Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Corruption : la mère de toutes les pollutions

Corruption : la mère de toutes les pollutions

Si la pollution est une corruption des écosystèmes, la corruption est la pire de toutes les pollutions. Transparency International vient de publier un rapport qui attire l’attention sur le lien très fort entre la corruption et la destruction de cette ressource essentielle qu’est l’eau.

La course pour le contrôle de l’eau risque d’être de plus en plus féroce. Déjà la surconsommation et la pollution de l’eau contribuent à une dégradation de nombreux écosystèmes partout dans le monde. Tous les continents sont affectés. Par exemple, plus de 80 % des problèmes de santé dans les pays en voie de développement sont dus à une eau de piètre qualité. Le tribut est lourd : 1,8 million d’enfants en meurent et quelque 443 millions de journées d’écoles sont perdues.

Or, la corruption est une des causes profondes de la crise de l’eau. Elle est endémique et contribue directement à rendre l’eau impropre à la consommation, inaccessible et coûteuse. Tantôt, c’est le creusement de puits en Afrique subsaharienne, tantôt la construction d’usines de traitement des eaux usées dans les centres urbains d’Asie, tantôt l’édification de barrages hydroélectriques en Amérique latine qui sont touchés, dans compter les nombreux abus et les détournements quotidiens de l’eau dans le monde entier.

« En Chine, par exemple, la corruption empêche l’application des réglementations environnementales et contribue à une situation où les nappes aquifères de 90 % des villes sont polluées et où plus de 75 % des cours d’eau qui passent dans les centres urbains sont considérés comme impropres à la consommation ou pour la pêche », peut-on lire dans le résumé en français du rapport de Transparency International.

Le problème, c’est qu’il y a urgence d’agir dans le contexte du réchauffement climatique. Il y a aussi toute la question du partage équitable de l’eau entre les populations qui entre en ligne de compte. « Le "vol de l’or bleu", l’appropriation irresponsable ou le détournement de l’eau, sans aucune considération pour les autres utilisateurs, encouragés par la corruption, peut transformer des tensions en conflits ouverts », poursuit Transparency International.

Dans le cas de l’eau potable, c’est tout la chaîne de distribution de l’eau, aussi bien des services publics que privés, qui est touchée. Même les pays riches n’y échappent pas. Il faut dire que le marché attise la convoitise : plus de 210 milliards de dollars de contrats annuellement pour l’Amérique du Nord, l’Europe de l’Ouest et le Japon.

Dans les pays en voie de développement, les coûts de raccordement d’un réseau au foyer sont accrus de plus de 30 % à cause de la pollution. Globalement, cela représente une somme de 48 milliards de dollars supplémentaires pour seulement atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement (voir Les objectifs du Millénaire du développement et l’eau).

L’irrigation est aussi un secteur où la corruption sévit. Les dommages sont d’autant plus élevés que ce secteur représente plus de 70 % de la consommation de l’eau et que les terres irriguées produisent plus de 40 % de l’alimentation mondiale. Encore là, des fonds publics destinés à améliorer la situation des paysans les plus pauvres ne sont pas au rendez-vous à cause de la corruption.

Enfin, un dernier secteur touché est celui des barrages et de l’hydroélectricité. Non seulement des fonds destinés à la construction des barrages et à l’érection des réseaux de distribution de l’électricité sont détournés, mais aussi des fonds destinés au déplacement et à la réinstallation des populations des zones inondées par les barrages sont volés par les corrupteurs et les corrompus.

Transparency International y va de quatre suggestions pour réduire la corruption :

  1. prévenir plutôt que guérir ;
  2. comprendre les conditions locales et les systèmes particuliers d’incitations qui sous-tendent pour implanter des réformes visant à empêcher la corruption ;
  3. faire attention de ne pas nuire aux plus pauvres dans la lutte à la corruption (« par exemple des mesures de répression contre les fournisseurs informels de services pourraient risquer en même temps d’éliminer un moyen essentiel permettant aux pauvres d’avoir accès à l’eau », écrit Transparency International) ;
  4. agir à la fois à la base et au sommet.
Transparency International propose que soit créée une coalition mondiale contre la corruption dans le secteur de l’eau, formée d’experts dans le secteur de l’eau, de chercheurs sur le terrain, d’universitaires et d’activistes. Un réseau international peut certes aider, mais l’action doit être d’abord locale. Il faut que dans chaque pays des mesures soient prises pour colmater les fuites et diriger tous les fonds publics vers les besoins à combler.

Qui commence ?

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • hans lefebvre hans lefebvre 1er juillet 2008 23:55

    Ah la délinquance en col blanc, quel bonheur pour les infracteurs ! Très peu repérés, très peu condamnés, mais toujours bien placés. Mieux vaut-être un délinquant blanc, habiter les beaux quartiers, avoir un beau carnet d’adresses, qu’être noir, pauvre, vivant dans un hôtel insalubre, travailleur clandestin, et promis à un avenir incertain.


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 juillet 2008 05:53

      Monsieur Monette, Votre article commence très mal.

      Le premier lien, traduction en français du rapport chinois de transparancy international, est déjà censuré... ! C’est vous dire les efforts que déploient les autorités de ce pays pour encourager la transparence, ou simplement, faire savoir cette situation dont il est vrai, que personne ne peut s’en vanter, ni la revendiquer fierement.

      « ...aussi bien des services publics que privés, qui est touchée... » Chez nous, au début du siècle dernier,les Autorités allaient jusqu’à accuser l’eau de source de tous les dangers, quitte à boucher les points d’eau, sources, jusqu’au lieux dits et hameaux isolés, afin d’imposer le réseau et...l’abonnement ! Je ne suis pas concerné, buvant l’eau de mon puits, mais sur ma commune, j’ai assisté à une information récemment et trois réunions en salle des fêtes concernant la présence de manganèse au delà des normes, ayant entâché le réseau public, et s’accumulant chez beaucoup de membres de la commune jusqu’en fin de réseau, chez la principale plaignante...décédée depuis...d’un cancer !

      Excusez moi Mr, d’en rajouter à votre dur constat, mais nos gouvernants de l’époque ont installé le shéma corruptible, que vous décrivez et constatez ailleurs dans l’ensemble du monde.

      Votre article finit également très mal...sept votes...et un com.


      • Michel Monette 2 juillet 2008 17:18

        Pour le lien, essayez celui-ci. Pour le reste, je ne sais que dire. La corruption est un grave problème partout mais elle semble ne devenir une nouvelle qu’une fois mise à jour. Les cafards vivent à l’ombre et ne nous horrifient que lorsque nous les voyons.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès