Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Copenhague, c’est fini, on oublie ?

Copenhague, c’est fini, on oublie ?

Ce sommet aura au moins mis tout le monde d’accord sur une chose : si les négociations ont échoué, c’est la faute à l’ONU, plus précisément au système onusien : négocier à 190 ou rien. Donc on n’obtient rien la plupart du temps. De toute manière, on se rend bien compte que l’Homme n’est pas fait pour planifier sur un siècle... Et comment y parvenir après tout ? Aurait-on pu prédire le XXème siècle en 1909 ?

Trop de monde pour se mettre d’accord
 

Un échec ?

Le COP 15 a viré au FLOP 15... Et comment ! C’est comme s’il ne s’était rien passé : tout le monde était à peu près d’accord que le réchauffement c’est pas cool (ok mauvais jeu de mots), mais aucune ébauche de solution pour empêcher ça... La majeure partie des débats était axée sur les plans de financement et l’aide aux pays pauvres à établir afin de lutter contre le réchauffement. Malheureusement les pays africains sont de l’avis général les grands perdants de ce sommet : on leur a promis des aides, mais on n’a pas précisé leur montant, leur durée, et de qui elles viendraient. On continue donc effectivement à perdre du temps.

On peut voir l’engagement environnemental des nations comme un prétexte à la relance d’un système économique, un système qui reste cependant ancré à la logique de l’emprunt et de la spéculation sur une bulle verte prête à exploser à tout moment. On peut même du coup penser que certains pays (Chine, Inde et USA en particulier) acceptent la relance mais refusent la refonte du système. Les grands acteurs économiques n’ont donc pas pu se mettre d’accord sur un nouveau modèle écologique et économique pour remplacer l’actuel fonctionnement de notre société occidentale, qui a ô combien fait ses preuves... On avait l’occasion d’améliorer le modèle existant et repenser le monde pour éviter les gaspillages en tout genre, mais le manque de confiance des uns envers les autres et l’absence de compromis dans les réactions de certains pays est une barrière insurmontable pour trouver un accord global.

Tout comme Kyoto il y a 12 ans, Copenhague est un cuisant échec. Vendre du rêve est toujours plus facile que de trouver des solutions réalistes. De toute façon, c’était déjà prévu avant, maintenant il faut juste ne pas baisser les bras. Pour relativiser peut-être l’échec du COP 15, on peut le voir comme une foire pour calmer les écolos tout en préparant l’avenir économique mondial, bien joué quand même. L’Europe, encore une fois, s’est retrouvée hors jeu malgré toutes ses bonnes intentions. L’Union Européenne a maintenant une occasion historique d’affirmer son point de vue et de montrer l’exemple.

Se focaliser sur les vrais problèmes

On biaise totalement l’arbitrage des problèmes en faveur du CO2, pour des raisons politiques (lobbying). Un exemple parmi d’autres, les famines causées par la conversion massive de plans de céréales en plan d’oléagineux (biocarburants). C’est bien là une solution qui montre l’égoïsme des occidentaux, qui trouvent une pseudo-solution à leur problème (rouler en produisant moins de CO2, mais aussi préparer l’après-pétrole), sans prendre égard aux conséquences désastreuses de cette solution dans d’autres pays. Là ils abordent la problématique environnementale sous le mauvais angle puisqu’ils ne proposent qu’une solution de racro bricolée à la va vite afin de trouver une alternative au pétrole. Avant de mettre en péril ces populations, le fameux principe de précaution aurait plutôt signifié d’encourager à rouler moins, afin d’économiser pétrole et CO2.

En même temps, d’autres problèmes se voient relégués au second plan : pollution marine et surpêche, OGM, pesticides... Avec les gâchis commis aujourd’hui (comme la surpêche), on entre déjà dans la dégradation des libertés individuelles : on voit très mal un gouvernement interdire des produits alimentaires issus de la pêche intensive ou encore interdire le commerce du sushi, cela prouve bien qu’il y a un souci au niveau de la conscience collective. Dans la grande majorité nous ne sommes pas prêts à renoncer à ces petites libertés de tous les jours et encore moins si nous sommes les seuls à devoir nous sacrifier...

Il s’agit de conjuguer l’urgence climatique et la justice sociale. "Une fois encore, ceux qui sont à l’origine des problèmes nous expliquent qu’ils ont des solutions : le marché d’émission de gaz carbonique, le soi-disant "charbon propre", l’énergie nucléaire, les agro-fuels, et même un "new deal" vert. Mais ce sont des fausses solutions, des illusions néolibérales. Il nous faut aller au-delà de ces illusions. Les solutions réelles au changement climatique sont en train de ses construire avec ceux qui ont toujours protégé la terre et ceux qui se battent tous les jours pour défendre l’environnement et leurs conditions de vie. Nous devons aujourd’hui globaliser ces solutions. Pour nous, les luttes pour la justice climatique et la justice sociale sont la même chose. C’est la lutte pour l’accès à la terre, la défense des forets, l’accès à l’eau, la réforme agraire et urbaine, la souveraineté alimentaire et énergétique, la lutte pour le droit des femmes et le droit des travailleurs. C’est le combat pour l’égalité et la justice pour les populations indigènes, pour les peuples du "Sud global", pour la répartition des richesses et la reconnaissance de la dette écologique historique que doivent les pays du Nord. Contre les intérêts désincarnés et dominés par la logique du marché des élites et contre le modèle dominant de développement basé sur le consumérisme et la croissance sans fin, le mouvement pour la justice climatique revendique la défense des "biens communs" et met les questions sociales et économiques au cœur de notre combat contre le changement de climat..."

Le réchauffement mis en doute

Comme il n’y a pas de preuve scientifique infaillible, on peut pas encore être à 100 % convaincu de la réalité du réchauffement climatique, et a fortiori de son origine humaine. Par principe de précaution, mieux vaut y croire quand même, afin de ne prendre aucun risque (je n’énoncerai pas d’arguments pour et contre le réchauffement ici, ce n’est pas le sujet). Mais après, tout dépend du système de valeurs qui est propre à chaque individu. Le problème du principe de précaution appliqué au réchauffement climatique, c’est qu’on consacre de la ressource à quelque chose qui reste une éventualité, alors qu’on devrait se concentrer plutôt sur des problèmes existants avérés qui se voient empirés au lieu d’être résolus. Je pense particulièrement au sommet sur la faim en novembre, qui est plus ou moins tombé aux oubliettes, à l’ombre de Copenhague : COP15 aurait dû régler en corollaire le problème de la faim dans le monde. A vouloir trop faire à la fois, on ne fait finalement rien correctement.

Dans les deux sens (pour ou contre la théorie du réchauffement climatique d’origine anthropique), on fait preuve de subjectivité : on éclipse des informations pour ne garder que des arguments en faveur de son point du vue, on simplifie à l’extrême. On ne part pas d’un contexte neutre où on essaie honnêtement de réfléchir en faisant la part des choses pour arriver à un résultat objectif. Non, on part du résultat qu’on prédéfinit (réchauffement ou pas), et on rassemble tout un tas d’arguments qui vont dans le sens de résultat, afin de construire un raisonnement infaillible... L’histoire récente du "Climate Gate" c’est ça. C’est un peu à celui qui fera preuve de plus de pragmatisme ; mais à force d’être trop pragmatique on finit par shunter nos raisonnements en ne retenant que les arguments qui appuient notre théorie. Ca ne fonctionne évidemment pas. Dans les deux camps, il manque tout simplement des preuves réelles et tangibles ! Et pour ceux qui se plaignent d’être censurés : ce n’est pas parce que l’on cherche à museler un point de vue que celui ci est forcément vrai. Les médias ne doivent pas tomber dans l’écueil de donner un temps de parole démesuré à n’importe quel hurlu-berlu qui raconte n’importe quoi pour faire parler de lui (suivez mon regard... Claude Allègre).

Climat et lobbying : La science, instrumentalisée au service des intérêts privés. C’est encore une fois valable dans les deux sens, que ce soit les grands groupes pétroliers comme Exxon Mobil qui sont derrière les "climato-sceptiques" pour calmer le jeu, ou les "réchauffistes" qui ont des liens avec de grands hedge funds green, de la bourse au carbone...

Mais qui sont vraiment les climato-sceptiques ?

"Le vilain néologisme « climato-sceptique », qu’on écrira bientôt « climatosceptique » sans trait d’union, fait désormais la manchette des moins mauvais journaux. Comme tous les mots véhiculant des idées chargées d’émotion, il prête à malentendu.Pour simplifier, je dirais qu’il existe quatre catégories de climatosceptiques :

  • Il y a ceux qui sont payés ou instrumentalisés par les compagnies pétrolières, gazières, charbonnières et autres grandes entreprises ayant intérêt à calmer le jeu, avec la complicité passive ou active des Etats qui leur sont liés.
  • Il y a ceux, citoyens ordinaires, que leur bon sens porte à douter (à tort ou à raison) et à penser que la planète connaît peut-être des priorités plus urgentes que le global warming.
  • Il y a les climatologues qui en toute bonne foi pensent que le beau consensus présenté par ce machin nommé Giec ou IPCC, sorte d’ONU de la science climatique, masque trop de failles et d’insuffisances pour justifier ce bruit et cette fureur.
  • Et puis il y a ceux, les plus rares et les plus intéressants, qui, scientifiques de haut niveau sans être climatologues à part entière, formulent des objections relevant à la fois de l’épistémologie (science de la science) et de la psychologie individuelle et collective. L’un de ces derniers est le physicien américain Freeman Dyson : selon lui, en dépit des progrès réalisés ces trente dernières années, les climatologues savent pertinemment qu’ils ne connaissent pas toutes les variables à prendre en compte pour modéliser l’évolution du climat, et, à plus forte raison, qu’ils ne savent pas comment pondérer celles qu’ils connaissent. qu’est-ce donc qu’une équation dans laquelle le nombre de variables est inconnu et dans laquelle les variables connues ne peuvent être affectées d’aucun coefficient crédible ? Ce type de soupçon ne remet pas forcément en cause la thèse principale selon laquelle nous sommes confrontés à la menace d’un réchauffement planétaire substantiel, mais en bonne rigueur scientifique, cette thèse n’est pas vérifiée. Pour dire les choses autrement, le point de vue développé par Dyson est que les climatologues auteurs et défenseurs du « consensus » en savent beaucoup moins qu’ils le prétendent. Il y a même de bonnes raisons de penser que beaucoup de climatologues ont intérêt à survaloriser ce qu’ils savent. Il est de leur intérêt objectif de surestimer un risque, car c’est une façon bien répertoriée d’attirer l’attention à la fois des médias et des bailleurs de fonds. Surtout si la majorité des chercheurs participent de cette attitude. Pour un scientifique, aller à contre-courant, c’est prendre un risque.

Bref, résumons

Que le réchauffement de la planète (ou de certaines de ses parties) soit une réalité , cela n’est pas objet de polémique. Que ce phénomène soit, du moins en partie, d’origine humaine (anthropique), cela est assez partagé . Que ce soit (aussi) l’effet d’un processus naturel, d’origine solaire c’est tout à fait possible. Si certaines causes sont anthropiques, peut-on les "prouver" ou en déterminer la probabilité plus ou moins grande ? Les sciences de la nature et les experts sont-ils crédibles sur ces sujets ?

La polémique est parfois rude, vu l’hypercomplexité du problème et la tendance à simplifier à l’extrême. Difficile de concilier les points de vue, même apparemment bien informés sur cette question... chaude ! La climatologie a encore beaucoup a nous apprendre... Paradoxalement, malgré l’avènement de l’ère numérique, il est de plus en plus difficile de vérifier la fiabilité de l’info aujourd’hui, peut-être justement à cause de l’inondation d’informations sur Internet.

Ceci dit n’oublions pas que le GIEC estime qu’il est fort probable que les activités humaines participent au réchauffement climatique et aux changements. Ils n’existe évidemment pas de preuves, car le système est complexe. Disons qu’un vaste ensemble de faits montre que pour l’augmentation récente des températures, il est plausible que l’activité humaine soit le principal contributeur, bien que des phénomènes "naturels" semblent aussi concourir pour une faible part.

Il ne faut pas perdre notre temps à chercher quel camp détient la vérité, l’idée c’est qu’on ne peut pas mesurer clairement et avec certitude le réchauffement climatique. Je pense pour autant que nous nous devons de maintenir notre écosystème, de limiter les dommages collatéraux dus à l’exploitation de nos ressources tout en ne renoncant pas au progrès et à la croissance. Et par progrès, il faut comprendre optimisation et rationalisation de nos façons de consommer et de produire.

Cet échec du sommet de Copenhague donne l’impression finalement que les problèmes écologiques ne sont pas pris assez au sérieux. Le danger, c’est de laisser tomber tout début de bonne volonté maintenant sous prétexte que nos dirigeants ont été incapables de s’accorder. Les écologistes doivent prendre garde à ne pas desservir leur cause - préserver la planète pour que l’homme puisse en profiter durablement - en se détournant de la science pour biaiser leurs résultats de manière irrationnelle, et devenir en quelque sorte des intégristes. Il existe un risque que de plus en plus de gens tournent le dos aux thèses des "réchauffistes". Il faut prendre garde à l’endormissement du peuple pour au final constater que d’un point de vue politique, nous ne décidons plus de rien. La démocratie aujourd’hui n’est plus le pouvoir du peuple, mais le pouvoir d’une partie très limitée du peuple (les lobbies). Il faut donc continuer à se battre pour exprimer ce nous pensons être vrai au fond de nous-mêmes, afin de préparer l’avenir de nos enfants. Telle est notre mission à chacun de nous, si tant est que nous avons une mission en ce bas monde.


Moyenne des avis sur cet article :  2.82/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • manusan 24 décembre 2009 10:02

    je viens de regardez ceci, ça date un peu, mais c’est très instructif et détaillé.

    http://storage02.brainsonic.com/customers2/entrecom/20080227_Spie/session_1 _fr_new/files/index.html

    Je me permet de corriger l’article quand il conclut : afin de préparer l’avenir de nos enfants. avec un pic pétrolié autour de 2015 selon Shell, Exxon et Total, je dirais : afin de préparer notre avenir proche, 2020, 2030, tout simplement.


    • Julien Fischer Julien Fischer 24 décembre 2009 10:26

      Ah oui Jancovici je connais bien, j’avais vu sa conférence aux semaines sociales de France fin 2007, ça m’avait fait une claque - à la fois par son débit d’informations qui oblige a être bien réveillé pour suivre, et bien sûr par le contenu qui interpelle n’importe qui se souciant un peu de l’avenir de la planète et la société humaine...


    • zelectron zelectron 24 décembre 2009 12:55

      Pour ma part, j’accuse les secteurs du « jetable » y compris les automobiles bien sûr soit disantes recyclables à x%, mais que fait-on des déchets « ultimes » ? Je sais pertinemment (depuis belle lurette) que fabriquer une automobile « inusable »* serait un crime contre l’économie (laquelle ?) et par extension facile un crime contre l’humanité, mais enfin quoi, on se moque de nous !
      Le plus curieux de cette histoire c’est que le prix de revient d’un tel véhicule ne serait guère plus élevé y compris « électrique » toutes proportions gardées (batteries fort chères).
      Et si ça s’arrêtait là, mais non, on pourrait rajouter pèle-mêle les emballages, le petit et gros électro-ménager, le monde des gadgets, le monde du vêtement et celui des « pets » ...je m’arrête, c’est insensé, ces comportements sont une injure à la vie.

      *-très peu usable


      • non666 non666 24 décembre 2009 14:19

        J’ai déja donné mon interpretation de cet echec de Copenhague :
        http://www.agoravox.fr/tribune-libre/politiques-citoyens/article/copenhague-un-munich-du-climat-67056#forum2359996

        Mais , vendre la thèse d’un echec due au « trop grand nombre de participant » , revient a dire que comme les etats unis, nous defendrions un monde gouverné par quelques uns (en fait les seuls etats unis à terme) avec des decisions qui s’imposent a tous.

        Or ça on connait, cela donne le FMI , La banque mondiale, l’OMC, l’OTAN .....
        Au depart on mouille les « moyennes puissances » , celles qui ont du potentiel a rassembler contre« l’Autorité supreme » , puis, petit a petit, on vassalise tout le monde.

        Les plus grands polueurs sont les etats unis et la Chine.
        C’est un fait.
        La France est un des rares pays dont la foret augmente depuis Louis XIV , c’est un fait.
        Donc agir sans les gros pollueurs est impossible , c’est evident mais attendre que le reste du tiers monde devienne comme la Chine est excessiovement dangueureux et je ne vois pas au nom de quoi , le reste du monde validerait ce qui s’est decidé sans lui...

        De plus les etats unis sont a un krach monaitaire pres , proche de l’effondrement economique.
        Pourquoi ne pas attendre leur faillite via le retour des dollars « at home » ?
        Avec une monnaie qui ne vaut plus rien, on n’achete pas de pétrole, on ne pollue plus !
        C’est l’effondrement du rouble, avec son cours anterieur forcé, qui a provoiqué l’effondrement de l’union sovietique et de son autorité sur le Comecon.
        Pourquoi ne pas provoquer le meme effondrement des pollueurs yankees ?

        De plus l’echec de Copenhague est d’abord et surtout due au fait que certains (Sarkozy au hasard) en ont fait LEUR enjeu pour se refaire une credibilité.....
        Comme il n’en ont pas plus que le « prix nobel de la Paix » qui renforce ses effectifs en Afghanistan , personne n’est pret a leur faire la moindre concession.





        • sisyphe sisyphe 25 décembre 2009 04:24

          Excellent article, qui pose bien les problèmes, en faisant la part des choses.

          Pour ce qui est du lobbying, il faut bien voir que celui exercé par les compagnies pétrolières, gazières, charbonnières et industries polluantes, relayé par les ultralibéraux, est beaucoup plus opérant, depuis beaucoup plus longtemps, et avec beaucoup plus de moyens, qu’un lobbyisme vert, voire, éventuellement, celui des hedge fund green.... ce qui conduit, notamment les Etats-Unis, totalement tenus par les pétrochimistes, à bloquer tout processus.

          Par ailleurs, effectivement, sans certitude absolue, le réchauffement climatique étant, lui, absolument indéniable, vous insistez à juste titre sur le principe de précaution, qui aurait dû guider un processus de diminution des GES ; là encore, le sacro-saint principe du « marché libre » (de polluer, de privatiser la planète) ; sans entrave ni la moindre régulation a prévalu, empêchant toutes mesures contraignantes.

          Pour la faim dans le monde, en partie liée à ces problèmes, les états « développés » n’ont pas trouvé les 44 milliards nécessaires à son éradication annuelle, alors que les banques américaines, renflouées par les états après la crise qu’elles ont directement provoqué, vont verser, cette année, 125 milliards de bonus à leurs employés ; un record absolu.
          C’est dire où vont les priorités du « marché »....

          Enfin, point essentiel, effectivement, la solution des problèmes passe par le fait de  conjuguer l’urgence climatique et la justice sociale.
          Ce sont les pays pollueurs qui doivent payer, et aider les pays pauvres à établir leur croissance (nécessaire), sans les pénaliser, et en les aidant à respecter les critères d’une moins grande pollution (économies d’énergie, développement d’énergies alternatives, naturelles, non polluantes), véhicules économes, etc...).

          Une telle politique nécessite tellement de mesures allant à l’encontre des intérêts des puissances industrielles, pétrolières, financières, qu’on comprend pourquoi les états qui les représentent n’ont aucune urgence à trouver le moindre accord contraignant, et pourquoi le gaspillage, l’épuisement des ressources naturelles, la pollution des sols, de l’air, des eaux, et la privatisation du vivant ne sont pas près d’être jugulés...

          Il y faudra une mobilisation citoyenne à l’échelle mondiale, avec les différents types d’action possibles ; campagnes de sensibilisation, de boycotts, plaintes en nom collectif, recours en justice par les associations de consommateurs, etc....
          Ce n’est qu’en touchant les pollueurs à leur point sensible ; c’est à dire l’argent (par les boycotts, les condamnations en justice, les lois protégeant les citoyens-consommateurs, l’émergence de produits concurrentiels moins polluants et moins chers), qu’on pourra les contraindre à envisager un changement de leur politique mortifère.

          Mobilisation citoyenne, donc.


          • Julien Fischer Julien Fischer 25 décembre 2009 04:55

            sisyphe, nous sommes tout à fait d’accord, vous résumez là parfaitement mon propos. Quant à la mobilisation citoyenne, je suis malheureusement un peu sceptique, à part les actions Greenpeace il ne se passe pas grand chose... La « révolution » doit pourtant se faire par en bas, puisqu’en haut la corruption règne.


          • sisyphe sisyphe 25 décembre 2009 08:20

            Oui ; juste une chose...

            Pour le développement et la croissance de tous les pays du sud, notamment ; quel scandale de n’avoir pas tout misé sur la recherche et le développement de l’énergie solaire, qui serait LA solution idéale à leurs problèmes d’énergie ; pour peu que le matériel soit miniaturisé, et produit en grande quantité (donc peu cher) ; ça assurerait à tous ces pays leur totale AUTONOMIE énergétique, et supprimerait toutes les sources de conflits liées au pétrole, au gaz, aux oléoducs, gazoducs, etc....

            Mais là encore, que d’intérêts financiers gigantesques à affronter, pour espérer que la logique l’emporte....


          • sisyphe sisyphe 25 décembre 2009 08:39

            Euh... une rectification quand même.
            Bien sûr, l’énergie solaire ne remplacerait pas, a priori, le pétrole, mais plutôt les centrales électriques ; à moins que, enfin, les voitures électriques....


          • eresse eresse 27 décembre 2009 01:23

            Copenhague et Kyoto auparavant, n’interressent que les pays qui ne disposent plus de ressources, à savoir l’Europe en premier lieu. Ils voudraient surtout que les autres ne les dilapident pas trop et consentent a les partager équitablement (dans la vision Européenne, c’est à dire nous en premier). Les fournisseurs de matière première ou les grandes économies (Chine , USA) n’ont strictement rien à foutre de se point de vue. Les premiers ne voudraient surtout pas brider leur croissance, et les seconds sont des prédateurs qui se foutent complètement des autres. De plus, leur puissance économique les imposent à peu près partout sur la planète. Si on avait du pétrole ou du gaz, on ne parlerait même pas de Copenhague en ce moment.
            On est mal barré.


            • liberty59 10 janvier 2010 11:21

              Vous dîtes et je vous cite : 

                                                                                              ( Ceci dit n’oublions pas que le GIEC estime qu’il est fort probable que les activités humaines participent au réchauffement climatique et aux changements. Ils n’existe évidemment pas de preuves, car le système est complexe. Disons qu’un vaste ensemble de faits montre que pour l’augmentation récente des températures)                                                                                       C’est oublier rapidement que :  1) le GIEC a truqué ses études. 2) Que de ce fait cet organisme a PERDU TOTALEMENT SA CREDIBILITE.

              De plus il semblerait que depuis quelques temps les océans se refroidissent.

              Alors pourquoi se soumettre soit a la dictature de l’ONU, des Etats ou même des Ecolos qui avec 5 à 6% de bulletins de vote arrivent a faire ramper les politiques de tout bord.
              Cela m’interpelle.
              Et bien parce tout simplement la mise en avant du CO2 comme gaz a effet de serre va permettre de taxer encore plus, tout au moins en Europe et en France les cochons de payants que ont devenus les citoyens de ce pays.
              Après tout ma vérité vaut pour le moins celle du GIEC.

              A suivre 

                                          

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès