Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Gaspillages et solutions

Gaspillages et solutions

Un constat a été réalisé, le gaspillage alimentaire, qui est, effectivement, inadmissible tant en terme économique (des millions jetés par les fenêtres) que social (des millions de gens meurent de faim quand à côté on jette à la poubelle des plats consommables) mais aussi et surtout, écologique (des millions d’êtres vivants tués pour rien, mais aussi des centaines de milieux détruits), constat qui est suivi par tout un tas de réflexions, notamment sur le « qui c’est qui gaspille le plus », avec, en tête, les restaurants, ce qui est bien normal, puisque ce sont eux qui servent le plus de plats.

Jusque là, rien à redire, même si les solutions apportées sont quasiment inexistantes : faire des études ne changera pas la donne, et l'urgence est d'agir au plus vite. Mais si ce n'était que ça, ce ne serait pas bien grave.

Car, déjà, à aucun moment il y'a remise en cause de la productivité capitaliste qui « oblige » tout les maillons de la chaîne à produire le plus possible, quitte à jeter la moitié à la poubelle. Ensuite, il n'est à aucun moment question d'une quelconque amende ou taxe pour les gaspilleurs professionnels, ce qui limiterait énormément les gaspillages. Non, on préfère parler de mesures pour sensibiliser les gens ; le souci étant que la sensibilisation prend énormément de temps, sur un sujet qui exige des mesures immédiates.

Pourquoi ne pas mettre en place un système de taxation similaire au défunt bilan carbone, avec un bilan gaspillage ? Evidemment, le but ne serait pas de sanctionner chaque gramme perdu, mais de fixer des quota, des limites, pour chaque tranches de restaurants, du plus populaire au moins populaire.

Et les limites devraient aussi être fixées pour les clients eux mêmes, qui peuvent avoir tendance à prendre sans consommer, surtout quand c'est gratuit.

Et tant qu'on parle des particuliers, grande nouvelle, ou plutôt grande mauvaise nouvelle ! pour éviter les gaspillages, on préconise... Les portions individuelles. Sur le papier, c'est excellent, ça va limiter les produits qui vont périmer, mais dans les faits réels, deux énormes soucis se posent : en premier lieu, cela va renforcer la sacro sainte « périmé » qui pourtant, pour la plupart des produits, n'est qu'un chiffre subjectif, uniquement là pour éviter les scandales alimentaires et les passages aux tribunaux : la plupart des produits peuvent se consommer bien après la date de péremption, hors produits laitiers et autres produits frais, et en deçà d'une période raisonnable : si votre maïs traîne depuis 10 ans dans le placard, éviter le.

Et surtout, on va peut être limiter les gaspillages alimentaires, mais en compensation, on va augmenter les gaspillages d'emballages ! Car dix portions individuelles qui équivalent à une portion familial entraînent forcément dix emballages, emballages qui, souvent, ne sont ni recyclables, ni réutilisables.

Alors, vouloir limiter les gaspillages est une bonne chose, mais pas avec des portions individuelles. Les solutions ? Sensibiliser les gens et les collectivités en affichant les gaspillages du jour et du mois (le simple affichage réduit les gaspillages), mettre en place des quota de gaspillage pour les limiter, limiter les prises afin de ne prendre que ce qui est réellement nécessaire, cessez de jeter la nourriture jugée invendable du fait de son aspect, mais aussi, en temps de crise, pourquoi se borner à ne pas acheter de produits périmés ? Cela augmente les gaspillages mais, en plus, entraîne des tricheries ou des commerçants peu scrupuleux n'hésitent pas à réemballer un produit pour le faire durer le plus longtemps possible, et le vendre au prix fort.

Et surtout, au niveau du gaspillage, une mesure à réaliser d'urgence : cessez de jeter la nourriture, et systématiquement la donner aux associations humanitaires... Mais aussi et surtout au secteur animalier ! Au lieu de jeter la nourriture périmée, pourquoi ne pas la réutiliser pour nourrir les animaux ? Pour faire du fumier ? Cela limitera grandement l'importation de produits venant du bout du monde et, à terme, forcera le gaspillage zéro, ou presque !

Et ceci n'est point un rêve ou une chose irréalisable : il suffit d'un peu de volonté politique et de quelques efforts de la part des acteurs pour arriver à un résultat satisfaisant, puis, à force de bonnes habitudes, arriver à un gaspillage des plus réduits, voir, nul. Le rêve est à porté de main ; les cartes sont entre vos mains.


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • jako jako 16 novembre 2012 10:52

    Bonjour et merci de votre article, je ne pense pas que le gaspillage soit un problème économique, le prix de ce qui est jetté est déja compté dans le prix des produits vendus, sinon les distributeurs serraient en faillite de puis bien longtemps.


    • Croa Croa 16 novembre 2012 16:50

      L’auteur ne s’est pas trompé. Son article est à la rubrique : « Environnement ».


    • foufouille foufouille 16 novembre 2012 11:48

      les cochons et les poules, ca manges tout

      la vente en dlc courte se fait plus souvent
      par contre, ca plait pas aux asso : concurrence deloyale


      • ZenZoe ZenZoe 16 novembre 2012 14:18

        Il sera toujours impossible d’empêcher les gens d’acheter à manger s’ils en ont les moyens, le sujet est ultra sensible et renvoie à des instincts de base, des mémoires ancestrales de famine, des peurs etc.

        Une idée qui est déjà envisagée je crois est de faire payer les ordures des particuliers au poids. Pas évident à mettre en place par contre, et on voit d’ici les combines (aller la nuit mettre ses ordures dans la poubelle du voisin, les laisser sur le trottoir, décharges sauvages etc.) - mais quand même l’idée me semble être la meilleure piste. Elle forcerait les gens à s’interroger sur ce qu’ils jettent, et peut-être même à recycler ? A savoir...

        On pourrait peut-être aussi oragniser un retour de la marchandise en supermarché. Il y a bien des endroits où mettre les piles usagées, il y a bien des caddies pour des collectes alimentaires ponctuelles, pourquoi les associations demandeuses ne pourraient-elles pas mettre un ou deux bacs (réfrigérés au besoin) sur place en permanence ?


        • jako jako 16 novembre 2012 14:53

          Bonjour ZenZoe, les poubelles au poids c’est déja depuis longtemps fait en Belgique. Prévoir un budget de 400 min pour une petite famille, il y a effectivement des pollutions dehors notament sur les parking d’autoroute (qui sont surveillées pour cela car c’est interdit) et des Belges qui vont jetter en France mais globalement ce n’est pas pire qu’en France sauf que tu payes ta poubelle en plus des impots locaux car c’est privatisé. En revanche cela ne résoud pas du tout le problème de sur-consomation, ce problème est plus dû à nos rayons en super marché où on a des produits en sur-abondance.
          C’est le super-marché et donc le mode de distribution qui induit ces pertes. J’ai entendu que pour la viande cela atteignait 30%....


        • foufouille foufouille 16 novembre 2012 16:21

          les bananes 20% de pertes
          les super ou les commandes sont automatiques et standard, c’est pire : tout est recommande
          le tri des legumes, c’est deja beaucoup


        • al.terre.natif 16 novembre 2012 15:12

          Pour limiter les rejets, les gaspillages, la meilleure manière est de faire sa bouffe soi même ! Une fois que vous avez passé du temps a regarder pousser vos légumes, vous n’aurez plus envie de les jeter, mais de les manger !


          • Croa Croa 16 novembre 2012 16:58

            Oui, on prend au jardin juste le nécessaire au fur et à mesure et en plus on mange du frais !  smiley

            Mais tout le monde n’a pas de jardin et du temps pour jardiner...  smiley


          • al.terre.natif 19 novembre 2012 13:49

            c’est sûr !

            Mais quand on veut on peut dit le proverbe... Un jardin ca se prête, un bout de terrain, ca se trouve, ya même des jardins collectifs ou l’on peut apprendre tout en expérimentant soi même !

            Pour le temps, c’est plus compliqué, mais avec un peu de volonté, moins de TV ...

            Ca s’essaye au moins !


          • Romain Desbois 16 novembre 2012 15:47

            Mon arrière arrière arrière grand père me disait : « ce que tu jettes, donne le ».

            Perso ça me dépasse que l’on puisse gaspiller. C’est un réflexe de riche.


            • foufouille foufouille 16 novembre 2012 16:23

              pas forcement
              plutot hygieniste a donf
              une habitude comme la malbouffe


            • Croa Croa 16 novembre 2012 17:03

              Foufouille, t’as vu juste ! « plutot hygieniste a donf »

              Nous sommes conditionnés par la réclame à gaspiller !


            • foufouille foufouille 16 novembre 2012 17:18

              non hygieniste comme laver les fruits et les oeufs a la javel
              ou jeter un yaourt qui sent pas mauvais
              la peur du microbe et le manque d’habitude aux gouts et odeurs


            • Romain Desbois 17 novembre 2012 02:07

              c’est vrai mais aussi et surtout le gaspillage du à la distance de production, aux méthodes industrielles de commercialisation.

              75% des salades récoltées pour les supermarchés sont jetées (50% avant la vente par la sélection du beau et 25% par la non vente). Si en plus on compte de que le consommateur va jeter après l’achat .....

              J’ai vu jeter des objets en excellent état juste parceque l’emballage est abimé !!!!!

              Mais les dates de péremption en magasin, c’est infernal.
              Si je prévois de manger un produit dans la semaine (ce qui est la majorité des cas), jeprends toujours exprès la date de péremption la plus proche.Car je sais que les gens font le contraire.

              Ce qu’ils ne savent pas c’est que les pertes et les vols sont récupérés sur les prix futurs des marchandises. Donc si on ne le fait pas pour un souci anti gaspi, faisons le pour notre porte monnaie.
              C’est peut-être d’ailleurs l’argument le plus efficace smiley


            • Stof Stof 16 novembre 2012 17:00

              Solution : TVA à 20% sur l’alimentaire ( plus c’est cher, plus on fait attention).

              Limiter à 30% les marges sur l’alimentaire afin d’éviter de compenser les pertes en déchet par des marges indues.

              • alinea Alinea 16 novembre 2012 20:25

                On peut aussi cuisiner les restes ! prévoir juste ce qu’il faut ! accepter de manger deux ou trois fois de suite la même chose ! Bref, revenir au temps de la bougie comme disent tous les trolls des écolos !!
                Avec le pain sec, mille et une recettes excellentes. Avez-vous vu le film « We feed the world » ?
                Tout y est dit.
                Et puis, vous avez raison : la grande distribution achète très peu cher aux producteurs et font payer le gaspillage aux consommateurs ; pas de pertes pour eux !
                J’ai déjà raconté cette histoire ailleurs mais elle m’a tellement mise en colère que je ne résiste pas à la redire ici :
                En 2002, après les grosses inondations, le supermarché local est resté sans électricité pendant un peu plus de 24 heures. Tout le frais est parti à la poubelle, avec interdiction de venir s’y servir, mais plus, la viande a été interdite à donner au zoo ’ à 40km) ; en revanche deux escortes de flics suivaient le fourgon des équarrisseurs, pour être sûrs qu’il n’y aurait pas tricherie !
                Voilà où nous en sommes dans ce monde où, m’a-t-on dit, la raison l’emporte !


                • foufouille foufouille 16 novembre 2012 21:50

                  je manges souvent la meme chose ou congeles
                  en ete, plusieurs litres d’oeufs en gelee ou machins en gelee, plutot


                • alinea Alinea 16 novembre 2012 21:56

                  foufouille, quand on est pauvre, pas trop paresseux et pas trop con, on s’arrange toujours pour ne pas gaspiller.
                  Le problème, sûrement, c’est que la plupart est encore trop riche !


                • foufouille foufouille 16 novembre 2012 23:12

                  trop riche ou trop con, voire pas assez radin


                • Romain Desbois 17 novembre 2012 02:09

                  mais je crois que lorsqu’on a été pauvre un jour (c’est une expression Foufouilllleeee !!!!), on garde ce réflexe de ne pas gaspiller.


                • foufouille foufouille 17 novembre 2012 12:12

                  faut etre pauvre longtemps, alors
                  j’en connais des pas riche qui jettent


                • Soi même Soi même 17 novembre 2012 10:20

                  « Jusque là, rien à redire, même si les solutions apportées sont quasiment inexistantes »
                   Il y a rien d’étonnant à qu’il est pas vraiment de solution, car c’est toute notre manière de se situe qui est la véritable question !

                  En autre la surproduction qui ne correspondant pas à la demande, cela est devenue la règle de notre société en celai concerne tous la production de bien, et pas seulement les produits alimentaires !

                  L’autre aberration est que l’économie actuelle véhicule l’idée, qu’elle a une activité saine, si il y a une croissance exponentielle de la production, et comme cela n’est pas renie en causse tous la fiscalité se calque sur cette même idéologie joue aussi se rôle de poussé à l’augmentation constante de la surproduction !

                  Si la surproduction est tellement encourager, c’est qu’il y a de l’argent facile à faire, sans que l’on se rend compte en réalité que c’est un facteur d’appauvrissement généralisé.

                  Le gachit des produits alimentaires est juste un des syntones les plus visible de se gâchis généralise, alors que cela concerne en réalité toute la production de bien dans le monde !

                   
                   


                  • JacquesLaMauragne JacquesLaMauragne 18 novembre 2012 12:24

                    Bonjour,

                    On peut lire aussi ceci :

                    Le gâchis alimentaire

                    http://lamauragne.blog.lemonde.fr/2012/10/12/le-gachis-alimentaire/

                    Après le gâchis alimentaire le gâchis des biens de consommation courante.

                    http://lamauragne.blog.lemonde.fr/2012/10/20/apres-la-gachis-alimentaire-le-gachis-des-biens-de-consommation-courante/

                    Bien cordialement,

                    jf.


                    • POlivier 19 novembre 2012 16:07

                      Tiens, les « mesures » sont arrivées ! Youpi, la semaine du non gaspillage, super, les spots radios !

                      Honnemement, ça ne va strictement rien changer, encore de l’argent gaspillé, à l’instar de toute cette alimentation...


                      • ecolittoral ecolittoral 20 novembre 2012 10:09

                        Et si le gaspillage alimentaire était dû au caddy et à la voiture ?

                        Quel rapport avec l’alimentation ? La roue...
                        Vous ne voyez toujours pas le rapport ?
                        En grande surface et une fois par semaine, on charge le caddy(à roulettes). Caddy qui ne pèse rien. On charge la voiture. La seule corvée, c’est de décharger, à la maison les 30 ou 40 Kilos à bout de bras.

                        Comme je n’ai plus de voiture, je fais les courses au marché et à la supérette. Je vous jure que, lorsque vous faites les courses, vous pensez au retour ! Vous achetez juste ce qu’il faut et vous consommez tout. Parce que se taper 300 mètres avec le sac bien rempli on ne le fait pas 3 fois par jour !

                        Pour ce qui est des « eaux grasses », terme utilisé, pour définir les déchets alimentaires depuis au moins un siècle, Il y avait toujours, à proximité, un éleveur qui se faisait un plaisir de passer les prendre pour nourrir son élevage. Ils ont disparu depuis l’avènement des élevages(?) industriels...Qui se trouvent à 100 Kms.

                        Ce gaspillage est dû au confort et à la fainéantise. Je ne parle pas de vous, je parle de nous. Les petits producteurs et les « pédestres » reviennent au goût du jour. Les « eaux grasses » reviendront aussi. On appellera ça « le bio », recyclage« , »composte« , »économie solidaire« etc... Ça fera moderne !

                        Alors qu’il ne s’agit que de réinventer le fil à couper le beurre.
                        Vous savez ! Ce machin que la crémière  »du coin" utilisait pour couper la motte et vous donner juste ce qu’il fallait pour faire la cuisine...sans se casser le dos sur le chemin du retour.
                        Désolé pour la longueur du commentaire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

POlivier


Voir ses articles







Palmarès