Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Des égouts et des douleurs

Des égouts et des douleurs

Les déchets produits par notre activité humaine et industrielle sont la partie peu glorieuse que l’on ne veut pas voir…alors on cache, ou du moins on essaye.

Pour y arriver, tous les moyens sont bons, allant de la désinformation aux solutions honteuses, ou illusoires.

Le professeur Henri Augier que j’ai eu l’honneur et le plaisir de rencontrer lors du tournage d’un documentaire de Bernard Mermod sur les tensio-actifs, (lien) ces produits qui permettent aux fabricants de lessives de nous vendre le légendaire « plus blanc que blanc » (lien), vient de publier : « des égouts sous la mer » (édition libre et solidaire). lien

Ce professeur honoraire, responsable de l’enseignement de la molysmologie (science des pollution) est à juste titre scandalisé du sort que l’on a réservé à la « Grande Bleue »…constatant que les jolis pavillons bleus que l’on attribue à nos « belles plages » sont un leurre, destinés à cacher une triste réalité.

Pour éviter d’être montrés du doigt, les communes riveraines de la Méditerranée ont trouvé la solution : disperser la pollution au large, le plus loin possible des yeux des riverains, grâce à d’énormes tuyaux, (photo) espérant que la mer, par son volume, pourra absorber sans problème ces résidus, alors que certains sont indestructibles, d’autant que, comme il l’écrit, des projets de constructions d’autres émissaires en mer, sont en cours au large des cotes marseillaises, dans les eaux du Parc National des Calanques. photo

Chaque été, ce sont encore 275 millions de vacanciers qui vont faire trempette en méditerranée, sans se douter de la nature de cette eau.

Pour ma part, la dernière fois où je me suis baigné en Méditerranée remonte à très longtemps…c’était au large de Menton, et j’ai eu la désagréable surprise de voir sous mon nez flotter quelque chose qui était apparemment des excréments, probablement humains… de quoi vous dégouter pour longtemps de se baigner en Méditerranée.

Alors bien sur, pour éviter ce genre de rencontre, les élus méditerranéens ont trouvé la parade en délestant le contenu de nos égouts le plus loin possible de la côte…ce qui est interdit par les lois sur l’eau lesquelles préconisent de traiter la pollution à la source, d’autant que comme l’écrit Henri Augier, il est possible aujourd’hui, par des techniques suffisamment performantes, d’épurer à 100% les eaux usées dont la qualité peut atteindre quasi celle de nos eaux potables.

Et pourtant, malgré ces lois, aujourd’hui encore, 60 stations d’épuration rejettent leurs déchets nauséabonds et dangereux en pleine mer. lien

Gaëlle Berthaud, directrice de l’agence de l’eau Paca-Corse, constate que « certains travaux semblent tarder à déboucher » notant « l’émissaire de Cortiou où les rejets de la station d’épuration continuent de couler au cœur des calanques » affirmant paradoxalement que « l’état de la mer est bon…  »…

L’émissaire de Cortiou (photo) fonctionne depuis 1896, et pour l’instant, personne ne semble décidé à l’arrêter, même si EDF, propriétaire de la calanque de Podestat, en plein cœur du Parc National des Calanques, a décidé de lancer une étude destinée à faire le bilan de la faune et de la flore. lien

Pour essayer de provoquer un changement une pétition a été lancée au printemps 2014. lien

C’est l’occasion de découvrir le remarquable documentaire de 53 minutes de Valérie Simonet : « Calanque, une histoire empoisonnée  », film qui dévoile l’envers d’un décor naturel et sauvage, profondément marqué par l’empreinte dévastatrice d’un million de marseillais.

De plomb à l’arsenic, en passant par les détergents, les métaux lourds, le bilan actuel est lourd. vidéo

S’y ajoutent les boues rouges, issues de l’usine d’alumine de Gardanne, dont le rejet est autorisé jusqu’à fin 2015, et qui dure depuis 1966, avec la caution d’un certain commandant Cousteau qui avait affirmé qu’il n’y avait pas de dangers.

Il s’était largement discrédité en versant des boues rouges dans un aquarium contenant quelques poissons afin de faire croire à l’innocuité de ces produits dangereux. lien

Pourtant les poissons capturés en mer ont prouvé la présence de mercure et d’arsenic, et si les pécheurs refusent de parler des campagnes de capture auxquelles ils participent : « ce n’est pas contres les journalistes, c’est juste pour éviter les ennuis », avait déclaré l’un d’eux.

En attendant, « 20 millions de tonnes de sédiments dangereux se sont accumulés au cœur du parc national des Calanques, sans compter tout ce qui a débordé et s’étale en couche plus ou moins épaisse du golfe de Fos à la rade de Toulon », s’il faut en croire la journaliste Martine Valo. lien

Au passage il faut signaler que ces boues rouges, comme la bauxaline, concentrent une radioactivité supérieure à la radioactivité naturelle, (lien) et sans transition, oublions cette pauvre Méditerranée, et ceux qui y vivent, et allons faire un tour du coté de Bure dans la Meuse, où, avec le projet Cigeo, il est envisagé d’enfouir pour des milliers d’années des futs contenant des déchets nucléaires parmi les plus dangereux.

Là aussi, il s’agit de cacher, non pas au fond de la mer, mais dans le sol, puisque à ce jour, les solutions sont limitées…

Certains rêveurs s’étaient amusés à imaginer envoyer ces tonnes de déchets nucléaires dans l’espace, mais on découvre rapidement l’illusion de cette solution.

On estime à 700 000 tonnes ces déchets dangereux, et pour l’instant une fusée Ariane ne peut en embarquer plus de 10 tonnes.

Chaque vol coutant  160 millions d’euros, il faudrait dépenser plus de 10 000 milliards d’euros pour mettre ces millions de tonnes en orbite, sans oublier le risque d’un lancement raté, provocant la dispersion de tonnes de déchets hautement radioactifs.

Pour l’instant ces déchets sont disséminés aux 4 coins du pays, (lien) et si 11 000 containers se trouvent à la Hague, l’ANDRA estime qu’il y en aura 1,8 millions de m3 en 2020. lien

A l’époque, on ne se formalisait pas, et si les anglais ont envoyé 28500 containers au fond de la mer, (lien) dont certains fissurés, (alors que leur étanchéité avait été garantie pour 500 ans), larguaient 29 ans après leur dangereuse pollution avec l’impossibilité d’aller les repêcher, la France a envoyé au fond de l’Atlantique 14 000 tonnes de déchets jusqu’en 1983 et 9000 tonnes à l’ouest de la Bretagne en 1969. lien

Les futs fissurés vont continuer de relâcher leur pollution avec la bénédiction des poissons, et les remerciements des consommateurs qui dégusteront ces poissons.

Aujourd’hui, les combustibles usagés de La Hague sont soit dans des piscines, (lien) soit stockés sous des hangars, ou en sous sol, dans des containers en attente de solution (lien) ignorant délibérément le risque de la chute d’un avion de ligne. lien

Mais revenons à Bure.

Il s’agit d’enterrer dans une couche d’argilite, à 500 mètres de profondeur, 82 000 m3 des déchets les plus dangereux produits par les 58 réacteurs nucléaires du pays.

Au-delà des promesses que les promoteurs du projet d’enfouissement font aux riverains, et dont on peut raisonnablement douter, il y a au moins une question non résolue à ce jour.

Le plutonium a une période (ou demi-vie) de 24 000 ans, et le neptunium 237 atteint les 2 millions d’années, sur quel support pourrait-on graver l’information à l’attention de ceux qui vivront sur ce site dans des milliers d’années signalant qu’ils sont dans une zone dangereuse, et qu’il ne faut surtout pas creuser ?

Pour l’instant, la CNDP (commission nationale du débat public) a donné un coup d’arrêt au projet en février dernier, trouvant le délai trop court pour garantir la sûreté de l’installation.

Initialement la mise en service devait être programmée pour 2025, et la demande d’autorisation devait être déposée en 2015.

Or la CNDP, par la voix de son président, Christian Leyrit, estime que « on ne peut passer directement du laboratoire à l’exploitation industrielle, sans une phase de démonstration en vrai grandeur  ». lien

Aussi judicieuse que soit cette réaction, elle pose la question de cette « phase de démonstration en vrai grandeur », combien faudrait-il d’années pour confirmer l’étanchéité des containers, et la totale sécurité de la solution proposée ?

Pour un résultat optimum, il faudrait limiter à 11 kg la matière radioactive, piégée dans une enveloppe de verre, au cœur d’un container en acier inoxydable, ce qui rend illusoire toute solution raisonnable : traiter 700 000 tonnes représenterait plus de 60 millions de containers. lien

Jacqueline Denis-Lempereur avait étudié diverses solutions dont on découvre la complexité dans le N° 835 de « Sciences & Vie » d’avril 1987. lien

Quant aux opposants, ils s’inquiètent de la décision prise qui correspond pour eux à assouplir le calendrier…pour mieux continuer, alors que la demande d’autorisation a été repoussée à 2017. lien

Ils ont raison de s’inquiéter car Ségolène Royal, hostile préalablement au projet, a, par un tour de passe-passe, inscrit sa réalisation dans l’article 34 du projet de transition énergétique. lien

Comme dit mon vieil ami africain : « c’est toujours trop tard quand le poisson découvre l’hameçon »

L’image illustrant l’article vient de « suite101.fr »

Merci aux internautes de leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

Avec le nucléaire, on tourne en rond

La poche trouée d’areva

Les cachotteries nucléaires

Fukushima, un désastre illimité

Energie, la facture sera salée

Le 7ème continent

Nucléaire, explosion des prix

Ce cher nucléaire

La politique de l’autruche

Tchernobyl, drôle d’anniversaire

Cacher la merde au chat

Un cancer sous le goudron

La grande bleue lave plus blanc


Moyenne des avis sur cet article :  4.18/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

92 réactions à cet article    


  • Lonzine 19 novembre 2014 13:19

    Bonjour Olivier, amusant que sans mots clés les artistes su lobiing sont aveugles.


    • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2014 15:59

      lonzine

      oui, peut être qu’ils ont eu leur dose lors du dernier article, et que ça a pu les calmer un peu ?
       smiley

    • Pyrathome Pyrathome 19 novembre 2014 14:14

      Salut Olivier,

      L’horizon industriel et financier d’Areva s’assombrit de plus en plus.

      .

      http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/11/19/areva-dans-la-tourmente_4525745_3234.html

      .

      Sont au bord de la faillite totale....

      Et voilà les « martiens » qui s’y mettent.....

      http://www.dna.fr/actualite/2014/11/19/lorraine-apres-les-drones-un-ovni-au-dessus-de-cattenom

      Mais pas d’inquiétude, Jo la sardine est sur place pour rédiger des contraventions.... smiley


      • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2014 16:00

        bonjour Pyra

        j’avais l’intention de mettre ça en commentaire...mais tu m’as devancé !
         smiley
        merci !

      • soi même 19 novembre 2014 15:20

        Paraît il à Cannes l’on prêche plus de bouteille vide que des Stars ?


        • L'enfoiré L’enfoiré 19 novembre 2014 16:36

          Bonjour Olivier,


           Le plastic et les déchets est un sujet qu’il faut faire remonter à la surface.
           La France fait partie que de l’iceberg, bien sûr. 
           J’ai vu ce qu’il en était dans des pays comme le République Dominicaine, où la mer azur était chargée de déchets qui flottaient.
           Evidemment pas près des côtes les plus touristiques. Il ne faut pas pousser le pauv’touriste dans des eaux infestées, bien entendu. 
           

          • L'enfoiré L’enfoiré 19 novembre 2014 16:38

            Il faut se rappeler tout de même une chose.

            Le plastic est un dérivé du pétrole. Se poser la question de savoir :
            Si le pétrole n’avait pas existé, aurait-on encore des forêts ? 

          • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2014 17:24

            l’enfoiré

            j’avais fais un article sur le sujet... et il y a dans nos océans plusieurs iles synthétiques de tous ces déchets de plastique agglomérés...
            plusieurs projets existent du sérieux au farfelu...
            certains imaginent d’en faire des îles habitées pour les futurs exilés climatiques... d’autres envisagent de récupérer le plastique pour le retransformer en pétrole...

          • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2014 17:25

            l’enfoiré

            je pense qu’on peut aussi poser la question dans l’autre sens...
            ce sont les forets qui ont donné naissance au pétrole.
             smiley

          • julius 1ER 21 novembre 2014 07:53
            Si le pétrole n’avait pas existé, aurait-on encore des forêts 
            @l’enfoiré,

            c’est une bonne question, mais c’est une question spécieuse......... car en fait le problème n’est pas l’utilisation du pétrole, mais ce qu’on en fait !!!!!!!!!!!!
            le transformer en de nombreux produits qui seront eux-mêmes transformés en de nombreux produits pourquoi pas ?????
            évidemment la question principale est l’organisation du recyclage, qui aurait dû être incluse depuis longtemps à l’ordre du jour et ce n’est pas un problème de coût quand on est dans une société qui exclut des millions de personnes, mais un problème d’organisation économique.
            la mer ou la nature considérées comme une poubelle relève davantage de l’instruction civique et de
             priorité morale que de considération économique, preuve en est justement les nombreux déchets que l’on voit en forêt ou le long des routes, révélateurs de l’insouciance et du mépris que l’individu accorde à son environnement.
            encore une fois le combat n’est pas gagné....

          • mmbbb 24 novembre 2014 09:56

            je fais de la montagne depuis quelques annees il y a eu des campagnes de sensibilisations mais des sites sur des couloirs tres frequentes comme le mont blanc sont des depotoirs a la fin de la saison J’avais vu un reportage sur des iles paradisiaques dans un pays du sud est asiatiques ouvert aux touristes apres leur passage la plupart de ces beaufs decerebres laissent leur merde et si vous les interroger ils vous repondent qu’ils sont ecolos A lyon sur les berges pourtant amenagees c’est un cendrier a ciel ouvert sur ces pelouses je m’assoie jamais et pourtant ce sont des personnes qui ont un bon niveau d ’etude puisqu il s’agit de le plupart d’ etudiants Si la moitie de la population des pays emergeants ont le meme comportement demain les mers seront des cloaques Le genre humain est tres con alors que nous envoyons des sondes afin de determiner sur mars le debut du debut de la vie en criant ourah et que sur cette terre berceau de la vie nous la saccageons. 


          • olivier cabanel olivier cabanel 24 novembre 2014 10:26

            mmbb

            oui, vous avez raison mille fois de dénoncer ce genre de pratique.
            pour que ça cesse, faudrait un électro-choc...genre, on suit discrètement un groupe d’alpinistes, on ramasse les merdes qu’ils ont laissé, et on les piste jusqu’à leur appartement, on sonne, et on déverse le bordel en leur disant avec un grand sourire « je crois que vous avez oublié ça l’autre jour en montagne, je vous l’ai donc rapporté, ne me remerciez pas... » avec une équipe de caméramens qui filmerait tout ça...
            ça ferait un super documentaire.
             smiley

          • L'enfoiré L’enfoiré 19 novembre 2014 16:41

            « Pour ma part, la dernière fois où je me suis baigné en Méditerranée remonte à très longtemps…c’était au large de Menton »


            Moi, aussi je m’y suis baigné de nombreuses fois.
            Ce n’est pas vraiment des poubelles que j’ai rencontré, mais des résidus de celles-ci : piqué par une méduse.

            Depuis je nage en piscine.

            • L'enfoiré L’enfoiré 19 novembre 2014 18:12

              J’aime Menton. J’ai écrit cela à son sujet, une des dernières fois où j’y ai été.

              J’oubliais de dire, qu’il n’y a malheureusement pas beaucoup d’hôtels avec piscines.

            • Marc Viot Marc Viot 19 novembre 2014 18:40

              Serait-il possible de détourner un joli collecteur déversant des rejets en continue dans les villégiatures estivales de nos chers élus ?

              Quand aux déchets nucléaires, je ne sais plus quoi dire tellement l’inconséquence de nos irresponsables me parait hors de portée d’une intelligence même primaire ...


              • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2014 18:59

                marc 

                ça me parait une bonne idée...
                je pense que tous ces « braves gens » sont coupés des réalités...dans un autre domaine, il est probable que si Hollande passait une nuit dans la rue, couché sous un carton, les solutions pour résoudre le scandale des sans abri seraient rapidement trouvées.
                 smiley

              • Ricquet Ricquet 19 novembre 2014 21:36

                Olivier,C’est peut-être beaucoup plus grave que ça.

                Il existe un site qui répertorie quotidiennement les suicides par milliers, millions ou tonnes de poissons , baleines, phoques... partout sur la planète.Parfois les raisons de ces échouages trouvent des explications scientifiques et parfois non : c’est un mystère. (comme ici à Rio.)
                En fait, il n’y a pas de mystères.Les uns diront que c’est la faute à la pollution, à Fukushima, à une algue verte...

                Je pense que le monde marin côtier refuse le combat pour la survie parce qu’ils sont devenus moroses ou l’équivalent de dépressifs.
                Une sorte de « No future », en sorte...
                Ce que je pense, n’a pas d’intérêt en soi, mais l’Apocalypse de saint Jean en parlait il y a 2000 ans avec cette phrase de l’Apocalypse 8.9 pour la fin des temps : 
                « Le tiers de la mer devint comme du sang. Le tiers des créatures vivantes dans la mer périrent ... »
                Sur ce : bonne soirée.

                • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2014 22:04

                  Ricquet

                  j’avais proposé un article sur la question, il y a quelques temps, et je m’étais orienté sur une autre piste...
                  les animaux, ont le sait, sont sensibles aux vibrations électro-magnétiques qui leur permet de se guider...ne serait-il pas possible que la pollution électro-magnétique que nous produisons de plus en plus abondamment, soit responsable de cette « désorientation » des animaux ?
                  mais ce n’est qu’une modeste théorie...
                  merci de votre commentaire.

                • Ricquet Ricquet 20 novembre 2014 16:59

                  Je ne sais pas.

                  Notons seulement que si l’hécatombe est quotidienne sur et dans les océans, elle est aussi très présente dans les rivières. Bref tous les poissons...
                  Pourquoi les lions de mer ?
                  Pourquoi les oiseaux type étourneaux ?
                  Pour les abeilles, on sait les ravages des pesticides qui peuvent contaminer tous les essaims.

                  l’électro magnétisme ?
                  Les animaux ressentent les fléaux avant nous. (tremblement de terre...)
                  Je crois qu’ils vivent dans l’angoisse et sont de fait déboussolés.

                • joletaxi 20 novembre 2014 19:22

                  ouais, l’autre jour, on a pêché un loup, il avait vraiment l’air angoissé
                  et quand mon smartphone a sonné ,il a sauté dans la bourriche,


                • olivier cabanel olivier cabanel 21 novembre 2014 10:59

                  Ricquet

                  de là a expliquer l’hécatombe... ?
                  de toutes les façons, une donnée devrait aussi être prise en compte, et tant pis si je noircis le tableau, mais avec tous les produits chimiques dont nous avons gratifié les fleuves, les chercheurs ont constaté une féminisation des espèces...ce qui signifie une diminution des mâles, et donc de naissances...ce qui ne va rien arranger.
                  mais en haut lieu, on est optimiste, il parait qu’ils envisagent de changer les quotas de pêche, pour les thons rouges, et quelques autres espèces.
                  est-ce bien raisonnable ?

                • Ricquet Ricquet 23 janvier 2015 11:14

                  je t’envoie un lien qui pourrait répondre à ta question.

                  En effet :
                  « Ce lien est réfuté par d’autres scientifiques, mais s’il avait raison, cela pourrait-il expliquer les hécatombes d’animaux à travers la planète ? Ne pourraient-ils pas être victimes de troubles du champs magnétique ? Bien sur, cela reste totalement spéculatif, mais la piste reste néanmoins intéressante, puisque officiellement, il n’y a toujours aucune explication concrète à ces phénomènes de morts de masse… »

                  cordialement...

                • olivier cabanel olivier cabanel 23 janvier 2015 15:54

                  Ricquet

                  c’est en effet une théorie que je connaissais, et que j’ai d’ailleurs évoquée dans plusieurs articles.
                  elle ne demande qu’à être confirmée.
                  en tout cas, merci pour le lien.

                • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 19 novembre 2014 21:55

                  Superbe, la photo de l’article.

                  D’authentiques amphores de la fin du XXème Siècle.

                  Ca vaudra une fortune dans deux mille ans.


                  • sls0 sls0 20 novembre 2014 01:26

                    J’habite sur une ile où c’est un cauchemar le plastique, après chaque orage les rivières sont blanches car recouvertes de plastique et polystyrène.
                    J’allais cliquer sur le oui indiquant que j’étais d’accord quand à mi-lecture je tombe sur les déchets nucléaires. Je me sens concerné par les déchets, j’aurais cliqué sur le oui si je n’avais pas vu des chiffres fallacieux.
                    700000 tonnes, dans wikipédia c’est 250000 tonnes au niveau mondial. Vu qu’après dans l’article on parle du traitement par la France, elle ne traitera pas les 250000 tonnes mondiales ou le 700000 tonnes du système solaire, je suis allé sur le site de l’ANDRA, à priori il n’a pas d’accord avec la planète Mars ou Vénus.

                    Pour en savoir un peu plus je suis allé sur le site de l’ANDRA, en 2010 c’était 2700 mᶾ équivalents conditionnés de déchets de haute activité. Si je me réfère aux dimensions du container décrit dans un lien de l’article c’est environ 16-17000 containers. Un carré de 60X60m sur 1m40 de hauteur.

                    Les déchets nucléaires c’est un gros problème, en parler pour alerter est tout à fait normal.
                    Ce petit carré de 60X60 peut créer d’énormes problèmes pour les générations futures si c’est mal goupillé, pourquoi gonfler des chiffres qui font passer l’article d’intéressant à un écrit d’un intégriste anti-nucléaire qui ne maitrise pas le sujet.
                    Pour faire un parallèle : tuer une personne les 16gr d’une grenade c’est plus que suffisant, c’est pas la peine de parler d’une bombe de 500kg jetée par un méchant, dans les deux cas ça tue, mais le premier est vraisemblable.

                    Le bon coté des choses avec les articles d’Olivier, c’est très formateur de contrôler la validité ses écrits, j’en apprend des choses.

                    J’espère que le prochain article que traitera de la culture de la laitue romaine mais où il y aura certainement une partie nucléaire que les chiffres seront un peu plus exact. Pour l’instant ça plombe un peu la cause écologique ces exagérations, le factuel est suffisant par lui même. Prêcher pour des gens déjà convaincus pour qui les exagérations ne dérangent pas c’est assez se regarder le nombril. Des articles sérieux pourraient amener plus de monde à réfléchir à l’écologie.


                    • olivier cabanel olivier cabanel 20 novembre 2014 07:27

                      slso

                      vous lancez la polémique sur la quantité de déchets, et je suis surpris.
                      bien sur, à bure, il sera impossible de traiter 700 000 tonnes de déchets, mais si vous avez bien ouvert les liens, je confirme ce chiffre...
                      j’ai recoupé les informations, et une partie de la totalité des déchets serait traitée.
                      il s’agit bien sur des déchets de haute activité (HA-VL) qui comme le dit le CEA représente 0,2% du volume total... et des déchets de moyenne activité à vie longue qui constituent 3% du total...
                      mais que ferons nous des déchets de faible et moyenne activité (dont la dangerosité dure au moins 3 siècles) ? et que ferons nous des déchets de faible activité à vie longue (7% de la totalité).
                      en résumé, cela fait au moins 10% de la totalité produite qu’il faudrait traiter...lien
                      vous aurez remarqué que le CEA évite bien sur d’évoquer les quantités...et ne parle que de pourcentages...
                      comme l’affirme l’ANDRA (que vous ne contestez pas je suppose ?) il s’agit bien de 1,8 millions de m3 au total, (et 1 320 000 en 2010) ce qui fait tout de même 180 000 mètres cubes de déchets dangereux à traiter. lien
                      d’après planetoscope, ce chiffre atteindra 2,7 millions en 2030... lien
                      cela ne vous interroge-t-il pas que Macron (qui n’a pourtant pas les compétences dans son ministère de traiter ce domaine) se soit permis d’ajouter discretement le projet de Bure, afin de le faire avaliser par les députés ? lien
                      alors, concernant votre critique, je comprend que ceux qui ont a gérer ce problème veulent en traiter le minimum, mais ça ne résout pas la question.


                    • marauder 20 novembre 2014 09:04

                      Faudrait déja commencer par vous meme,
                      il est possible de supprimer totalement les produits chimiques et de ne garder que vinaigre blanc, savon noir

                      Mais ces occidentaux sont assez apeuré de voir disparaire leur soit disant confort.

                      captez votre eau, essayez les toilettes seches, torchez vous a l’eau au lieu de ce pq, arretez vos produits abjectes et on verra deja.

                      Je crois que pas mal se plaignent ici et pourtant, leur pratiques ne changent pas, car ils attendent leur élu, leur sauveur qui pensera a leur place.

                      Vous savez ce que veux dire « désobéir » ?

                      Ca veut dire avoir du courage. Tout le reste c’est du verbiage, du vent. Pas besoin d’un bac+15 pour comprendre.


                      • olivier cabanel olivier cabanel 20 novembre 2014 13:11

                        marauder

                        je partage totalement.
                        bien sur, à notre niveau personnel, chacun peut changer de pratique...
                        il est facile intellectuellement parlant de reporter la faute sur l’élu, ou le lobbyiste, qui fait tout son possible pour empêcher la loi de s’exercer.
                        ceci dit, la loi est la, et elle doit être respectée.
                        or, en tout cas pour le problème de ces « égouts en mer », ce n’est pas le cas,
                        et pour Bure, ce n’est guère mieux, vu que macron essaye aujourd’hui de valider ce scandaleux projet d’enfouissement.

                      • Tillia Tillia 20 novembre 2014 17:06

                        Bonjour marauder, je suis entièrement d’accord, c’est la société toute entière qui produit des déchets, qu’ils soient plastique ou nucléaire, à moins de se passer de tout, je ne vois pas comment on peut inter-agir.


                        Je suis abonnée à une énergie verte, mais je ne me leurre pas, elle n’a pas son propre réseau de distribution, elle court dans les mêmes circuits que le nucléaire, car je n’ai pas vu d’autres câbles spécifiques pour mon choix, le fil qui arrive à ma maison est unique et il est raccordé au même pylône que pour tous, alors énergie verte oui, énergie verte non ... je ne sais pas.

                        Il faut trier ses déchets avant, et non les acheter et trier après, c’est une perte de temps.

                        Je ne suis pas spécialement pour le nucléaire, mais on n’a pas encore trouvé mieux.



                      • olivier cabanel olivier cabanel 20 novembre 2014 17:16

                        Tillia

                        bonne nouvelle, on a trouvé mieux que le nucléaire !
                        je l’ai publié dans quelques articles...avec les preuves que des demain on peut tourner la page du nucléaire, sans pour autant se priver, ou retourner à la bougie !
                         smiley

                      • joletaxi 20 novembre 2014 19:19

                        mais de grâce, allez tout de suite raconter les grandes percées de vos centrales à crottes de bique à Mme Merkel, elle est en pleine panade, avec son ministre de l’énergie qui assure que le charbon sera la base de leur énergie électrique.


                      • joletaxi 20 novembre 2014 19:21

                        mais rien ne vous emp^che de jouer à la pastèque de concours, c’est une vertu du libéralisme.
                        mais foutez_nous la paix avec vos lubies


                      • olivier cabanel olivier cabanel 20 novembre 2014 20:15

                        bon, mon petit jo

                        vous avez assez joué ici... c’est réservé aux grandes personnes.
                        allez vite faire un tour dans le square voisin, et tachez pour une fois de finir ce sacré château de sable.
                         smiley

                      • Tillia Tillia 21 novembre 2014 11:35

                        Non depuis 2014, les énergies vertes ont dépassé celles fournies par le charbon ... tout arrive à qui sait attendre 


                      • Zip_N Zip_N 22 novembre 2014 14:29

                        Les solutions actuelle ne suffisent même pas à faire diminuer pétrole et charbon et avec cela vous parlez de tourner la page ? vous êtes à quelle page ? la page se tournera dans 150 ans quand le pétrole, gaz de chiste, et charbon se seront évaporé. Vous comprenez pas que chaque jour le monde consomme plus d’énergie polluante et vous faites comme si c’était le contraire (du jour au lendemain) Qu’a fait le Japon pour remplacer leur centrales nucléaire ? rien parce qu’ils ont pas Cabanel mdrrr, vous feriez un bon japonais.


                      • olivier cabanel olivier cabanel 22 novembre 2014 16:36

                        zip

                        vous devriez vous renseigner un peu avant d’écrire n’importe quoi.
                        j’ai largement décrit ça mais comme vous avez un poil dans la main, je vais vous en faire un résumé.
                         smiley
                        58 réacteurs à fermer...et pas dans 150 ans. ok ?
                        commençons par mettre habitations et entreprises a une norme plus stricte : 0,6
                        la consommation énergétique sur le poste chauffage représente 43 mtep
                        en réduisant l’énergie consomme de 85% par une meilleure isolation, nous ne consommerions plus que 6,45 mtep annuels, soit une économie de 36,55 mtep soit la fermeture de 21 réacteurs nucléaires....et le tout sans évoquer les BEPO qui pourraient remplacer toutes les centrales nucléaires. lien
                        il reste donc 37 réacteurs à fermer.
                        ensuite, nous arrêtons le gaspillage énorme que représente les immeubles éclairés la nuit, ou les autoroutes...alors que les voitures sont pourvues jusqu’à preuve du contraire de phares.
                        je continue
                        hydroliennes, hydraulique classique, mais aussi microcentrales, marémotrice, le potentiel dans notre pays est de 20 mtep soit près de 12 réacteurs nucléaires.
                        il reste donc 25 réacteurs à fermer.
                        passons aux réseaux chaleur issus de la géothermie de moyenne profondeur,
                        il y a en france suffisamment d’eau chaude de sous sol pour produire l’équivalent de 30 mtep, ce qui correspond à plus de 17 réacteurs nucléaires. lien
                        il reste donc 8 réacteurs à fermer
                        c’est à dire peanuts.
                        effectivement, je n’ai pas encore utilisé l’éolien qui peuvent remplacer ces 8 réacteurs : le potentiel éolien est de 14 mtep...doit est 8 réacteurs qui restaient. lien
                        et puis bien sur, il y a le solaire, thermique ou photovoltaique, énergie intermittente bien sur, tout comme l’éolien, mais seront complémentaires l’un de l’autre.
                        ensuite, il faut reparler de la théorie de Jeremy Rifkin, le grand économiste, qui propose de partager l’énergie, de produire et consommer sur place l’énergie produite chaque fois que c’est possible, ce qui représenterait une économie considérable, puisque le 1/3 de l’énergie produite par les centrales nucléaires est perdue à la fabrication, et 10% de celle ci lors du transport.
                        ça signifierait aussi une diminution drastique des vilains pylônes a tres haute tension.
                        ça m’a toujours amusé de voir quelques excités se battre contre une éolienne qui est soupçonnée d’abîmer le paysage, mais qui n’ont jamais bougé le petit doigt lors de la construction des 200 000 horribles pylônes tht. smiley

                        et puis il y a la cerise sur le gâteau.
                        le poste transport dans notre pays, c’est 50 mtep... or le méthane productible correspond a 54 mtep, (lien) c’est à dire que nous pourrions arrêter toute dépendance avec les pays producteurs, évitant ainsi pas mal de conflits, et améliorant singulièrement notre balance commerciale.
                        ça ne fermera pas de réacteurs nucléaires, mais ça évitera cette dépendance énergétique, améliorant la qualité de l’air dans les grandes villes.

                        alors ? on attend 150 ans, et un probable accident nucléaire majeur, ou on tourne la page tout de suite ?
                         smiley

                      • Zip_N Zip_N 22 novembre 2014 18:19

                        Vous connaissez le prix du démantellement d’une seule centrale ? parce que toutes sauf vos 8 dernière à part le père Noel je vois pas trop. Modifier toutes les habitations avec l’isolation et nouvelles fenetres ? quel couts (% ?) il me semble que cela est essentiel à vos chiffres ??vous isolez toutes les facades du froid et du chaud ?vous croyez qu’avec une meilleure isolation il y a 85% a gagner ? moi non. Et avec des matériaux écologique (double de prix ?) l’ancien isolation c’est de la merde ?


                      • Zip_N Zip_N 22 novembre 2014 19:05

                        Sans vouloir bouder votre accueillant sourire, et pour rire moi aussi, pour que votre calcul prenne tous son sens vous arriveriez à faire l’addition à chaque étape ?


                      • olivier cabanel olivier cabanel 22 novembre 2014 19:14

                        zip

                        le démantèlement ?!!!
                        faudrait déjà pouvoir le réaliser...
                        les experts assurent que ça coutera au moins aussi cher que la construction.
                        mais découper une centrale en morceau, et la mettre en container, en attente de solution, ça sert à quoi ?
                        certains sont convaincus qu’il vaudrait mieux les recouvrir de plusieurs metres de terre, après avoir enlevé le combustible...et y planter des arbres, en prévenant les promeneurs de ne pas ramasser les champignons.
                        quand au cout provoqué par une bonne opération d’isolation des constructions, les experts ont prouvé que les économies de chauffage réalisées auront vite fait de le compenser.
                        quand au 85% à gagner, ce sont les experts qui l’affirment, et que vous le croyez ou non ne change rien ... smiley
                        et quand aux matériaux actuels (laine de verre et compagnie), comme vous le dites, c’est de la m...e.... tout juste bon à provoquer un cancer. lien

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès