Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Déforestation : Quelle responsabilité des pays développés ?

Déforestation : Quelle responsabilité des pays développés ?

Lors du sommet de Copenhague sur le climat, il a été,- enfin-, question de la déforestation qui accable les régions à forte densité forestière comme le Brésil, le bassin du Congo (Cameroun, République Centrafricaine, Gabon, Congo et Zaïre), second poumon de la planète après la forêt amazonienne, l’Indonésie et d’autres.

On constate en effet que la déforestation de ces zones s’accélère au point que l’on prend désormais en compte cette disparition progressive dans les calculs de la "balance carbone" au titre de la diminution des capacités d’absorption en CO2 de la planète. Non seulement nous émettons de plus en plus de CO2 mais la capacité d’absorption "naturelle" de la planète diminue.

Il est facile de montrer du doigt les ex puissances coloniales, celles qui sont supposées avoir de l’argent, qui auraient pillé les dites forêts pour le commerce du bois. Malheureusement ce n’est pas une réalité aussi facile à établir et à faire accepter par l’opinion publique. Dans le cas de la forêt amazonienne, si cette déforestation s’est énormément accentuée ces dernières années c’est pour des raisons purement locales, comme l’émergence d’une forte demande de carburants d’origine agricole ou surtout l’accroissement de la demande vivrière pour répondre à l’accroissement de la population et à la modification de son mode d’alimentation. L’élevage des bovins est en effet considéré comme responsable de 80 pct de la déforestation

Pour l’Indonésie, c’est une déforestation massive et non contrôlée pour produire de l’huile de palme à destination de l’exportation. Déforestation avec l’acceptation tacite des autorités de par le nombre important de responsables politiques impliqués dans cette industrie et de par la corruption qui empêche l’arrêt du phénomène.

En Afrique, grenier à bois du monde, l’industrie du bois est une industrie économiquement très importante qui fait vivre beaucoup de monde localement dans l’abattage des arbres au fin fond des forêts, dans le transport routier des grumes et dans les activités portuaires pour l’exportation finale. Les lois prévoient que l’exploitant d’un permis d’exploitation reboise à l’identique (au temps de pousse près bien entendu). Malheureusement, l’éloignement des exploitations, l’absence de routes carrossables et l’absence de contrôle et de contrôleurs font que cette obligation est restée lettre morte. Quand bien même un contrôleur ferait-il du zèle que la corruption règlerait le problème, au niveau local ou à plus haut niveau.

Signalons qu’au-delà de l’abattage du bois, on trouve l’industrie du meuble qui est désormais entre les mains de la Chine. Un pays émergent artisan actif de la déforestation...en dehors de son territoire. Encore au-delà on trouve le consommateur final partout dans le monde mais sans aucun doute en plus grand nombre dans les pays industrialisés.

Copenhague aura eu le mérite que l’on fasse le point sur le problème, que l’on sensibilise les dirigeants de ces pays et que certains, comme Lula au Brésil annoncent déjà de décisions.On peut considérer que les pays industrialisés n’ont pas grande responsabilité dans la mauvaise gestion de la forêt et de la reforestation dans ces pays et que nous n’avons pas à payer pour cette gestion et encore moins pour les corrompus qui en ont été les bénéficiaires. Il faudra néanmoins financer un jour la reforestation et comme l’aurait dit Georges Marchais, il faut prendre l’argent là où il est. Attendons nous donc là aussi à être mis lourdement à contribution en espérant que les pays émergents cette fois, y participeront.

NB : On nous parle beaucoup dans les médias d’un certain retour au bois dans la construction des maisons pour cause de meilleure isolation voire même pour le chauffage domestique. Il n’est pas du tout certain que le bilan global soit si positif que cela.


Moyenne des avis sur cet article :  1.89/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • leypanou 28 décembre 2009 12:45

    S’il y a des vendeurs, c’est qu’il y a des acheteurs, et ce ne sont pas les pauvres de ces pays pauvres qui achètent en majorité. Le problèmes de passe-droit est un problème international, et n’est pas le monopole des pays exportateurs de bois. Que tout le monde y mette du sien : importateurs comme exportateurs. Vous avez été dirigeant d’entreprise, vous devez donc savoir que l’« on » met les intérêts de l’entreprise par-dessus tout, -en général-. Pire, quand on ne cherche que les intérêts à court terme, -caractéristique du système où on vit, i.e de marché-, il ne faut pas s’étonner du résultat.


    • Yohan Yohan 28 décembre 2009 19:37

      « çadérangepas » Avox apparemment  smiley


    • Massaliote 28 décembre 2009 13:16

      Article courageux qui va à contre-courant de la bien-pensance en détruisant les clichés en vogue chez les bobos.


      • Tony Pirard 28 décembre 2009 13:48

        Les Europeens cherchent partout et de toute façon un...« boeuf de Piranha » dans les pays dit émergents,c’est plus facile... ! Les acheteurs sont des pays dit:riches et les vendeurs illégaux des pays pauvres.
         L’impasse va continuer jusque les eaux,tornade,tyfon etc, frapper les villes Europeennes,comme déjà a fait....

         Lula parle comme s’il même n’eusse pas problème dans son propre pays,voyons des dévastation à l’’etat de Santa Catarina sud de Brésil.Et les Europeens adorent quand Lula parle....,comme s’il eusse découvert la « Roue Carré ».


        • Cro Magnon Cro Magnon 28 décembre 2009 15:07

          "On peut considérer que les pays industrialisés n’ont pas grande responsabilité dans la mauvaise gestion de la forêt et de la reforestation dans ces pays et que nous n’avons pas à payer pour cette gestion et encore moins pour les corrompus qui en ont été les bénéficiaires. Il faudra néanmoins financer un jour la reforestation et comme l’aurait dit Georges Marchais, il faut prendre l’argent là où il est. Attendons nous donc là aussi à être mis lourdement à contribution en espérant que les pays émergents cette fois, y participeront.« 
          Effectivement, nous n’avons pas, nous peuple à payer.... C’est déjà fait ! On ne cesse de nous rendre responsables des malheurs des autres mais ceux qui les ont exploités et les exploitent encore on ne les entend pas ! Ils font vivre du monde dites vous, je dirais plutôt survivre ou »vivoter". Le salaire de la peur pour eux et des prix faramineux pour nous ! Entre les deux, des marges qui auraient pu contribuer à reboiser, à améliorer les conditions sociales et sanitaires des peuples concernés plutôt qu’à ouvrir des comptes en Suisse, au Luxembourg....


          • Tony Pirard 28 décembre 2009 16:39

             Les colonisateurs oublient que la déforestation fut provoqué par eux-même et actuellement sont dissimulés et disent les industrialises ne sont culpabe.Comme si l’histoire ne parlasse...
             Ils ont exploité tous les pays d’Afrique pendant plusieurs années.. !


            • ELCHETORIX 28 décembre 2009 17:42

              Votre article soutiens les multinationales qui pillent les pays-tiers , la famille de BHL s’est enrichie en commerçant et exploitant le bois au CAMEROUN , les autochtones ne bénéficient pas de la richesse produite , pareil au NIGERIA ( les compagnies pétrolières ) et ailleurs en AFRIQUE , les sociétés transnationales pillent ces pays au détriment des populations locales et aussi en négligeant et massacrant l’environnement .
              Je vote non pour votre billet 
              RA .


              • ZEN ZEN 28 décembre 2009 18:17

                Etonnant, cet article, qui ne fait aucune allusion aux marchands de bois africain Pinault et Bolloré, l’ami africain...
                ça dérange !
                Comme d’habitude, l’auteur va rester muet


                • Pie 3,14 28 décembre 2009 20:15

                  Et encore un article énervant sur le thème de la forêt « poumon de l’humanité » détruite par la cupidité des hommes.

                  Un arbre produit autant de CO2 qu’il en absorbe, les forêts et la végétation en général ne sont pas les principales pourvoyeuses d’oxygène sur la planète ( les scientifiques penchent plutôt pour une action des océans aujourd’hui).

                  Combattre les déforestations abusives et souvent peu justifiées économiquement est utile, mais considérer la forêt comme un bien immuable auquel il ne faudrait pas toucher n’a pas de sens.

                  Le bois est une ressource renouvelable ( à la différence des minerais), couper et planter fait partie de la gestion des forêts.

                  On peut dénoncer les exemples de mauvaise gestion de cette ressource sans verser dans le catastrophisme et le sempiternel bilan/carbone, devenu en 3 ou 4 ans l’unique mesure des maux de l’humanité.


                  • njama njama 28 décembre 2009 23:05

                    Ce ne sont pas les forestiers qui sont responsables de la déforestation, car très peu d’essences d’arbres sont exploitables à l’hectare pour l’industrie du bois dans une forêt primaire.
                    En Bolivie, pays si souvent critiqué, il y a un Office des forêts, l’exploitation et très réglementée, et doit être déclarée.
                    Chercher l’erreur !
                    La déforestation sauvage n’est pas le fait de sauvages forestiers, elle pourrait avoir pour synonymes « pétrole vert » (canne à sucre au Brésil par ex.) ou « céréales » (souvent OGM) pour l’alimentation du bétail. Voilà la raison essentielle pourquoi cette forêt amazonienne est malmenée. On défriche pour faire de la culture, et non pour le bois.
                    Les propriétaires de latifundas (immenses propriétés agricoles) sont maîtres chez eux.

                    La responsabilité des pays développés est manifeste puisqu’ils sollicitent ce genre de productions qu’ils n’assument pas eux-mêmes sur leurs propres territoires.


                    • Djapaskero Djapaskero 29 décembre 2009 12:07

                      Je vis au Brésil et je peux vous dire qu’ici il y a des criminels qui se font énormément d’argent avec la déforestation et qui n’hésitent pas à tuer si c’est nécessaire. Certains utilisent même la structure de leur exploitation pour faire du trafic de stupéfiant.


                    • Massaliote 29 décembre 2009 09:14

                      La forêt amazonienne était déjà mise à mal bien avant l’invention des bio-carburants. C’était du défrichage intensif pour accroître les terres cultivables. Problème : ce sol était vite épuisé et de nouvelles coupes étaient nécessaires. Et ça dure depuis des décennies.


                      • Djapaskero Djapaskero 29 décembre 2009 13:20
                        Faux :

                        Il n’y a pas de canne à sucre produite dans la région du nord du Brésil (amazonie) mais les cultures sont destinées au soja. 
                        Selon le Ministère du l’Environement du Brésil (2007), 75% de l’emplacement ancienement ocupée par la forêt amazoniene est ocupée par l’élevage. Il y a 70 millions de bovins, et un tiers est dans l’état de Mato Grosso. 

                         Ce sont les prairies dévastées qui sont transformées en cultures. Les éleveurs vendent les prairies pour la culture de soja et ces mêmes agriculteurs continuens à brûler la forêt pour avoir de nouvelles prairies.

                      • Djapaskero Djapaskero 29 décembre 2009 13:22

                        (canne à sucre-> biocarburant, soja-> nourriture pour bétail)


                      • Romain Desbois 29 décembre 2009 11:36

                        Il ne faut pas confondre déforestation et gestion des forêts (tel qu’on peut le faire en France).
                        Certes les responsabilités ne sont pas toutes du même côté, mais on ne peut pas exiger de peuples en survie ce que nous ne sommes pas capables de faire nous mêmes. D’autant que les cultures locales dénoncées sont rarement des cultures vivrières. Ces déforestations sont souvent la contrepartie d’une exigence du FMI, voire de l’OMC pour que les états puisent rembourser leurs dettes.
                        Vu de notre nez, on aimerait bien garder les images d’Epinal d’esquimaux dans les igloos harponnant le phoque, la case de l’africain Peul ou le Masaï chassant le lion dans la brousse.
                        Les réserves naturelles oui pas dans notre jardin !

                        Par contre, enseigner la récolte du sel par évaporation solaire plutôt que par chauffage au bois de mangroves ou éviter les coulées de boues mortelles dévastatrices en Haïti en s’associant aux gens pour reboiser et changer les pratiques, les modes de cuisson au bois est nettement plus efficace.


                        • Djapaskero Djapaskero 29 décembre 2009 13:01

                          « Dans le cas de la forêt amazonienne, si cette déforestation s’est énormément accentuée ces dernières années c’est pour des raisons purement locales, comme l’émergence d’une forte  demande d’origine agricole ou surtout l’accroissement de la demande vivrière pour répondre à l’accroissement de la population et à la modification de son mode d’alimentation. »


                          Pourquoi est-ce qu’en europe, vous continuez à répendre des mythes non-vérifiés ? Qui est à l’origine de ces mythes ? Où allez-vous puiser vos informations ? C’est vraiment incroyable ! Ces phrases toutes faites ne disent rien. Elles sont plus fausses que vraies, d’ailleurs. Vu du Brésil (pour rapel, pays DÉJÀ développé) d’où je vous écrit, ces phrases sont même aparentées à des farses.

                          . Des raisons purement locales :
                          En 2004, le secteur d’exploitation du bois (amazonie) à extrait environ 6,2 millions d’arbres. Après la manutention (surtout dans l’état du Pará, Mato Grosso et Rondônia), le bois fut destiné autant pour le marché domestique (64%) que
                          que pour l’extérieur (36%) (source IMAZON) 
                          Cette déflorestation se fait donc (dans le cas de la vente d’arbre) pour des raisons purement locale ? Je n’ai pas les chiffres de 2009 mais ça à un peu diminué, vu la faible augmentation des contrôle dans la région.

                          . « comme l’émergence d’une forte  demande d’origine agricole ou surtout l’accroissement de la demande vivrière pour répondre à l’accroissement de la population »

                          Vous énumérez ces raisons comme étant celles de la destruction des forêts, d’une manière PUREMENT LOCALE, hors le Brésil est le PLUS GRAND EXPORTATEUR MONDIAL de viande bovine, et le second plus grand consomateur de cette viande.

                          . « pour répondre à l’accroissement de la population et à la modification de son mode d’alimentation »
                          Là, c’est votre côté humoriste, je pense. Quel modification de son mode d’alimentation ?
                          Le brésilien ne change pas son mode d’alimentation, j’aimerais savoir d’où vous avez ccopié-collé ces phrases toutes faites et tellement ineptes. Premièrement, au Brésil, comme je vous l’ai dit, on mange énormément de boeuf. Ensuite, il y a une manière de se nourrir traditionelle que même les plus snob et les plus riches défendent, même s’ils mangent japonais, français ou italien le week-end. Je supose que vous imaginez (vous ou l’auteur de cette phrase) les petits brésiliens affamés qui ont enfin accès à la nouriture. Ce n’est pas le cas. Certains barbecue chez les « pauvres » leur coutent un quart de salaire minimum. Il suffit de vivre en famille pour survivre mieux.

                          Pour ce qui est de l’acroissement de la population, il y a telement de boeuf produit au Brésil que, ne vous inquiétez pas, il y en à pour tout le monde. Mais la forêt est bien BRÛLÉE pour cultiver le SOJA dans la région du nord (pas la canne à sucre pour le biocarburant commme le prétendent certains, ces cultures bien loin de l’amazonie) est bien là, produit par tonne et également pour le MARCHÉ EXTÉRIEUR, pour nourir le bétail que vous mangez. (si vous en mangez). Voilà l’horrible réalité.

                          Alors, pourquoi faites-vous des articles ? Pour désinformer ? Pour vous montrer ? Sont-ce des traveaux scolaires que vous postez ici pour faire plaisir à votre papa ?
                          Pas très utile, en tout cas.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès