Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Énergie : passer du sale au propre

Énergie : passer du sale au propre

Hollande avait mis dans son programme la transition énergétique, afin d’abandonner progressivement le nucléaire, au profit des énergies propres et renouvelables.

Mais la réussite de ce choix pertinent ne dépend pas que de ces énergies, mais aussi de la façon de les utiliser.

En effet, produire de l’énergie propre et renouvelable n’est qu’une partie du scénario de la transition énergétique, la distribution de l’énergie, l’optimisation de sa consommation et l’arrêt du gaspillage doivent être préalables.

On sait que plus la distance entre la production et la consommation s’allonge, plus il y a de pertes énergétiques et que le rendement d’une centrale thermique se situe entre 35 et 45%. lien

En effet, si l’on prend le cas d’une centrale nucléaire, l’eau utilisée dans les circuits de refroidissement est généralement perdue, elle est rejetée dans les rivières ou les fleuves, avec toutes les conséquences environnementales que ça implique. lien

Il faudrait donc pour optimiser la consommation énergétique, produire et consommer sur place l’énergie produite, en récupérant la chaleur pour les habitations environnantes, comme dans le cas d’unité de méthanisation, qui produisant de l’électricité grâce au méthane générés par nos déchets, permet d'en récupérer la chaleur.

Dans le cas de l’Abbaye de Tamié, le retour sur investissement a été réalisé en 4 ans. lien

Augmenter le rendement d’une unité de création énergétique, c’est aussi diminuer la demande, et passer de 40% de rendement à 80%, voire plus, ce qui permettrait la fermeture d’un nombre conséquent de réacteurs nucléaires.

Concernant la perte énergétique provoquée par son transport, pour être plus précis, en 2012, la production énergétique française (calculée en millions de kilowatts-heure), a été de 541 388, et la consommation a été de 455 200 (dont 34 320 de perte en ligne). lien

Le choix de décentraliser l’énergie aurait aussi des conséquences financières non négligeables, puisqu’à terme, ça impliquerait la disparition du couteux dispositif de lignes à très haute tension, dont on sait les dommages qu’elles provoquent à notre santé. lien

De plus la disparition des 100 000 kilomètres de lignes nationales restituerait au pays un paysage harmonieux, et la disparition des 200 000 pylônes (lien) serait aussi une bonne nouvelle pour les oiseaux tués en grand nombre par ces lignes THT. lien

Certains affirment que les éoliennes représentent un danger pour les oiseaux, mais pour 10 000 décès accidentels d’oiseaux, l’éolien est responsable de la mort d’un seul oiseau, alors que les THT en auront tué 1370. lien

Pour rendre le scénario de transition énergétique efficace, il faudrait aussi choisir l’énergie régionale la plus rationnelle en privilégiant des petites unités de production, qu’elles soient solaires, (lien) éoliennes (lien), hydrauliques avec des microcentrales (lien) géothermiques (lien) ou grâce au méthane fabriqué et dont l’énergie serait au maximum consommée sur place. lien

En 2012, la consommation d’énergie finale totale en France a été de 154 MTep. lien

Comme les pertes générées par le transport correspondent à environ 25 MTep, si on consommait sur place toute l’énergie produite, ce qui est théoriquement possible, la consommation française énergétique tomberait à 129 MTep, ce qui permettrait de fermer 12 réacteurs nucléaires.

A ce stade de réflexion, les arguments de ceux qui tiennent à garder les énergies fossiles (nucléaire, pétrole ou charbon), s’appuient sur le prix plus élevé de ce genre de production, oubliant au passage qu’à ce jour, rien n’est réglé sur la question de la gestion des déchets nucléaire, démantèlement de centrale, ou gestion d’un accident grave, qui, comme on le voit à Fukushima atteint des sommets…jusqu’à 760 milliards d’euros selon l’IRSN (institut de radioprotection et de sureté nucléaire), pouvant même au besoin atteindre un chiffre qui dépasse l’imagination : 5800 milliards. lien

Or bien évidemment, la facture sera présentée d’une façon ou d’une autre au consommateur, ce qui relativise les affirmations concernant l’attractivité de l’énergie nucléaire, d’autant que 100 à 120 milliards seraient nécessaires pour réparer les vieux réacteurs. lien

Mais c’est aussi au niveau du consommateur que de grandes avancées peuvent être faites, car quelle que soit l’origine de l’énergie produite, c’est grâce une bonne isolation des habitations que nous pourrions efficacement réduire notre consommation, puisqu’il est admis que l’économie réalisable en isolant mieux serait de l’ordre de près de 50%.

On pourrait aller encore plus loin en favorisant les habitations à énergie positive qui non seulement, ne consomment plus d’énergie, mais en produisent…mais ça ne concerne que les constructions nouvelles.

En 2010, on comptait déjà en France 3,8 millions de personnes en situation de précarité énergétique : soit environ 1 million de logements à rénover, et autant de chantiers à ouvrir et de chômage en moins. lien

Chez nos voisins d’outre-Rhin, pays dans lequel les énergies propres font une remarquable percée, 400 000 emplois ont été créés directement, ainsi que 350 000 autres emplois indirectement et en 2012, l’Allemagne a produit plus d’électricité qu’elle n’en a consommée, (lien) avec une production solaire et éolienne correspondant à celle de 26 centrales nucléaires. lien

On a vu que nous pourrions diminuer quasiment de moitié notre consommation énergétique grâce à une bonne isolation thermique des habitations, et personne n’a oublié que le nouveau gouvernement a promis dès 2014 la création d’un fond national de garantie de la rénovation thermique, ce qui permettrait la création de 2000 emplois d’avenir spécialisés dans ce domaine. lien

Les fenêtres étant en majeure partie responsables des déperditions de chaleur, on considère que ces pertes représentent jusqu’à 30% de la facture totale de chauffage, le reste étant lié à l’isolation des murs. lien

Il est important de noter que l’utilisation du double ou triple vitrage ne doit pas se faire à la légère, le triple vitrage doit être privilégié pour les façades nord, et le double vitrage au sud, à l’est et à l’ouest afin de bénéficier des avantages du solaire dit passif. lien

Aujourd’hui il existe des vitrages qui laissent pénétrer l’énergie solaire, en empêchant la chaleur de quitter le local (lien) or cette facture du chauffage en France correspond à 38 MTep annuels, (lien) ce qui signifie que, par une meilleure isolation des habitations, nous pourrions théoriquement économiser 19 MTep, soit l’équivalent de 10 réacteurs nucléaires. lien

Cette rénovation de l’habitat est d’ailleurs largement encouragée par le gouvernement qui propose à 8 millions de français en précarité énergétique de profiter de quelques avantages financiers, qui ne seront pas hélas à la portée de toutes les bourses. lien

Le dernier point à aborder consisterait à freiner le gaspillage généré par le chauffage électrique, mais aussi dans le domaine de l’éclairage.

Quid de ces bureaux, de ces vitrines, de ces autoroutes éclairés toute la nuit ? lien

Il y a 9 millions de points lumineux dans notre pays (lien) ce qui correspond à 47% de la consommation d’électricité, soit 10 réacteurs nucléaires. lien

En résumé, en privilégiant le transport de l’énergie sur de courtes distances, on peut fermer 12 réacteurs nucléaires, en rendant plus performante l’isolation de nos habitations, 10 réacteurs nucléaires supplémentaires seraient abandonnés, et en cessant de gaspiller de l’électricité pour l’éclairage public et le chauffage électrique, 10 de plus seraient inutiles, soit théoriquement au total 32 réacteurs à l’arrêt, sur les 58 du parc nucléaire.

Une piste, chère à Jérémy Rifkin (lien) devrait aussi être étudiée, lorsqu’il évoque le stockage de l’énergie sous forme d’hydrogène pour pallier à l’intermittence de certaines énergies vertes, c’est ce qu’a proposé en septembre 2013 l’entreprise française McPhy Energie. lien

Cet abandon rapide et progressif des énergies sales serait ensuite compensé par l’utilisation des énergies propres et renouvelables, tout en permettant la création de milliers d’emplois.

Si l’on prend l’exemple allemand, on découvre que les énergies renouvelables ont permis la création de 380 000 emplois, dans les entreprises d’énergie verte, qui s’ajoutent à ceux créés pour rendre plus performante l’isolation de nos habitations. lien

Personne n’a oublié l’une des promesses présidentielles de créer 500 000 logements par an  : (lien) dans quelques petites semaines, 2 ans de mandat se seront écoulés…et on est loin du compte, puisqu’on note avec 156 700 logements construits, une baisse de 10,4% pour 2013 par rapport au dernier trimestre 2012. lien

En résumé, si la France s’engageait résolument dans les énergies propres et renouvelables, ça permettrait non seulement d’améliorer notre balance commerciale, mais aussi de créer près de 800 000 emplois, tout en faisant baisser la facture énergétique des ménages.

Mais pour l’instant, ça n’en prend pas le chemin, puisque les promesses hollandaises fondent encore plus vite que les glaces de la banquise, le nouveau président semblant être plus tenté de faire la promotion du nucléaire en Angleterre, (lien) en Chine, (lien), ce que commencent à soupçonner les verts du gouvernement (lien) car comme dit mon vieil ami africain : « le Monde semble sombre quand on a les yeux fermés ».

L’image illustrant l’article vient de « www.welovebuzz.com&nbsp ;&raquo ;

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

L’énergie en partage

Nucléaire, au pays du mensonge

Il y a ceux qui nous pompent l’air…

Comment tourner la page du nucléaire, du pétrole et du charbon

Au pays du soleil, le vent !

De l’eau dans le gasoil

Roulez, roulez, petits plastiques

Faire le plein avec du vide

MHD, l’énergie cachée du futur

Quand les ordures se changent en or

Vive l’énergie positive

Sortir en douceur du nucléaire

Du pétrole sous les sabots

Energies propres en Suède

De la fuite dans les idées

Histoire d’un coup de foudre

L’imagination au pouvoir

Tel un avion sans kérosène

Rouler malin

D’autres énergies pour sortir de la crise

Au chaud sur la terre de glace

L’homo automobilus

Simple comme l’eau chaude

Témoignage sur le photovoltaïque en France

Le plein de cochon à la pompe

Le nucléaire dépassé par des cochons

Qui a tué Stan Meyer

Déchets, de l’or dans nos poubelles

En France on n’a pas de pétrole, et pas d’idées non plus


Moyenne des avis sur cet article :  4.36/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

299 réactions à cet article    


  • howahkan howahkan Hotah 25 février 2014 09:11

    Olivier ce monde que surtout l’occident a connu est peut être fini, est ce une possibilité de ton point de vue...

    on a renié la nature pour moi, on a cru être si puissant que TOUT allait être possible , des voitures dans les airs, des vacances sur saturne alors que l’on va peut être ne même plus quitter sa turne bientôt ,faute d’énergie....

    je ne sais pas,mais il me semble que le moyen étant devenu le sens.....le jeu touche peut être à sa fin....

    le monde nouveau va s’imposer de lui même et il sera collectif et partageur ou ?????

    c’est l’humain qui doit changer, TOUT le reste suivra..
    bon il y a beaucoup d’info sur l’article ,je m’en vais relire en prenant mon temps..

    salutations


    • olivier cabanel olivier cabanel 25 février 2014 09:22

      howahkan Hotah

      ce que tu as écris, je le partage, et c’est en parfait convergence avec l’article que j’ai sur le feu en ce moment, dont le sujet est bien sur le chamanisme, mais bien au delà ...
      mais au sujet de l’article que tu commentes, il faut bien avoir à l’esprit qu’il s’agit d’un scénario très théorique, destiné seulement à montrer qu’il ne suffit pas de choisir d’autres énergies, mais surtout de s’interroger sur leur mise en place...

    • howahkan howahkan Hotah 25 février 2014 10:17

      oui merci olivier, d’ailleurs je vais lui consacrer une lecture attentive, car je n’ai fait que survoler or le sujet demande du temps et de l’attention serieuse..merci.


    • oncle archibald 25 février 2014 09:21

      Mon Cher Olivier, j’ai suivi le lien que vous donnez vers le site « le geste écolo » et muni d’une calculette j’ai à partir des chiffres indiqué voulu vérifier la pertinence des économies annoncées pour la récupération du petit lait à fins de production de méthane pour chauffer ces braves moines de l’abbaye de Tamié.

      Nous disons donc un investissement de 255 000 Euros, dont 55% pris en charge par le contribuable lambda et 45 % par les moines cisterciens. Soit payé par les moines 114 759 Euros. On indique ensuite une économie de 6 720 Euros par an pour les moines grâce à cet investissement.

      En divisant 114 750 Euros par 6720 Euros je trouve un amortissement sur 17 ans et non pas 4 ans comme annoncé. Ceci sans tenir compte de l’argent du contribuable qui comme chacun sait ne vaut rien et peut être allègrement gaspillé, mais quand même, celui qui le donne n’est pas totalement du même avis et cherche à savoir s’il a été dépensé à bon escient. Donc avec l’argent du contribuable le temps de retour sur investissement est de 255 000 Euros divisé par 6 720 soit 38 ans cette fois ....

      Question : quelle est la durée de vie « normale » de l’installation, qui comme toute chaudière ou matériel industriel subit l’assaut des ans, que l’on appelle « effets de la vétusté » ce qui la rend au bout d’un certain temps inutilisable ? 15 ans ? 20 ans ? Plus ?

      Longue vie aux moines de Tamié et à leur fromage, mais l’exemple donné pour vanter les « économies » qui découlent de cette installation est mal choisi à mon avis.

      • olivier cabanel olivier cabanel 25 février 2014 09:37

        cher oncle

        bien sur, c’est exact, mais je pense que c’est du seulement au fait que vous avez oublié d’autres critères...
        par exemple, auparavant, les moines étaient obligés de payer une entreprise pour qu’elle vienne récupérer le petit lait...et c’est d’ailleurs le cout de cette opération qui a décidé les moines de changer leur fusil d’épaule.
        je connais assez bien le sujet, puisque j’ai participé à un documentaire sur le sujet, invité par le réalisateur a interviewer les moines...
        d’autres critères aussi sont à prendre en compte : l’installation produit chaleur et électricité, autant d’argent économisé...
        quand à la vétusté de l’installation, les matériaux utilisés sont quasi inusable : fibre de verre, par exemple...
        ensuite, la chaudière qui brûle au méthane chauffe tout les bâtiments, et c’est autant d’économisé !
        il existe un pdf que l’on trouve sur un moteur de recherche, très détaillé, et très bien fait, 
        vous pouvez l’ouvrir sur ce lien
        je pense donc qu’une fois que vous avez entré tous ces paramètres, le taux annoncé doit bien etre exact.
        ils économisent 6720 euros par an comme on peut le découvrir sur ce lien
        confirmant dans ce nouveau lien que le retour sur l’auto investissement a été réalisé en quatre ans !

      • oncle archibald 25 février 2014 10:46

        J’ai bien suivi vos liens Olivier et effectivement dans ce cas très précis le système est amortissable rapidement parce que sans retraitement sur place du petit lait son enlèvement et le coût du retraitement par un service extérieur à l’abbaye était très couteux. 

        Sans l’aide des contribuables les moines se seraient-ils lancés dans l’aventure ? Auraient-ils préféré tout simplement augmenter de quelques centimes le prix de vente de leur fromage ? Auraient-ils envisagé de monter en parallèle un élevage porcin pour consommer le petit lait, excellente solution mais qui implique en sortie un traitement des lisiers ... Décidément c’est la merde mon vieux ! A moins que les porcs ne soient élevés en plein air car dans ce cas ne se « démerdent » seuls ...

        Il y a quelques années au cours d’une ballade dans les Pyrénées j’ai suivi en haute montagne un berger et son troupeau de brebis, plus deux porcs qui consommaient le petit lait produit chaque soir par la fabrication artisanale du fromage ... C’était vraiment pas mal et j’ai eu une pensée émue pour ceux qui auraient la chance de consommer les jambons de ces deux porcs qui avaient une vie de princes ....

      • olivier cabanel olivier cabanel 25 février 2014 11:07

        cher oncle

        j’ajoute que, si vous avez lu attentivement le pdf, ce qui reste finalement après extraction du méthane, est remis dans le sol : rien n’est perdu.
        c’est aussi un aspect non négligeable, car, aujourd’hui, notre société telle qu’elle est conçue retire de la richesse à la terre, (fruits, plantes etc) mais les divers déchets que nous rejetons ne retournent pas à la terre, d’ou son appauvrissement et la nécessité d’amender le sol avec la plupart du temps, des engrais chimiques...
        nos déchets vont dans les stations d’épurations, les boues sont incinérées, et le reste se retrouve dans les rivières, puis les mers...
        c’est ce que dénoncent entre autres Claude et Lydia Bourguignon que j’avais évoqué récemment. lien
        or aujourd’hui, non seulement toutes les laiteries de France pourraient suivre l’exemple des moines de Tamié, mais aussi, toutes les étables, les porcheries, les haras, etc...afin de produire non seulement de la châleur, mais aussi de l’électricité, et restituer au sol le résidu, avec le gros avantage que celui ci n’a quasi plus d’odeur...

      • Croa Croa 25 février 2014 14:51

        Pour l’électricité ça dépend : Avec un moteur à gaz c’est une mauvaise idée car le rendement est mauvais. Avec la chaudière c’est bien mieux car par cogénération de chaleur et d’énergie mécanique on peut à la fois chauffer et faire de l’électricité ! (Au lieu de faire seulement de l’eau chaude on fait de la vapeur haute pression via une surchauffe afin d’alimenter un turbo-alternateur et la vapeur détendue passe dans un échangeur de chaleur : par rapport au moteur à gaz le rendement est quasiment du double.) 


      • Rensk Rensk 26 février 2014 00:22

        Qui donc prend en compte mes 4 ordinateurs calculant pour les scientifiques 24/24 - 7/7 (électricité pour ne prendre en compte que cela)

        http://stats.free-dc.org/cpidtagb.php?cpid=33f7bbfaff9bc0cc3b61a4f374e289dd&theme=16&cols=2

        et ce sur :
        Il y a au total 2’736’986 utilisateurs inscrit sur des projets BOINC

        Mais il y en beaucoup qui ne font plus partie... (sans se désinscrire)

        - 259’795 utilisateurs ont obtenu au moins 1 point depuis 1 mois.
        - 217’654 utilisateurs ont obtenu au moins 1 point depuis 1 semaine.
        - 160’301 utilisateurs ont obtenu au moins 1 point depuis 1 jour.

        Ma consommation d’énergie (mon don) se situe a 500.- CHF par trimestre car j’ai des vieux PC récupéré...

        J’espère que les chinois, l’UE, le CERN, les USA et d’autres ( 18 projets en cours) vont trouver plus facilement notre « avenir » (sans nous arnaquer comme c’est devenu l’habitude mondiale)


      • oncle archibald 25 février 2014 09:35

        « En résumé, si la France s’engageait résolument dans les énergies propres et renouvelables, ça permettrait non seulement d’améliorer notre balance commerciale, mais aussi de créer près de 800 000 emplois, tout en faisant baisser la facture énergétique des ménages. »

        C’est la conclusion d’Olivier .... mais mais mais .... 

        A ce jour sans argent public injecté quasiment aucune des énergies renouvelables ne peut être mise en oeuvre. La meilleure preuve en est la baisse spectaculaire des mises en chantier de panneaux photovoltaïque depuis que le système de subventions pour les favoriser à été modifié (sans être totalement supprimées les aides publiques ont beaucoup baissé). Si ces installations étaient directement rentables, nul besoin de les subventionner ... Donc question, quand on fait baisser un peu la « facture énergétique des ménages » ont augmente de combien leurs impôts ?

        Je remercie l’aimable assistance publique, comme aurait dit Pierre Dac, de bien vouloir argumenter pour me démonter que j’ai tort et de ne pas se contenter de moinsser bêtement.

        • olivier cabanel olivier cabanel 25 février 2014 09:44

          cher oncle

          comme je l’ai précisé à plusieurs fois dans l’article, tout celà reste très théorique, 
          en effet, je vois assez mal que l’on supprime tout le réseau tht en quelques jours !!! ni en quelques années...
          cette démonstration que j’ai proposé dans l’article est destiné à bien faire comprendre qu’il ne suffit pas de choisir d’autres énergies, il faut aussi accompagner ce choix par d’autres décisions...
          c’est ce que j’ai essayé d’expliquer.
          quand à « l’augmentation des impots » dont vous menacez les citoyens d’être accablés, je voudrais vous rappeler que le cout d’un accident nucléaire, tel celui de fukushima, dépasse l’imagination, et que dans ce cas, on peut effectivement s’attendre à une augmentation drastique des impots...
          au passage, la rénovation des vieux réacteurs va nous couter (si elle est décidée) environ 100 milliards d’euros... qui va payer, à votre avis ?
          et quid du démantèlement des centrales ? les avis autorisés affirment que ce démantèlement coutera aussi cher que la construction des dites centrales...
          quand à la gestion des déchets nucléaire, le jour ou une solution sera trouvée, il y aura bien un prix à payer...

        • oncle archibald 25 février 2014 10:54

          « je vois assez mal que l’on supprime tout le réseau tht en quelques jours !!! ni en quelques années... » 

          Moi aussi, d’autant que pour transporter l’électricité éolienne on construit des lignes, on n’en supprime pas, et que pour les jours sans vent ou sans soleil il faudra toujours beaucoup de gros fils pour amener de loin vers les villes ou les zones d’activités le courant des centrales thermiques ou atomiques, ne vous déplaise .... 

          A moins que la révolution du mode de travail n’instaure des jours de vacances aléatoires dans les usines pour les jours sans électricité suffisante et que chacun s’adapte à vivre avec +5° dans la maison au lieu des 19° habituels.

          Moi je m’en fous, je suis à la retraite, dans une grande vielle maison pleine de cheminées, je peux me chauffer au bois et m’éclairer à la bougie, j’ai un vélo, et l’été en voilier avec 10 litres d’essence je rentre et je sors des ports pendants un mois !

        • olivier cabanel olivier cabanel 25 février 2014 11:36

          cher oncle

          mais finalement, si le projet que je décris était mis en place, il impliquerait à terme la disparition de la plupart des lignes tht, et qui s’en plaindrait... ?
          à condition bien sur, comme je l’ai écris dans l’article, de privilégier les petites installations, permettant de consommer sur place l’énergie produite, au lieu de lui faire faire des centaines, voire des milliers de kilomètres...provoquant un gaspillage énergétique fatal.

        • oncle archibald 25 février 2014 12:18

          Cher Olivier sauf à être de mauvaise foi, vous savez bien que la production d’électricité éolienne ou solaire est intermittente et donc ne permet pas de se passer d’une installation en doublage produisant des KW à partir de centrales thermiques ou nucléaires ... On ne peut donc supprimer aucune ligne et toute cette « usine à gaz » est très couteuse tant en investissements qu’en entretien.


        • olivier cabanel olivier cabanel 25 février 2014 13:58

          cher oncle

          bien sur, chacun sait que ces énergies (éolien, solaire) sont intermittentes... mais ce ne sont pas les seules.
          la géothermie (captation de la chaleur dans les nappes phréatiques chaudes (70°) ), le méthane, l’hydraulique... ne sont pas intermittentes.
          et puis, comme je l’ai proposé dans l’article, il y a déjà la possibilité de stocker.
          alors pourquoi nous en priver ?
           smiley

        • Croa Croa 25 février 2014 15:02

          « les avis autorisés affirment que ce démantèlement coutera aussi cher que la construction des dites centrales... »

          Tes avis sont bien optimistes !

          Une des raison qui pousse au maintien du nucléaire c’est justement que ce qui coûte le moins c’est de faire durer ce qui existe déjà. Le démantèlement coûtera bien plus cher que la construction... Bien qu’ils n’osent pas le dire !


        • JL JL 25 février 2014 15:42

          Ce n’est qu’une fuite en avant, puisque fatalement, soit les générations futures devront le faire, soit elles auront explosé d’elles-mêmes.


        • oncle archibald 25 février 2014 18:53

          L’électricité hydraulique c’est vraiment le pied .. On stocke de l’eau donc des KW dans un barrage et on ouvre les vannes quand on veut ... Le hic c’est qu’il ne reste plus un site ou l’on puisse faire un autre barrage dans des conditions acceptables .... Même pour les « mini-centrales » que certains particuliers faisaient construire lorsque c’était encore possible tous les sites intéressants ont été exploités .... Le seul truc intéressant est de faire remonter l’eau déjà moulinée en utilisant de l’électricité éolienne si elle est produite a un moment ou il n’y a pas de consommation .... Encore un truc qui marche sur le papier mais qui est tellement couteux que ça en devient économiquement aberrant.


        • joletaxi 25 février 2014 19:30

          |@ oncle

          mais qu’est-ce qu’il vous prend ?
          un coup de fatigue ?
          vous voulez voir débarquer Yan hélico et sa clique ?
          quant aux centrales au fil de l’eau, c’est maintenant interdit, mieux toutes les levées d’eau sont menacées, paraît qu’un poisson rouge s’en empaffer dans une vanne.
          Aux USA, ils envisagent de démolir les barrages
          on constate à l’occasion qu’ils ont eux aussi leurs « enclumes » fort heureusement

          les centrales TEP sont certes une alternative,au départ cela avait été conçu et réalisé pour utiliser les heures creuses des centrales nucs.
          Mais la rentabilité des ces usines dépendait de l’opportunité de pouvoir vendre du courant de pointe pendant quelques heures par jour,car cela coûte un max.
          l’irruption de l’éolien, qui a priorité sur le réseau à tout moment a fortement réduit la rentabilité, car le nombre d’heures rentables a diminué.
          Eon envisage de fermer plusieurs sites de TEP en Allemagne.
          Mais comme rien ne saurait ébranler la foi des zozos verts, il est question maintenant de subsidier également ces centrales ,comme d’ailleurs de payer les kw non fournis mais appelables des centrales fossiles.

          vive l’économie verte


        • Rensk Rensk 26 février 2014 00:39

          Je ne comprend pas pourquoi vous parlez de « quelques jours »...

          Suis très choqué avec cet « argument » (égal d’où il vient)...

          Vu d’ici... je peu vous affirmer que vous ne vous êtes pas réellement penché sur le problème mais que vous suivez la propagande de vos journaleux aveuglément...

          Il serait le temps que vous dépassiez ce stade « made in France » et que vous regardiez les données libre au publique même en France pour constater que le démantèlement des centrales coûtent plus de 30 ans et que le budget a été augmenté « en veux-tu-en-voilà »...

          Nous avons les plus vieille centrale d’Europe... le gouvernement a voulu s’en passer (nous avons d’autres réserves) et vous ne vous rendez pas compte de la puissance des lobbys... même étranger au pays... (les verts, de gauche où de droite, en font partie... sous divers interventions au parlement)... les verts ne sont pas un parti politique, c’est un lobby qui vote a droite et a gauche mais jamais pour le peuple !


        • olivier cabanel olivier cabanel 26 février 2014 07:55

          croa

          c’est bien possible...
          je précise donc ma pensée : le démantèlement des centrales nucléaires coutera au moins aussi cher que leurs constructions, et probablement plus cher, d’autant qu’on voit avec quelle difficultés on se heurte pour démanteler brénnilis !
          il devrait être terminé depuis longtemps, et est continuellement allongé. lien
           smiley

        • olivier cabanel olivier cabanel 27 février 2014 10:30

          Cassino

          le système fonctionne depuis longtemps, et pas loin de chez nous
          en Suisse, lorsqu’edf fait du dumping sur le prix de son électricité, la Suisse l’achète, et grâce a elle, fait remonter l’eau dans les barrages de montagne, se créant ainsi une réserve énergétique ...
          mais la solution Hydrogène n’est pas à dédaigner. lien

        • mmbbb 2 mars 2014 14:44

          Les panneaux solaires un cas d’ecole Produits en chine subventionnes par l’etat francais et des entreprises fleurissant par pure aubaine le consommateur d’electricite voyant sa facture augmentee puiqu’il fut fut le dindon de cette farce oblige de paye l’electricte reinjectee dans le reseau Un rapport de la cour des comptes mettant fin a cette cacophonie L’exemple typique de ce qu’il ne faut pas faire Par ailleurs il y eut un rapport dans le sur le meme theme paru dans le Point l’annee derniere sur la transition energique en Allemagne Entre les grandes idees et la réalites il y a souvent un gouffre 


        • olivier cabanel olivier cabanel 2 mars 2014 15:01

          mmbb

          beaucoup de contre vérités dans votre commentaire, 
          un ramassis d’idées répandues pour tenter de défendre l’indéfendable
          désolé.

        • christophe nicolas christophe nicolas 25 février 2014 10:57

          Oui, le nucléaire est dépassé, il va falloir le gérer et d’abord arrêter ITER. Je l’explique un peu dans ce commentaire.

          Il faut que je vous explique. Iter, c’est de la MHD or cette dernière est mal comprise. Ce qui se passe au sein d’un accélérateur MHD est une compression du gaz. C’est le même phénomène qui endommage les matériaux de John Huchison.

          Lorsque les particules s’orientent toutes dans le même sens, cela prend beaucoup moins de volume car elles s’écartent légèrement du plus proche voisin sur le coté mais se rapprochent énormément du plus proche voisin devant et derrière. En gros, c’est comme des gens, vous en mettez plus au m3 dans un immeuble que dans des pavillons. Du coup, le gaz conducteur est comprimé puis détendu et on a un véritable réacteur d’avion. C’est pareil dans Iter, le plasma est comprimé et de temps en temps, il se désoriente et c’est la brusque augmentation de volume, la disruption.

          Le problème d’Iter est que c’est bourré de super champs magnétiques de courants électriques, de métal, d’eau pressurisé, de lithium, de plomb de tritium radioactif, de béryllium, d’un plasma de plusieurs centaines de millions de degré, d’électroaimants supraconducteur à 3°K, donc voici le scénario :

          Disruption = champ éléctrique +champ magnétique à 90°sur la couverture tritigène ce qui produit de la MHD sur l’eau pressurisé (si cela peut devenir conducteur) et un effet Hutchison sur les métaux. Fissuration. Projection d’eau sur les aimants leur faisant perdre la supraconductivité. Effet joule. Rupture. passage en phase liquide du lithium. Explosion. Rupture de confinement. Explosion générale du site et nuage toxique chimique et radioactif. Ce sera l’enfer... Disons qu’on a perdu 15 milliards ce qui n’est pas beaucoup par rapport aux financiers. J’aimerais savoir quelle personne a eu l’idée de la conception des éléments tritigène.

          Il faut comprendre que jusqu’à présent les chercheurs n’ont pas testé ensemble la durée et les aimants supraconducteurs d’une telle puissance, ces deux paramètres ont été testés séparément. De plus, les physiciens ignorent l’antigravité, la MHD étant un dérivé de cet effet, l’effet Hutchison également. Tout part de la théorie de l’intrication que ces Messieurs du Cern ont allégrement planté, le CEA était aussi destinataire. J’ignorais qu’il y avait une guerre entre scientifiques et qu’ils faisaient preuve d’un tel corporatisme

          Vous savez, ce n’est pas grave ce fiasco scientifique, Peugeot peut très bien concevoir un moteur MHD, je connais également les principes pour faire des supraconducteur à l’ambiante et donc disposer de sources d’énergie antigravité gratuites et propres. Le seul truc c’est qu’il faut les refroidir avant d’arrêter le courant pour ne pas abimer la structure cristallographique du métal. Tout cela n’est qu’un problème de métallurgie physique.

          Comme personne ne sait arrêter la machine à cause des intérêts financiers, si le programme Iter est mené à terme, je vous conseille un petit séjour en Bretagne mi 2019. Prévoyez pour un long séjour... Iter n’est pas assuré. Remerciez Jean-Pierre Petit d’avoir levé le lièvre, moi je ne fais qu’éclairer cela.

          Je crois que cela est annoncé dans les prophéties par les fameux trois jours de ténèbres, vous remarquerez que c’est assez approximatif, je sens que certains vont se faire chambrer, ceci dit, en terme d’état d’esprit cela reflète bien l’affrontement de deux logiques. Sans Dieu, c’était foutu.... et Vinci, ma bébête préférée qui fait Iter et l’aéroport de Nantes, ils reviennent à la raison... je leur rappelle leur charte éthique


          • olivier cabanel olivier cabanel 25 février 2014 11:33

            christophe nicolas,

            merci de cette longue explication concernant ITER.... 
            on voit l’étendue du danger, dénoncé déjà depuis un bout de temps par JP Petit...
            alors oui, il faut arreter cette folie, mais arreter aussi l’epr, et les 58 réacteurs nucléaires nationaux avant qu’il ne soit trop tard.

          • christophe nicolas christophe nicolas 25 février 2014 13:25

            Oui, Iter est vraiment une bombe ambulante mais je viens de comprendre il y a 3 ou 4 jours. Voici ce que dit Mr Bouvaist à 3mn45 de la vidéo, « seule une irradiation aux neutrons.... » Les ingénieurs interprètent les modifications de structures obtenues par réorientation des moments magnétiques puis par « relâchement » comme un endommagement par des irradiations aux neutrons...

            Oui, il faut sortir du nucléaire au plus tôt, ce qui signifie de disposer d’une autre source d’énergie. Il ne faut plus construire de centrales nucléaires mais des nouvelles usines comme La Hague et réorienter tout le secteur industriel vers la MHD et l’antigravité, c’est évident, c’est une question de bon sens...


          • Rensk Rensk 26 février 2014 00:43

            Vingt-cinq ans, à deux jours près, séparent ces deux événements : le 19 novembre 1985, à Genève, Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev s’engageaient à développer "pour le bénéfice de l’humanité tout entière" un ambitieux programme de recherche sur l’énergie de fusion ; le 17 novembre 2010, à Cadarache, on posait la première pierre du siège de l’organisation internationale chargée de mettre en œuvre ce programme et de construire la plus ambitieuse des « machines de fusion » jamais conçues.


          • olivier cabanel olivier cabanel 26 février 2014 07:57

            christophe nicolas

            oui, la MHD, chère à JP Petit, est une piste si peu exploitée !
            alors que manifestement, c’est une bonne partie de la solution,
            je m’en veux de ne pas l’avoir évoqué dans l’article...
            voila qui est réparé.

          • olivier cabanel olivier cabanel 26 février 2014 07:59

            Rensk

            comment peut-on aujourd’hui s’enteter à donner la moindre crédibilité à ce projet Iter, projet dont les plus grands physiciens disent qu’il est une erreur monumentale, et qu’il ne mènera à rien, sinon à gaspiller des milliards.

          • Kookaburra Kookaburra 25 février 2014 10:58

            Bonjour Olivier. Merci de cet article riche d’informations.
            Le désastre nucléaire de Fukushima a précipité l’abandonnement de l’industrie nucléaire dans le monde comme en témoigne le revirement de l’Allemagne a décidé l’arrêt de toutes ses centrales nucléaires d’ici à 2022. Merkel précise que c’est une décision « irréversible ». Janvier dernier, Siemens a annoncé qu’on estime le coût de la sortie du nucléaire à environ 1.700 milliards d’euros. Entretemps, le coût de l’électricité en Allemagne explose.
             En raison de la cherté, la manque de fiabilité et l’insuffisance des énergies solaire et éolienne, de nombreuses centrales à charbon sont en train d’êtres construites en Allemagne. Le danger pour la santé de ces centrales est prouvé, mais les écolos et les gouvernements continuent à préférer le danger immédiate à la menace hypothétique du nucléaire. Sortir du nucléaire implique inévitablement le retour au charbon.
            Si toutes les maisons dans les villes et villages étaient équipées de panneaux photovoltaïques de sorte que chacun produisait sa propre énergie ? Sans aucune compétence dans la matière, je me pose la question ?


            • olivier cabanel olivier cabanel 25 février 2014 11:26

              Kookaburra

              c’est bien effectivement le dilemne, car continuer le nucléaire, c’est prendre le risque fukushima, dont on connait maintenant les conséquences sanitaires, et financières...et c’est pas fini !!! j’ai bien peur que le pire n’est pas encore arrivé.
              par contre, comme je l’ai prouvé dans l’article, sortir du nucléaire ne veut pas dire retourner au charbon !
              ça signifie qu’il faudra changer de modèle, la transition énergétique ne passe pas uniquement par des choix énergétiques propres, mais aussi à la rentabilité maximum des installations, par une meilleur isolation des habitations, des entreprises, des commerces etc
              et puis aussi a ne pas tomber dans le piège du gigantisme : plus les installations (qu’elles quelles soient) sont importantes en quantité de production, plus il y a gaspillage occasionné par le transport.
              donc oui, il faut privilégier la production sur nos toits, avec consommation immédiate...
              et c’est possible pour les immeubles, comme pour les maisons...
              c’est donc dommage qu’aujourd’hui, nous assistions a la mise en place de « champs d’éoliennes », de « centrales solaires gigantesques »...même si le choix énergétique est a saluer.

            • AlainV AlainV 25 février 2014 14:38

              Quand on parle de l’Allemagne, il est prudent de s’informer à la source, avant d’affirmer (ou de citer la presse française, ce qui est toujours hasardeux, vu le peu de professionnalisme de beaucoup) :
               - progression de la part d’énergies renouvelables (23,4 %)
               - progression des exportations d’électricité (plus de 5%)

              On lit dans cette étude du très sérieux « Frauenhofer Institut » :
              - part de l’énergie éolienne : 8,4 %, en progression continue, vu la quantité de « windparks » en construction
              - part de l’énergie photovoltaïque : 5, en augmentation continue
              - utilisation du « charbon brun » ou lignite : en baisse, mais augmentation de la productivité, si bien que la part de cette source d’énergie a légèrement augmenté
              - diminution de l’utilisation du gaz
              - diminution de l’énergie nucléaire : 15,4 %, après avoir été de 22,2% en 2010.

              Dans une autre étude statistique, on lit :
              La baisse de production électrique par l’énergie nucléaire (env. 6%) a complètement été compensée par l’augmentation de la part des énergies renouvelables (env. 6%).

              Quant aux centrales à charbon planifiées (houille et lignite), six sur les dix prévues n’ont pas été confirmées ou ont été arrêtées (voir Wikipedia allemand). Les quatre autres ont été lancées en 2007-2009. Donc rien à voir avec Fukushima.
              Une seule centrale à gaz est actuellement en construction (Wikipedia.de)

              Si vous lisez l’allemand, un article très bref explique pourquoi il n’est plus rentable de construire des centrales à énergies fossiles.

              Contrairement à ce qu’écrivent certains journalistes français, l’Allemagne mise à fond sur les énergies renouvelables et prévoit toujours d’arrêter la totalité de ses centrales nucléaires.
              N’oublions pas que l’uranium est une énergie fossile dont les réserves commencent à se faire rares. La France est en danger de pénurie énergétique.


            • joletaxi 25 février 2014 16:10

              vous fumez de la bonne vous

              une liste d’articles référencés par un auteur qui vite en Allemagne.

              http://notrickszone.com/category/alternative-energy/

              la France en pénurie d’énergie qui exporte des chiffres records de kws, faut de temps en temps recoller à la réalité.


            • AlainV AlainV 25 février 2014 17:34

              @ joletaxi (---.---.252.89) 25 février 16:10

              Gosselin ne s’appuie sur aucune statistique, aucun fait chiffré. Il émet des opinions, sur un prétendu échec des énergies alternatives, échec démenti par les statistiques officielles.
              Il s’appuie sur Schroeder, l’ancien chancelier qui « travaille » pour le russe « Gasprom », exploitant et vendeur de gaz. Schroeder a tout intérêt à prétendre que les énergies renouvelables déçoivent, alors que l’Allemagne consomme de moins en moins de gaz.

              Quant aux Australiens, ils croulent sous le charbon : heureusement que les Chinois en achètent encore !
              Bref, Gosselin ne fait rien pour se rendre crédible. Objection rejetée, votre Honneur.


            • joletaxi 25 février 2014 18:15

              mais oui, mais oui, tout cela est un complot,les ENR, c’est un succès.
              D’ailleurs, on se demande pourquoi il faut encore leur faire bénéficier de tarifs préférentiels, et de priorité sur le réseau ?
              Je suis sur que vous êtes pour un arrêt immédiat de ces avantages non ?

              Car quand vous citez des chiffres de production ENR, vous oubliez ce petit détail, la priorité sur le réseau
              Si demain les centrales nucs se voyaient offrir un tarif garanti pour toute leur production à tout moment, je vous dis les c./.. en or que se ferait EDF
              Ah mais les acteurs du renouvelable se font des c... en or ?
              ben tout est bien normal alors.
              bande de zozos va


            • nikopol 25 février 2014 18:59

              @AlainV : non l’uranium n’est pas une énergie fossile mais un métal. Le thorium prendra le relai si ncessaire sans probleme majeur. Toutes ces approximations conduisent à des raisonnements que je pense erronés. La génération 4 permet l’économie circulaire des matières fissiles (30 fois moins de matières produites). On passe de 70 ans de réserves à des milliers d’années de production sans CO2. L’intermittence EnR élec met à bas toutes ces belles idées de 100% d’EnR. Le nucléaire est indispensable dans les pays riches sans stockage hydroelectrique. L’énergie décentralisée coute trop cher et consomme trop de matières premières (à recycler).
              Mon article prend le total contrepied de ce que dit Olivier... Le débat nous enrichit !
              http://blogs.mediapart.fr/blog/nikopol/270114/transition-energetique-le-probleme-de-lenergie-est-resolu


            • Rensk Rensk 26 février 2014 01:00

              AlainV,

              Vous avez raison de souligner cela ... il y avait des problème pour apporter le courant du nord au sud... depuis que c’est résolu... ben nos producteurs d’énergie électrique ont des pertes... ils ne peuvent plus vendre leurs courant dans le sud de l’Allemagne... une augmentation de 3.2% s’est produite depuis dans mon État (qui a encore une centrale nucléaire et qui est « partenaire de ceux de France » )...

              L’augmentation actuelle n’est que provisoire... ils pensent augmenter de 4% l’année prochaine pour répondre a l’UE... qui elle nous a obligé de faire un truc séparé des producteurs (transmission de l’énergie) qui a crée des sièges (bâtiments) et des directeurs et secrétaire de direction...

              L’excuse donné par le producteur pour l’augmentation déjà prévue provisoirement l’année prochaine a été le coût externe à la production...

              Quelle sera l’augmentation du coût sitôt qu’on enlève et « détruit » nos deux centrales les plus vieille d’Europe ?
              Je ne vois aucune impasse de manque d’énergie... mais un prix surfait pour le nombre de sièges, de « directions » et de destruction de centrale jamais pris en compte lors des constructions et de production...


            • olivier cabanel olivier cabanel 26 février 2014 08:02

              nikopol

              le thorium ?!!!
              quelle bonne blague.
              une technologie sans avenir, et tout autant dangereuse que la technologie nucléaire traditionnelle,
              c’est en tout cas l’avis des plus grands spécialistes en la matière comme on peut le découvrir dans cet article

            • ObjectifObjectif 26 février 2014 19:12

              @nikopol

              Apprenez déjà le français, vous essayerez plus tard pour la physique.

              Une substance fossile est un substance tirée de la terre. L’uranium, les autres métaux et les autres matières radioactives sont clairement tirés de la terre, et l’énergie de la radio-activité est donc une énergie fossile, en plus d’être dangereuse.

              « A.− GÉOLOGIE 1. Vx. [En parlant de certaines substances qui proviennent soit de la terre, soit d’une autre source] Qui est extrait du sein de la terre. Charbon, sel fossile.Emploi subst. Toute substance que l’on extrait de la terre : »

              « Étymol. et Hist. 1. 1556 adj. « qui peut être extrait de la terre, minéral » »

              « Empr. au lat. class. fossilis « tiré de la terre » (lui-même du supin de fodere, fossum). »
              extrait de http://www.cnrtl.fr/lexicographie/f...

              Cela n’a rien à voir avec le fait que certains combustibles viennent de substances biologiques, d’autant que pour le gaz ou le pétrole, il n’est pas même pas prouvé que c’est le cas.

              Et ce n’est pas parce qu’un autre ignorant ne savait pas parler français en 1975 qu’il faut le suivre :

              « Spéc. Combustible fossile. Substance combustible provenant de la transformation de matières organiques à l’abri de l’air. La tourbe, la lignite, les charbons, les pétroles et le gaz naturel (...) sont des combustibles fossiles (LemaireEnvir.1975). »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès