Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Financement du photovoltaïque, le contre-exemple espagnol

Financement du photovoltaïque, le contre-exemple espagnol

A la lecture du récent rapport de la commission d’enquête sénatoriale sur les coûts de l’électricité, un encart interpelle : « les risques d’une politique mal maîtrisée : le cas de l’Espagne ». Pourquoi la politique espagnole est-elle devenue le contre-exemple du soutien au développement des énergies renouvelables ? D’autant que la France a suivi un modèle similaire pendant quelques années.

Des décideurs publics qui ont sous-estimé l’effet d’aubaine

Entre 2005 et 2010, la capacité de production d’énergie solaire est passée de 40 MW à 3 500 MW en terre ibérique. Au total, nos voisins ont multiplié par presque 90 leur parc photovoltaïque. On saluera le volontarisme politique… excepté que le gouvernement Zapatero n’avait absolument pas anticipé une telle hausse ! Non, celui-ci visait l’objectif bien plus modeste de 400 MW à l’horizon 2010, objectif atteint et dépassé dès 2007.

Comment expliquer un tel succès ? Très simplement : acheter 10 fois plus cher (45 centimes d’euros le kWh) l’électricité photovoltaïque que le prix accordé pour les autres sources de production électrique. L’on a dès lors assisté à une véritable ruée sur ce nouvel Eldorado, d’autant que l’Etat espagnol s’était engagé à maintenir ce niveau de prix pendant 20 ans.

Pour l’année 2009, les producteurs de photovoltaïque ont reçu 2,6 milliards d’euros de l’Etat espagnol bien qu’ils ne représentent que 2% de l’énergie produite. A titre de comparaison, l’éolien atteint 18% du mix énergétique de l’autre côté des Pyrénées mais n’a reçu que 1,6 milliards d’euros.

Un engouement contreproductif

Et pourtant l’idée de départ était bonne : l’Espagne dispose d’un potentiel solaire important (900 000 TWh par an tandis que l’Allemagne ne peut se targuer que de la moitié). C’est la proportion des moyens qui a fait défaut. Au plus fort de la fièvre, les fabricants nationaux de panneaux photovoltaïques, de taille modeste, n’ont pas pu suivre la demande. De fait, ce sont les usines asiatiques qui en ont le plus largement profité, suivies par les Allemands, un temps leaders mondiaux sur ce marché (classement qui a évolué depuis la disparition de Q-Cells en avril).

Face à la charge budgétaire qu’est devenu le soutien financier de l’Etat à ce secteur, la majorité socialiste est revenue sur ses engagements en 2008 puis en 2010. On a dès lors assisté à un plongeon vertigineux du marché. L’entreprise andalouse Isofoton a connu une chute de 83% de ses ventes en 2009. Selon l’ISTAS (Instituto Sindical de Trabajo, Ambiente y Salud) dépendant du syndicat Comisiones Obreras, en 2007 l’on comptait 180.000 emplois dans la filière des énergies renouvelables, et plus que 116.000 en 2010. Aujourd’hui, l’aventure solaire constitue un véritable fardeau pour l’Espagne, déjà en fâcheuse posture, avec une facture de 24 milliards d’euros fin 2011 (2,4% du PIB) auxquels devraient s’ajouter 5 milliards en 2012.

Le retour à l’initiative privée ?

Un nouveau modèle économique pour le photovoltaïque pointe néanmoins à l’horizon, développé par les sociétés allemandes technologiquement les plus avancées. La particularité de ces nouveaux chantiers est qu’ils ne sont absolument pas subventionnés et proposent des ratios coût/production compétitifs par rapport aux autres énergies. Plusieurs centrales de ce type sont en développement dans la péninsule ibérique.

Les généreuses politiques d’aides au développement de l’électricité photovoltaïque à travers l’Europe ont été plus contreproductives que bénéfiques (excepté pour l’industrie chinoise). L’espoir demeure peut-être avec une nouvelle génération de projets, indépendante du financement public.


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 2 août 2012 14:52

    "La particularité de ces nouveaux chantiers est qu’ils ne sont absolument pas subventionnés et proposent des ratios coût/production compétitifs par rapport aux autres énergies."

    c’etait pas possible avant, mais plus de subventions, et c’est possible de facon magique


    • wawa wawa 2 août 2012 15:40

      ben oui on retouche le sol. ce soutient a la filière solaire etait surtout une subvention aux fabricants...chinois.

      il faut réfléchir avant de subventionner n’importe quoi.

      heureusement que les autorité ont mis un terme à cette « fête du slip »


      • Spip Spip 2 août 2012 18:24

        Si subventions d’État il doit y avoir, c’est dans la RECHERCHE que ça doit se faire. L’industrialisation concerne les industriels.

        Si, aujourd’hui, on lançait un véritable plan cohérent d’énergies renouvelables (solaire, éolien, biomasse, énergie marémotrice, etc.) la France serait dépendante de brevets et de savoir faire développés par d’autres (Allemagne, Autriche, Pays Nordiques) bien plus en pointe que nous. Avec les mêmes effets sur l’emploi que les panneaux chinois...

        @ yéti  : il est vrai que l’énergie la moins chère est celle qu’on ne dépense pas et notre parc immobilier ancien est une véritable passoire thermique. Ceci dit, la seule isolation performante c’est l’isolation par l’extérieur et ça a un prix (cher...). Le chantier serait immense et créateur d’emploi en rapport, c’est sûr. Reste à acquérir le savoir faire, là aussi, et de l’aveu même des professionnels ils ne sont pas prêts... Comme les réglementations thermiques successives vont nous y obliger, vaudrait mieux commencer, pour les propriétaires, à y consacrer un budget (subventions ou pas ?).

        Pour vos liens, je ne vois pas ce que ça apporte au sujet (?).


        • Radix Radix 2 août 2012 21:19

          Bonjour

          Vous êtes au courant qu’un panneau photovoltaïque coûte plus d’énergie pour le fabriquer qu’il n’en produira dans sa durée de vie ?

          C’était juste une belle arnaque... Pour l’Etat qui subventionnait et une aubaine pour les fabricants et les installateurs qui ont gonflés leurs prix en fonction des subventions.

          Radix


          • joletaxi 2 août 2012 21:29

            Tiens, encore une grande « victoire » des écolos qui se termine en eau de boudins.

            Avec l’argent que l’on a déjà gaspillé,dans leurs diverses idioties, on ne serait sans doute pas dans la panade où l’on est.
            Et ce n’est pas fini, loin de là, on va déguster ,attendez-vous à une facture croquignolette.

            incroyable que ces charlots qui ne sont qu’un poignée d’illuminés aient eu une telle influence sur nos « décideurs »


            • rastapopulo rastapopulo 3 août 2012 14:12

              2,6 milliards rien que pour l’Espagne... Il y a des pays sans réseaux électriques qui aurait fait bonne usage du photovoltaïque. Chez nous jusqu’à maintenant, c’était pour se donner bonne conscience.


            • Spip Spip 3 août 2012 00:41

              @ yoann

              « l’absence de soutien du secteur industriel Français.. » Moi aussi ça m’embête mais j’aurais bien une explication. On ne peut plus parler aujourd’hui de pétroliers, gaziers, etc. mais de marchands d’énergies (pour le moment fossiles).

              Quand elles seront presque épuisées et après nous avoir vendu les dernières gouttes à prix d’or, les mêmes nous sortiront toutes les solutions qu’ils boudent actuellement. Entre temps, ils auront acquis tous les brevets, solidement verrouillé le marché et nous en passeront par leurs conditions, comme d’hab...


              • Spip Spip 3 août 2012 15:09

                @ yoann

                « Pas certain que les gros trusts attendent le dernier moment pour se reconvertir. » Je me suis peut-être mal exprimé, je ne voulais pas dire qu’ils allaient attendre le dernier moment pour s’y mettre mais pour nous le vendre c’est un peu différent, et en situation de quasi urgence, en empochant au passage les aides qu’ils ne manqueront pas de réclamer puisque ce sera urgent...


              • CN46400 CN46400 3 août 2012 09:07

                Le solaire voltaïque n’est économiquement viable que dans un cas : Recharge des batteries des voitures électriques dans les parkings, travail, super marché,....etc


                • barrere 3 août 2012 12:46

                  le chauffe eau solaire est bien moins couteux , ne demandant pas de haute technologie mais pas grand monde en fait la promotion. Toutr nouvelle habitation devrait en etre équipée obligatoirement.


                  • lulupipistrelle 5 août 2012 23:38

                    Certes, mais l’Etat et les collectivités locales y perdraient.


                  • lulupipistrelle 5 août 2012 23:40

                    Peut-être pas , si chaque bâtiment (collectif ou individuel) s’équipait à bon escient...sauf que l’Etat et ses protégés inventeraient de nouvelles taxes.


                  • Lionel83 5 août 2012 14:30

                    L’exemple de l’Espagne est en effet un bon exemple de ce qu’il ne faut pas faire. Un tarif d’achat sur-évalué et mal encadré a conduit des opportunistes à s’en mettre plein les poches et à détruire une filière prometteuse. Quand on accuse le photovoltaïque, on se trompe de cible : il serait plus intelligent de regarder à qui profite le « crime » (et d’où vient l’argent de ces « investisseurs »). En France, le grand bénéficiaire est ... EDF et non pas les petites entreprises. Tout le contraire de ce qui se passe en Allemagne qui a su développer un important tissu de compétence dans ce domaine.
                    En ce qui concerne les Chinois, comme d’habitude, on les accuse de tout (l’exemple de QCell est aussi un bon exemple d’une entreprise qui n’a pas envisagé la transition post aide publique). Moi je dis qu’au contraire, on devrait les remercier : grâce à eux on a maintenant des panneaux solaires d’excellente qualité à des prix très bas qui font que la parité réseau sera atteinte d’ici 4-5 ans. L’énergie photovoltaïque, la seule énergie dont le coût ne fera que baisser dans le temps ! Méditez la-dessus !!


                    • lulupipistrelle 5 août 2012 23:41

                      Pas mal...

                      Une question : les panneaux sont chinois, mais les brevets ?


                    • Ruut Ruut 7 août 2012 17:40

                      Pourquoi on ne parle jamais des solutions qui fonctionnent ?


                      • Enjeux Electriques Enjeux Electriques 8 août 2012 09:51

                        Bonjour,

                        Relisez le dernier paragraphe de l’article.

                        Cordialement

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès