Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Et si on écoutait un peu Nicolas Hulot

Et si on écoutait un peu Nicolas Hulot

 Dans le livre Pour un pacte écologique, le message principal était d’organiser une société de "l’être" plutôt que de "l’avoir".
Après les belles promesses électorales, que reste-t-il de ce message ?

Je me souviens comme si c’était hier, du jour et de l’endroit où j’ai acheté le livre de Nicolas Hulot, Pour un pacte écologique. C’était quelques mois avant que les principaux candidats à l’élection présidentielle de 2007 ne se fassent connaître. Je ne savais pas précisément ce que j’allais y trouver, mais la lecture en a dépassé toutes mes espérances, car, au-delà de la simple critique du consumérisme et des mises en garde sur un avenir où l’énergie serait rapidement plus chère, j’y avais trouvé la solution ultime au brutal effondrement des sociétés occidentales. J’ai alors eu l’immense espoir qu’un individu puisse avoir suffisamment de charisme pour convaincre la majorité de la population qu’il fallait changer de vie avant que la vie ne nous change tous de force.

Des centaines de milliers de lecteurs ont à leur tour adhéré à ces conclusions et le phénomène a pris de l’ampleur les mois suivants, jusqu’à faire vaciller le fragile équilibre de notre République et entraîner début 2007 un « phénomène Coluche », lorsque d’énormes pressions ont eu lieu pour que Nicolas Hulot retire sa candidature. Ceci fut fait en échange de promesses de tous bords sans lendemain comme toujours, car nos politiciens ne savent fonctionner qu’en fonction des groupes de pression qui les manipulent et que, dans ces milieux non plus, l’opinion n’est pas encore prête.

Mais que dit le pacte écologique ?

La terre est « nous ». Nous sommes « la terre ». Un peu comme « Gaia » dans le cycle des fondations d’Isaac Asimov.

 Si nous voulons la préserver pour les générations futures (pas si futures que ça), c’est maintenant qu’il faut changer de mode de vie. Le phénomène du rapide réchauffement climatique est très grave, mais ça n’est qu’un épiphénomène devant le reste des dégradations que notre consommation effrénée des différentes ressources de la planète fait courir à nos enfants. De toutes les façons, le réchauffement climatique ralentira seul (avec pas mal d’inertie) dès que les activités humaines diminueront proportionnellement à la population. On ne choisira pas la façon dont l’humanité perdra la plus grande partie de ses membres, famine, maladies, guerre, etc. (Cf. Les conclusions du club de Rome).

 En conséquence et, s’il ne faut retenir qu’une conclusion du pacte écologique, c’est :

Diminuons la croissance, inventons une société de décroissance, qui soit le plus équitable possible, et n’attendons pas que la décroissance non programmée s’impose à nous de façon brutale et pas équitable du tout.

Ceci n’est pas une prévision, ce sont des faits que tout le monde peut constater, mais comme un grimpeur le nez contre la falaise qui ne peut en mesurer la hauteur nous sommes « aveugles » de ce qui nous attend, ou bien nous ne voulons pas le voir. Il est probablement déjà trop tard car différents mécanismes macro-économiques sont dans la zone rouge si on peut dire. Dans quelques siècles, si les historiens existent encore, ils associeront le début du XXIe siècle au début de la guerre mondiale des ressources sur la planète. La présence occidentale renforcée dans le golfe Persique et bientôt le Caucase en sont les témoins indiscutables. La pression que l’on fait régner sur l’Iran, plus que sur la Corée du Nord d’ailleurs, l’omniprésence des Russes et des Chinois dans les espaces délaissés par l’Occident le confirment jour après jour.

La crise financière naissante depuis un an et qui commence à prendre de l’ampleur jour après jour va fatalement entraîner des désordres sociaux majeurs dans les grandes démocraties occidentales au cours des années à venir. Elle va également augmenter la souffrance des peuples du Sud et leur marginalisation, quelles que soient les belles paroles du genre : on ne laissera pas tomber l’Afrique, nous sommes tous des Africains, etc.

Les émeutes de la faim au printemps dernier sont les prémices des mouvements qui vont accompagner la frustration des pays émergents lorsque les démocraties occidentales se replieront sur elles-mêmes.

 On pourrait trouver chaque jour dans l’actualité internationale des faits qui confirment cette évolution, non pas à venir, mais en cours.

 Que constate-t-on à présent de la part de nos élites qui disent avoir soutenu la démarche de Nicolas Hulot pour séduire son électorat :

Le Grenelle de l’environnement a permis une démarche positive, dans la bonne direction en mettant en phase tous les acteurs concernés. Un an plus tard, nous en sommes toujours à des mesurettes saupoudrées ci et là en essayant de ne pas froisser les différents lobbies, tandis que M. Attali donne ses conseils sur les mesures à prendre pour soutenir la croissance. Tout d’un coup, il annonce que la crise financière sera redoutable pour nos économies. Ça n’est pas un scoop et c’est quand même bien le signe que nos élites n’ont sinon rien compris aux propos de Nicolas Hulot, tout au moins jamais essayé de mettre en œuvre la moindre mesure de fond. On l’a vu cet été avec la hausse des prix du pétrole. Il s’agissait là d’une formidable opportunité de préparer la population à se « désintoxiquer » de cette dépendance, mais bien au contraire on nous a parlé d’aides à la cuve, de subventions pour les routiers, etc.

 La seule issue correcte sur le long terme et pour ne plus vivre à crédit sur le dos de nos enfants aurait été d’accepter ces hausses et de les accompagner. Le courage politique n’est pas, hélas, pas une qualité de nos élites.


Moyenne des avis sur cet article :  3.52/5   (54 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 15 octobre 2008 15:20

    inventons une société de décroissance, qui soit le plus équitable possible, et n’attendons pas que la décroissance non programmée s’impose à nous de façon brutale et pas équitable du tout.

    C’est ce qui est le plus important , il faut absolument diminuer la population mondiale car les ressources sont déjà insuffisantes si tout le monde veut s’aligner sur nos standards de développement .
    Si la population n’augmente quasiment plus ou même décroit en occident , malheureusement elle continue d’exploser dans les pays qui sont déjà en faillite totale ! Plus on est de fous , moins il y aura de riz !


    • MarcDS MarcDS 15 octobre 2008 15:48

      Si je vous comprends bien, vous voulez diminuer la population mondiale pour préserver la société de surconsommation ? J’ai comme un frisson, là...


    • LE CHAT LE CHAT 15 octobre 2008 16:38

      @MARC DS

      t’as bien compris , croissez et multipliez , c’est un concept qui n’est plus de mise , sauf chez les cathos intégristes sauce Vatican ! les diatribes sur le préservatif sont complétement débiles alors que beaucoup de pays sont surpeuplés comparativement à leurs ressources !


    • Romain Desbois 15 octobre 2008 16:53

      Le mot décroissance est mal compris comme l’était le mot antimondialiste.
      C’est devenu altermondialiste, plus juste à mon sens.
      Pourquoi ne pas dire altercroissance ? Les décroissants ne veulent pas que tout décroisse.

      Cela passe déjà par l’arrêt du gaspillage, par l’arrêt du pillage des matières premières des pays pauvres, par le commerce réellement équitable (y compris chez nous, pauvre caissière) et donc par une meilleure répartition des richesses.

      L’altercroissance c’est faire mieux, pas faire moins.
      du gagnant/gagnant

      Je pense que nous devons être tous d’accord.
      Non ?


    • Botsu 15 octobre 2008 20:39

      Entièrement d’accord Le Chat dans son premier commentaire...

      Décroissance, au sens ou il devient impératif que la population mondiale se stabilise puis diminue éventuellement. Ceci grâce à un développement qui n’est pas vraiment pris en compte dans les savants calculs de nos partisans de la croissance économique illimitée. Ce qui nous amène au 2e aspect, à savoir : comment continuer à accroitre sans cesse notre production et notre consommation dans un monde fini. 

      Imaginez des rats dans une cage qui se multiplie d’abord par 2, puis par 4, et ainsi de suite...


    • LE CHAT LE CHAT 16 octobre 2008 09:10

      @BOTSU

      Imaginez des rats dans une cage qui se multiplie d’abord par 2, puis par 4, et ainsi de suite...

      Bien vu l’image , la croissance exponentielle est finie ! on est plutôt sur le radeau de la Méduse à répartir les doses de survie avant de décider qui va être mangé !


    • sisyphe sisyphe 16 octobre 2008 09:47

      Le problème n’est pas celui de la population mondiale. 
      Des politiques sont déjà menées, dans les pays émergents, pour diminuer le nombre des naissances (notamment en Chine) et, en Occident, la natalité est tout juste assurée. 

      Le problème est, effectivement, celui d’une croissance moins prédatrice des ressources naturelles, moins polluante, et, surtout, dont les richesses seront mieux redistribuées. 

      Jean Ziegler, rapporteur pendant 8 ans de l’ONU, pour le droit à l’almentation, (qui sait donc de quoi il parle), assure que la terre produit suffisamment pour nourrir 2 fois la population actuelle. Le problème est dans la redistribution, et les politiques menées, notamment sur les agro-carburants (voir ici son interview)

      Il faut, impérativement, réorienter les politiques énergétiques, vers des sources naturelles, inépuisables, et non-polluantes : thermique, hydroélectrique, biomasse, éoliennes, et, surtout solaire, pour remplacer, à terme, le nucléaire, et le pétrole ; avec des moteurs à air, à hydrogène, électriques, etc....

      Le problème, pour cette politique, absolument urgente, est le poids des lobbies et des énormes puissances financières auxquelles elle s’attaque, forcément. 
      Les compagnies pétrolières sont, depuis 50 ans, les puissances qui dirigent la politique mondiale, leurs fortunes sont colossales, et elles n’entendent certainement pas lâcher leur part de gateau si aisément. 

      Le système financier, lui, qui permêt la spéculation, notamment, sur les denrées de première nécessité, fait également, on le sait, des dégâts considérables, et empêche la mise en place de politiques soucieuses de l’environnement, de la juste redistribution, et d’une maîtrise des conditions de la croissance. 

      Les politiciens, eux, ont les mains liées, par les puissances financières qu’ils représentent, ou qui les maitrisent.

      Le mouvement nécessaire qui peut amener une autre croissance, réduire la pollution, respecter les ressources naturelles, exploiter les énergies renouvelables, et taxer les pollueurs, ne pourra donc venir que d’une mobilisation suffisamment puissante des citoyens du monde. 

      A cet égard, des hommes comme Hulot, également Bové, Al Gore, Ziegler, et bien d’autres, sont des relais indispensables pour la sensibilisation à ces problèmes ; il faut soutenir et répercuter leur démarche. 


    • sheeldon 16 octobre 2008 10:52

      bonjour

      mettre jean ziegler dans le meme sac que nicolas hulot .......

      il y en a un qui travaille pour tf1 (bouygue l’écologique c’est bien connu ) et qui est sponsorisé par rhone poulenc et l’autre qui travaillait a l’onu et qui écrit des livres tels que "les nouveaux maitres du monde , ou la suisse lave plus blanc (de mémoire ) .

      autant je trouve que jean ziegler est respectable et passionant meme si comme pour stiglitz ou amartya sen je ne suis pas d’accord avec leurs solutions pour changer ce système , autant le bouffon de bouygue me fait pitié !

      cordialement

      je n’ai pas parlé de al gore mais franchement un mec avec six 4/4 dans le garage qui me parle écologie mdr


    • Z Z 16 octobre 2008 11:32

      "Pourquoi ne pas dire altercroissance ?"

      Parce que le mot "décroissance" a l’avantage de ne pas être récupérable, et donc dévoyé, par les politocards, les publicitaires et les requins en tous genres, comme l’a été par exemple le terme "développement durable".

      En gardant le terme "décroissance", on ne peut pas trahir l’esprit initial du mouvement, qui est une critique de la société de consommation. Même si ça ne passe pas par une décroissance effective du PIB, même si ça ne passe pas par une décroissance de la consommation de tous les types de biens.

      "Altercroissance", ça peut être récupéré par les communiquants du côté obscur pour faire croire qu’une autre société de consommation est possible. C’est comme "croissance verte".

      En bref, il me semble difficile de nous vendre de la croissance maquillée en décroissance. Parce que le mot décroissance est fort et sans ambiguïté quant à sa critique de la consommation. Alors qu’on n’arrête pas de nous vendre du non-durable qu’on maquille en développement durable.

      Sinon, on dit parfois aussi "objection de croissance".


    • hans lefebvre hans lefebvre 16 octobre 2008 11:39

      La démographie nous enseigne que le pic de population sera atteint en 2050, avec 9 milliards d’êtres humains, loin des 10 milliards envisagés il y a encore 15 ans, puis une décroissance devrait suivre, le principal est d’arriver à l’équilibre, ce qui nécessite un taux moyen de fécondité de 2,1. En outre, l’économie nous enseigne une règle jamais démentie, à savoir, plus on est prospère et plus le taux de fécondité diminue.
      Dés lors, pour atteindre un ceratin état d’équilibre, répartir équitablement les richesses et les peines !
      @ l’auteur, quant à hulot, permettez-moi de lui préférer Pierre Rabi !
      http://www.pierrerabhi.org/blog/index.php


    • sisyphe sisyphe 16 octobre 2008 11:46

      							par sheeldon (IP:xxx.x34.76.166) le 16 octobre 2008 à 10H52 							
      							

      															
      							 								mettre jean ziegler dans le meme sac que nicolas hulot .......

      il y en a un qui travaille pour tf1 (bouygue l’écologique c’est bien connu ) et qui est sponsorisé par rhone poulenc et l’autre qui travaillait a l’onu et qui écrit des livres tels que "les nouveaux maitres du monde , ou la suisse lave plus blanc (de mémoire ) .

      autant je trouve que jean ziegler est respectable et passionant meme si comme pour stiglitz ou amartya sen je ne suis pas d’accord avec leurs solutions pour changer ce système , autant le bouffon de bouygue me fait pitié
       !

      Et d’une, je n’ai pas mis jean Ziegler et Nicolas Hulot "dans le même sac" ; j’ai rapproché leur travail de sensibilisation aux problèmes posés par l’écologie, la croissance, la pollution, l’injuste redistribution des richesses. 
      Tout le monde sait très bien faire la différence ; il est clair que le travail de Jean Ziegler est, de loin, plus important, que la campagne médiatique menée par Nicolas Hulot ...
      Mais qui connaît Jean Ziegler ? A quel point est-il médiatisé, pour permettre de sensibiliser les citoyens ordinaires aux problèmes qui se posent ? 

      Je dis, simplement, que, dans ce travail de sensibilisation, toutes les contributions sont bonnes à prendre ; celle de Nicolas Hulot, comme d’autres. Et le mauvais procès d’intention fait à Nicolas Hulot, sur ses "employeurs" est hors de propos.
      Oui, il produit ses émissions sur TF1 ; tant mieux, si ça permêt de toucher le maximum de gens. 
      Se servir de l’argent des "pollueurs", pour sensibiliser contre la pollution est, je trouve, une excellente chose, stratégiquement parlant. 

      Maintenant, le jugement que vous pouvez porter sur Hulot, ou Al Gore n’engage que vous ; pour moi, il m’est totalement indifférent ; l’important n’étant pas de porter un jugement subjectif sur tel ou tel, mais de les juger à l’aune de leur contribution à l’avancée du nécessaire combat pour la préservation des ressources naturelles, du vivant, la diminution des sources de pollution, une croissance ralentie et différente, et une plus juste redistribution des richesses ; c’est tout. 



    • sheeldon 16 octobre 2008 12:49

      j’ai parfaitement compris votre position que je trouve dangereuse car ça légitime des gens comme hulot ou gore qui ne sont que des clowns ( et ça c’est ce que je pense ) .

      http://www.acrimed.org/article2498.html?var_recherche=hulot

      http://www.tanstaafl-fr.net/?p=106

      des gens financés par la grande finance et l’industrie ne feront pas bocoup changer les choses ( ils n’y ont aucuns interets ) , et meme ce qui est plus grave, ils brouillent la vision de la population sur les vrais défis de la planette . C’est justement leur travail .
      sinon pourquoi les industriels financeraient-ils monsieur hulot ? l’écologie oui mais tant que ça touche pas au bizness !

      j’ai un peu abusé là , mais bon faut bien rigolé et se laché un peu ;o)

      autant je respecte jean ziegler , autant je n’ai que mépris pour monsieur hulot , l’éthique est le mot qui les sépare .

      la propagande écologique a son bouffon il fait du char a voile et de l’avion bio ! c’est bien en ça qu’il est dangereux le nicolas .


      cordialement



    • Z Z 16 octobre 2008 15:23

      "autant je respecte jean ziegler , autant je n’ai que mépris pour monsieur hulot , l’éthique est le mot qui les sépare"

      Pour juger l’éthique d’Hulot, encore faudrait-il que tu sois dans sa tête pour connaître ses convictions et sa sincérité ; ce n’est pas le cas.

      C’est tellement plus simple de cracher dessus parce qu’il travaille parfois pour Bouygues et que donc c’est forcément un gros méchant, même pas besoin de regarder plus en détails... La réalité est plus complexe que ton manichéisme à 2 balles. Excuse-moi si je te vexe en disant ça mais c’est vraiment ce que je ressens. Ce besoin d’avoir ses petits repères "bien/mal" complètement figés, c’est un peu chiant.
      Et puis on n’est pas là pour distribuer des bons points depuis notre petit ordinateur.
      Ziegler c’est un dieu vivant, Hulot c’est caca.
      Super.

      Tu changeras pas le monde par le mépris. Faut être plus serein et faire ce qu’on a à faire.


    • dom y loulou dom 16 octobre 2008 20:27

      ah on est trop nombreux d’après toi... ben voyons... malgré le rapport Ziegler des nations unies qui dit qu’on pourrait aisément nourrir au moins trois fois la population terrestre si les ressources étaient mieux partagées.
       

       






    • Gilles Gilles 15 octobre 2008 16:36

      On l’a écouté il me semble...... mais il s’est fourvoyé avec les ennemis de sa pensée. Comment a t-il pu faire le jeu de Sarko et ses potes, frères milliardaires et l’aider à grimper au pouvoir ?????

      En plus il est quand même un peu trop lié avec ceux dont il prétend dénoncer l’action. Franchement avec ce positionnement, comment accepter que TF1 utilise sa "marque" pour sa promo et celle de Bouygue ? Comment oser accepter que ses sponsorts soient des pollueurs et antisociaux patentés ? Comment oser gagner autant...pour consommer un max je suppose

      Ses idées sont conceptuellement intéressantes, discutables, mais ne comptons pas sur lui pour que le dossier avance ; il n’est pas crédible


      • Di Girolamo 15 octobre 2008 16:49

        L’erreur de nicolas hulot est de croire que l’enjeu écologique (mot pris en son sens complet ) peut se résoudre en utilisant les méthodes "classiques" du fonctionnement politique et de ne pas voir que ce fonctionnment politique lui même est à la fois cause et effet du système où nous sommes englués.


        • hihanhihanhihan hihanhihanhihan 15 octobre 2008 16:59

          Hulot est un Charlot.

          Voir qui le finance.


          • bernard29 bernard29 15 octobre 2008 17:14

            trés bien !! et trés exact.


          • Bobby Bobby 15 octobre 2008 17:19

            Fort bon article !

            Nicolas Hulot était certainement une personne aux idées progressistes avant qu’il n’arrive au pouvoir ! Il semble bien que ce dernier ne puisse trouver de compatibilité avec celles-là... on peut le regretter !

            Il m’ apparaît assez clairement que l’expansion démographique mondiale est le problème majeur que tous nous ayons sinon à traiter, à en subir les effets... peu réjouissants. Les troubles sociaux qui déjà couvrent une partie non négligeable de l’horizon mettront un certain temps tout de même à masquer le soleil. Et même alors, il est peu probable que nous ayons pris les mesures draconiennes qui s’imposent pour pouvoir espérer changer le cours des choses...

            ... que j’aimerais pouvoir en discutter avec vous en apparté !

            Bien cordialement


            • Asp Explorer Asp Explorer 15 octobre 2008 23:33

              Ah, ben voilà, on se rapproche. On a isolé le problème principal. Et on n’est plus très loin de découvrir une solution toute bête et toute simple. Une solution qui résoudrait le problème de façon définitive. Une solution finale, quoi.


            • xray 15 octobre 2008 18:15


              De quoi se plaint-on ? 
              Chaque jour qui passe, il y a 200 000 habitants de plus sur la planète. 
              Cela veut dire que les choses ne vont pas si mal que ça. 
              Pour les problèmes de l’écologie, du logement, de l’énergie, on aura bien le temps d’envisager cela plus tard. 

              Les curés affirment que 20 milliards d’habitants, c’est possible. 
              Et, si cela est possible, c’est l’objectif à atteindre (Au plus vite). 

              Le détail, c’est qu’il existe peut être un piège. Moralistes par devant, sans scrupules par derrière, les curés vivent de la misère qu’ils produisent. 

              Rêve et réalité 
              http://echofrance.vefblog.net 



              • Asp Explorer Asp Explorer 15 octobre 2008 23:10

                Tu as raison, mais tu devrais apprendre à te servir d’un truc sympa qui s’appelle notepad.


              • roux 15 octobre 2008 19:03

                pour ceux que ca interresse un petit reportage sur la decroissance de serge Latouche qui merite d etre vu www.dailymotion.com/video/x1ho9e_serge-latouche-la-decroissance

                sans oublier www.decroissance.org/



                • Asp Explorer Asp Explorer 15 octobre 2008 23:09

                  Et si on écoutait un peu moins Nicolas Hulot ?
                  Et si on n’a pas envie de changer de société ?
                  Et si on a envie d’avoir une voiture et un pavillon ?
                  Et si on s’en fout des ours blancs du Vanuatu ?
                  On va en prison ?


                  • sisyphe sisyphe 16 octobre 2008 11:50

                    Non. 
                    On rejoint le troupeau des boeufs qui continuent de saccager la planète, et de compromettre l’avenir de leurs enfants, pour céder connement aux sirènes de la gogo-consommation. 
                    C’est un choix. 


                  • sheeldon 16 octobre 2008 13:57

                    "On rejoint le troupeau des boeufs qui continuent de saccager la planète, et de compromettre l’avenir de leurs enfants, pour céder connement aux sirènes de la gogo-consommation.
                    C’est un choix."

                    excusez moi mais vous entendre dire ça en nous expliquant ci-dessus , que c’est bien hulot car "la populasse va s’ouvrir a l’écologie grace a lui " ( résumé rapide ) ça me fait quand meme bien maré .

                    je vous ai souvent lu et je serais assez d’accord avec vous sur pleins de sujets c’est pourquoi je suis surpris de vous voir croire que hulot ou gore aient la moindre envie de décroissance ; eux qui sont avant tout les représentants de la "gogo-consommation" .

                    ce qui nous sépare c’est le fait que je pense que hulot est nocif a la cause de la décroissance , vous pensez le contraire , pas de soucis . juste faites attention a ne pas faire partit du "troupeau" , personne n’est a l’abri ;o)

                    je me souviens avoir manifesté pour les radios "libres" alors qu’en fait il s’agissait de livré la bande fm aux radios commerciales . et on était heureux comme des fous . c’est bien ça le pire .

                    cordialement et bonne journée .



                  • JONAS JONAS 16 octobre 2008 21:37

                    Un article intéressant, mais une majorité de commentaires décevants.

                    La cohorte des juges au trouillomètre à zéro, s’en vont à la curée… !

                    Pas un parmi eux, aucun ne serait capable de faire le millième de ce que cet homme a fait sur le plan physique et de supporter les risques qu’il a réellement encourus.

                    Mais ils sont là les censeurs, les courageux de la tchatche, se ruant sur lui à cause de ses sponsors.

                    Si l’un d’entre nous chiait de l’or, ils crieraient à l’attentat à la pudeur…. !

                     

                    @ +


                    • Eric Lombard Eric Lombard 17 octobre 2008 10:09

                      Sur Nicolas Hulot, voir aussi mon article de juin 2008 sur Agoravox
                      "Une nouvelle manière de faire de la politique"

                      Chacun a eu son Grenelle : Nicolas Hulot, celui de l’environnement ; Martin Hirsch, celui de l’insertion. Premiers succès pour ces hommes qui incarnent une nouvelle manière de faire de la politique. Leur priorité : faire avancer concrètement des causes qui peinent à être prises en considération par la classe politique traditionnelle, en évitant de rentrer en politique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès