Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Ecologie ou principe de précaution, il faut choisir !

Ecologie ou principe de précaution, il faut choisir !

La protection de la nature peut conduire à ne pas protéger les humains. Au-delà de mesures apparemment écologiques, ne risquons-nous pas de mettre l’homme en danger en voulant le protéger ?

Le fameux « principe de précaution », au nom duquel tant de refus sont exprimés, ne s’applique pas toujours avec la même rigueur. Que la protection de la nature soit en cause et celui-ci est mis en second plan. Il serait toutefois utile de placer les conséquences sur des échelles de temps afin d’estimer les conséquences immédiates au regard de celles à plus long terme. Sous prétexte de protection à une échéance lointaine, des crises alimentaires pourraient survenir qui conduiraient à des rappels de marchandises.

Jusqu’à très récemment, l’emballage alimentaire ne devait pas être réalisé avec des emballages recyclés. Seules quelques dérogations avaient été accordées pour des produits dont le recyclage garantissait une parfaite innocuité. C’est le cas du verre dont la fusion à plusieurs centaines de degrés garantit qu’il ne contient pas de trace de bactéries et autres germes. C’est également le cas pour certains plastiques dont le recyclage passe par le retour à la molécule d’origine, mais avec un coût non négligeable.

Le règlement n° 282/2008 de la Commission du 27 mars 2008 est relatif aux matériaux et aux objets en matière plastique recyclée destinés à entrer en contact avec des denrées alimentaires.

Il autorise depuis le 17 avril dernier la généralisation du recyclage des plastiques de manière à les utiliser pour emballer des produits alimentaires. Jusque-là, le recyclage des tels plastiques permettait de fabriquer des vêtements ou pare-choc de voiture. Désormais, des produits alimentaires pourront être mis en contact avec de tels matériaux recyclés.

Dans le règlement (CE) N° 1935/2004 du Parlement européen et du Conseil du 27 octobre 2004, il était mentionné le texte suivant :

L’utilisation de matériaux et objets recyclés est une pratique qu’il convient d’encourager dans la Communauté pour des raisons environnementales pour autant que soient établies des prescriptions rigoureuses assurant la sécurité des denrées alimentaires et la protection des consommateurs

Cette protection des consommateurs ne figure plus dans le texte actuel.

Or, il n’est pas possible de garantir l’absence de micro-organismes dans le cas de recyclages de produits qui ne peuvent être chauffés à très haute température. Des techniques de stérilisation existent qui peuvent servir dans le cas où les produits à éliminer sont connus.

Le texte du nouveau règlement précise :

La sécurité des matières plastiques recyclées peut uniquement être garantie si le procédé de recyclage est en mesure de produire des matières plastiques de qualité reproductible.

Le problème est explicitement indiqué un peu plus loin dans le règlement :

Les déchets plastiques peuvent être contaminés par des substances liées à leur utilisation antérieure, par un usage impropre accidentel ou par des substances provenant de matières plastiques non alimentaires. Étant donné qu’il est impossible de connaître tous les types de contaminations possibles et que les différents types de matières plastiques ont des capacités différentes de rétention et de libération des contaminants, il n’est pas possible de définir des caractéristiques précises du produit final applicables à tous les types de matières plastiques recyclées. Pour contrôler la sécurité du produit final, il est donc nécessaire de combiner la définition des caractéristiques de la matière première avec un procédé adapté visant à éliminer les contaminations éventuelles

Quand bien même, il s’agirait de trouver une aiguille dans une meule de foin, ce serait plus facile que de chercher des traces d’on ne sait pas quoi. Il est, en effet, plus ou moins facile, mais réalisable de chercher un certain dosage d’un élément connu, mais chercher l’inconnu devient plus difficile, quant à tout chercher, c’est, assurément, ne rien trouver !

Dans son avis 7 septembre 1993, le Conseil supérieur d’hygiène publique de France exprimait son opposition vis-à-vis de l’utilisation, au contact des aliments, de matériaux recyclés ne présentant pas les mêmes garanties que celles du matériau vierge auquel ils pourraient se substituer.

Il invitait les milieux professionnels à définir les règles permettant d’apporter l’assurance que l’utilisation au contact des aliments de matériaux recyclés sera strictement limitée aux seuls usages apportant des garanties identiques à celles des matériaux vierges correspondants.

Découvrirons-nous, dans quelques années, que des campagnes de rappel seront nécessaires ? Subirons-nous des épidémies issues de l’utilisation de matériaux contaminés ? Le principe de précaution devrait, sans doute, bénéficier à la santé publique !


Moyenne des avis sur cet article :  4.76/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 2 juillet 2008 10:19

    Je connais cette très belle ville qui a bien changé ces dernières années en bien grace à un très bon Maire (UMP) même si j’ai pas les mêmes idées politiques que lui.

    Sa ville reste un modèle ,car il a su intégrer un hypermarché au coeur de la ville sans que les commerçants en soient pénalisés

    Un modèle à suivre y compris dans les nouvelles constructions

    Pour votre article ,je suis d’accord avec vous et je constate que les hypers et supermarchés utilisent trop de plastique



    • Lapa Lapa 2 juillet 2008 14:10

      article intéressant. ça me fait penser au "grenelle de l’environnement" qui, en ne voyant que le CO2, , a imposé des bonus/malus aux véhicules neufs incitants les gens à acheter un véhicule diesel... moins émetteur de CO2 mais bien plus de particules réputées cancérigènes !

      savoir si cette mesure permettra de réduire le CO2 dans l’atmosphère voire le réchauffement climatique , on peut légèrement en douter, par contre, pour vendre les motorisation des constructeurs français et empoisonner l’air des villes, l’efficacité est garantie !


      • K K 2 juillet 2008 14:15

        de plus, à la production, le diesel est plus polluant


      • jcm jcm 2 juillet 2008 14:20

        @ MacGuffin :

        Dans la mesure où l’écologie "est une science holistique qui étudie non seulement chaque élément dans ses rapports avec les autres éléments, mais aussi l’évolution de ces rapports selon les modifications que subissent le milieu, les populations animales et végétales." (écologie Wikipédia), nous sommes là dans un souci environnemental ("L’utilisation de matériaux et objets recyclés est une pratique qu’il convient d’encourager dans la Communauté pour des raisons environnementales...") qui n’a en fait rien d’écologique puisque l’étude des conséquences de la décision n’a pas été menée à son terme, toutes les conséquences n’ont pas été prises en compte avec suffisamment d’attention comme vous le montrez.

        L’ensemble des rapports entre tous les éléments ne conduit pas systématiquement à des conséquences souhaitables (ces éléments sont : le souci de réutiliser des matières dites "recyclables", le choix du domaine dans lequel on les recyclera, les différents impacts que ce recyclage aura sur l’utilisation finale...).

        Les "raisons environnementales" évoquées dans ce texte sont une déclaration de bonnes intentions qui ne peuvent en fait atteindre leur but.

        Si l’on considère qu’une mesure réellement "écologique" serait prise soit pour préserver le bon équilibre de "l’écosystème" soit pour lui conférer un meilleur équilibre (ce qui serait l’objectif du réglement en question) on peut déduire que le "principe de précaution" est un principe profondément écologique dans la mesure où il préconise de ne rien faire qui irait à l’encontre d’un bon équilibre du système.

        Votre titre utilise donc une opposition qui ne devrait pas pouvoir exister !


        • Polemikvictor Polemikvictor 2 juillet 2008 17:06

          J’aimerais connaître plus en détail vos sources.

           

          Les principaux plastiques alimentaires PS, PP et PET sont travaillés à 180°C environ pour les 2 premiers et 270°C pour le 3eme vous conviendrez que dans tous les cas les microorganismes ont été détruits.

          Pour ce qui est de la contamination par des substances toxiques (introduction d’un emballage ayant improprement été utilisé par le consommateur pour stocker de la mort aux rats par exemple), les produits recyclés sont broyés et lavés avant recyclage ce qui doit supprimer ou au moins grandement diluer un toxique éventuel. Cet emballage éventuellement contaminé sera d’autant plus dilué que les opérations de recyclage se font par plusieurs tonnes.

           

          Pour le PS et le PP, la mise en œuvre de la matière en feuille implique la constitution de plusieurs couches (5 par exemple) de produits pour des questions de débit et de recyclage des chutes internes. Cela sert également à avoir des couleurs différentes à l’extérieur et à l’intérieur de l’emballage. Le recyclage des chutes internes se fait toujours dans les couches intermédiaires qui ne sont pas en contact avec le produit.

           

          Les projets de recyclage dont j’ai eut connaissance portaient sur l’utilisation de recyclé provenant de l’extérieur dans ces mêmes couches, si c’est toujours le cas le risque que vous évoquez me parait très faible.

           

           

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès