Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Eloge de la dénatalité : l’écologue Michel Tarrier vilipendé par des (...)

Eloge de la dénatalité : l’écologue Michel Tarrier vilipendé par des ultralibéraux

Résumé. Michel Tarrier est un entomologiste et écologue français, auteur d’ouvrages sur la dégradation des écosystèmes et contributeur éclairé de la Revue des Ressources. Il soutient avec rigueur et vigueur une philosophie « dénataliste » [ou « dénatalitaire » (on me pardonnera ces néologismes)], assimilée à tort par certains de ses détracteurs (comme par hasard, des néolibéraux tel que Vincent Bénard) à un eugénisme. Un mail récemment envoyé à ses lecteurs (dont je fais partie) par Michel Tarrier nous a révélé un homme amer, un savant profondément lassé d’essuyer des critiques aussi absurdes, voire des insultes aussi malsaines. Comme je partage en grande partie les idées de Michel Tarrier, il ne m’a donc pas semblé inutile de faire un papier sur sa philosophie de la dénatalité, afin que celle-ci ne soit pas confondue avec une idéologie eugéniste.

Michel Tarrier développe un éloge la dénatalité, que le blogueur Vincent Bénard se permet donc de confondre avec un eugénisme. En réalité, ce sont peut-être les obsédés de la natalité qui sont les seuls vrais eugénistes : des eugénistes qui s’ignorent, - ou qui s’avancent masqués. Et ils ont ainsi beau jeu d’assimiler l’antinatalisme à l’eugénisme, qu’ils déclarent détester, et dont ils sont in fine... les plus fervents défenseurs ! Dit autrement, il est plutôt malsain de traiter Michel Tarrier d’eugéniste, alors que ceux-là même qui l’injurient en ce moment, ou qui l’ont injurié, sont peut-être les plus coupables en la matière. Comme souvent dans la vie intellectuelle (vie qui se prête assez bien à une certaine psychanalyse philosophique), ce sont souvent ceux qui refoulent le plus une idéologie qui en sont les plus investis. En clair : le libéralisme se présente à nous, selon ses propres thuriféraires, comme nataliste et anti-eugéniste. Dans les faits, c’est tout l’inverse...

Petite critique historique, existentielle et logique de l’eugénisme

D’un point de vue existentiel (ou psychologique), l’eugénisme part souvent d’une expérience douloureuse. On constate avec dépit ses propres fragilités, voire ses handicaps, ou bien ceux des autres, et on finit par nourrir peu à peu le fantasme d’une race supérieure, qui naîtrait sans infirmité, vigoureuse, intelligente, belle, et qui dessinerait progressivement le visage d’une humanité nouvelle. Or, une telle position est-elle tenable ? Première aberration : la supériorité. Quel est le critère de supériorité ? Un critère physique, un critère moral ? La robustesse, le goût de l’étude, la vigueur sexuelle, la couleur des yeux ? En outre, quel que soit le critère, cette supériorité est-elle naturelle, ou dépend-elle de conditions sociales ? Et, quand elle serait naturelle, serait-elle définitive ? Seconde aberration : la race elle-même. La race impliquerait des signes distinctifs et, au fond, définitifs. Mais il nous faut ici préciser que les individus ne sont pas, ils deviennent. Celui-là était beau hier, qui se retrouve défiguré ; bien portant la veille, qui se découvre une maladie grave ; brillant il y a encore un mois, qui est atteint à présent de démence traumatique... Ainsi, un individu diffère déjà avec lui-même de seconde en seconde, et le moindre accident, le moindre revers de fortune peut irrémédiablement compromettre ses avantages les plus solides... Et la « supériorité » serait question de gènes ? N’est-elle pas plutôt question de circonstances et de hasard ? La supériorité serait naturelle ? N’est-elle pas plutôt sociale ? On la croît acquise, au sens d’un avantage acquis solide, dans et par son innéité même ! Or, elle est bien plutôt fragile, précaire, promise à la destruction de toutes les manières... Voilà comment on finit par désigner comme caractères génétiques de purs aléas de l’histoire sociale et individuelle. Il faudrait alors inlassablement répéter la phrase de Jean-Jacques Rousseau : « [...] Il est aisé de voir qu’entre les différences qui distinguent les hommes, plusieurs passent pour naturelles qui sont uniquement l’ouvrage de l’habitude et des divers genres de vie que les hommes adoptent dans la société. Ainsi un tempérament robuste ou délicat, la force ou la faiblesse qui en dépendent, viennent souvent plus de la manière dure ou efféminée dont on a été élevé que de la constitution primitive des corps. Il en est de même des forces de l’esprit, et non seulement l’éducation met de la différence entre les esprits cultivés, et ceux qui ne le sont pas, mais elle augmente celle qui se trouve entre les premiers à proportion de la culture. [...] Or si l’on compare la diversité prodigieuse d’éducations et de genres de vie qui règne dans les différents ordres de l’état civil, avec la simplicité et l’uniformité de la vie animale et sauvage, où tous se nourrissent des mêmes aliments, vivent de la même manière, et font exactement les mêmes choses, on comprendra combien la différence d’homme à homme doit être moindre dans l’état de nature que dans celui de société, et combien l’inégalité naturelle doit augmenter dans l’espèce humaine par l’inégalité d’institution. » (Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, Première partie, 1755)

D’un point de vue historique, l’eugénisme aurait été pratiqué dans l’antiquité par le peuple spartiate, qui aurait pris l’habitude de supprimer les enfants mal formés et fragiles afin de promouvoir une race de beaux guerriers efficaces (encore que tout cela soit très controversé). On notera du reste qu’aucun penseur de la dénatalité n’a jamais préconisé de tuer des enfants, mais simplement de s’abstenir de (trop) en faire, nuance capitale que des idéologues tels que Vincent Bénard semblent oublier un peu vite. Comme l’écrit Michel Tarrier dans sa correspondance avec ses lecteurs, il est logiquement et matériellement impossible de tuer un non-né ; Michel Tarrier, en clair, n’a rien d’un spartiate. Mais de cette irréfutable impossibilité de tuer les non-nés, l’inénarrable Vincent Bénard semble ne point s’être aperçu (on le sait, les néolibéraux sont des gens formidables).

Mais l’eugénisme « scientifique », me dira-t-on ? Et bien, justement, parlons-en. L’eugénisme « scientifique » voit le jour lorsqu’un jeune cousin de Darwin - Francis Galton (1822-1911) - reprend et détourne le concept de la sélection naturelle. Tiens ! Comme par hasard, l’irrésistible Sir Francis Galton était en grand bourgeois, extrêmement favorable aux intérêts de classe... de sa classe ! À peu de choses près, une sorte d’ultralibéral avant la lettre...

Tout d’abord, un petit rappel. L’idée de sélection naturelle est née, chez Darwin (1809-1882), par analogie avec la pratique des éleveurs et des horticulteurs : il s’agissait, pour ces professionnels, de pratiquer une sorte de sélection artificielle, consistant à repérer des variations atypiques (pigeons à grosse gorge, fleurs vivaces, vaches à forte production laitière... ) puis à accoupler ces mutants entre eux pour produire des générations capables d’être primées aux concours agricoles. Darwin en vint alors à l’idée suivante : dans la nature ce n’est pas une intervention humaine qui sélectionne les variétés, mais ce sont les problèmes posés par l’environnement (dont la surpopulation, mais aussi les parasites, les prédateurs, les sources de nourriture, le climat, etc.) qui éliminent les plus faibles et conservent les plus résistants ; c’est la sélection naturelle. Cette idée de Darwin est saine, mais elle est rapidement récupérée par des gens qui veulent faire avec l’homme un peu comme les agriculteurs font avec les animaux et les plantes. Ces eugénistes, dont Galton, rêvent de sélectionner les « meilleurs » enfants (ce qui, implicitement, suppose de laisser plus ou moins mourir les autres), afin de les accoupler et de produire une race humaine supérieure. Cette idéologie traverse le XIX° siècle et elle culminera au XX° siècle avec la pratique nazie, qui commencera par de grands massacres contre des handicapés. Ce fut la conséquence ultime de l’eugénisme scientifique, étymologiquement politique du bien-naître, défendue par Sir Francis Galton, créateur du terme (sur cette question, consulter les ouvrages de références de l’historien Charles Lenay).

On imagine les problèmes posés par l’eugénisme : qui détermine les critères de sélection et au nom de quoi ? On remarque que ce sont toujours les mêmes critères et toujours les mêmes catégories humaines qui sont supposées y correspondre. Il n’est qu’à considérer Galton et son critère de « l’intelligence », curieusement absente ou presque, pense-t-il, des masses populaires... En fait, Galton s’oppose au progrès de la médecine et de la protection sociale, pourtant bien faibles à l’époque ! Comme pour Thomas Malthus (1766-1834) avant lui, mais avec bien moins d’humanité, ce qui effraye surtout Galton, c’est cette prolifération de prolétaires malades, crasseux et illettrés, vivants dans les bas-fonds des grandes villes industrielles, prolétaires dont il imagine que les maladies, la crasse et l’illettrisme sont choses... congénitales. Sacré Galton ! L’idée ne l’effleura sans doute jamais que toutes ces « tares » ne sont peut-être que les produits, purement artificiels, du mode de production capitaliste, et, plus généralement, de toute société fortement inégalitaire... Les libéraux sont comme cela, voyez-vous, un peu naïfs sur les bords... Un peu comme notre Alain Minc national, pour qui soigner les vieux est un luxe. Il s’agit de vieux salariés bien entendu, malgré le double-discours d’Alain Minc qui feint de s’en prendre aux « riches ». Car, en ce qui concerne les vieux capitalistes, il faut croire qu’ils sont dotés d’une meilleure génétique et qu’ils n’auront pas besoin de soins, ou alors qu’ils pourront se les payer puisqu’ils ont des sous... C’est qu’ils travaillent, eux ! Pas comme ces fainéants de prolos-nantis, gavés de services publics inutiles et de protection sociale déficitaire ! Mais cessons-là l’ironie, et revenons au sujet.

Qui peut me dire où et en quoi la pensée de Michel Tarrier a préconisé de sélectionner des gens (une minorité supposée supérieure) et de laisser crever d’autres gens (la grande majorité crasseuse) ? Où trouve-t-on ce genre de propos chez Michel Tarrier ? Ce sont bien plutôt les libéraux qui, à force de siphonner l’argent des salariés pour enrichir la rente et le profit (avec tout ce que cela implique comme démantèlement des systèmes de protection sociale, retraite, maladie et chômage), finissent par nous préparer une espérance de vie d’à peine plus de vingt ans... si nous sommes du mauvais côté de la frontière capital-travail. Et si le démantèlement des systèmes de protection sociale n’est pas une application des idées de Sir Francis Galton, c’est que je n’ai rien compris au film ! Et ce sont ces gens, ces Galton au petit pied, ces micro-penseurs libéraux n’ayant en vue que leurs intérêts de classe, qui accusent aujourd’hui Michel Tarrier d’eugénisme ?

Le natalisme : une idéologie de faux-culs à portée totalitaire

Le natalisme consiste à valoriser la naissance à tout crin, dans un contexte global qui pose pourtant aux démographes, et à l’humanité dans son ensemble, le problème d’une éventuelle surpopulation absolue à l’échelle humaine. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le libéral-nataliste Vincent Bénard fait en même temps partie de ceux qui se gaussent d’un éventuel réchauffement climatique, idée qualifiée, selon ses termes, de véritable « délire ».

Alors faisons d’abord un petite leçon de marxisme, et apprenons à distinguer la surpopulation relative et la surpopulation absolue, sachant du reste que les libéraux, nous ont légué les deux (tant qu’à faire, l’hybris libérale n’en est pas à cela près).

Certes, s’il n’y avait à l’échelle mondiale que de la surpopulation relative, les surnuméraires (les pauvres, disons le clairement) ne souffriraient pas d’une insuffisance réelle des ressources terrestres, mais simplement d’une répartition inégalitaire des richesses produites. Le problème resterait alors purement économique : exclusion, chômage, misère, exploitation, oppression, servitude... Ce serait un simple problème de partage des richesses, « simple » si l’on peut dire, car déjà énorme à lui seul. Mais, on a clairement dépassé ce stade, et des penseurs comme Michel Tarrier ont consacré leur vie à le démontrer... Le simple bon sens suffit d’ailleurs à s’en rendre compte ; qui peut raisonnablement croire que dans un écosystème, géant mais fermé, comme la Terre, il serait possible d’appliquer le principe du « croissez et multipliez » indéfiniment ? N’importe quel père de famille sait bien qu’il ne peut pas pousser les murs de sa maison, et qu’à un certain stade, le logis se fait bien exigu... Michel Tarrier n’est d’ailleurs pas le seul à penser de cette manière, et il sont nombreux les scientifiques d’aujourd’hui à nous inviter fort justement à quelque frugalité mélangée de décroissance démographique. La surpopulation absolue est le seul véritable problème écologique  ; la terre elle-même, comme ressource originelle, se trouvant incapable de satisfaire le genre humain.

Il ne s’agit donc plus seulement de partage des richesses, mais bien de partage des ressources. Et il ne s’agit plus seulement de penser la valeur-travail, problème déjà bien difficile, mais bel et bien de se poser la question de la valeur-peuplement. On remarquera cette radicalité : l’homme n’est plus simplement confronté à la question de la valeur des objets qu’il crée par son travail, mais il voit émerger le problème encore plus épineux de sa propre valeur en tant qu’animal terrestre hégémonique.

Il est donc légitime de se préoccuper de régulation démographique : contrôle du nombre des naissances, contraception, usage du préservatif, interruptions volontaires de grossesse, information donnée au couple, liberté des femmes à ne pas être mères si elles ne le désirent point, etc. De fait, il serait aberrant de confondre l’eugénisme avec le contrôle des naissances, même si, parfois, le pouvoir politique, assez coutumier du flou conceptuel, a désigné abusivement comme « eugénistes » ses propres lois, qui visaient à stabiliser la population, notamment en Chine. En tout cas : diminuer le nombre des naissances n’a rien à voir avec la sélection de bébés supposés surdoués, encore moins avec la promotion d’une hypothétique humanité supérieure.

Bien entendu, on peut aussi ne rien faire, et continuer à nous multiplier comme de la vermine. Mais c’est alors charger la barque terrestre jusqu’à ce qu’elle coule. Après tout, pourquoi pas ? Un nihiliste pourrait trouver quelque saveur amère à la perspective d’une telle dévastation. Mais un nihiliste ferait preuve en la matière d’une franchise dont les sophistes libéraux ne nous gratifieront jamais. Si encore, ils le reconnaissaient, ces libéraux, que ce qu’ils souhaitent, c’est la dévastation du genre humain ! Alors, là, soit ! banco ! Il suffisait de nous dire les choses en face ! Mais de franchise, point. À lire la prose des Bénard et des Minc, et autres idéologues de la même farine, tout va toujours pour le mieux dans le meilleur des mondes. Multiplions la population humaine par dix et il y en aura bien assez pour tout le monde ! Les ressources, c’est bien connu, c’est comme un détergent célèbre : quand il n’y en a plus, il y en a encore !

Mais pourquoi tant de natalisme ?

En réalité, le natalisme est tout à la fois une mystification idéologique et une erreur économique.

Le natalisme est toujours développé par des démagogues extrémistes (et le néolibéralisme est une forme d’extrémisme, totalitaire lui-aussi) pour valoriser leur rôle de sauveurs de la nation, voire du genre humain. Le bon Vincent Bénard va donner le sein à tous les petits nenfants du monde. « Mères, n’ayez plus peur de faire des enfants, le libéralisme sera là pour les protéger et pour les nourrir ; et ces mêmes enfants, devenus à l’âge adultes de vrais battants qui en ont dans le ventre, aideront le libéralisme dans son combat pour le bonheur universel. » La promesse illusoire de lendemains qui chantent, c’est un vieux truc ; Hitler l’avait utilisé ; Staline aussi ; tous les absolutismes civils et les intégrismes religieux également, et le libéralisme aussi - comme Félicie. Par ailleurs, l’infantilisme natalitaire arrange bien également les libéraux pour de plus mesquines raisons : l’enfant étant un consommateur forcé (et exigeant), il constitue un formidable débouché pour l’écoulement des marchandises...

Par ailleurs, si le natalisme trouve un regain d’intérêt aujourd’hui, c’est aussi qu’il procède de la peur, savamment entretenue, de ne plus pouvoir payer les retraites. « Il y a trop de vieux », thème quasi-raciste qui convertit les personnes âgées en parasites. Mais, est-ce que cela arrange la situation financière d’un pays qu’il y ait davantage de marmots ? Remplacer une surabondance de vieillards par une surabondance d’enfants, ou même, et c’est le plus probable, voir émerger la double surabondance, dans un monde déjà dévasté par la misère et l’inégalité, c’est prétendre nourrir des bambins en enlevant de la bouche édentée des papys... le quignon de pain qu’ils n’ont déjà plus. Il y a dix ou vingt ans, la clique libérale passait son temps à vouloir déshabiller Pierre pour habiller Paul ; elle prétend d’ailleurs toujours le faire. Sauf qu’à présent Pierre lui-même est déjà nu.

Concluons. C’est à chaque société de partager ses richesses, en respectant le droit du vieillard, comme celui de l’enfant, à une parfaite dignité. Mais pour cela, il faut être peu nombreux, - et farouchement républicain. Ne proliférons pas trop pour éviter la surchauffe planétaire ; réduisons les écarts de richesses pour éviter la surchauffe du sociétal.

Ce sont ces mêmes libéraux qui, d’un côté, nous vantent (nous vendent ?) les mérites d’une société de plus en plus inégalitaire et cruelle, et qui, d’autre part, nous peignent sous les dehors riants du puérocentrisme la perspective en réalité sordide et terrifiante d’une humanité dévastée par le surpeuplement. Il faut dire que les libéraux, grands naïfs prétentieux, s’imaginent qu’ils pourront vivre éternellement dans des confinements de verre et de béton, où la haute-technologie les préserverait de toute catastrophe environnementale ; en témoignent ces immeubles d’une hauteur insensée et ces îlots artificiels pour l’hyper-classe transnationale, qu’on nous présente comme l’avenir de l’architecture. Or, il est douteux qu’aucune Tour de Babel ne soit érigée pour ne pas s’effondrer un jour...

Et puis, tiens, encore une citation de Rousseau à propos, cette fois, de l’égalité de droit, ce qui n’est pas totalement hors-sujet dans notre critique du libéralisme... « Sous les mauvais gouvernements, cette égalité n’est qu’apparente et illusoire ; elle ne sert qu’à maintenir le pauvre dans sa misère, et le riche dans son usurpation. Dans le fait, les lois sont toujours utiles à ceux qui possèdent et nuisibles à ceux qui n’ont rien ; d’où il suit que l’état social n’est avantageux aux hommes, qu’autant qu’ils ont tous quelque chose et qu’aucun d’eux n’a rien de trop. » (Du contrat social, I, ch. 9, note finale,1762)

J’invite alors l’excellent Bénard à relire Jean-Jacques Rousseau, pour l’économie, et Michel Tarrier, pour la sauvegarde des écosystèmes.


Moyenne des avis sur cet article :  4.17/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • slipenfer 22 mai 2010 09:29

    La triple grève,
    pour sauver la planète et l’humanité

    1 La grève de la publicité

    Action : zapper, ou couper le son de la TV dès que de la publicité est diffusée. (Couper le son est un moyen simple et très efficace pour réduire à néant les effets abrutissants et conditionnants des pubs)

    But défensif : empêcher les entreprises et leur publicité de « squatter » l’espace de votre cerveau et d’y accomplir leur travail d’avilissement, d’infantilisation, et de conditionnement.

    But offensif : priver les entreprises de leur pouvoir d’incitation à la consommation et mettre fin à leur manipulation de nos désirs et de nos rêves.
     
    2 La grève de la consommation

    Action : Faire la grève du shopping. Ne plus consommer que le strict nécessaire, en boycottant systématiquement les produits des grandes entreprises, en particulier lorsqu’il s’agit de produits fabriqués par des esclaves dans les usines « délocalisées » du tiers-monde.

    But défensif : Limiter ses dépenses, parvenir à épargner de l’argent, et ainsi être plus libre en étant moins esclave du système économique, en rompant le cercle vicieux du travail qui engendre le stress, qui engendre des achats de compensation, qui rendent le salarié-consommateur encore plus esclave en l’obligeant à accepter n’importe quel travail à n’importe quel salaire pour pouvoir payer la masse des dépenses inutiles et des crédits.

    But offensif : Priver les entreprises de leurs ressources économiques, en faisant s’effondrer leur chiffre d’affaire et leurs profits.
     
    3 La grève de la natalité

    Action : Cesser de concevoir des enfants, jusqu’à ce qu’un monde meilleur puisse les accueillir.

    But défensif : Eviter à nos enfants de devenir des esclaves sur une planète-poubelle qui ne pourra leur offrir des conditions de vie décentes pour la durée de leur existence. Ne pas céder à l’envie égoïste « d’avoir » des enfants, mais penser d’abord à l’avenir qui les attend.

    But offensif : Priver les entreprises de leurs ressources humaines, en coupant leur approvisionnement en nouveaux esclaves. Sylvain Timsit


    • sonearlia sonearlia 22 mai 2010 12:35

      Qu’est ce que l’auteur appèle dénatalité ?
      La soi-disante explosion démographique, n’est que le début de la transition démographique, ce qu’il faut c’est défendre le droit a la contraception, l’éducation, l’égalité homme-femme.


      • sonearlia sonearlia 23 mai 2010 13:28

        Ceux qui ont moinsser ce commentaire peuvent explique en quoi le droit a la contraception, l’éducation, l’égalité, c’est mal ?


      • Rémi Manso Manso 24 mai 2010 10:20

        L’explosion démographique a et continue à avoir lieu : voir cette courbe.
        L’Afrique qui a vu sa population passer de 300 millions à 1 milliard en 60 ans, devait compter 2 milliards d’habitants en 2050 et rien ne dit que cela s’arrêtera.
        Ceci étant, bien évidemment les solutions sont celles que vous citez : « droit a la contraception, l’éducation, l’égalité homme-femme ».
        Mais au moins pour les 2 premiers se pose un problème de financement et c’est pourquoi il faudrait lancer (au moins pour le premier droit) une campagne pour la gratuité de la contraception dans le monde.


      • sonearlia sonearlia 24 mai 2010 21:45

        La seule solution pour résoudre le problème du financement c’est d’annuler la dette publique de l’ensemble des pays du monde, et supprimer le fmi, et l’omc avec.


      • dom y loulou dom 22 mai 2010 13:04

        que de mots pour nous vendre l’eugénisme sous couvert de nous expliquer que la dénatalité n’en fait pas partie.

        L’auteur passe le reste de l’article à nous expliquer l’eugénisme.

        merci, mais on sait ce que c’est.

        Cette propension à se prendre pour Dieu et vouloir diriger absolument tous les flux du vivant, jusqu’à décider du nombre d’enfants que les gens pourraient avoir, ce désir vain et supérieur que la mécanisation à outrance pourrait bien aller jusqu’à mécaniser l’humanité, oui.

        Propension folle à vouloir tout contrôler, surout les autres, au lieu de veiller sur soi et des flux qui voudraient loger la haine en nous.

        Entretenir des vues paranoiaques uniquement sous l’angle de vue de la société de surconsommation actuelle dont le GROS problème ne sont pas le nombre d’hbitnts sur l èplnète, mais la SURPRODUCTION pour ensuite jeter plus de la moitié des productions aux poubelles. 


        C’est sûr que s’il faut vacciner chaque légume produit, imbiber chaque fruit d’agents cancérigènes alors on pourrait se dire que il n’y a pas assez d’usines pour tuer tout le monde.


        Comme c’est dommage n’est-ce pas... 


        Encore un de ces papiers d’où on sort le cerveau en éponge, imbibé de confusion.

        bien essorer avant de ressoritr.


        La classe moyenne, du temps de Rousseau, n’existait pas ou à peine, ce que vous omettez de dire et qui fausse la compréhension de ses paroles quand on les transpose aujourd’hui. 

        Le voeu de prospérité de l’univers pour les êtres c’est du vent pour vous ? Il faut mettre la planète et les aom en cage pour vous rassurer ? Et vous voyez une propension au totalitarisme partout ? M’étonne pas puisqu’il est logé dans vos pupilles apparemment..

        Vouloir nous vendre que les etats entrent ainsi jusque dans l’intimité des familles EST totalitaire. Vous nous prenez pour des débiles ?

        Ne nous dites pas que la dénatalité serait pour les protéger de leur propre folie, parce qu’ils ne vous ont rien demandé.

        Certains connaissent encore autre chose de la vie que de la piller jusqu’à la rendre exsangue, la maltraiter à coups de pesticides et d’OGM, de jugements hautains sur ce qu’elle devrait etre (et n’est, heureusement ou malheureusement, pas) mais savent travailler en accord avec elle pour entretenir son hyperabondance et sa générosité sans bornes avec les vivants plutôt que de vouloir tout marchander et tout numéroter.


        Encore faut-il se mettre en accord avec ses principes harmoniques plutôt qe de vouloir lui imposer nos vues abstraites et dirigistes.

         


         


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 22 mai 2010 15:06

          Salut Dom,

          commentaire percutant ! Connais tu ce film un peu humoriste qui s’appelle « un fauteuil pour deux » avec Eddy Murphy et Dan Accroyd ? il raconte comment les destins peuvent basculer en fonction de l’endroit où ils sont fécondés...

          a+, L.S.


        • Croa Croa 22 mai 2010 20:18

          « que de mots pour nous vendre l’eugénisme »

          Effectivement l’article est très long (trop !)

          Pour autant l’auteur ne parvient pas à ses fins. Il voulait dénoncer l’amalgame fait par certains entre l’eugénisme et le malthusianisme. Dom, tu aurais dû essayer de voir ailleurs puisque l’auteur ne te convainc pas ! smiley

          Il existe en effet des malthusianismes eugénistes, mais pas celui de Tarrier ! (Celui-ci est écologiste.)

          Ces amalgames sont d’autant plus fallacieux qu’en réalité l’eugénisme (sous une forme xénophobique) est plutôt du coté des natalistes (afin que les « meilleurs » restent majoritaires !)


        • finael finael 22 mai 2010 14:24

          Que nos dénatalistes se réjouissent : Ils ne s’en sont sans doute pas rendu compte mais la dénatalité est en marche, depuis des décennies, et va s’accélérant.

          Ah envisager l’avenir radieux d’une population vieillissante, des villes désertées (comme actuellement en ex-RDA), d’une économie en panne.

          Bon, les infrastructures se délabreront petit à petit, la nature reprendra ses droits, il n’y aura plus assez de « jeunes » pour entretenir tout ça, alors les déplacements seront plus difficiles, les communications en général aussi, en admettant qu’il reste assez de production électrique.

          Bien entendu, vu qu’il n’y aura plus assez « d’actifs » pour payer des retraites, il faudra travailler jusqu’à 70, 80 ... jusqu’à ce que mort s’ensuive. Il faut savoir ce que l’on veut.

          Pour ma part je serai sans doute mort avant.


          • Croa Croa 22 mai 2010 20:31

            FAUX !

            L’humanité actuelle est trop productive pour assurer un partage équitable, aussi bien des roles de chacun que des richesses. Or tu raisonnes comme si une pénurie de main-d’oeuvre était à redouter au point que les choses ne se fassent plus !

            Une population décroissante voit en effet l’âge moyen progresser mais seulement pendant la transition.


          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 22 mai 2010 14:25

            Bonjour,

            « Première aberration : la supériorité. » Il n’est pas vain de rappeler que celle ci est entièrement décrétée par diplôme olympique, véhicule obligatoire de la grande compétition mondiale, et génératrice de dopage entièrement générée par l’organe médical non innocent.

            « Seconde aberration : la race elle-même. » la race elle même semblerait être celle du peuple élu, avec cette curieuse exception que donne l’Éthiopie, où l’entrainement est le seul moteur de victoire.

            " Cette idée de Darwin est saine, mais elle est rapidement récupérée par des gens qui veulent faire avec l’homme un peu comme les agriculteurs font avec les animaux et les plantes. Ces eugénistes, dont Galton, rêvent de sélectionner les « meilleurs » enfants " Les étasuniens n’ont pas tiré leçon de leurs échecs : Un grand labo américain, ayant eu connaissance de cette découverte, a collecté la plante, et immédiatement installé un laboratoire à la hauteur du sujet et de l’immense marché qui tourne autour de cette maladie. En effet, celui qui découvre le remède au cancer se voit immédiatement offerts à la demande de dizaines de millions de clients, enfin de patients. Il a donc aussitôt installé des hectomètres de serres en plein désert américain et cultivé cette plante. Des dizaines de laborantins se sont activés pendant un an jusqu’à maturation de la plante et commença l’étude de la composition chimique de l’heureuse élue. Patatras ! La plante avait toute l’apparence de sa soeur tropicale, mais n’avait plus aucun principe actif... Source ; http://www.lepost.fr/article/2009/03/17/1459637_selon-michel-drucker-cancer-considerable-enjeu-economique.html

            Quand aux eugénistes, l’énigme la plus curieuse pour eux sont ces ilots de terres où vivent plus que centenaires des populations sans le recours d’aucune médecine allopathe... ?


            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 22 mai 2010 14:57

              Vous dites : " Il n’est qu’à considérer Galton et son critère de « l’intelligence », curieusement absente ou presque, pense-t-il, des masses populaires « il a raison, l’intelligence est absente dans les esprits simples des masses populaires. Celle-ci sont uniquement douées de » bon sens " qui est souvent assujetti aux masses populaires, et qui fait preuve d’adaptation à un monde naturel. L’intelligence, elle, n’intervient que pour transformer ou adapter le monde à l’homme. L’intelligence est contraire à la spiritualité qui elle, témoigne d’un respect profond pour la planète.


            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 22 mai 2010 16:52

              J’ajouterais que les aveugles apportent souvent un éclairage lucide sur les chose de la vie, qui peut échapper aux « porteurs sains »,, et notamment lorsqu’ils parlent d’amour, ce dont ils sont souvent entourés avec une particulière et sensible attention ... http://www.musicme.com/Stevie-Wonder/albums/Songs-In-The-Key-Of-Life-(Vol.1)-&-2-0731453003422.html ?play=01

              Et comme disait si bien le meilleur représentant de Chopin dans la variété du moment, Alain Chamfort, c’est le manque d’amour qui nous fait vieillir : http://www.musicme.com/Alain-Chamfort/albums/L%27integrale—vol.2-(1979-1987)-3700226406538.html ?play=07


            • Le péripate Le péripate 22 mai 2010 14:44

              Les idéologies qui pensent l’économie en terme de « gâteau à partager », c’est à dire principalement le socialisme, le national-socialisme et l’écolosocialisme se heurtent toujours à la question du nombre de convives.
              Elles ont donc effectivement un fort penchant pour des théories eugénistes. D’ailleurs nombre de socialistes ont écrit sur l’eugénisme pour le recommander (au hasard, Allende smiley )

              Par ailleurs je met l’auteur au défi de trouver un auteur libéral (s’il sait ce que ce mot veut dire) qui défende une politique nataliste. Je ne crois pas que cela rentre dans une définition des fonctions régaliennes de l’État. En clair être libéral implique de ne pas se mêler de la vie des gens, et surtout dans cette dimension intime qu’est la procréation
              L’utilisation du faux-dilemme est un truc de sophiste que notre auteur, philosophe, connait forcément. Ce qui en dit long sur son honnêteté intellectuelle..


              • sonearlia sonearlia 22 mai 2010 16:22

                "Par ailleurs je met l’auteur au défi de trouver un auteur libéral (s’il sait ce que ce mot veut dire) qui défende une politique nataliste."

                Vincent Bénard n’est donc pas un libéral ?


              • Le péripate Le péripate 22 mai 2010 23:44

                Si.
                Mais il n’y a rien de nataliste, rien qui préconiserait une politique active de l’État pour encourager la natalité. Lisez au moins l’article donné en lien.
                C’est le truc du faux dilemme. Présentez un repoussoir à ce que vous voulez défendre en faisant semblant de croire qu’un troisième terme n’existe pas.

                La transition démographique, phénomène réel, observé, mesuré n’a été le résultat d’aucune politique. Là ou elle n’est pas accomplie, elle s’amorce et annonce au minimum une stabilisation de la population mondiale, après une période d’inertie pour quelques décennies.

                Renseignez vous. Par exemple sur Gapminder.


              • France 23 mai 2010 00:07

                La toute récente association francophone « Demographie Responsable » rassemble les gens qui pensent qu’il est urgent de stabiliser la population humaine, voire de la réduire par une limitation des naissances.
                Vous pouvez nous rejoindre sur le site :
                http://www.demographie-responsable.org/

                Les moyens préconisés pour y parvenir sont :

                une meilleure éducation (des filles en particulier)
                l’égalité des sexes (lutte contre les traditions sexistes)
                un libre accès aux moyens contraceptifs pour tous et toutes
                la suppression de toutes les politiques natalistes qui encouragent la naissance d’un troisième enfant et favorisent les familles nombreuses
                la suppression du tabou qui pèse sur la nécessité d’éviter la surpopulation
                la prise de conscience par tous de la nécessité de se limiter à 2 enfants maximum

                Tous les arguments, pour ou contre le natalisme, sont bienvenus sur le forum.
                Venez y débattre avec nous, dans le respect des gens, des opinions et des libertés.


                • SARTORI 25 mai 2010 08:44

                  Il existe des règles mathématiques incontournables qui nous démontrent des réalités beaucoup plus objectives lorsque l’on veut cerner un problème.

                  Evolution des populations 

                  En 60 ans la France a progressé de 13% 
                  —> 1901- 40,7 millions d’habitants 
                  —> 1961 - 46 millions d’habitants 
                  Il faut prendre en compte d’un coté les deux guerres ( 3,5 millions de morts) , mais aussi un autre coté qui a son importance : l’afflux de travailleurs étrangers : Italiens, Polonais, nord-Africains, Espagnol, etc...  
                  En 58 ans —> 1961- 2009 La France bat son précédent «  »record«  » avec 42% et 65,447 millions d’habitants et avec une immigration toujours plus importante !...
                  ----------------------------------------------
                  Dans le cas d’Haïti 
                  en 81 ans —> 1880 - 570 000 habitants —1961 —> 3,9 millions = hausse de 684%
                  en 58 ans —> 1961 - 2009 —> 10,035 millions = hausse de 257 %
                  Comment cette population, sur sa toute petite île, pourra-t-elle survivre ?
                  - Peu ou pas de ressource minière et industrielle,
                  - Peu ou très peu de production agricole,
                  - Une démographie galopante, malgré une émigration importante,
                  - Un chômage catastrophique,

                  - Une dette ( ?? )

                  - Un assistanat mondial depuis… depuis…

                    ---------------------------------------------

                  Celui de l’Ouganda : superficie 241 038 Km2
                  en 58 ans —> 1961= 7 millions d’habitants - 2009 = 31,368 millions
                  Une hausse de 448% 
                  ---------------------------------

                  Combien de pays se trouvent dans des progressions aussi intenses ???

                  • mayla VdC 1er octobre 2011 01:44

                    D’accord avec les arguments de Marc Gelone et le problème que pose la dénatalité...
                    Si les choses se faisaient naturellement comme pour les autres espèces, beaucoup de nouveau nés s’éteindraient ou seraient tués par leur mère ce qui n’est pas le cas et on peut le regretter

                    De la même façon les individus les moins résistants vieux ou jeunes disparaissent , peu importe ici la façon..
                    Dans aucune autre espèce on ne voit une technologie permettre une grossesse assistée qui pour moi est une erreur,une provocation, un défi à la nature, voire une abérration ;
                    L’ avantage dans une population donnée c’est le brassage et la non consanguinité (j’omet volontairement le métissage) qui permet de diluer les tares ainsi que les gènes pénalisants ou récessifs sans avoir pour ça avoir recours à un spécialiste.
                    Les individus se sélectionnent eux-mêmes de par leur situation au sein de la communauté, c’est à ce niveau que leurs critères de reproduction commence à prendre du plomb dans l’aile quel que soit le statut social. ; et si « on » prend les choses en main, c’est à dire faire le nécessaire pour voir émerger une race supérieure on reconnait ce que cela a signifié dans sa dernière application mais la théorie pour moi dans ses grandes lignes reste valable.
                    Alors que faire ?
                    Généraliser pour toute l’humanité la dénatalité, faire partie de ces groupes qui la refusent totalement (ce qui est une absurdité comme tout extrêmisme) ? Erreur.
                    Quelqu’un s’est-t’il lancé dans le calcul (fort compliqué) que donnerait ’une mise en demeure de ne donner à chacune des femmes existant qu’une seule possibilité à vie de 2 enfants seulement ? 
                    Il me semble que la Chine avec son enfant unique s’est pris les pieds dans le tapis, mais elle peut se relever rapidement étant donné sa densité démographique.
                    .
                    Ne peut on pas prétendre avec justesse que la technologie a accéléré la démographie et ainsi favorisé l’amplification des souffrances de toutes sortes ainsi que la faim ; elle a également servi à détruire beaucoup plus rapidement les écosystèmes ?

                    Faire redescendre la démographie et ne plus utiliser aucune technologie ? 
                    Utopie si elles sont présentées comme une alternative.amiable (et par qui ? le NOM ?) 
                    combien accepteraient ?
                    Reste les coupes sombres fabriquées en laboratoire (vaccins, virus et les intoxications de toutes sortes et dans tout) celles provoquées et performantes que sont les guerres et les armes de plus en plus sophistiquées.là non plus, aucune sélection, sauf que ceux qui les font appliquer sont planqués.

                    Alors ne plus faire d’enfants ou en faire moins pourrait donner l’illusion quelque temps mais ne changera pas le sort de nos descendants parce qu’il est trop tard, ils subiront les diktats du NOM, ce qu’ont fort bien simulé quelques films, mais auront déjà été réduits

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès