Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > En France, la guerre contre la nature continue

En France, la guerre contre la nature continue

Manuel Valls disait « nous sommes en guerre »

Mais ce n’est pas nouveau ! Voilà des siècles que nous sommes en guerre. L’état d’urgence décrété va dans la continuité du mouvement. Comment ? Ces annonces ne sont pas faites contre la nature ? Ah oui, désolé, en réalité, l’état de guerre contre la nature est permanent, et ce n’est pas le nouveau gouvernement qui va arranger les choses.

Ces derniers mois, les actions contre l’environnement, la nature, le sauvage, la faune et la flore se sont multipliés, dans l’indifférence générale.

Tout d’abord, il y a les agriculteurs, bien sûr. Vous savez, cette profession qui étouffe depuis plusieurs années et qui continuent de critiquer les conséquences sans jamais remettre en question les causes. Evidemment, le gouvernement va dans le sens de la mondialisation, pas dans celui des agriculteurs. Mais ces derniers, en continuant de produire de la façon qu’on leur impose, vont dans le même sens… De vrais shadocks : « Il vaut mieux pomper d'arrache pied même s'il ne se passe rien que de risquer qu'il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas ». Et cette fois, ils ne peuvent pas accuser le loup.

 

Le loup, d’ailleurs. 36 loups l’année dernière, mais on veut faire plus encore cette année, alors même que le nombre de loup n’augmente plus, suite aux massacres généralisés. Au point ou certains veulent se faire justice eux-même. Pourquoi se gêner ? Avec un gouvernement anti-loup et toujours à l’écoute des éleveurs qui, n’ayant plus aucun pouvoir sur leur production, le transport, l’abattage, le prix et la vente, s’acharnent contre l’unique élément dont ils peuvent encore disposer. Et tant pis pour le loup. Va t-il disparaître à nouveau ? Certains n’attendent que ça. 

Bien que sur médiatisé, le loup n’est pas la seule victime de la guerre menée au vivant. Les requins sont aussi traqués, la chasse aux oies a à nouveau été prolongée, certains préconisent l’éradication totale de certaines espèces, mais qu’il se rassure : on en a déjà exterminé des centaines, voir des milliers.

Les espèces protégées ne sont pas mieux loties. En dehors du loup, dont il faut rappeler que c’est encore une espèce protégée pour le moment, les autres espèces trinquent aussi : hibou grand-duc, vautour fauve, sans oublier les 12 mouettes rieuses et la tadorne de Belon massacrés.

Rassurez vous, les espèces menacées ne sont pas les seules qui trinquent, puisque les « nuisibles » mais aussi toutes les autres trinquent aussi, que ce soit par le piégeage ou les autres moyens de tueries, dont la chasse reste un acteur puissant, que ce soit par sa pression sur la faune mais aussi sur notre société.

 

Et pour l’environnement au sens large ? C’est la même. On apprend ainsi que seule Fessenheim fermera dans les 10 ans, on commence à peine à réaliser la pollution que peut engendrer les autoroutes, mais ce n’est pas ça qui arrêtera les projets les plus fous… Et les plus destructeurs.

On va même jusqu’à désigner des platanes comme ennemis publics. C’est toujours la faute à la méchante nature, jamais la nôtre.

 

Et les gens qui sont du côté de l’environnement ? Nous sommes en guerre, alors, forcément, les gens qui sont du côté de l’ennemi désigné sont impitoyablement traqués et arrêtés.

Choisissez votre camp.


Moyenne des avis sur cet article :  4.21/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • alanhorus alanhorus 20 février 17:03

    POlivier, cet article par sur une hypothèse fausse.

    citation : Manuel Valls disait « nous sommes en guerre »

    Qui vous dit que c’est vrai ?

    Si vous comprenez l’anglais je vous propose de vous plonger dans ce forum qui en quelques pages vous prouvera que non nous ne sommes pas en guerre, non.

    http://www.cluesforum.info/viewtopic.php?f=24&t=1847

    Il sont en train de la fabriquée serait plus exact.


    • devphil30 devphil30 21 février 06:46

      @alanhorus


      Toutes les guerres sont fabriquées pour des intérêts personnels , financiers , économiques.

      On nous parle beaucoup des commémorations de 14-18 actuellement , la grande bataille de Verdun 10 mois de combat pour un retour à la case départ au terme des 10 mois avec 300.000 morts de chaque coté.

      Le devoir de mémoire, il est vrai que l’on peux se poser la question de l’envie de ces 300.000 Français et 300.000 Allemands d’aller souffrir et mourir dans la Meuse.

      Le devoir de mémoire n’est pas pour les peuples qui ne demandent jamais à perdre leur famille , leur vie pour des causes qui ne leur rapportent rien sauf la souffrance.

      Alors à qui profitent ces guerres ? 

      Elles profitent au pouvoir , aux industries , aux banquiers qui exploitent les peuples comme travailleurs , comme chair à canon , comme esclaves 

      Fabriqués une guerre est toujours compliqué , il faut préparer les peuples , trouver un ennemi « crédible » , faire monter la « sauce » , voir si ça accroche , provoquer des « incidents ».

      A la fin quand ça prend c’est la conservation assuré du pouvoir , c’est la richesse des industriels marchand de morts , c’est la richesse des banquiers pour la reconstruction, ça permet de « réduire » la population , de mater le mécontentement social par la défense du pays ....etc ...

      Regardez depuis 1945 , le nombre de guerres initiés ou soutenues par les USA majoritairement , nous sommes les larbins des USA depuis le retour dans l’OTAN et les USA jouent avec le feu dans de nombreuses zones du globe ( Syrie , Irak , Ukraine ) car ils ont la une haine viscéral de la Russie.
      Cette haine vient de la puissance de la Russie , de son indépendance vis à vis d’un capitalisme exacerbé.

      Certaines rancœurs ou ressentis datent des siècles précédents et l’on continue à enseigner la haine de l’autre de manière insidieuse , la méfiance du méchant Russe alors que les USA sont le modèle à suivre ( film , cigarette, mac do , chewing-gum , capitalisme , monnaie d’échange etc ...)

      Seule la présence de l’arme nucléaire à préserver le monde de conflits majeurs mais actuellement les dirigeants n’ont pas connu la guerre et certains pensent pouvoir gagner une guerre nucléaire.
      La folie augmente avec la puissance des armes et les fous sont aux portes du pouvoir au USA.


      « Je ne sais pas comment on fera la troisième guerre mondiale mais je sais comment on fera la quatrième : avec des bâtons et des pierres » de Albert Einstein.

      Philippe



       

    • Shawford Shawford 21 février 06:51

      @devphil30 Interroge l’IA de ton smartphone à 12:01 et reviens me parler du Pays Avise toi de commenter ici d’ici la moi ou un Ernest dominique is on vient te voir au Pays, un mort pour éviter la WW3 c’est un bon compromis


    • Shawford Shawford 21 février 07:01

      @devphil30/Buster/Philippe YONNET

      Tu fais passer le même message à ranta/Guy Hillion et tu lui demandes où il en est de l’album Panini 2016 Ligue 1


    • Shawford Shawford 21 février 07:24

      @Buster Tu demanderas aussi pourquoi Asinus est pas au pit ce matin. Sachant qu’il vaudrait mieux que son épiphanie soit enfin véritablement pertinente vis à vis de ma petite personne infatuée


    • Shawford Shawford 21 février 07:29

      @Shawford La matrice fait encore des siennes normal avec une amatrice aux commandes Lâche l’affaire Carlo


    • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 21 février 07:12

      Faut pas s’inquiéter : la nature gagne toujours


      • Esprit Critique 21 février 15:47

        Trois colos brillants, honnêtes, compétant , passionnés , droits, « idéalogistes », vienne de rentrer dans ce gouvernement digne de la quatrième république.

        Aucune raison de s’inquiéter ! 

        « L’écologie politique » est a l’avenir de la planète, ce que le « vers » est au fruit !


        • Le421 Le421 21 février 19:29

          Vous êtes bien pessimiste.
          Avec une écolo convaincue (par son banquier) comme Emmanuelle Cosse (d’entrer au gouvernement), la nature va se retrouver requinquée en trois coups de Notre Dame des Landes !!

          Hélas...
          Vaut mieux en rire, non ??


          • Shawford Shawford 21 février 19:39

            @Le421

            Yep, buddy par contre ton clone qui se permettait de me doubler comme un zinzin pour essayer d’aller renifler sous les jupes de ma sœur entre Libourne et Bordeaux, me faisait-il rire. ?


          • ouragan ouragan 4 juin 14:18

            Un rappel tout de même : Le loup est classé Least Concern (non concerné) sur la liste des espèces menacées dans le monde, en Europe et en Europe des 25 par l’UICN.

            Ensuite que l’Europe communautaire antre les mains du WWF veuille le classer strictement protégé et le réintroduire dans les zones d’élevages traditionnels et respectueux, considérées comme ayant été enrichies biologiquement par la pratique du pastoralisme et habités par les derniers agriculteurs aux pratiques inverses de celles dénoncées par l’auteur dans cet article, ne pose aucun problème de consciences aux Niais qui reprennent en coeur ce qu’on leur a appris à divulguer. Alors on est en droit de se demander si la totalité de cet article est du même acabit ?
            Surtout quand on sait par exemple que : Une entreprise française d’exploitation forestière, partenaire officielle du Fonds mondial pour la nature (WWF), est en train de déboiser une vaste zone de forêt tropicale au sud-est du Cameroun... Les activités de Rougier au Cameroun ont été dénoncées par l’organisation Les Amis de la Terre, notamment pour la fixation illégale des prix, l’exploitation forestière illégale au-delà de ses concessions, l’abattage d’un nombre d’arbres supérieur à celui autorisé, ainsi que l’exportation illégale de bois rare.

            Le partenariat intervient dans le cadre du Global Forest & Trade Network (GFTN), une initiative du WWF supposée ‘promouvoir la bonne gestion forestière et le commerce responsable’."

            Mieux connaitre le WWF partenaire des association de défenses du loup






            • JC_Lavau JC_Lavau 21 juin 13:47

              Un peu d’histoire du WWF, assassin en chef :

              http://indicescibles.blogspot.fr/2013/01/lhistoire-du-wwf-world-wildlife-fund.html

              Citation
              L’histoire du WWF (World Wildlife Fund )
              "Crack ! Le coup de fusil atteint sa cible, et une mère rhinocéros meurt. Son petit, désormais seul, abandonné est aussi condamné à mort. Alors qu’une autre de nos espèces en voie de disparition, est proche de l’extinction, les braconniers assoiffés de sang se développent."
              Circulaire du World Wildlife Fund - 17 Juillet 1987 condamnant les "hommes fiers du Moyen-Orient" pour leur gaspillage criminel et ignorant du rhino, parce qu’ils en utilisent sa corne sculptée comme poignées pour leurs couteaux de cérémonie.

              En Janvier 1961, quelques mois avant qu’il ne lance sa nouvelle « Arche de Noé », autrement dit le World Wildlife Fund (WWF), pour sauver les espèces animales en voie de disparition sur la planète, le prince Philip accompagna la reine Elizabeth lors d’une visite royale en Inde. Parmi les attractions que l’un de ses hôtes, un rajah local de Jaïpur, organisa pour les festivités royales, il y avait une chasse au tigre. D’une plate-forme élevée dans les arbres, hors de tout danger, Philip tira sur un des célèbres tigres indiens, qui avait été attiré par des chèvres que le rajah avait parqué, captives. La photo de Philippe se tenant fièrement près de sa victime de près de 10 pieds de long du nez à la queue (un peu plus de 3 mètres), provoqua un tollé dans le monde entier.

              http://4.bp.blogspot.com/-6h3FELMIiGM/UPGLJ31lkfI/AAAAAAAAInA/8PRvEa_JniU/s1600/philip-tigre.jpg

              Secoué, le prince consort poursuivit sa tournée, arrivant à Katmandou avec un bandage bien en vue sur son index, expliquant qu’une blessure pourrait empêcher sa participation à la « chasse traditionnelle » du Roi, mais que, néanmoins, il l’accompagnerait.
              Philip et Elizabeth se promenèrent perchés sur quelques des 300 éléphants utilisés pour débusquer le gibier, tandis que la Reine passait son temps à prendre des photos.
              Plusieurs tigres furent abattus ce jour-là, mais aucun ne fut officiellement attribué à Philippe. Philippe qui ne fut pas non plus crédité pour la mort d’un autre animal tué ce jour-là, un rhinocéros indien extrêmement rare.
              Il n’en restait que 250 dans le monde, après que les planteurs de thé britanniques aient terminé de les massacrer pour faire de la place pour leurs cultures.

              Alors que les éléphants marchaient lentement collés les uns aux autres, une femelle rhinocéros avec son petit se retrouva piégée entre eux, encerclée. Un des participants à la chasse royale, Lord Alex Douglas-Home, connu pour être l’un des meilleurs tireurs de toute l’Angleterre, tira près de l’animal pour tenter de le faire fuir. Mais le rhinocéros trébucha sur le passage de Philippe. "Et Philippe abattit l’animal à la grande stupéfaction et horreur de tout le monde", raconta plus tard Ian Mac Phail, directeur international du WWF en charge de lever des fonds, à un membre britannique d’une équipe de tournage. Le bébé rhinocéros terrifié s’échappa en se faufilant en toute hâte entre les pattes des éléphants. « Il a du mourir aussi » ajouta Mac Phail, "il était beaucoup trop jeune pour s’en sortir tout seul."
               
              Toute l’affaire fut dissimulée, expliqua MacPhail, parce que le projet de création du WWF était déjà en préparation. « Je participai à l’opération de camouflage », déclara-t-il à l’équipe du film en 1990, pensant encore que sauver les diverses espèces animales étaient vraiment la raison fondamentale et l’intérêt commun à tous.
              Réfléchissant sur l’échec complet du WWF à concrétiser cette ’bonne cause’ au cours des trois précédentes décennies, il en conclut : "Mais avec le cœur lourd, je dois vous dire que je me trompais. Le rhinocéros, l’éléphant et le panda ratèrent le coche et l’arche de Noé prit la mer sans eux. "

              L’attitude personnelle de Philippe caractérise celle du WWF dans son ensemble. De 1961 jusqu’à ce jour (1994), le WWF a présidé, et dans de nombreux cas, organisé et financé, y compris l’achat d’armes, le massacre systématique et la quasi-extinction des espèces les plus éminentes sous son seul contrôle auto-proclamé. 
              Et, sous le couvert de préoccupation pour les animaux, il a utilisé une partie substantielle des centaines de millions de dollars de fonds récoltés jusqu’à ce jour, pour financer le massacre d’êtres humains, en particulier en Afrique sub-saharienne.

              Dans le récit qui suit, il faut comprendre que le WWF fut, dès le départ, le fief personnel de Philippe, qui supervisa toutes ses opérations presque jusque dans les moindres détails.
              Sir Peter Scott, l’un des fondateurs du WWF et président de longue date, expliqua à EIR (Executive Intelligence Review) dans une interview réalisée au début des années 1980, pourquoi le Prince Bernhard, plutôt que Philippe, devint le premier président international du WWF : "Lorsque nous avons démarré le WWF, un président britannique aurait paru ’trop colonial’."
              Mais, Scott souligna que c’était bien Philippe, pas son ami le prince Bernhard, qui était la locomotive - témoignage confirmé par d’autres au sein de la hiérarchie du WWF. Le directeur général de longue date, Charles de Haes déclara à un journaliste, "le prince Philip est brillant, il a une connaissance remarquable. Il est impliqué dans le WWF depuis sa fondation en 1961. Il est incroyablement actif. Il préside toutes les réunions de comité exécutif. Il est impliqué dans tous les aspects de sa politique.« 
              Le docteur Anne Schiotz du WWF ajouta, »Le Duc d’Edimbourg consacre peut-être un quart de son temps au WWF - il est remarquable."

              Le WWF est surtout connu pour ses efforts de conservation de quatre espèces animales, qui étaient toutes dans un bien meilleur état en 1961 qu’elles ne le sont aujourd’hui.
              Deux d’entre elles, le panda et le rhinocéros noir d’Afrique sont proches de l’extinction, et les 2 autres l’éléphant d’Afrique et le tigre d’Inde prennent la même direction à grands pas.

              A maintes reprises au cours des 33 dernières années, le WWF fut informé, souvent par le biais de rapports qu’il avait lui même demandé, de l’extinction proche des différentes espèces.
              Dans chaque cas, il supprima, parfois de manière brutale, l’information.

              Trois des cas les plus notoires sont :
              . Le « Black Ebur Report ».
              En 1972, Sir Peter Scott, fondateur du WWF, chargea un chasseur de gros gibier basé à Nairobi, Ian Parker, de se pencher sur le commerce lucratif et en plein essor bien qu’illégal de produits d’origine animale tels que les défenses d’éléphant et les cornes de rhinocéros.
              Entre autres choses, Parker révéla que la famille du président kenyan Jomo Kenyatta étaient des commerçants notoires de produits illégaux, et que sa fille Margaret était la secrétaire d’une société qui vendait des cornes de rhinocéros et des défenses d’éléphants en Extrême-Orient, un commerce qui avait probablement fait plus pour décimer les grands animaux du Kenya que toute autre chose.
              Parker donna également les noms de plusieurs des plus importants ’écologistes’ du Kenya comme étant des braconniers.

              Dans les heures qui suivirent la remise du rapport à Scott, Parker fut arrêté, emmené au bien connu Kenyan Special Branch’s Langatta Road station ou il fut battu pendant trois jours et sommé de se taire sur ce qu’il avait écrit ou sa femme serait tuée.
              Le rapport, donc l’enquête la plus complète sur le massacre de la faune africaine jamais réalisée, resta enterré pendant 17 ans jusqu’à ce que le cinéaste irlandais Kevin Dowling ne le déterre et l’utilise pour son exposé cinglant du WWF, " Ten pence in the Panda," pour le Britain’s Independent Television network.

              À peu près au même moment où Parker était battu, le président international du WWF, le Prince Bernhard accorda à Kenyatta, son ordre du mérite spécialement créé, the « Order of the Golden Ark », pour avoir « sauvé le rhinocéros. »
              Bernhard était pourtant bien informé qu’un grand nombre d’animaux avaient disparu pendant le mandat de Kenyatta, parce qu’il avait reçu - et même signé pour - une copie du Black Ebur Report.
              Quand il fut divulgué que Bernhard possédait ce rapport accablant, le directeur général du WWF, de Haes, affirma que ce n’était pas une affaire qui concernait le WWF, mais qu’il s’agissait simplement d’une « enquête privée » de Bernhard.

              . Le « Phillipson Report ».
              À la fin de l’année 1989, le professeur d’Oxford, John Phillipson, termina son audit interne, commandé par le WWF sur l’efficacité de l’organisation. Le rapport de 252 pages de Phillipson, dont des extraits ont été rendus publics pour la première fois ici, était une condamnation cinglante de l’incompétence scandaleuse et maladroite du WWF, ou pire.
              Il concluait que ce que le WWF avait adopté comme mission spécifique - sauver des espèces distinctes - était ce à quoi il était le moins bon.
              Après avoir reçu une copie du rapport, Philip envoya immédiatement un mémo secret au directeur général de Haes, ordonnant que Phillipson modère ses conclusions ou, à défaut, que les principales conclusions du rapport soient supprimées.

              A suivre.


              • JC_Lavau JC_Lavau 21 juin 13:51

                Suite.

                . « Operation Lock ».
                Sous ce nom de code, en 1987, le WWF autorisa des fonds extravagants dans un « effort d’urgence pour sauver le rhinocéros. » Le principe de cette opération extrêmement secrète était d’organiser une infiltration, à partir d’une base en Afrique du Sud, des réseaux de contrebande du continent de la faune et de la flore sauvages afin d’arrêter le massacre des animaux.
                Au dire de tous, une grande quantité d’informations était recueillie. Encore une fois, rien n’en fut jamais fait, à l’exception de la supprimer.

                Bien sûr, comme de nombreux écologistes le notèrent à l’époque, tenter d’arrêter le braconnage "à sa source" était une proposition aussi ridicule que celle qui s’apparente à essayer d’arrêter le commerce mondial de la drogue en regroupant les revendeurs locaux, tout en laissant les banquiers qui financent ce commerce et blanchissent ses centaines de milliards de dollars, saufs.

                Le centre du commerce illégal des produits de la faune était, la colonie britannique de Hong Kong.
                http://www.agriculture-environnement.fr/dossiers,1/ecologie-politique,18/le-wwf-une-multinationale-verte-de-notables,232.html
                23 | 07 | 2007

                Citation
                LE WWF, une multinationale verte de notables

                Invité à participer au Grenelle de l’environnement, le WWF jouit d’une notoriété indiscutable. Un regard sur ses origines laisse cependant planer de sérieux doutes quant à ses motivations.

                De toutes les associations qui seront présentes au Grenelle de l’environnement, le WWF est incontestablement considéré comme étant la plus respectable. Ses dirigeants - souvent des personnalités du monde des affaires ou de la haute société aristocratique - ainsi que ses partenariats avec des entreprises telles que Coca-Cola, Wall-Mart, Toyota, Canon, IBM, Carrefour ou Gaz de France, lui ont conféré une notoriété sans précédent, alors que ses campagnes historiques visant à « sauver les animaux sauvages » suscitent encore aujourd’hui un vaste élan de sympathie. S’y greffe désormais son combat contre le « réchauffement climatique global », thème totalement consensuel qui renforce le postulat selon lequel le péché de l’homme moderne serait de détruire la Terre. N’est-ce pas d’ailleurs le constat que dressait déjà le célèbre biologiste britannique et premier directeur général de l’Unesco Sir Julian Huxley, qui déclarait dès 1931 dans What dare I think : « La plupart des changements dans le passé ont été lents, tandis que depuis l’arrivée de l’homme et plus spécialement de l’homme civilisé, la vitesse de ces changements s’est considérablement accrue. [...] L’équilibre originel de la nature est perdu, détruit par la seule présence de l’homme » ? Quarante ans plus tard, cette vision du monde déborde largement des sphères pensantes de certains notables britanniques, au point où elle est même devenue hégémonique au sein du grand public. L’association à l’effigie du panda ayant joué un rôle essentiel dans cette évolution, il n’est pas inutile de s’attarder sur quelques-unes des personnalités qui en sont à l’origine.

                Le conte de fées du WWF

                L’histoire officielle du WWF ressemble à un véritable conte de fées. En 1960, Sir Julian Huxley, alors fondateur de l’International Union for the Protection of Nature (rebaptisée depuis The World Conservation Union - IUCN), s’émeut des menaces qui pèsent sur la vie de certains animaux sauvages. De retour d’un voyage en Afrique de l’Est, il prend contact avec deux ornithologues, Max Nicholson, directeur général du Britain’s Nature Conservancy, et Peter Scott, déjà vice-président de l’IUCN. Ensemble, ils décident de constituer une association de préservation des animaux, choisissant pour siège social le quartier général de l’IUCN, situé à Gland (Suisse). Le WWF International dépose ses statuts le 11 septembre 1961. Sollicité par Julian Huxley, Son Altesse le Prince Bernhard des Pays-Bas en devient le premier président. Obligé de démissionner suite aux révélations sur les commissions qu’il a perçues de la part du géant de l’armement Lockheed, il cède son poste en 1976 à John H. Loudon, un ancien patron de la Royal Dutch Shell. En 1981, lui succèdera Son Altesse le Prince Philippe d’Angleterre, déjà président de la section britannique de l’association, qui conservera la présidence du WWF International jusqu’en 1996. Trois ans plus tard, l’association peut se targuer d’être « présente dans 96 pays et [de bénéficier] du soutien de 4,7 millions d’adhérents. Sur le plan financier, [elle dispose] d’un budget de 320 millions de dollars, apporté à 48 % par des particuliers », comme le déclare à L’Express le Dr Luc Hoffmann [1], cofondateur du WWF International et ancien vice-président du groupe pharmaceutique et chimique Hoffmann-Laroche.

                Anton Rupert, l’argentier

                C’est principalement à un richissime homme d’affaires sud-africain, Anton Rupert, que le WWF doit ce succès.

                En 1968, son ami le Prince Bernhard lui demande de créer la section sud-africaine du WWF, qu’il présidera jusqu’en 2003. Anton Rupert a débuté sa carrière dans les années trente en tant que fabriquant de cigarettes pour sa petite société, Rembrandt Ldt. Rapidement, celle-ci prend le contrôle de près de 90 % du marché sud-africain de la cigarette, tout en investissant également dans celui des vins et spiritueux. En 1972, Rupert consolide ses activités dans le tabac avec la société canadienne Rothmans. Seize ans plus tard, alors que de nombreux pays décident de boycotter le régime d’apartheid, il s’implante en Suisse et crée le groupe de luxe Richemont. Ce qui lui permet d’acquérir des marques prestigieuses comme Cartier, Montblanc et Alfred Dunhill, ou d’investir dans de nombreuses compagnies financières, minières et industrielles. En 1999, Rupert convertit son holding du tabac en actions de British American Tobacco, le second plus grand cigarettier du monde. Ce qui fait de lui l’un des hommes les plus riches de la planète. Ses activités commerciales dans le luxe et le tabac ne l’empêchent pas de conserver son poste de membre du comité exécutif du WWF International (de 1971 à 1990) et de président du WWF Afrique du Sud. Lors de son décès le 18 janvier 2006, le WWF lui a rendu un vibrant hommage, rappelant son rôle en tant qu’initiateur du Club des 1001, «  un fonds fiduciaire très prospère qui a vu mille hommes et femmes de plus de cinquante pays du monde entier contribuer, à hauteur de 10.000 dollars chacun, à créer un fonds de capital de 10 millions de dollars dans le but de couvrir les frais de fonctionnement et les dépenses de conservation du WWF ». Aujourd’hui, l’empire d’Anton Rupert est dirigé par son fils, Johannes, propriétaire de vastes terres en Afrique du Sud, achetées pour être transformées en réserves naturelles.

                Affaires et environnement

                Bien que l’association environnementaliste n’ait jamais contesté l’existence du Club des 1001 (révélée le 1er août 1980 par la revue britannique Private Eye), elle a toujours laissé planer une zone de mystère, renforçant par là son côté énigmatique. De nombreux analystes politiques se sont interrogés au sujet de ce club bien étrange - dont la liste des membres a longtemps été gardée confidentielle -, ainsi que sur les motivations réelles de ses philanthropes amoureux de la nature et des animaux sauvages, qui sont par ailleurs des acteurs de premier plan du monde de la politique et des affaires. Comment expliquer en effet qu’un homme comme Anton Rupert, qui a « joué un rôle clé dans le développement économique des secteurs commerciaux et industriels sud-africains » - pour reprendre les propos du président sud-africain Thabo Mbeki - ait pu concilier ses affaires à la tête
                d’entreprises du luxe et son activité de président d’une association qui fait campagne pour réduire «  l’empreinte écologique » des citoyens ? Comment croire que la passion pour la nature revendiquée par le gratin de la noblesse européenne - dont la plupart des représentants sont membres soit du WWF, soit du Club des 1001 - puisse ne pas interférer avec certains intérêts géopolitiques ? N’est-il pas étonnant de voir cohabiter des grands noms de l’industrie polluante avec des militants écologistes convaincus de leur bonne cause et brandissant continuellement le concept de développement durable ?



              • JC_Lavau JC_Lavau 21 juin 13:54

                Suite 2.
                « L’apartheid vert »

                Dans son article Développement durable : le lobbying des ONG, Sylvie Brunel, professeur de géographie du développement à l’Université Paul-Valéry de Montpellier III et ancienne présidente de l’association Action contre la faim, rappelle que « l’attention portée à la préservation de la nature est ancienne dans le Nouveau Monde : en même temps qu’ils conquéraient de vastes espaces d’une façon souvent “minière”, Etats-Unis, Canada, mais aussi leurs colonies, en Australie ou en Afrique du Sud, cultivaient le mythe de la “wilderness”, la nature sauvage. Les mouvements qui se réclament du “conservationnisme” y sont incroyablement puissants. Yveline Dévérin [2] souligne par exemple que le WWF est l’héritier direct des chasses coloniales, rassemblant une “élite économique et politique partageant un intérêt commun pour la chasse et une idéologie commune de supériorité des pratiques occidentales dans la gestion des milieux naturels”. En niant l’existence et les droits des premiers occupants, ceux qu’on appelle aujourd’hui les “natives” ont été éliminés ou parqués dans des réserves, sans se voir reconnaître le droit à la citoyenneté dans leur propre pays. De la même façon, les ONG imposent aujourd’hui la création de zones protégées au détriment des populations locales en Afrique de l’Est, australe ou à Madagascar. »

                Cette analyse est partagée par Sylvain Guyot, enseignant-chercheur au département de géographie sociale de l’Université Pierre Mendès-France de Grenoble. Sur le site Géoconflu-ences, il déclarait le 28 février 2006 au sujet de «  l’apartheid vert » : « La colonisation britannique, porteuse de discriminations spatiales dans toute l’Afrique, a utilisé au XIXe siècle la conservation de la nature comme outil ségrégatif. Cette ségrégation a été poursuivie et améliorée par les politiques d’apartheid à partir de 1948. La conservation de la nature permettait de protéger de vastes espaces de chasse et de loisirs pour les Blancs en y excluant les Noirs. Ces derniers étaient cantonnés dans des réserves où du pouvoir était donné (selon le principe du gouvernement indirect) à leurs chefs “traditionnels” (autorités tribales) puis à des administrateurs de pseudo-États à partir de 1970 (les Bantoustans). Par exemple, dans le bantoustan du KwaZulu, le pouvoir des membres du parti zulu de l’IFP et des amis de la famille royale a de ce fait été légitimé par le Parti National afrikaner, catalysant les rivalités - puis les violences politiques - avec les mouvements anti-apartheid tel que l’ANC. »

                Ivoire, milice et WWF

                Stephen Ellis, chercheur au Centre d’études africaines de Leyde et auteur de plusieurs ouvrages dont The Mask of Anarchy : the destruction of Liberia and the religious dimension of an African civil war, apporte un éclairage complémentaire sur le rôle des organisations de conservation de la nature. Dans un remarquable article sur le trafic illégal d’ivoire, intitulé « Défense d’y voir : la politisation de la protection de la nature », il retrace l’interférence entre les milieux de protection de la nature et certains intérêts géopolitiques en Afrique australe (Mozambique, Angola, Namibie, Afrique du Sud). En premier lieu, il démontre le rôle stratégique des premières réserves animalières : «  Dès le début, les réserves animalières et les militaires ont été associés, ne serait-ce que parce que les anciens soldats, habitués à la vie de plein air et experts dans le maniement d’armes, font les très bons gardiens ». Il poursuit : « Quand la guérilla moderne commença à se développer en Afrique australe dans les années 1960, les réserves animalières, qu’il s’agisse des parcs officiels ou des régions éloignées pourvues d’une faune sauvage abondante, devinrent des zones stratégiques. » Ces zones sont rapidement devenues le théâtre d’opérations de contre-révolution montées par les forces de sécurité chargées de mener des combats contre les groupes nationalistes. C’est dans ce contexte que s’inscrit le trafic d’ivoire. Un trafic que le WWF n’a pas condamné, alors qu’il a participé avec l’IUCN à la création en 1976 d’une association baptisée... Traffic, dont l’objectif était pourtant « d’analyser que le trafic des plantes et des animaux sauvages ne représente pas une menace pour la conservation de la nature ». Or, souligne Stephen Ellis, « en dépit de l’abondance des preuves montrant le rôle important joué par l’Afrique du Sud dans le commerce de l’ivoire et de la corne de rhinocéros et démontrant qu’il s’agissait bien d’une politique délibérée de la part de plusieurs organes d’Etat, le WWF a continué à garder le silence sur la question. Quand, au tout début de 1991,le WWF a lancé une campagne internationale pour faire cesser le commerce de la corne de rhinocéros, il ne fit aucune mention du rôle de l’Afrique du Sud dans le commerce. » Le chercheur se demande si ce silence pesant sur le rôle incontestable de l’Afrique du Sud comme plaque tournante de ce commerce interrégional dans les années 1980 ne serait pas lié à la position de Rupert au sein du WWF et au fait que plus de soixante personnalités de l’élite sud-africaine appartenaient au Club des 1001.

                « L’opération Lock »

                Selon Raymond Bonner, journaliste d’investigation au New York Times et à l’International Herald Tribune, le rôle du WWF ne se résume pas à ce silence complice. Dans un livre très controversé intitulé At the Hand of Man (Knopf Publishing Group, 1994), le journaliste publie le résultat d’une longue enquête au terme de laquelle il accuse plusieurs hauts responsables du WWF, dont John Hanks, directeur du programme africain du WWF International, de s’être directement livrés à des opérations de mercenaires liées aux conflits militaires d’Afrique australe. Il s’agit entre autres de « l’opération Lock », révélée en 1989 par le correspondant à Nairobi de l’agence Reuters, Robert Powell. Cette opération a fait l’objet de nombreux articles parus dans les presses britannique et africaine. Le WWF a toujours réfuté l’accusation selon laquelle il y avait été directement impliqué. Pour son porte-parole, Robert SanGeorge, les activités controversées de John Hanks, dont il n’a pas nié l’existence, « ont été initiées sans l’autorisation de la direction internationale du WWF ». Dans un communiqué de presse, il précise que « la politique du WWF a toujours été de ne pas être engagé dans des opérations clandestines pouvant être considérées comme non éthiques par les gouvernements, le public ou les supporters du WWF ».

                Au service du Foreign Office ?

                Pour l’avocat hollandais J. Wilgers, ce franchissement de la ligne rouge n’était cependant pas le fruit du hasard. Ni même un cas unique. Dans un article paru dans la presse hollandaise le 24 septembre 1999, Wilgers rappelle que « l’IUCN entretient une relation très étroite avec le British Colonial et le Foreign Office. Tout au long de son existence, Julian Huxley a travaillé sur des projets en relation avec la conservation de la nature. En 1960, il a entrepris un voyage dans les colonies britanniques qui devaient acquérir leur indépendance. Il s’est assuré que le gouvernement britannique puisse maintenir jusqu’aujourd’hui sa maîtrise sur les réserves naturelles situées dans les pays du Commonwealth. La Grande-Bretagne a toujours été préoccupée par l’acquisition des matières premières des pays du Commonweath et par la garantie d’un approvisionnement illimité. Je tiens aussi à préciser que l’IUCN n’est rien d’autre qu’une extension d’agences gouvernementales et du secteur public du Royaume-Uni, car ils en sont les principaux bénéficiaires. Un an après le voyage de Huxley, le WWF a été créé avec comme objectif principal de rassembler des fonds pour l’IUCN. Ensuite, l’IUCN est devenu bien plus discret. Trente ans plus tard, le WWF contrôle plus de 10 % de la surface de la Terre. »

                L’avocat n’est pas le seul à s’interroger sur les intentions réelles du WWF. La journaliste Sylvie Lasserre, auteur de Pilleurs d’or vert, un dossier à charge paru dans Le Monde 2 du 23 juin 2007, met en cause « certaines ONG qui permettraient à des géants industriels de pratiquer la bioprospection dans les zones qu’elles sont censées protéger ». Si la journaliste fait surtout référence à l’association américaine Conservation Internationale, qui se trouve effectivement dans la ligne de mire de plusieurs associations écologistes, elle note que le « WWF ou The Nature Conservancy emploieraient des méthodes analogues ». A côté des matières premières, toutes sortes de plantes particulièrement utiles à l’industrie pharmaceutique de demain représentent en effet un enjeu stratégique fondamental.


              • JC_Lavau JC_Lavau 21 juin 14:01

                Suite 3 :
                Selon ces analystes, les actions du WWF relatives à la sauvegarde des espèces menacées d’extinction se conjugueraient ainsi avec des objectifs beaucoup moins louables. Ce qui expliquerait cette consanguinité entre milieux politiques et grandes ONG environnementalistes. Comme le rappelle Marie-Claude Smouts, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris [3], ces ONG « s’entendent parfaitement avec la Banque mondiale [...] contre la souveraineté de pays du Sud présentés comme corrompus et irresponsables ». De fait, elles pratiquent un puissant lobbying, tant à Washington qu’à Bruxelles, où « l’European Environnement Bureau, le plus important groupe de pression écologique, agit de concert avec la DG XI, chargée de l’environnement au sein de la Commission européenne », comme le souligne Sylvie Brunel.

                Aujourd’hui, le WWF possède une puissance d’action redoutable. A l’aube du Grenelle de l’environnement, on peut légitimement se demander si celle-ci est mise exclusivement au service de l’environnement...

                [1] Luc Hoffmann a été président du WWF France de 1996 à 2000. Il en est encore aujourd’hui le président d’honneur. Son successeur, Daniel Richard, est l’ancien PDG des Trois Suisses, de Sephora (Groupe LVMH), et était encore récemment directeur innovation et développement au groupe Galeries Lafayette.

                [2] Yveline Dévérin est maître de conférences en géographie à l’Université de Toulouse-le-Mirail et auteur de L’Afrique, éd. Atlande, 2005

                [3] Marie-Claude Smouts est l’auteur de Forêts tropicales, jungle internationale. Les revers d’une écopolitique mondiale, paru aux Presses de Sciences Po en 2001.
                Plus de détails sur le prince Bernhard :
                http://en.wikipedia.org/wiki/Prince_Bernhard_of_Lippe-Biesterfeld
                Personnellement, c’est lors du scandale des pots de vins versés par Lockheed à Bernhard pour que l’armée royale achète des F104 (faiseurs de veuves), que j’avais appris son existence.
                La négociation du pot de vin se fit durant une réunion du WWF.

                Autre aspect de l’hypocrisie de cette multinationale de notables (Le WWF est dirigé par des fortunes pétrolières, genre l’Aga Khan, les familles royales britanniques et néerlandaises, John H. Loudon (ancien patron de la Royal Dutch Shell), ...)  :
                http://www.bbc.co.uk/news/world-europe-18942736    22 July 2012
                Normalement, Juan carlos aurait dû réussir à tenir secrète sa chasse à l’éléphant au Botswana, mais il s’y est cassé la hanche... Alors le WWF a supprimé son poste de président honoraire de WWF Espagne.

                Citation
                Spanish WWF sacks King Juan Carlos over elephant hunt
                The conservation group WWF in Spain has removed King Juan Carlos as its honorary president for going on an elephant hunting trip in Botswana.

                The WWF’s Spanish chapter voted overwhelmingly to abolish the post, a statement said, adding that the safari did not sit well with WWF goals.

                The king was widely criticised after news of the trip emerged in April, in the middle of a severe economic crisis.

                Spain’s royal family has faced a series of embarrassments this year.

                King Juan Carlos apologised to the Spanish people for the hunting trip, which only came to light when he was flown home from Africa after breaking a hip.

                An online petition calling for his resignation from the WWF post accumulated almost 85,000 signatures by the time he made his public apology.
                ’Incompatible’

                The controversy prompted Spanish newspapers to publish a photo of the king on a previous safari, in which he is seen standing with a gun beside a dead elephant.

                "Although this type of hunting is legal and regulated, many members consider it to be incompatible with the position of honorary patron of an international organisation that aims to protect the environment," the WWF statement said on Saturday.

                The vote to abolish the position of honorary president was carried by a 94% majority, it said.

                The king is generally popular in Spain, but the royal family has been beset by a series of embarrassing news stories this year.

                The king’s son-in-law, Inaki Urdangarin, has been questioned in connection with a corruption scandal involving claims that he used public funds to organise sports events.


                ____
                Voilà la JUSTE dictature du WWFariat.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

POlivier


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès