Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Fier d’être Canadien ?

Fier d’être Canadien ?

Avec le phénomène du réchauffement climatique, de l’acidification des océans, du déboisement planétaire, de la hausse du niveau de la mer ainsi que du redoutable problème d’un pic pétrolier dont on entend de plus en plus parler dans les sociétés actuelles, vient un grand questionnement à l’échelle planétaire en matière d’environnement. En effet, les gouvernements de multiples pays se tournent vers de l’énergie verte ou encore, vers un développement plus durable pour faire leur part afin d’améliorer la condition actuelle de la Terre qui a de plus en plus de mal à supporter la croissance technologique et les moyens de production actuels des êtres humains. Regroupant 37 des pays les plus industrialisés au monde, le protocole de Kyoto duquel le Canada fut le premier à se retirer est un bon exemple d’alliance gouvernementale visant à réduire la quantité d’émission de gaz à effet de serre des pays les plus développés de ce monde qui sont, en grande partie responsable des multiples problèmes environnementaux auxquels nous devons aujourd’hui faire face. Mais quand est-il du Canada, ce pays qui semble exemplaire vu de l’extérieur ? Quelle est sa contribution dans ce problème auquel il faudrait tous réagir ? Malheureusement, il semble que nous, canadien, avons fermé les yeux au mauvais moment et que les personnes à la tête de notre gouvernement aient pris de grandes décisions allant à l’encontre de nos principes et valeurs. Nous voilà maintenant parmi les cinq pays les plus pollueurs de la planète avec 573 millions de tonnes de gaz à effet de serre émis en seulement une année en l’an 2007. Le gouvernement Harper a depuis le 6 février 2006 au moment de son entrée au pouvoir contribué à ce déclin environnemental. D’une part, en exploitant les sables bitumineux d’Alberta, mais aussi en étant toujours à la recherche de plus grand gisement de pétrole brut en rêvant d’une croissance économique idéale pour le pays.

Tout d’abord, il faut savoir que l’exploitation des sables bitumineux d’Alberta n’est pas exactement le projet de développement économique parfait tel qu’il nous soit souvent montré à la télévision ou dans d’autres médias populaires. En effet, ce projet de grande envergure engendre de nombreux problèmes environnementaux dont nous ne sommes pas assez au courant en raison de ce que plusieurs prétendent être un contrôle gouvernemental de l’information véhiculée. Alors, lorsque vient le moment de commencer l’exploitation de ces sables situés en dessous d’une importante forêt boréale riche en biodiversité, on coupe tout les arbres qui nous cause problème, car après tout ceux-ci valent bien moins cher que ce qui se trouve en dessous. On parle ici de coupe à blanc bien que l’on s’efforce de replanter ces arbres une fois l’exploitation terminée toutefois, leur croissance est plutôt lente et la régénérescence d’une forêt se fait sur plusieurs années. Ensuite, après avoir creusé dans des profondeurs de plus de 50 mètres en détruisant ainsi le paysage, on peut commencer l’extraction des sables bitumineux. Il faudra quatre tonnes de ces sables pour produire un seul baril de pétrole servant au chauffage ou au transport des Américains en grande partie. Bien que les gisements de tels bitumes en Alberta soient très importants en plus d’être de grande valeur dans le monde actuel, il viendra un jour où ils s’épuiseront et nous devrons à ce moment trouver des initiatives de transition. Mais pourquoi attendre d’en arriver là ? Pourquoi ne pas investir de l’argent pour trouver une initiative et une source d’énergie renouvelable dont nous avons tant besoin aujourd’hui en 2013 ? Impossible de répondre à la question. On ne peut que dire qu’il faudra bien plus qu’une déforestation massive de la forêt boréale, d’un bouleversement de la biodiversité aux alentours de la rivière Athabaska ou encore d’un titre d’un des cinq pays les plus pollueurs de la planète pour faire régresser le gouvernement Harper sur ce projet dévastateur.

En second lieu, puisque les fondements de plusieurs sociétés actuelles, dont le Canada, sont basés sur des principes monétaires et donc, sur l’image économique d’un pays, le gouvernement Harper approuve chaque jour davantage de nouveaux projets de puits pétrolier principalement sur le territoire de la province de l’Alberta. Poussées par une soif de pouvoir économique, de nombreuses entreprises pétrolières sondent les terres albertaines toujours à la recherche de plus grands gisements. Enfin, lorsqu’elles pensent avoir trouvé le bon emplacement qu’il leur rapportera quantité phénoménale d’argent puisque la demande en pétrole est toujours grandissante, ils ne se gênent pas pour ordonner le déménagement de familles pour venir à terme de leurs projets fastidieux. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on a créé des quartiers pour ces familles expatriées où on affirme qu’il n’y a aucun pétrole et donc, qu’ils n’auront plus à se déplacer inutilement. Toutefois, qu’est-ce que le gouvernement Harper pense-t-il faire quand ces territoires de transfert seront restreints en espace et que plus aucune famille expatriée ne pourra s’y établir ? Et quand est-il des familles qui se sont vues implanter des puits de pétrole par des multinationales à seulement quelques mètres de leur domicile et qui ne sont pas accessibles à ces zones de transferts ? En réponse à cette question, les familles chez lesquelles on a construit un puits d’extraction de pétrole près du domicile ont vu leur santé se détériorer petit à petit. En effet, ces puits n’étant pas parfaitement étanches et laissant s’échapper d’importantes quantités de radon, gaz naturel radioactif se trouvant fréquemment autour de gisement de pétrole, on a remarqué une augmentation du taux de cancer et une forte concentration de la sclérose en plaques qui soit dit en passant est toujours en forte croissance. Sans compter que ces mêmes familles sont aux prises avec beaucoup de stress dû à une éventuelle possibilité d’échappement massif de gaz radioactif pouvant causer leur mort s’ils s’y exposent trop longtemps, ne serait-ce qu’une petite minute. On voit donc une fois de plus que le gouvernement canadien se soucis peu du bienêtre de son peuple si ce n’est que des grandes entreprises qui cherchent à s’enrichir sur notre dos et qui continuent de polluer et de détruire notre pays.

Enfin, à la lumière des faits relatés ci-dessus, qu’attendons-nous pour agir ? Nous tous avons le pouvoir de faire un changement et ce n’est qu’en s’unissant que nous nous ferons entendre. Nous avons suffisamment dormi et il est grand temps de se réveiller et de montrer à notre gouvernement notre mécontentement face à son ignorance de la condition environnementale et de lui proposer des solutions de rechange. Il faut agir, car nous, canadien, avons un grand poids dans le monde et nous avons avantage à montrer l’exemple à d’autre pays afin qu’à leur tour, il change leur développement économique pour le mieux et pour une meilleure viabilité de la planète. Mais avant, nous devons nous-mêmes faire ce grand pas et changer nos moyens de production et notre économie pour quelque chose de durable qui respecte davantage l’environnement en réduisant notre gênante quantité actuelle d’émission de gaz à effet de serre et que tous nous puissions dire que nous sommes fiers d’être canadien. À cet égard, serait-ce un bon début pour le Canada de réintégrer le protocole de Kyoto ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Montagnais Montagnais 20 février 2013 12:25

     bel article .. « Enfin, à la lumière des faits relatés ci-dessus, qu’attendons-nous pour agir ? » dites-vous

    Vous nous la baillez belle vous !

    Vous voulez qu’on affronte Mammon ? Le complet panthéon de démons ?

    Non ;; non ;; barrons-nous ..

    www.adbusters.org .. vous qui êtes de là .. vous connaissez Gabriola ?


    • charles.david.duchesne 20 février 2013 14:43

      Tout d’abord, merci d’avoir réagi à mon article ! Bien que je sois natif d’une province situé à l’opposée oui, je connais l’île de Gabriola située en Colombie-Britannique. Toutefois, pouvez-vous m’en parler davantage pour que je comprenne mieux pourquoi vous m’en parlez ? Au plaisir de vous relire.



    • Montagnais Montagnais 20 février 2013 21:57

      Je voulais avoir votre avis sur Adbusters .. juste en face .. Vancouver .. Le Canada reste un pays que les Prep surveillent avec envie.


    • charles.david.duchesne 21 février 2013 02:07

      Parlez-vous du magazine Adbusters ?


    • Shade 20 février 2013 15:05

      Idle No More montre peut-être la voie...


      Salutations distinguées.


      Et au plaisir, qui sait....


      • HELIOS HELIOS 20 février 2013 22:43

        .... Avec le phénomène du réchauffement climatique, de l’acidification des océans, du déboisement planétaire, de la hausse du niveau de la mer ainsi que du redoutable problème d’un pic pétrolier dont on entend de plus en plus parler....

        sans vouloir vous faire de la peine... mais ces 5 affirmations sont plus que douteuses, je ne reviens pas sur chacune d’entre elle, il vous suffit de vous documenter quelque peu en dehors des chaines de télé, les vôtres comme les nôtres...

        Maintenant, sur les actions écologiques du Canada, votre pays fait partie des 2 ou trois premiers pays prédateurs de la planète, ne vous en déplaise.
        Vos compagnies minières détruisent tout pour quelques dollars, comme en Argentine oú je ne vous conseille pas de vous promener dans ces villages du nord, ruines par la pollution des faibles ressources en eau qu’ils possèdent ou au Chili oú le déplacement d’un glacier (Pascua Lama) pour récupérer l’or qui se cache dessous, va assécher dans une cinquantaine d’années 3 vallées fertiles actuellement, l’eau des rivières provenant des infiltrations de ce glacier.

        Ce qui se passe au Canada n’est en fait rien du tout au regard des méfaits de ces compagnies !

        Je vous conseille par exemple cet article pour vous ouvrir les yeux... ce qui vous arrive ne fait pleurer personne en Afrique, en Australie et en Amérique du sud... et même en Inde... carte ici
        voila, avant de demander aux autres de regler leur ecologie, pensez a vous d’abord, balayez devant votre porte.


        • charles.david.duchesne 21 février 2013 02:20

          Je suis parfaitement d’accord avec vous. Mon article n’était en aucun cas une sorte de pléiade cherchant la compassion d’autres pays. Je voulais seulement relater une réalité qui se vit à l’intérieur du Canada et c’est pourquoi je ne me suis pas prononcé sur les mauvaises actions que mon pays pose du point de vue international. Ceci dit, j’espère pour vous que vous avez tiré l’essentiel de mon article et compris mon mécontentement à l’égard des actions environnementales posées par le gouvernement qui est cessé me représenter. Je vous remercie de m’avoir fait prendre conscience des actions commises par le Canada dans les autres pays, j’essaierai de me documenter davantage afin de me prononcer à ce sujet.


        • HELIOS HELIOS 22 février 2013 03:05

          ...Pas de problème, nous sommes tous sur le même bateau, je rame avec vous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès