Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Eveil du printemps

Eveil du printemps

Le temps des jardins est revenu. Après un long hiver marqué par un taux d’ensoleillement le plus bas que l’on n’est jamais connu, il nous faut retrousser nos manches et attaquer les premières mesures de remise en état du jardin. Pelouse, haies, potager, banquettes et bordures n’attendent que cela : leur remise en état. Un peu de chaleur et quelques rayons de soleil ont asséchés les sols et rendu le jardin plus praticable.

Pour certaines plantations il ne faut pas oublier que les Saints de glace ne sont pas encore tous passés : Saint Mamert le 11 mai, Saint Pancrace le 12 mai et enfin Saint Servais le 13 mai. Bien que les relevés de la météorologie nationale ne confirment pas cet état de fait, la croyance populaire reste vivace. Agriculteurs et jardiniers s’en tiennent-au bon vieux dicton : « Saints Pancrace, Servais et Boniface apportent souvent la glace. ». Qu’on se le tienne pour dit, pas de semis en pleine terre avant le 13 mai.

La pelouse, par son volume et son espace attire la première notre attention. Les dernières semaines lui ont apporté soleil et pluie, il n’en fallait pas plus pour que l’herbe pousse. Attention à ne pas trop repousser la tonte de la pelouse, une fois l’herbe trop haute, c’est la tondeuse qui se trouve à mal, et parfois il faut même en passer par la faux, comme autrefois. Sinon, une première tonte en réglant au plus haut la tondeuse s’impose, puis le temps que l’herbe se remette de cette coupe un peu hâtive, il faudra procéder 4 ou 5 jours après à un deuxième passage, au plus court cette fois. Ne cédez pas à épargner la si jolie pâquerette qui a prospéré et dont le charme vous va droit au cœur, sa vigueur est telle qu’elle redressera ses petites couronnes blanches au plus vite.

L’herbe de tonte est à réserver, à l’emplacement du compost, avec les autres débris végétaux, feuilles et activités de la cuisine : épluchures de fruits et légumes, coquilles d’œufs, cendres de l’âtre. En fait tout ce qui est organique en veillant de bien mélanger ces deux types de composants, l’un dit carbonés et l’autre dit déchets azotés. Le bon fonctionnement du compostage exige que l’on alterne soigneusement ces deux types de composants.

Peut-être est-il utile de rappeler concrètement ce que cela représente, et qui peut se révéler étonnant.

Les déchets dits carbonés : feuilles mortes, petites branches broyées, paille, coquilles d’œuf, mais aussi de noix, la litière des animaux (chat y compris) peuvent trouver là une destination bien utile), mais encore : papiers d’emballage (et pas papiers imprimés de type journal, que l’on brûlera), tissus en matières naturelles, et enfin cendres de bois, sciures et copeaux de bois. Pour les plantes à jeter, éviter à tout prix de joindre au compost toutes plantes malades, bactéries ou parasites.

Les déchets dits azotés : l’ensemble des végétaux de jardinages (tailles de haies, tonte de la pelouse, mauvaises herbes enlevées), là encore évitez absolument de joindre tous éléments infectés par une maladie ou des parasites, ceux-ci devront être brulés, enfin l’ensemble des déchets issus de l’alimentation, en évitant les carcasses et les os trop importants.

Enfin par une bonne aération de votre compost, l’air fera le reste, à vrai dire c’est l’oxygénation qui est à l manœuvre, plus l’action d s vers de terre en provenance du sous-sol qui vont accélérer l’activation de votre futur terreau.

Un tel effort de tri, outre le fait qu’il vous apportera sous quelques mois de traitement un terreau bien utile et économique pour l’entretien de votre jardin, contribuera à alléger la gestion publique des ordures ménagères. En compostant et en brûlant tout ce qui peut l’être c’est en effet un allégement de 30 à 50 % de la gestion des décharges.

Vous vous rappelez avoir placé à la fin de l’automne nombres de bulbes (tulipes, narcisse et jonquilles..) qui vous émerveillent aujourd’hui, et bien il est encore temps ces jours-ci de mettre en terre bulbes et racines de lys, de pivoines (merveilleuses pivoines), de frazias… C’est utilement que vous composerez vos massifs et compenserez la perte inévitable de vos merveilleuses tulipes…

Enfin les pépinières vous proposent toutes sortes de plantes d’ornements pour le plaisir des yeux, mais sachez que ce n’est pas toujours la meilleure manière d’implanter durablement des fleurs et des plantes dans votre jardin. Ainsi pour les rosiers, mieux vaut prévoir leur implantation à la fin de l’automne, même sous formes de racines, que de s’offrir ce magnifique rosier couvert de fleurs…. Mais qui la plupart du temps ne prendra pas racines.

Enfin pour le potager cela devient urgent, de retourner la terre que vous aviez déjà préparée avant l’hiver. Pour les plus pressés et les moins aptes au jardinage, tous les légumes s’achètent sous formes de plans à repiquer. Faites-vous plaisir, à la campagne ceux-ci ne sont pas chers, ils vous font gagner du temps sur le calendrier de la récolte et évitent les désagréments des semis qui ne lèvent pas ou encore qui gèlent… respectez les consignes de profondeurs et d’espacement. Ceux-ci ne sont pas les mêmes entre des plants de courgettes, des pieds de tomates et de fraises. N’oubliez pas de mettre un peu de compost au fond de votre trou et de le mouiller avant d’y placer votre plant.

Du travail, beaucoup de travail et d’efforts en perspectives, mais aussi de la joie et du bonheur, la nature est une amie fidèle, même si elle peut se révéler parfois capricieuse.


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • wawa wawa 7 mai 2013 08:12

    Retourner la terre n’est absolument pas une obligation pour jardiner. Le paillage est préférable.


    • Pelletier Jean Pelletier Jean 7 mai 2013 10:23

      c’est un point de vue.... discutable, retourner la terre, y adjoindre de la fumure, retirer le smauvaise ssracines les pierres..... il ya atout cela aussi.


      • Et puis avec un râteau et une pelle, un peu de fumier et une rincée d’arrosoir, puis assis sur un banc de bois, pastis à la main, attendant d’admirer, sous le soleil enfin revenu, la vie qui s’apprête à apparaitre, de préférence en dominant à un horizon sans fin, avec la mer si proche, met énormément de baume au cœur. Alors, fichtre, aux oubliettes austérité, guéguerres, Dieu ou pas Dieu,Hollande ou Sarkozy destiné à être l’éternel revenant , etc...etc... !
      • Même avec trois sous en poche, le quignon du pain cuit au four par votre compagne, qui vous attend chez vous dans une discrète maison qui respire la convivialité, devant une assiette d’une huile d’olive bien fruitée accompagnée d’une poignée de cébettes et surtout d’un bon verre de vin rouge parfumé par le soleil du Midi, vous devenez ainsi l’animal le plus riche et le plus heureux de la Planète dite Bleue.
      • Rien que pour cet instant de bonheur que vous avez provoqué en moi, sans le vouloir j’en suis convaincu, auquel il m’est déjà arrivé de goûter, je vote volontiers pour vous des deux mains.

      • Pelletier Jean Pelletier Jean 13 mai 2013 12:47

        Cher Henri,

        Tout ceci me parle... en effet.

         

         


      • alinea Alinea 7 mai 2013 21:46

        Ne pas oublier les orties fraîches hachées au fond du trou creusé pour la tomate ! Je dis ça, j’en rêve, il n’y a pas d’orties chez moi ; il faut les semer sur du vieux compost de crottin !
        Merci ; je pratique donc n’ai pas appris, mais j’ai partagé !


          • Venez chez nous Alinéa et vous trouverez des orties à foison dont mon épouse fait de délicieuses tisanes et puis des cardons sauvages qui font la joie et le régal des rares riverains qui crèchent comme nous sur une colline au milieu des Eucalyptus, oliviers dont un chez nous plusieurs fois centenaire, des figuiers , des caroubiers, du maïs des citronniers, de l’ail rose et des oignons, sans oublier les petits pois, les pastèques et les melons tout comme les figues de barbarie. Le tout sans aucun autre engrais que le fumier animal fourni gratuitement par le voisin et ses vaches ou le compost des mauvaises herbes arrachées séjournant longtemps dans un fût. 
          • On vous attend. Vous y serez chez vous le temps qui vous conviendra.

        • Pelletier Jean Pelletier Jean 13 mai 2013 12:48

          Alinea,

           

          Oui c’ets uen méthode, on peut aussi fabrqiuer du purin d’orties, en les hacahnts et en les faisant infuser dans de l’eau.

           


        • aimable 7 mai 2013 23:30

          dans mon composte je mets la cendre de bois par couche , fraiche c’est de la chaux qui est désactivée au bout de trois mois et devient ensuite scorie ( pour les maladies ce n’est pas du 100% mais cela réduit les risques )

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès