Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Eolien marin : de l’électricité pour 900 000 personnes à sortir de (...)

Eolien marin : de l’électricité pour 900 000 personnes à sortir de l’eau

Produire 21% de notre électricité à partir d’énergies renouvelables en 2010 au lieu de 15% aujourd’hui... A défaut de stratégie convaincante, les pouvoirs publics pourraient compter sur l’initiative d’un nombre croissant d’opérateurs privés pour atteindre cet objectif.

A l’instar de «  La compagnie du vent  », filiale d’Electrabel (1), qui propose entre Le Tréport et Saint-Valery-sur-Somme de contribuer à atteindre les 13500 mégawatts supplémentaires de puissance éolienne installée d’ici 2010 dont 1000 pour la France (2) sous forme d’éoliennes marines.

Pourquoi en mer  ? Parce que les capacités sont plus fortes que sur terre, les vents plus réguliers et que la France dispose de larges façades maritimes bien ventées. La météo se prévoit  : une éolienne de ce type fournit de l’électricité à 90% de son temps. Même à puissance partiellement développée, «  l’équivalent pleine puissance  » atteint les très bons niveaux de 30 à 40%.

Le projet des Deux Côtes pourrait bien faire date et rendre une Région comme la Picardie (1,8 millions d’habitants) quasi-autonome d’un point de vue énergétique.

Ce projet de parc éolien situé à 14 Kms des côtes serait d’une puissance de 705 mégawatts (3) et composé de 141 éoliennes de 80 mètres de haut, espacées de 630 mètres et de 5 mégawatts chacune représentant la consommation annuelle d’électricité pour environ 900 000 personnes.

Mais l’intérêt du projet semble dépasser l’enjeu énergétique. Outre l’atout touristique mesuré par des enquêtes récentes, les expériences de parcs de ce type révèlent que «  l’effet récif artificiel  » participe au développement de la ressource halieutique. Sur un plan fiscal, la taxe spécifique aux éoliennes en mer (4) devrait représenter environ 8 millions d’euros, versés pour moitié aux intercommunalités concernées et d’autres part en faveur d’un fonds national pour les activités maritimes de pêche et de plaisance. Le développement économique local induit est aussi significatif. L’investissement lié à ce projet approcherait 1,4 milliard d’euros avec une valeur ajoutée au trois quarts nationale et régionale. Une quarantaine de personnels permanents sur 20 ans au titre de la maintenance et près de 2800 emplois seraient créés pour les phases d’ingénierie, de fabrication et de pose (5).

Dans un premier temps bloqué par la présence possible de mines sur la zone, les points de blocage actuels de ce projet sont liés à une question de droit d’occupation... des sols. Question à laquelle le représentant de l’Etat pourrait donner une issue positive dans les prochaines semaines. Il faut aussi compter avec les pêcheurs, touchés par la hausse des carburants et dont une frange s’obstine à vouloir revenir vers une pêche sans avenir, affranchie de tous quotas.

Il reste la question de la place des autorités publiques. Là où la filière nucléaire a fait l’objet en son temps d’un soutien massif en fonds propres, le développement de l’éolien doit compter uniquement sur les tarifs de rachat par EDF En retard par rapport à ses concurrents européens, l’opérateur national tente de rattraper son déficit de production énergie renouvelable par croissance externe.

(1) Groupe Suez  : 140 000 collaborateurs, chiffre d’affaires de 44,3 milliards d’euros en 2006 réalisé à 89% en Europe et en Amérique du Nord (2) A ce jour, la France ne compte que 1800 mégawatts de puissance éolienne installée (3) 1 mégawatt = 1 million de Watts (4) Loi de finance 30 décembre 2005, article 76 (5) Source  : Compagnie du Vent


Moyenne des avis sur cet article :  4.29/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • manuelarm 26 juillet 2008 12:05

    J’ai une question, connais t’on limpact des champs éoliens sur les vents, je m’explique, le vent fait tourner l’ hélice mais elle introduit des perturbations après, elle doit créees des tourbillons, et je me demande si cela n’a pas impact tout cela si le nombre devient important.


    • foufouille foufouille 27 juillet 2008 20:06

      c’est possible.
      toutefois pour qu’il n y ait aucune variation, il faudrait un sol plat et dans ce cas la terre ressemblerait a mars. tout ce qui depasse du sol influence le vent


    • g.jacquin g.jacquin 26 juillet 2008 16:44

      @ L’auteur à qui je ne confierait pas mes sous bien qu’expert financier !

      Le seul problème à régler est : L’éolien, à quoi ça sert ???

      705 MW d’installés en mer OK mais quand il n’y aura plus de vent ? Pire quand il y aura trop de vent, par quelles énergies substituez-vous les éoliennes ???

      Du coup, peut-on mettre l’énergie des éoliennes en extrêmes pointes ? Non, car en cas de défaillance, c’est une bonne partie du réseau qui partirait en délestage…

      Alors à quoi ça sert ???

      Puisqu’on est excédentaire en base (nucléaire + fil de l’eau) et qu’on ne pourrait même pas passer un contrat d’exportation puisque la fiabilité des prévisions de l’éolien est nul… et ne me baratinez pas avec des modélisations bidons inventée dans la tète de Antonili (patron du SER) ! Une modélisation pour prévoir la force du vent dans le temps, nécessiterait des algorithmes complexes qui ne sont toujours pas écrits et s’ils l’étaient, on ne trouverait pas d’ordis suffisamment puissants pour les exploiter dans des délais compatibles avec la sécurité du réseau !

      Donc ça ne sert à rien…

      L’éolien ne sert qu’a enrichir certains initiés qui d’ailleurs commencent à penser qu’ils pourraient récupérer d’avantage d’argent sur le dos des Français.

      En effet, il se trouve que la France de De Gaulle avait voulue une énergie indépendante et pas chère pour relever le défi de l’après guerre d’ou le choix du nucléaire ! Hors aujourd’hui, on bénéficie de ce choix quasi unique en Europe, qui nous permet une tarification raisonnable pour nous tous !

      Hors les autres pays européens on un problème majeur…celui du cout de l’énergie fossile qu’ils utilisent pour leurs centrales thermiques et qu’ils doivent répercuter sur le prix de l’électricité. Comme ils ont fait ce choix, la logique veut qu’ils utilisent l’éolien (les centrales thermiques sont en relèves de l’intermittence de l’éolien lorsqu’il n’y a plus ou trop de vent).

      Oui mais voilà !  EDF dérange tout le monde car la différence de tarif gène !

      Donc le SER cherche tous les arguments pour faire en sorte que le cout du KWh Français augmente coupant court aux arguments fondés qui démontrent la non rentabilité de l’éolien.

      Le SER nous dit gentiment qu’EDF est en retard et qu’il devrait revoir les tarifs à la hausse (40% ?).

      Pourtant, la réalité est que le prix de revient du KWh nucléaire est de l’ordre de 3.5Cts € pour une facturation aux abonnés en moyenne de 11 Cts€. Ce qui fait quand même une marge « généreuse ». Je rappelle que la tarification d’achat du KWh éolien est de 8.2 Cts€. Soit une perte seiche pour tous les français de 4.7 Cts € par KWh éolien.

      J’ajoute qu’un EPR coute environ 3 Milliards D’€, pour 1600MW et que son équivalent éolien coute en On Shore 9.6 milliards d’€ (1600MW x 1,5 Millions/MW x 4) soit le cout de 3.2 EPR. nota : l’indice de charge d’une éolienne est de 25% contrairement à un réacteur nucléaire qui lui est de 100%.

      Pour l’éolien Off Shore compter le MWe environ 2.2millions d’€ soit 14 milliards d’€ pour un équivalent EPR soit le cout de 4.6 EPR... Sans commentaires !!!!

      Pour finir et une bonne fois pour toute, On se fout de savoir si oui ou non, on est en retard par rapport aux autres pays en terme d’énergie renouvelable ! Que les autres pays se mettent déjà à notre niveau en terme de pollution CO2 ! De plus, ce qui est important c’est que notre énergie coute la moins chère possible, soit la plus sécurisée possible et quelle profite à tous les français de la même façon.

      Avec 1800 milliards de dettes, la france ne peut pas se permettre l’éolien !


      • manuelarm 26 juillet 2008 17:11

        Une question, c’est quoi l’indice de charge.


      • Bulgroz 26 juillet 2008 18:52

        Excellent commentaire de g.jacquin, comme dhabitude, c’est clair il s’y connait..

        C’est clair aussi , l’éolien c’est le phantasme des neuneux qui ne connaissent rien à rien au dures lois de l’électricité.

        A titre d’exemple (mais c’est anecdotique) alors que le prix aujourd’hui day ahead est à 45 €/MWh et 52 en peak, en Belgique, le gestionnaire de réseau a l’obligation de racheter l’énergie éolienne off-shore à 107€/MWh et à 90 € au delà des premiers 216 MW de capacité.

        http://www.juridat.be/cgi_loi/loi_F.pl?cn=2002071639


      • Stephane Klein Stephane Klein 26 juillet 2008 17:33

        A faire parler les anti-EnR et pro-Nuke comme Mr Jacquin.

        A quoi sert l’eolien ? a pas construire de centrales nucleaire qui suintent de toutes part. Mr Borloo declare dans la presse ’il faut inspecter a nouveau tous les sites’. Parce que ca n’est aps deja la cas ? Je croyais que nous avions la securite nucelaire la meilleure au monde ??!!

        Quelques chiffres sur le demantellement proche du nuke :

        - Cout du demantellement estime par le Royaume-Uni pour 19 reacteurs : 100 milliards. Ramene a la France et ses 56 reacteurs, c’est 294 milliards et EDF en a provisionne .... 14.

        - Le cout de revient de l’electricite nuke en Allemagne est de 9c€/kWh (integrant le demantellement) alors qu’en France, c’est 3. Alors, ou est le vrai cout du nuke ?

        Le demantellement des centrales nuke est une vraie bombe a retardement qui va peter ala figure du contribuable dans 10 ans.

        Rappelon que les centrale eoliennes et solaires doivent provisionner le demantellement.

        Pour paraphraser l’intoxicateur de service : avec 1800 milliards de dette, la France ne peut pas se permettre le nuke


        • manuelarm 26 juillet 2008 19:00

          Moi, ce que je vois, c’est difficile d’avoir un prix exact, le cout varie 300 millions à 2.5 milliard par centrale, et le plus chers est le royaume unis, qui à également choisis de laisser cela à des entreprises privées qui doivent facilement se sucré des marges net de 40%. Le moins cher c’est les USA, par contre les provisions de EDF rson t insuffisante, mais il ne manque 30 à 35 milliard seulon la cours des comptes.
          Mais la fouchette est enorme entre les differents pays . Ce que je pense, c’est que personne ne sait pas mêmes les ecolo.


        • manuelarm 26 juillet 2008 19:23

          Par contre pour le démentellement et le rétraitement, il faut pas oublié qu’il n’y a pas que EDF qui doit payer, il y a aussi areva et le CEA, à eux trois les provisions pour le démentellement et le retraitement, les provisions représentent 72 milliards d’euros. De plsu avec les nouvelle norme comptable IFRS, les provisions seront réevaluer chaque année.


        • Cug Cug 26 juillet 2008 19:18

          Je trouve logique de prévoir le démontage dans le coup smiley et sain de se débarasser des centrales nucléiares.

          Mais que font les ingénieurs ?


          • manuelarm 26 juillet 2008 19:34

            L’etat oblige en realité les entreprises a faire des provisions, ce qui revient au même, puisque l’argent est considérer comme un passif dans les comptes.


          • Laurence Bonzani, Serge Guérin, Safia Lebdi et Jean-Marc Pasquet Jean-marc PASQUET 26 juillet 2008 22:06

            L’électricité nucléaire : mode de chauffage le moins polluant ?

            Les réacteurs nucléaires, en sous régime par rapport à l’utilisation de notre parc résidentiel, ne sont pas en phase avec l’électricité nécessaire pour nos convecteurs les jours d’hiver. EDF doit alors allumer des centrales thermiques -polluantes- en complément.

            Or il faut 3,5 fois plus de fioul, de gaz ou de charbon pour alimenter une centrale qui chauffera un logement à l’électricité que si le logement était directement équipé d’une chaudière brûlant ce même fioul ou gaz. Donc 3,5 fois plus de CO2 émis. Le rendement des centrales électriques nucléaires ou thermiques est ainsi proche de 33% sans compter les pertes dans les lignes électriques, soit environ 11%.

            L’Ademe a publié en 2005 une note différentiant le contenu en CO2 de chaque kilowattheure électrique. ,

            Selon les usages faits de l’électricité, il en ressort que chaque kWh électrique consommé en période de chauffage produit 180g de CO2 et jusqu’à 260g les années à hiver froid, cette pollution par contribution à l’effet de serre étant bien évidemment à ajouter à la question des déchets nucléaires.

            A titre de comparaison un kWh de chauffage émet :

            * 200 g de CO2 s’il est produit par une chaudière gaz * 280 g de CO2 s’il est produit par une chaudière fioul * 900 g de CO2 s’il était produit par une seule centrale thermique au charbon alimentant un convecteur électrique

            Le contenu en CO2 de l’énergie nucléaire est donc loin d’être nul !

            D’après les prévisions de l’ADEME (cf note de débat sur les ENR

            page 41), la contribution CO2 d’un kilowattheure électrique pour le chauffage passera à 300 grammes en 2010.

            Rappelons que le chauffage électrique est interdit au Danemark et que dans certains cantons suisses, il n’est autorisé que si le promoteur immobilier réussit à démontrer qu’il ne peut pas utiliser un autre mode de chauffage.

            En savoir plus sur le site wwf.fr

            source : http://www.ideesmaison.com/Le-chauffage-les-differentes.html


            • Parpaillot Parpaillot 26 juillet 2008 23:48

              @ L’auteur :

              " L’électricité nucléaire : mode de chauffage le moins polluant ? "

              Si je vous résume, vous avez tout à fait raison de rappeler que le chauffage électrique est une hérésie écologique du fait des faibles rendements des centrales thermiques qui sont de l’ordre de 33% au maximum.

              Précisons en passant que les centrales nucléaires sont des centrales thermiques dont l’énergie source est de l’uranium enrichi.

              Si la France a jusqu’à ce jour promu le chauffage électrique des maisons individuelles, c’est avant tout pour utiliser l’énergie produite en excès par les centrales nucléaires, dont les caractéristiques ne permettent pas de moduler aisément la puissance produite, au même titre que toutes les centrales thermiques d’ailleurs. Ces types de centrales produisent pratiquement à régime constant. Or la consommation électrique varie en fonction des heures de la journée, des jours de la semaine, des saisons, etc. et les lois de la physique imposent d’adapter en temps réel la production à la consommation, l’électricité ne pouvant être stockée en tant que telle. Ainsi, la France avec son important parc de centrales nucléaires (plus de 70% de la production), produit trop d’énergie nocturne qu’il faut consommer ou exporter, la consommation étant plus faible durant la nuit.
              Durant la journée (ce que l’on appelle les heures pleines ou les heures de pointe), des centrales d’appoint (centrales hydroélectriques de montagne, centrales à gaz, etc.) doivent être mises en activité pour compléter la production. Durant ces heures de pointe, en hiver notamment, la France importe également de l’énergie.

              C’est un problème complexe que celui de l’énergie électrique, dont les solutions sont autant politiques, que simplement techniques.

              Diversifier les sources de production avec de l’énergie éolienne, solaire, géothermique, etc. c’est bien, voire nécessaire par les temps actuels, les ressources mondiales d’énergies fossiles n’étant pas infinies !

              Merci pour votre article !

              Cordialement !


            • Polemikvictor Polemikvictor 27 juillet 2008 09:19

              Detail : chaque fois qu’il y a des records de froid on est en situation anticyclonique , IL N’ Y A PAS DE VENT !!!

              On l’a encore observé en Décembre 2007 quand on a battu un nouveau record de consommation électrique : le panache des centrales thermiques montait verticalement à au moins 1500m d’altitude .

              Vous oubliez également que le chauffage electrique d’une habitation peut ( devrait) etre réalisé apr une pompe à chaleur, c’est la façon normale d’utiliser une source d’energie aussi sophistiquée que l’electricité alors la consommation d’energie et la production de CO2 resultante est divisée par 3.


            • bertrand 27 juillet 2008 22:40

              Sans vouloir entrer dans la polémique, parce que à force l’opposition nucléaire<->éolien ça me gave bien, je voudrais juste apporter une information ponctuelle sur l’histoire de vague de froid, anticyclone et absence de vent.

              "Detail : chaque fois qu’il y a des records de froid on est en situation anticyclonique , IL N’ Y A PAS DE VENT !!!"

              En fait c’est un peu plus compliqué, le RTE (Réseau de Transport de l’Electricité)qui est un peu l’autorité en la matière, publie des bilans tous les 2 ans. Dans le bilan de l’équilibre offre demande disponible sur le lien suivant :

              http://www.rte-france.com/htm/fr/mediatheque/telecharge/bilan_complet_2007.pdf


              Il est clairement indiqué que la corrélation entre période de grand froid et absence de vent n’est pas aussi simple. L’annexe 3 du bilan 2007 indique en conclusion (page 109) :

              Tant les mesures de production éolienne en 2005 et 2006 que l’analyse des vitesses de vent sur un historique de 20 ans font ressortir, lors des vagues de froid, des conditions de vent très variées. L’idée d’une association systématique entre le froid et l’absence de vent est erronée.
              Les deux approches font également apparaître que les conditions de vent sont atténuées en cas de vague de froid dans une très large partie nord du territoire. À l’inverse, des épisodes de mistral et de tramontane conduisent à un renforcement de la production éolienne dans ces périodes de froid sur le pourtour méditerranéen et la vallée du Rhône.


              Dans le sud de la France les périodes de froids sont ventées, habitant l’Hérault, c’est une chose que j’ai clairement constaté en décembre 2007, le vent était bien présent pendant l’épisode de froid.

               


            • Polemikvictor Polemikvictor 27 juillet 2008 09:52

              J’ai cherché vainement sur le site de l’ADEME vos references en matiere d’emission de CO2 par type d’energie car ils me surprennent beaucoup ;
              Pour l’instant les chiffres les plus communéments admis sont repris sur le site Manicore qui fait référence en la matière
              http://www.manicore.com/
               et dont je colle un extrait :

               

              Emissions en cas de substitution du nucléaire par d’autres combustibles

              Combustible

              g de CO2 (moyenne) par kWh produit

              millions de tonnes de CO2 supplémentaires si nous remplacons 400 TWh "nucléaires" par....

              % d’augmentation des émissions brutes de gaz à effet de serre en France (en 2005)

              Charbon

              900

              360

              55% à 65%

              Cycle combiné à gaz

              430

              150

              25% à 30%

              Nucléaire

              6

              0

              0%

              Hydraulique

              4

              -1

              0%

              Biomasse bois (sans replantation)

              1500

              600

              100%

              Photovoltaïque

              50 à 100

              70 à 140 (sans stockage)

              8% à 15%

              Eolien

              10

              20 (sans stockage)



              • TSS 27 juillet 2008 09:54

                pour paraphraser @Gjacquin continuons le nucléaire par l’EPR qui soi dit en passant n’est absolument pas

                quelque chose de nouveau ni d’innovant contrairement à ce que dit AREVA !!

                et puis enterrons des dechets à plusieurs miliers d’années de vie !!on s’en fout on ne sera plus là !

                laissons les generations futures se dem....r !!!(ex:les fuites de dechets enterrés dans d’ex mines de sel en

                Allemagne ,actuellement)

                la mise en place actuelle d’hydroliennes(le mvt de la mer est permanent) et d’eoliennes

                tangentielles tournant au moindre souffle et n’ayant pratiquement pas de contraintes par vent fort et de

                plus beaucoup moins envahissantes au niveau visuel est le veritable avenir !!!


                • g.jacquin g.jacquin 27 juillet 2008 11:13

                  @TSS

                  Sans rentrer dans les détails :

                  1) L’EPR est quand même différent des PWR actuel ne serait-ce que par leur prix !

                  2) Les déchets des centrales actuelles et EPR serviront de combustible pour les centrales G4. Si vous aller sur le site de l’ANDRA, vous verrez que le volume des déchets n’est pas si monstrueux que certain le laisse entendre…Sans nier la dangerosité des déchets, il faut admettre qu’ils sont actuellement, correctement gérés. Comme je l’ai expliqué plus haut, il est impératif de se donner les moyens d’accroitre la sécurité ou la sureté des centrales et leurs annexes ! Economiser en ne construisant pas d’éolienne pour augmenter cette sécurité me semble une bonne méthode.

                  3) Créer un mix énergétique ne me choque pas…bien au contraire !!! mais à la seule condition que ce ne soit pas dans le but d’enrichir quelques uns au détriment de tous les autres (comme l’éolien actuel) ! alors après, hydroliennes, éoliennes tangentielles type statoéolienne Le Gual ou Windside et une dizaine d’autres, pourquoi pas. J’ajouterai également, que le projet d’implanter une centrale photovoltaïque dans le désert du Sahara me satisferait assez car cela sous entendrait que certains problème géopolitiques soient réglés !

                  @ L’auteur

                  Je pense quand même que pour écrire un article sur l’éolien, il faut un peu plus que d’être un financier !

                  Chacun son job. Même s’il est vrai que l’éolien est d’avantage compris comme un produit financier rentable, cela reste avant tout un générateur d’électricité ! D’autre part, le fonctionnement de la production comme de la consommation française d’électricité est EXTREMEMENT COMPLEXE. Commencez donc par vous informer sur les rapports de RTE, Lisez en particulier les rapports sur la sécurité et vous comprendrez que l’accueil de l’éolien pose problèmes. Particulièrement, vous avez soulevé le problème des périodes de consommation (base, pointe, extrême pointe…) . Il faut comprendre que l’éolien ne peut se substituer de façon fiable, en période d’extrême pointe à du thermique. Jamais RTE ne prendra le risque de planter une région dans le cas ou une intermittence de vent pourrait survenir, obligeant à délester les abonnés ! Ce qui revient à utiliser l’éolien en semi base (là ou le nucléaire ne peut être concurrencé !). Par contre, utiliser l’éolien pour remplir des lacs pendant les périodes de pluies, utiliser l’éolien pour éviter (limiter) des inondations en pompant l’eau vers des retenues ou elle sera utilisée plus tard, là d’accord, mais en aucun cas, en dehors d’une déclaration d’utilité publique ! Actuellement l’éolien est uniquement d’utilité privée (la preuve c’est que vous êtes un financier et en parlez comme tel !). L’éolien actuel ce comporte comme s’il était d’utilité publique, ce qui n’est pas vrai, et est inacceptable.


                  • EtHop 27 juillet 2008 12:57

                    Une fois de plus, on embrouille l’esprit des gens.... Cela s’appelle de la désinformation..

                    Sous prétexte que le vent est naturel, cela ne peut nuire d’utiliser cette énergie...

                    Jusqu’à preuve du contraire, l’assertion de Monsieur Lavoisier est toujours vraie :" Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme..".

                    Donc en utilisant la force du vent, il faut bien prendre conscience du fait qu’on va modifier l’écosystème, ne serait ce que la pollinisation, les cycles d’évaporation, etc..
                    Il en est de même pour l’énergie marée motrice..

                    De même, mettre des capteurs photo-voltaïques en pleine nature va avoir un impact sur le climat, etc..
                    Par contre là où c’est déjà fait (en zone habitée), cela représente la solution la moins dangereuse MAIS certainement pas la plus écologique, vu que la fabrication des éléments nécessaires (chimiques..) génèrent de la pollution..

                    L’énergie nucléaire est certainement la plus dangereuse à court terme mais aussi la plus prometeuse à long terme, c’est une question de technologie.

                    Cordialement,
                    EtHop.


                    • g.jacquin g.jacquin 27 juillet 2008 14:53

                      @ EtHop

                      Tout à fait d’accord ! En plus il faut bien comprendre que l’électricité, ce n’est pas magique ! Il faut la produire et que l’énergie produite dans un alternateur ne peut passer de 0 à plusieurs centaines de MWh en quelques millisecondes !
                      Prendre le risque de mettre des puissances aussi importante de production éolienne en un seul lieu alors que l’on connait le coté aléatoire de cette production, oblige d’avoir une source de remplacement quasi spécifique qui soit rapide à ce coupler et à voir sa charge augmenter ! Même la centrale à gaz la plus rapide ne peut le faire en 20 ms, temps qui permet une totale transparence avec un maintien de la sécurité réseau à 100%...

                      Dès ce temps dépassé, la fréquence baisse, la tension baisse tant que la ou les centrales de remplacement non pas compensées la perte de production éolienne. Et si on dépasse les seuils de sécurité, ouverture des protections ! Donc délestage ! Autrement dit les 900 000 personnes dont nous parle l’auteur se retrouveront dans le noir ! Et d’avantage si la sélectivité du réseau n’est pas bonne (ce reporter aux incidents graves sur le doc RTE).

                      Ce n’est pas un scenario catastrophe mais une situation qui va devenir habituelle car ce qui se passe pour 700 MW, ce passera pour quelques dizaines de MW dès lors que l’on sera en extrême pointe (tous les producteurs quasi au max), sur des postes EDF alimentant des communes de 2 ou 3000 Habitants. Cela se traduira, vu des abonnés, par des petites ou longues coupures sauf que l’ensemble des matériels électroniques de l’habitation supportera mal les incessantes variations de tension et fréquence.
                      Ce n’est pas pour rien si EDF, depuis qu’il existe, impose des spécifications des plus sévères aussi bien pour les centrales de production que les protections, postes et lignes de transport. Alors mélanger un systeme fiable à plus de 99% avec un systeme aléatoire (l’éolien) dont on sait que la charge maxi est de 25% /an mais dont on n’est incapable de prédire à quel moment on produit ou pas !!!


                      • Chelyabinsk 27 juillet 2008 19:29

                        C’est fatiguant tous ces gens qui s’imaginent que la technologie des éoliennes n’a pas évolué depuis 2000/1970/les moulins à vent hollandais (rayer la mention inutile). Et c’est encore plus fatiguant les gens qui ne prennent même pas la peine de se renseigner avant de se permettre de donner leur avis...

                        Les danois ont parfaitement su gérer des pointes à plus de 80% de vent fourni par les éoliennes, le vent est d’ailleurs beaucoup plus facile à gérer pour l’opérateur électrique danois que les cogénérations industrielles qui les oblige à importer ou exporter de l’électricité selon le prix du jour de l’électricité scandinave (et si on peut couper une éolienne, on peut difficilement demander à quelqu’un d’arrêter de se chauffer)..

                        L’Espagne gere aussi  parfaitement des pointes d’éolien et l’Allemagne également, pourtant ces deux pays ont un fort pourcentage d’électricité qui vient du nucléaire, énergie qui est la moins pilotable de toutes.

                        Les variations de très courte durée sont gérée au niveau de l’éolienne, le découplage entre le rotor et la génération d’électricité est effectué par l’électronique de puissance dans les éoliennes à vitesse variable ce qui permet de lisser la production d’électricité en accélérant et décélérant le rotor qui sert de stockage d’énergie sur le court terme.

                        Pour des infos techniques détaillés on pourra se référer à cette étude finlandaise...

                        http://www.vtt.fi/inf/pdf/workingpapers/2007/W82.pdf


                      • g.jacquin g.jacquin 29 juillet 2008 08:08

                        @ Chelyabinsk

                         

                        Comme je vous comprends !!! Mais voyez vous ce qui est encore plus fatiguant, ce sont les gens qui ne prennent même pas la peine de lire ou d’essayer de comprendre ce qu’il y à d’écrit dans les commentaires précédents et qui répondent, fatalement à coté, tout en laissant entendre que seul, eux détiennent la vérité !

                        J’ai donc lu cette étude Finlandaise très bien faite…Sauf que le problème que je soulève (déjà depuis pas mal d’années) est le traitement du cas limite : Arrêt non prévu d’un ensemble d’éoliennes représentant une puissance non négligeable au vu du réseau sur lesquelles elles sont raccordées ! (relire mes posts ci-dessus).

                        Ce cas n’est pas traité dans l’étude de VTT en tout cas ce sujet n’apparaît pas. (il n’y a pas la totalité de l’étude sur le site).

                        Nota : ce sujet complexe, car il remet en cause l’éolien tel qu’il est traité en France, ne figure pas non plus dans les différents rapports de RTE.

                        Pour votre information, ce genre de problème doit ce poser une bonne centaine de fois par an…A ce jour RTE ne nous donne aucune assurance de transparence. De même, il n’existe toujours pas de schémas directeur éolien, hors pour déterminer la fiabilité d’un réseau, le minimum est d’en connaitre la structure !
                        Ce sujet est important car il met en cause la sécurité du réseau ! Ce qui pourrait bien entrainner quelques milliars d’€ de travaux supplémentaires pour EDF et dans ce cas, c’est nous, encore une fois, qui payons !

                        Concernant votre commentaire, je vous confirme que la régulation d’une éolienne fonctionne bien... Mais au même titre que le petit groupe électrogène de 1.5 KVa que vous acheter chez casto et qui, lorsque vous branchez un projecteur de 1000W dessus augmente bien l’arrivée d’essence du moteur thermique de façon à maintenir, coté alternateur, le 50 Hertz et le 220V. C’est évidemment sans intérêt !

                        Néanmoins, je vous conseille l’introduction de cette étude :

                        … l’éolien nécessite plus de flexibilité du système d’alimentation…

                        Sous entendu, les variations du réseau comme la variabilité et l’incertitude des éoliennes, sont compensées par une grande souplesse des autres producteurs ! Ce qui n’est pas le cas en France à cause du nucléaire…

                        Je vous conseille également le paragraphe 2 : Impact du système d’alimentation éolien !

                        Ou il est question de la variabilité et l’incertitude de l’éolien et des impacts induits sur la fiabilité et l’efficacité du système d’alimentation.

                        A la votre !


                      • foufouille foufouille 27 juillet 2008 20:26

                        franchement les antis vous devriez ressortir vos vieux posts

                        l’electricite se vend sur le marche financier comme tout. donc il n’y a pas de contrat.
                        le marche du nucleaire enrichi AUSSi quelques personnes. par le non renouvelable a besoin de combustibles QUE NOUS N AVONS PAS : uranium, gaz, petrole..........
                        meme si actuellement les eoliennes ne peuvent produire tout le temps, des eoliennes volantes le pourraient peut etre. d’ailleurs pendant la canicule EDF arrosait les centrales pour les refroidir et EDF a du acheter du courant a l’etranger

                        en plus les dechets qui dure 1000a au moins, balancer partout dont au bord des cotes..........
                        mais bon vous et vos momes, vous dever etre comme hulk, resistant


                        • EtHop 28 juillet 2008 08:38

                          Franchement, les pros, vous devriez réflechir aussi..

                          Vous n’allez quand même pas prétendre que l’éolien n’a aucun impact négatif sur l’environnement ?

                          Les centrales nucléaires des générations suivantes seront capables d’utiliser les dechets actuels et ainsi de suite..

                          Je préfère un monde qui progresse dans la connaissance plutôt que de voir le monde à travers des pales et avec un casque anti-bruit...


                        • foufouille foufouille 28 juillet 2008 12:49

                          je suis pas un pro

                          le tout nucleaire c’est mieux ?
                          les dechets nucleaires, les fuites le secret "defense"...........


                        • Sav 27 juillet 2008 23:50

                          Merci de votre article et des remarques d’un certain nombre de commentateurs, en particulier des liens documentaires. Celui fourni par Cheliabinsk notamment est remarquable.


                          • EtHop 28 juillet 2008 09:49

                            Puisque vous aimez les références, en voici :


                            - Impact de l’éolien :
                            http://www.observatoire-environnement.org/OBSERVATOIRE/IMG/pdf/eolien_pages8-9b.pdf
                            www.lpo.fr/etudes/eolien/index.shtml
                            www.bretagne-environnement.org/article/l-eolien-les-impacts


                            - Impact spécifique aux sites marins :
                            www.ifremer.fr/dtmsi/colloques/seatech04/mp/article/7.eolien_offshore_ impacts/7.1.IFREMER.pdf


                            - Rendement, etc :
                            www.manicore.com/documentation/eolien.html

                            J’ai sauté des articles où, pour convaincre les gens, on fait miroiter des ressources fiscales mais dont il ne faut pas oublier la source : NOUS !!!

                            Globalement, je suis d’accord que très ponctuellement, on puisse utiliser l’éolien : sur des habitations pour alimenter les chauffe-eau électriques, par exemple..
                            Mais les grands parcs d’éoliennes me semblent tenir du délire, actuellement car, autant que pour le nucléaire, la recherche fait progresser la technologie.

                            Il est par contre urgent de faire des économies d’énergie, c’est actuellement la méthode la plus efficace pour faire durer la planète.


                          • manuelarm 28 juillet 2008 11:24

                            Mer ci pour les liens, enfin quelqu’un qui defent son avis avec des sources.
                            Donc si j’ai bien compris l’impact nuisible est surtout le bruit, et qu’elle ne peuvent fonctionner que entre 3 et 25 m/s de vent, donc ce n’est pas une solution miracle. On en vient toujours au même conclusion, developpons toutes les energie accessible toute en diminuer la part de celle qui emettent le plus de CO2 voire les faire disparaitre le plus vite possible.
                            Et pour le nucléaire, comme on le sait c’est un non débat, puisqu’il ya de la propagande étatique et egalement des ecolo. C’est un sujet rarement traité avec objectivité.


                          • foufouille foufouille 28 juillet 2008 12:54

                            y a pas de solution miracle. en mer justement le bruit.........

                            le truc est que ca doit etre les memes qui prennent le marche. y a pas de combustible, peu de dechets. pas de secret "defense". donc moins de fric a gagner et de gens a soigner.

                            un type avait imagine que mettre des mini eoliennes sur les toits de paris produirait pas mal de courant et en plus diminuerait la pollution........


                          • EtHop 28 juillet 2008 16:00

                            C’est vrai, il n’y a pas de solutions miracle....

                            Mais quand on met une solution en avant, il faut bien voir l’impact global !!

                            Une éolienne, c’est aussi de l’acier (dégagement de CO2), du plastique (dégagement de CO2+utilisation de pétrole) entre autres....
                            Plus des impacts sur la climatologie que tout le monde veut bien ignorer de nos jours..

                            Il faut penser vite et bien : une solution à court terme peut s’avérer désastreuse 50 ou 100 ans plus tard..
                            Pour l’instant, la solution la plus prometteuse est l’énergie nucléaire, même si elle peut être dangereuse.. Mais elle est dangereuse en cas d’accident, pas en tant qu’énergie.. Les progrés techno vont faire que les déchêts actuels serviront de source d’énergie plus tard.

                            Alors qu’on ne sait pas l’impact en utilisation des énergies soit disant renouvelables.. Je dis "soit disant" parce qu’en prenant l’énergie du vent, il est quand même logique d’affirmer que ce même vent a moins d’énergie, donc ce manque peut avoir des influences sur tout ce qui dépend du vent (évaporation, stagnation des masses d’air, pollinisation, etc..)

                            Pour l’heure, la première chose à faire est d’économiser l’énergie et c’est la seule chose insensible à la subjectivité, donc applicable par le commun des mortels (nous) sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.


                          • foufouille foufouille 28 juillet 2008 18:13

                            sauf la fusion , le nucleaire date de 50

                            vachement prometteur

                            les dechets ne peuvent pas servir de combustibles car pour ca il faudrait separer les isotopes. si c’etait si simple le raffinage de U238/235 n’aurait aucun interet

                            une centrale bouffe grave du beton-acier. en plus apres c’est PLUSBON radioactif. DOUBLEPLUSBON meme


                          • manuelarm 28 juillet 2008 18:58

                            Il y a des dechet avec la fusion, cela dépent quelle reaction du produit, par exemple :

                            Deuterium+deuterium= He3 +neutron
                            deuterium + Deuterium= Tritium +proton
                            deutérium+ tritium= He4 + neutron
                            deutérium+He3=He4 +proton
                            voila les réactions possible dans le réacteur or le tritium est faiblement radioctif, et même si une parti peu servir (equation 3), la totalité du tritium ne sera pas utilisé donc il faudra le stocké , ou bien le réutilisé pendant la fusion.


                          • EtHop 28 juillet 2008 19:15

                            Certes, le nucleaire date.... Mais de combien date l’éolien ??

                            Je sais qu’il y a du béton et de l’acier (zntre autre) dans les centrales nucléaires, je disais simplement qu’une éolienne n’est pas l’objet aussi écologique qu’on le dit.. !!

                            Quant aux déchêts des centrales nucléaires, la quatrième génération en retraitera une partie et/ou n’en fabriquera que beaucoup moins.. Et ainsi de suite..

                            Par contre implanter des eoliennes dans l’état actuel de cette technologie, c’est s’imposer de tout refaire dans quelques décennies car le rendement actuel, à moins de couvrir le pays de ces appareils, n’apporte qu’un gain ridicule quant au CO2 dégagé, et encore sans compter le co2 dégagé lors de la fabrication de ces choses..

                            Et, je le répète, prendre l’énergie du vent n’est pas gratuit, cela a forcément un impact sur la faune, la flore et le climat, peut-être pas spectaculairement mais sûrement insidieusement comme les OGM...

                            Donc, dans l’état actuel des choses, je redis que le meilleur moyen de baisser les emissions de co2 est de réduire notre consommation, c’est le plus efficace et on n’a pas le droit de ne pas le faire.

                            Merci de cliquer sur les liens que j’ai mis dans ce thread..

                            Cordialement.


                          • foufouille foufouille 28 juillet 2008 20:41

                            une est fabrique donc effectivement elle pollue. quand elle produit de l’electricite, elle ne pollue pas. le vent fait tourner les pales etc

                            la fusion est juste theorique pour l’instant. chaude ou froide.. on ne peut savoir quelle la duree de vie ni quel sont les dechets reels. le nucleaire actuel se contente d’utiliser de l’uranium enrichi pour faire bouillir l’eau qui active une turbine. il y a bcp de dechets tres dangereux. par contre les fuites et problemes pourraient etre eviter avec du fric. mais fric + secret defense ca fait pas une bonne propagande. en plus ca rapporte moins.
                            en plus on a PAS d’uranium
                            du vent on en a. contrairement au nuke qui stagne les eoliennes evolue mais pasgrace aux gros groupes.
                            l’impact ecologiques des eoliennes marines est ridicule face a tchernobyl........


                          • manuelarm 28 juillet 2008 21:48

                            c’est peut être theorique, mais la durée de vie du tritium est bien connu, sa période de 12 ou 13ans (ou demi -vie)


                          • EtHop 29 juillet 2008 09:34

                            Oui Foufouille, le vent fait tourner les pales.... Mais qu’advient il après ???

                            Vous conviendrez que ce vent ne peut être le même avant et après avoir fait tourner les pales. Donc il y  a forcément un impact "caché"... Une énorme masse d’éoliennes, comme ce genre de projets dont parle l’article qui nous fait réagir, a certainement une influence sur la flore et le climat, si ce n’est à court terme, au moins dès le moyen terme.. Et là, tout le monde s’en fout, sous des prétextes illusoires de petit gain à court terme..

                            Le tout petit gain de co2 en implantant ce champ d’éoliennes peut être décuplé en économisant l’énergie, tout de suite, sans détruire de paysages et sans risque sur l’environnement : il n’y a que du bonus.. Je ne comprends pas que vous ne militiez pas là dessus !!

                            Quant à la fusion, elle est théorique, c’est vrai.. Mais, pour l’instant !!
                            Comme l’ont été l’informatique, les cd (qui font appel à de la physique quantique), les voyages dans l’espace, etc...


                          • foufouille foufouille 29 juillet 2008 17:32

                            l’interet des eoliennes maritime est qu’il n’y a pas de bobo qui chouine a cote. y a pas de paysage.
                            l’economie d’energie c’est super. mais a chaque c’est pour les bourges. nous on attend 10 ou 20a pour pouvoir en beneficier. et comme tjrs les potes profitent du marche en etant agree.
                            la fusion est plus bloque volontairement. c’est un russe qui a fait le plus de test dessus. les dechets sont bcp moins nombreux. moins d’entretien. en gros on "fabrique" un petit soleil. moins de fric a gratter donc.........

                            on peut aussi dire que les maisons peuvent etre totalement isollee. pour info l’isolation en papier recycle est 20% plus chere. on se fout de la geuele du monde la
                            pareil pour les velo couche. zero francais.un velo carene, la moitie du prix d’une bagnole en etant gentil...........


                          • g.jacquin g.jacquin 29 juillet 2008 14:46

                            @ Chelyabinsk suivant son commentaires du 27 juillet 19h29

                             Comme je vous comprends !!! Mais voyez vous ce qui est encore plus fatiguant, ce sont les gens qui ne prennent même pas la peine de lire ou d’essayer de comprendre ce qu’il y à d’écrit dans les commentaires précédents et qui répondent, fatalement à coté, tout en laissant entendre que seul, eux détiennent la vérité !

                             J’ai donc lu cette étude Finlandaise très bien faite…Sauf que le problème que je soulève (déjà depuis pas mal d’années) est le traitement du cas limite : Arrêt non prévu d’un ensemble d’éoliennes représentant une puissance non négligeable au vu du réseau sur lesquelles elles sont raccordées ! (relire mes posts ci-dessus).

                             Ce cas n’est pas traité dans l’étude de VTT en tout cas ce sujet n’apparaît pas. (il n’y a pas la totalité de l’étude sur le site).

                             Nota : ce sujet complexe, car il remet en cause l’éolien tel qu’il est traité en France, ne figure pas non plus dans les différents rapports de RTE.

                            Pour votre information, ce genre de problème doit ce poser une bonne centaine de fois par an…A ce jour RTE ne nous donne aucune assurance de transparence. De même, il n’existe toujours pas de schémas directeur éolien, hors pour déterminer la fiabilité d’un réseau, le minimum est d’en connaitre la structure !
                            Ce sujet est important car il met en cause la sécurité du réseau ! Ce qui pourrait bien entrainner quelques milliars d’€ de travaux supplémentaires pour EDF et dans ce cas, c’est nous, encore une fois, qui payons !

                            Concernant votre commentaire, je vous confirme que la régulation d’une éolienne fonctionne bien... Mais au même titre que le petit groupe électrogène de 1.5 KVa que vous acheté chez casto et qui, lorsque vous branchez un projecteur de 1000W dessus augmente bien l’arrivée d’essence du moteur thermique de façon à maintenir, coté alternateur, le 50 Hertz et le 220V. C’est évidemment sans intérêt !

                            Néanmoins, je vous conseille l’introduction de cette étude :

                             ...l’éolien nécessite plus de flexibilité du système d’alimentation…

                            Sous entendu, les variations du réseau comme la variabilité et l’incertitude des éoliennes, sont compensées par une grande souplesse des autres producteurs ! Ce qui n’est pas le cas en France à cause du nucléaire…

                            Je vous conseille également le paragraphe 2 : Impact du système d’alimentation éolien !

                            Ou il est question de la variabilité et l’incertitude de l’éolien et des impacts induits sur la fiabilité et l’efficacité du système d’alimentation.

                             

                            A la votre !


                              • Xavxav 30 octobre 2008 17:06

                                L’efficacite de l’énergie éolienne pour limiter l’émission de gaz à effet de serre est contestée par de nombreux spécialites. En effet, la puissance disponible est dépendante du vent. Elle n’est pas forcément en phase avec les besoins. La solution est d’utiliser des centrales à charbons ou à gaz pour combler cette lacune. Et ces dernières sont génératrices de gaz à effet de serre.

                                http://www.enerzine.com/273/Eolien-industriel-et-gaz-a-effet-de-serre/participatif.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès