Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > « Discover unlimited power » : le succès de la Journée européenne de (...)

« Discover unlimited power » : le succès de la Journée européenne de l’énergie éolienne

Alors que l’énergie éolienne est aujourd’hui encore très controversée, la Journée européenne de l’énergie éolienne a remporté un vif succès. 18 pays de l’Union européenne ont proposé des activités sur le thème de l’éolienne et la France a ouvert 45 de ses parcs éoliens au public pour expliquer le fonctionnement des turbines aux visiteurs et tenter de convaincre les plus sceptiques…

Visite de parcs éoliens pour la Journée européenne de l’énergie éolienne

Les curieux n’ont pas été déçus. La deuxième édition de la Journée européenne de l’énergie éolienne, organisée le 15 juin par l’Association européenne de l’énergie éolienne (European Wind Energy association – EWEA), a remporté un vif succès. 18 pays de l’Union européenne ont participé à cette journée en proposant de nombreuses activités liées à l’énergie du vent : conférences, débats, concerts, inaugurations et visites de parcs éoliens.

En France, l’événement a été confié à la filiale éolienne du Syndicat des énergies renouvelables, France énergie éolienne. 45 centrales et parcs éoliens, répartis dans 29 départements, ont ouvert leurs portes au public pour une visite guidée avec des explications sur le fonctionnement des turbines. Le but était de familiariser les citoyens à l’énergie éolienne et tenter de convaincre le plus sceptique des anti-turbines. Le slogan de cette édition était d’ailleurs : « discover unlimited power ». Christian Kjaer, chef exécutif de l’EWEA, a indiqué : « La Journée européenne de l’énergie éolienne a été créée afin de faire prendre conscience des immenses bénéfices que nous pouvons retirer de l’exploitation de cette source d’énergie illimitée qu’est le vent, et souligner sa popularité auprès grand public. »

Les parcs éoliens vilipendés

Popularité ? Certes, neuf français sur dix sont favorables à l’énergie éolienne (sondage réalisé en 2003 par l’Institut Synovate). Il existe cependant quelques controverses autour des turbines… Le principal argument des détracteurs est l’impact qu’ont les parcs éoliens sur les paysages. Il existe d’ailleurs de nombreuses associations de défense du paysage et du patrimoine, rassemblées derrière Valéry Giscard d’Estaing, qui se battent contre l’installation de parcs éoliens. L’ancien président de la République a rassemblé au sein de la Fédération environnement durable (FED) un comité d’orientation stratégique réclamant un moratoire sur la question. Il soutient également Philippe Marini, sénateur de l’Oise et rapporteur général de la commission des finances de l’Etat, qui a déposé en mars dernier une proposition de loi signée par plus de 70 sénateurs. Elle permettrait de soumettre tout projet d’installation d’éolienne de plus de 50 mètres de hauteur à un référendum local dépassant le cadre de l’enquête publique habituelle.

D’autres opposants aux éoliennes avancent le problème du bruit des hélices, contraignant et stressant pour les personnes habitant à proximité des parcs éoliens. Enfin, les fervents défenseurs des animaux estiment que les hélices des éoliennes sont des coupe-gorges pour les oiseaux. A cela, on peut répondre que la chasse, les lignes à haute tension, les voitures, les marées noires et les pesticides tuent beaucoup plus d’animaux en une année… La LPO (Ligue pour la protection des oiseaux) estime que, selon l’emplacement et la configuration des parcs éoliens, la mortalité est de 0 à 40 pour les oiseaux et chauves-souris sur un an. La chasse serait quant à elle responsable de la mort de plusieurs millions d’oiseaux chaque année…

L’énergie éolienne en France

L’énergie éolienne a donc certains inconvénients… Elle continue tout de même à se développer en France. Cinq régions, qui ont activement participé à la Journée européenne de l’énergie éolienne, sont particulièrement dynamiques dans le domaine de l’éolienne ; il s’agit de la Bretagne, des Pays-de-la-Loire, du Nord-Pas-de-Calais, du Centre et du Languedoc-Roussillon.

Selon le Syndicat des énergies renouvelables, "Le Grenelle a fixé un objectif à terme de 5 % de part d’éolien dans la consommation totale d’énergie". En 2007, le parc éolien français avait fourni 1 % de la consommation électrique nationale. Aujourd’hui, 2 000 éoliennes sont installées partout en France et devraient permettre d’éviter le rejet d’1,65 million de tonnes de CO2 en 2008 ; l’objectif est d’atteindre les 10 000 turbines à l’horizon 2020.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • tmd 19 juin 2008 13:04

    Oui, très intéressant. Mais malheureusement pas vraiment prometteur.

    Reprenons l’exemple du Danemark. Pays en pointe dans le domaine de l’éolien. Le pays a été couvert d’éoliennes en dix ans. Résultat : il a fallu 10 ans de construction intensive pour couvrir l’augmentation de la consommation d’électricité d’une seule année ...

    http://www.manicore.com/documentation/part_eolien.html


    • bertrand 19 juin 2008 17:42

      Jancovici a une position très critique sur l’énergie éolienne, la principale étant qu’il manque un ordre de grandeur c’est à dire un facteur 10. Pourtant en tant que farouche partisan du nucléaire il devrait bien faire le même constat avec celui-ci, puisque l’énergie nucléaire ne couvre mondialement que 2 % de la demande en énergie (tout confondu et pas seulement l’électricité).

      Pour le Danemark dire que l’apport de l’énergie éolienne est à peine suffsant pour couvrir l’augmentation de la consommation d’électricité est un exemple de ses affirmations tandencieuse sur la question. L’éolien assure environ 18 % de la production d’électricité du Danemark, l’augmentation de la consommation est elle de 18 % d’une année sur l’autre ? ... j’en doute et je l’espère pour les danois, car 18 % d’augmentation sur 10 ans ça fait 523 %...

       

       

       


    • martoni 19 juin 2008 23:54

      Quand il s’agit de l’énergie nucléaire vous parlez de sa part dans la consommation d’énergie primaire mondiale. Par contre quand il s’agit d’énergie éolienne vous parlez de sa part dans la consommation d’énergie électrique (finale donc). Avouez que vous êtes vous aussi de mauvaise foi smiley

      Si on regarde l’électricité mondiale, les énergies nucléaires représente 18% (en 1993 http://www.ieer.org/ensec/no-1/no1frnch/engmond.html) de la consommation électrique ce qui est loin d’être négligeable et c’est ça de pris au charbon/gaz.

      Les anti/pro nucléaire adorent comparer les énergies nucléaires et éoliennes, mais ils se trompent ces deux énergies ne se font pas concurences. Le concurent direct des énergies nucléaire est le charbon, il suffit de voir ça part dans la production électrique des pays du monde pour comprendre que ça saute aux yeux.


    • Pierrot Pierrot 20 juin 2008 11:52

      En réalité le Danemark a arrêté la construction d’éolienne ces dernières années, d’une part parce que les meilleurs sites sont occupés, d’autre part, le Danemark recherche maintenant des sites pour les hydroliennes ("éoliennes" sous marines) et éoliennes off shore et du fait des critiques des populations.

      Le Danemark est le plus gros pollueur concernant les émissions de CO2 par habitant des pays européens et ne respecte pas du tout le protocole de Kyoto malgré une installation de 3 GW et une production électrique éolinne de 6,1 TWh ce qui est important.

      Chercher l’erreur !


    • g.jacquin g.jacquin 20 juin 2008 14:05

      Quelques corrections de cet article me semblait necessaires ! Le SER ne m’en voudra certainement pas mais, dans le cas contraire... c’est pareil !

       
      Ils ont osé ecrire :
      Alors que l’énergie éolienne est aujourd’hui encore très controversée
      il faut lire :
      Alors que l’énergie éolienne est de plus en plus contestée
       
      Ils ont osé ecrire : 
       la Journée européenne de l’énergie éolienne a remporté un vif succès
      il faut lire :
      compte tenu du peu de participants, le succès de cette journée est relatif
       
      Ils ont osé ecrire : 
      18 pays de l’Union européenne ont proposé des activités sur le thème de l’éolienne
      il faut lire :
      Les principaux promoteurs de chacun des pays, ont organisés…
       
      Ils ont osé ecrire :
      expliquer le fonctionnement des turbines aux visiteurs
      il faut lire :
      Ce sont bien gardés d’expliquer le pourquoi des nombreuses coupures, baisse de tension et fréquence…
       
      Ils ont osé ecrire :
      Le but était de familiariser les citoyens à l’énergie éolienne
      il faut lire :
      Le but est faire payer aux citoyens les marges pharaoniques des promoteurs…
       
      Ils ont osé ecrire :
      faire prendre conscience des immenses bénéfices que nous pouvons retirer de l’exploitation de cette source d’énergie illimitée qu’est le vent,
      il faut lire :
      Tiens ?!?, je suis d’accord !!!
       
      Ils ont osé ecrire :
      souligner sa popularité auprès grand public.
      il faut lire :
      Il ne faut pas dire au grand public que c’est lui qui paye…c’est impopulaire
       
      Ils ont osé ecrire :
      neuf français sur dix sont favorables à l’énergie éolienne (sondage en 2003)
      il faut lire :
      10 français sur 10 sont contre les éoliennes (sondage réalisé le 14 juillet 2020)
       
      Ils ont osé ecrire :
      un comité d’orientation stratégique réclamant un moratoire sur la question
      il faut lire :
      Le COS réclame le juste prix de rachat du KWh éolien et l’arrêt d’implantation d’éolienne lorsque la population est contre ! (entre autre)
       
      Ils ont osé ecrire :
      dépassant le cadre de l’enquête publique habituelle.
      il faut lire :
      Seule l’enquête publique permet la construction d’éoliennes car cette enquête ne prend pas en compte le dit public ! Il est demandé que la dénomination « enquête publique » soit changée par « enquête privée »
       
      Ils ont osé ecrire :
      Problème du bruit des hélices,…. des coupe-gorges pour les oiseaux.
      il faut lire :
      Pendant qu’ils parlent du bruit et des oiseaux,
      ils ne parlent pas de l’escroquerie financière,
      ils ne parlent pas des nombreuses coupures locales à venir,
      ils ne parlent pas des problèmes de sécurité du réseau (black out),
      ils ne parlent pas des milliers de Français qui ce voient spolier la valeur de leur patrimoine,
      ils ne parlent pas du stress ni de ses conséquences (pour ceux qui ont les éoliennes devant leurs fenêtres),
      ils ne parlent pas des milliers d’hectares monopolisés pour l’implantation des 15 000 éoliennes,
      ils ne parlent pas de l’ambiance saine et joyeuse des petites communes ou on s’évertue à monter les habitants, les uns contre les autres pour obtenir les terrains au moindre cout,
      ils ne parlent pas des millions d’appareils électroménagers, ordinateurs et autres qui vont rendre l’âme suite aux dysfonctionnements électriques…
      Ils ne parlent pas de la grosse arnaque du CO2 ..
      etc.
       
      Ils ont osé ecrire : 
       Cinq régions, qui ont activement participé à la Journée européenne de l’énergie éolienne, sont particulièrement dynamiques dans le domaine de l’éolienne 
      il faut lire :
      Ces regions sont dynamiques…Trop car, trop d’association contre les projets eoliens (à juste titre) !
       
      Ils ont osé ecrire : 
       Le Grenelle a fixé un objectif à terme de 5 % de part d’éolien dans la consommation totale d’énergie".
      il faut lire :
      Le SER à imposé aux incompétents du grenelle 5% (pour commencer !)
       
      Ils ont osé ecrire : 
       devraient permettre d’éviter le rejet d’1,65 million de tonnes de CO2 en 2008 
      il faut lire :
      Eviter le rejet de 1,65 milliard de tonnes de CO2 ! (peut-etre plus... qui peut bien savoir !)
       
       
      Conclusion :
      Encore de la propagande pour les éoliennes !
      Mais que font les modérateurs de ce site ???

    • ZEN ZEN 19 juin 2008 13:30

      @ fmd

       Si les données de Jancovici sont avérées , il semble bien que les investissements dans ce domaine ne vaillent pas la chandelle..mais peut-être que certaines compagnies privées y voient leur intérêt

      La source la plus important d’énergie se situe au niveau des économies produites par la réduction des consommations (isolation , nouveaux types d’habitat, etc...)


      • Pierrot Pierrot 20 juin 2008 12:01

        Vous aver raison, Zen, le meilleur gisement d’économie est la recherche d’une vie plus frugale et de meilleurs matériaux d’isolation.

        Cependant pour faire tourner nos usines et surtout pour les besoins des pays en développement (75 % des habitants du monde) il faudra toujours plus d’énergie.

        Ce surcroit d’énergie le plus économique, massif et accessible, me semble être l’énergie nucléaire (surtout les réacteurs de 4 ième génération = surgénérateurs à neutrons rapides vers 2035 qui consommeront environ 100 fois moins d’uranium , détruiront les déchets nucléaires tout en fournissant de l’énergie.

        L’énergie éolienne c’est 0,4 % de la production électrique française (puissance de 1,5 GW mais production de 2,2 TWh) et le même taux pour l’ensemble du monde. Même avec des progressions importantes ce mode d’énergie restera longtemps couteux, faible et aléatoire (au mieux 20 % du temps) par sa nature liée à la météo locale.


      • ZEN ZEN 19 juin 2008 13:34

        Je n’ai pas encore de certitudes, mais on aimerait plus de transparence...

        www.enerzine.com/3/5142•federation-environnement-durable-veut-plus-de-transparence+.html


        • jcm jcm 19 juin 2008 14:25

          Cette fédération demandera évidemment, en toute logique et cohérence, un diagnostic similaire sur le nucléaire, probablement ?

          Et j’espère qu’elle étudiera avec beaucoup d’attention la question d’un éolien offshore qui aurait la double vocation de produire de l’électricité et de servir de zones de récifs artificiels, qui sont une condition essentielle à la sauvegarde des ressources marines, comme je le propose dans "Ravageurs des mers" !

          Je crains que "nos paysages" subissent des dommages autrement plus graves du fait de l’évolution du climat que de la part des éoliennes.

          Mais cette fédération s’est-elle posée la question des multiples silos à grains qui parsèment nos campagne et sont en général d’une esthétique plus que douteuse ?

          Et ces entrées de nos villes et leurs zones commerciales ou industrielles du... plus bel effet ?


        • impots-utiles.com 19 juin 2008 18:50

          pendant ce temps la, le gouvernement français empoche 120 millions de plus que prévu en taxes pétrolières , grace à la flambée des prix du baril ...

          http://www.impots-utiles.com/taxes-petrolieres-letat-empoche-120-millions-de-plus-que-prevu.php


          • heyben 20 juin 2008 10:19

            Ah Giscard, il me fait regretter l’allongement de la durée de vie. Les présidents qui mourraient rapidement apres la fin de leur mandat, ça avait plus de classe.

            PS Un peu violent comme commentaire, mais après le fiasco de sa constitution, il le mérite non ?

            PS2 ce qui me fait peur c’est la jeunesse de Sarko, il va vivre longtemps après la fin de son mondat...


            • Traroth Traroth 20 juin 2008 10:34

              Avec environ un millier d’éoliennes en France actuellement, il suffit d’en construire encore 115000 et on pourra virer les centrales nucléaires !

              "selon l’emplacement et la configuration des parcs éoliens, la mortalité est de 0 à 40 pour les oiseaux et chauves-souris sur un an" : Ca manque de précision. C’est par éolienne ou pour l’ensemble du parc éolien français ? Si c’est pour chaque éolienne, en comptant 20 animaux tués par an pour faire simple, on arrive à 20000 animaux par an pour l’ensemble du parc, en gros, avec une fourchette allant de 0 à 40000.


              • Traroth Traroth 20 juin 2008 10:40

                5% d’éolien ? Ca veut dire monter à environ 5000 éoliennes (5x plus que maintenant), ce qui remplacera 2,5 réacteurs nucléaires environ.


              • Traroth Traroth 20 juin 2008 12:35

                Je me fais moinsser... Ce sont sûrement les gens qui ne veulent pas qu’on construise 116000 éoliennes en France et qui n’ont pas perçu l’ironie dans mon message...


              • Pierrot Pierrot 20 juin 2008 12:11

                à @ Michelle D.

                Bonjour,

                je n’ai pas trouvé les mêmes valeurs que vous sur différents sites éoliens et gouvernementaux :

                Puissance des 1960 éoliennes installées en France en 2007 : 1,5 G*W. - G* : giga

                Production d’électricité éolienne en France en 2007 : 2,2 T*Wh (soit 0,4 % de la production d’électricité française) - T* : téra ou 1 milliard de KWh

                Où avez vous pu trouver une valeur de 1 % qui parait complétement irréaliste en 2007, par rapport à l’ensemble des valeurs cités dans différents rapports et des valeurs des années antérieures ?

                Bonne journée.


                • Michèle.D 23 juin 2008 14:30

                  Bonjour,

                  J’ai trouvé cette valeur sur les sites http://cdurable.info/ et www.colorwatt.com ; c’est une donnée fournie par la branche éolienne du Syndicat des Energies Renouvelables, France Energie Eolienne.

                   


                • g.jacquin g.jacquin 24 juin 2008 09:28

                   

                  Bonjour Michelle D,
                   
                   Ils ont osé écrire cela :
                   
                  Il est intéressant d’apprendre que sur une année de production, la centrale éolienne de Louville permet d’éviter :
                   
                  - soit 46000 tonnes de CO2 (par rapport à une production via des centrales thermiques)
                  - soit 4700 tonnes de CO2, 500 kg de déchets radioactifs à vie courte et 50 kg de déchets radioactifs à vie longue (par rapport à une production issue d’un mix « thermique / nucléaire / hydraulique »).
                   
                  Alors, bon vent à ces éoliennes !
                   
                   
                  Voilà des chiffres farfelus...
                   
                  1) prendre exemple sur la quantité de CO2 comparée entre l’éolien et le thermique n’est pas du tout représentatif de la réalité actuelle qui prends en compte un mix (comme ils disent) entre nucléaire >75% et le reste reparti entre hydraulique15%, thermique10%... l’éolien étant insignifiant !
                   
                  2) La seule vérité dans ce texte est que lorsque les éoliennes s’arrêtent par manque ou trop de vent, il faut complémenter la production avec du thermique qui pollue ! et ça, c’est bien vrai. La question est : A-T-on besoin des éoliennes ???? Réponse : évidemment NON puisqu’elles ne répondent pas au principal service qu’on attend d’elles à savoir : complémenter la production pendant les heures de pointe de façon fiable (c’est la raison pour laquelle, Y. Cochet à pondu la loi de rachat du KWh éolien à un tarif largement surévalué ! Ok comme il ne touche pas terre, il s"est fait avoir !!).
                   
                  3) Il faut déjà vous informer avant de copier ce qui se dit sur des sites proéoliens et pour cela je vous conseille :
                   
                   
                   
                  Mais sachez que :
                   
                  Un réacteur d’une puissance de 1000 MWe produit environ 30 tonnes de combustibles usés par an (environ 3 m³). La principale partie de ces combustibles est composée d’uranium (environ 28,7 tonnes). Ils contiennent aussi environ 1 tonne de produits de fission dont 45 kg de produits de fission de durée de vie moyenne (césium137 et strontium 90) et 65 kg de produits de fission à vie longue. Enfin ils contiennent environ 300 kg de plutonium et 20 kg d’actinides mineurs (américium, curium et neptunium).
                   
                  La quantité de déchets finaux à stocker dépend de la conception que l’on a de l’avenir de la filière nucléaire.
                   
                  a) Le retraitement recycle une très grande partie de ces déchets
                  b) Si on met en service les réacteurs de génération 4, à nouveau, une très grande partie des déchets issus du retraitement seront recyclés.
                  c) 95% des déchets faiblement radio actif, ne sont pas issu de l’électro nucléaire !
                   
                  Quoi qu’il en soit, si 1000MWe représentent 30 tonnes de déchets non traité, les 24 MW éolien représentent le pseudo équivalent de (30000/1000*24)/4 = 180 kg
                   
                  Nota : on considère la centrale nucléaire fonctionnant 100% du temps et les éoliennes 25%.
                   
                  Il faut également savoir que dans l’usine de retraitement de la Hague, ces déchets sont traités. 96% de l’ensemble des déchets sont constitué par de l’uranium et du plutonium qui sont séparés et renvoyés pour reconstituer de nouvelle barre de combustible ou autres !
                   
                  Donc 96% de 180Kg il reste : 23 Kg de déchets non réutilisable actuellement !
                   
                  CONCLUSION :
                   
                  Et oui…on est très loin des chiffres de votre site pro éolien (23 kg réels contre 550 !?!?!?). Peut être ont ils confondus les marges financières et la quantité de déchet ?
                   
                  Merci de vous informer avant d’écrire des articles qui pourraient laisser supposer que l’éolien est la première merveille du monde… Ce qui est loin d’être le cas !
                   
                  Allez, Que le vent emporte ces éoliennes le plus loin possible de nos portes monnaies.

                • Polemikvictor Polemikvictor 20 juin 2008 12:22

                   

                  L’éolien produit de l’énergie quand il ya du vent c’est trivial.
                   
                   Compte tenu de l’aspect aléatoire de cette production, un système complet intégrant des éoliennes comprend : Les éoliennes proprement dites, les machines de remplacement pendant les périodes ou les éoliennes ne produisent pas ou pas assez, soit 85% du temps, les moyens de régulation et de raccordement correspondant.
                   
                  Les machines de remplacement doivent être réactives ce sont des turbines à gaz (sans cycle combiné trop lent à démarrer) voire des diesels. Ces machines émettent plus de gaz à effet de serre que des centrales nucléaires ou des centrales classiques au gaz.
                   
                  L’évaluation écologique, en termes d’economie d’énergie primaire ou de diminution des émissions de CO2 doit être établie sur le système complet, ce qui change complètement la donne.
                   
                  Il est alors facile de comprendre que le système est sans intérêt en termes d’économie d’énergie primaire et contre productif pour la diminution des GES.
                   
                   C’est pourquoi le Danemark émet plus de CO2 depuis qu’il utilise des éoliennes.
                   

                  • Yann 4 juillet 2008 08:31

                    "C’est pourquoi le Danemark emet plus de CO2 depuis qu’il utilise l’éolien"

                    Je regrette, mais votre théorie ne se vérifie pas par les chiffres : entre 2005 et 2006, la production d’énergie d’origine non renouvelable du Danemark a diminué alors que le parc éolien était fixe.
                    http://www.energistyrelsen.dk/graphics/Publikationer/Statistik_UK/energy_in _dk_2006/html/kap02.htm

                    Votre raisonnement a ceci de faux qu’il part de l’hypothèse que les ingénieurs qui construisent les sites éoliens n’auraient pas compté la future maintenance. Je vous confirme que c’est un chapitre bien présent dans l’étude préléminaire que vous remettra l’ingénieur le jour où vous envisagerez d’installer des eoliennes de 50 m dans votre champ (ou de n’importe quel projet dans n’importe quelle industrie d’ailleurs, avec peut être l’exception de l’industrie de la guerre pour l’administration Bush bien sûr).


                  • Yann 4 juillet 2008 08:12

                    Ce n’est pas parce que l’éolien est plus cher qu’il ne faut pas construire d’éolienne. Je vous donne l’exemple de la manière dont Singapour se fournit en eau :

                    • Importation depuis la Malaysie
                    • Récupération des pluies qui tombent directement sur l’île
                    • En recyclant les eaux usées (plus du tiers de l’eau utilisée par la population vient du recyclage)
                    • Par la désalinisation de l’eau de mer.
                    Je ne vous apprend rien : la dernière source fournit de l’eau plus que 2 fois plus chère au litre que l’importation par exemple, néanmoins Singapour vient de décider la construction d’une deuxième usine de désalinisation. Alors, les singapouriens sont-ils stupides ? Leur île fait 40 km de long, et ils n’ont strictement aucune resource naturelle, mais non seulement le pays s’en tire sans aucune dette publique, mais après trois décennies de finance publique positive, son fond souverain s’assoie à la même table que ceux des différent émirat et autres pétro-potentat pour dépecer les Etats-Unis. Ils ont vu venir la crise du pétrole et bien qu’ils n’en produisent pas une goutte, les investisements du pays à l’étranger leur font bénéficier de sa hausse, ce qui leur permet, comme ça, sciemment, de baisser de 20% les impots sur le revenu pour compenser la hausse du coût de la vie ! Si un politicien promettait ça en France, même en campagne électorale, tout le monde lui rirait au nez. Ce n’est pas vraiment l’image qu’on se fait d’une politique irresponsable, alors pourquoi choisissent-ils délibérément de payer leur eau plus chère ?

                    Ca s’appelle ne pas mettre ses oeufs dans le même panier, ça s’appelle aussi garder son indépendance vis à vis de ses fournisseurs... ou vis-à-vis des lobbies, une leçon que je serais heureux de voir la France s’inspirer dans sa production d’énergie, non seulement par les entreprise institutionnelle genre EDF, mais aussi par les particuliers, à leur échelle, en mettant une éolienne dans leur jardin ou un panneau solaire sur leur toit.

                    Alors oui au nucléaire, car il reste économique (et le sera plus encore dans le futur) et pas près d’être égalé par du renouvellable, oui au nucléaire car il est aussi générateur de progrès (si la France n’avait pas misé sur le nucléaire, l’idée de l’EPR n’existerait peut être pas, et peut-être pas en France en tout cas), générateur d’emploi, et nous distingue du lobby pétrolier. Mais oui aussi à l’éolien et aux autres energies renouvelable, tout simplement parce que la plus grosse part d’uranium est importée, et que s’y limiter, c’est se rendre dépendant de fournisseurs extérieurs. D’autre part, investir dans l’eolien et le solaire, c’est favoriser la R & D dans ces domaines, avec au long terme, comme on l’a vu avec le nucléaire, l’espoir d’augmenter le rendement de nos système de récupération d’énergie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Michèle.D


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès