• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Cultivera-t-on un jour des céréales pérennes ?

Cultivera-t-on un jour des céréales pérennes ?

Dans un article de la revue Science*, un groupe de chercheurs d’origine multinationale (U.S.A., Suède, Chine, Argentine) met en exergue l’intérêt qu’il y aurait à créer des céréales pérennes (vivaces) c’est-à-dire capables de fructifier plusieurs fois dans leur existence. 

    Les céréales cultivées - blé, maïs, sorgho, riz, qui représentent l’essentiel de nos ressources vivrières - sont des plantes annuelles. Chaque année elles sont semées au printemps ou à l’automne et moissonnées cinq à six mois plus tard. 

  Dans un article de la revue Science*, un groupe de chercheurs d’origine multinationale (U.S.A., Suède, Chine, Argentine) met en exergue l’intérêt qu’il y aurait à créer des céréales pérennes (vivaces) c’est-à-dire capables de fructifier plusieurs fois dans leur existence. 

  Les avantages des plantes pérennes sur les plantes annuelles sont nombreux. Elles ont une saison de croissance plus longue donc un système foliaire plus longtemps fonctionnel ; ceci permet une activité photosynthétique plus étalée dans le temps qui va accroître la productivité. Leur système racinaire est aussi plus développé que celui des plantes annuelles ; ce système interceptera et utilisera mieux l’eau issue des précipitations, il sera plus efficace contre les risques d’érosion. Enfin l’utilisation d’une plante pérenne permet de réduire les interventions agricoles telles que : semis, fumures, désherbages. Elle économise les intrants et réduit les émissions de gaz à effets de serre.

  Transformer une plante annuelle en plante vivace pose problème. Il faut aller rechercher le caractère « vivace » chez une espèce voisine et l’introduire par croisements dans l’espèce à modifier. Un tel projet avait été tenté sur le blé aux Etats-Unis et en Russie en 1960. Ces programmes ont échoué par suite de stérilité des hybrides interspécifiques et de présence de caractères indésirables. 

  Même s’ils étaient repris avec des moyens plus importants, comme le demandent les auteurs de l’article, il faudra avec les méthodes d’amélioration conventionnelles, au moins une vingtaine d’années pour obtenir des variétés pérennes or c’est dans les dix prochaines années que la production de céréales risque d’être insuffisante du fait de la croissance de la population mondiale. 
  
  Les chercheurs s’efforcent de trouver des solutions souvent très astucieuses ; mais ne vaudrait-il pas mieux que l’on prenne aussi conscience que l’on s’efforce en vain de faire face aux problèmes alimentaires d’une population humaine déraisonnablement croissante ?

  Il y existe une application de la substitution de plantes annuelles par des plantes vivaces qui ne vous échappera pas, c’est le recours de plus en plus fréquent de ces dernières dans nos parcs et jardins publics.

*Science, 25 juin 2010, pp. 1638-1639
 
Article via le site BlogHardi

Moyenne des avis sur cet article :  2.25/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 4 octobre 2010 13:35

    topinambour
    crosne
    oca du perou
    etc


    • plancherDesVaches 4 octobre 2010 14:20

      Punaise..

      A l’époque où nos « chers » « amis » américains vont développer un animal OGM (le saumon), votre article est une insulte à l’humanité.

      Remplacez « pérenne » par rentable, ça sera plus réel. Malheureusement.


      • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 4 octobre 2010 20:23

        @ Cassino

        Les inconvenients seraient tres nombreux. En l’occurrence si notre nourriture venait surtout des arbres - plantes perennes - nous n’aurions pas tout ces problemes lies a l’agriculture.
        Grace aux plante perenne, plus besoin de labour, et beaucoup moins d’arrosage car leur racines vont capter l’humidite plus profondement.
        Plus besoin de replanter tout les ans, donc independance vis a vis des semenciers, et economies sur le travail de semis.
        Cela est vrais pour les cereales, pour les legumes, les fruits, les legumes « feuilles » -
        Si les gens se mettaient a consommer des feuilles d’arbres - comme celles du Toona Sinensis, du Tilleul Americain, ou du Moringa, imaginez les ecomies en plantations d’epinards ou de salades...
        Si on faisait notre pain avec ne serait ce que 50% de farine de chataigne, ou de farine de MEsquite (un arbres invasif) on a plus besoin de 50% des champs de ble, au profit de champs de chataigners, ou de mesquite, qui aurait un rendement superieur, pour un arrosage quasi nul.

        @ plancher des vaches.

        l’Auteur n’a pas parle d’OGM.. En l’occurence, les semenciers qui donnent dans l’OGM ont tout interet a rendre les agriculteurs dependant de semences a acheter tout les ans.

        Le LAND INSTITUTE base au Kansas, aux USA, procede par croisement successif et travaille a la creation de cereales perennes. Donc loin de tout labo, avec chercheur barje en OGM
        http://www.youtube.com/watch?v=MBvC2RY1hZQ - pour une rapide explication en anglais.

        @ l’auteur

        Dans un article sur les cereales perennes, je ’m’attendais a entendre parler du Land Institute... Que tous ces connards en blouzes blanche a la soldes des semenciers nous ondent des OGM la dessus, et on sra encore plus dans la merde.

        La solution
        ---------------------------------------------------------------
        LA PERMACULTURE - UN INTÉRÊT ECONOMIQUE - Cliquez pour télécharger.


        • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 4 octobre 2010 20:32

          @ Cassino

          J’ajoute que Claude Bourguignon a bien une opinion sur le sujet, car il evoque dans son livre les jardins de Java, qui sont en quelques sorte des ancetres de ce que propose la permaculture, a travers la conception de "foret Nourricieres’ donc une agriculture concues en grandes parties sur des plantes perennes comestibles ou fruitieres..


        • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 5 octobre 2010 06:40

          Erratum : « Les inconvenients seraient tres nombreux »

          lire : Il n’y aurait aucun inconvenient - les AVANTAGES seraient nombreux"


          • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 5 octobre 2010 12:13

            Erratum 2

            A pres relecture, je vois que l’auteur parle bien d’OGM, (les moyen traditionnelles obsoletes)...

            Je constate aussi sur le blog, un bouquin avec a priori le meme theme de la fin dans le monde avec un fond de d’analyse grace au « Darwinisme »

            Bref, vous avez reussi le tour de force de publier un bouquin sur la faim dans le monde et sur le darwinisme, en ayant aucune connaissance de ce que peut etre la production alimentaire hors circuit traditionelles, et en ayant une idee erronnee du message de Darwin..
            Un bel exploit !

            « On confie le serail a l’eunuque
             »

            Neanmoins votre silence est eloquent : 0 commentaire au compteur.. Rien a partager, a echanger, pas de debat.
            On vous sent persuadé, convaincu...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès