Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Développement durable, un rêve ?

Développement durable, un rêve ?

Afrique, Amérique de Sud, Asie... plusieurs milliards d’êtres humains aspirent à une « vie meilleure » qui est en général (c’est à dire pour une proportion majoritaire de ces personnes) symbolisée par le « modèle américano-européen » ou, en d’autre termes, par le mode de vie des populations les plus riches de la planète.

Cette aspiration est-elle légitime ?

Ce dont nous, les « plus riches », bénéficions doit-il être ou non accessible à tous ?

Le pavillon, la voiture, l’électroménager, le « high tech », le voyage plus ou moins lointain... tout cela renouvelable au gré des envies du moment et pour tous ?

Dans le principe de quel droit serait refusée aux plus « démunis » l’accession à cette « vie meilleure » ?

Rien ne pourrait justifier ce refus.

Dans les faits observons les conséquences multiples de ce « confort » dont les plus riches profitent : elles se résument pour notre substrat, la Terre, à une cohorte de pollutions graves car destructrices, de divers ordres, et sur lesquelles un retour à la situation antérieure n’est la plupart du temps pas envisageable.

Des pollutions et des destructions définitives auxquelles s’ajoutent l’utilisation effrénée de ressources qui ne sont pas renouvelables et ne sont disponibles qu’en des quantités finies.

Si des méthodes profondément différentes de celles utilisées jusqu’à maintenant pour faire émerger le niveau élevé de confort qui est l’apanage des plus riches n’apparaissent pas très vite et de façon très massive il n’y a pas gros risque à parier que les pollutions s’amplifieront tandis que de nombreuses ressources s’épuiseront encore plus vite.

Il est souvent question dans certains cercles d’une société « dé carbonée », dans laquelle le recours aux énergies fossiles serait moindre sinon nul.

Effectivement, changements climatiques et acidification des océans, en parallèle avec la perspective d’une pénurie de pétrole à venir, devraient nous pousser à adopter rapidement des méthodes différentes.

Il existe cependant de très nombreuses sources de carbone (gaz de schiste, charbon, gaz, hydrates de méthane...) qui sont autant de réservoirs d’énergie capables, de façon plus ou moins simple et coûteuse, de suppléer à un manque de pétrole : ce dernier ne marquera donc pas la fin de nos sociétés « carbonées ».

Tout au plus les handicapera-t-elles plus ou moins durement pour un temps.

Le recours au charbon semble demeurer très général en dépit de ce que nous savons de la nocivité de nos émissions de CO2 : la Chine et l’Inde projetteraient de construire environ 800 centrales au charbon dans les 20 prochaines années.

On estime que la Chine, à elle seule, pourra absorber l’intégralité de la production australienne, qui est à ce jour en plein développement, dans les années à venir.

Un charbon indispensable à la production d’un acier dont la demande ne faiblira évidemment pas : il est indispensable à la construction d’infrastructures, d’équipements de toutes sortes et des centaines de millions de voiture dont rêvent ceux qui n’en n’ont pas encore.

Côté infrastructures fabriquer du béton, c’est porter à haute température des minéraux : c’est une consommation importante d’énergie, de carbone, qui se retrouve dans l’atmosphère...

Les voitures, même si elles sont plus ou moins économes, consommeront de très grandes quantités de carburant car même si le concept de « véhicule électrique » fait florès sur un certain nombre de blogs souvenons-nous qu’il s’est vendu en France en 2009, à des particuliers, 14 voitures électriques.

Il faudra longtemps pour que le parc soit majoritairement électrique.

Et avant qu’une portion majeure de l’électricité produite le soit via des sources véritablement « renouvelables » c’est au charbon que l’on aura massivement recours...

Bien évidemment on peut imaginer que les voitures ne seront plus essentiellement constituées d’acier : et l’aluminium ?

Mais la production de ce métal ne peut être réalisée sans de très grandes quantités d’électricité.

En matériaux composites alors : mais ce sont tous (ou de façon extrêmement majoritaire) des dérivés de ressources fossiles carbonées et tous nécessitent pour leur fabrication d’importantes quantités d’énergie.

Combien de nouvelles mines de cuivre (entre autres métaux) faudra-t-il mettre en exploitation pour alimenter la fabrication de ces centaines de millions de voitures, d’appareils d’électroménager, de gadgets high tech de toutes sortes... ?

Quelles seront les conséquences environnementales de ces nouvelles exploitations qui, bien évidemment, consommeront de très grandes quantités d’énergie et donc généralement de carbone... ?

Limiter sévèrement ces conséquences environnementales aura d’évidentes répercussions sur les prix des matières premières mais les tensions sur les prix étant d’ores et déjà très nettes il y a de fortes chance pour que l’on ne se montre pas réellement sévère...

Nous assistons actuellement à un combat silencieux pour l’accès aux terres rares, pour lesquelles la Chine dispose d’énormes ressources, probablement les plus importantes au monde, et qui sont indispensables dans un grand nombre de secteurs.

Des tensions similaires existent pour un certain nombre d’autres minerais et il n’y aura pas grand risque à parier qu’elles ne cesseront de s’accroître.

Tout ceci nous décrit un monde dans lequel chacun tentera de s’approprier « au meilleur prix » quantités de ressources, ceci pour accéder à un mode de vie dont nous avons vu qu’il était largement destructeur du fait des méthodes utilisées pour y accéder mais également du fait qu’il repose très largement sur le fait que « chacun » pourrait disposer d’un très grand nombre d’accessoires et de possibilités qui ne sont pas tous « vitaux » (se déplacer fréquemment, parfois loin, disposer d’une piscine...).

Cette description du monde n’est pas du tout celle d’une terre où le développement serait « durable », bien au contraire, et si des formules comme « du local au global » font largement débat dans divers cercles cela ne signifie en rien que ce qui devrait changer pour conduire à ce fameux « développement durable » pourra se produire.

Car au niveau local comme au niveau global « tout le monde » continue à vouloir pouvoir construire un mur en parpaing autour de son pavillon, à changer de téléphone portable dès qu’apparaît un nouveau modèle, à passer une semaine de vacances à l’autre bout de la terre...

Autant de pratiques qui, si on les examine bien et en tenant compte des ordres de grandeurs mis en jeu (un peu de ceci et de cela pour chacun, mais multiplié par des millions chaque jour), sont de grosses consommatrices de ressources et de fortes sources de pollution.

Finalement c’est l’ensemble de notre mode de vie, et surtout des bases matérielles de notre mode de vie, qui est en cause : si nous persistons à vouloir de tout tout le temps rien ne peut s’opposer à ce que d’autres aient de mêmes souhaits.

Si ces « autres » ont véritablement ces mêmes souhaits, ce qui semble bien être un cas très général, et comme nous ne disposons pas de « solutions de rechange » véritablement opérationnelles pour que les méthodes qui permettent d’accéder à ce « bien être matériel » qu’on nous envie deviennent très rapidement (presque du jour au lendemain) économes en ressources et n’aient pas d’effets néfastes sur l’environnement, comme enfin ces « autres » sont extrêmement nombreux nous allons droit vers un monde encore plus « compétitif » (on peut même redouter qu’il le devienne sous une forme encore plus « rageuse » qu’actuellement...), plus pollué, plus bouleversé du point de vue climatique, politique, social...

Si, dès demain matin, nous ne savons pas faire pousser des téléphones portables, juste en semant une graine, comme pousse (encore librement parfois) le chiendent au bas côté de certaines routes, et si nous voulons tous chaque année un nouveau téléphone, le monde, bientôt, ira très mal !

Sur cette image, et à moins de revirements massifs et profonds dans les mentalités, il me faudrait probablement conclure que le développement durable aura été le joli rêve de certains à un certain moment de l’humanité...

Là j’entends déjà applaudir les adeptes de la « simplicité volontaire » ou de quelques « décroissances », les défenseurs des « initiatives individuelles pour sauver la planète », les « fermeurs de robinet après s’être lavé les mains » et autres « éteigneurs de lumière quand on quitte une pièce »...

Mais oui, bien sûr, ils ont plus ou moins un fragment de la bonne formule tous mais... combien de divisions face à la multitude et quelles solutions concrètes pour que chacun puisse vivre décemment ?

Car les ordres de grandeur parlent et ce qu’ils nous disent aujourd’hui est que nous allons de plus en plus vite dans une direction néfaste.

Fabriquer moins de voitures ?

Mais on a vu que si nous en possédons une chacun peut prétendre à cette possession et d’autre part combien d’emplois seront supprimés, combien ne seront pas créés ?

Emplois : se loger, manger, vivre... mais aussi pour chaque pays « tenir sa place dans la compétition internationale » telle qu’elle existe aujourd’hui, condition sans laquelle tout pays irait à sa ruine, « globalisation » oblige et à laquelle aucun pays ne peut a priori se soustraire.

Ceci peut-être à moins qu’un pays veuille, dans une unanimité solide, adopter un mode de vie plus ou moins proche de celui du Bhoutan, où l’espérance de vie n’atteint pas des records mais où le « Bonheur National Brut » serait assez élevé, avec un niveau d’autarcie assez grand...

Mais si un seul pays prend cette voie cela ne résoudra rien du point de vue global (émissions de CO2 par exemple) et son seul espoir de ce point de vue pourrait être que son exemple soit suivi par d’autres : il faudrait alors que sa réussite dans ce domaine très hétérodoxe soit particulièrement éclatante !

La question est donc posée : quelle « formule » économique et sociale, qui convaincrait vite une forte majorité, pour que nous puissions être (devenir) à la fois « heureux » et « durables », chacun et tous sur Terre ?

Aussi longtemps que nous n’aurons pas défini le schéma d’une société reposant sur cet « autre équilibre économique et social » la locution « développement durable » risque de demeurer assez creuse car d’un impact négligeable dans les faits...

Un rêve donc...

Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Albar Albar 27 novembre 2010 08:47

    Plutot une utopie, vu la vanité des Hommes a vouloir toujours plus, ainsi que leur insatiabilité outrageante.


    • jjwaDal jjwaDal 27 novembre 2010 13:45

      « Petri dish economics »...
      Le « développement durable » est un slogan de tumeur cancéreuse dont on connaît la vacuité et la vanité.
      Certes, théoriquement nous avons accès à des sources d’énergie (solaire, fission nucléaire) dépassant de très loin nos besoins dans tout futur imaginable et nous pourrions parvenir à un très haut degré de recyclage pour limiter les pertes élémentaires (en matériaux) via l’usure par ex, mais en pratique le développement des besoins cours bien plus vite que nos capacités à concrétiser dans les deux domaines cités.
      Comme le disent beaucoup (Wes Jackson ou Jared Diamond par ex) notre développement ressemble à celui d’une colonie bactérienne dans une boîte de Petri.
      Le sommet de notre puissance sera le point d’inflexion de la courbe vers une dégringolade impensable (aujourd’hui) dans une pauvreté banalisé à l’échelle mondiale.
      En l’absence de répartition équitable nous aurons « more of the same » , savoir une minorité mondiale hyperriche et une vaste cours des miracles on tout le monde essaie de sauver sa peau.
      Le fait qu’aux USA (par ex) la répartition des richesses soit celle des années 20 (prélude à la grande dépression) indique clairement vers quoi nous allons.


      • joletaxi 27 novembre 2010 17:20

        Comme toujours, lorsque l’on cherche à comprendre une problématique à partir d’une hypothèse fausse, on ne risque pas d’aboutir aux bonnes conclusions :

        où diable avez-vous pu imaginer ,même dans les rêves les plus délirants ,que demain, tout le monde aura accès à tous les attributs de notre progrès ?Cela n’a jamais été le cas.Les patriciens romains vivaient (pas mal d’ailleurs) sur le travail de leurs esclaves.Plus près de nous, les nobles taillaient leurs serfs,exploitaient la populace .Au fure et à mesure de l’accumulations de richesses,on a assisté à un partage forcé qui a conduit à nos sociétés modernes.Il en sera de même dans les pays émergents, et cela se voit déjà à une vitesse fulgurante,par rapport à notre propre évolution en Chine.
        La répartition des biens, se fera, comme par le passé, des plus riches jusqu’au plus démunis,sauf que l’on peut espérer avoir toujours un peu plus à partager.Et si limite il y a, et bien comme c’est le cas maintenant, la répartition ne se fera pas de manière uniforme, et la Bentley sera toujours réservée à une petite minorité,et la mobylette au « vulgus ».Pourquoi diable imaginez-vous que cela va changer ?Et si le nombre de Bentley devient limité, et bien, il y aura moins de très riches pour les acheter.Ou voyez-vous là la fin du monde ?

        La raréfaction des ressources naturelles est une rengaine qui ressort régulièrement.Le renchérissement aussi.Mais de quoi parle-t-on ?Par exemple, ce jour, le litre de fuel,dont réchauffement climatique oblige, nous allons avoir un pressent besoin,est à 0,68 € soit 28 bfrs de l’époque,exactement le prix qu’il avait en 72 après la première crise du pétrole.Et j’ai connu le kg de cuivre bien plus cher,à une époque où j’implantais des cabines HT.
        Le vrai problème, c’est qu’une poignée de scientifiques, je laisse à J. Curry la responsabilité et la paternité des qualificatifs qui leur convient, a émis une hypothèse , bientôt saisie par des opportunistes,pour culpabiliser nos contemporains et leur faire croire à la fin du monde.Combien de milliers de « vampires » vivent de cette fiction ?

        « en dépit de ce que nous savons de la nocivité de nos émissions de CO2 : »
        la phrase magique,sur laquelle se batit toute ce catastrophisme.
        Comme le fait remarquer jjwadal,nous sommes engagés dans une compétition ,non plus nationale, pour la partage de ces richesses, mais planétaire.Les sociétés qui refuseront la compétition, pour des principes moraux discutables, pour des phobies de « poele à frire », et autres idioties du genre, devront se contenter des miettes,comme cela a toujours été le cas,et pourront profiter pleinement de la misère qu’elles auront elles-mêmes générées.
        A votre avis, combien a déjà coûté aux européens,la bonne conscience carbone de nos décideurs ?

        • jcm jcm 27 novembre 2010 17:57

          "...où diable avez-vous pu imaginer ,même dans les rêves les plus délirants ,que demain, tout le monde aura accès à tous les attributs de notre progrès ?« .

          Effectivement j’ai écrit »tous« ou »tout le monde« mais en fait j’avais en tête un taux d’équipement comparable à celui constaté en moyenne dans les pays »riches".

          Et sur cette base il faudra compter 800 millions de voitures individuelles en Chine, à peu près autant en Inde, combien dans les autres pays... ?

          Et cela sera largement suffisant (et même bien plus que suffisant, attendez un peu et vous le constaterez) pour que nous atteignions la sursaturation, tant en pollution qu’en utilisation des ressources.

          Quand au kg de cuivre, eh bien nous verrons... laissons venir !


        • epapel epapel 7 décembre 2010 21:53

          En attendant, les taux de croissance de 9-10% de la Chine (depuis 30 ans) et l’Inde (depuis 15 ans) qui représentent 40% la population mondiale et 10% du PIB mondial ne sont pas un délire mais bien une réalité.

          Sur cette lancée ces deux pays représenteraient à eux seuls le PIB mondial actuel avant 2040 c’est à dire dans moins de 30 ans, alors ou bien :
          - c’est techniquement possible et JCM a raison sur le niveau de pollution insoutenable que ça va générer étant donné que les modes de production et de consommation n’ont aucune raison de changer car personne n’est prêt individuellement à renoncer à sa part si tout le monde n’en fait pas autant (ce qui signifierait que le monde adopte la décroissance ou à minima la stagnation et qui serait contradictoire dans un système fondé sur la compétition).
          - les ressources sont insuffisantes et Joletaxi aura raison sur un point : il y aura une autre répartition des richesses, mais cela signifiera également que nous serons globalement en décroissance (normal car à partir du moment ou des ressources non renouvelables sont devenues insuffisantes, leur destruction qui se poursuit les rend chaque jour de plus en plus rares) et donc qu’une lutte sans merci aura lieu pour le contrôle de ces ressources et établir cette nouvelle répartition.

          Conclusion : sur les ressources je parie sur l’insuffisance à moyen terme et que JCM a philosophiquement raison : ça va mal finir et dans pas longtemps. J’ajouterai tout particulièrement pour les européens qui sont dépourvus de la quasi totalité des ressources stratégiques pour cause d’épuisement avant les autres et n’ont plus les moyens militaires et démographiques pour imposer leur volonté. La bonne nouvelle c’est que du fait que nous ne détenons plus de ressources stratégiques nous ferons pas partie de ces champ de bataille qui concerneront l’Afrique, le Moyen Orient, la Sibérie et une partie de l’Amérique Latine.


        • epapel epapel 7 décembre 2010 22:29

          Je précise que mes deux postulats sont :
          1) ce qui est techniquement faisable se fera
          2) c’est techniquement faisable dès lors que les ressources nécessaires sont accessibles en quantités suffisantes 

          L’aspect délirant ou non de la projection de JCM dépend uniquement de l’état des ressources critiques non renouvelables et non recyclables donc pour l’essentiel des ressources énergiques fossiles car avec assez d’énergie il est possible d’extraire et de transformer n’importe quoi quasiment n’importe où et dans n’importe quelles conditions.

          Or les prévisions les plus raisonnables pour ne pas dire pessimistes - auxquelles personnellement je ne crois pas étant encore plus pessimiste - nous assurent que le pic énergétique global va se produire vers 2070 au taux de croissance mondial actuel ce qui valide à priori le scénario délirant de JCM auquel adhèrent la quasi totalité des économistes ayant pignon sur rue.

          A noter que les USA disposent de 30% des ressources charbonnières mondiales et que la Chine qui en possède 15% a déjà préempté celles de l’Australie (9%).

          Nous serions donc face à un délire collectif mondial.


        • epapel epapel 7 décembre 2010 22:34

          J’oubliais l’essentiel : excellent article bien écrit et bien argumenté.


          • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 18 décembre 2010 15:51


            N’importe quoi !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès