Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Energie, Etat d’incompétence

Energie, Etat d’incompétence

Le projet de loi de « transition énergétique pour la croissance verte » a débarqué à l’Assemblée nationale, mercredi 1er octobre. Résultat de rafistolages de dernière minute, cette loi s’annonce comme un amalgame de mesures sans cohérence.

Promesse de campagne de François Hollande, la loi sur la transition énergétique est attendue depuis près de deux ans et demi. Entre-temps, quatre ministres se sont succédé à l’Ecologie, et un débat houleux a été organisé entre acteurs de l’énergie (entreprises, ONG, syndicats, etc). Juste avant les vacances du Parlement et du Gouvernement, un texte a finalement été rédigé dans la précipitation. Résultat, le flou perdure. Par exemple sur la question de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, le dossier semble s’être perdu dans les limbes des couloirs de l’administration tandis que le discours gouvernemental devenait de plus en plus évasif sur le sujet. 

Pas de directives, pas d’études d’impact

Faute de directives claires du Gouvernement, les députés en profitent pour apporter leur propre touche, chacun selon son agenda politique. Sans étude d’impact préalable, les parlementaires sont libres de voter tous les amendements qu’ils souhaitent. Aucune expertise ne peut confirmer ou infirmer la pertinence de leurs propositions ! A ce titre, les travaux de la commission spéciale de l’Assemblée nationale (chargée de préparer le texte avant qu’il soit soumis dans l’Hémicycle) sont édifiants.

Par exemple, la CSPE, taxe payée par les consommateurs et destinée (à l’origine) à soutenir le développement des énergies renouvelables, est devenue la solution miracle pour financer toutes les mesures proposées par les députés. Cette manière de faire est particulièrement commode pour les membres de cette commission spéciale car, à la fin, ce sont leurs collègues de la commission des finances qui devront résoudre la difficile équation du budget de la transition énergétique.

Scènes ubuesques

Plus largement, la méconnaissance des députés du secteur de l’énergie a donné lieu à des scènes ubuesques. En l’espace d’une trentaine de minutes, les députés présents ont calculé (au doigt mouillé faute d’études préparatoires) et approuvé de nouvelles dépenses supérieures à un demi-milliard d’euros. « Mais est-ce grave ? », philosophe un élu de la majorité. Le ministre présent n’a pipé mot, ne connaissant pas mieux le sujet, et s’en est remis à « la sagesse » de la commission.

Certains députés n’en sont d’ailleurs pas à leur coup d’essai. François Brottes, président de la commission parlementaire et conseiller « énergie » de François Hollande pendant la campagne présidentielle, est le père de la loi sur les tarifs progressifs de l’énergie. Partant d’une bonne intention (aider les plus précaires à payer leurs factures d’énergie), la loi Brottes est une vraie usine à gaz, intrusive et inapplicable. Elle devrait d’ailleurs être discrètement escamotée dans un proche avenir.

Ainsi, après deux ans d’agitations sans résultat concret, le gouvernement a subitement décidé de se débarrasser du problème : texte écrit au dernier moment et procédure accélérée au Parlement (une seule lecture par chaque chambre). Il semblerait que l’Etat veuille désormais passer le plus vite possible à autre chose, en oubliant toutefois l’essentiel : « changer la vie des Français », dixit Ségolène Royal. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Doume65 2 octobre 2014 12:06

    Tout ces couacs résultent de la déclaration inopportune (euphémisme) de François Hollande déclarant qu’il allait fermer Fessenheim, sans aucune idée de cela allait coûter, sans même connaître l’état de cette centrale et les énormes investissement qui ont eu lieu sur cette centrale pour la mettre à niveau, et sans aucun audit d’aucune sorte.
    Du n’importe quoi, du François Hollande.


    • Pyrathome Pyrathome 2 octobre 2014 14:31

      la déclaration inopportune (euphémisme) de François Hollande déclarant qu’il allait fermer Fessenheim, sans aucune idée de cela allait coûter, sans même connaître l’état de cette centrale
      .
      Une goutte d’eau dans ce que va coûter un grave accident nucléaire, allez donc demander ça aux Russes et aux Japonais !!
      Car, ce n’est pas tout de se demander si cela arrivera un jour, c’est inéluctable statistiquement, c’est plutôt quand est-ce cela arrivera.......nb 58 réacteurs en France, on multiplie les risques....
      Mais vivre avec une ceinture d’explosifs autour de la taille, c’est tellement plus rigolo, hein ?
      À ce niveau là, c’est juste de l’inconscience...


    • christophe nicolas christophe nicolas 2 octobre 2014 21:36

      C’est exact, on ira fatalement à l’accident car arrêter les centrales revient à faire la culbute financière. L’arrêt n’arrête pas les dépenses de fonctionnement, stoppe les recettes, nécessite de nouveaux investissements donc.. personne n’arrête...


      Les solutions existent en terme d’énergie mais ce doit être une volonté d’état donc des conseillers scientifiques. Le privé et Bruxelles proposeront les supergrids qui feront les choux gras de certains... mais très certainement des dégâts à terme à cause du magnétisme lié à la gravité. Le problème est connu depuis longtemps, on comprend mieux les films de son frère...

      Les vraies solutions sont bloquées pour divers motifs liés à l’orgueil, l’argent et la conception de la vie donc.... ce sera un Fukushima à la Française. Vous serez à peu près protégés à l’ouest d’une ligne qui va de Bordeaux au Havre, c’est logique avec les vents d’ouest...

      Il reste une petite chance avec la mort économique si une énergie alternative perce, tout le monde sauverait son honneur. 

      Andréa Rossi, au fond, son E-cat, c’est un solénoïde qui entoure un condensateur composé d’un ferromagnétique et une céramique en général diamagnétique aux températures de service de l’E-cat, le tout dans un milieu fortement ionisé.... Que de mystères...

      Comme dt François « la France ne cédera pas au chantage (d’être riche et heureuse) ». A bon entendeur.... 

    • Doume65 3 octobre 2014 00:19

      @Pyrathome.

      Je ne me suis pas bien fait comprendre. Je ne dis pas qu’il faut continuer avec le nucléaire, je dis qu’il ne faut pas le faire n’importe comment. Nuance.

      Comme un petit roi (succédant au petit roi précédent) Hollande a décidé de stopper Fessenheim, tout simplement parce que c’est la plus ancienne. Or cela ne suffit pas pour dire que c’est la plus dangereuse. Une voiture neuve n’est pas forcément moins dangereuse qu’une lus ancienne, surtout si la neuve présente un danger qu’on n’a pas encor mis en évidence. D’autre part, lorsque l’état décide de fermer « brutalement » une centrale qui vient de subir de lourdes remises à niveau, il doit rembourser l’opérateur de ses remboursements.
      Je maintiens que Notre président fait tout n’importe comment.


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 2 octobre 2014 14:16

      Si l’État usait de son droit de promouvoir le toit solaire chez chacun d’entre nous, il pourrait fermer epr, iter et autres mysters et réduire de beaucoup le déficit du budget sans problèmes...


      • matthius matthius 2 octobre 2014 15:01

        Voulez-vous que les maisons brûlent ?

        Voulez-vous faire fonctionner le monde sans industrie ?

        Savez-vous que des centrales nucléaires sûres auraient pu être mises en place dès le début ?
        http://newparadigm.schillerinstitute.com/fr/


      • Trelawney Trelawney 2 octobre 2014 16:16

        Si l’État usait de son droit de promouvoir le toit solaire chez chacun d’entre nous,.

        Réponse : Voulez-vous que les maisons brûlent ?

        Monsieur Mathius, il existe des pays dans le nord de la France (vous savez là où il n’y a pas ou peu de soleil) qui ont développé une politique ambitieuse en matière d’énergie solaire. ils ont dans un 1° temps incité, par des primes, l’installation de panneau solaire sur les toits des maisons. Dans un second temps ils ont obligé toute nouvelle construction à se doter de 12 m2 de panneaux solaire et ont supprimé les primes. Il existe juste un principe de « compensation » entre prélèvements et injections sur le réseau.

        Est-ce que l’Allemagne, la Belgique, le Danemark ou les Pays Bas sont sous les flammes ?

        Par contre ce système permet de produire de l’énergie sans frais d’entretien pour l’état. Rien qu’en Allemagne ils ont créé 30000 emplois. Mais il est vrai qu’une centrale nucléaire c’est tellement plus « technologique ». C’est un peu l’histoire du concorde et de l’airbus, si vous voyez ce que je veux dire


      • christophe nicolas christophe nicolas 2 octobre 2014 21:53

        Méfiance, ils ont aussi relancer le charbon et le bilan écologique du solaire te programme les supergrids de Desertec pas du tout écologique.


        Je crois que le WTC a été fait pour l’énergie, le pétrole et les sites de production du solaire, certains voient plus loin que nous. Comme dit Attila, pardon Atalli, un bon joueur a trois coups d’avance. Coup de pied au cul en l’occurrence, pour les pays arabes à cent milles lieues de piger.

        Ca fait 2000 ans qu’ils cogitent à revenir les sionistes... ils ont fait des stratégies pour tenter d’échapper à la malédiction de leur Déicide, heureusement que Jésus est ressuscité sinon ils ne s’en remettraient pas... ce qui est chiant, c’est que Dieu est témoin à charge, c’est plutôt chiant pour eux... ceci dit, les gènes, au bout de 2000 ans, c’est assez flou, les femmes ne disent pas tout...

      • Ruut Ruut 3 octobre 2014 06:00

        Attention la Belgique suite a des fissures sur ses réacteurs viens de perdre les 2/3 de sa production nucléaire, le black out était au RDV si les énergies alternatives n’étaient pas aussi développées dans ce pays.

        Le nucléaire, c’est le meilleur moyen d’avoir un black out (Japon, Belgique etc...)


      • taktak 2 octobre 2014 15:14

        Et en catimini, cette loi prévoit la privatisation des barrages hydroélectriques, confiés pour un tiers au privé, et pour un tier à des collectivités locales.... Pourtant ces objets ont été payés par la collectivité nationale, sont indispensable au fonctionnement du réseau national et surtout représente un risque majeur qui dépasse largement les collectivités locales.

        S’il y a un accident, ce n’est certainement pas le privé ni une collectivité locale qui payera et subiront les dégats !

        Avant de se reveiller avec de mauvaises surprises, il faudrait que les citoyens de se pays SE BOUGENT


        • christophe nicolas christophe nicolas 2 octobre 2014 22:17

          Nos hommes de pouvoir et de sciences sont parfaitement au courant mais comme ils ont usé de méthodes inavouables, ils sont tout bêtes... chut... il ne faut pas les vexer, il ne faut surtout pas leur dire que certains risquent d’être obligés de s’exiler...


          Ils y aura des chasseurs qui les pourchasseront comme après la seconde guerre mondiale, ça va être joyeux... ils se fileront des tuyaux du style, je crois savoir qu’on a aperçu François Hollande au Tibet... ce n’est pas facile d’accès, c’est « mission impossible » et Sergio Bertollucci, il rode toujours sur le site de Tchernobyl ?

        • RICAURET 2 octobre 2014 23:05

          REGARDEZ CELA ET VOUS COMPRENDREZ QUE L ON NOUS A PRIS POUR DES CONS
          MÊME MOI

          C EST HALLUCINANT

           https://www.youtube.com/watch?v=Z0G8QxaYRds

          C EST L AVENIR DE NOS ENFANTS DE NOTRE CIVILISATION 


          • christophe nicolas christophe nicolas 3 octobre 2014 15:00

            Je comprends ton enthousiasme car ça à l’air bien mieux que ce qui se fait actuellement mais tout de même, mieux vaut comprendre la N machine de Faraday avant. Oui, ça date de Faraday.... + de 150 ans.


            Comprendre avant d’agir... permet de prendre les bonnes directions, aujourd’hui ce n’est pas le cas. Attention, si on se trompe, ceux qui ne se trompent pas vont rigoler.

            Dès que ça vient de Carlo Rubbia, il faut faire une triple analyse, le passer au détecteur de mensonge, regarder ses comptes en banques, faire des filatures, c’est le « parrain » du nucléaire...

            Le choix ne doit pas être dicté par le savoir faire actuel mais uniquement en ayant un bon esprit dans l’analyse des problèmes. Imaginons que la compréhension de la N machine donne des solutions plus intéressantes... L’Afrique investira peu et gagnera beaucoup de richesses... parce qu’ils ne vont pas se mettre au thorium... 


          • Ruut Ruut 3 octobre 2014 06:06

            Indirectement avec l’UMPS au pouvoir, rien de bon ne peut sortir.


            • wawa wawa 3 octobre 2014 09:35

              Cette loi sur la transition est une absurdité : elle parle de la transition électrique alors que c’est le pétrole (transport) dont il faut s’inquiéter.


              • 1871-paris 1871-paris 3 octobre 2014 11:26

                Une politique national réaliste devrait promouvoir les maisons autonomes en énergie et ordures.

                 

                Avec tout un kit de récupération énergétique solaire, géothermique, éolien, ainsi qu’un ensemble de récupération des eaux pluviales, un autres système de tri des déchets organiques ou pas pour permettre le pré traitement des déchets organique directement chez l’habitant (comme le principe de la fosse septique).

                 

                La Centrale Nucléaire ne doit pas être supprimé sur un coup de tete idéologique reposant sur l’argumentation du pire, mais doit être réservé a des installations nécessitant de lourd besoin énergétique, comme les hauts fourneaux ou les site de production d’automobile etc, j’entends déjà certain me dire "mais pas besoin nous n’avons plus de haut fourneaux" Enfin faut arrêter de ce croire dans un monde où tout le monde a des oreilles de mickey sur la tête, nous somme en « compétition » économique international et sans retomber dans un productivisme incontrolé, nous devront retrouver une autonomie industriel, cela passe par la ré acquisition de ces moyens nécessitant de gros besoin énergétique, d’où la nécessité de quelques central nuk, d’ailleurs il serai temps de passer a la 4eme génération qui peut fonctionner en surgénération (et bruler pas mal de dechets posant problème actuellement), plutôt que de dilapider des sommes colossale dans l’iter complétement impossible, qui revient a mettre l’energie du soleil dans un conteneur que nous ne savons pas faire.

                 

                ais cela implique des politiques responsable et œuvrant dans l’intérêt commun dépourvu des lobbies (tous, pas seulement industriel, mais aussi politique comme le réseau sectaire sortir du nuk ) mais depuis De Gaulle je dois reconnaitre que nous avons eu que des pleutres.


                • christophe nicolas christophe nicolas 3 octobre 2014 17:23

                  C’est la bonne attitude, aujourd’hui, le CEA est dirigé par le ministère de l’industrie. Pourquoi pas pour le développement technique mais que foutent des astrophysiciens au CEA ?


                  Je vais vous le dire, des satellites pour chercher l’énergie ou la matière noire... Conclusion, maintenant qu’ils savent que ça n’existe pas, ils se taisent. Et le Cern ment puis reçoit le Nobel de physique pour le Higgs alors qu’ils savent très bien que leur interprétation est un cercle vicieux sans fin qui ne sert à rien.

                  ITER sera un échec avec de forte probabilité de l’ordre de 100% de destruction en service et de contamination de la Provence. Avec un peu de chance, ça saute avant le tritium.

                  Tout ça pour qui ? Vinci, Alstom, etc... c’est un désastre, tout est comme cela. Pourquoi ? Parce que l’argent dicte sa loi à la probité dans le domaine de la connaissance. Il ne faut pas mentir ou faire croire à des contre vérité, il faut avoir un bon état d’esprit sans a priori pour décider des bons choix.

                  Après, les administrateurs répartissent le travail mais on fait l’inverse à cause des dogmes de la concurrence ce qui conduit à des ententes, du mauvais esprit pour nourrir les lobbys et des désastres qui broient les richesses. Les programmes stratégiques doivent faire l’objet d’une déconnexion des intérêts privés donc de Bruxelles qui n’est qu’un jouet des lobbys. Tout cela est tout bonnement incroyable mais cela fait longtemps que le mauvais esprit règne, l’URSS puis la guerre froide a nourri le mauvais esprit... ça ne peut finir qu’en Fukushima à terme, il ne faut pas rêver, ça a failli arriver deux fois en France, à Chinon à cause du gel et à Bordeaux à cause de la tempête de 99 et comme on dit, jamais deux sans trois. Un accident coûte minimum 500 milliards mais bien plus pour ceux qui sont à proximité. Imaginez l’évacuation de la Provence, Lubéron en tête...

                  Savez vous pourquoi ils ont tout étouffé ? Ils ont un mauvais esprit et là, s’ils ne changent pas, ça ira forcément au désastre avec les technologies comme le nucléaire....

                  « Alors, ce blindage, il tient mon petit Robert, n’oubliez pas que votre promotion est en jeu.... Euh.. il y a un canadien qui fait des trucs bizarre avec des champs électriques et magnétiques, un certain John Hutchinson un peu comme sur ITER et on ne sait pas en tenir compte, donc je ne signe pas ... » Viré Robert, remplacé par un jeunot qui dit oui... Au bout de 40 ans, les très vieux râleurs qui connaissaient les soucis sont partis et tout va bien madame la marquise... Vendez à un pro nucléaire et barrez vous...


                • alain38 4 octobre 2014 11:38

                  Je suis 100% en phase avec l’indignation de l’auteur sur la façon dont cette loi a été conçue : incompétence, compromis(sions)politiques, absence de fil conducteur ont guidé sa rédaction, et le débat a privilégié les avis d’ONG dogmatiques au détriment des scientifiques et des personnes d’expérience.

                  Mais il y une erreur dans le commentaire sur la CSPE qui le rend encore plus dramatique : cette taxe qui finance les EnR est transparente pour le budget de l’Etat, puisqu’elle est perçue par EDF auprès des consommateurs. D’où la précipitation des députés pour s’en servir à des fins politiques en pensant que les contribuables n’y verront que du feu. L’ennui c’est que ce sont les mêmes citoyens, dont le pouvoir d’achat diminue de plus en plus, sans qu’ils puissent mesurer exactement où en est la cause (impôts directs, locaux, taxes diverses). La supercherie de la CSPE mérite un développement dans les médias pour les informer de ce qui les attend : en Allemagne, cette taxe a doublé le coût du kWh électrique.


                  • gogoRat gogoRat 5 octobre 2014 13:53

                    « Le ministre [...] s’en est remis à « la sagesse » de la commission. »
                     

                    En France, est-ce que le peuple contrôle une quelconque des choses publiques ?
                     

                     Dans un autre texte on s’interroge sur des « choses » tabou que l’immense majorité ne soupçonne même pas,
                    et dont il serait prétentieux ne serait-ce que de faire un pari entre info et intox
                     

                     Il n’en reste pas moins qu’on y trouve un principe logique pertinent :
                     * peut-on laisser notre gouvernement autoriser (= ne pas interdire officiellement) des expériences qui en cas de dérive interne ( dégradation de notre régime politique en dictature) ou externe ( organismes malveillants ou ennemis ) nous mettraient licitement en très sérieux danger ?

                     * real authority for the control of the Secret Services, and a control of research and science.
                    cf http://blogs.mediapart.fr/blog/mia/250909/les-armes-de-controle-mentalappel-de-swetlana-schuninallemagneanglais

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès