Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Ecologisme, ici et ailleurs

Ecologisme, ici et ailleurs

En cette année où, avec la tenue de la conférence COP 21 à Paris en décembre, les questions autour du climat et de l’énergie sont un tant soit peu présentes dans les médias français, il serait temps de se défaire des considérations purement idéologiques et de nous intéresser aux faits en France et à l’international, pour arriver à une solution réaliste, avec la lutte contre le réchauffement climatique comme priorité absolue.

Disons le franchement, même si ça en fâchera plus d’un, un écologiste – ou disons une personne fortement préoccupée par le réchauffement climatique – ce n’est pas forcément un militant antinucléaire. Les rapports du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), tous plus alarmants les uns après les autres sur l’urgence climatique, sont très clairs sur la nécessité de réduire de plus de moitié les émissions de gaz à effet de serre d’ici 50 ans pour espérer limiter à 2°C la hausse des températures à la fin du siècle, mais ils ne préconisent pas dans ce but de se détourner de l’énergie nucléaire, ce serait même plutôt le contraire.

Nul besoin de cacher son jeu, on peut affirmer clairement que l’énergie nucléaire est la solution dans de nombreux pays pour espérer diminuer significativement la part des énergies fossiles dans la production d’électricité. On pense d’abord aux pays émergents où les autorités doivent répondre à des besoins en énergies qui augmentent proportionnellement à la croissance. La Chine a par exemple récemment lancé un programme colossal d’investissements pour la construction de réacteurs nucléaires afin de diminuer la part des énergies fossiles dans son mix énergétique et d’assurer l’approvisionnement en électricité nécessaire à son économie. Mais des programmes de développement du nucléaire voient aussi le jour dans les pays développés, qui sont parmi les plus pollueurs au monde, comme l’Australie, mais surtout les Etats-Unis. D’ailleurs, de nombreuses personnalités américaines du militantisme écologique et/ou environnemental sont des avocats de l’énergie nucléaire.

Le contre-argument, qu’on ne tardera pas à m’opposer, est qu’il faut développer les énergies renouvelables, et non l’énergie nucléaire. Oui, évidemment il faut investir dans les énergies renouvelables qui sont la solution à long-terme. Néanmoins, je ne crois pas trop m’avancer en affirmant que ça ne peut réellement pas être l’unique source d’énergie à court et moyen-terme. Les raisons ont été expliquées maintes fois : sans rentrer dans les détails, les principaux blocages sont les coûts et l’intermittence des énergies renouvelables, couplée avec l’incapacité de stocker en grande quantité l’électricité.

Si les arguments scientifiques ne sont pas suffisants, on peut toujours observer les exemples allemands ou japonais pour se convaincre qu’une sortie prématurée du nucléaire n’a pas les effets attendus. Après la catastrophe de Fukushima, les 54 réacteurs du parc nucléaire japonais se sont retrouvés à l’arrêt. Pour compenser, le gouvernement japonais a dû relancer dans l’urgence les centrales thermiques de l’Archipel, alimentés par des combustibles fossiles importés de l’étranger. Résultat, la production d’électricité du Japon repose à près de 90% sur les énergies fossiles et la facture énergétique des ménages et entreprises à augmenter de près de 30%, selon des sources gouvernementales.

En Allemagne, la décision politique de sortir du nucléaire a donné lieu à un retrait un peu moins brutal avec la fermeture de la moitié des 17 réacteurs du pays, qui a fait passer la part de la production d’électricité d’origine nucléaire de 22 à 16%. Pourtant, outre la forte hausse du prix de l’électricité pour les ménages allemands, les fournisseurs d’électricité ont dû compenser l’intermittence de la production des énergies renouvelables en construisant de nouvelles centrales thermiques. Ce n’est plus un secret maintenant, les émissions de CO2 en Allemagne ont augmenté de 4% depuis 2011. Plus intéressant peut-être est la comparaison de l’indice carbone par habitant de la France et de l’Allemagne : il est de 5t par an en France, pour 9t en Allemagne. 

Il ne nous reste donc plus qu’à décider si les arguments en défaveur du nucléaire justifient de fortement compromettre les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre. 


Moyenne des avis sur cet article :  1.91/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • pierre 28 juillet 2015 18:07

    Communiqué de Areva.


    • fred.foyn Le p’tit Charles 29 juillet 2015 10:06

      L’eunuque et l’air...vaste problème en effet...mais notre ministre « israélien » L.Fabius oeuvre pour que l’Iran ne puisse obtenir l’eunuque...Il est question de lui pour le prix nobel de la connerie...

      On est dedans et on n’en sortira pas de sitôt.. !

      • Kelimp 29 juillet 2015 10:30

        Auteur inconnu, mais article visiblement orienté nucléaire.
        Une seule option non évoquée : revoir notre modèle économique (croissance perpétuelle) pour réduire notre consommation d’énergies.


        • Enabomber Enabomber 29 juillet 2015 10:43

          @Kelimp
          On reverra le modèle économique quand on ne pourra plus faire autrement. Quand l’iceberg éventrera la coque.


        • christophe nicolas christophe nicolas 29 juillet 2015 12:54

          Dommage d’évacuer les sujets intéressants comme la fusion froide des articles sur l’énergie ce qui fait qu’on parle dans le vide car c’est l’avenir.


          Andréa Rossi casse ses hot-cat vers 1380°C car il se rapproche du point de fusion du Nickel ce qui détruit l’ordre ferromagnétique des nanoparticules de Nickel nécessaire aux réactions de fusion. Il prouve ainsi que la température de Curie tend vers le point de fusion lorsqu’on a affaire à des nanoparticules mais qu’on ne peut le dépasser puisqu’un liquide ne peut rester ferromagnétique.

          Le système est donc sécuritaire contre l’emballement nucléaire qui pourrait inquiéter une mère de famille pour une utilisation domestique telle que le chauffage au sol. De plus il est potentiellement économique et sans aucune pollution. 

          Notons que le primaire d’une centrale nucléaire fonctionne à environ 250°C ce qui implique de très grands débits qui sont la source de soucis techniques très difficiles à gérer et non sans risques.

          • alinea alinea 29 juillet 2015 13:38

            Et bien, si nous en sommes rendus à faire du nucléaire le summum de « l’écologisme » c’est que vraiment tout va mal !!


            • Alain 29 juillet 2015 19:22

              En fait, l’auteur de cet article (ainsi que d’autres commentateurs connus sur ce site et pro-nucléaires) ont sans doute décidé plusieurs choses :
              - Ils s’engagent à prendre dans leur jardin tous les déchets de cette industrie. Comme çà.. par écologie et par bonté... par humanisme...
              - En cas de catastrophe nucléaire, ils vous fournissent leur numéro de téléphone, vous invitent à les appeler et vous accueillent dans leur famille.
              - Ils payent de leur poche des voyages en Allemagne et au Japon pour que vous constatiez de vos yeux que ces pays sont des méchants pollueurs. Rendez-vous compte, ils refusent le nucléaire et ne roulent pas au diesel, qu’est ce que c’est, ces arriérés ?
              - Ils prendront aussi en charge toute augmentation de l’électricité en France pour cause de centrales nucléaires vieillissantes.
              - Ils s’engagent à vous prouver que l’EPR marche.
              - Ils s’engagent aussi à vous promettre qu’un jour, on trouvera un nouveau mode de fission et que ce sera le jardin d’eden. Ils ne savent pas quand, ni comment, mais c’est promis.


              • Homme de Boutx Homme de Boutx 29 juillet 2015 19:36

                Je suis scandalisé que l’on puisse continuer à parler de cette escroquerie de l’espritdeserre du CO2.

                LA FRANCE EST 7,5 FOIS PLUS NUCLEARISEE QUE LES US ET SE RECHAUFFE DEUX FOIS PLUS VITE !!!!

                C’est aussi le siège d’un gâchis incroyable lorsque 3 réacteurs fonctionnent de nuit pour simplement compenser les pertes de « nos » Cumulus !

                Monsieur le Président de la République,

                Savez-vous que les pertes thermiques d’un chauffe-eau électrique (cumulus) de 300 l (justifié dans les logements pour consommer du nucléaire de nuit en l’accumulant sous forme d’eau chaude) s’élève à plus de 900 kWh/an

                Cela signifie que 3 réacteurs nucléaires fonctionnent de nuit uniquement pour compenser ces pertes.

                Cela signifie aussi que, à 10 cts le kWh, une famille Française de 5/6 personnes est rackettée de 90 € sans rien consommer !

                De plus, si vous considérez que pour chauffer l’eau d’une douche, il faut normalement de 0,4 à 0,5 kWh, cela représente pour notre famille de l’ordre de 900 kWh de consommation supplémentaire et c’est pratiquement tout ce qu’elle consomme aujourd’hui.

                Cela revient à dire que, pour une douche, il faut compter 1 kWh d’électricité nucléaire qui avec un rendement de 25%, demande 4 kWh thermiques dont 3 rejetés directement dans la nature alors qu’une douche demanderait 0,5 kWh avec un chauffe-eau traditionnel, soit 8 fois moins, cela sans lignes à haute tension ni prolifération bactériennes et autres liées au cumulus !

                Pas la peine d’être expert pour comprendre que si la France chauffe deux fois plus vite, c’est bien de la faute de ses centrales nucléaires ainsi que de leur gestion au jour le jour !

                Il devient urgent de sortir du nucléaire démoniaque actuel pour des solutions réfléchies et adaptées aux besoins réels de la population !

                En espérant une lueur d’intelligence et de bon sens au pouvoir !


                • alinea alinea 29 juillet 2015 23:42

                  @Homme de Boutx
                  Pour chauffer l’eau de mon cumulus de cent litres, l’été, je brûle un foyer de cuisinière à bois de papier/ carton ( mes poubelles) et j’ajoute une petite brassée de petit bois mort que je ramasse en baladant ! Ça fait la semaine.
                  Je n’ai pas l’eau chaude courante, certes, je prévois ma douche ! L’hiver, je ne sais, ça passe dans le chauffage général de la maison et la cuisine !


                • Homme de Boutx Homme de Boutx 30 juillet 2015 10:34

                  @alinea
                  j’ai de la chance d’être au soleil et j’ai fabriqué ce que l’on appelle « le Bernard thermique », en l’occurrence un bidon noir (de pétrole, mais rempli d’eau) qui est squatté par un tuyau d’arrosage hélicoïdal de 15 m, le tout raccordé au réseau d’eau, et placé au soleil c’est gratuit (15 € le tuyau hélicoïdal) !

                  J’ai aussi réalisé un récupérateur de chaleur « temps réel » sur le bac à douche : 12 m de per de 20 dans 12 m de gaine annelée de 40, 2 Té de pvc de 40, le tout enroulé en spirale, le per raccordé au réseau et le tube annelé récupère l’eau du bac en contre courant, et je réchauffe l’eau froide de la douche ainsi que celle qui entre dans le « Bernard thermique »...

                  L’eau froide est même réchauffée par la chaleur corporelle.

                  compter 25 € de tuyau, 2 raccords per à 2 €, 2 Té pvc à 2 €, pas cher pour une douche solaire


                • Lisa SION 2 Lisa SION 2 29 juillet 2015 19:41

                  bien sur qu’un kilo de bois sec ramassé au bout du jardin est moins énergétique qu’un gramme d’uranium, mais il est local et non raffiné au bout d’une infernale chaine industrielle qui nourrit dess générations d’edéeffes. Si vous n’avez pas voulu croire en Dieu ni au soleil, soumettez vous devant l’atome !


                  • Ruut Ruut 12 août 2015 10:20

                    Indirectement un Fukushima ou un Tchernobyl règle la question écologique le pays étant invivable pour plusieurs centaines de générations.
                    Pèche -> trop irradié.
                    Agriculture -> trop irradié
                    Bébé -> malformations, cancers etc.....

                    C’est sur le nucléaire ce n’est pas l’avenir.
                    l ne faut conserver au max que 2 réacteurs (mais blinder leurs sécurité, leur redondance et la gestion de leurs déchets, pas comme maintenant) pour continuer a fabriquer les isotopes pour soigner les cancers des pollution nucléaires déjà existantes et de la pollution chimique donc l’industrie nous abreuve.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

chrismanage


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès