• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Copenhague nous aura au moins permis d’exacerber l’incompatibilité

Copenhague nous aura au moins permis d’exacerber l’incompatibilité entre les désirs du peuple citoyen et ceux des lobbies libéraux

Effectivement, comme beaucoup l’avaient prédit, Copenhague est un échec pour la planète. Incontestable, malgré ce que peut dire le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon qui aujourd’hui tentait de minimiser l’impact de cette « réunion » ratée. Les réalistes et les fatalistes avaient donc raison, on ne peut pas arriver à un accord commun pour sauver la planète tant que les intérêts des entreprises transnationales sont plus importants que ceux du peuple. Mais comme toujours, on peut dégager des choses positives de tout échec. La prise de conscience des électeurs du monde que leurs intérêts ne sont pas pris en compte par nos politiques, au profit de ceux des grandes entreprises qui tiennent le marché capitaliste entre leurs serres.

 

Pour ceux qui ne le savait pas encore, le doute n’est désormais plus possible. Nous ne sommes considérés que comme les moutons qui permettent l’accès au pouvoir. Il nous suffit d’un peu de poudre aux yeux pour élire n’importe qui. Cette vérité semble universelle pour nos hommes et femmes politiques. Pourtant les messages envoyés par le monde à nos dirigeants étaient limpides : Les manifestations en faveur de la planète partout dans le monde, la solidarité des peuples pour formuler les même désirs (ce que sont incapables de faire nos dirigeants). En France le vote massif pour Europe Écologie aurait du faire réagir notre équipe dirigeante. Quand on sait qu’une voix exprimée regroupe dix mille pensées silencieuses, on peut donc dire que l’humanité avait trouvé le consensus, l’humanité veut sauver la planète. Le message était clair.

Alors nos politiques sont ils incompétents (comme les patrons d’EADS), ou est-ce qu’ils se fichent de ce que veut le peuple électeur ? Ont ils eu vraiment le choix ou manquent ils de courage ? Il est vrai que les grandes entreprises sont passées maitresses dans l’art de la manipulation, elles ont formé des lobbies puissants. Leur pouvoir de corruption permet de faire voter des lois favorisants ces entreprises et de faire échouer des tentatives pour réguler le système. Le capitalisme ultra libéral d’aujourd’hui est arrivé à son paroxysme qui précède peut être sa chute. Le patron d’Avaaz déclare qu’il y a toujours une part d’ombre à l’aube comme au crépuscule. Cette tâche sombre pour notre survie qu’est l’échec de Copenhague indique certainement une nouvelle ère dans l’obstination des décideurs de la planète à ignorer les volontés de leurs peuples.

Copenhague est un échec, pire qu’un Kyoto 2 parce qu’aucun consensus n’a été obtenu pour réguler nos émissions de gaz à effet de serre et qu’aucune vision commune pour sauver la planète n’a été définie. Mais Copenhague a été utile pour faire massivement comprendre aux humains de la planète qu’ils ne sont pas écoutés. Que les hommes politiques en place s’accroche au système actuelle. Que la volonté de l’occident d’exploiter les pays du sud est prioritaire sur tout autre point de vue. Parce que les pays riches continuent de trouver leur intérêt à entretenir des populations pauvres donc corvéables, afin de faire le plus de bénéfices possibles. Mais le sud se rebelle avant de se révolter ; certains pays ne veulent plus de cet asservissement. Copenhague est la conséquence du refus des pays riches à lâcher la bride de leurs bêtes de somme. Cela dans l’intérêt de qui ? Est-ce pour nous permettre de payer moins cher et de profiter de cette pauvreté du sud ? Même si cela n’était pas choquant, ce n’est pas le cas. Les favorisés de cet état de fait ne sont pas les citoyens occidentaux qui perdent leurs emplois par cause de délocalisation. Ni même les états dans leur globalité, confrontés aux réfugiés (de la faim, de la guerre ou du climat, tout cela par la cause des pays riches cela va sans dire) et au terrorisme, les pays riches souffrent aussi d’avantage qu’ils n’en tirent parti. Les seuls bénéficiaires de cette pauvreté provoquée sont les entreprises transnationales. Hors de contrôles puisque hors de limites géographiques, ces entreprises et leurs actionnaires sont les seules à profiter de ce système. Et dans leur soifs de bénéfices elles nous entrainent vers les catastrophes prévues.

Ainsi le peuple, les citoyens, les humains de cette planète ne sont pas écoutés par leurs dirigeants. A qui ils ont pourtant donné le pouvoir de les représenter par leurs votes. La seule différence que nos sociétés démocratiques ont avec les états totalitaires est que nous avons l’illusion de décider. Mais ce voile est tombé à Copenhague. Les plus « moutons » du troupeau ne peuvent désormais plus ignorer que nos représentants ne tiennent aucun compte de nos volontés, qu’ils n’agissent qu’en faveur du système libéral des grandes entreprises (qui les remercient abondamment). Grâce à Copenhague le jour est complètement fait sur le grand mensonge de notre système que l’on veut pourtant forcer à adopter par tout les autres pays.

Donc Copenhague n’est pas complètement un échec. C’est un échec, cuisant, pour l’avenir de notre planète tel que nous la connaissons, avec sa diversité biologique et sa vie agréable. C’est un énorme échec pour la maturité de notre civilisation. Nous ne sommes peut-être pas capables de nous sauver de nous même. Mais Copenhague a été une grande réussite pour montrer au peuple le vrai visage de notre système planétaire et de ces représentants…

source : LGV

livre à ce sujet : Le Tiers-Monde : Croissance, Développement, Inégalités


Moyenne des avis sur cet article :  3.25/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • hengxi 25 décembre 2009 11:28

    Je pense qu’il manque un élément dans votre titre, sans doute pour être dans le vent.

    Cela :

    Copenhague nous aura au moins permis d’exacerber l’incompatibilité entre les désirs du peuple citoyen riche et ceux des peuples pauvres et des lobbies libéraux
    Je trouve que comme cal c’est mieux, l’inconvénient étant toutefois de culpabiliser le peuple riche qui a les moyens face à ceux qui ne les ont pas.

    Mais comme c’est toujours la faute des autres, aucun problème.

    PS : Le plus important producteur de CO2 est l’Europe.


    • curieux curieux 25 décembre 2009 11:56

      Les dirigeants ont, comme à leur habitude, lancé un leurre : le CO² . Et bon nombre de citoyens tombent dans le panneau. Naturellement ce n’est pas en regardant TF1 ou même les chaînes publiques et en lisant la presse soumise qu’ils se rendent compte du véritable état de la planète. Bizarre kon ne parle pas de la pollution qui n’a rien à voir avec le CO².
      Leurs buts : faire regresser le niveau de vie de la plupart d’entre nous afin de s’empiffrer toujours plus. Après eux, le déluge


      • floyd floyd 25 décembre 2009 12:50

        « Ainsi le peuple, les citoyens, les humains de cette planète ne sont pas écoutés par leurs dirigeants.  »


        Comme si l’humanité était homogène. Quelle égocentrisme !
        Une grande partie s’en fiche totalement de l’écologie. L’écologie c’est une préoccupation pour les pays riches. Les gens dans les pays en voie de développement veulent rejoindre notre niveau de vie, avoir une voiture, une télévision, internet, un ordinateur. Et personne n’a le droit de leur dire ce qui est bien ou pas pour eux. Les écologistes veulent imposer une nouvelle forme de colonialisme.

        • YVAN BACHAUD 25 décembre 2009 17:04

           Bonjour ;

          Cet article insiste très lourdement sur des faits bien connus des tous mais utiles a rappeler..

          Nous ne pourrons nous en sortir au plan national européen et mondial que pour l’instauration de la DEMOCRATIE dans un maximum de pays.

          Pour être en démocratie= Pouvoir au peuple, il faut et il suffit que les citoyens disposent du référendum d’initiative citoyenne (RIC) à tous les niveaux territoriaux de la commune à l’Union européenne pour pouvoir ABROGER une loi et en PROPOSER de nouvelles élaborées par eux. 

          82 à 88% des Français sont pour et il en est à peu près de même tous les autres pays.

          Les mesures anti paradis fiscaux et pour un encadrement très strict de la spéculation financière sont connues des économistes et des gens qui travaillent aux impôts..

          Le peuple leur donnerait immédiatement « force de loi » si elles lui étaient soumises.

          Tous ceux qui veulent VERITABLEMENT le changement , dans le sens de l’intérêt général doivent donc se regrouper pour exiger l’instauration du RIC .

          Voir www.ric-france.fr

          Qu’attendent les socialistes pour mettre le RIC a l’ordre du jour de l’AN et pouvoir soumettre a ABROGATION les lois SARKOZY contre lesquelles ils pleurent tous les jours ?

          En Italie il y a eu le 10.06.1995 jusqu’a 12 textes soumis a abrogation et 5 abrogés et le 18.04.1993 8 textes soumis et 8 abrogés.

          Il leur serait facile de rappeler dans les médias les scores des sondages en sa faveur et que 

          -  N.SARKOZY, à la fin  de son investiture a évoqué ce « peuple français qui ne veut pas  que l’on décide à sa place, et qui par-dessus tout ne veut plus que l’on pense à sa place  ( Voir extrait vidéo http://www.ric-france.fr/videos/ns.wmv  )


          ETrappelons le constat de S.ROYAL en 2007 :

          après des centaines de rencontres avec les citoyens en dressait le bilan sur son site « Désirs d’avenir » en présentant plus de cent propositions.
           On pouvait lire :

          « Une nouvelle présidence »

          Remontée des débats

          Les citoyens veulent prendre la parole plus souvent et plus directement pour décider eux-mêmes.(…) »

           

          Il faut que les pétitions puissent IMPOSER en cas de succès un référendum comme cela existe en Suisse, mais aussi en Italie pour abroger seulement et dans tous les LANDER et communes allemandes..et dans 50% des états des USA..

          Quelques exemples :

          - Les Italiens qui en disposent ont pu soumettre à abrogation - le même jour, le 18.04.1993, 8 textes et les 8 ont été abrogés dont 3avec # 90% de oui, 3 avec plus de 80%
          . Le 10.06.1995,12 textes de lois soumis , dont 5 ont été abrogés.

          - Les Suisses ont refusé la privatisation de l’électricité en 2002 et voté un moratoire de 5 ans sur les OGM en 2005.

          - Les Allemands :

          +A Leipzig : .avec 87% de NON ont refusé la vente à GDF ! de49,9% du capital de la société fournissant l’électricité à la ville.

          -+A Fribourg-en-Brisgau,
          En 2006, 70% de non à la privatisation des logements municipaux ce qui, en plus, a amené quelques maires à retirer leur projet.. !
          + A Dresde
          Une initiative citoyenne était en cours pour empêcher la privatisation rampante d’hôpitaux publics.
           Et les citoyens ont voté pour un pont contre un tunnel préconisé par l’UNESCO…

           


           


          I

          source : LGV


          • anny paule 25 décembre 2009 17:52

            Vous avez tout à fait raison de parler de « Référendums d’initiative populaire » pour faire avancer les choses vers plus de démocratie et plus de transparence... Mais dans notre « beau pays de France », nous nous sommes massivement opposés à cette Europe libérale qui verrouille tout... notre président s’est assis dessus et est passé outre... il y a eu un référendum populaire (votation) contre la privatisation de la Poste, qu’en fait-il ???

            C’est sûr qu’entre les aspirations des peuples et l’action de leurs gouvernants, il commence à y avoir un fossé incommensurable... La question reste : comment faire pour être respectés et entendus ?
            La démocratie représentative actuelle ne représente qu’une pincée de citoyens... et ce, à l’échelle planétaire !
            Ce qui se produit est extrêmement grave.


          • hengxi 25 décembre 2009 17:52

            Oui, pas étonnant que la majorité soit pour si vous oubliez les initiatives comme celle sur les minarets en Suisse également.

            Ce genre de vote est bien trop sujet à l’humeur du moment pour être valable, et se révèle dangereux vu le niveau de certains.


          • floyd floyd 25 décembre 2009 22:56

            Vous êtes très sélectifs dans vos exemples de votation. Je peux aussi vous citez de mémoire des contre-exemples :


            - En Suisse, dans le canton de Neuchatel, le peuple à rejeté à 64,8% la Loi portant révision de la loi sur l’énergie. La nouvelle loi prévoyait en outre l’établissement d’un certificat énergétique pour les bâtiments déjà construits.

            - En Californie, 60% des gens ont refusé des propositions pour augmenter la part d’énergie renouvellable à 40% pour 2020.

            Un autre exemple, qui ne concerne pas une votation, mais pour bien montrer l’absurdité de la thèse qui voudrait nous faire croire que les politiques vont toujours à l’encontre de l’opinion de leur population :

            Aux Etats-Unis, une majorité des américains sont sceptiques concernant la cause du réchauffement climatique. Seul 36% des gens croient que l’homme est responsable du réchauffement.


          • YVAN BACHAUD 26 décembre 2009 11:14

            Bonjour,
            C’est en effet très grave.
            Il faut vraiment AGIR pour obtenir le référendium d’initiative citoyenne pour pouvoir reprendre la parole entre deux élections.

            Il faut se regrouper sur ce SEUL objectif qui est l’ OUTIL institutionnel indispensable en DEMOCRATIE.
            Avec cet outil tout sera possible.

            Il faut évidemment ne pas VOTER pour une liste qui n’aura pas pris en engagement VRAIMENT BETON sur le RIC par exmple mla signature par toute la liste regionale.
            Ce que l’ UMP a REFUSE tacitement.
            Et il est a craindre que ECOLOS ET PS fasse de même nous allons leur poser la question en tout début d’année.
            Tout sur le RIC sur www.ric-france.fr


          • Asp Explorer Asp Explorer 25 décembre 2009 19:25

            C’est amusant de voir comme les ahuris les plus invraisemblables ont tendance à considérer comme « le peuple citoyen » la minuscule quantité de gens qui pensent comme eux et « les lobbies » les autres. Dans la pratique, ce qui s’est passé à Copenhague, c’est que le montage de bourrichon euro-centriste sur le réchauffement climatique s’est heurté pour la première fois à quelque chose qui s’appelle le « bon sens », à savoir que dans ce monde, la plupart des gens seraient ravis d’avoir une voiture, une maison individuelle, de prendre leurs vacances à l’étranger quitte à y aller en avion, d’avoir du chuaffage en hiver et de l’électricité pour s’éclairer et faire tourner le four micro-ondes. La majeure partie de l’humanité n’en a que foutre, des lubies d’écologistes cinglés qui ont perdu tout sens des réalités depuis qu’ils se sont aperçus avec ravissement qu’une génération de politicards débiles menés par les instituts de sondages prêtait l’oreille à leurs bredouillements charlatanesques. La majeure partie de l’humanité veut vivre dans le CONFORT que procure la technologie moderne, et non plus dans des huttes en terre. Et ils ont bien raison.

            J’ajouterai que si un certain nombre de personnes en occident répondent aux sondages que le réchauffement climatique est une préoccupation pour eux, le fait est que cette préoccupation passe loin derrière le chômage, le pouvoir d’achat et les difficultés à se loger. Le fait est aussi que pour la majorité de nos concitoyens, l’écologie, c’est trier ses ordures, rapporter ses piles usagées et acheter des ampoules basse consommation. Quand ils auront compris que ce que veulent vraiment les écologistes, c’est les priver de voiture, de maison et du droit à manger de la viande, je gage que leur opinion sur le sujet variera considérablement, et que d’aucuns vont finir avec la tête au bout d’une pique avant d’avoir compris ce qui leur arrivait.


            • herbe herbe 25 décembre 2009 20:22

              Alchimie, je vous rejoins ...


            • floyd floyd 25 décembre 2009 23:05

              Je vous conseille de lire des articles sur la pyramide de Maslow. Cette théorie affirme que les besoins de l’être humain peuvent être représentés sous une forme hiérarchique. La base de la pyramide étant constituées des besoins physiologiques. Plus on monte dans la hiérarchie, plus les besoins sont sophistiqués. Mais ce qu’il faut surtout retenir, c’est que les besoins les plus sophistiquées n’apparaissent uniquement quand les besoins précédents ont été assouvis.

              Les considérations écologistes concernent uniquement le haut de la pyramide.
              Or l’immense erreur des écologistes, c’est de croire que les gens ont les mêmes besoins et que tout le monde à donc les mêmes aspirations. Pour tant il ne faut pas être un génie en psychologie pour comprendre que les gens qui crèvent de faim s’en fichent totalement de l’écologie.


            • Asp Explorer Asp Explorer 26 décembre 2009 00:53

              Je gage que vous n’avez jamais eu à vous contenter d’un RMI pour vivre.


            • hengxi 26 décembre 2009 03:47

              Et bien pour montrer que vous êtes crédible, débarassez vous donc de votre ordinateur, de votre voiture et ne pensez plus à vos salaires.

              Vous allez vivre d’amour et d’eau fraiche, à très bientôt de retour.


            • Croa Croa 26 décembre 2009 12:23

              « Et bien non, tout ce que souhaite l’humain standard serait : voiture, ordinateur et pouvoir d’achat. »

              Ce qui démontre que les peuples ne sont pas constitués de citoyens mais de sujets parfaitement conditionnés par la télé !

              Avec un bémol sur ces « souhaits » : Leur a-t-on vraiment posé la question ?


            • Croa Croa 26 décembre 2009 12:49

              Quelques remarques :

              - Le peuple n’est pas « citoyen » !
              - La planète n’est pas en danger... Même si elle nous fait une poussée de fièvre !
              - Le vote « Europe écologie » ne risque pas faire réagir les fantoches dirigeants : Les Verts aussi sont sous contrôle donc peu dangereux pour l’oligarchie.
              - Nos politiques se fichent effectivement de ce que veut le peuple électeur et ils n’ont pas vraiment le choix (question posée dans le texte par l’auteur.)
              - Au delà des entreprises transnationales, il y a surtout la haute finance vivant de création monétaire, donc de croissances ; C’est elle qui tire les ficelles.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès