Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > De la manière de « faire » de l’eau

De la manière de « faire » de l’eau

Le traitement et le recyclage de l’eau vont jouer un rôle crucial au XXIè siècle, à tel point que l’on parle souvent de « l’or bleu ». Mais comment, concrètement, « fait-on » de l’eau ?


Un excellent résumé des techniques actuelles qui permettent de « faire » de l’eau, par désalinisation ou traitement, par le site Treehugger. On sait que l’eau représente un enjeu majeur (pour ne pas dire l’enjeu tout court) du XXIè siècle, avec d’un côté une planète qui arrive à saturation de sa capacité à nous héberger, une population qui va atteindre 9 milliards d’habitants en 2050… et de l’autre des ressources en eaux bafouées (mer d’Aral, mais également marées noires, rejets toxiques des industries du papier, pollution des nappes phréatiques par l’agriculture, etc) et qui créent des premières tensions géopolitiques (cas d’Israël/Territoires palestiniens ou de l’Asie Centrale).

Mais quand on croit en la technologie, surtout quand elle est propre, on ne perd pas espoir, car plusieurs alternatives sont possibles :

  • Désalinisation ou dessalement : il s’agit de convertir l’eau de mer en eau douce. La Californie a approuvé un financement de 320 millions de dollars pour un complexe de dessalement.
  • Recyclage des eaux : il s’agit de l’assainissement de l’eau, qui permet de la réutiliser. Trois grandes techniques sont principalement utilisées dans le recyclage de l’eau : la microfiltration, l’osmose inverse et le traitement par ultraviolets. Les deux premières consistent à faire passer l’eau sous pression à travers des membranes qui retiennent les fines particules indésirables.
  • De l’humidité à l’eau : même principe qu’un déshumidificateur, mais dans le bac de récupération, cette fois, c’est de l’eau potable. Il faut des environnements humides (à 70% au moins) et du bon matériel, mais après, c’est magique : vous pouvez produire de l’eau à partir d’un air qui ne semble pas en contenir à première vue.
Vous pouvez toujours au sujet de l’eau consulter notre couverture du Forum mondial de l’Eau qui s’est tenu à Istanbul en mars 2009


Annonce de l’ouverture

New-York engloutie, Israël à sec

IBM : de la « smart grid » à la « smart water »

l’eau vaut-elle de l’or ?

TechnoPropres
 

Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • JL JL 11 août 2009 11:28

    Bien, mais on reste sur sa faim, ou plutôt en l’occurence, sa soif. En effet, quid de la qualité des différentes eaux ? Je suppose qu’une eau obtenue par désalinisation n’a pas les mêmes qualités qu’une eau de source ! 

    En fait, H2O c’est une chose, l’eau potable en est une autre ! Et là on aimerait avoir des infos. Je pense que l’eau recyclée actuelle contient des traces d’antibiotiques et d’autres choses assez ignobles quand on y pense. C’est pourquoi les gens consomment de l’eau en bouteille. Mais cela n’est peut-être qu’une façon de se cacher derrière son petit doigt.

    Si l’on peut boire de l’eau obtenue par dessalinisation ou évaporation / condensation, cela ne peut sans doute pas durer longtemps. Je me trompe ?


    • franck2010 11 août 2009 17:24

      New-York engloutie, Israël à sec  :

      « Les 15 000 participants attendus (élus, associations environnementales, métiers de l’eau) auront par exemple le loisir d’analyser la situation de l’eau en Israël, une “urgence nationale” selon Europe 1. Le pays, “bâti sur un désert”, voit son principal réservoir, le lac Tibériade, se vider inéluctablement. Que peuvent y faire les cleantechs, me direz-vous ? C’est assez simple : la décroissance n’est évidemment pas envisageable, et Israël est un producteur/exporteur d’agrumes, une activité qui nécessite beaucoup d’eau. Il y a donc clairement une niche pour qui veut améliorer la diffusion de l’eau dans les cultures, éviter les pertes, réguler au mieux le débit selon les températures, les périodes. Le chiffre frappant, c’est celui des réserves d’eau naturelle par habitant : 276m3 par an et par habitant en Israël, contre par ecemple plus de 1200 au Liban et presque 3500 en France ! »


      Bah ça mange pas de pain ce genre de nouvelles ....et çà fait toujours plaisir !


      • dom y loulou dom 19 août 2009 11:17

        vive les puits aériens sumeriens !!!

        quelle avancée en 4000 ans pour devoir retrouver des données perdues dans l’histoire !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès