Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Frelons, piranhas, araignées : doit-on craindre l’invasion (...)

Frelons, piranhas, araignées : doit-on craindre l’invasion ?

Des animaux inconnus sous nos latitudes s’y acclimatent progressivement. L’actualité s’est faite récemment l’écho d’une araignée d’Amérique du Nord dont la morsure a grièvement blessé un homme, dans le sud est de la France. Dans le Lot et Garonne des promeneurs ont été attaqués par des frelons asiatique et l’on vient de découvrir un piranha en Alsace. Adieu veaux vaches cochons ?

Ce n’est certes pas nouveaux. De tous temps les voyageurs ont ramené de contrées lointaines des animaux exotiques. On connait tous ces histoires de serpents ou de scorpions ramenés par des touristes inconscients, voire des mercantis peu scrupuleux. Elles défrayent régulièrement la chronique.
 
La plus célèbre d’entre elles est celle de cet alligator découvert dans les égoûts de Paris (il finit ses jours à l’aquarium de Vannes). Et la dernière en date remonte à aujourd’hui puisque l’on vient de découvrir un piranha à hauteur de Colmar, dans les eaux de l’Ill, affluent alsacien du Rhin.

La présence de ces animaux est aussi surprenante qu’anecdotique. Certes, l’alligator pourrait survivre dans les égoûts de Paris et de folles rumeurs ont déjà couru sur ce sujet. Mais il s’écoulera de l’eau sale dans les collecteurs avant que les techniciens des sous-sols parisiens (ou d’ailleurs) ne laissent ces gentilles bestioles se propager librement. Quant au piranha alsacien, il est probable qu’il ne passe pas l’hiver.
 
C’est moins sûr concernant la loxosceles reclusa. Cette araignée qui vit habituellement en Amérique du nord a sans doute aussi été ramenée malencontreusement dans les malles d’un touriste. Sa taille, pratiquement la même que celle de sa cousine européenne, et son caractère solitaire ne permettent pas de l’identifier aisément.
 
Et le climat méridional lui réussit particulièrement bien puisque récemment elle a gravement mordu au bras un retraité d’Orange. Loxosceles reclusa est un arachnide dont le venin terrasse aussi sûrement que celui d’un cobra. L’homme a déclaré à la presse locale qu’il avait senti une piqure plus violente que celle d’un moustique : « au moment où je me tournais pour prendre une meilleure position, je l’ai tout de suite tuée. Malheureusement, le mal était déjà fait ».
 
Découvert inconscient par sa famille il a été conduit à l’hôpital. Selon Wikipedia, « le venin de cette araignée provoque la nécrose des tissus touchés. La grande majorité des morsures de Loxosceles reclusa peut provoquer de grosses infections suivies de longues périodes de cicatrisation qui laissent de sévères cicatrices sur la peau ». De fait la victime passera par différentes phases - frigorifié, brûlant, pris de convulsions - perdra temporairement la vue, subira une infection généralisée et sa plaie ouverte se nécrosera. Prochainement, il doit subir une greffe de peau. Peut-être que loxosceles reclusa n’est pas venue en famille en France. Rien n’est moins sûr puisque d’autres témoins ont cru l’apercevoir dans le midi.

Ce qui nous amène à un dernier fait-divers, beaucoup plus préoccupant. Il concerne le frelon asiatique, appelé également Vespa velutina. Un insecte bien plus féroce et destructeur que le frelon européen. Il aurait été importé de Chine non dans des valises, mais probalement avec des marchandises, par voie maritime ou aérienne, on l’ignore. Bien que les débarcadères soient strictement contrôlés il a fait souche dans le sud-ouest de la France depuis cinq ans environ.

Le 14 août dernier, un essaim a piqué six promeneurs dans le Lot et Garonne. Il a fallu les hospitaliser. Parmi eux, un bébé a miraculeusement été épargné. Pas moins de treize pompiers sont venus à bout de leur nid.
 
Les pattes du frelon asiatique sont jaunes et son corps plus petit que celui du frelon de nos campagnes. Cet insecte est dangereux. Quelques jours avant de s’attaquer aux promeneurs un homme avait déjà été piqué quinze fois près de Bordeaux

Les nids du frelon européen sont constitués de centaines d’individus. Ceux du frelon asiatique en contiennent des milliers. Ce sont des tueurs qui guettent les abeilles à la sortie de leurs ruches pour les abattre froidement. Dans la Dépêche, Richard Legrand, apiculteur à Bergerac déclare qu’il a vu « 80% de ses ruches détruites en 2007 ».

En 2004, on ne comptait qu’un seul nid de frelons asiatiques dans le bordelais. Aujourd’hui on en compte 2000 et d’après les spécialistes il y en aurait plusieurs milliers en Dordogne. Cet insecte progresse d’un département par an. Il pourrait coloniser 50% de l’hexagone avec un gros point d’interrogation : qu’est-ce qui pourrait enrayer sa progression ? Certes, des pièges sont mis en place, mais cela suffira-t-il ? Et le frelon ne connaît aucun prédateur en France...

Doit-on assister impuissant à cette invasion ou y a-t-il un remède, une solution ? Mais peut-être que les médias montent ces histoires en épingles histoire de jouer, une fois de plus, avec nos peurs...



 

Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • Patapom Patapom 20 août 2009 13:02

    Mais dites-donc monsieur l’auteur, vous savez que dans cet unique article, vous avez donné de quoi tenir au moins 2 MOIS à la rédaction du 20 heures de TF1 !


    • Fergus fergus 20 août 2009 13:10

      Excellent article qui pose, en terme mesurés, une vraie question : doit-on craindre la multiplication en France de bestioles venimeuses, potentiellement dangereuses ?

      Trop tôt pour le dire, mais entre le réchauffement clmatique et les comportement irresponsables, il y a lieu d’être inquiets, particulièrement avec la multiplication des essaims de frelon.

      Non seulement ils peuvent être dangereux pour les hommes, mais ils sont de redoutables destructeurs de ruches. Or les abeilles sont indispensables à la pollinisation. Le problème n’est donc pas aussi marginal qu’il peut le paraître !


      • LE CHAT LE CHAT 20 août 2009 13:12

        que du bonheur ces espèces invasives , les ragondins qui minent les berges , les ecrevisses américaines qui massacrent les espèces indigènes , les grenouilles taureau voraces , les plantes aussi comme l’ambroisie qui donne plein de pollen pour les allergiques ! sans aucun contrôle , elle finissent par bouleverser les milieux naturels  !

        et pour ne pas être politiquement correct , je dirai qu’avec les espèces humaines , c’est pareil , mais chut , la bienpensance officielle aime pas qu’on lui rapelle ......


        • Yannick Harrel Yannick Harrel 20 août 2009 14:28

          Bonjour Le Chat,

          Je vous confirme qu’effectivement en Alsace, et plus précisément à Strasbourg, le ragondin s’est très (trop) bien acclimaté. Bien que très timide et herbivore, ce mammifère d’Amérique du Sud est responsable de la dégradation des berges de l’Ill. Et comme pour le frelon asiatique, il n’a aucun prédateur naturel. Encore que je me demande s’il ne serait pas possible d’employer à bon escient les peaux de ragondins...

          Avec le réchauffement climatique il est évident que mammifères et insectes généralement localisés en des contrées plus méridionales vont progresser territorialement. Du reste ce n’est pas ma seule source de préoccupation : certaines maladies vont aussi profiter de ce changement de donne et investir l’Europe du Sud.

          Cordialement


        • LE CHAT LE CHAT 20 août 2009 15:06

          salut Yannick ,
          des colonies de barracudas commencent à coloniser nos côtes méditeranéennes , et on a péché un baliste , et vu une tortue de mer pondre ses oeufs sur une plage du var .
          Plus au nord , les britishs commencent à pêcher des poulpes ! si ça continue , il y aura bientôt des cigales dans le pas de Calais  !

          ici à Fos , il y a des hérons pique boeufs qui sont venus récemment d’afrique tenir compagnie aux taureaux camarguais ...


        • Gwenolito 20 août 2009 17:19

          Bonjour,
          C’est pas nouveau pour le baliste carolinensis, je le croise régulièrement en plongée. Par contre, j’ai l’impression d’en voir de plus en plus souvent, même en rade de Brest ! En attendant les requins blancs, qui passent déjà au large de La Rochelle...
          Cdlmt,


        • Michael Jordan Manson (MJM) Michael Jordan Manson (MJM) 20 août 2009 18:56

          Et si on parlait plutôt de Zergs ou de Covenants amenés par des animaux et prêts à lever les masses contre des foules d’yeux innocents mais avides ?


        • Montagnais Montagnais 20 août 2009 15:05

          Témoignons : sur le balcon, Trois frelons de marque non-identifiée de chacun 12 cm de long. Au tromblon ! J’ai envoyé à l’Elysée, Zebulon, qui règle toutes les questions en matière $écurité.

          @ Chat : vous maniez l’allégorie à gros sabots, vous.. Vous seriez pas d’une région ou on en porte ?

          Crise, arnaque$, violen$e, men$onge, mi$ère, réchauffement, $echeresse, $erpents, foot et $pectron, Zébulon et UMP.. Nous font des malheureux la peinture achevée. Et selon l’auteur, avisé, même les waldgängers seront touchés.


          • LE CHAT LE CHAT 20 août 2009 16:17

             @montagnais

            le pas de Calais est pas très loin du pays des bataves ! d’ailleurs un de mes gamins qui revient de zeelande vient de m’en rapporter une paire ...


          • marcel 20 août 2009 15:24

            l’araignée citée dans l’article n’est-elle pas la veuve noire car je ne connais aucune autre espèce d’Amérique du nord qui puisse causer les troubles mentionnés ici ?

            Une seule espèce proliférante à l’excès est vraiment nuisi ble : le sinistre bipède .


            • LE CHAT LE CHAT 20 août 2009 16:13

              salut marcel ,
              c’est l’araignée violoniste ! j’ai vu un super reportage sur national geographic tv là dessus


            • marcel 20 août 2009 16:28

              @salut chat :
              merci pour l’information :
              au contraire de lma veuve noire dont le venin cause des crampes massives , celle-ci agit par nécrose des tissus .
              Non , cette araignée violoniste n’est pas dans mes cordes .


              • roquetbellesoreilles roquetbellesoreilles 20 août 2009 16:33

                Frelons, piranhas, araignées, ...

                de tous ces animaux dangereux, celui que nous devrions craindre le plus, n’est pas cité dans l’article, c’est « l’homme politique ».

                C’est surtout de celui-ci que nous devrions nous méfier, c’est de loin le plus vénéneux...


                • LE CHAT LE CHAT 20 août 2009 16:41

                  attentions aux plus petits , les tiques et les moustiques , ils véhiculent de terribles maladies !


                • Philou017 Philou017 20 août 2009 18:45

                  Omnibuzz envahit à nouveau agoravox, heureusement il n’est pas mortel.

                  Si l’article fait référence à certains problemes de fond, sa présentation est volontairement aguicheuse, provocatrice, caricaturale. L’image qui accompagne l’article est significative. Du buzz à tout prix et n’importe lequel.

                  Un article genre « presse de bazar » dont je me passerais bien.

                  « Mais peut-être que les médias montent ces histoires en épingles histoire de jouer, une fois de plus, avec nos peurs... » dit Omnibuzz qui emploie les même méthode.
                  Le seul but d’omnibuzz est de faire de la retape, pas d’informer. Même sur « Le post », ils passent pas ce genre d’article.


                  • sleeping-zombie 20 août 2009 22:29

                    Encore un tire bien « presse francaise », du style « doit-on avoir peur ? », « faut-il avoir peur ? », « les chinois vont-ils nous manger ? » bref.

                    Bon. J’aimerais juste faire un petit rappel : ces p’tites bébêtes, venimeuses ou non, viennent de régions du monde qui sont déjà colonisées par l’homme. Preuve qu’on peut très bien coéxister... Si les indiens d’Amazonie arrive a vivre dans un continent ou pullulent les méchantes araignées venimeuses, pourquoi pas nous ?
                    Le jour où il y aura plus de morts dus aux attaques d’ours polaire ou de tarentules que d’accidents de la route, alors oui, on pourra peut-être revoir nos priorités...
                    Mais d’ici là, oui faut avoir peur bien sùr... on trouve 1 alligator, 1 araignée qui ne tuent personne... alors que la simple foudre (Zeus pour les croyant) assassine lachement une bonne dizaine de nos concitoyens chaque année...


                    • PUCK 20 août 2009 23:05

                      Pour tous ceux qui rigolent ,moi ,je peux affirmer que je ne rigole pas du tout .
                      J’habite en Savoie ,et voila la 2ème année que nous voyons cette fameuse guêpe ou frelon asiatique .L’an dernier ,j’ai dù envoyer une de mes invitées en urgence à l’hopital , car ,5 mn après la piqure ,elle était à la limite de l’étouffement ,et il a fallu perfusion de corticoïdes à haute dose pour la sortir de là .
                      Manque de bol , je me suis moi même fait piquer hier par cette horrible insecte ,qui a bien les pattes jaunes ,oui ,et moi qui ne suis allergique à rien , et malgré une prise énergique de Solupred ,je me retrouve encore aujourd’hui fiévreuse ,frissonnante (par 37° à l’ombre ,il faut le faire ) avec un bras violet et une grosse pustule à l’endroit de la morsure . Charmante bête ,vous voyez ?
                      Ce qui me désole le plus est que mon grand massif de lavandes que je destinais spécialement aux abeilles et qui était toujours bourdonnant ,est cette année complètement VIDE . Oui ,c’est inquiétant ,pour les abeilles ,et pour nous .


                      • Mmarvinbear mmarvin 20 août 2009 23:10

                        Il n’y a pas quoi pousser les hauts cris.

                        Le climat se modifiant, il est logique de voir les habitats remonter vers le Nord et de se voir coloniser par de charmantes bébêtes qui nous amènent leurs parasites et leurs maladies. C’est la nature, bien que cet aspect des choses soit en général ignoré des écologistes médiatiques...

                        Non, le seul vrai scandale, c’est l’inertie des pouvoirs publics, qui laissent la situation dégénérer jusqu’au point de non-retour. Les autorités vétérinaires auraient dû intervenir alors qu’il n’existaient que quelques ruches à frelons asiatiques. Le problème aurait été réglé avant qu’il ne devienne sérieux, pour le prix de quelques bouteilles de Baygon.

                        On a un exemple supplémentaire de l’aubsurdité du laisser-faire : si les autorités monégasques avaient pris le soin d’arracher la Taxifolia Caulerpa alors qu’elle ne couvrait que quelques mètres carrés après son évasion du musée océanographique de Monaco, des milliers d’hectares de prairies sous-marines seraient encore intactes. Alors que désormais, son éradication coutera des dizaines de millions d’euro, sans garantie de réussite, alors qu’un simple coup de rateau aurait suffit...

                        Pour les frelons asiatiques, il y a heureusement une solution écologique : les abeilles asiatiques ont appris à se défendre contre ce prédateur : elles sacrifient une dizaine de leurs individus qui se collent à l’agresseur et le recouvrent entièrement. Le frelon meurt dès que sa température interne dépasse les 43 degrés (ou 45 je sais plus, mais c’est cet ordre d’idée...).

                        Les apiculteurs n’ont donc plus qu’à se commander quelques centaines de ruchers asiatiques.

                        C’est Besson qui va être content...


                        • crazycaze 21 août 2009 00:54

                          C’est vrai qu’on ne doit pas avoir peur de ces « bestioles », en tout cas dans leur potentialité agressive quant à notre intégrité physique. Effectivement, nous avons des animuax en France qui malgré leur taille, peuvent vous envoyer lentement mais sûrement vers un retour à la terre comme les tiques des cervidés qui sont porteuses d’un agent infectieux fatal. Il y a plus de victimes du Buffle sauvage en Afrique que des serpents ou autres bestioles à crocs !! Et croyez bien qu’une seule piqûre de frelon européen peut créer autant de désagrément que celle du frelon asiatique. 

                          Le problème de ces animaux invasifs concerne davantage leur impact sur les écosystèmes. S’ils prolifèrent, c’est que d’une part ils trouvent dans le milieu des ressources pour les nourrir (donc aux dépends d’autres espèces locales), et ne rencontre aucune régulation dans leur expansion démographique. Rappelons nous des ravages consécutifs à l’introduction du lapin en Australie ou de vaches dans une île du Pacifique.
                          Certaines proliférations constituent des dangers pour les autres espèces, et seule une éradication massive peut empêcher certains désastres.

                          Je ne suis pas chasseur, je vote écolo depuis près de 30 ans (sauf aux dernières... où j’ai voté Europe Décroissance !!), mais certaines personnes ont des idées complètement stupides sur l’écologie. On refusera de tuer les petits chats, on préfèrera qu’ils fassent leur vie en les abandonnant dans une forêt. Bravo !! Quelle noblesse de sentiments !! Quel coeur !! Enfin, pour les petits chats, qui devenant chats harets, vont se gaver des familles de lapins de garennes, détruire les nichées d’oiseaux vivant dans des buissons ou au sol, et bien sûr de quelques rongeurs. Ah, bien sûr, vaut mieux qu’ils tombent pas sur un chat sauvage, ce dernier ne dédaignant pas se faire un citadin de temps à autres... enfin, quand ils étaient encore suffisamment nombreux...

                          Les écosystèmes sont précaires, ils peuvent trouver différents équilibres, mais la soudaineté de certaines perturbations invasives font trop de dégâts en peu de temps... car s’il s’agissait uniquement de modifications de la faune dues aux changements climatiques, nous aurions des modifications moins problématiques, car si une espèce colonise une nouveau territoire, il y a de fortes chances que ses prédateurs habituels fassent également le voyage. 


                          • Caveman Caveman 21 août 2009 03:50

                            Les abeilles se cassent, les frelons rappliquent !

                            Moralité : respectez ceux qui vous veulent du bien


                            • jcm jcm 21 août 2009 07:50

                              A noter, cela peut sauver des vies : la plupart des venins d’insectes et d’araignées sont thermolysables (thermolyse : décomposition d’un corps par la chaleur) vers 65°C.

                              Il s’est vendu en pharmacie un appareil muni d’un embout pouvant être chauffé à cette température, à appliquer sur la peau en cas de piqure : les molécules de venin sont cassées par la chaleur en des molécules de plus petites taille, inoffensives.

                              A défaut de cet appareil tout fumeur dispose à peu près en permanence du nécessaire : approcher l’extrémité incandescente de la peau (sans la toucher).

                              Par expérience mieux vaut 3 cloques de brûlure de 1 mm de diamètre que la douleur d’une piqure de frelon...

                              Sinon, chauffer n’importe quel morceau de métal avec allumettes, briquet, chalumeau... et approcher délicatement de la peau pendant quelques secondes.

                              Limite de l’approche : on doit ressentir un « très chaud » à la limite d’une véritable sensation de brûlure, ceci sur une zone aussi réduite que possible à l’endroit précis de la piqure.

                              Reste à savoir si le venin de loxosceles reclusa est sensible à la température...


                              • PUCK 21 août 2009 18:51

                                La plupart du temps ,avec les guêpes normales ,ça marche mais le venin de cette bestiole a l’air plus résistant .Je suis effectivement allée jusqu’à la cloque ,ç’aurait été pire autrement , mais le venin n’a pas été entièrement détruit .


                              • freelol freelol 21 août 2009 08:46

                                Plan Anti-Frelon gouvernemental dernière dépêche :

                                Mme R.B vient d’annoncer les dernières mesures en cas d’invasion :

                                « En plus des mesures habituelles recommandées, des mesures d’exceptions pourront surement être prises dans les départements touchés :

                                - Mise en place de pièges collants géants sous les ponts et clochers
                                - Port de moustiquaires personnelles obligatoires dans les lieux publics
                                - Distribution générale de filets à papillon et d’aérosol toxique
                                - Contrôles autoritaires dans les zones possiblement probable d’infestation
                                En ce qui concerne l’épandage massif d’insecticide pour les plus récalcitrants, la mesure a été simplement évoquée... »

                                Nous sommes rassurés


                                • Michael Jordan Manson (MJM) Michael Jordan Manson (MJM) 21 août 2009 11:34

                                  Angus Young est le père fondateur des nids de guitaristes en herbe.


                                  • barbichon 21 août 2009 12:01

                                    Pour ajouter à la liste, en 2003, le voyais des Perruches passer dans le ciel au dessus d’Antony (92) Elles s’étaient échappées d’un container avion à Orly.
                                    Aujourd’hui, elles nichent dans les bois entourant Montlhéry 20 km au sud...Cette colonnie n’est pas isolée, il y en a une très importante autour de Marseille. D’ici quelques années, elles auront colonnisé toute l’Europe.


                                    • Gnetum Gnetum 23 août 2009 16:47

                                      Sur la forme c’est un article « catastrophiste », bien dans la mouvance actuelle des algues tueuses et autres ...

                                      Sur le fond, c’est un peu le vide quand même.

                                      Sur cette histoire d’araignée on crie tout de suite au loup, invoquant une espèce américaine (Loxosceles reclusa) alors même que le témoignage de la « victime »est imprécis/confus au possible (elle a parlé d’une piqure de guepes à un moment ...). A noter aussi que même si l’hypothèse d’une morsure d’araignée se vérifiait, on ne pourrait même pas écarter l’hypothèse que ce soit le fait d’une araignée bien de chez nous : Loxosceles rufescens. Bref le BaBa serait peut-être de connaître notre Biodiversité avant de raconter n’importe quoi ... (au passage il existe bien en France une espèce de veuve noire ; Latrodectus tredecimguttatus).

                                      Sur le frelon asiatique, Vespa velutina, il y a par contre bien un problème d’espèce invasive, potentiellement à même d’entrer en compétition avec des espèces autochtones (comme le frelon d’europe). En terme d’agressivité et d’impact sur les ruches ... je serai par contre un peu plus mesuré. Sur le sujet les gens mélangent un peu tout et n’importe quoi, Vespa velutina n’étant qu’une espèce de frelon asiatique parmi d’autres (dont en particulier le frelon géant, Vespa mandarinia qui peut provoquer en effet des dégâts importants dans les ruches). Il est par contre très dommageable que l’Etat n’ait pas pris de mesures rapides pour essayer d’enrayer son implantation en France, car là on se trouve quand même dans une situation où l’on ne peut plus que constater l’évolution de l’invasion.


                                      • Deenye Deenye 23 août 2009 20:11

                                        « Loxosceles reclusa est un arachnide dont le venin terrasse aussi sûrement que celui d’un cobra »

                                        N’importe quoi !

                                        Le venin de cette araignée est loin d’être mortel, contrairement à celui DES cobras...

                                        En outre, son venin est hémotoxique, tandis que celui des élapidés est neurotoxique.
                                        Donc, rien à voir !

                                        Il aurait été préférable de se renseigner avant de poster de telles inexactitudes.


                                        • Plus robert que Redford 23 août 2009 22:29

                                          J’ai vu débarquer chez moi une tortue de Floride de belle taille (3Kg !) qui avait mordu à l’appat d’un brave pêcheur de Loire ! 
                                          Eh oui ! Quand la bête devient trop encombrante, hop, à la rue ! 
                                          Je ne sais si cette espèce arrive à se reproduire dans nos eaux, mais ce dont je suis sûr, c’est qu’elle s’est parfaitement adaptée à nos climats et que son agressivité notoire en fait une concurrente redoutable pour certaines espèces locales !
                                          L’importation des espèces animales et de leurs sous-produits est, je le rappelle strictement règlementée, et pour toutes espèces potentiellement dangereuses, interdite !
                                          (Article L-236-4 & Suivants du Code Rural)
                                          Je n’aurai pas l’outrecuidance de tancer les importateurs volontaires d’animaux divers autant qu’exotiques, que je classerai plutôt au rang des malades mentaux au vu du risque qu’ils font courir aux populations animales et humaines de métropole...
                                          Néanmoins, monsieur mmarvin la joue bien bonne quand il fustige les services des douanes « qui ne font pas leur boulot », car à moins d’avoir 60 milions de douaniers en france, le risque zéro d’introduction n’existera pas..
                                          .
                                          Quand au reproche d’inaction des pouvoirs publics, c’est malheureusement quand l’espèce a envahi que l’on constate qu’elle est invasive !! Déjà bien tard pour prendre des mesures anti-tout !

                                          Et n’oublions pas les végétaux : la Jussie et la Renouée du Japon, par exemple, sont depuis longtemps par chez nous classées « Pestes végétales »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès