Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Démantèlement nucléaire de Brennilis (29) : « La CLI et les recommandations (...)

Démantèlement nucléaire de Brennilis (29) : « La CLI et les recommandations ! »

Quelle est la position du parti socialiste concernant l’industrie nucléaire ? L’alliance probable des écologistes et des socialistes au deuxième tour des élections régionales dans un grand nombre de régions, se fera-t-elle sans que les positions du PS n’en soient un peu plus « éclairées » et cohérentes que celle qui a été prise ici dans le Finistère au sujet du premier démantèlement nucléaire, un vote favorable au dossier présenté par l’EDF, comprenant pas moins de 15 recommandations !

Un avis pris au grand regret des militants de la base « écolo », qui en espéraient certainement un peu plus de la part des partenaires socialistes.

En effet, c’est encore dans le Finistère que la "Nation" la plus nucléarisée du monde va entamer son premier démantèlement d’un réacteur nucléaire français, une première qui n’a pas beaucoup interrogée la presse nationale en général, et pourtant ce chantier de Brennilis présenté comme étant la vitrine du nucléaire pour l’EDF en ce qui concerne la "maitrise" de la phase démantèlement de la filière, avait souffert d’un recadrage médiatique au planning et qui avait fait grand bruit en 2007, suite a l’arrêt de chantier par le Conseil d’État qui faisait suite à la demande d’annulation du décret ministériel qui autorisait la phase 3 de ce chantier, le démantèlement de ce réacteur EL4, un report gagné suite à la réclamation du Réseau Sortir du Nucléaire. Un arrêt de chantier justifié, au motif principal : Pour défaut d’information au public.

A la suite de quoi, depuis janvier 2009 et la mise en place de la CLI 29, composée essentiellement d’élus de la majorité régionale PS, de syndicats et d’associations de protection de l’environnement, il aura fallu encore attendre juillet 2009 pour entrevoir un nouveau dossier de 1900 pages fourni par l’industriel en vu de l’enquête publique sur ce démantèlement de la tète de série des 58 réacteurs français. Un dossier qui ne comporte qu’un seul et unique scénario, le démantèlement immédiat.

L’enquête publique a eue lieu durant les mois de novembre 2009 et est clause depuis le 11.12.09, n’aura pas non plus fait bouger beaucoup les lignes, ce malgré deux pétitions de plus de 8000 signatures issues des rangs écolos et qui réclamaient un débat national avant tout sur ce gros dossier de la fin de vie de cette filière nucléaire.

Après 1 1/2 mois d’enquête tout juste, deux réunions publiques à Loqueffret (petite commune à proximité du réacteur- voir également les vidéos sur AgoravoxTV), et une dizaine de réunions de la CLI 29, les membres de cette honorable représentation ont donné malgré tout un avis favorable au dossier proposé par EDF ! Un avis favorable comportant tout de même 15 recommandations émanant et reprenant en partie les arguments des écologistes bretons. Si la CLI dans son ensemble a rendu un avis favorable, toutes les associations écologistes membres de la commission, elles ont votées contre !

 Les résultats :

- Avis défavorable sur le dossier : 5 

- Abstentions : 2 

- Avis favorable sous réserve de prise en compte des recommandations de la CLI : 22

Extrait de ces recommandations.

[...Justification de la solution retenue

Constat :

La CLI considère que le dossier présenté par l’industriel justifie mal la solution retenue :

Le démantèlement sous 10 ans. Or, de cette question découle en grande partie l’acceptabilité sociale du projet. Elle estime que, sur ce point, l’industriel a manqué l’occasion qui lui était offerte de réaliser un travail de pédagogie vis-à-vis du grand public et ce, d’autant plus que, dans le cas de Brennilis, comme rappelé en préambule, une solution d’attente (Démantèlement différé) ou de confinement sûr est inadaptée pour des raisons géologiques et hydro-géologiques.

Point n°4 :

- La CLI estime que des compléments sur la question de la justification auraient dû être apportés. Elle considère, même si la solution proposée par l’industriel lui paraît la plus adaptée dans le cas de Brennilis, que le dossier aurait dû présenter en détails les différentes solutions possibles, leurs avantages, leurs inconvénients et expliquer les raisons du choix d’un démantèlement "immédiat" ; la CLI estime qu’un complément doit impérativement être fourni par l’industriel sur cette question importante.

- La CLI note également que le dossier ne comporte pas d’éléments liés au coût du démantèlement et observe que les analyses technico-économiques de différents scenarii comportent en général des références à la notion de coûts. La CLI estime que le dossier aurait dû comporter des indications sur ce sujet. La CLI demande la confirmation de l’engagement de l’exploitant à assumer le coût du démantèlement jusqu’à son terme, quels que soient les aléas....]

…§…

En parallèle de cette décision surprenante, le permis de démanteler des installations nucléaires comportant à minima 15 défauts majeurs et pourtant plus facilement acquis que le simple permis de conduire, le président de la CLI à lui aussi rédigé un courrier qui réclame un débat national sur le sujet !

Extrait de la lettre du Président de la CLI 29 et également Président du Conseil Général du Finistère. Lettre à l’attention du Ministre de l’Écologie JL Borloo, qui lui demande la saisine de la CNDP sur le démantèlement des installations nucléaires et en respect de la loi du 27 février 2002.

[…il me semble que les options relatives au démantèlement des installations nucléaires à l’arrêt relèvent des mêmes préoccupations. En effet, les options de démantèlement des installations nucléaires revêtent d’évidence un intérêt national et comportent des conséquences socio-économiques et environnementales importantes. Elles présentent également de véritables enjeux quant à l’information des populations sur le sujet. …] 

...§...

En conclusion, cet avis favorable voté par la CLI relève surtout de la manipulation politique, a ne pas en faire de trop et sans pour autant froisser les probables et futures partenaires de la prochaine équipe socialo-écolo qui ressortira des prochaines élections régionales. Un simple courrier adressé au ministre pour la saisine de la CNDP et qui ne sert à rien, car ce qu’il faut rappeler, c’est que le Ministre Borloo avait déjà lui au préalable précisé dans une précédente missive à l’attention de l’association AE2D, membre de la CLI, que cette saisine de la CNDP pouvait être également formalisée par le président du CG 29, comme l’y autorise la loi.

Du courage et de l’audace, ce qu’il leur manque le plus.

Une partie de ping-pong sténo-administrative, qui ne fait pas honneur à ces représentants du pays le plus nucléarisé au monde, et je n’ose même pas imaginer ce qu’il adviendra des centrales nucléaires revendues à des pays tel que la Chine, ou les Émirats Arabes Unis, des clients potentiels de l’EDF et d’AREVA, qui n’attendent qu’une chose, c’est que celui-ci en particulier concerné, soit en mesure de prouver sa capacité à gérer en totalité la filière nucléaire (au moins jusqu’au démantèlement), avant de finaliser des contrats que l’on nous présente trop souvent comme juteux !

Brennilis, était à l’origine un prototype à « eau lourde » de 70 Mw , une technologie qui fut très rapidement abandonnée par l’industriel EDF, un engin qui n’a jamais donné satisfaction, qui était hors normes en 1985 et selon le Professeur Pellerin (Cf l’article de Libération-1988 sauf erreur), celui du nuage de Tchernobyl, et qui en a commander l’arrêt définitif. Cette vitrine atomique en démontage qui de nouveau remet à l’état de cobayes l’ensemble des travailleurs et les populations locales (et bien au-delà) vivant à proximité de cette « centrale qui ne voulait pas s’éteindre * ».

* Titre du très bon documentaire de Brigitte Chevet Un film de / a film by Brigitte Chevet

52 mn / 2008. Une coproduction Vivement Lundi ! / France 3 Ouest avec le soutien de la Région Bretagne, du CNC, de la Procirep, de l’Angoa/Agicoa et de France 3 “La Case de l’Oncle Doc”.

Le résumé :

Brennilis, petit réacteur expérimental des Monts d’Arrée dans le Finistère, doit être la première centrale entièrement déconstruite en France. Le chantier, qu’Edf a un temps présenté comme exemplaire pour tout le parc français, est aujourd’hui à l’arrêt complet. Vitrine du démantèlement ou symbole des difficultés du post-nucléaire ?

Pour comprendre ce qui se joue à Brennilis, Brigitte Chevet a suivi ce chantier de déconstruction de 2004 à 2008. Elle a enquêté sur ce réacteur, qui a fonctionné sans faire de vague pendant plus de vingt ans, mais a laissé des pollutions inexpliquées dans son environnement immédiat et dans la nappe phréatique, sans que les habitants en soient informés.

En retraçant l’histoire du réacteur EL4 et en collectant les paroles des pro et anti-nucléaires, ce film pose le problème du devenir de nos centrales, une fois qu’elles ont arrêté de fonctionner.


Moyenne des avis sur cet article :  3.46/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Skapad Skapad 6 février 2010 11:12

    Vidéo de la dernière réunion à Loqueffret, petite commune qui « héberge » ce réacteur EL4 de Brennilis ..

    Les explications loufoques du Patron EDF de cette unité nucléaire d’un autre age ! Sidérant : du ski contaminant et des avions irradiants !

    http://www.dailymotion.com/video/xbg9jk_demantelement-brennilis-jeu-de-ski_news


    • zelectron zelectron 6 février 2010 13:40

      Ce qui montre à l’évidence non pas la médiocrité, ni l’insuffisance mais surtout l’incompétence, la nullité crasse d’EDF et de ses patrons successifs. Sans aller jusqu’à tresser des couronnes de laurier à AREVA et plus encore au CEA, il y a dans ces 2 dernières entité des ingénieurs, des vrais. AREVA/CEA n’ont qu’a facturer à EDF le coût de leurs prestations pour que cette histoire soir réglée...en attendant le démantellement des autres centrales qui ne vont pas manquer de se bousculer au portillon.


      • Takuan Takuan 6 février 2010 19:29

        Faut pas trop leur en demander aux socialistes en matière de grand écart dont ils sont pourtant des experts...en 2012,ils veulent nous coller DSK actuel patron du FMI et ancien lobbyiste d’AREVA (ou le nom que ça portait avant cette cochonnerie pas propre...) pour remplacer Sarko après avoir été remplacé par le sudit nabot pour tenir le même rôle de VRP vu que c’est lui qui essaie de refiler des EPR à tout le monde maintenant......autrement dit-on reprendrait l’ancien et on recommence... le mieux pour eux serait de faire dans le déni ou comme si de rien n’était histoire de faire oublier ça au français moyen,si tant est que ce soit possible et le pire c’est que ça l’est...,après ils s’étonnent qu’on les compare aux escrocs,menteurs conrompus et autres propagandiste fanatiques de l’UMP...


        • bonnes idees 17 février 2010 17:43

          AÏE ! c’est l’heure du démantèlement.

          Un débat public ? OUPS ! pour quoi faire ?

          Pour la déconstruction le devis il arrive hein ça va pas tarder.

          Greenpeace 16.02.2010

          La grande arnaque du recyclage
          Areva martèle que les déchets nucléaires sont recyclables à 96 %. Une fois coupé et dissout, le combustible irradié se divise en trois catégories : environ 95 % d’uranium, 1 % de plutonium et 4 % de déchets ultimes. Aujourd’hui seule une partie du plutonium est effectivement réutilisée pour produire un nouveau combustible, baptisé le Mox. Les 4 % de déchets ultimes sont vitrifiés et stockés. Restent donc la majeure partie : l’uranium de retraitement, qui représente 95 % du résultat du retraitement. C’est cette matière qu’Areva et EDF expédient en Russie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Skapad

Skapad
Voir ses articles







Palmarès