gentil et monsanto est méchant ! Pourquoi aller plus loin ! Et ceux qui ne sont pas d’accord sont aussi des méchants.

                Et on commence à ne pas être d’accord dès qu’on exprime un doute ! A mort ceux qui doutent !


              • Trashon Trashon 5 septembre 2008 11:41

                @ voltaire quellle est la destruction la plus dramatique : Quelques centaines de kilos ou le risque de destruction par contamination de la totalité du mais naturel ?



              • plume plume 5 septembre 2008 11:59

                @Zalka
                sous couvert de "mesure et de tolérance" vous voulez nous faire gobe toute les conneries dite par les un et les autres
                et dire :
                oh tous va bien car on ne les mange pas le maïs c’est pour les animaux
                oui ...... utiliser pour la boucherie .... qu’on MANGE


                de plus ,je n’ai jamais dis que Bove était un gentil petit lapin blanc ,mais je suis presque sur que monsanto est bien plus dangereux pour notre sociétés que lui

                alors vos réflections à 2 balles de "... A mort ceux qui doutent !..."


              • Zalka Zalka 5 septembre 2008 12:00

                Le risque de contamination est réel, mais parler de destruction totale du maïs naturel ne prouve qu’une chose : vous ne connaissez rien de rien au problème.


              • Zalka Zalka 5 septembre 2008 12:04

                Je ne veux rien vous faire gober, plume. Je suis simplement choqué par votre fanatisme. Il se trouve que je suis contre les OGM, mais que je trouve le comportement des soi disants anti OGM (Bové en tête) comme stupide et contre productif.

                On l’a vu lors des débats à l’assemblée nationale : une bonne partie des députés de droite était très génée par le lobbying intensif de monsanto. Si Bové avait cherché à argumenter plutôt que détruire, il aurait peut être pu renverser la vapeur et faire que les cultures OGM subissent plus de contrainte.

                Alors, votre méthode qui consiste à insulter les gens qui ne sont pas d’accord, je la méprise.


              • plume plume 5 septembre 2008 12:30

                @Zalka

                il est vrais que les anti OGM sont peu être un peu "stupide et contre productif."mais il n’y a rien d’autre qui semble marche contre le rouleau compresseur mosantos. ils ont l’argent ,les avocats , quelques politiciens et du temps donc il arriveront doucement mais sûrement à ce qu’ils veulent , et en face à par cette ligne d’agité , on ne peux pas dire qu’il y ai grand chose

                et quand je lis ou j’entends que "
                Quant à l’argument de santé, il ne tient évidemment pas" ou "Les risques de contamination sont réel mais bon ont continu on verra bien "
                ça me mets hors de moi, alors la
                "mesure et la tolérance", je pense que c’est pas le moment de s’en occuper
                il y a un temps pour parlé et un temps pour agir

                de toute façon il faudra un jour que vous même vous choisissiez votre camps : rien faire ou bouger

                ps :je me fiche de votre mépris ... mais je ne vous en veux pas


              • Medkorp Medkorp 5 septembre 2008 12:52

                Salut !

                Malheureusement de nos jours, le droit est fait pour les sociétés et les puissants...(en tout cas c’est l’impression qu’il donne depuis quelques années)

                Essayé de faire un procès à un agriculteur ou à une société et vous ne verrez pas votre dossier traité avant plusieurs années....Et bien sur en attendant les "gentils OGM" continue leur prolifération....

                Il n’y a qu’a voir l’histoire du pcb, ddt, etc....





              • Zalka Zalka 5 septembre 2008 13:07

                Et bien justement, plume, on constate clairement que la méthode Bové ne marche pas. Il n’a obtenu absolument aucun résultat positif. La seule chose qu’il a obtenu, c’est une radicalisation de son camps qui refuse toute discution avec des députés de droite sous prétexte qu’ils seraient systématiquement vendu à "l’ennemi".

                "de toute façon il faudra un jour que vous même vous choisissiez votre camps : rien faire ou bouger "

                Pensée typiquement bushiste : choisir un camp... Avec vous ou contre vous. Un jour vous sortirez les fusils...


              • Trashon Trashon 5 septembre 2008 13:13

                A partir de quel moment la propagation du mon 810 par contamination serait elle donc stoppé zalka et par quels facteurs ?



              • plume plume 5 septembre 2008 13:19

                le fait de prendre position pour ou contre quelque chose n’est pas l’exclusivité des fachos ,des imbéciles ou des extrémistes
                mais bon vous proposer quoi :
                les médias , la justice , attendre que mosantos change d’avis ... quoi ?? expliquez nous ?
                car le anti OGM et autre perturbateurs ont déjà cherche dans les voies l’égale procès , médias , manif , pétitions etc ..mais rien en semble marcher
                alors il reste quoi ?!


              • Philippe B 5 septembre 2008 13:32

                > José Bovais a donc choisi une forme d’action incompatible avec le droit

                Bonjour,

                Les destructions de cultures OGM sont des actes illégaux, pas de doute la dessus. Mais existe-t-il une solution légale pour permettre aux citoyens français de manifester leur désaccord face à l’utilisation qui est faite de cette technologie aujourd’hui ? La manifestation, justement ? La pétition ? Déjà, ces formes d’expression rencontreraient-elles une attention suffisante sans les actions de Bové & Co ? Je ne le crois pas. Et ensuite ? Comment aller plus loin, légalement ? J’ai cherché, pourtant. Je n’ai rien trouvé. Il
                y a une vraie lacune dans notre démocratie sur ce point en France.

                La révision constitutionnelle en cours qui va instauré le délit de fauchage (dont on peut se demander s’il est bien utile vu les sanctions mentionnées dans l’article) va également instaurer un référendum d’initiative citoyenne. Est-ce la bonne réponse à notre problème ? Pas sûr (je ne pense pas qu’un référendum soit pertinent sur des dossiers foutoirs comme celui des OGM) mais c’est bien le signe qu’il manquait quelque chose.


              • JL JL 5 septembre 2008 13:39

                @ Voltaire, outre la contamination des parcelles voisines et même lointaines, il y va AUSSI de la santé animale. Pour ma part je suis très inquiet de savoir qu’on se prépare à mettre sur les étals de la viande d’animaux clonés. Dès que cela se produira, j’appliquerai personnellement le principe de précaution : je ne mangerai plus de viande susceptible de provenir de tels élevages.

                Déja je ne consomme plus de maïs s’il n’y a pas l’inscription "garantis sans OGM". Quand tous les maïs seront contaminés, je n’en consommerai plus du tout. Quand que Monsanto et ses souteneurs auront gagné, ce sera pour eux une victoire à la Pyrrhus.

                ps. Je croyais avoir posté ce commentaire ce matin. Aurait-il été passé à la trappe ?


              • JL JL 5 septembre 2008 13:45

                @ Philippe B : quel moyen d’action pour les citoyens ?

                Il faut sans cesse rappeler que le traité européen interdit les Class actions. Le libéralisme économique sans les Class actions c’est un sandwich sans garniture ni pain, qui n’a rien à envier aux totalitarismes les plus infects.


              • sisyphe sisyphe 5 septembre 2008 13:51

                @ Voltaire

                Intervention stupide. 
                La très grande majorité des français est contre la culture des OGM en plein champ, qui contaminent les parcelles de mais normal, définitivement. 
                La culture d’OGM en plein champ est donc un déni de justice, et une atteinte à la santé publique. 
                Il y a donc toute légitimité à les éradiquer.
                Invoquer la "destruction de biens privés" c’est collaborer avec les semeurs de mort. 
                Est-ce qu’on invoque la destruction de biens privés, quand on éradique des champs d’opium ou de coca ? 
                La culture OGM en plein champ fait, juridiquement, l’objet d’un soi-disant moratoire. 
                Ce sont donc ceux qui en cultivent qui sont dans l’illégalité, et dans la mise en danger de la santé publique. 
                La résistance civique est, ici, un acte de salubrité publique, qui s’impose.
                Soutien à Bové et aux faucheurs volontaires. 


              • sisyphe sisyphe 5 septembre 2008 13:57

                	 	 	 	

                		

                	 	 		 	 	 	


                	 	 	

                	 	 	 Les "Semeurs volontaires" contre le Sommet international du gène

                		 		 		 		

                Lors de l’AG des faucheurs volontaires à Grigny, Guy Kastler a pu expliquer longuement les dangers, au delà des OGM de première génération, des OGM transcontainers soit disant sécurisés actuellement en préparation, des plantes mutées, issues de fusions cellulaires et autres bidouillages brevetés des semences, ainsi que du nouveau Certificat d’obtention Véégétale( COV) qui fait des semences de ferme des contrefaçons. Il a conclu par un appel à défendre les droits des paysans de conserver, ressemer, échanger, vendre et protéger leurs semences contre les droits des obtenteurs qui seront en vedette lors du sommet international du gène le 28 octobre à Paris.

                La préparation d’un contre sommet par le collectif campagne-OGM, a été rejoint dimanche par les faucheurs volontaires, qui créent le mouvement des "semeurs volontaires" , lequel pourrait s’étendre à des organisations d’autres pays européens.

                le COV, Certificat d’obtention végétale, versé à chaque achat de semences, n’oblige pas à dévoiler le mode de bidouillage pour « créer » la semence et transforme la plante entière en propriété de l’obtenteur, contrairement au brevet qui porte sur la séquence de gènes.

                On mange tous les jours des légumes issus de ces « ogm clandestins » jamais étiquetés : tous les choux du commerce sont issus de fusion cellulaire pour leur implanter un gène de radis qui permet de faire des hybrides à haute valeur commerciale ajoutée. On ignore tout des effets de ces manipulations occultes sur la santé.

                Pour les éviter au jardin , le seule solution est d’acheter ses semences dans le Réseau Semences Paysannes ! Facile ?!

                Voir aussi les "ogm clandestins" dans EVOLUTION DU PAYSAGE SEMENCIER EUROPEEN

                		 			

                José Bové et les faucheurs d’OGM lancent le mouvement des semeurs volontaires

                jeudi 17 juillet 2008

                Le leader altermondialiste José Bové a annoncé dimanche le lancement du mouvement des semeurs volontaires, en marge de l’Assemblée générale du collectif des faucheurs volontaires qui s’est déroulé de samedi à lundi à Grigny (Rhône).

                "Nous avons décidé de lancer le mouvement des semeurs volontaires, afin d’élargir notre action", a déclaré M. Bové lors d’une conférence de presse organisée sur les bords du Rhône.

                "L’objectif est de dénoncer toutes les formes de privatisation du vivant, en permettant des échanges gratuits de semences", a-t-il expliqué.

                Actuellement, seules les semences ayant obtenu un certificat sont référencées dans le catalogue des semences et autorisées à la vente. Elles sont généralement fabriquées par des grands groupes, ce que les faucheurs volontaires veulent contrecarrer.

                "On va lancer un mouvement d’échanges gratuits et désobéir en plantant dans son champ, dans son potager ou sur son balcon des semences interdites", a indiqué M. Bové en soulignant ne pas savoir à quel type de poursuites son mouvement s’expose.

                "Il ne s’agit pas d’un changement d’objectif", a insisté le leader altermondialiste. "S’il y a besoin de faucher, nous continuerons de faucher", a-t-il prévenu, rappelant son opposition à la loi OGM.

                "On se bat depuis 11 ans contre les OGM parce qu’ils sont brevetés et qu’à travers ces brevets, les firmes essaient de privatiser le vivant", a-t-il expliqué.

                "Aujourd’hui d’autres firmes s’appuient sur les Certificats d’obtention végétale (COV) pour obliger les paysans et tous les gens qui font du jardinage à racheter tous les ans leurs semences" , développe-t-il.

                "C’est un nouveau hold-up sur les paysans et sur les citoyens qui utilisent des semences" , a renchéri M. Bové.

                La "privatisation" des semences est apparue au milieu des années 90, "lorsque il a été décidé que les aides publiques devaient être orientées et données uniquement lorsqu’on utilisait des semences du commerce", explique François Dufour, membre du collectif des faucheurs volontaires de la Manche.

                "On a fait payer l’ensemble des agriculteurs et une poignée de semenciers s’est approprié le droit de gérer les semences qui étaient inscrites à l’intérieur du catalogue", a-t-il déploré.

                Le mouvement des semeurs volontaires devrait connaître un temps fort le 28 octobre prochain à l’occasion de la 15e session du Comité international de bioéthique de l’Unesco à Paris."Nous appelons l’ensemble des organisations paysannes, de l’agriculture biologique et des mouvements environnementalistes à coordonner un contre-sommet pour la liberté des semences", a-t-il lancé.

                Ce contre-sommet se tiendra à Paris, dans un lieu qui reste à définir.


              • Philippe B 5 septembre 2008 13:59

                J’ai vaguement entendu parler des class actions, aux EU. Peut-être pouvez-vous rappeler brièvement ce que c’est ?


              • sisyphe sisyphe 5 septembre 2008 14:05
                			De faucheurs à semeurs 		
                		 			

                Le leader altermondialiste José Bové a annoncé dimanche le lancement du mouvement des semeurs volontaires, en marge de l’Assemblée générale du collectif des faucheurs volontaires qui se déroule de samedi à lundi à Grigny (Rhône). Il a déclaré, lors d’une conférence de presse organisée sur les bords du Rhône : "Nous avons décidé de lancer le mouvement des semeurs volontaires, afin d’élargir notre action". Il a expliqué : "L’objectif est de dénoncer toutes les formes de privatisation du vivant, en permettant des échanges gratuits de semences".

                Actuellement, seules les semences ayant obtenu un certificat sont référencées dans le catalogue des semences et autorisées à la vente. Elles sont généralement fabriquées par des grands groupes, ce que les faucheurs volontaires veulent contrecarrer. Soulignant ne pas savoir à quel type de poursuites son mouvement s’expose, José Bové a indiqué : "On va lancer un mouvement d’échanges gratuits et désobéir en plantant dans son champ, dans son potager ou sur son balcon des semences interdites". Le leader altermondialiste a insisté : "Il ne s’agit pas d’un changement d’objectif". Il a prévenu : "S’il y a besoin de faucher, nous continuerons de faucher", rappelant son opposition à la loi OGM. Et d’expliquer : "On se bat depuis 11 ans contre les OGM parce qu’ils sont brevetés et qu’à travers ces brevets, les firmes essaient de privatiser le vivant".

                Il développe : "Aujourd’hui d’autres firmes s’appuient sur les Certificats d’obtention végétale (COV) pour obliger les paysans et tous les gens qui font du jardinage à racheter tous les ans leurs semences". Et de renchérir : "C’est un nouveau hold-up sur les paysans et sur les citoyens qui utilisent des semences".

                La "privatisation" des semences est apparue au milieu des années 90, "lorsque il a été décidé que les aides publiques devaient être orientées et données uniquement lorsqu’on utilisait des semences du commerce", explique François Dufour, membre du collectif des faucheurs volontaires de la Manche. Il a déploré : "On a fait payer l’ensemble des agriculteurs et une poignée de semenciers s’est approprié le droit de gérer les semences qui étaient inscrites à l’intérieur du catalogue".


              • sisyphe sisyphe 5 septembre 2008 14:13
                Appel d’Orléans : un moratoire pour un printemps sans OGM
                		 			Agissez ! signez l’appel d’Orléans 			
                			 				 					 					31438 signatures en ligne 					 					et 63799 signatures "papier"
                soit 95237 en tout					 				


                Petition ici


                (Elle est déjà un peu ancienne, date de Mars 2007, mais soutenue par : [1] Agir pour l’Environnement, les Amis de la Terre, ATTAC, Bioconsom’acteurs, Biocoop, le Collectif des Faucheurs Volontaires, le Collectif 45 sans OGM, le Comité de Soutien 63, le Comité de Soutien aux faucheurs de Pithiviers, la Confédération Paysanne, la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique, GIET, Greenpeace, Nature & Progrès, le Réseau Semences Paysannes, Vigilance OGM 36)

              • Zalka Zalka 5 septembre 2008 14:21

                @Trashon : tu en parles comme s’il s’agissait d’un virus, alors qu’en réalité, il s’agit de génétique. Imagine une situation où les humains ne bougent pas et sont plantés dans le sol. Si tu transplante un scandinace en guinée, les gènes de la blondeur et des yeux bleux va se propager. Mais de là à éradiquer la pigmentation des noirs, c’est ridicule. Au bout d’un certain temps, il y aurait des gènes scandinave en guinée, mais jamais de disparition des gènes d’origine.

                De fait, une culture en plein champs d’un OGM propagera les gènes modifié, mais n’éradiquera jamais les gènes non modifiés. De plus, un paysan a le choix des cultures qu’il fait et peut donc parfaitement prendre des plants non "contaminés" pour ses culture ultérieures, ce qui limitera la propagation.

                @Plume : "le fait de prendre position pour ou contre quelque chose n’est pas l’exclusivité des fachos ,des imbéciles ou des extrémistes "

                Non effectivement. En revanche, traiter d’imbécile toute personne n’ayant pas fait allégeance à votre position est effectivement une tare d’extrèmiste.

                Ensuite oui, je propose qu’on passe par la loi, plutôt que par le fauchage. Quand Bové a commencé ses conneries, il y avait un vide juridique. En préférant faucher plutôt que d’informer et de faire pression sur les parlemantaires, il a contribué à faire passer une loi qui légalise ces cultures qui posent problème. Il a également aidé à ce que la législation sur les indications des boites d’aliments soient suffisament lâches pour que les consommateurs ne sachent pas ce qu’ils ont dans leurs assiettes. Pourtant une baisse des revenus des utilisateurs d’OGM auraient été le meilleur moyen d’empêcher la progression.

                Alors, la marche à suivre, c’est arrêter de faire les couillons, et faire une mauvaise pub aux produits avec OGM.

                Notez que si je trouve Bové alarmistes sur certains aspects des OGM (notamment la quasi comparaison avec une épidémie), il est en revanche extrèmement pertinent sur l’aspect captivation des cultivateurs : les brevets sur les semences obligent les agriculteurs à racheter tout les ans des semences.


              • sisyphe sisyphe 5 septembre 2008 14:38

                @ Zalka

                De fait, une culture en plein champs d’un OGM propagera les gènes modifié, mais n’éradiquera jamais les gènes non modifiés. De plus, un paysan a le choix des cultures qu’il fait et peut donc parfaitement prendre des plants non "contaminés" pour ses culture ultérieures, ce qui limitera la propagation.

                Eh bien, mais si, justement : le problème est là. 
                Rien ne peut arrêter la contamination. 
                Or, comme les semences Monsanto sont brevetées, Monsanto a le droit (comme ça se passe en Amérique), une fois un champ de maïs normal contaminé, de revendiquer LA TOTALITE de la récolte du champ en question (absolument véridique), au détriment du cultivateur "normal". 

                De plus, le mais Monsanto étant génétiquement équipé pour résister aux défoliants (Round Up, entre autres), les cultivateurs de champs OGM peuvent les traiter au Round Up, et, par contamination, détruire ou polluer les champs normaux avoisinants. 

                Encore, comme on l’a dit, les semences OGM ne sont pas auto-reproductibles, et rendent donc les cultivateurs (volontaires et contaminés) captifs, année après année, du fournisseur, aboutissant, progressivement, à une totale privatisation du vivant. 

                Enfin, les cultures OGM, de même que l’achat de brevets sur certains organismes (plantes) vivants, entrainent une éradication progressive de la diversité biologique. 

                Ces produits sont une vraie saloperie, qui a déjà provoqué des catastrophes en Inde ( récoltes faméliques, ruine et suicide de milliers de petits paysans, disparition de la diversité biologique), et dont on n’ encore aucune idée des effets à moyen et long terme sur la santé (toutes les études faites par Monsanto étant bidonnées) ; qu’on les avale directement, ou par l’intermédiaire d’animaux nourris aux OGM. 

                Monsanto est une multinationale de la mort et de la privatisation du vivant ; le fauchage est une mesure de salubrité publique, avec laquelle plus de 80% des français sont d’accord ; il n’y a aucune raison de se laisser imposer, contre la volonté du peuple, des mesures insalubres par une bande de députés et sénateurs corrompus par les lobbies des semeurs de mort. 

                Solidarité avec Bové. 


              • Voltaire Voltaire 5 septembre 2008 14:43

                Un premier commentaire ironique : il est assez comique de constater que mon post ait à la fois suscité autant de réponses et soit jugé par de si nombreux lecteurs "non constructif". Plus sérieusement, il est inquiétant de constater la difficulté de débattre sur ce sujet, tant toute analyse différente de celle des anti-OGM fondamentaux est aussitôt masquée, voire insultée. Enfin, le sujet commenté n’étais pas ici l’OGM mais la condamnation de Mr Bové pour destructions de champs ou récoltes.

                Je vais me permettre ici une analogie bien sûr un peu carricaturale, mais appropriée : certaines personnes sont contre l’avortement. Celles-ci sont d’ailleurs majoritaires dans certains états. Cela justifie t-il la destruction d’une clinique pratiquant l’avortement ?

                Certains commentaires suggèrent l’impossibilité de manifester leur oppositon aux OGM de façon légale. Est-ce bien réfléchi ? L’histoire est pleine de mobilisations réussies, qui ont fait reculer des gouvernement. Et je serais surpris que les actions actuelles développées contre le fichier EDVIGE n’aboutisse pas. Il est rare qu’un combat médiatique et d’opinion se gagne par des actions illégales, surtout attaquant des particuliers.

                D’autres commentaires sont liés au risque sanitaire ou environnemental. Inutile de refaire ici un débat mille fois répété. Pour la plupart des citoyens, la notion de risque statistique est difficile à appréhender. Je me contenterait de relever que d’innombrables produits présentants des risques avérés autrement plus importants pour la santé ou l’environnement sont utilisés par les détracteurs des OGM de façon quotidienne, sans que personne ne proteste.

                Un dernier mot en ce qui concerne l’alimentation animale : les soja et maïs OGM sont autorisés pour l’alimentation animale actuellement en Europe. La quasi totalité des bovins destinés à la consommation humaine (en France comme ailleurs dns les pays à agriculture intensive) sont nourris avec des OGM. Seule la culture est temporairement suspendue, et non l’importation. Si vous avez une inquiétude à ce sujet, je vous recommande de cesser de consommer de la viande de boeuf ou de volaille. Bien sûr, d’un point de vue scientifique, votre inquiétude est sans fondement (je passe les détails ici), mais d’un autre côté, on mange trop de viande dans nos pays, donc cela sera bon pour l’environnement (produire de la viande est très consommateur d’eau et d’énergie consacrée à produire l’alimentation du bétail) et votre santé.

                L’aspect économique des OGM (et la privatisation des semences) est bien sûr un autre sujet qui mériterait débat.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès