Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Fin du nucléaire allemand. Et la politique énergétique européenne (...)

Fin du nucléaire allemand. Et la politique énergétique européenne ?

« Plus que dix ans d’énergie nucléaire », annonce à sa une le quotidien bavarois Süddeutsche Zeitung le 30 mai, au lendemain des négociations entre partenaires de la coalition au pouvoir à Berlin.

La Une du quotidien bavarois Suddeutsche Zeitung le 30 mai,  au lendemain des négociations entre partenaires de la coalition au pouvoir à Berlin

La Une du 30 mai du Suddeutsche Zeitung ©Courrier International

Les conservateurs et libéraux se sont mis d’accord sur un arrêt des réacteurs allemands d’ici à 2022. La plupart stopperont leur activité avant 2021 et les plus récents pourront fonctionner encore un an. Les sept réacteurs les plus anciens, mis à l’arrêt temporairement en mars pour répondre à l’inquiétude due à Fukushima, ne seront pas remis en marche.

Neuf mois après l’annonce de la prolongation de la vie de ses dix-sept centrales, la volte-face de la coalition menée par Angela Merkel correspond quasiment à un retour au calendrier fixé au début des années 2000 par la coalition sociaux-démocrates/Verts alors au pouvoir.

Cette décision unilatérale et inattendue de l’Allemagne de se priver de ce qui représente aujourd’hui 22% de son énergie électrique inquiète ses voisins. Mais que reste-t-il de la politique énergétique européenne ?

A Munich, le journal tente de devancer les critiques sur l’unilatéralisme de la décision et sa dangerosité pour l’industrie allemande et européenne : « Il est temps de comprendre la fin du nucléaire comme une chance, et non pas uniquement comme une privation, comme un poison pour l’industrie, ou comme un bizarre cavalier seul en plein milieu d’une économie internationale propulsée par le nucléaire. La sortie [du nucléaire] offre d’énormes chances si elle est comprise comme une reconversion, comme une entrée dans l’ère solaire potentiellement gratifiante sur le plan économique. Si on aborde la chose correctement, l’Allemagne sera l’avant-garde d’un tournant que chaque nation de la terre devra effectuer à cause des limites de la planète. Un tournant qui en finit non seulement avec les centrales en Allemagne, mais avec les énergies fossiles tout simplement. » La décision allemande ne serait pas qu’une réaction à Fukushima mais un choix stratégique industriel amorcé dans les années 1990. Le pays abandonne le nucléaire pour mieux se concentrer sur son avantage dans les technologies vertes et les énergies renouvelables, notamment dans le solaire et l’éolien.

Capacités Européennes de Production 2007

Capacités Européennes de Production 2007 | Analyse et Infographie Atlante & Cie / Sources Eurostat

Ce débat sur le nucléaire affecte différemment les pays selon l’importance du nucléaire dans leur mix énergétique et leur industrie mais la majorité des européens sont concernés. En effet, la plupart des pays de l’UE exploitent des centrales nucléaires : la France, avec ses 19 centrales, ses 58 réacteurs et ses leaders mondiaux de l’énergie, est le pays le plus nucléarisé mais elle n’est pas seule. Actuellement, le Royaume-Uni exploite 9 centrales et 19 réacteurs, l’Allemagne respectivement 12 et 17, la Suède 7 et 16, l’Espagne 6 et 9, la Belgique 2 et 7, la République Tchèque 6 et, la Finlande, la Hongrie, la Bulgarie, la Grèce, la Lituanie, les Pays-Bas, la Roumanie, la Slovaquie, et la Slovénie ont entre 1 et 4 réacteurs.

Face aux difficultés rencontrées dans les centrales nucléaires nippones après le séisme, plusieurs pays européens s’interrogent. En Europe, la décision allemande est pour le moment la plus spectaculaire mais elle risque ne pas rester longtemps exceptionnelle. La Suisse, non membre de l’UE, a suspendu ses projets de renouvellement de centrales nucléaires, en l’attente d’éventuelles « normes plus strictes ». Aux Etats-Unis, où aucune centrale nucléaire n’a été construite depuis l’accident de Three Miles Island, le nucléaire souffre de problèmes liés à la gestion des responsabilités et à l’augmentation des coûts d’assurance.

En France, le ministre de l’énergie, Eric Besson, réaffirme dans Libération la place prépondérante du nucléaire pour répondre aux défis énergétiques et climatiques à l’échelle mondiale. « Notre monde ne pourra pas se passer du nucléaire au XXIe siècle. » Il rappelle surtout son importance pour l’industrie à l’échelle nationale : « En France, les activités de maintenance et de renouvellement de nos 58 réacteurs représentent dans les prochaines années plusieurs milliards d’euros de chiffre d’affaires pour Areva, Alstom et l’ensemble de la filière industrielle. [...] Les deux principaux marchés à l’exportation, la Chine et l’Inde, représentent des débouchés majeurs. [...] Notre filière nucléaire est un atout industriel majeur pour la France. »

Le ministre, en soulignant l’importance du nucléaire pour le rayonnement de la France dans l’industrie énergétique mondiale, rejoint les déclarations du président d’EDF, Henri Proglio, au Monde à l’occasion du dévoilement des orientations stratégiques devant l’assemblée générale du groupe, réunie mardi 24 mai : « En 2020, EDF doit être le premier électricien mondial, capable d’aller chercher la croissance où elle se trouve. Par croissance organique, nous visons 200 gigawatts (GW) de capacités (contre environ 150 actuellement) : 50 % dans le nucléaire, 25 % dans le thermique (gaz, charbon), 25 % dans l’hydraulique et les autres énergies renouvelables »

Angela Merkel, José Manuel Barroso, et Nicolas Sarkozy posent pour la photo de famille à Bruxelles ©Reuters

Angela Merkel, José Manuel Barroso, et Nicolas Sarkozy posent pour la photo de famille à Bruxelles ©Reuters

Alors ? Cette décision unilatérale peut-elle relancer la conscience de la nécessité d’une politique européenne, ou bien, au moins, d’une « coopération structurée permanente » comme c’est le cas pour la production d’armement ? Ou les intérêts nationaux, politiques et surtout industriels, sont-ils trop importants pour que le dialogue reprenne ?

Tout d’abord, il faut souligner que cette décision sans aucune concertation avec les autres Etats membres de l’Union européenne est un droit garanti par le traité de Lisbonne puisque celui-ci affirme que les mesures prises par l’UE « n’affectent pas le droit d’un Etat membre de déterminer [...] son choix entre différentes sources d’énergie » (article 194). D’ailleurs, la France en a fait de même lorsqu’elle n’a pas demandé l’avis de ses partenaires européens avant d’entamer la construction du réacteur nucléaire de Flamanville.

Ensuite, les Européens sont, par essence, voisins et comme Tchernobyl l’a souligné, tous les pays du continent partagent les risques nucléaires. Une politique commune de sûreté est donc indispensable comme l’a rappelé, au lendemain de la catastrophe japonaise, le ministre autrichien de l’Environnement Nikolaus Berlakovitch, dont le pays refuse l’énergie de l’atome. Il a réclamé à Bruxelles des vérifications sur toutes les centrales européennes. « Nos voisins misent tous sur l’énergie nucléaire « , a-t-il déploré, « nous, nous réclamons la sécurité maximale pour la population autrichienne et tous nos voisins doivent pouvoir la garantir à leurs propres populations. » L’Autriche, qui a rejeté le nucléaire en 1978, « veut des tests de résistance pour les centrales nucléaires en Europe et cela doit avoir lieu rapidement », a-t-il réclamé. Ces « stress test » sur les 143 réacteurs nucléaires de l’Union ont débuté le 1er Juin 2011 selon des critères définis à l’échelle européenne.

De plus, si les Etats membres sont libres de déterminer leur mix énergétique, ils s’engagent mutuellement à réduire leurs émissions de CO2 pour respecter les orientations de l’Union européenne et le protocole de Kyoto : une diminution de leurs émissions de 20 % d’ici à 2020 et, au-delà, une division par quatre ou cinq d’ici à 2050.

Impact sur le mix énergétique Allemand : 2020 vs. 2011

Impact sur le mix énergétique Allemand : 2020 vs. 2011 l Analyse et Infographie : Atlante & Cie / Source : Rheinish-Westfalisches Institut für Wirtschaftsforschung

Enfin, même si l’Allemagne décide de se passer de ses partenaires pour décider de sa stratégie énergétique, elle aura besoin de ses voisins pour réaliser avec succès ce tournant. Et c’est là qu’intervient le 3e sujet de coopération : les échanges transfrontaliers. La patronne du Medef souligne que l’Allemagne pourrait jouer le« passager clandestin », en stoppant ses centrales mais en continuant à importer de l’électricité provenant des centrales des pays voisins. En effet, d’ici à se passer de nucléaire en 2022 en augmentant drastiquement son recours aux énergies renouvelables et aux centrales à charbon et à gaz, le pays ne peut traverser la décennie sans recourir aux importations afin d’équilibrer son réseau. C’est déjà le cas depuis la fermeture des sept premières centrales en Mars. En 2010, d’après les chiffres de Réseau de transport d’électricité (RTE), la France a exporté 9,4 térawattheures (TWh) en Allemagne, tandis que l’Allemagne exportait 16,1 TWh vers la France. Mais les chiffres se sont inversés depuis le début de l’année : en Avril 2011, le solde exportateur français était de 509 MWh. Et avec l’augmentation de l’usage des EnR en Allemagne, par nature plus aléatoire, les échanges entre les pays aux mix énergétiques différents ne vont surement pas diminuer, comme c’est le cas actuellement entre le Danemark éolien et la Suède hydraulique.

C’est là où la problématique du prix devient incontournable. Avec les installations d’appoint nécessaires pour les périodes sans vent ou sans soleil et avec des réseaux électriques suffisamment renforcés, le coût de l’électricité renouvelable pourrait atteindre selon certains experts de 100 à 400 euros le mégawattheure (MWh). Bien plus que les actuels 40 à 50 euros/MWh que coûte l’électricité nucléaire. Même si le prix du nucléaire français est renchéri par la maintenance renforcée par le prolongement du parc, l’intégration de nouvelles normes de sûreté et le démantèlement des centrales les plus anciennes, l’électricité pourra couter bien plus cher dans les pays non nucléarisé. Le renversement des courbes ne pourra arriver qu’avec la baisse du prix des énergies renouvelables du fait des économies d’échelle et d’une plus grande efficacité n’interviendra surement pas dans la prochaine décennie.

Cette montée des prix aura surement des conséquences sur la facture des ménages et des entreprises même si le plan allemand prévoit un important volet sur les économies d’énergie pour compenser cette augmentation unitaire. Elle aura également des conséquences sur l’unification du marché de l’énergie européen. Sur un marché où les échanges seraient libres et concurrentiels, le prix serait déterminé par les coûts de production les plus élevés. La stratégie allemande aurait donc de forte conséquence pour l’économie française (à supposer que le gouvernement français libéralise totalement les tarifs) ! Or, pourquoi donc le marché de l’énergie devrait-il être unifié si, pour des raisons politiques, les coûts de production sont très différents ? Autrement dit, pourquoi unifier l’économie si l’on unifie pas la politique et les stratégies industrielles ?

Lignes à Haute Tension RTE

Lignes à Haute Tension ©RTE

La décision allemande nous contraint donc à repousser la vision d’un marché unique de l’énergie (c’est à dire aux prix convergents), pour privilégier d’autres formes de coopérations très pragmatiques. L’Union européenne va devoir trouver les bonnes modalités de collaboration sur les sujets énergétiques comme la sûreté nucléaire, le renforcement et la modernisation des réseaux, la sécurité d’approvisionnement, la recherche et le développement de nouvelles technologies et la coopération avec les pays tiers, avec des projets comme Desertec par exemple.

La coopération politique sur l’énergie n’est d’ailleurs pas abandonnée. Eric Besson a demandé lundi, que l’ensemble des ministres européens chargés de cette question se prononcent lors d’une réunion de concertation « pour essayer d’évoquer les conséquences des décisions nationales que chacun d’entre nous peut être amené à prendre ». Auparavant, son homologue belge, Paul Magnette, allait déjà dans le sens d’une concertation européenne. Tout en déclarant regretter« une décision complètement unilatérale, sans aucun débat européen ni information des partenaires »


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • jcm jcm 17 juin 2011 12:34

    Une solution pour y voir plus clair : qu’une règle édictée au niveau international et applicable partout dans le monde oblige àce que tous les risques inhérents au nucléaire civil soient intégralement couverts par des compagnies privées d’assurance en non très partiellement par les états.

    C’est àdire que le nucléaire civil entre dans un régime de droit commun en ce qui concerne les risques qu’il peut présenter, afin que chacun puisse, en cas de nécessité, recevoir une juste indemnisation et exercer un recours qui sera reçu.

    Les limites d’indemnisation sont actuellement très circonscrites.

    Une telle mesure abolirait une distorsion de concurrence entre le nucléaire et les autres formes de production d’électricité, l’électricité nucléaire atteindrait un niveau de prix plus proche de son « juste prix ».

    Pas exactement son « juste prix » d’ailleurs car actuellement le coà»t du démantèlement des centrales et du stockage des déchets ultimes ne semble pas être totalement répercuté sur le coà»t de l’électricité nucléaire...


    • jcm jcm 17 juin 2011 12:36

      Une solution pour y voir plus clair : qu’une règle édictée au niveau international et applicable partout dans le monde oblige à ce que tous les risques inhérents au nucléaire civil soient intégralement couverts par des compagnies privées d’assurance en non très partiellement par les états.

      C’est à dire que le nucléaire civil entre dans un régime de droit commun en ce qui concerne les risques qu’il peut présenter, afin que chacun puisse, en cas de nécessité, recevoir une juste indemnisation et exercer un recours qui sera reçu.

      Les limites d’indemnisation sont actuellement très circonscrites.

      Une telle mesure abolirait une distorsion de concurrence entre le nucléaire et les autres formes de production d’électricité, l’électricité nucléaire atteindrait un niveau de prix plus proche de son « juste prix ».

      Pas exactement son « juste prix » d’ailleurs car actuellement le coût du démantèlement des centrales et du stockage des déchets ultimes ne semble pas être totalement répercuté sur le coût de l’électricité nucléaire...

      Repost pour tenter d’ameliorer la lisibilite...


      • sto sto 17 juin 2011 23:55

        >>coût de l’électricité renouvelable pourrait atteindre selon certains experts de 100 à 400 euros le
        mégawattheure (MWh).
        >> Bien plus que les actuels 40 à 50 euros/MWh que coûte l’électricité nucléaire

        Chiffres fausses par la non prise en compte du demantelement et traitement des dechets nucleaires ...

        Video interessante :
        http://www.youtube.com/watch?v=j_EbrOjIGkQ


        • Croa Croa 21 juin 2011 23:23

          ça ce sont des prix de gros. Ils peuvent évoluer en effet mais ce n’est pas le problème.

          Le problème c’est le prix facturé, pareil quelle que soit les sources, l’ensemble étant forcément mélangé. Et ce qui va faire monter le prix facturé c’est la « libération » et le partage du marché de l’électricité, bien plus que les choix en énergie primaire, alors... smiley


        • Plus robert que Redford 18 juin 2011 12:39

          Je suis étonné de voir cet article noté négativement, alors qu’il montre un pragmatisme solide :
          Inutile de se laisser enflammer par le tsunami antinucléaire actuel (auquel je souscris, évidemment !)
          La situation actuelle est ce qu’elle est, on ne démontera pas les centrales nuk en 5 minutes, et l’article a beau jeu de démontrer que, même chez nos pragmatiques voisins ultra-rhénans, l’abandon volontaire et rapide d’une importante source d’énergie ne peut se compenser (au moins provisoirement) que par l’augmentation des « sales » solutions au carbone fossile, charbon en tête des plus polluants !
          A ce propos, il me semble me souvenir avoir entendu l’UE pester contre nos cousins Germains lorsqu’ils ont passé en douce, un accord bilatéral avec la Russie Poutinienne sur la fourniture de Gaz Naturel !...
          Qu’en est-il de la concertation sur l’énergie ???

          Nada, nib, niet, rien....

          Comme pour tout le reste, d’ailleurs
          Sauf, peut-être la règlementation de la longueur des chipolatas en milieu humide ?...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

atlanteetcie

atlanteetcie
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès