Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Frelon asiatique : le nuisible qui tombe à pic

Frelon asiatique : le nuisible qui tombe à pic

A peine le printemps arrivé et voilà déjà que les articles à charge contre le frelon asiatique se multiplient dans la presse, en dépit de tout bon sens et de toute objectivité.

Commençons par le bon sens. Il est totalement stupide de multiplier les articles contre le frelon asiatique quand on sait que, comme tout les Hyménoptères de nos contrées, le printemps n'est que le début des nouveaux nids : ne craignez pas de vous faire envahir par le frelon asiatique ou par n'importe quelle guêpe : les seuls que vous pouvez trouver en cette saison sont les fondatrices qui débutent à peine leur nid, leur population est donc très réduite. Sachez aussi que les anciens nids ne sont jamais réutilisés, et que la grosse partie des effectifs des frelons et guêpes meurent avant l'hiver, dès les premiers froids. Si vous voulez en savoir plus sur leur biologie, je vous conseille la consultation de ce site très complet sur le sujet.

 

Au niveau objectivité, quoi de plus hypocrite que de mettre en avant un ennemi qu'on a nous même déclaré comme tel, quand, au même moment, des épandages massifs sont réalisés, à coup de roundup notamment ? Et cela, alors même que la nocivité des pesticides est de plus en plus démontrée ?

Et malgré ces preuves de plus en plus indiscutables, industriels et agriculteurs continuent de nier : le porte feuille a ses raisons que la raison ne connait point... Pour les industriels en tout cas, car du côté des agriculteurs, alors qu'ils sont endettés jusqu'au cou, qu'un suicide a lieu tout les deux jours, que ce système agricole est à bout de souffle et totalement injuste, il parait de plus en plus incompréhensible de les voir encore s'acharner contre le bon sens en général et l'environnement en particulier : sont-ils aussi aveugles ou si manipulés que cela ? A moins que ce ne soit la difficulté à admettre qu'on puisse s'être trompé... Dans tout les cas, premières victimes des pesticides tant au niveau santé que financier, ils ont développé un sacré syndrome de Stockholm.

 

Pour en revenir au frelon asiatique, si il est indéniable qu'il peut causer d'importants dégâts sur certaines ruches, par rapport aux pesticides, au varroa et aux autres pollutions, l'impact du frelon asiatique reste modérée, d'autant plus qu'il ne s'attaquerait qu'aux ruches les plus affaiblies. Détruire le frelon asiatique ne réglera pas le problème d'effondrement des colonies, et puis, de toutes façons, comme pour toutes les espèces "nuisibles" ou "invasives" que l'on a introduit nous mêmes, l'anéantissement est d'ore et déjà impossible : comme pour la fourmi d'Argentine ou toutes les autres espèces, au lieu de tenter vainement de les détruire, ne vaudrait-il pas mieux envisager leur installation durable et définitive, et prendre les mesures qui vont avec ? Mais aussi, étudier le réel impact du frelon asiatique, car mis à part ses dommages causés sur les abeilles, nous ne savons pour le moment rien des éventuels changements qu'il a pu causer sur son environnement : a-t-il des prédateurs ? Des proies ? Quel est son impact sur le frelon européen ? Est-il un bon butineur ?

Faisons avancer les choses autrement que par le vain appel à l'anéantissement d'une espèce qu'on ne pourra plus détruire : il aurait fallu le faire dès la première année, c'est bien trop tard désormais. Qu'on cesse de s'en prendre exclusivement aux frelons asiatiques quand d'autres facteurs, comme les biocides, ont bien plus d'ampleur et sont infiniment plus destructeurs, et pas uniquement sur les abeilles.


Moyenne des avis sur cet article :  4.13/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • P-Troll P-Troll 27 mars 2015 09:01

    A ces mots on cria haro sur le baudet.
    Un Loup quelque peu clerc prouva par sa harangue
    Qu’il fallait dévouer ce maudit animal,
    Ce pelé, ce galeux, d’où venait tout leur mal.
    Sa peccadille fut jugée un cas pendable.
    Manger l’herbe d’autrui ! quel crime abominable !
    Rien que la mort n’était capable
    D’expier son forfait : on le lui fit bien voir.


    • manuel1986 28 août 19:35

      @P-Troll
      Selon que vous serez puissant ou misérable,
      Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir...


    • Plus robert que Redford 27 mars 2015 09:59

      Bien vu !

      Une démarche pragmatique nécessite

      1° D’étudier les problèmes et savoir précisément ce à quoi on a affaire

      2° De classer les-dits problèmes par ordre d’ Importance : c’est là qu’est l’os car l’importance accordée varie selon les groupes de personnes qui ont intérêt à la chose

      3° D’envisager les moyens à mettre en place : deuxième nonosse car les intérêts des uns étant souvent contradictoires avec deux des autres, les solutions envisagées seront tout aussi conflictuelles

      Bon courage !!


      • cathy30 cathy30 27 mars 2015 10:58
        Ils n’ont pas de prédateurs en Europe, c’est une catastrophe. Si vous avez des ruches dans votre jardin, les poules en feront leur menu.

        • alinea alinea 27 mars 2015 20:44

          @bernard29
          La poule est une perle qui nous protège de tout ; les vipères, et les bêtes ailées frelonnantes... et, en plus, elle nous fait des oeufs. Quand on voit ce qu’on fait d’elle !!


        • Philippe Stephan Slipenfer 27 mars 2015 15:11

          cela me rappel toute les histoires avec taxifolia caulerpa 
          espéreront que le dénouement de cette affaire soit similaire.


          • alinea alinea 27 mars 2015 20:42

            Mais, mon pauvre, il faut être un peu intelligent pour cela !
            Quand l’homme aperçoit quelque chose dont il a peur, il tire !
            Il ne voit pas le pesticide, les radiations, la pollution, alors, il ne tire pas !
            Pauvres de nous, si vous saviez l’horreur aujourd’hui des tiques, des puces qui n’ont rien à foutre de Bayer et , bien entendu de la lavande et autres fougères non plus, dans les lits des chiens !!!
            On devrait bien faire pareil...


            • cathy30 cathy30 28 mars 2015 00:27

              destruction d’un nid de frelons asiatiques


              • Kelimp 28 mars 2015 18:09

                J’ai lu, je ne sais plus où, un article sur un apiculteur qui était victime de cet insecte et qui a expérimenté un système on ne peut plus simple : à l’entrée de la ruche, pose d’un grillage aux mailles suffisamment grosses pour laisser passer les abeilles, mais trop petites pour le frelon. Résultat, plus aucune perte dues à ce prédateur.
                A essayer peut-être...


                • sirocco sirocco 28 mars 2015 23:40

                  @Kelimp

                  Il y a belle lurette que les apiculteurs utilisent au besoin des cribles à l’entrée de leurs ruches, notamment pour récolter le pollen que les butineuses ramènent en pelotes contre leurs pattes.

                  Si c’était la solution, elle serait appliquée depuis longtemps. Malheureusement, le frelon asiatique attaque les abeilles partout, sur le « perron » et à l’extérieur de la ruche ou encore sur les fleurs.


                • POlivier 29 mars 2015 11:18

                  @sirocco
                  Non pour la récolte du pollen c’est un autre système qui est utilisé, système qui n’est jamais laissé bien longtemps pour ne pas trop affaiblir la ruche, le pollen étant indispensable pour les larves. Le grillage anti frelon est mis sur la planche de vol et semble bien marcher en effet.


                • Alain 29 mars 2015 17:55

                  @POlivier
                  Le grillage anti frelon a une efficacité toute relative. Le frelon ne peut pas rentrer dans la ruche mais il reprend sa chasse habituelle. Se mettre en vol stationnaire à l’entrée de la ruche et choper les abeilles qui partent ou qui reviennent. Les abeilles prenant conscience d’un danger à proximité de la ruche, passent en mode contrôle. Toute abeille arrivant dans la ruche subit alors un test par phéromone afin qu’aucun intrus ne puisse s’introduire. Cela fait perdre du temps aux butineuses. Donc les récoltes sont moindres.
                  Les frelons peuvent aussi se poser sur les planches d’envol. Les abeilles se mettent alors en tas afin de se protéger de l’intrus. Pendant qu’elles se défendent ainsi, elles ne vont plus butiner. Les récoltes sont moindres.
                  Bref, 10 à 15 frelons devant une ruche entrainent assez rapidement la fin de la colonie en moins d’un été ou entament sérieusement la possibilité de la ruche de tenir l’hiver.


                • Geoffré 25 avril 2015 19:56
                  Plusieurs événements sont arrivés, au Québec et en France, dans les dernières semaines avec ces insectes. Regardez cette courte vidéo de 2 minutes qui les énumère : https://www.youtube.com/watch?v=aMiTBQFxiS8

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

POlivier


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès