Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Faut-il croire au prochain Grenelle de l’environnement (...)

Faut-il croire au prochain Grenelle de l’environnement ?

A la rentrée prochaine, on nous annonce un come back du Grenelle de l’environnement. Faut-il y croire ?

Un autre Grenelle de l'environnement ? Après l’échec du RiO +20 ou la diplomatie européenne s’est trouvée complètement dépassé face à une alliance de circonstance entre pays émergents – qui produisent aujourd’hui la majorité des biens de consommation – et vielles puissances comme les USA ou le Canada, trop heureux de voir les discussions s’enliser, la France peut elle ouvrir la voie d’une transition énergétique ?
 
Après l’éviction du ministre de l’environnement, renvoyée pour son opposition aux forages pétroliers en Guyane, la nouvelle majorité a déjà montré les limites de ses convictions écologiques.
 
On apprend dans le même temps que le ministre du redressement productif aurait rouvert le dossier du gaz de schiste…
 
On nous annonce que ce Grenelle réunira les ministres Delphine Batho, la ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, ainsi qu’Arnaud Montebourg (Redressement productif), Cécile Duflot (Logement) et Geneviève Fioraso (Recherche).
 
On y parlera fiscalité écologique, c'est-à-dire malus bonus pour l’automobile et le logement mais aussi biodiversité…
 
Et pourtant nous ne prendrons pas le quart des décisions qu’ont pris les Allemands…. Car nous restons dans un système d’incitation coûteux là il faudrait précisément des investissements concrets.
 
Outre Rhin, la sortie du nucléaire à marche forcée a conduit le gouvernement à élaborer une stratégie énergétique ambitieuse qui porte ses fruits depuis 2009.
 
On estime que l’ensemble des emplois liés à l’économie verte représente 1,8 millions d’embauches en Allemagne. Le poids de l’économie verte représenterait déjà jusqu’à 5% du PIB.
 
Mieux encore, les investissements réalisés pour l’optimisation d’énergie devraient permettre à l’Allemagne d’économiser 10 milliards d’euros par an !
 
Par ailleurs, l’Allemagne se positionne déjà comme le premier exportateur de technologies vertes, sur un marché du photovoltaïque et de l’éolien qui devrait connaître une croissance de 20% par an…
 
Conclusion : une stratégie claire tournée vers l’économie verte génère de l’emploi, des économies pour le budget, des exportations et de la croissance.
 
Or à notre connaissance, il n’y a pas eu besoin de Grenelle de l’environnement pour instaurer ce cercle vertueux de l’économie verte.
 
Parfois, la volonté politique vaut mieux que la concertation…

Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • eric 26 juillet 2012 08:00

    Qui cela intéresse-t-il au gouvernement ? Le PS vient de décider de taxer plus les voitures abordables pour les pauvres, afin de financer l’achat par la classe moyenne sup socialiste de véhicules électriques et hybrides. Le type qui a les moyens de s’acheter une voiture électrique va recevoir presque l’équivalent d’un an de RSA pour lui permettre de rouler en centre ville.
    7000 euro d’argent public ! Tu parle d’une voiture éocologique « populaire ».
    Comme cela coûte quand même, et dans un souci « social », le gouvernement va aussi lui bloquer son loyer. Peu importe que les habitants des centres aient déjà les revenus les plus élevés, à la croissance la plus rapide, accompagnés des impôts locaux les plus bas et des services publics les plus luxueux. Ils votent bien.
    Rarement un parti politique aura poussé le clientèlisme égoiste au profit de la calsse sociale qu’il représente, au détriment des plus pauvres et aux frais de la collectivité à un tel niveau.


    • eric 26 juillet 2012 08:27

      PS, pour faire bon poids, le gouvernement va subventionner des bornes de recharges (10 000 euro pièce quand même... !) dans les villes.....où il va bloquer les loyers ! Allez hop, encore 50 millions d’euros pour la clientèle !

      Mais au delà, se pose une grave question idéologique. Peut on exclure que les « riches » s’achètent des voitures électriques ? Certes non. . Récapitulons : ils vont payer de 200 a 500 millions d’impôt sur le revenu en plus. Toucher tout ou parti des 459 millions de taxe sur les pauvres destinées à financer les voitures électriques, plus indirectement bénéficier de l’équipement en bornes, éventuellement économiser sur le carburant. Ainsi, le seul résultat de la tranche à 75%, serait de contraindre les riches a acheter des voitures plus économes subventionnées par les pauvres.


      • iris 26 juillet 2012 09:50

        de toutes les façon sce plan pour l’automobile est sur le long terme -je ne pense pas que ça va changer grand chose-
        tant que les postes d’essence et garages ne sont pas équipés et formés pour l’électrique et hybride !! ça va demander encore beaucoup de temps et d’argent-
        et avec le chomage qui ne baisse pas et la crise financière les gens ne vont pas changer de voiture pour faire plaisir au gouvernement-


        • eric 26 juillet 2012 10:04

          Iris, Tout est prévu : 50 millions d’euro de subventions pour équiper les centres villes ou vivent les riches salaries socialistes qui ont les moyens de s’acheter ces véhicules. Pour les aider un peu plus, on va bloquer leurs loyers. Les deux listes, celles des loyers bloqués et celle des villes que l’on va équiper coincide.
          Dans les zones rurales pauvres ou on a pas d’autre choix que d’avoir une voiture, notamment pour accéder à de lointains services publics, on a pas les moyens d’acheter de l’électrique, il n’y aura de toute façon pas de bornes subventionnées, les loyers ne seront pas bloqués car comme de toute façon tous le monde s’y appauvrit, les lois du marché font qu’ils montent moins. Contrairement aux centres ville, les revenus baissent... Evidemment, la taxation supplémentaire sur les voitures bas de gamme, seules accesibles ne va pas aider en matière de pouvoir d’achat.

          Quand je pense que le gouvernement parle de « voitures écologiques popualires » La toyota hybride a 30 ou 40 000 euros. La hausse de la subvention ne sera pas du luxe pour les acquereurs.


          • eric 26 juillet 2012 10:44

            Iris, PS,notez aussi que les clientèles socialistes ne sont justement ni au risque du chômage ni de la crise financière. Où avez vous vu que l’on licencie des fonctionnaires ou qu’on les mettent au chômage technique ?


            • eric 26 juillet 2012 10:58

              Et que ce sont notamment leurs véhicules de fontion qui sont concernés...( voir nouvelobs). Les pauvres vont payer leurs voitures plus cher our que des postiers couteux et souvent devenus largement inutiles roulent électrique.....


              • joelim joelim 26 juillet 2012 13:25

                Ces grenelles sont des quenelles. 


                On peut s’attendre comme d’habitude à voir financées des technologies pour les riches, sur le dos des pauvres.

                • Croa Croa 27 juillet 2012 23:54

                  Il n’y a rien à attendre d’un grenelle qui, au mieux, fera une politique libérale qui lave plus vert !

                  Les Allemands ont un peu d’avance dans le lavage vert, c’est vrai, mais ils ne sont pas écolos pour autant : à quoi bon un toit solaire si c’est pour continuer à consommer bien plus que celui-ci peut produire ? (En comptant tous les usages de l’énergie et pas seulement l’éclairage de la maison.)


                  • POlivier 29 juillet 2012 13:19

                    Ce grenelle est d’or et déjà un échec, son idée même pue l’entourloupe.


                    • Soi même Soi même 29 juillet 2012 13:35
                      Grenelle, c’était suite à 68, contextes insurrectionnelle, réponse exceptionnelle. 

                      Les autres Grenelles se sont des farces et attrapes pour le baromètre de popularité gouvernemental, ils ont tous fait flaupes !


                      • Georges Yang 29 juillet 2012 13:54

                        Il faut réindustrialiser la France, même au prix d’une légère pollution, extraire des gaz de schistes et non construire des voitures électriques

                        La crise peut avoir la peau des verts, il faut l’espérer


                        • Soi même Soi même 29 juillet 2012 16:59

                          @ Georges Yang, quel bonheur ta proposition pour les gaziers, il m’attente que cela !

                          On voie comment l’esprit la ville fait le bonheur de la campagne, au prix d’une légère pollution ?

                          https://www.youtube.com/watch?v=JcQxNzA7vC8&feature=related


                        • alinea Alinea 29 juillet 2012 15:13

                          On peut avoir quelques suspicions légitimes à l’égard de tout ce que propose le gouvernement !
                          Cela ne sert qu’à endormir quelques temps les râleurs.
                          Il faudra se débrouiller tout seul !
                          Si ce n’est déjà fait, lisez l’excellent livre de Fabrice Nicolino : « Qui a tué l’écologie ? »


                          • thomthom 30 juillet 2012 13:25

                            Bof ! au lieu de focaliser le débat sur l« énergie.. sujet pour lequel nous n’avons PAS de solution vraiment satisfaisante, nous ferons mieux de nous préoccuper de ce qui est bien plus grave, vital, et ce pour quoi nous avons des solutions : notre agriculture.

                            Le modele d’agriculture intensive »conventionnelle" nous mène droit dans le mur. Les couts de ce modèle sont de plus en plus élevés et continueront de croitre jusqu’à devenir intenables (ne le sont-ils pas déjà, avec des agriculteurs qui ne survivent que grâce à des subventions massives), les produits sont de mauvaise qualité, et ce modèle agricole est dévastateur pour l’environnement (fertilité des sols non préservée, fragilité des cultures, érosion massive engendrant inondations et consommation excessive d’eau).

                            c’est l’avenir de notre autonomie alimentaire qui est en jeu ! voire simplement de notre capacité à nous alimenter

                            Alors qu’on saurait très bien produire une alimentation durable, rentable, et saine... il suffirait que l’ensemble des acteurs concernés (état, agriculteurs, intermédiaires et en bout de chaine consommateurs) se bougent les fesses pour que ça marche.


                            • maturin 4 août 2012 09:06
                              Faut-il croire au prochain Grenelle de l’environnement ?

                              Non. !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès