Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > COP 22 Chronique N°2 : Un appel est lancé pour l’éducation

COP 22 Chronique N°2 : Un appel est lancé pour l’éducation

Voilà c’est démarré nous y sommes, la COP 22 a ouvert ses portes le 7 octobre à Marrakech. Pour les acteurs de l’éducation à l’environnement ça pourrait être une grande date, nous assistons en effet à une mobilisation importante en vue de la journée du 14 novembre qui fait suite au « thématic day education » du 4 décembre 2015 qui, grâce à l’action de la société civile avait entrouvert la porte des COP sur la question éducative. 

Face au risque climatique : l’éducation

L’accord de Paris dans son article 12 énonce : « qu’il convient d’améliorer l’éducation, la formation, la sensibilisation, la participation du public et l’accès à l’information [...] ». C’est bien de l’avoir dit et écrit, puis ratifié, maintenant il faut le mettre en œuvre. En prenons nous bien le chemin ? En effet les représentants de la communauté éducative de l’environnement et du développement durable sont cantonnés en zone verte et n’ont pas accès à la zone bleue où se passent les négociations. Nous pensons nous que l’éducation est une affaire sérieuse et qu’elle doit figurer à l’agenda des solutions. Nous pensons que l’éducation doit figurer dans la déclaration finale de la COP 22. Pour cela est lancé l’appel de Marrakech pour l’éducation. Il n’y aura pas de transition sans éducation.

Une éducation complètement rénovée.

Il ne s’agit en rien de faire des cours d’environnement ou de développement durable dans les établissements, il ne s’agit pas de déverser des connaissances venant d’ « experts » dans l’esprit de la population. Il s’agit de proposer à tous, jeunes et moins jeunes, dans l’école et hors de l’école, de vivre des expériences fondatrices d’une citoyenneté nouvelle qui non seulement s’occupe dans le court terme du sort des humains mais aussi du sort de l’eau, de l’air, du sol, des bêtes, des plantes et des équilibres des écosystèmes. Et ceci dans le temps long et ainsi en définitive de s’occuper aussi des humains dans ce qu’ils ont peut-être de plus précieux, leur nid.

De nouvelles compétences

La question du lire et écrire est toujours au cœur de l’éducation, puisque c’est le premier chemin pour que chacun puisse évoluer et se construire une pensée autonome, toutefois de nouvelles compétences sont aujourd’hui nécessaires. Complexité, prospective, altérité, aptitude au faire ensemble doivent être des préoccupations présentes dans l’esprit de tous les éducateurs. La création de lien avec la nature et la réflexion sur l’éthique sont du même registre.

Retrouver les grands équilibres écologiques.

Seuls des citoyens autonomes, avertis, conscients des enjeux et aptes à agir pourront s’engager dans les changements nécessaires pour qu’un jour nous retrouvions les grands équilibres écologiques. Parce que même si ça parait fou et inaccessible, c’est bien ça l’enjeu ! Nous devons nous, les humains, tout mettre en jeu pour retrouver les grands équilibres écologiques. Ce dont nos enfants et nous même avons besoin.

Les trois conditions de la réussite.

Pour que se réalisent ces progrès nécessaires et urgents il y a trois avancées déterminantes à faire : d’abord nous devons construire une communauté internationale des acteurs de l’éducation pour la transition. Elle doit accueillir tous ceux qui travaillent pour que tous les humains apprennent une autre façon d’habiter la Terre. Ensuite les expériences éducatives de terrain doivent être reconnues et valorisées et leurs éléments les plus significatifs doivent être partagés. Enfin des moyens structurels et financiers doivent être donnés autant à ces communautés éducatives qui sous nos yeux s’organisent à toutes les échelles de territoire qu’aux projets de terrains qui doivent se multiplier et s’améliorer toujours pour que tous les humains puissent jouir de cette éducation pour la transition.

Un appel co-construit à Marrakech.

L’appel ne s’est pas construit en un jour et n’est pas le fruit du hasard, nous le devons aux enseignants de l’enseignement supérieur réunis au sein du REUNIFEDD qui se sont mobilisés pour que la COP 22 nous donne espoir à tous et puisse nous lancer de façon encore plus volontaires dans l’action, pour une éducation vivante, riche et colorée. Les deux associations Réseau Ecole et Nature et l’IFREE se sont associées aux universitaires avec une grande facilité. L’université Cadi Ayyad, le muséum d’histoire naturelle et l’Ecole normale supérieure de Marrakech ont joué un rôle clé dans l’organisation du séminaire des 3 et 4 novembre et des deux journées scientifiques qui ont suivies. La vingtaine d’acteurs rassemblés venant du Maroc, du Burkina Fasso, du Sénégal et de France ont trouvé ainsi d’excellentes conditions de travail et un accueil des plus chaleureux. Educateurs de tous pays nous sommes ensemble, solidaires plus que jamais face à la crise climatique, nous formons une communauté d’intelligence c’est certain, mais aussi une communauté de cœur, c’est profondément humain et l’occasion d’une grande espérance.

Un MOOC développement durable pour l’Afrique

Le REUNIFEDD et l’Agence Universitaire de la Francophonie ont lancé le 9 novembre un MOOC d’un nouveau type. Les étudiants sont invités à co-construire le MOOC dès à présent en faisant connaitre leurs centres d’intérêt. L’enseignement se déroulera sur 6 semaines et commencera en septembre 2017. Le teaser du MOOC en dit beaucoup et permet d’entrer dans l’action. Avec, derrière nous, le chemin déjà parcouru, avec nos savoirs faire, avec notre volonté de fer de développer ensemble une éducation joyeuse, inventive, heureuse et émancipatrice ; avec le numérique nous avons tous dans les mains pour réussir ! Et ça démarre ici à Marrakech.

A suivre

Roland Gérard codirecteur du Réseau Ecole et Nature.

Documents joints à cet article

COP 22 Chronique N°2 : Un appel est lancé pour l'éducation COP 22 Chronique N°2 : Un appel est lancé pour l'éducation COP 22 Chronique N°2 : Un appel est lancé pour l'éducation

Moyenne des avis sur cet article :  3.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 10 novembre 11:56

    Ca ne vous parait pas un peu surréaliste de présenter un tel texte alors que le nouveau président du pays le plus énergivore, pollueur et producteur de CO2 a annoncé qu’il dénoncerait les accords liés à la COP21 ?


    • joletaxi 10 novembre 12:28

      tiens revoilà la main verte

      comment osez-vous évoquer ce raout festif(aux frais de la population dont vous vous prévalez de faire « l’éducation », mais qui elle se lève tôt pour payer la note du banquet) ?
      25 à 30.000 zozos dans votre genre, qui à longueur de journée nous agonisent de consommer local,à nous déplacer à pied, à vélo, à limiter notre empreinte carbone, et qui se rassemblent pour papoter,inutilement, sans hésiter à brûler des centaines de tonnes de kérozène et autres polluants selon vos termes

      on peut espérer qu’avec Trump, et sa nouvelle administration, tout ce barnum ruineux va cesser, et que toute votre clique cesse de nous faire les poches.

      mais quelle bande !


      • mmbbb 11 novembre 19:16

        @joletaxi une fois n’est pas coutume ok avec votre propos . En complement , il nous fait la morale en etant payer par nos impôts le must en matière Quant aux cyclistes a Lyon ce sont des vrais connards, ils grillent les feux rouge et l un deux s’est pris un gamin, ce petit con etait vert . Que ces neo moralisateurs commencent a apprendre la civilite a Lyon c’est une porcherie .


      • Robert Lavigue Robert Lavigue 10 novembre 13:22

        Aller à Marrakech pour faire la promotion d’un mooc (un cours par correspondance en ligne, pour utiliser le langage courant).
        Est-ce que vous foutez de la gueule du monde ?

        1) C’est beau le tourisme de l’éducation de transition. Vous avez même rencontré des indigènes en tenue folklorique, si j’en crois votre dernière photo...

        2) Ca paye bien vos foutaises ?

        3) Qui c’est qui paye ?


        • zygzornifle zygzornifle 10 novembre 14:30

          La COP 22 les 22 copains qui se tapent un bon coup de fourchette sur le dos des contribuables ....


          • zygzornifle zygzornifle 10 novembre 14:32

            Quand on veut lutter contre le réchauffement on commence déjà par la vidéo conférence et non par des déplacements qui consomment des centaines de milliers de litres de carburant , on nous prend pour des imbéciles ..... 


            • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 10 novembre 17:05

              @zygzornifle

              C’est bien exacte, ils se donnent au tourisme politique de masse qui pollue gravement et la nature et les esprits crédules !

            • mmbbb 11 novembre 11:09

              @zygzornifle moi je ferai un geste « eco citoyen » desormais je ne mangerai plus de cassoulet afin de preserver l ’atmosphere ..


            • zygzornifle zygzornifle 12 novembre 16:37

              @mmbbb


               faut utiliser les saucisses comme bouchon .....

            • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 10 novembre 17:03

              Il faut arrêter ces histoires des COCUS ... Depuis la comédie de Hollande en décembre 2015 la pollution a augmenté de façon exponentielle !


              Oui tout le monde a bien compris le fonctionnement de ce Nouveau Monde de toutes les hypocrisies : TOUS RATIFIENT ET CES RATIFICATIONS SONT COMME LES RÉSOLUTIONS DE LA CARCASSE ONUSIENNE : Elles sont cocucaduques !

              • Claudec Claudec 10 novembre 17:33

                Je partage assez largement les propos ci-dessus : Il y en a assez de ce tourisme écolo au frais du cochon de payant, qu’il s’agisse des COP successives et autres grand-messes du même tonneau ou d’initiatives plus ou moins individuelles, faisant avant tout le bonheur, voire la richesse, de ceux qui s’y livrent, sans changer d’un iota la situation.


                Mais pour revenir à la COP 22 et à ses préoccupations en matière d’énergies et de GES, je profite de l’occasion pour renouveler ma question :

                À quoi sert le remplacement des énergies fossiles par d’autres, a fortiori renouvelables – ce qui ne peut qu’encourager production et consommation au détriment des velléités les plus sincères de frugalité –, si la prolifération des hommes génère des besoins, déchets et désordres croissant avec elle (100 millions d’être humains supplémentaires chaque année) ?

                Le réchauffement planétaire, les problèmes énergétiques présents et à venir, le pillage des ressources de la planète, la pollution, les atteintes à l’environnement, la faim dans le monde, les conflits, guerres et violences de toutes sortes, les flux migratoires qui en résultent, qu’ils soient de nature ethnique, politique, climatique, économique, etc. avec leur cortège de misères, sont autant d’aspects d’une problématique globale ayant pour cause la multiplication du super prédateur qu’est l’homme.

                Les représentants de tous les pouvoirs, qui ne voient en l’homme que chair à production – et à consommation –, à canons, à impôts, à retraites ou à luttes idéologiques, doivent être conscients qu’ils seront jugés – peut-être même de leur vivant, à l’allure où vont les choses – par leurs enfants. Ils seront comptables devant pauvres et riches, d’un même désastre qui ne sera finalement rien d’autre que démographique.


                • fatallah 10 novembre 20:36

                  Les COP sont d’énormes gaspillages utiles. Si les gens voulaient bien comprendre en lisant les publications du GIEC, il n’y aurait pas besoin de ces barnums.
                  Mais hélas, ils regardent la télé et ne lisent pas s’il y a plus de 100 mots. Et encore, pas des mots trop techniques.
                  Et ils ne réfléchissent pas plus que les commentateurs qui me précédent.
                  Il faut donc réunir les gens pour qu’ils parlent et fassent parler de l’urgence en matière d’environnement. Cela ne suffit pas mais c’est mieux que le programme à la télé.


                  • mmbbb 11 novembre 10:07

                    @fatallah ecoutez les preches des ecolos bobo hedonistes tel N Hulot qui a pris son pied dans un Sukhoi 27, avion de combat russe qui a avale 4 tonnes de carburant, non merci. Ras le bol de cette neo morale . Ce sont des nouveaux cures de la nouvelle religion ; faites ce que je dis, mais pas ce que je fais . Ces usurpateurs de la morale ; basta . Quant a la nouvelle generation, elle jouit de tous les apports de la science apres ces belles paroles, ces gens la prendront l avion pour aller a l autre bout du monde passer des vacances exotiques . Tous ces personnes avisées qui ne cessent de critiquer cette socitee materialiste de consommation ok mais bemol Onfray le dit par exemple mais il ne vit pas dans la miseren qu il fasse comme Diogene le cynisque vivre dans un tonneau alors je le suivrai comme Hulot


                  • ENZOLIGARK 14 novembre 04:26

                    D ’ apres [ latribune . fr du 13/11/16 ... ] , ... MonacOOO $erait au $ecour$ de la Mediterranee  !!!!!!!!! . Le$ yacht$$$$$$$$$ motori$e$ ne $eront plus autori$e$ au Rocher Grimaldouille et le Vendee Globe pourrait devenir le Rocher Globe  ! ( ? ) . Vous y croaaaayez  ! ( ? ) ... АФФ ИСС per a CORSICA * ... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès