Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Fukushima, mon amour

Fukushima, mon amour

La catastrophe de Fukushima continue, tout comme le séisme en cour, à faire des vagues, et les conséquences de ce drame prévisible ne s’arrêteront manifestement pas au Japon.

Aujourd’hui, ce ne sont pas moins de 600 000 personnes qui ont été déplacées, et probablement  plus de 10 000 personnes à avoir trouvé la mort dans cette catastrophe.

Un deuxième réacteur a explosé, et un troisième menace, projetant dans l’atmosphère toujours plus de radioactivité.

Deux nouvelles explosions se sont produites dans la nuit du dimanche au lundi relâchant fatalement de la radioactivité dans l’atmosphère.

Ce matin du 14 mars, un troisième réacteur pose problème, et la pression augmentant, il est probable qu’il va connaitre le sort des deux réacteurs précédents.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la transparence n’est pas l’une des qualités du monde nucléaire, et au Japon, comme en France, le mot d’ordre est de minimiser.

On peut en effet être surpris d’apprendre que la catastrophe a été classé 4 sur une échelle qui compte 7 barreaux. lien

On est surpris aussi d’entendre par la voix d’Eric Besson, qui n’en est pas à une énormité près, qu’il ne faut pas évoquer pour ces évènements le mot de catastrophe, et que celui d’accident suffit amplement. lien

Au matin du 13 mars, NKM finissait par admettre sur l’antenne d’Europe 1 le terme de catastrophe : décidément le cafouillage est l'une des principales données de ce gouvernement.

Quant à la radioactivité relâchée, ce n’est que grâce à des expertises indépendantes que l’on peut s’en faire une idée plus précise.

Le directeur du magazine « Days Japan », Ryuichi Hirokawa s’est rendu à Futaba, à 2 km de la centrale de Fukushima, dimanche 13 mars à 10h20 muni de 3 compteurs Geiger différents et il a constaté que la radioactivité ambiante dépasse la capacité de mesure de ces 3 compteurs.

A l’aide du compteur Victoreen 209-SI le débit de dose a été mesuré à 0,1 mSv/h, ce qui signifie qu’un citoyen japonais reçoit en 10 heures la dose annuelle tolérée en France. lien

La radioactivité mesurée au matin du 13 mars était 400 fois supérieure à la normale, et ceci à Miyagi, c'est-à-dire à 80 km de la centrale de Fukushima.

Mais connaitre la quantité de radioactivité présente dans l’atmosphère ne suffit pas, il faut aussi connaitre le sens du vent.

Or les vents soufflent vers l’Ouest, comme on peut le constater sur ce lien (secteur Japon) et celui la (secteur Canada), et c’est en effet la région de Vancouver qui est menacée.

Mais on se souvient que la catastrophe de Tchernobyl avait relâché son nuage radioactif sur une bonne partie de la planète, et ceci pendant plus de 15 jours.

Sur ce lien, le déplacement de ce nuage, en animation, heure par heure.

Une question est sur beaucoup de lèvres : pourquoi le Japon, riche en énergie géothermique, et 3ème fabricant au monde (lien) de capteurs photovoltaïques, s’entête-t-il dans la solution nucléaire, contestée à 70% par les japonais ?

En France, le projet ITER, à Cadarache, est, outre les sommes considérables qui vont y être investies, en plein sur une zone sismique connue. lien

En 1909 le « séisme de Lambesc » à provoqué la destruction de plusieurs villages.

De plus, il représente un réel danger s’il faut en croire le prix Nobel de physique 2002, le japonais Masotoshi Koshiba qui déclare : « le réacteur nucléaire ITER, qui brûle du tritium, est extrêmement dangereux du point de vue de la sûreté et de la contamination de l’environnement ». lien

Et que dire de la catastrophe financière que représente l’EPR d’AREVA qui dépasse toutes les prévisions financières, doublant son prix de départ, et dépassera vraisemblablement au final le sommet atteint aujourd’hui de 6 milliards d’euros. lien

Le projet Finlandais met la France dans une très mauvaise passe financière, car TVO, l’opérateur finlandais à signé un contrat à prix fixe (3 milliards) et le dépassement sera pour notre poche. lien

Et ne parlons pas des dépassements de calendrier pour une centrale qui devait être inaugurée en 2009

Alors les mauvais esprits diront qu’en France un Tsunami n’est pas envisageable, mais ce serait oublier la longue liste des accidents déjà survenus chez nous, comme à la centrale de Blaye, où nous sommes passés à 2 doigts du pire.

Et que dire de la vieille centrale de Fessenheim dont le gouvernement veut prolonger la vie, bien qu’elle soit prévue pour résister à un séisme de 6,7, et que sa région ait déjà subi des séismes du même ordre (entre 6,5 et 7,2 à Bâle en 1356) lien

Et puis il faut rappeler le terrible accident de Three Miles Island, qui bien qu’il ne se soit pas produit dans une zone sismique, à bel et bien provoqué la fusion du combustible. lien

Au moment ou nous savons (lien) qu’il est possible en France, et ailleurs, de se passer totalement des énergies fossiles, sans pour autant se priver, en se tournant délibérément, et progressivement vers les énergies propres et renouvelables, pourquoi s’entêter dans cette voie suicidaire que représente l’énergie nucléaire.

Daniel Cohn-Bendit réclame ce matin qu’un référendum et un débat soit organisé autour de la question nucléaire, débat qui serait beaucoup plus constructif, et légitime, que celui que veut organiser notre autocrate présidentiel sur « l’islam ».

Au moment ou déjà 97 % des français sont favorables aux énergies propres et renouvelables, comment pourrais-t-on ne pas accepter un tel débat. lien

Combien faudra-t-il de nouvelles catastrophes pour que les bonnes décisions soient enfin prises ?

Comme dit souvent mon vieil ami africain :

« Le grillon tient dans le creux de la main, mais on l’entend dans toute la prairie ».

L’image illustrant l’article provient de : « alvinet.com »


Moyenne des avis sur cet article :  4.1/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

139 réactions à cet article    


  • olivier cabanel olivier cabanel 14 mars 2011 10:28

    Bonjour Juluch
    bien sur, le risque zéro n’existe pas.
    mais les risques développés par le nucléaire sont autrement important que ceux dégagés par une installation photovoltaique, non ?
    et puis, il faut tout de même rappeler que le risque sismique existe aussi en France, y compris à Cadarache, et à Fessenheim, comme je le rappelais dans mon article.
    et quid des déchets ?
    pour finir, puisque nous avons la preuve qu’à terme nous pouvons nous passer des énergies fossiles (charbon, nucléaire, pétrole) pourquoi ne pas changer « notre fusil d’épaule » ?
    merci en tout cas d’avoir ouvert le débat.


  • jako jako 14 mars 2011 10:34

    Bonjour Olivier, bien vu merci.
    Autre chose hier soir sur FI Coppe affirmait haut et fort et AUCUN « journaliste »
    pour le reprendre : « le nucléaire nous permets d’être indépendants »
    ce qui est archi faux, 100% de l’uranium provient de l’étranger notament de la région
    ou il y a tant d’otages..


  • olivier cabanel olivier cabanel 14 mars 2011 10:37

    jako
    l’ump n’en est pas à un mensonge près,
    le plus grave, c’est que lorsqu’une pareille connerie (j’ai pas d’autre mots) est dite, il faudrait au moins que le journaliste démente le propos du ministre.
    j’imagine que çà n’a pas été le cas ?
    merci de ton commentaire.


  • Gollum Gollum 14 mars 2011 13:00

    J’aime bien ces imbéciles (désolé je trouve rien d’autre à dire) qui nous disent quand il y a un problème, c’est la faute à la nature. On croit rêver là. Le risque zéro n’existe pas certes, mais tout faire quasiment pour aller chercher des problèmes, y a une marge là..


    Implanter des centrales nucléaires dans un pays ultra sismique, c’est comme conduire sur l’autoroute avec une Porsche et une alcoolémie très avancée..


    Résultat garanti.


  • titi 14 mars 2011 14:37

    Il fut un temps, pas si lointain, où l’éducatio nationale, nous apprenait que le Japon avait un gros problème dans l’acheminement de l’énergie.
    En tous les cas l’approvisionnement devait passer soit par le détroit de Malacca, soit celui de la Sonde, soit celui de Lombok.
    De sorte que l’économie du Japon pouvait être asphyxiée par n’importe quelle puissance disposant de trois avisos...

    Le choix du nucléaire vient de là.


  • olivier cabanel olivier cabanel 14 mars 2011 18:23

    titi
    je ne suis pas convaincu par votre analyse,
    je crois plutot que çà a été une affaire de gros sous.
    car, avec le gisement géothermique fabuleux du Japon, et les autres énergies renouvelables, ils avaient largement de quoi éviter le nucléaire.


  • amipb amipb 14 mars 2011 21:14

    Olivier, la raison est simple pour l’utilisation du nucléaire au Japon : la demande énergétique.

    Impossible en effet d’avoir une économie flamboyante, d’alimenter les usines et la mégalopole de Tokyo avec de simples centrales au charbon.

    La crise nucléaire japonaise de ces derniers jours n’apporte qu’un enseignement majeur : pour sortir du nucléaire, il n’existe qu’une solution : changer de mode de vie.

    Tout le reste n’est que cris contre le vent.


  • slipenfer 14 mars 2011 10:31

    Cela fait 40ans que l’on nous rabâche que les énergies propre ne sont pas réalisent maintenant on va nous dire qu’il est trop tard. l’énergie nucléaire est l’énergie-Reine des élites de l’ultra-fascisme- libérale ou mondialiste car elle nécessite une science et une connaissance réservées aux initiés, car elle est détenue et distribuée ces même élites qui contrôle ces lobbies car elle permet des développements militaires, car elle exige des mesures ultra-sécuritaires !

    Et ceux qui reprennent depuis 40ans les slogans de ces milliardaires fous, sont de véritables andouilles manipulés.

    ferait mieux de réfléchir par eux même.


    • olivier cabanel olivier cabanel 14 mars 2011 10:35

      slipenfer,
      j’espère que suite à cette nouvelle catastrophe, les dirigeants mondiaux, et notamment les français, arrêteront définitivement cette énergie dangereuse.
      espérons qu’ils voudront bien lancer le débat, et un référendum.
      merci de ton commentaire.


    • olivier cabanel olivier cabanel 14 mars 2011 11:14

      orion
      je partage totalement cette analyse.
      d’autant que nous avons largement les moyens de se passer du pétrole, du nucléaire, du charbon,
      c’est quand même de la folie douce de persister dans cette voie si dangereuse, qui contrairement au mensonge habituellement répandu ne nous donne aucune indépendance énergétique.


    • slipenfer 14 mars 2011 11:08

      Je ne fait pas confiance aux dirigent mond-idiots
      par contre si des intérêts particuliers sont en jeux , ils sont capables
      de déployer des moyens surprenant voir divin...

      détourner des cyclones ! non c’est pas vrai....
      (Les résultats des essais menés sur le cyclone Debbie semblèrent positifs 1972)

      transformer un petit nuage en réussissant à le faire croître jusqu’à une
       altitude de 21.000 mètres (c’est à dire à le transformer en cumulo-nimbus)
      pour peu que les conditions s’y prêtent, c’est à dire qu’il y ait de l’humidité dans l’air.

      Déclencher des pluies torrentielles

      au Vietnam 1959 à 1975,
      Le déclenchement de pluies torrentielles emporta plusieurs ponts, d’importance stratégique, que l’aviation n’avait pu détruire.

      Il était possible, dit-il, de couvrir une large zone, à 600 km/h,

      Bien pratique pour clouer au sol des particules radioactive là ou vous le souhaité

      LIEN ICI pour explication scientifique et technique

      Le Maître des Tempêtes

      http://www.jp-petit.org/Presse/ARMES/armes_meteorologiques/controler_cyclones.htm


      • olivier cabanel olivier cabanel 14 mars 2011 11:26

        slipenfer,
        c’est ce que j’évoquais dans un article le 3 janvier dernier :
        http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/etonnant/article/bmm-les-apprentis-sorciers-86667
        les apprentis sorciers.
         smiley


      • byle 14 mars 2011 14:52

        en parlant de cet article du 3 janvier, je n’ai lu nulle part dans les commentaires une reference a la convention enmod de l’onu..
        redigée en 76, dans le but d’empecher les signataires de « jouer » avec le climat et l’environnement..
        si on vote de telles conventions, c’est que l’on sait deja faire ce genre de choses..
        imaginez donc 30 ans plus tard..


      • Gabriel Gabriel 14 mars 2011 11:35

        Bonjour Olivier,

        J’ai laissé sur d’autres articles traitant du même sujet un commentaire sur la dangerosité du nucléaire et de la nécessité d’en sortir au plus vite. Evidement je me suis fait traiter d’écolo attardé. Nous nous attaquons à un des plus puissant lobby existant et leurs armes sont le secret et la désinformation alors attend toi à de fortes critiques. Cordialement


        • olivier cabanel olivier cabanel 14 mars 2011 11:39

          Gabriel,
          c’est amusant ce réflexe qu’ont les défenseurs aveugles du nucléaire de renvoyer à l’age de pierre ceux qui ont le malheur de ne pas penser comme eux,
          d’autant plus amusant qu’il n’y a pas plus désuet que le nucléaire,
          un grosse cocotte minute qui produit de la vapeur, avec un combustible nucléaire et dangereux dont on ne sait que faire des déchets, ç’est une énergie quasi moyenageuse du temps de Papin.
           smiley
          alors qu’avec le photovoltaique, c’est quand même autre chose !
          voila la modernité.
          merci de ton commentaire.


        • Ariane Walter Ariane Walter 14 mars 2011 17:58

          Les pro_nucs chez Wesson ! C’est trop drôle !J’espère qpour eux que ça ne va pas être plus grave ( ca l’est déjà bcp),je les poursuivrai jusqu’à la fin de mes jours !
          Il n’y aurait âs un de leurs commentaires sans « souviens-toi de fukukao ! »


        • Loatse Loatse 15 mars 2011 00:53

          Bonsoir Ariane,

          voui, j’en sors (de l’article de wesson) très éprouvée par autant d’insouciance ou d’inconscience devrais je dire.. 
          Cette situation est déjà assez angoissante pour tous et j’imagine particulièrement pour vous qui avez votre fils à Tokyo.
           A t’il pu quitter le pays avec les expat ?


        • yvanstanislas 15 mars 2011 01:12

          Je confirme,même expérience, même conclusion.

          On est pris pour des cons par des cons et c’est pas un plat de fin gourmet... 
          Vous verez, si part malheur la situation devient catastrophique ils trouveront des excuses du genre « on n’avez pas tous les éléments en mains », « c’est un malheureux concours de circonstances imprévisibles », « on ne pouvait pas prévoir que ».
          ET oui ! ce genre d’individu est responsable de rien et encore moi de leurs écritures.

          PS de dernière minute  : Le séïsme vient d’etre réévalué au niveau 9 . Voilà, on a notre première excuse...

        • Loatse Loatse 15 mars 2011 02:43

          ah oui, yvanstanislas, j’attend avec impatience le « c’est la faute à la mer, la centrale était concue pour faire face à une vague de 10 mètres, pas 14 ! »

          Cette nature tout de même qui n’en fait qu’à sa tête....


        • cathy30 cathy30 14 mars 2011 12:17

          bonjour Olivier
          Le Japon a demandé de l’aide à son ennemi de toujours, la Russie. Il faut vraiment que la situation soit très grave et la Russie a proposé son expérience en la matière.
          Le Japon ne pourra jamais se relever économiquement ce qu’il vient de se passer. Les empires sont bien faibles face à une énergie incontrôlable en cas de problème.


          • olivier cabanel olivier cabanel 14 mars 2011 12:32

            bonjour cathy
            il y a une grande partie de dissimulation à mon avis de la part du gouvernement japonais,
            il sait dans quelle débâcle il est, mais il veut l’ignorer.
            qu’ils aient demandé l’aide de la Russie est symptomatique de leur détresse.
            si au moins çà pouvait servir de leçon à tous les peuples qui croient encore à cette énergie désuète et dangereuse ?
            merci de ton commentaire


          • amipb amipb 14 mars 2011 21:22

            Le Japon ne devait pas non plus se relever de la deuxième guerre mondiale. Or, un an après la défaite, l’économie était déjà florissante.

            Ne jamais sous-estimer l’énergie du désespoir, qui plus est au Japon où, comme vous aurez pu le constater, l’entraide est de mise.


            • olivier cabanel olivier cabanel 14 mars 2011 12:33

              Frabri,
              et si on faisait les deux à la fois ?
               smiley


            • NeverMore 14 mars 2011 12:22

              Je ne sais pas où ont pu être déplacées 600 000 personnes sachant qu’hier, vous jugiez difficile d’en déplacer 45 000.

              Je cite un extrait de votre réponse à un de mes commentaires, trop optimiste selon vous sur les capacités Japonaises :

              « l’empathie est une chose,la réalité en est une autre.après avoir évacué les populations dans un rayon de 3km, on est passé à l’évacuation dans un rayon de 10 km, puis de 20 km,dites moi ou on va mettre les 45 000 japonais évacués (rayon de 10 km) et ceux qui vont suivre.

              Vous avez la réponse.

              Par ailleurs :

              Je maintiens qu’il est « un peu artificiel » (voire idéologique) de classer ITER dans la même catégorie qu’un système à fission (je ne sous-estime pas les danger du tritium et je sais que même un réacteur à fusion donne des sous-produits nocifs). Cela ne représente pas le même danger que Three Miles, Tchernobyl, Fukushima, Mourmansk, et quelques autres. Mais vous le savez …

              De toutes façons, l’avenir des systèmes a fission est basé sur la disponibilité de l’Uranium, ce qui n’est pas gagné, et ITER semble « un pont trop loin ».


              • NeverMore 14 mars 2011 12:58

                C’est vrai, tous ces trouillards, çà fait peur ...


              • olivier cabanel olivier cabanel 14 mars 2011 13:01

                erinle
                l’amalgame est discutable, car autant la peur des immigrés n’est pas recevable, autant celle du nucléaire est justifiée.
                un peu comme si vous disiez : « peur de la pluie, peur du beau temps »
                 smiley


              • Ariane Walter Ariane Walter 14 mars 2011 18:01

                Folle furieuse,
                Quand on meurt en inhalant du charbon, les descendnats pendnat mille générations n’en souffrent pas !
                N’importe quoi !
                Ah ! Les pro-nucs !!


              • olivier cabanel olivier cabanel 14 mars 2011 18:18

                erinle,
                j’imagine que vos mots ont dépassé votre pensée, car, si je conviens que la pollution due au charbon n’est pas anodine, la comparaison avec le nucléaire ne tient pas.
                l’académie des sciences de new york dans un rapport paru en décembre 2010 estime à 985 000 les morts dus à tchernobyl...
                http://www.monde-diplomatique.fr/2010/12/KATZ/19944
                vous voyez que la comparaison ne tient pas.


              • olivier cabanel olivier cabanel 14 mars 2011 18:19

                Ariane,
                je partage.
                aux dernières nouvelles, ce seraient 10 réacteurs qui poseraient problème au Japon, et l’échelle concernant la gravité de la catastrophe est passée de 4 à 6.
                7 (qui était le niveau de tchernobyl) étant le niveau le plus élevé.
                à bientot.
                 smiley


              • jluc 14 mars 2011 12:43

                pour les nuls qui veulent comprendre un peu comment fonctionne une centrale nucléaire, en temps normal et en cas de problème :
                C’est Pas Sorcier - L’énergie nucléaire, partie 1, partie2, partie 3
                « l’incident » est traité à la fin du 2 et dans le 3
                Jamy devra revoir ses conclusions.
                Intéressant car l’on peut voir des images de la bête in situ


                • olivier cabanel olivier cabanel 14 mars 2011 13:03

                  jluc
                  je pense que Jamy ne devrait être une référence pour personne.
                  à se demander ce qu’il fait là.
                  un peu comme michel chevallet qui veut se parer des habits du chevalier blanc, et qui affirme avoir été trompé par les autorités à l’époque,
                  belle pirouette.
                   smiley


                • jluc 14 mars 2011 14:19

                  Bonjour, Olivier
                  quelqu’un m’a moinsé.. je ne pensais pas être grossier avec un peu de vulgarisation ! ?  smiley


                • olivier cabanel olivier cabanel 14 mars 2011 13:04

                  soulmanfred,
                  surement un mauvais calcul, car les industriels qui vont miser demain sur les énergies propres et renouvelables feront vraisemblablement une très belle opération financière.
                   smiley


                • mick_038 mick_038 14 mars 2011 12:57

                  Faudrait que nous sortions du nucléaire, tout à fait d’accord, mais ça, pas un seul des présidentiables n’aura jamais les couilles de le faire, même s’il l’annonce dans son programme.
                  Faudrait arréter l’EPR, ITER, brutalement et définitivement. Regardez le paysage que vous avez à cadarache : vous êtes sur la limite du haut var, des bouches du rhône, des Alpes de hautes provence et du vaucluse, sur les bords de la Durance.
                  Où que vous alliez dans ces coins là, le long des gorges du verdon, de la durance, ces coins là sont magnifiques, splendides, et vous font réver.
                  Mais lorsque vous vous approchez à 10 km de cadarache, c’est un tout autre paysage, aride, désertique, lunaire, rocaille, pas un bruit, pas un oiseau, rien.... le peu de végétation qui parvient à y survivre et d’un vert limite noir, mais ne comptez pas y voir de couleur, et on a même l’impression que parfois cette végétation appelle à l’aide...
                  La vie semble avoir fuit à toute vitesse ces lieux, on y ressent une atmosphère pesante, très pesante, opressante, malsaine, on a cette sale impression que la vie n’est pas la bienvenue là-bas. Le lugubre y est de mise.
                  Moi qui suit un gros randonneur, je connais une grosse partie du haut-var (mais y’a toujours des merveilles à découvrir), des bouches-du-rhône, et du vaucluse. Cadarache est un lieu exceptionnellement morbide, que l’on ne retrouve nul part dans la région, un peu comme si un morceau de lune s’était détaché et était venu se poser ici, détruisant toute vie.
                  Alors, on nous dit qu’il n’y a jamais eu quoique ce soit comme accident, que tout est sur, etc....
                  L’homme ment, la nature elle ne ment pas. Un paysage lunaire et désertique, aussi exceptionnel et sans comparaison possible dans le haut var ne peut que signifier qu’une chose : il s’est visiblement passer quelque chose il y a plusieurs décénnies, mais nul ne nous l’a dit, et quelque chose d’assez grave.
                  Ou va savoir, tant ils étaient même pas au courant. Après tout, c’est en 2009 ou 2010 qu’ils ont retrouvé là-bas 30 kg d’uranium exposé à l’air libre, et dont personne n’était au courant.
                  Ceux qui gèrent l’énergie et le nucléaire en france sont des copains du fouquet, c’est à dire des mecs qui n’ont absolument aucune compétence, aucune, si ce n’est d’être les copains des gens qu’il faut. Mais ils s’échangent leur poste de patron : un coup je vais à FT, un coup Areva, un coup Peugeot , un coup SNCF, un coup Carrefour, un coup Air France, .....
                  Ah si je suis méchant, ils ont des compétences, celles d’être des escrocs notoires, des videurs de caisse, des pousses au suicide, des faillitaires, des initiateurs de plans sociaux, des délocalisateurs, et des non-payeurs d’impôts, des non-payeurs de charges.
                  Mais vu qu’ils sont tous copains entre eux, et qu’ils financent tous les partis politiques, ce sont des voleurs-escrocs officiels et tolérés. En fait, ils blanchissent l’argent des leurs exactions en finançant les partis, et les politiques les blanchissent de tous crimes en retour.
                  C’est simple finalement la politique...
                  ça explique pourquoi ITER n’aboutira pas (une gigantesque caisse à financement de parti, peut-être même la plus grosse jamais imaginé), pourquoi l’ERP est un échec, pourquoi nos centrales sont parmi les plus mal entretenues. Mais ça explique surtout pourquoi nos politiques ne veulent pas s’en passer, derrière les apparences, ce sont en fait de gigantesques caisses occultes de financement (campagne, parti, commission, voyage privé) dans lesquels tous les politiques viennent ponctionner.
                  Après tout, qui va aller vérifier que le combustible que l’on injecte est conforme à celui qu’il y a sur le facture ? Idem pour le liquide de refroidissement ? Idem pour le traitement des déchets ?


                  • olivier cabanel olivier cabanel 14 mars 2011 13:05

                    mick
                    globalement d’accord avec vous,
                    rien a ajouter.
                     smiley


                  • pissefroid pissefroid 14 mars 2011 12:59

                    Olivier Cabanel, vous dites après l’evocation de Fukushima :

                    « Aujourd’hui, ce ne sont pas moins de 600 000 personnes qui ont été déplacées, et probablement  plus de 10 000 personnes à avoir trouvé la mort dans cette catastrophe. »

                    à ma connaissance ces 10000 personnes sont des personnes disparues après le raz de marée. Ces disparitions ne sont pas liées aux problèmes nucléaires.

                    Je fais ce commentaire

                    car il est évident que les 600000 personnes sont déplacées à cause du risque d’irradiation et de contamination, ce qui n’est pas vrai pour les 10000 personnes disparues.

                     


                    • olivier cabanel olivier cabanel 14 mars 2011 13:08

                      pissefroid,
                      désolé si mon texte ait pu se préter à l’amalgame,
                      il est difficile d’expliquer pour quelles raisons ces personnes ont été déplacées :
                      peur d’un nouveau tsunami ?
                      peur d’un nouvel accident nucléaire ?
                      en tout cas, ils ont été déplacés.
                      par contre je vois mal comment on pourrait déplacer les millions d’habitants de Tokyo et de sa banlieue ?
                      un sérieux casse-tête, non ?
                       smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès