Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Eutrophisation, hyposie et asphyxie des eaux

Eutrophisation, hyposie et asphyxie des eaux

Voici des mots nouveaux dont il va nous falloir apprendre à connaître la signification car ce sont les dénominations des phénomènes physico-chimiques qui président ici ou là à l’asphyxie et la mort de vastes zones des océans du monde et en particulier de leurs zones côtières.

L’eutrophisation, c’est la croissance excessive d’algues microscopiques appelées phytoplancton qui lorsqu’elles meurent tapissent le fond de la mer et suscitent alors la prolifération de bactéries qui consomment l’oxygène dissout dans l’eau de mer à cette profondeur. Qu’est-ce qui provoque cette eutrophisation ? L’enrichissement des eaux en azote et en phosphore en provenance des engrais azotés ou phosporés utilisés en agriculture et qui finissent via les rivières dans les mers.
Canalblog090

L’hyposie, c’est l’état du fond des mers quand la teneur en oxygène, du fait de l’eutrophisation, descend au-dessous de 2 ml par litre d’eau de mer. Dans ces conditions d’oxygénation insuffisante, les animaux qui vivent sur les fonds marins, crustacés, coquillages ou coraux, ce que l’on appelle le benthos, meurent. Ce faisant, une étape de la chaîne alimentaire qui relie entre eux tous les êtres vivants disparaît. On peut dire que dans ces zones-là la vie a disparu.

L’ennui c’est que ces zones de mer morte ont tendance à s’étendre. Elles atteignent désormais à la surface du globe l’équivalent de la surface de la Nouvelle-Zélande en 405 sites. Les points foncés sur cette carte représentent les zones les plus atteintes. Ce sont les estuaires des grands fleuves dans le monde, certaines mers fermées, Baltique, Caspienne ou certaines zones de ces mers, nord de l’Adriatique, Golfe du Mexique, Fjords ou mer de Chine orientale. En France, ce sont les estuaires de nos fleuves, les étangs de Berre ou de Thau, le bassin d’Arcachon ou les baies de Somme ou de Vilaine.

Que faire ? Diminuer l’utilisation des engrais, bien sûr, mais comment répondre dans ce cas à l’accroissement de la demande de nourriture liée à la croissance de la population vers les 9 milliards d’individus que nous serons dans les années 2050 ?

A suivre avec quelque inquiétude...


Moyenne des avis sur cet article :  4.49/5   (55 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • zelectron zelectron 3 septembre 2008 15:24

    Plutôt dystrophisation
    ...et quid des "distrophisateurs" et pas seulement pour l’eau... ...jusque dans les âmes...
    notre humanité commence une certaine oligotrophie et la suite ne présage rien de bon à moins que ?


    • eugène wermelinger eugène wermelinger 3 septembre 2008 16:56

      "l’accroissement de la demande de nourriture liée à la croissance de la population vers les 9 milliards d’individus que nous serons dans les années 2050 ?"

      Voilà la solution décrite ici :


      http://www.dailymotion.com:80/video/x66qcw_le-codex-alimentarius_news

      à suivre avec inquiétude, comme tu le dis !

      • Tarouilan Tarouilan 4 septembre 2008 10:25

        Article fort intéressant, par contre la carte n’est pas lisible, l’auteur n’aurait pas une meilleure carte, ou un lien pertinent.


        • karg se 4 septembre 2008 11:30

          C’est pas vrai dès que çadérange s’approche d’un sujet ça devient n’importe quoi

          "hyposie" à la place d’hypoxie
          "L’eutrophisation, c’est la croissance excessive d’algues microscopiques appelées phytoplancton" la vrai définition est "milieu riche en élément nutritif" mais elle est devenu par déformation "milieu en manque d’oxygène à cause d’un surplus de biomasse, morte ou vivante"

          Votre solution ? utilisez moins d’engrais ? non sérieux rationnaliser et fractionner les apports, mettre en place des forêts galeries le long des cours d’eau serait bien plus efficace, supprimer les barages qui perturbent le débit et la sédimentation, remettre en place de vaste zone innondable. Les rejets directes d’eau riche en matière organique sont eux aussi responsable de cette pollution.

          Bref la prochaine fois un coup de google avant de sortir des mots scientifiques mal orthographiés ça serait pas mal non ? Dommage parce que le sujet est très sérieux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès