Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Faudra-t-il attendre ? (De l’exemplarité de la catastrophe)

Faudra-t-il attendre ? (De l’exemplarité de la catastrophe)

Je dois une fois n'est pas coutume rendre hommage à la Suisse, ce pays tant décrié. Pour une fois, je m'y collerai sans réticence aucune pour son courage politique, la Confédération étant le premier pays à renoncer à l 'énergie nucléaire. Le Conseil fédéral a décidé en mai dernier d'éteindre une fois pour toutes ses cinq réacteurs fournissant 25 % de l'énergie du pays. Cette résolution, fut suivie une semaine plus tard par la République Fédérale Allemande qui prit la même irrévocable décision, renonçant à 22% de sa production énergétique.

Ces premiers renoncements vont certainement faire des émules et ne doutons pas que demain, les Italiens qui sont appelés aux urnes entre autres choses pour se prononcer sur la question nucléaire ne se feront pas prier pour écarter la fission de leurs cauchemars énergétiques. Nous pourrons alors annoncer toutes voiles dehors : “Sale temps pour l'atome.”

Nul doute dans ce revirement programmatique que le drame de Fukushima ait permis d'éclairer l'opinion publique bien plus rapidement que s'il s'était agit d'espérer détricoter l'omerta imposée par le puissant lobby nucléaire depuis trente ans. Il aura donc fallu la catastrophe que l'on sait, les souffrances, des vies disparues pour détruire l'édifice propagandiste. On peut également noter que Fukushima en ce sens aura déjà bouleversé la donne médiatique et les rapports de force politiques bien plus radicalement que l'explosion de Tchernobyl en 1986.

Il est vrai que nous n'avions rien su, ou si peu, à l'époque, du drame qui était en train de se jouer alors que la diffusion capillaire des sources de communication rend plus difficile aujourd'hui la manipulation de l'information. 

En fait ne serions-nous pas en train de vivre une scène du scénario du pire où pour avoir une chance de modifier les attitudes et les comportements il faut attendre les catastrophes ou l'imminence de leur survenue. ?

Comment ne pas retenir du cataclysme japonais que malgré la chronique d'un drame annoncé, le poids de la torpeur publique et le conditionnement aux combines industrielles ne provoque in fine qu'une indifférence généralisée ?

Faudra-t-il attendre une augmentation de la température à la surface du globe de deux degrés pour que les Terriens s'interrogent ? Faudra-t-il attendre la disparition définitive de toute faune marine pour se préoccuper du niveau d'acidité des océans, faudra-t-il voir disparaître le dernier arbre d'Amazonie pour aimer enfin le paradis vert ? Faudra-t-il épuiser la dernière goutte de pétrole pour s'estimer en paix avec le potentiel d'enrichissement compris dans chaque baril, faudra-t-il une guerre d'un genre nouveau où l'environnement ne sera plus qu'une triste mémoire, une lutte sans merci pour la survie ? 

Faudra-t-il imposer par la contrainte des changements de comportements qui auraient pu intervenir par une prise de conscience anticipée ? Faudra-t-il attendre que le développement durable qui n'est qu'un laisser-passer à plus de dégradations soit enfin démasqué ? Faudra-t-il réduire en esclavage les responsables de notre descente aux enfers, ces libéraux indécrottables qui auront conduit le système productiviste jusqu'à notre propre perte ? 

Hier à grand renfort de publicité, le groupe Exxon, la major pétrolière américaine annonçait la découverte d'un nouveau puits géant de pétrole brut au large des cotes de Floride, nul doute que malgré les élans généreux des conférences sur le climat le but ultime des financiers de l'apocalypse soit de brûler jusqu'à la dernière goutte de combustible, jusqu'à l'étouffement du Ciel de la Terre et de la Mer.

Nul doute que l'unique chance de notre survie terrestre soit de stopper par tous les moyens ce char d'assaut de macabre augure. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • jcm jcm 13 juin 2011 11:03

    Il y a quelques temps j’écrivais « Développement durable, un rêve ? ».

    Oui, je crois malheureusement qu’il faudra attendre.

    Plus nous attendrons moins cela ira et quand nous déciderons d’agir plutôt que d’attendre il sera trop tard.

    « Il faudrait savoir que les choses sont sans espoir et pourtant être décidé à les changer. » G Semprun


    • Linz 13 juin 2011 11:33

      Une pensée de Jean Rostand à méditer devant cet avenir menaçant :

      « Ce que tu redoutes n’arrivera pas, il arrivera pire »


      • Kalki Kalki 13 juin 2011 14:50

        Mais le problème n’est pas comment on produit de l’électricité, car oui n peut le produire avec juste le soleil, juste ça

        mais le problème meme en suisse, c’est que les gens crèvent

        alors l’allocation universelle c’est pour quand ? ca serait du politique pas du spectacle de capitaliste marxiste vert : comme la merde


        • strolym 13 juin 2011 19:17

          facile de renoncer au nucléaire quand une grande partie de l’électricité est produite par l’hydroélectrique avec encore des possibilités d’extension, ce qui n’est pas le cas de l’Allemagne qui devra remplacer ses centrales nucléaires par des thermiques (gaz charbon bois etc....) c’est toujours possible d’augmenter la production alternative mais ce sera toujours insuffisant, bonjour la pollution.


          • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 13 juin 2011 22:00

            Merci à l’auteur pour son article !

            «  ... la Suisse, ce pays tant décrié.  »

            On se demande bien pourquoi ce pays est tant décrié ???

            Quelques remarques :


            " Le Conseil fédéral a décidé en mai dernier d’éteindre une fois pour toutes ses cinq réacteurs fournissant 25 % de l’énergie du pays. "

            C’est inexact, en Suisse la production d’origine nucléaire couvre 40% de la consommation, pas 25% !


            La décision du Conseil fédéral (gouvernement fédéral) a été prise dans la précipitation, à la hâte et à mon avis, à des fins, électoralistes. En effet, le 23 octobre prochain auront lieu les élections fédérales, c’est-à-dire le renouvellement des députés aux deux chambres (Conseil national et Conseil des États).


            Le risque nucléaire devrait être géré à l’échelle de notre continent et c’est d’une concertation dont nous avons besoin en Europe. Arrêter les centrales suisses, alors que les centrales françaises continueront à fonctionner, et ceci avec les mêmes risques potentiels, n’a pas de sens. En effet si vous prenez une carte de l’Europe, vous verrez par exemple que la centrale nucléaire la plus proche de Genève est celle du Bugey (Ain - France), éloignée de 70km à vol d’oiseau, alors que la centrale suisse la plus proche, celle de Mühleberg se trouve à 130 km à vol d’oiseau. La première continuera à fonctionner, alors que la seconde sera arrêtée, mais les risques potentiels pour Genève n’en seront pas diminués pour autant.


            Les centrales nucléaires suisses ne pourront pas totalement être remplacées à l’horizon 2034 (délai prévu par le Conseil fédéral) par des énergies renouvelables (centrales solaires, éoliennes et hydraulique), et les mesures d’économies d’énergie promises ne suffiront pas à couvrir les besoins. Il faudra donc avoir recours à des centrales à gaz qui émettent du CO2 ...
            Qu’adviendra-t-il alors des engagements pris par la Suisse de réduire ses émissions de CO2 (protocole de Kyoto) ?
            Cette dernière remarque vaut bien évidemment aussi pour l’Allemagne qui possèdent de très importantes centrales thermiques fonctionnant à la lignite et qui compte sur cette énergie pour remplacer le nucléaire ...

            Cordialement !


            • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 13 juin 2011 22:27

              M’ouais en France c’est 78 % de la production énergétique je crois, plus un secteur industriel qui exporte, rare en France.


              La Suisse n’exporte pas de centrale je crois, comme l’Allemagne. Le choix est quand même plus facile non ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès