Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Corse : Il faut sauver la rivière Rizzanese

Corse : Il faut sauver la rivière Rizzanese

Et au milieu coule une rivière... La Corse va-t-elle perdre sa rivière Rizzanese, noyée par un barrage inutile ? Les travaux ont commencé. Il y a urgence !

RizzaneseLe Rizzanese est une rivière corse qui coule à l’ouest de la Corse-du-Sud, se jetant dans la Mer Méditerranée.

Depuis le 9 octobre 2004, date d’un décret du Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, la réalisation d’un barrage hydroélectrique, noyant une partie magnifique des gorges du Rizzanese et menaçant le débit du cours inférieur est envisagée.

Un collectif de 12 associations (environnementales, pêche, riverains, sports d’eaux vives) avait porté un recours sur ce décret fin 2004 devant le Conseil d’État. Ce dernier a rejeté le recours et les travaux de construction préliminaire du barrage, ont commencé dans le courant de l’année 2007.

Suite a des évaluations concernant l’implantation d’un barrage sur le Rizzanese, EDF avait d’abord abandonné le projet : le coût de construction du barrage sur le Rizzanese n’était pas justifié au vu de sa capacité de production d’énergie. Le seul apport incontestable de ce barrage serait le gain économique de la taxe professionnelle pour les communes de la région.

Face à un projet présentant de nombreuses absurdités et irrégularités, des associations dont l’Association de défense du Rizzanese et de son environnement (ADRE) ont tenté par tous les recours juridiques possibles jusqu’au conseil d’état, de faire entendre raison.

L’appât d’un gain fiscal pour les communes, va-t-il provoquer le saccage organisé de la rivière Rizzanese, une des dernières vallées sauvages d’Europe qui est en Corse un site identitaire irremplaçable ?
 

Projet de barrage sur le RizzaneseAujourd’hui, alors que le ministère de l’écologie et du développement durable lance un plan de relance de la production hydraulique française, que la construction du barrage semble inévitable, des voix se font entendre dans les médias pour sauver la rivière Rizzanese. Le Monde a publié le 25 juillet un article sur le Rizzanese : "Corse, les derniers jours du fleuve".

Le 20 décembre 2008, le collectif "Salvemu Rizzanes" organise une veillée sur les rives du Rizzanese.

Au même moment, aux quatres coins du monde, des amis des rivières se retrouveront sur d’autres berges (La Seine à Paris, la Tamise à Londres, le Gange en Inde, le Rhône, le St Laurent au Canada...).

En Corse, sur le Rizzanese, à partir de 15 h, les défenseurs de la rivière se retrouveront dans un champ qui longe la rivière Rizzanese, près de Zoza. Les organisateurs mettront les premières pierres ou branches d’un Muchju, qui symbolisera leur attachement à la rivière et au-delà, à la terre. Un "muchju" est un amas de branchages et de pierres désignant l’endroit où quelqu’un a péri de mort violente. Tout passant jetait une pierre ou un morceau de bois à cette place. C’est une forme de serment, le serment de la mémoire.

D’autres rassemblements seront organisés.
Plus d’infos sur le site de la rivière Rizzanese.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • krolik krolik 20 novembre 2008 11:01

    Le tout est de savoir ce que veulent les Corses.
    Il est certain qu’une production hydraulique restera faible, rien à voir avec la production d’une centrale thermique.
    Mais les projets de centrale thermique ont avorté également.
    Dans les projets de transformation des ressources d’énergie en France vu par les écolos spécialement anti-nucs il est estimé qu’il peut se monter 5000 "petits hydrauliques" pour une production annuelle de 20MTep.
    Il y a plus de 20ans je me suis intéressé à un petit hydraulique sur le Golo près de Bastia.
    Il est clair que pour monter un hydraulique quelconque il faut trouver un site, un site qui soit en fait une anomalie géographique, chute d’eau, gorge étroite. Et là forcément le site est plus ou moins touristique.
    Et à ce moment là, si vous voulez promouvoir quelque chose vous vous heurtez, au syndicat d’initiative, aux propriétaires des terrains, des chemins d’accès, du terrain réservoir de la crue centenaire, les riverains, et les pêcheurs de truites.
    C’est ce qui se passe actuellement avec cette rivière.
    J’aimerais que les écolos spécialement anti-nucs m’expliquent comment implanter "5000 petits hydrauliques" ? (Je ne suis pas du tout un fana de petit hydraulique).
    Mais que l’on m’explique cette vue de l’esprit qui est de vouloir implanter ces petits hydrauliques.
    Faudrait-il envoyer les gens dans des camps de ré-éducation pour qu’ils apprennent à se sacrifier pour l’idéal écologiste ?
    Mais là lorsque l’on met les écolos en face des réalités, il ’n’y a plus personne pour défendre les projets hydrauliques ?
    Ces projets hydrauliques sont des vues de l’esprit qui ne tiennent pas compte des réalités humaines et géographiques.
    @+


    • kopenicke 20 novembre 2008 11:18

      Eternel dilemme en Corse.Je me souviens de l’époque où les prospections de Schlumberger en Corse ont buté sur des ...coups de fusil, tirés haut, d’accord, pour impressionner les ouvriers du chantier....abandon. L’eau est une ressource très importante pour la Corse, pas vraiment exploitée.La construction de barrages collinaires, pour la seule production et la vente de l’eau, rapporterait des sommes considérables, car le territoire n’utilise pas plus de 10 % des précipitations qui le concernent. Mais voilà, on n’arrive jamais à rien, en raison des dissensions qui déchirent ce pays.
      En outre, toute solution proposée se heurte à l’influence qu’elle pourrait avoir sur la conquête du pouvoir politique et la perte actruerlle, épiphénoménale, d’influence des nationalistes ne simplifie pas les choses.
      Au demeurant, il est vrai que la submersion des paysages collinaires est regrettable, mais peut-être pourrait-on faire un sacrifice partiel en comparant le dommage et le rapport, sans pollution.
      Je connais bien le Rizzanese et ses dangers. Ce qu’on peut redouter c’est le productivisme des dirigeants locaux et leur soumission aveugle à la loi du profit. Un peu de consensus permettrait d’éviter la tendance.


      • xavier 20 novembre 2008 12:23

        Ce barrage est un barrage politique pour satisfaire les élus locaux qui pensent qu’une manne financière va irriguer leur commune et la Cgt-Edf au nom de la défense de "l’outil de production".
        Sur le plan énergétique et économique, le rapport intérêt/dégats est très faible. Ce barrage coûte une fortune et saccage une vallée pour ne produire qu’un petit peu d’électricité.
        Peu d’électricité produite, car ce barrage est prévu pour produire uniquement aux heures de pointes, 2 heures par jour environ, selon le système de la chasse d’eau, on remplit, on vide 2 fois par jour.
        Saccage de la vallée car pour avoir une puissance efficace, l’usine de production est situé 12 km plus loin sur le fleuve que le barrage ; entre les deux (sur 12 km) le fleuve est court-circuité, l’eau est amenée par un tuyau du barrage à l’usine. Ne reste dans le fleuve que le "débit réservé" qui correspond à un étiage sévère d’une année sèche.


      • krolik krolik 20 novembre 2008 13:02

        Mais c’est le propre des petits hydrauliques que d’avoir une production faible, et pour rentabiliser le site et bien il faut utiliser l’énergie aux heures de pointe, donc faire du stockage d’énergie.
        Remonter l’eau dans les barrages est une façon bien connue d’optimiser les productions faibles d’énergie.
        Mais tout petit hydraulique a un impact écologique.
        @+


        • legendre legendre 22 novembre 2008 18:55

          Et utiliser de la dynamite et autres explosifs c’est écologique celà ?

          Le problème des Corses c’est qu’ils veulent le beurre et l’argent du beurre point barre.

          Détruire n’est ce pas raisonner par l’absurde ?


          • JJ il muratore JJ il muratore 28 novembre 2008 15:36

            Si j’ai bien compris, EDF et L’Etat vont dépenser des sommes énormes pour produire de l’électricité (pas beaucoup) pour les Corses alors que ceux-ci n’en ont pas besoin ? ou n’en veulent pas ? ou auraient d’autres proposition pour résoudre le déficit chronique dont souffre l’Ile de Beauté en ressources énergétiques ? Le fioul peut-être ? l’atome ?
            La question est : cette production d’électricité est-elle utile aux Corses oui ou non ? Si la réponse est oui quelle autre solution proposent les opposants au barrage ?
            S’opposer à un projet d’équipement jugé nuisible est légitime, faire des contre-propositions est constructif, crtiquer seulement est contre-productif.


            • marcu 12 décembre 2008 15:01

              enfin oui je suis peut être bête mais pourquoi au lieu de dépenser des fortunes dans un barrage, edf ne dépenserais t il pas son argent en achetant des panneaux photovoltaique ?
              edf nous loue ces panneaux à poser sur le toit de sa maison et ça me fournit l’electricté dont j’ai besoin.
              edf ne serait plus un fournisseur de co2 heu de radioactivité heu non d’electricité mais un fournisseur d’element pour faire de l’electricité ?

              ha oui c’est pas rentable pour edf....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès