Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Dernier rapport du GIEC

Dernier rapport du GIEC

Le GIEC sonne l'hallali ! C'est la lutte finale contre le réchauffement climatique, c'est à dire contre les pollutions produites par les 7 milliards d'humains que nous sommes.

Depuis 1800 la population mondiale a été multipliée par 7 grâce à la science et la technologie. Mais cela ne s'est pas fait sans produire des pollutions dont les conséquences sont aujourd'hui dramatiques, et qui vont continuer de croître du seul fait de la croissance mondiale et de l'élévation du niveau de vie des plus pauvres. (Sans oublier celui des riches !) Sans contraintes de l'environnement, c'est à dire si la planète pouvait le supporter, c'est par 4 que le PIB mondial devrait être multiplié en un demi siècle (en ordre de grandeur). Mais cela n'est pas possible.

On peut dès aujourd'hui écrire la chronique d'une catastrophe annoncée, celle d'une « boucle de régulation » qui, du fait de la modification de l'environnement (notamment climat avec toutes ses conséquences), va entraîner la diminution de la population mondial et du niveau de vie. Comme toute régulation un nouvel équilibre sera rétabli lorsque les différents paramètres auront retrouvés des valeurs qui le permettent. Quelles sont-elles ?, question sans réponse aujourd'hui ; mais ce que l'on peut prévoir ce sont des coupes sombres dans sa population comme la planète n'en a jamais connues. (La seule référence historique serait celle des grandes pestes européennes qui avaient divisé pratiquement par 2 la population de l'Europe au 15ème siècle.)

Et l'on ne voit pas comment ces catastrophes pourraient être évitées – même si nous devenons, nous les riches, vertueux... et même très vertueux -, car l'environnement sera modifié comme prévu par le GIEC du fait des facteurs explicités ci-dessus. Ne nous leurrons pas : les Terriens – même en détresse – ne vont pas abandonner leur mode de vie pour retourner à un état de nature. Ils vont résister et cette résistance contribuera à accroître l'ampleur des corrections naturelles.

L'utopie c'est de croire qu'un Gouvernement mondial serait assez fort pour imposer l'abandon d'une civilisation technologique qui entraînera un chômage et une misère de masse, une baisse de l'espérance de vie, et réussir à faire baisser la démographie. On voit bien la difficulté qu'ont les Politiques pour imposer des mesures à la marge, qui n'ont d'ailleurs qu'un effet placebo et ne remettent pas en cause n le genre de vie ni le PIB.

Toutefois, avant que cette « boucle de régulation » ne s'emballe, il n'est pas utopique de penser qu'une limite du volume d'extraction de gaz et de pétrole pourrait être imposée par les Institutions onusiennes et/ou le G20 pour limiter à la source les émissions de CO2, et freiner le réchauffement climatique ; ces mêmes Institutions pouvant par ailleurs agir pour limiter la croissance démographique en mobilisant des ressources financières à la hauteur de l'enjeu. Ce serait déjà ça ! Un petit pas pour l'humanité... Mais rien d'autre que de retarder les échéances d'une catastrophe annoncée (nous humains, sommes les dinosaures de demain... ) car il est hautement peu probable que cette boucle de régulation naturelle qui condamne l'espèce humaine soit stoppée par réflexe de survie suffisamment fort.

Sourions, pendant la catastrophe nous sommes filmés...

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • SysATI 30 septembre 2013 12:48

    Je vous conseille vivement le site de Jean Duran ; http://www.pensee-unique.fr/ pour vous changer les idées...


    • pissefroid pissefroid 1er octobre 2013 07:08

      Il s’agit de jacques duran alias jean martin.


    • curieux curieux 30 septembre 2013 13:09

      Pas besoin des experts de mes deux du GIEC pour voir que nous courons à la catastrophe, mais pas du tout celle du CO² ; Le GIEC est chargé de nous faire croire que c’est nous les responsables, comme la crise monétaire.


      • Croa Croa 30 septembre 2013 22:25

        Le GIEC ne désigne pas de responsables, il fait un rapport en terme de constat.


      • jymb 30 septembre 2013 14:01

        Le GIEC a parlé
        Aïe !
        On va encore se geler cet hiver et il va neiger sans discontinuer pour mieux valider leurs fantasmes..
        Et voilà encore certainements de bons prétextes, providentiels diront certains dans les ministères, pour créer encore et encore des taxes, des impôts, des malus, des amendes, et des sur-contraintes absurdes...


        • Xavxav 1er octobre 2013 14:16

          Il ne faut pas confondre un climat local, peut-être plus froid en France ces derniers hivers et une tendance globale du réchauffement, qui se fait sentir surtout au niveau de l’Equateur et des pôles. Au niveau des pôles, les glaciers fondent. C’est incontestable. Cela a des réactions en chaîne car s’il y a moins de glaciers, cela réfléchit moins la lumière puisque les glaciers sont blancs. Donc la température augmente encore plus. De plus l’eau fondue entraine une élévation du niveau de la mer. Si vous habitiez en bord de mer, vous serriez peut-être plus soucieux du réchauffement. Une préoccupation des scientifiques c’est que cette fonte des glaciers est plus rapide que prévue.


          Certains peuvent toujours invoquer une conspiration des états pour créer de nouvelles taxes. C’est complètement fantaisiste. Pour lutter contre le réchauffement climatique efficacement, il va falloir moins consommer. Or les états répondent à une logique productiviste. Ce qu’ils veulent c’est faire augmenter le PIB pour satisfaire les marchés boursiers. Donc ça ne peut pas être un objectif des états de faire baisser la consommation.

          De nombreux commentaires agressifs montrent que leurs auteurs sont le déni total. Ils savent que pour lutter contre l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère, il faut qu’ils changent leur idéal de vie : un pavillon à 30 ou 40 km de leur boulot, une belle bagnole pour se garer devant, des vacances à l’autre bout du monde et un mode de consommation effréné pour satisfaire son égo narcissique. Renoncer à tout ce confort moderne, c’est très frustrant. C’est pourquoi ils refusent d’accepter l’idée du réchauffement, comme si c’était une manière de changer le cours des choses. Vous avez l’explication pourquoi ce rapport du GIEC les rend aussi virulents.


        • baldis30 3 octobre 2013 20:58

          @ XavXav

           je regrette mais c’est faux ; les glaciers aux pôles ne fondent pas
           a) au pôle nord il n’y a pas de glaciers, les glaciers qui en sont les plus proches sont au Groënland. Quant à la banquise elle a des hauts et des bas , comme n’importe quel système naturel et il est vrai qu’en 2012 il y a eu une forte fusion qui ne s’est pas retrouvée en 2013, notamment la reprise de l’englacement s’est faite vers le 15 août au lieu d’une date moyenne du 15 septembre 

          b) au pôle sud il y a des glaciers ... ce qu’il y a c’est qu’actuellement one est au-dessus de la moyenne plus deux écarts-types le tout calculé sur près de 35 ans 

           voir par exemple : Boulder sea ice extent / Antarctic times seris.png

          sur le pôle nord et sa périphérie plus précisément on peut voir« Artic research center » , site japonais où il est mis en évidence l’évolution sur plusieurs années de l’englacement nord, un peu plus complet qu’un site norvégien « artic-roos » 

          Enfin il faut m’expliquer pourquoi l’augmentation de température contatée par les astronomes sur les planèrtes du système solaire depuis 30 ans sont homogènjes à environ 2° C ( cela s’appelle une mesure bolométrique, avec des instruments de la plushaute précision selon la tradition astronomique ) ..... est-ce le CO2 émis par les humains sur la Terre ? 

          il y a sur le sujet la théorie de Svensmark , valable ou pas, les mesures de flux solaires indiscutables et leur variabilité .... sauf qu’elles ne sont pas prises en compte par les modèles quoiqu’ils en disent .

          Et l’optimlum climatique du moyen-âge était-il dû à l’excès de bûchers sur lesquels brulèrent les hérétiques ?  smiley  smiley

           trop facile la désinformation par rapport aux mesures auxquelles chacun peut avoir accès , et à l’histoire , si non sait lire , en particulier le très traditionnel « Histoire du climat depuis l’an mil » de Le Roy Ladurie

           Dans ce domaine comme hélas dans bien d’autres l’incantation a supplée la réflexion ! smiley  smiley


        • pissefroid pissefroid 30 septembre 2013 14:12

          L’hallali est :
          Cri de chasse qui annonce que le cerf est sur ses fins.

          Si je comprends bien le réchauffement climatique est terminé,
          c’est donc une bonne nouvelle (pour le giec).

          C’est bien ce qu’il me semble le giec n’est pas un organisme scientifique,
           il raconte donc n’importe quoi.

          Que l’espèce humaine modifie l’environnement, cela va de soit.
          Que cette modification génère un changement climatique reste à prouver.

          Le giec ne l’a jamais prouvé pour la bonne raison
          que la responsabilité de l’espèce humaine sur l’évolution du climat
          est une hypothèse de départ.

          (voir ipcc.ch ).


          • baldis30 30 septembre 2013 14:18

            rappel : le I de GIEC signifie INTERGOUVERNEMENTAL, et non pas International. Les membres en ont été nommés et sont payés par les gouvernements .Et pour quelqu’un qui se veut normal il n’est pas nécessaire de rajouter quelque considération que ce soit , sauf une :
             bien des scientifiquesde très haut niveau nommés par leurs gouvernements n’ont pas voulu marcher dans les combines douteuses de la mère Thatcher et ont démissioné, dont Gray, Landsea, Lindzen, et chacun avec des lettres en disant long sur les principes du GIEC .


            • doctorix doctorix 30 septembre 2013 15:25

              Et encore un prophète de malheur !

              Le seul malheur à attendre des prévisions du GIEC, c’est la taxe carbone.
              Pour le reste, ils en sont à chercher à prouver, à coups de milliards de subventions, que mon thermomètre à deux balles a tort et qu’ils ont raison.
              En fait,c’est un « struggle for life ». Car s’il n’y a pas de réchauffement, comme c’est le cas depuis 15 ans, alors le GIEC disparait, et adieu les millions : c’est aussi simple que ça.
              GIEC : Grossière Industrie de l’ Exploitation de la Connerie.
              Allez, je lance le concours : trouvez mieux !

              • LE CHAT LE CHAT 30 septembre 2013 16:09

                on peut aussi s’arrêter de respirer pour éviter les rejets de CO2 .....


                • Xenon Xenon 30 septembre 2013 19:19

                  Ça c’est pour bientôt il vont probablement voter une loi inderdisant de respirer apres 60 ans
                  et du coup ils sauveront le système de retraites


                • Xavxav 30 septembre 2013 17:59

                  Quand on voit la violence de ces commentaires, on se dit que la politique de l’autruche a encore de beaux jours. En attendant, je vous souhaite un bon réchauffement climatique !


                  • anomail 30 septembre 2013 18:08

                    Ne vous en faites pas pour le climat, il semblerait que nous manqueront de pétrole avant de finir de casser la planète.

                    Pour la population humaine, le résultat sera le même, à cause notamment de la baisse des rendements agricoles (sans tracteur et sans engrais azotés, ça va beaucoup moins bien).

                    La faim du pétrole :
                    http://www.youtube.com/watch?v=adpAT9pC3_M


                    • baldis30 1er octobre 2013 22:35

                      Fin du pétrole ? tout dépend du prix qu’on voudra le payer ! Vers 1850 avant la découverte des premiers gisements ausx U.S.A., le premier producteur de pétrole était ...... la France par l’exploitation des schistes bitumineux d’Autun .... Il était exclusivement réservé à cet immense progrès de l’époque qu’était la lampe à pétrole .... ( prolongeant la soirée plus facilement que la chandelle, donc le trvail de lecture et de réflexion ..) .
                      Evidemment le prix augmentant, la consommation diminue et les émissions de CO2 sont réduites. .
                      ceci dit qui est pour le gaspillage ? et qui est pour le misérabilisme ?
                      L’une des grandes dispositions d’un plan anti-hydrocarbures est celle des capteurs solaires pour usage domestique : même en n’ayant qu’une utilité majeure que quatre à six mois , elle se placerait au moment où tous les rendements des chaudières, cheminées sont au plus bas parce qu’elles ne sont pas utilisées à la puissance optimale , en général 80 % de la puissance nominale .
                      L’autre grand volet , ce sont les transports ......
                      mais ce n’est pas de responsabilité gouvernementale ......
                      mais ce n’est pas de responsabilité gouvernementale ......
                      mais ce n’est pas de responsabilité gouvernementale ......
                      mais ce n’est pas de responsabilité gouvernementale ......
                      mais ce n’est pas de responsabilité gouvernementale 

                       Qu’on se le dise , personne n’a abdiqué devant les lobbies pétroliers , PERSONNE !

                       


                    • anomail 16 octobre 2013 12:32

                      <<Fin du pétrole ? tout dépend du prix qu’on voudra le payer !>>

                      Croyance populaire.

                      Mais en réalité, l’argent ne fait rien à l’affaire.

                      Car l’extraction du pétrole nécessite de l’énergie.

                      Lorsqu’il faudra un litre de pétrole pour extraire un litre de pétrole, devinez ce qu’il va se passer.

                      Le rendement énergétique (réi) du pétrole en 1930 était de 100 pour 1

                      En 2006 il était de 15 pour 1

                      http://petrole.blog.lemonde.fr/2013/02/05/petrole-le-declin-des-majors-se-confirme-en-2012/


                    • MAF Vincent F.A. M. 2 novembre 2013 13:13

                      Vous faîtes allusion à l’EROI (Retour sur Investissement énergétique)

                      http://fr.wikipedia.org/wiki/Taux_de_retour_%C3%A9nerg%C3%A9tique

                      C’est pour cela que certaines compagnies américaines qui extraient le gaz Non-conventionnel, ferment car le prix du Gaz baisse, et donc comme ils utilisent beaucoup d’énergies pour l’extraire (car l’EROI est assez bas), cela n’est plus rentable, on ferme alors les robinets en laissant tout derrière.

                      Donc moralité, à vouloir que l’énergie soit toujours d’un prix bas, avec le moins de taxe possible (taxe qui financera d’ailleurs la transition et créera de l’innovation et des emplois), il va avoir une conséquence majeure : la pénurie d’approvisionnement de l’énergie. (Ce n’est pas pire que la taxe cela ?, c’est une question, mais j’aimerai avoir la réponse).
                      Ils seraient temps qu’écolos et ultra-libéralistes arrêtent de vouloir que l’énergie soit gratuite.


                    • Hubu 30 septembre 2013 18:52

                      La crise écologique sera avant tout structurelle basé sur l’épuisement des ressources naturelles et des matières première telle que les terres rares, les réserves de poissons, les réserves minérales, l’eau...

                      Je trouve cela beaucoup plus inquiétant que 500 ou 550 ppm de co² dans l’air en 2050.

                       

                      On parle sans arrêt de la fin des énergies fossiles mais c’est pas la seule chose qui va s’épuiser !!

                       

                      Franchir la barre des 9 milliards d’habitants ca reste à voir !!

                       

                       


                      • ecolittoral ecolittoral 30 septembre 2013 19:36

                        Aïe aïe aïe ! L’auteur n’a rien compris au film !

                        Pays développés = pays artificiels dont les producteurs primaires et secondaires actifs sont inaccessibles géographiquement et les producteurs primaires et secondaires locaux sont au chômage ou à la retraite.

                        Vous croyez peut être que ces producteurs actifs vont continuer à vous habiller et à vous donner la becquée quand :
                        - Les monnaies ne vaudront plus grand chose,
                        - Les énergies et matières premières seront (elles le sont déjà) HORS de prix.

                        3/4 de l’humanité est constituée de producteurs primaires et secondaires...on les sous paient pour ça.

                        Vous faites partie du dernier quart. 
                        Un quart qui pourrait bien disparaître...pour avoir abandonné ses capacités de productions vitales au moment ou il se retrouve en faillite.

                        C’est ce que MOI, j’appelle une « boucle de régulation »

                        • doctorix doctorix 30 septembre 2013 19:40

                          Je signale que la fin du pétrole annoncée, ou le pic toujours repoussés, pourraient être un mythe.

                          Les savants russes affirment depuis longtemps que le pétrole est d’origine abiotique, et qu’il est produit en permanence à 10km de profondeur, par 25 kilobars de pression et 2000°C, à partir de carbonate de calcium et d’eau : on y obtient tous les composants du méthane au décane, alors que la pourriture des végétaux et animaux ne peut produire que du méthane..
                          Ce pétrole remonterait lentement le long des failles. Et les puits abandonnés se rempliraient en douceur.
                          Les réserves ne correpondraient pas à 2.5cm sur la surface de la planète, mais à 8.000m.
                          Enfin l’arnaque de la pénurie ne servirait qu’à maintenir le prix du baril élevé, d’une façon extravagante pour un produit hyperabondant.
                          Cherchez ; pétrole abiotique.

                          • jymb 30 septembre 2013 20:06

                            Il est certain que les prix du baril sont parfaitement artificiels, et les prix que l’’on paye ( le cochon de payeur c’est toujours nous) n’est que le fruit de la cupidité fiscale.
                            Quel serait le vrai prix d’une litre de SP, avec un prix du baril fixé sans tripatouillage, sans intermédiaires, sans spéculations, stockages, déstockages, et avec une TVA classique ?


                          • viva 30 septembre 2013 22:58

                            De mémoire je crois me rappeler que le prix normal taxe compise devrait se situer autour de 70 centime d’euros, à vérifier.


                          • Stof Stof 1er octobre 2013 10:49

                            Même le pétrole abiotique mettrait des millions d’années à se former. Ca ne change rien au problème.
                            Le prix du baril n’est pas du tout élevé (mais les taxes le sont), au regard des milliards investis pour l’exploiter. Si c’était si facile que ça, les compagnies pétrolières ne s’embêteraient pas à claquer tout leur fric dans des exploitations off shore dans des coins aussi reculés que l’arctique ou encore au milieu de la jungle.


                          • anomail 16 octobre 2013 12:34

                            La production des géants pétroliers décline déjà nettement.

                            http://petrole.blog.lemonde.fr/2013/02/05/petrole-le-declin-des-majors-se-confirme-en-2012/


                          • viva 30 septembre 2013 22:55

                            La théorie du réchauffement climatique d’origine anthropique est la plus grosse tentative d’escroquerie que l’humanité n’est jamais connu.


                            • viva 30 septembre 2013 22:56

                              Je veux dire n’ait jamais connue


                              • nemotyrannus nemotyrannus 1er octobre 2013 00:09

                                C’est magnifique.


                                A supposer que ces experts Agoraoxiens autoproclamés , bien plus en avance sur les autres parce qu’ils ont lu un article sur le net , soient dans le vrai ;

                                Et que le réchauffement ne sois pas dû à l’homme , ils se permettraient QUAND MÊME de dire qu’il n’y a rien à faire , ni de changement de comportement à adopter et que tout va bien
                                Quand bien même ce serait autre chose , ce qui reste aussi à prouver au passage , et que la nature nous fasse une grosse colère , non , nous on arrête pas , c’st pas nous.

                                Dans leur logique , inonder un sous marin qui prend déjà l’eau tout seul n’est pas grave...puisque c’est pas de notre faute.

                                À supposer qu’ils soient dans le vrai , ils resteraient de gros enfoirés de criminels.

                                L’autre nigaud de mouton, là , qui répète encore qu’il n’y a rien depuis quinze ans ferme les yeux , encore et toujours , sur ce qu’on lui répète depuis quinze mois ici. C’EST UN PUTAIN DE PIC , PAS UN ARRÊT. C’est tout ce qu’on peut en dire. Un pic. Et c’est une observation , pas une conclusion.

                                De Gaulle fut grand , Sarkozy fut petit donc les présidents diminuent avec le temps... C’est votre logique et c’est votre conclusion.
                                C’est complètement fallacieux.

                                • bibou1324 bibou1324 1er octobre 2013 09:50

                                  Dites, il y a quelqu’un qui a lu le rapport du GIEC ? Pas ce qu’en disent les médias, hein, juste le rapport ? Non parce qu’il ne parle nullement de catastrophe, il n’est pas du tout alarmant, il ne fait qu’un constat du non réchauffement de ces dernières années, et ne parle nullement des conséquences humaines et économiques ...


                                  J’ai l’impression que dès qu’on prononce l’acronyme « GIEC », tout le monde crache dessus, avant de ne serait-ce que lire ce qu’ils ont écrit.

                                  • Stof Stof 1er octobre 2013 10:43

                                    Il y a une autre référence historique :
                                     Il y a 70 000 ans, une catastrophe climatique enclenchée par l’éruption d’un volcan géant en Indonésie, a réduit la population humaine de plus de 99%, à quelques milliers d’individus. Ces derniers devaient ressembler et avoir le mode de vie des Bushmen d’Afrique ( ceux du film Les Dieux sont Tombés sur la Tête). Puis ils ont recolonisé la Terre et divergés dans leur apparence.

                                    Que des ignorants se rassurent en invoquant des complots, d’obscures pseudo-scientifiques révisionnistes à la solde du lobby pétrolier ou encore un dieu sauveur de dernière minute, pensent ce qu’ils veulent. De toute façon l’entropie du système est tellement massive que toutes les bonnes volonté du monde n’y changeront rien.
                                    Alors, bonne chance à vos enfants et que les plus malins survivent !


                                    • GéraldCursoux GéraldCursoux 1er octobre 2013 19:05

                                      Oui, c’est ça : que les plus malins survivent ! En somme la sélection naturelle nous rattrape. Il ne suffira plus de faire l’ENA pour se planquer. Respirer du CO2 dès maintenant est un bon entraînement.


                                    • nemotyrannus nemotyrannus 1er octobre 2013 23:09

                                      Oui , ça et le reste d’une épidémie à cette époque.

                                      D’où la faible diversité génétique humaine , à ce qu’on pense.

                                      Mais laisse tomber , Ils en sont encore à dire qu’il n’y a pas de réchauffement puis qu’il est de cause naturelle à deux commentaires d’ intervalles 

                                    • chantecler chantecler 1er octobre 2013 10:48

                                      Voilà qui va certainement affliger les dirigeants chinois .


                                      • tf1Goupie 1er octobre 2013 11:04

                                        Donc la population mondiale va diminuer ?

                                        C’est plutôt une très bonne nouvelle non ?

                                        Sinon vous n’auriez pas le tiercé de dimanche prochain tant que vous y êtes ?


                                        • ovomaltine 1er octobre 2013 19:41

                                          Eh bé ! quand on lit ce qu’on lit dans les commentaires, on se dit qu’on a raison de penser ce qu’on pense : en l’occurrence , qu’on est mal parti si on espère qu’une majorité de la population prenne conscience de l’urgence du problème !! Quand on n’a pas envie de voir la réalité (certes déprimante) en face, on traite les alerteurs d’escrocs, faux experts, manipulateurs etc...Dormez en paix , braves gens !


                                          • GéraldCursoux GéraldCursoux 17 octobre 2013 09:53

                                            L’espèce humaine s’est développée pendant des millénaires en trompant peu à peu - et de mieux en mieux ces deux derniers siècles - la sélection naturelle, avec l’illusion de devenir « possesseur et maître de la nature », sans jamais avoir une vision pour elle-même et sans se préoccuper des modifications que ses techniques apportaient à l’environnement dont elle dépend étroitement. Il va falloir en payer le prix.


                                             


                                          • pragma 6 octobre 2013 14:33

                                            Le GIEC est une monstruosité. Il est juste bon à dissoudre.

                                            Cela ne veut pas dire que le réchauffement existe ou pas, qu’il soit catastrophique ou pas. Mais il conduit à une impasse : son catastrophisme engagé et ses prédictions farfelues ont toutes les chances d’être démentis par les faits.

                                            Une approche réaliste me parait être la suivante :

                                            - de nombreux paramètres de l’activité humaine sont divergeants, à croissance exponentielle comme la population, la consommation de resources, les écarts de richesse, les concentrations de populaion ...

                                            - Une auto-régulation va forcément s’opérer à un moment plus ou moins proche. Mais à quel prix : gerre internationale, gerre civile, catastrophe économique ...

                                            Le plus raisonnable est d’étudier les indices de ces auto-régulations pour les identifier et tenter d’en minimiser le coût. L’instrumentalisation d’une science balbutiante par le GIEC pour engager des actions basées sur le néant est le pire que l’on puisse faire. Outre la perte de temps, d’argent et d’énergie (humaine), on va finir par décridibiliser la science et la politique internationale.

                                            Pour ceux qui croient dur comme fer à l’existence ou à la non existence du RCA, sachez que l’on trouve toujours un argument convainquant émis par un scientifique reconnu et expert dans son domaine qui va dans les sens souhaité. En revanche, cela dément toute certitude et rend risible les chiffres d’évaluation de paramètres futurs, de marge d’erreur, de consensius, de pourcentage de certitude ... La catastrophe n’est pas dans la prévision, mais dans le dogmatisme qu’elle engendre.

                                            Si demain les mêmes scientifiques (ou d’autres) trouvent d’autres sujets d’inqiétude (ou les mêmes avec des causes ou des mécanismes différents), ils ne seront plus crédibles. Il est peu vraissemblable que la température moyenne varie considérablement dans les 5 années à venir. On ne sera pas plus avancé mais sans signal clair, la position de GIEC et des politiques deviendra intenable car ils ont misé sur le mauvais cheval et sous-estimé l’inertie du consensius.

                                            On a rebaptisé le « réchauffement » en « changement » à cause du plateau de température observé depuis 15 ans. Il faut maintenant rebaptiser le « climatique » en je ne sais quoi, dissoudre le GIEC et renvoyer les chercheurs à leur études, car on a quand même besoin des études.


                                            • GéraldCursoux GéraldCursoux 17 octobre 2013 09:52

                                              La question n’est plus de savoir combien nous avons de réserves de gaz, de pétrole et de charbon, mais bien de déterminer la consommation annuelle de ces énergies fossiles qui est acceptable pour que le climat ne dérive pas vers des extrêmes que nous ne pourrions supporter.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès