Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Du concept de construction modulaire

Du concept de construction modulaire

Ce concept est né en 1955. Historiquement, ce n’est plus une idée neuve, mais ce concept a bien pris corps dans notre vie de tous les jours et s’est épanoui dans l’espace architectural contemporain.

Sans doute pour répondre aux besoins sans cesse renouvelés de logements, à l’urbanisation et l’industrialisation croissantes, les délais réduits qu’offre ce type de construction, l’idée de chantiers propres qui y est associée, les prix attractifs, le fait que ces constructions soient évolutives et personnalisées...

Ce concept permet d’envisager tout type de projet : crèche, écoles, bureaux, hôpital, centre d’hébergement, jusqu’à la maison...

La maison est la dernière application du concept d’espace modulaire qui s’implante durablement dans le paysage en répondant au programme de Jean-Louis Borloo qui prévoit de construire de nombreux logements peu chers pour permettre à tous l’accession à la propriété.

En tapant sur des sites immobiliers « maison » et non pas « bungalow » j’ai pu me rendre compte qu’on peut en effet acquérir un espace modulaire en bord de mer pour de modiques sommes. En roulant sur la RN7 je croise ce type de maisons préfabriquées tous les jours qui vont sans doute ravir bon nombre de vacanciers et d’acquéreurs d’une parcelle de rêve sous le soleil du midi.

J’ai moi-même été très heureuse de profiter de la crèche modulaire à la naissance de mon fils. Vous imaginez quand je me suis renseignée avant sa naissance pour le mode de garde auquel je pourrais avoir accès et que l’on m’a parlé d’un projet de crèche en cours. Un projet ! Déjà qu’on a du mal à avoir une place en crèche quand elle est établie, alors espérer avoir une place en crèche quand elle est en projet ! Et bien c’était sans compter sur ce type de construction une fois les décisions et le financement attribués tant la demande était très très importante là où nous habitons.

J’ai aussi fait l’expérience d’une maison médicale modulaire, de l’agrandissement de l’école en construction modulaire, de la cantine modulaire...

Préjugé ? J’avais imaginé comme nombre de personnes que ces éléments préfabriqués étaient aussi et seulement temporaires, mais nombreuses de ces constructions sont définitives. Parfois, on imagine que les blocs modulaires auront une autre vie dans un autre lieu quand le projet définitif prendra vie.

Le temporaire, s’est inscrit dans la durée.

Face à l’urgence, on nous a ouvert des espaces de vie, vite fait, bien fait, on a modulé nos désirs, nos besoins avec du préfabriqué avec un résultat fonctionnel adéquat certes (d’où vraiment je continue de penser que ce concept d’espace modulaire est génial !), mais pourquoi, comment se fait-il que l’on n’ait pas identifié le problème avant qu’il ne devienne une urgence ?

Pourquoi le politique, qui est censé aménager, développer l’espace public, ne remplit pas correctement ses fonctions ?

Pourquoi n’avoir pas agi de sorte que le préfabriqué soit une alternative au bâti traditionnel, mais d’agir de telle sorte qu’il a été imposé comme seule issue possible pour obtenir les espaces de vie dont nous avions besoin.

Pourquoi nombre de ces espaces modulaires sont si peu attrayants ? Sur les sites Web, les plaquettes de références, on voit des bâtiments ou des maisons esthétiquement réussis et charmants de part le monde et en France. Les architectes eux-mêmes plébiscitent des constructions en espace modulaire et ne comprennent pas qu’on oppose le traditionnel au modulaire. Dans les faits, en France, on voit très peu de belles réalisations, ce qui laisse à penser que le budget « maîtrisé » dont parle le ministre J.-L. Borloo n’est en fait et surtout qu’un cache-misère pour ne pas dire un budget modéré.

Ça prête à sourire mais le label dont s’est vu affublé ce nouveau concept de maison est le label CQFD (Coût, qualité, fiabilité et délai maîtrisés) ; comme si les maisons de bâti traditionnel étaient des constructions non maîtrisées, voire dispendieuses, et comme si la maison en préfabriqué était forcément peu coûteuse. La maison CQFD est peu chère, avec un budget de 100 000 euros ! Mais cela ne veut pas dire que le modulaire n’est pas cher, il peut l’être.

Les sociétés qui ont répondu à l’appel à projet sont en espace modulaire et les architectes ont démontré que construire une maison avec ce budget est réalisable également et qu’elles peuvent même être belles. Reste aux communes à trouver des terrains à des prix défiant toute concurrence et surtout à vouloir investir dans le logement à loyer modéré !


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Jean Yanne (---.---.89.19) 4 avril 2007 15:18

    peut-on avoir des liens sur des sites montrant des exemples de réalisation ... ??,

    Peut-être également , que ce concept n’est pas arrivé à maturité ... en France , car il semble bien qu’ailleurs cela avance beaucoup plus vite .


    • rdu (---.---.174.6) 4 avril 2007 17:01

      dans le même ordre d’idée, l hotel de police de bordeaux a été construit comme un lego : un treilli metallique dans lequel on ajoute des éléments en betons coulés en usine, ca fait des construction tres raides sans polluer le site autant qu’un batiment construit totalement sur place


      • cnevians 9 mai 2007 06:47

        arretons de suite si il vous plait....

        la construction modulaire date des années 50 .. mais reviens périodiquement pour plusieurs raisons..

        1) le manque d’espace (ce qui fait que les japonnais sont tres forts et en avance..)

        2) les catastrophes naturelles et leur habitat d’urgence

        3) La tentative d’industrialisation de la construction

        cette construction modulaire est interressante, même ce concours est interressant.. maintenant, il est à voir le coût réel de ces « boiboites »...par rapport au coût « affiché » .. De plus, quand on dit 100 000€ .. on parle de la maison mais pas du reste .. branchement ? adaptation au site et aux sols... matériaux de construction (bois,acier, mise enoeuvre) etc

        et franchement, si demain tout le monde fait ça... on arrivera à la boiboite standardisée, porte-parole d’une banalité exarcerbée... Vous me direz, c’est facile à adapter au site ... il suffit de coller des postiches dessus pour s’adapter aux différentes régions.. brique rouge pour le nord, etc .. etc ... euh sans façon, pas pour moi.


        • Lstan 10 mai 2007 13:16

          Mais je suis tout à fait d’accord avec vous, les espaces modulaires proposés sont une offre répondant très rapidement à un besoin, face à l’urgence. Ces propositions sont très standardisées et les espaces réduits. Pour le moment je n’ai pas remaqué que les constructions modulaires étaient adaptées selon les régions, pour le moment je n’en n’ai vu dans ma région, en France, que des boites blanches, beige ou grises sans aucun agréments séduisants : donc rien pour m’attirer. J’apprécie que ces espaces soient en place car sinon : pas de crèche, pas d’extension d’école, pas de cantine. Je renouvelle mes dires : Pourquoi le politique, qui est censé aménager, développer l’espace public, ne remplit pas correctement ses fonctions ? Pourquoi n’avoir pas agi de sorte que le préfabriqué soit une alternative au bâti traditionnel, que l’on ait le choix, mais a agi de telle sorte qu’il a été imposé comme seule issue possible pour obtenir les espaces de vie dont nous avions besoin : la crèche en plastique s’inscrit dans la durée, de même que l’école, la cantine et la maison médicale, pour ce qui concerne mes expériences... je suis contente que ses structures soient en place parce que sinon il n’y aurait rien à la place, c’est cela qui est franchement dommage.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès