Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Gaz de Schiste et politique énergétique française

Gaz de Schiste et politique énergétique française

Les Gaz (et huile) de schiste s’immiscent dans le débat politique

Le débat et l’opposition citoyenne contre les gaz et huile de schiste en France commencent à peser sur nos gouvernants.

Tout d’abord, Nathalie Kosciusko-Morizet a édicté en janvier 2011 une sorte de règle de conduite aux entreprises :

L’extraction ne doit pas être du type de celle que l’on a connu aux USA mais doit être propre…

Une mission d’expert doit se pencher sur la question et donner un pré-rapport le 15 avril et un rapport définitif fin juin afin de permettre au gouvernement de prendre une décision éclairée.

Dans l’intervalle, elle a demandé aux entreprises de surseoir à toute exploration ou exploitation nécessitant une fracturation hydraulique (fracking)

Certaine entreprise n’ayant pas daigné « obéir » à ce qui ne peut être qu’un souhait ou une recommandation, la loi ne permettant aucun moratoire une fois les permis délivrés, le Premier Ministre Fillon a insisté en début mars 2011. Sera-t-il mieux entendu ?

Il a sans doute été conforté dans cette prise de position un poil plus ferme que celle de la Ministre de l’Environnement par un rapport du Comité d’Analyses Stratégiques indiquant qu’effectivement le risque environnemental est réel mais aussi que la mobilisation citoyenne compromettait lourdement l’acceptabilité de l’exploitation de gaz et huile de schiste par la population.

Ceci dit, les derniers évènements survenus dans le monde poseront inéluctablement lourd dans la balance :

- La révolution libyenne a montré que l’accès aux ressources en pétrole, dont on sait déjà qu’elles ne sont pas infinies, dépend en outre d’éléments indépendants de la volonté nationale française

- L’accident japonais remet en cause (ou devrait remettre en cause) une politique énergétique essentiellement basée sur le nucléaire.

Alors, avons-nous raison de nous opposer à l’implantation d’une industrie du gaz et de l’huile de schiste chez nous ? Elle permettrait une certaine autonomie énergétique à la France et ses promoteurs la présentent comme une énergie « propre »

1. L’autonomie sera relative et limitée dans le temps :

Relative car les entreprises ayant déposé des permis sont des sociétés étrangères ou des entreprises françaises associées à des entreprises étrangères seules détentrices du savoir-faire industriel

Limitée dans le temps car l’exploitation d’un puits ne dure que de 8 à 10 ans et même si les zones couvertes par les permis sont considérables, on ne peut savoir à l’avance quelles seront les possibilités exactes, géologiques ou géographiques, d’extraction.

Une vraie autonomie serait d’exploiter durablement des énergies renouvelables donc infinies dans le temps (hydraulique, éolien, solaire, biomasse et celles que l’on inventera !). Il est certain que la solution ne sera pas unique mais multiple et nécessitera une grande modification de notre modèle hyper-centralisé pour créer des sources d’énergies locales pour des marchés locaux. Une vraie révolution culturelle dans un pays habitué à être desservi par des réseaux nationaux !

2. Energie propre ?

Nous ne le croyons pas même en conditions idéales d’extraction, soit sans incident ou accident, mineur ou majeur. Les volumes d’eau nécessités par le process même, la noria de véhicules lourds indispensables au fracking puis à l’évacuation des eaux usées et du gaz extrait, l’impact au sol des plates-formes nécessaires à des distances très restreintes (quelques centaines de mètres entre 2 puits) et l’impossibilité inéluctable, vu leur nombre, de surveiller tous les puits après leur utilisation et les remontées de gaz ou de divers éléments polluants qui se produiront des années plus tard font que cette énergie ne peut pas être propre, de part la nature du processus d’extraction même.

Par souci d’objectivité, nous imaginons que les entreprises opérant en France seront exemplaires et ultra-performantes. Dans le cas inverse, nous devrions aussi parler des risques de contamination des eaux de surface ou souterraines, des risques de pollution des sols et de l’air, des risques sismiques dans certaines zones fragiles du territoire etc …

3. La cohérence de cette industrie avec les autres activités économiques :

Il est clair que l’extraction de gaz ou huile de schiste semble incompatible avec le développement ou le maintien d’une agriculture durable dont tout le monde semble avoir fait le choix. Comment imaginer que des réseaux de circulation aussi denses que ceux que nécessiterait cette source d’énergie soient possibles avec des parcelles redessinées pour éviter l’érosion, des haies replantées, une polyculture nécessitant des assolements et des rotations de culture pour éviter l’épuisement des sols… ? L’agriculture, en outre, est et reste un enjeu économique majeur de notre pays et un élément incontournable de notre autonomie … alimentaire (et peut-être énergétique demain ?)

La France est, on nous le rappelle assez souvent avec des cocoricos dans le discours, une destination touristique des plus importantes, voire la plus importante, au monde. Diverses études montrent que l’avenir de ce tourisme passe, non pas par des plages sursaturées ou des centres de loisirs à l’américaine, mais par un tourisme vert alliant calme, découverte de la nature et découverte d’un patrimoine culturel et architectural qualifié, par d’autres que nous, comme unique au monde. Comment associer ce type de loisirs avec des puits d’extraction disséminés un peu partout sur le territoire et principalement en zones rurales ?

En conclusion, il nous semble clair que le gaz et l’huile de schiste font partie de ces fausses bonnes idées comme il en apparaît une de temps en temps. La mobilisation citoyenne que nous voyons apparaître à ce propos ressort de la fameuse « sagesse populaire » qu’il conviendrait d’entendre un peu plus de temps en temps !

Brigitte Grivet


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • g.jacquin g.jacquin 19 mars 2011 11:52

    Bonjour Brigitte

    Excellent article auquel je souhaite apporter quelques compléments !

    1) NKM est une ministre qui n’a aucun autre pouvoir que de répéter ce qu’on lui dit de dire !!!
    En aucun cas, vous ne l’entendrez ou la verrez prendre une décision, sans au préalable qu’on lui ait écrit son texte et si par malheur, elle le faisait, c’est bien entendu, en connaissance de cause... C’est-à-dire qu’elle sait que ces paroles ou ses actes n’auront aucunes suites. Il est évident qu’elle est intelligente et sait naviguer entre les gouttes !

    2) Comment peut-on dire : une extraction de gaz de schiste propre ????

    Par définition, c’est impossible de le savoir !
     
    - a) Est-ce que le gainage béton dans les premiers km de forage sera suffisant pour éviter une pollution des nappes  ????

    - b) En montagne (Cévennes) comment faire autrement que de centraliser les puits sur une petite surface ????? Ce qui induits un visuel que nos touristes vont apprécier.Et dans ce cas-là, c’est quoi propre ?????

    - c) Chaque puits doit être équipé d’un récupérateur de condensats (bidon de 6 m de haut)

    - d) Chaque puits, dès lors qu’il n’est pas raccordé à un gazoduc, doit avoir un bidon de stockage, 8 à 10 m de haut et une piste pour que les camions viennent dépoter !

    Pour être optimisé, un champ gaz de schiste doit avoir des forages qui permettent de récupérer un maximum de gaz. L’écart entre deux forages est donc lié à la géologie des sols, mais on sait qu’en moyenne, 100m sont suffisant.
    Imaginer les paysages avec un bidon tous les 100m

    Ce gaz va nous être revendu !!!! Oui, mais à quel prix ???

    Va-t-on nous rejouer le couplet des ENR en nous disant que pour que l’éolien ou le PV soit rentable, il faut augmenter le prix de l’électricité... Que de toute façon, nous Français, nous le payions 2 fois moins cher le KWh que nos voisins européens et que ce n’est pas normal !!!
    Bien sûr, eux non pas, au travers de leurs impôts, comme nous, financé les études du CEA !!!

    Qui irait regarder si le gaz de schiste est 5 ou 10 fois plus cher que celui de Gazprom ????

    Etc.. Etc...


    • joletaxi 19 mars 2011 15:23

      salut jaquin.


      pas de commentaire sur ton appréciation,j’ai moi-même du procéder contre l’état pour m’opposer à une expropriation pour soi-disant utilité publique, alors je partage ton ressentiment.Pour l’argumentaire,on en reparlera plus tard, beaucoup plus tard,au calme.

      Pour le supens japonais,je suis stupéfié.
      Que les écolos et antinuc en fassent des tonnes, c’est de bonne guerre.mais que personne ne pose les vraies questions m’étonne.
      En effet,sur le plan sismique, on peut dire qu’ils étaient bien préparés,et d’ailleurs dans les premiers instants, on a pensé que les dégâts seraient limités.Les centrales,de vieilles centrales ont bien réagi,et celles qui n’ont pas subi le tsunami n’ont pas signalé d’avaries.Ont-elles redémarré, on en parle pas, ce serait intéressant ?
      Rien que de savoir qu’une piscine de 1500 m/3 d’eau suspendue à 40 m. de hauteur est restée en place et étanche, dans une secousse de 9,chapeau les ingénieurs.
      Mais l’erreur fatale, c’est la non prise en compte de la possibilité d’une vague de cette ampleur.
      je n’ai encore entendu personne s’interroger sur ce « raté » tragique des scientifiques japonais.Il n’y a pas dans leur histoire d’indices laissant supposer cette possibilité ?Les modèles informatiques, qui calculent la t° à Paris en 2100 au 1/2 degré près ne pouvaient simuler cette vague ?Leurs côtes étaient bien protégées jusqu’à 10 m.,et donc aussi la centrale.
      Résultat immédiat de cette erreur, 20.000 morts.Mais bon, ils sont morts de mort naturelle,pas irradiés,c’est donc tragique mais qui ne fait pas des erreurs ?
      Ce qui me stupéfie c’est la gestion de la crise.Ces types à la centrale, ils ont joué à quoi ?Car il a fallu 8 jours pour voir débarquer l’armée, les pompiers.Même si la région a été dévastée, l’armée pouvait débarquer dans les premières heures avec du matériel, des groupes, des pompes,des hélicos, des navires,du personnel.8 jours !! Mais c’est quoi cette société ?Ils ne voulaient pas perdre la face ?leur bureaucratie est trop lente ?
      Les militaires sont là ; les pompiers, la situation se stabilise, alors que l’on a laissé s’envenimer les choses 8 jpurs.On apprend que les réacteurs 5 et 6 sont stables, alimentés par des groupes amenés par l’armée... 8 jours après !!
      Si commission d’enquête il y a , je serai curieux d’en connaître les conclusions.

    • Brigitte Grivet 19 mars 2011 12:20

      Merci de toutes ces précisions bien utiles à rappeler.
      Il est certain que nous sommes à la veille d’une modification structurelle de notre mode d’alimentation en énergie. Et plus on attend, plus cela ce fera difficilement.
      Nous devons sortir de notre vision monopolistique, à mon avis, et trouver des solutions pus locales.
      Ca ne se fera pas sans mal ! Et probablement que nous devrons payer le prix réel de l’énergie à moyen terme !
      Brigitte


      • g.jacquin g.jacquin 20 mars 2011 00:09

        @Brigitte

        Non, ... pas d’accord avec vous ! Pourquoi sortir de ce mode d’alimentation ????

        Techniquement, vous justifiez votre remarque, comment ?

        Le principe de la centralisation avec un mode de production majoritaire (nucléaire à 80%) n’est pas un problème !!!! La preuve, c’est que la France est un des pays au monde ou le temps de coupure moyen annuel est le plus faible !

        Que l’on mette sur les toits des particuliers du PV est intelligent, car lorsqu’il y a du soleil, ça chauffe... et quand ça chauffe, on met la clim !
         
        Voilà une source de production ENR en adéquation avec notre consommation !

        On pourrait faire exactement la même chose en modifiant les heures de pointe... Par exemple, si on vous dit demain vous mangerez à 15h, irez dormir à 17h et commencerez à travailler à 1 h du matin ????? Et si on est intelligent, en répartissant la population sur 24heures, les heures de pointe n’existent plus, donc plus de centrale fuel ou charbon et on fait des économies sans polluer !!!!

        Sauf que je trouve que mettre du PV sur le toit est plus simple, et avoir des producteurs qui assument nos heures de pointe, plus confortable.... Mais c’est un choix !

        Mais, sinon, mettre des champs éoliens dont la réglementation implique une priorité d’achat à ce type de source oblige la diminution de puissance des autres centrales (substitution de l’énergie)... Donc, c’est idiot et en plus ça coûte cher et ce n’est pas fiable !!!!

        Quant au reseau centralisé, en quoi cela vous pose problème ???? le fait de la redondance ou du bouclage, permet de rendre transparent un plantage d’un à plusieurs groupes sur le reseau ! jusqu’à 1500 MW... C’est la loi !
         
        Si on décentralise, vous pensez que vous aurez un service aussi fiable et continu ????

        Le service local (décentralisation) est préconisé par des entrepreneurs qui n’hésiteront pas à ruiner l’état pour des travaux qui ne servent à rien !!!!

        Demander à NKM ce quelle en pense !!!!!


      • Blé 19 mars 2011 13:29

        L’énergie est utile pour qui ? En France pas mal de famille en sont privées parce qu’elles ne peuvent pas la payer : chômage, temps partiel, CDD, etc., aucune politique prévue pour économiser l’ énergie : à qui cela profite d’éclairer les pub la nuit ?

        Sans doute que nous avons besoin d’énergie mais ne serait-il pas temps d’évaluer la « contre productivité » de l’organisation d’une société qui a toujours besoin de + en + d’énergie et qui laisse sur le bas coté de plus en plus de monde ?

        Les compagnies de transports privées (air, terre, mer) aient besoin d’énergie pour faciliter les délocalisations, pour emmener promener les touristes (assez riches) à travers le monde, . Les industriels ont besoin de vendre du matériel pour chauffer des piscines, les terrasses en hiver, vendre du matériel militaire, (pour balancer des bombes il faut de l’ énergie (même beaucoup)etc... Ce matin je pouvais acheter des ananas frais qui venaient du Costa Rica : est-ce vraiment utile et des fraises du sud de l’ Espagne au mois de mars ?


        • Kalevala 19 mars 2011 13:32

          Madame Nathalie Kosciusko-Morizet ment, comme elle ment sur le nucléaire, il ne faut pas se faire dilution, derrière l’affaire du gaz de schistes, il y a des intérêts des stategiques des USA.
          Pourquoi d’après vous il on reporter, la première exploitation du gaz de schistes aux 14 mai, se n’est pas pour qui est un moratoire, c’est juste que se sujet de s’invite pas dans les cantonales.
          Car les réserves supposer de la France serait de 70% de sont territoire.
          Ce qui veux dire pour les appétits carnassiers des lobbys du pétrole, la France est un nouveaux pays de l’or noir au même titre que la Pologne.
          Ce qui veux dire le combat citoyen pour la reconnaissance d’un droit face à eux est caduque, regarder comment ils se sont approprier cette richesse dans le moyen orient , vous comprendre tous le périls qui est avenir pour la France et tous les pays qui on le malheurs de poser cette richesse dans leurs sous sols.
          La question qui se pose va au de las de simple problème écologique, c’est le problème d la souveraineté national.
          Malheureusement, le partie vert et européen écologie ne travail vers à ce que la France retrouve les plient droit de sa souveraineté.
          Pourquoi les vert ont une alliance avec les socialiste qui sont pros européen, et Europe écologie en dehors des considération écologique sont intégré dans le processus européen qui est en sous main est le cheval de trois des intérêt des USA en EUROPE.
          Si vous ne croyez pas, et que je dit vous dépasse, il est important de consulter ce que dit Pierre Hillard
          http://www.dailymotion.com/video/x44tc1_pierre-hillard-europe-et-nouvel-ordre-mondial-1-6_news

          sur la construction de l’Europe et de consulter ce que Monsieur François Assellinau tire comme conclusion politique.
          http://www.wideo.fr/video/iLyROoafv9Bq.html
          Il est important de comprendre que le partie politique écologique doit se fédérer dans le projet politique de Monsieur François Assellinau
           http://www.u-p-r.fr/charte-fondatrice
          Il est urgent en France de virer purement et simplement toute la classe politique Française. Après cela les écolos auront toutes la latitude de se mouvoir en partie politique.

           


          • joletaxi 19 mars 2011 15:33

            « Il est urgent en France de virer purement et simplement toute la classe politique Française. »


            étonnant comme ce discours est repris par tous les gourous de l’écologie.C’est hansen, qui déclare que écologie et démocratie ne sont pas compatibles.
            Merci, on a déjà donné à ce genre de folie.

          • Kalevala 19 mars 2011 21:18

            Continuer à croire ce que dit et fait nos politiques, je vous donne même pas une décennie pour nous rejoindre. Pour l’instant vous n’avez pas encore fait les état des lieux.
             patience, il y auras bien un internement qui vous ferait la liste des profits et des pertes des actes, des choix, de nos politiques depuis la fin de la guerre.
             Je pense aussi qu’il y aura une bonne âmes qui peut vous mettra en évidence le degrés de corruption que le monde politique à atteints. Juste une questions de patience les chose vos sortir.
             En se qui concerne l’UE, sa construction, ses directives, montre de jour en jours que c’est le mythe de Babel. Toute les mesures qui sorte de l’UE est mortifère pour les pays qui y adhérer.


          • Kalevala 19 mars 2011 21:19

            correction : énervement.


          • Yvance77 19 mars 2011 14:00

            Salut,

            Bel article !

            Le pire dans cela est qu’ils vont y aller franco nos dirigeants. J’en mets ma main au feu. Rien ne peut leur servir de leçon. Et c’est pas la dernière catastrophe nucléaire qui pourra les refroidir bien au contraire.

            Ils sont certains que leurs intellects cummulés peuvent avoir raison des caprices de mère Nature. C’est oublier bien vite que c’est elle qui nous commande et, que sa nature imprévisible devrait nous randre bien plus humble face à celle-ci. A priori le seul peuple qui avait compris cela était les indiens d’Amérique, mais on a préféré les exterminer que d’apprendre de leur immense savoir.

            Demain on boira de l’eau du robinet avec un peu de gaz pour parfumer le tout. Ce sera presque gratuit et made by nos lobbyistes adorés que sont les « Bouygues » « Générale des Eaux » et autre « Véolia ».

            Merci à eux de faire en sorte que notre futur soit pourri et, merci à Jean-Marc Sylvestre qui saluera ces gens qui gangnront des points aux bourses du monde.

            A votre santé.


            • yoananda 19 mars 2011 14:38

              magnifique article


              • JL JL 19 mars 2011 14:51

                Bonjour Brigitte,

                je m’associe aux précédents commentaires.

                J’ajoute que, puisqu’on nous bassine avec le réchauffement climatique, il est utile de rappeler que le gaz de schiste dégage du méthane, un gaz plus nocif pour l’effet de serre que le CO2 et plus durable.

                Alors que la concentration de CO2 due à l’ère industrielle a augmenté de 30%, celle du méthane dans le même temps a plus que triplé, soit en rapport de croissance 10 fois plus ! (Wikipedia)


                • joletaxi 19 mars 2011 15:39

                  Rien de meilleur que de citer Wiki,pour ce qui concerne le climat.Vous ’êtes pas au courant de Wikileaks ?

                  voilà une référence


                • JL JL 19 mars 2011 16:14

                  joletaxi,

                  mais faites donc !


                • ali8 19 mars 2011 15:11

                  les départements du Lot et dela Dordogne sont sur la liste des possesseurs de gas de schiste et les gisements seront probablement exploités au grand dam des acteurs du tourisme et des écologistes qui redoutent la pollution des nappes phréatiques

                  une chose est certaine, la pollution globale augmente rapidement partout en France malgré les « grenelles de l’envoronnement »

                  bientôt le coq gaulois pataugerat les deux pattes dans la m...


                  • epapel epapel 19 mars 2011 18:03

                    Le tourisme de masse est une source de pollution inutile.


                  • heptan 2 mai 2011 11:52

                    @epapel : Pollution de quoi ? Et inutile en quoi ? explique un peu...

                    Parceque le coup du « c’est inutile, à quoi bon, on va tous mourir... » ça sent un peu la défaite, l’enfance traumatisée... Tu veux qu’on en parle ?
                    Le tourisme est notre forcen notre richesse, et niveau pollution, je ne vois vraiment pas en quoi ça gène... Les touristes te font de l’ombre ?
                    Le gaz de schiste n’a pas son équivalent en terme de pollution.. Le sable bitumineux peut être. Même le charbon est plus propre.

                  • joletaxi 19 mars 2011 15:30

                    Dites donc l’auteur,on est en pleine fiesta,ne venez pas distraire les gens avec vos petits problèmes de NIMBY.C’est pas le moment.Là c’est la grande bacchanale des antinuc,alors repassez dans quelques jours.

                    Faut dire que c’est inespéré.
                    Parce que plus personne ne les écoutait, avec leur compost et leur caca dans la sciure.
                    Ils s’étaient pris une dégelée avec le réchauffement climatique,et la taxe carbone, au point que certains des leurs s’interrogeaient sur le nucléaire,les gouvernements commençaient à compter combien coûte le renouvelable ; l’éthanol est une cata, qui secoue les pays pauvres,et leurs ampoules cela commence sérieusement à agacer.
                    Merci aux Japonais.Ils sont de retour et en forme.
                    Alorsvos problèmes d’eau gazeuse, plus tard svp.

                    • epapel epapel 19 mars 2011 18:00

                      En attendant, la filière nucléaire s’est pris un coup matraque sérieux et il lui faudra plusieurs lustres pour s’en remettre.


                    • g.jacquin g.jacquin 19 mars 2011 23:30

                      @Epapel

                      C’est votre analyse .... Moi, je trouve quand même étonnant qu’on arrive à éviter la pire catastrophe de tous les temps (4 reacteurs dans le sac... 3 en fusion de combustible à l’intérieur des cuves le 4 ieme, fusion dans la piscine) en utilisant simplement des lances à incendie !!!!!! on devrait peut-être leur dire d’installer des sprinklers dans les centrales !!!!!

                      C’est quand même l’accident le plus grave qui puisse arriver !!!!
                      Il n’avait pas de lance à incendie à Three Mills Island ?????

                      Donc... s’il faut si peu de choses pour éviter une catastrophe gigantesque, peut-être que le nucléaire est l’avenir du monde ????? et à 31€ le MWh, ce sera bien mieux que 250 ou 300 ou 500 € (on n’en sait rien) pour son équivalent MWh gaz de schiste !!!!!

                      Non... Je ne suis pas pro nucléaire !


                    • epapel epapel 20 mars 2011 13:58

                      Si les japonais n’avaient pas réussi à circonscrire le problème et empêcher un remake de Tchernobyl, la filière nucléaire aurait été purement et simplement condamnée à terme. Il faut se réjouir de ne pas en être arrivé là mais en n’oubliant pas que sommes passés à deux doigts de la catastrophe et non qu’elle a été aisément évitée.

                      Mais le plus important à noter est que ce qui s’est passé n’aurait jamais du arriver selon les calculs des experts et les affirmations des politiques d’avant la catastrophe, il s’agit donc d’un problème de confiance qui est dégradée pour des années.

                      En effet, comment peut-on expliquer aux populations qu’un risque unitaire de sinistre majeur évalué à 10^-9 - soit globalement environ 10^-6 - se réalise en moyenne tous les 20 ans, c’est impossible et ça tend à indiquer que le risque est en réalité sous-évalué d’au moins d’un facteur 10.000.

                      Le travail pour les acteurs du nucléaire va donc être de prouver que le risque n’est pas sous-évalué car en ce moment les détracteurs du nucléaire n’ont plus besoin de prouver le contraire tant les faits contredisent des discours pas si anciens que ça.


                    • JL JL 20 mars 2011 14:39

                      « Si les japonais n’avaient pas réussi à circonscrire le problème » (epapel)

                      Coué ? Qui vous dit qu’ils ont réussi à circonscrire quoi que ce soit ? Par ailleurs, que je sache, à Tchernobyl il n’y avait pas de MOX.


                    • Le péripate Le péripate 19 mars 2011 16:13

                      Quoi qu’il en soit, le gaz de schiste fout en l’air l’argumentaire malthusien des ressources finies.

                      Un progrès technologique, et, hop, les ressources augmentent.

                      Magique. smiley


                      • epapel epapel 19 mars 2011 17:57

                        Si les ressources sont infinies, alors la pollution l’est aussi.


                      • Le péripate Le péripate 19 mars 2011 19:21

                        Vous savez lire ? Le mot « infini » n’est pas le mien mais le votre. Mauvaise rhétorique habituelle.
                        Bon, concernant la pollution, ce sont les pays les plus industrialisés qui polluent le moins en proportion de la production. Là aussi le progrès. Au fait, un progressiste n’est-il pas sensé savoir aussi ce qu’est le progrès ?
                         smiley


                      • epapel epapel 19 mars 2011 20:30

                        Mauvaise rhétorique, ce qui compte à la fin :
                        - ce n’est pas la pollution relativement à la production mais la pollution totale qui reste la plus importante dans les pays occidentaux
                        - et la pollution totale est celle qui est liée à la consommation finale qui incorpore les importations venant des pays émergents via les délocalisations


                      • JL JL 21 mars 2011 08:15

                        « l’argumentaire malthusien des ressources finies. » (péripate)

                         ????  smiley


                      • JL JL 21 mars 2011 08:28

                        Pennsylvanie : des puits de gaz de schiste explosent les compteurs Geiger !

                        Selon les documents que s’est procuré Ian Urbina, journaliste au New York Times, les rejets des puits de gaz de schiste de Pennsylvanie contiendraient des quantités effrayantes de matériau radioactif et ultrapolluant. Semées sur la carte d’Ouest en Est de cet état, les relevées de quantités de radium dans l’eau dépassent de 20, 100, 250 parfois même plusieurs milliers de fois les limites légales, atteignant des taux dangereux pour la santé.

                        Derrière ces chiffres, les formules secrètes des « liquides de fracturation » : non communiqués par les industriels, les produits chimiques injectés dans l’eau pour faciliter la destruction des couches de schiste renfermant le gaz et leur extraction comprendraient des substances ou dérivés de radium, uranium, benzène, etc. Dans les couches profondes de schiste, la moitié seulement reste emprisonnée, l’autre remontant à la surface pour être traitée.

                        Or, c’est là que le bât blesse : autour des zones d’extraction, les usines de retraitement des eaux n’ont guère été conçues pour filtrer des produits d’une telle toxicité. Selon l’enquête de Ian Urbina, ce n’est pas le fait du hasard, puisque la plupart des usines n’ont pas fait l’objet de mesure de la radioactivité depuis 2006, à la demande de l’Agence de protection de l’environnement (EPA) de Pennsylvanie.

                        En aval des usines de retraitement d’eau, les sources polluées coulent directement dans les réseaux d’adduction d’eau potable. Les eaux rejetées dans la Monongahela River alimentent ainsi 800.000 personnes, notamment autour de Pittsburgh, tandis que celles dirigées sur la Susquehanna River, abreuvent 6 millions d’habitants, dont une partie des riverains de Baltimore, et enfin, les quantités déversées dans la Delaware River arrivent au robinet de près de 15 millions de personnes, dont une bonne partie des habitants de Philadelphie.


                      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 19 mars 2011 16:21

                        Bonjour Brigitte,

                        "Une vraie autonomie serait d’exploiter durablement des énergies renouvelables donc infinies dans le temps (hydraulique, éolien, solaire, biomasse et celles que l’on inventera !) " le danger des énergies renouvelables est qu’elles permettent l’autonomie du citoyen et la mort du système d’abonnement centralisé.

                        hier j’ai entendu chez Taddéi quelqu’un dénoncer ce fait indéniable et très vrai !  tous nos politiciens n’entravent que dalle à propos du nucléaire, du cancer ni même du gaz de prout ! Tous ces pions sont absolument incompétents la plupart du temps sur la totalité ou partie des dossiers, regardez la vidéo sur le cyclotron sur avx tv, c’est flagrant. C’est parce que nous sommes des millions à payer bonbon qu’ils peuvent donner leur accord pour les solutions les plus complexes et d-coûteuses, simple, n’est ce pas !

                        merci pour cet article limpide.


                        • g.jacquin g.jacquin 19 mars 2011 23:37

                          Bonjour, Lisa

                          Vous m’étonnez... Vous semblez découvrir que nos hommes politiques sont des gens uniquement élus sur leur charisme ????

                          Mais... ce ne sont pas les seuls !!!! lorsque les pseudos écolos (y compris, ceux qui interviennent sur ce site) voudrons bien prendre une calculette et compter ce que coûtera à la France, l’éolien ou le PV.... On aura fait un pas de géant pour la France !


                        • filnoir 19 mars 2011 16:39

                          ces pouvoirs public ont déjà plusieurs longueurs d’avance :


                          massacre de la planète et ses habitants avec préméditation...

                          • enréfléchissant 19 mars 2011 17:48

                            La sources de tous nos problèmes : la représentativité, nous donnons le pouvoir à quelques personnes qui ensuite, avec un tout de passe passe des médias, arrivent à y rester alors que tout va mal sur la planète.

                            Stop à la représentativité, exigeons des assemblées populaires, des mandats révocables, mandat unique...

                            • joletaxi 19 mars 2011 17:54

                              Ben les Suisses font ça depuis des siècles, mais les penseurs écolos trouvent que le peuple est trop bête,ils votent même sur l’interdiction des minarets,sur le secret bancaire,sur l’armée, et chaque fois ils votent mal.

                              Un débat sur la peine de mort avec référendum en Fance serait très capable de révéler les pulsions malsaines de la plèbe

                            • epapel epapel 19 mars 2011 17:58

                              Un referundum sur le peine de mort n’aurait aucun sens en France tant qu’on ne sort pas de l’UE (le traité de Lisbonne proscrit la peine de mort).


                            • epapel epapel 19 mars 2011 18:09

                              La France est, on nous le rappelle assez souvent avec des cocoricos dans le discours, une destination touristique des plus importantes, voire la plus importante, au monde. Diverses études montrent que l’avenir de ce tourisme passe, non pas par des plages sursaturées ou des centres de loisirs à l’américaine, mais par un tourisme vert alliant calme, découverte de la nature et découverte d’un patrimoine culturel et architectural qualifié, par d’autres que nous, comme unique au monde.

                              Le tourisme de masse même repeint en vert est une activité polluante et inutile et j’ai quand même le sentiment qu’un type qui se dore le nombril au soleil pollue moins qu’un autre qui se promène même dans la nature (à un moment donné il utilisera sa voiture pour y aller et y rejettera ses déchets non ?)


                              • joletaxi 19 mars 2011 18:51

                                c’était pure hypothèse Epapel.

                                Concernant le tourisme,c’est vrai, on sent un grand vide sur les plages.

                              • JL JL 21 mars 2011 23:10

                                l’inénarrable epapel n’en rate pas une !

                                Bien sûr, epapel va à pied à la plage mais en voiture à la ferme. Logique. Ce qui l’est moins, c’est qu’il croit que tout le monde fait ça ! Même ceux qui vont huit jour aux antipodes pour se dorer en hiver sous les cocotiers et écouler leurs RTT !

                                 smiley


                              • heptan 2 mai 2011 12:02

                                C’est évident, les vacances ne servent à rien... Un Homme utile est un homme qui travaille pour sa patrie.

                                Un bon touriste est un touriste qui travaille.
                                Nan mais sérieux epapel... Tu craches sur des gens qui apprécient notre pays, nous apportent du travail et de l’argent, et font que notre pays est l’un des plus ouvert au monde.
                                Je devine que tu accumules de l’argent possible pour ton plaisir, et que le dépenser pour des loisirs serait « inutile, ridicule... »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès