Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Economie d’énergie et habitat collectif : Un enjeu Social (...)

Economie d’énergie et habitat collectif : Un enjeu Social !

Plus d’un ménage Français sur deux est propriétaire de son logement, plus de 40 % est locataire, le solde, soit près d’un million de personnes est temporairement ou plus durablement sans domicile personnel pour cause de difficultés d’accès au logement, auquel vient s’ajouter 100 000 sans abris si l’on se réfère au rapport de la mission parlementaire d’Etienne Pinte, député UMP des Yvelines, sur l’hébergement d’urgence et l’accès au logement.
 
De ce simple constat sur le logement en France, aborder la question de l’habitat économe en énergie, qu’il soit individuel ou collectif fait l’objet d’âpres débats . En effet, si cette question montre un véritable intérêt pour les propriétaires, elle présente beaucoup d’interrogations pour les locataires, notamment pour les 3,5 millions de personnes qui estiment être mal-logés et bien évidemment relève de la provocation ou de la farce pour les derniers.
 
S’il est clair, pour INDECOSA-CGT, qu’il est urgent de rechercher dans l’habitat des solutions plus économes en énergie, et plus particulièrement en énergie décarbonées, il est clair également que cela suppose des pratiques responsables, volontaristes et incitatrices, tant au plan politique, réglementaire que fiscal.
 
Nationalement avec notre participation au grenelle de l’environnement, internationalement avec le sommet de Copenhague, INDECOSA-CGT a déjà pris toute sa place dans la réflexion, le débat et l’élaboration de propositions en matière d’économie et d’efficacité énergétique, avec la volonté que l’environnement ne prenne pas le pas sur l’humain et que le défi écologique soit avant tout social et démocratique avant d’être purement économique, qu’il ne fonctionne pas à plusieurs vitesses et ne brise pas la "mixité sociale" comment semble le penser François Ascher, lauréat du grand prix d’urbanisme en affirmant : " C’est très bien de faire des quartiers économes en énergies, mais la durabilité ne doit pas être un surcoût pour les plus pauvres".
 
Géothermie, photovoltaïque, pompe à chaleur sans oublier le chauffage au bois, c’est dans l’habitat individuel et principalement dans la construction neuve que les choses semblent aller le plus vite avec la mise en place d’aides à l’installation et de conseils d’organismes officiels comme l’ADEME.
 
Concernant l’habitat collectif, force est de constater que les réalisations restent insuffisantes et ne remplissent pas toujours les souhaits du grenelle de l’environnement, parfois même les obligations de La Réglementation Thermique existante.
 
Au-delà des questions de financement des investissements considérables à réaliser qu’il soit public ou privé et de la crise économique, financière et sociale que nous traversons, apparaît aujourd’hui des incompréhensions, des dérives et malheureusement même des arnaques à la politique de l’habitat appliqué en France à laquelle vient s’ajouter celle d’une secteur énergétique déréglementé dans sa totalité.
 
Le nombre de litiges avec les consommateurs est en très forte augmentation, bien souvent par manque de compétences de certains professionnels qui ont flairé la bonne affaire face à l’engouement des Français pour les pompes à chaleur, panneaux solaires et poêle à bois de toute sortes bénéficiant de crédit d’impôts important.
 
Que dire de la bulle spéculative qui s’est formée autour du photovoltaïque où certains investisseurs affichent clairement leur intérêt pour la seule production d’électricité, n’hésitant pas à construire des bâtiments vides plutôt que des logements basse consommation ?
 
Arnaud Faucon

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Croa Croa 8 février 2010 00:02

    Vous avez un peu raison,
    On ne peut pas exiger autant de l’habitat social que pour celui des quartiers aisés !

    Toutefois construire au moins cher est encore pire
    et c’est bien ce qui se passe souvent pour l’habitat social (et toujours en locatif privé !)

    Cela se voit notamment dans les quartiers réhabilités des grandes villes : Appartements mal isolés, tout électrique imposé même pour des immeubles où le gaz est disponible (à Bordeaux par exemple) car c’est moins cher et c’est moins de soucis pour les propriétaires !

    ça m’étonnerait que les locataires soient gagnants ! (Sauf à vivre sans allumer le chauffage !)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès