Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Énergie verte, un avenir ?

Énergie verte, un avenir ?

L’écologie deviendra bientôt le mot sur toutes les lèvres. De toute l’histoire de l’humanité, jamais un peuple n’a été aussi énergivore que le nôtre. L’expertise de tous les citoyens devra être mise en commun afin d’affronter les durs problèmes que connaîtront les générations futures. Le plan est poutant bien déterminé, mais peu appliqué. En effet, les technologies propres, contrant les technologies préhistoriques et peu écologiques, sont malheureusement trop absentes de nos vies quotidiennes. Pourquoi sont-elles si peu utilisées ? Est-ce un manque de publicité à leur égard ou un manque de recherche pour améliorer leurs revenus. Je dirais un peu des deux. En faite, les énergies vertes sont déficitaires autant du point de vue du marketing que de celui des recherches dans le but de les améliorer. Ainsi, ces technologies risquent de rester bien longtemps, un peu trop longtemps même, de côté. Or, nous nous devons de les appliquer le plus rapidement possible pour contrer le réchauffement climatique qui diminue l’espérence de vie de chacun d’entre nous mais également des générations à venir.

Mais, pourquoi, me diriez-vous, le marketing des énergies vertes est-il bafoué ? À titre d’exemple, lorsque vous regardez la télévision, comptez le nombre de publicité parlant de la toute nouvelle voiture super performante de l’année et comptez celles qui parlent des nouveaux panneaux solaires ou encore des installations géothermiques. Sinon, lorsque vous regardez les informations sur ordinateur ou à la télé. Il est rare d’entendre parler des projets verts ou des avancés technologiques dans ce millieu. Cela parce que justement nous n’en entendons pas parler, donc nous ne voyons pas la nécessité d’en avoir, contrairement au nouveau jouet ou automobile récemment sortie sur le marcher. Toutefois, il serait important d’en faire la publicité, d’en parler le plus possible. Le réchauffement climatique n’est pas un mythe, il est bel et bien présent et pèse sur nos têtes.

Toutefois, il reste le problème de l’efficacité énergétique par rapport au prix coutant. Certe, pris individuellement, le prix d’une installation verte peu être coûteuse. Mais collectivement, c'est-à-dire la construction à grande échelle, le prix deviendra peu à peu moindre jusqu'à devenir rentable. Le problème reste tout de même dans leurs efficacités énergétiques. Peu de recherche s’effectue afin de les améliorés. Le gouvernement du Québec, n’en voyant pas la nécessité, ne subvention peu, ou pas, les réseaux qui améliorent ces produits. De plus, il est important de spécifier que le gouvernement dans lequel nous sommes rend la tâche plus difficile en favorisant des construction de barrage hydro-électrique couteuse et désastreuse pour l’environnement et qui s’avèrent être un gouffre financier. Toutefois, revenons au problème de nos énergies vertes. La recherche étant si peu dévellopée, les problèmes à leurs égares sont tout de même nombreux. Prenons en quelques exemples. La géothermie, un reseautage pour la diffusion de chaleur à partir des sols, est tout de même coûteuse lorsque les maisons, déjà construite, compte sur un réseau électrique ou de bois de chauffage. La difficulté résulte dans l’emplacement des tuyaux dans nos cour de maisons, si cour nous avons. De plus, le peu de compagnie d’installation de réseau géothermique présente au Québec rend la tâche plus difficile. Par après, les panneaux solaires, qui est sans nul doute la technologie verte la plus connue, présente une lacune importante. En effet, ces panneau photovoltaique présente un faible revenue électrique et un manque de constance énergétique. En hiver, leurs revenue en mètre carré d’ensoleilement est de seulemnt 15%. De plus, il ne faut pas oublier le problème des soirées d’hivers. Le taux d’ensoillement se fesant moin abondant et le chauffage qui augmente exponentiellement demande beaucoup à des panneaux dont la technologie est peu avancée afin de permettre d’emmagasiner cette énergie.

Toutefois, malgré ces lacunes, il existe bel et bien un solution. Prise ensemble, ces énergies s’aident l’un et l’autre. Les tubes sous vide donnent l’énergie au chauffe eau, suffis que l’on trouve un moyen d’éviter qu’il ne casse en hivers. Par après, les panneaux solaires fourniraient la luminosité et l’électricité le jour, ou même avec des bonnes batteries, la nuit. Puis la géothermie nous permettrait de garder notre domicile a l’habrit contre les intempéries de l’hiver. Des installations de puis de lumière, communément appeler fenêtre, installés aux endroits stratégiques, permettront de réchauffer la maison l’automne et le printemps. S’il fait trop chaud, il suffira de bloquer les rayons du soleil avec n’importe quel moyen et de prendre note de fenêtres écoénergétiques (faciles à trouver et peu coûteuses). Finalement, l’installations de réseaux d’eaux pluviaux permettront à nos toilettes de fonctionner sans l’eau potable.

Ainsi, il est facile de rendre nos maisons moin énergivore et donc de rendre nos vies meilleurs. Il suffit de bien prendre l’information présente et de la rendre publique. La publicité rendant la recherche plus importante et la recherche rendant les publicités plus présente. Ne somme nous donc pas le peuple qui possède le plus de technologie dans le dommaine des communications. Les réseaux sociaux sont maintenant utilisés partout dans nos vie quotidienne. Au travail comme à la maison, ceux-ci représentent non seulement un outils de communication mais également un outils de pression. Il suffirait de véhéculer l’importance des énergies vertes pour que les médiats et même les politiciens si intéressent. Rendant ainsi la recherche plus dévellopée et par conséquence, le prix des technologies vertes moins coûteuses. Maintenant, il dépend seulement de nous, de rendre le rêve d’un avenir sain et sure, une réalité.


Moyenne des avis sur cet article :  3.15/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 5 décembre 2011 10:18

    Les minéraux destinés à l’électricité propre et aux nouvelles batteries sont souvent situés dans des régions jusque là préservées. Être écologiste c’est savoir que ces mines situées dans des pays pauvres sont exploitées par des multinationales qui n’ont aucun respect pour l’environnement. L’écologie est incompatible avec le capitalisme. Après avoir détruit une partie de notre environnement, la folle course au profit menace désormais les équilibres de la planète...

    /2ccr.unblog.fr/2010/10/23/ecolo-ecolo/">http://2ccr.unblog.fr/2010/10/23/ecolo-ecolo/

    • Veaulubiliator99 Veaulubiliator99 5 décembre 2011 12:09

      Marrant ce pays ou on se bat pour savoir quoi utiliser alors que l’on va avoir besoin de toutes les énergies...

      On va avoir besoin du nucléaire pour 20 % en plus, on va avoir besoin de l’eolien pour 5 % en plus, on va avoir besoin du solaire pour 10 % en plus, on va avoir besoin des marée motrice + autant de % que l’on pourra, on va avoir besoin des biomasse pour au moins 10 % en plus...

      Donc ca sert a rien de se monter le bourrichon pour savoir laquelle quelle est la plus mieux ; elles le sont toutes ! ^^

       :)


      • joletaxi 5 décembre 2011 14:24

        le réchauffement climatique qui diminue l’espérence de vie de chacun d’entre nous mais également des générations à venir.

        Celle-là elle est collector dans le bêtisier des réchauffistes.


        • titi 6 décembre 2011 00:09

          « Finalement, l’installations de réseaux d’eaux pluviaux permettront à nos toilettes de fonctionner sans l’eau potable »

          C’est donc que vous n’avez rien compris au problème de l’eau.
          Le problème c’est la dépollution de l’eau en sortie de nos toillettes.
          Le fait d’utiliser de l’eau pluviale en adduction ne change rien au problème.

           

          J’ajouterai que chez moi j’ai la totale : éolienne domestique + panneau solaires thermiques pour l’eau chaude + bois pour le chauffage.
          Bah le mois dernier je suis resté 3 semaines dans le brouillard sans un poil de vent.
          Je suis bien obligé de dire merci à Total pour son mazout et à EDF pour son électricité.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Cathy171


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès